Parc

Inscription
Connexion

Moment d'apaisement, rencontre mouvementé  Kayla 

Un peu de nature pour adoucir une rencontre...
Avec Kayla Peters 


Lorsque l'aiguille fit un tour complet de l’horloge, Leigh su que le moment était arrivé. Elle pourrait finalement se retrouver seule et déambuler dans l’enceinte du château sans avoir à communiquer avec une âme vivante. Elle qui n’était pas à l’aise lorsqu’il y avait plusieurs individus dans les alentours, pourrait finalement profiter de ce moment de répit puis, se diriger vers son endroit de prédilection afin d’entreprendre les devoirs qui lui avaient été distribués par ses professeurs de sortilège et d’astronomie.

La jeune demoiselle avait donc quitté la salle de classe à la hâte afin de rejoindre son dortoir qui se trouvait complètement à l’opposé de l’endroit où elle s’était trouvé. Celui-ci était situé en haut de la tour ouest. C’est pourquoi Leigh prit une pause lorsqu’elle était rendue tout en haut, respirer était important pour la survie et elle devait reprendre son souffle avant de se permettre de continuer pour rejoindre sa commode et attraper son manteau, ses gants et son foulard à l’effigie de sa maison, Serdaigle.

Après avoir enfilé le tout, la jeune fille sortit en fermant la grande porte du dortoir doucement derrière elle. Les voyeurs ne pourraient venir jeter un œil lors de l’absence de ses autres compagnes de maison. Ainsi, replaçant une mèche de cheveux blonde qui était descendu sur son visage nerveux, Leigh descendit les marches de la tour, deux à la fois. L’agilité pouvait entrer dans les qualités de la jeune fille. Puis, elle sortir du château. L’air frais de l’extérieur lui fouettait le visage et elle prit une très grande inspiration. La nature était un calmant chez la jeune Serdaigle et elle ne manquait pas d’en profiter.

Depuis que son frère avait quitté le nid familial nouvellement établi à Londres, la jeune fille n’avait pas été en mesure de profiter de l’extérieur autant qu’elle le faisait lorsque sa famille et elle vivait en campagne, reculer des bruits infernaux créée par la capitale britannique. C’est pourquoi, depuis son arrivée à Poudlard, Leigh s’était résolu à profiter de ces instants magiques le plus possible et ce malgré la température frigorifiant.

La jeune Serdaigle remonta son foulard coloré afin de mieux camouflé son visage et s’était dirigé d’un pas relaxé vers un petit banc éloigné où elle pourrait lire les indications demander par ses professeurs. Toutefois, elle se mit plutôt à penser…

Elle ne connaissait que peu d’élèves et rêvait de faire la connaissance de nouvel individu avec lesquels elle pourrait discuter de magie, de passion et simplement apprécier les moments accompagnés. Leigh n’était pas une personne très entreprenante lorsqu’il était questions d’amorcer le premier pas dans une relation, mais elle n’était pas non plus incapable. Elle avait appris beaucoup de choses au sujet des relations avant d'être admise à Poudlard et avait été amie avec plusieurs moldus. Du même fait, elle était toujours en contact avec elles et leur envoyait des lettres de temps à autre par l’intermédiaire de sa mère, à Londres.

Leigh ouvrit ses yeux qu’elle avait momentanément fermés afin de mieux visualiser le visage de ses amis passés et fut surpris de voir une jeune fille aux cheveux noirs tournant vers le brun qui reflétaient au soleil. Quelle jolie chevelure… S'était dit la jeune Serdaigle avant de secouer la tête et de s’approcher ce qui lui permit de mieux l’apercevoir. Elle était de petite taille tout comme elle et semblait avoir de magnifiques yeux tirant vers le gris foncé. S’étant approché assez pour apercevoir la couleur de ses yeux, la blonde n’eut le choix d’engager la conversation avec l’inconnu.

- B-Bonjour, je me nomme Leigh. Que fait tu as l’extérieur par un froid pareil?

Elle avait malheureusement bégayé et se sentait aussitôt idiote de tendre une main à l'inconnu. Peut-être la trouverait-elle étrange d’être venue la rejoindre de son banc pour déranger le moment de tranquillité qui régnait autour d’elle, mais il était trop tard pour être anxieux. Le mouvement était fait.

<< Telle est la magie des langues humaines, que par un humain accord elles signifient souvent, avec des sons identiques, des choses différentes. >> Umberto Eco
Le nom de la Rose (1980) de Umberto Eco

Moment d'apaisement, rencontre mouvementé  Kayla 

La jeune Kayla, récemment débarquée en Écosse, faisait de son mieux pour s'en sortir dans cet immense château où rien ne dormait jamais vraiment. Les cours s'enchainaient, et elle découvrait peu à peu un univers qu'ellene soupçonnait pas. Ses parents sorciers ne lui avaient jamais parlé de toutes ces choses, des centaines de sortilèges qu'il existait et de leurs tonnes de tenants et aboutissants. Contrairement à ses attentes, Kayla était en fait totalement novice dans le domaine de la magie. Sa curiosité la poussait à faire de son mieux et à s'appliquer en cours et dans ses devoirs, mais chaque soir elle rentrait exténuée au dortoir. Elle n'avait jamais soupçonné que cet apprentissage serait aussi éreintant. Sa baguette encore en main à la sortir du cours de Sortilèges, elle la glissa dans un repli de son long manteau noir, commun à tout les élèves. Elle s'empressa se rejoindre le parc pour prendre l'air, comme à son habitude. Ses cheveux sombres rassemblés en un chignon bas pendant les cours se retrouvèrent libérés et se mirent à flotter derrière la jeune fille qui avançait d'un pas décidé vers les extérieurs de la bâtisse. Non loin d'un chemin, elle repéra un banc libre et s'y assit sans plus tarder. Au bout de longues minutes passées à observer les oiseaux jouer et siffloter dans les arbres, une voix vint la tirer se torpeur.

B-Bonjour, je me nomme Leigh. Que fait tu à l’extérieur par un froid pareil?

Surprise, la jeune fille leva la tête  vivement. C'était la première fois depuis qu'elle arrivée à Poudlard que quelqu'un l'interpellait sans raison apparente. Elle fit face à une petite blonde au visage doux. Elle semblait assez gênée d'avoir fait un pas vers la Serpentard, cette dernière eu alors le respect de s'empresser de lui répondre pour ne pas la laisser dans la tourmente.

Je me baladais, comme toi. 》fit-elle en ponctuant ses mots d'un sourire poli. 《 Je suis Kayla, de Serpentard. Et toi ?》 ajouta la jeune élève en pointant du doigt la cravate verte qui lui serrait le cou.

Moment d'apaisement, rencontre mouvementé  Kayla 

Se sentant relaxé un peu plus, Leigh prit place sur le banc de sa nouvelle connaissance et se mit à jouer avec une mèche de cheveux rebelle. Ainsi, la jolie demoiselle, Kayla de son prénom était de Serpentard. L'une des maisons de Poudlard étant réputé pour ses nombreux sorciers redoutables, mais époustouflant. La jeune Serdaigle ressentait un peu d'admiration face à ses propos, qui sait, celle-ci ferait peut-être de grandes choses dans le monde de la magie lorsqu'elle serait plus âgée.

Sortant de son état de pensée, la blonde sourit et déclara qu'elle était de Serdaigle, même si son foulard devait déjà l'avoir évoqué aux yeux de la brune. Un silence pesant c'était ainsi créée entre les deux jeunes filles et un sentiment de malaise pouvait se faire sentir. C'est pourquoi, Leigh entreprit d'ouvrir une conversation sur les cours qu'elles devaient toutes les deux suivre tout en posant des questions sur la fille.

- Alors, comment sait d'être à Serpentard, tu t'y plais bien? J'ai entendu dire que les dortoirs étaient un peu sinistres à voir!  Tu aimes bien les cours qu'on doit suivre? 

La blonde balançait désormais c'est pied et regardait aux loin en pensant au fait qu'elle ne connaissait presque rien de Kayla et s’empressa de poser d'autres questions. 

- Dit moi, qu'aimes-tu faire comme activité en dehors de l'école? 

La jeune fille ressentait quelque peu de nervosité face à la nouveauté de la journée et ne savait comment agir. Elle posait de nombreuses questions, ne sachant si elle dérangeait la jeune fille dans un moment de tranquillité qu'elle était probablement venue chercher à l'extérieur, tout comme Leigh. Se rendant compte qu'elle faisait exactement ce qu'elle n'aurait elle-même pas apprécié, la blonde se tut attendant la réaction de sa compagne dans un silence de mort.

<< Telle est la magie des langues humaines, que par un humain accord elles signifient souvent, avec des sons identiques, des choses différentes. >> Umberto Eco
Le nom de la Rose (1980) de Umberto Eco