Parc

Inscription
Connexion

Au fil de l'herbe et du vent...  PV Jaime 

Une brise légère souffle, faisant remuer les quelques pages de mon livre, "L'histoire de Poudlard". J'aurais bien aimé continuer ma lecture d'Amandine Malabulle, malheureusement j'ignore s'il est de bon ton de lire un livre parlant d'une sort de "fausse sorcellerie" dans... Un établissement de vrais sorciers ! Pendant un instant, je mets ma main droite en plein dans ma tête. Comment en suis-je arrivée là, je ne sais pas trop comment. A hésiter entre tout et tout. Je me sentais perdue avant, et des fois je me dis que je le suis peut être plus encore à Poudlard. Mais... Au fond de moi, je garde espoir. Ca ne sera jamais pire que chez mes grand-parents, ou avec... Avec Papa... Qui doit sans doute continuer à boire son saké dans un fauteuil, peut-être même dans la rue qui sait. 

Je prends mon marque-page aimanté et le replace à la page où je me suis arrêtée, puis ferme mon ouvrage et le pose ensuite sur mes jambes. Je suis assise à l'indienne, à même l'herbe, les cheveux au vent. Ca pourrait être mignon et bucolique si seulement le vent faisait le même effet que dans les films Disney ! Bah oui, c'est vrai... Dans la réalité, même dans le monde des sorciers, le vent n'a aucune gentillesse envers les coiffures qu'elles soient élaborées ou non. Qu'il en soit ainsi... Le livre soigneusement posé sur les genoux, je me permets pendant un instant de fermer les yeux, et d'oublier tout ce qui m'entoure. M'y ferais-je jamais? Je n'ai que peu d'amis pour l'instant, ma timidité a encore frappé. Mais tout devrait s'arranger, dans ce monde qui doit forcément être plus le mien que le monde de Londres, j'arriverai peut-être enfin à m'ouvrir aux autres, à trouver qui je suis? Dans toutes les matières scolaires qui s'offrent à moi, je me sens déjà beaucoup plus à l'aise bizarrement. A voir... Je rouvre les yeux, et jette un regard à mon livre, si peu entamé en fait. Voilà un beau pavé, rempli d'informations fabuleuses ! Mais il y a tellement d'informations fabuleuses que mon esprit se met à fourmiller et au final, je n'arrive pas à rester concentrer.

Dans ce monde nouveau, il y a tout à découvrir. C'est magnifique, et joyeusement effrayant aussi.

Je laisse mon regard se poser enfin sur les alentours, et remarque plusieurs étudiants ici et là. Certains sont beaucoup plus proches que je ne le pensais, et je me demande comment j'ai fait pour ne pas les avoir entendus plus tôt. Je suis décidément douée pour rester dans ma bulle...

Au fil de l'herbe et du vent...  PV Jaime 

Jaime, nouveau dans le monde de la magie, en avait beaucoup trop d'un coup à voir, entendre, comprendre, assimiler et à adopter. Après avoir vécu un moment stressant - la répartition, mais qu'est-ce donc? Et les maisons, c'est quoi? - puis avoir fait la connaissance des Pouf'' et recevoir son horaire de cours - mais c'est quoi tout ça? Où était la littérature, les mathématiques? Au moins, cours d'Histoire restait dans le domaine du normal.... - Jaime avait bien besoin de se reposer et de laisser le stress quitter ses épaules, bref souffler un peu et tenter de trouver quelque chose qu'il connaissait.

Le parc lui semblait une excellente solution. Il y trouverait certainement des élèves en train de faire une partie de foot et il pourrait se joindre à eux. Sauf que... les activités des élèves... n'avaient rien de commun. Plusieurs volaient sur des balais? Ou encore s'occupaient de chouette ou d'autres petits animaux qui n'avaient rien à voir avec les animaux domestiques communs.

Il préféra donc se promener sur les sentiers et regarder l'immensité du parc avec la forêt en tant que barrière naturelle. Lorsqu'il vit le château - du moins une certaine partie sur fond de ciel bleu, parce que un château et Poudlard à proprement parler c'est très vaste - il se rappela qu'il n'était pas dans une école ou un collège moderne, comme à Londre, mais quelque part, il ne savait pas où, loin de la civilisation, perdu dans le temps et l'espace, dans un monde fantastique de magie - un château c'est plus normal en s'imaginant dans un roman plutôt que dans la réalité... -

Jaime vit alors une élève qu'il connaissait de vu - elle était en première année comme lui et en plus dans la même maison - Bien que généralement plutôt discret, Jaime se disait qu'il avait bien besoin de quelques amis, ou du moins de socialiser un peu, s'il voulait bien s'intégrer et s'adapter à ce nouveau monde auquel il appartenait - d'ailleurs lors du premier cours de Sortilège, une des phrases qu'avait dit le professeur Eawen Keith(?) l'avait profondément marqué et Jaime voulait en faire sa philosophie maintenant : Si vous êtes à Poudlard, c'est que vous avez les capacités de lancer des sortilèges.

« Bonjour. Je suis Jaime Cole. On est tous les deux à Poufsouffle en première si je ne me trompe pas. Est-ce que ça te dérange si ... m'assis à côté de toi? On pourrait apprendre à se connaître. Je crois que ça pourrait être bien, je crois qu'on va faire notre scolarité ensemble. Je veux dire on est de la même maison et de ... la même année. »

«Life is like a chocolate's box»

Au fil de l'herbe et du vent...  PV Jaime 

Mes yeux se posent sur un jeune homme qui s'avance dans ma direction, lentement mais sûrement. Ce qui se passe dans ma tête alors est... Malheureusement habituel. La panique. Il VIENT. Il vient vers MOI. Il va me parler, c'est sûr, oh mon dieu ! Un être humain bipède qui s'approche. Un garçon en prime. Si je pouvais prévoir ça... Oui, à vrai dire, j'aurais éventuellement pu le prévenir. Plus que quelques mètres, et nous allons être amenés à avoir une... Une.... Une..... Une conversation... Pour la première fois ! Je recommence à respirer, chose que j'avais oublié de faire pendant quelques instants. Espérons que je ne sois pas trop rouge? Le vent frais m'aura sûrement rafraichie et rendue aussi pâle que d'habitude. Bon... Il suffit de respirer.

Je le détaille, pendant qu'il s'approche, remarque à quel point il semble normal, sympathique, bienveillant. Autant de choses qui permettent à mon rythme cardiaque de se calmer. D'autant plus qu'il est Poufsouffle, tout comme moi. Cela me donne l'occasion de me familiariser un peu plus avec une personne partageant la même maison ! C'est très chouette. L'idée d'avoir une maison me met du baume au coeur, et je me mets presque à sourire alors qu'il arrive enfin en face de moi. Je serre mon livre légèrement et m'ordonne de respirer calmement.

« Bonjour. Je suis Jaime Cole. On est tous les deux à Poufsouffle en première si je ne me trompe pas. Est-ce que ça te dérange si ... m'assis à côté de toi? On pourrait apprendre à se connaître. Je crois que ça pourrait être bien, je crois qu'on va faire notre scolarité ensemble. Je veux dire on est de la même maison et de ... la même année. »

Je le regarde avec des grands yeux et rougis légèrement, mettant quelques instants à réagir au risque de paraitre un peu bébête. Je cligne des yeux plusieurs fois rapidement, ouvre la bouche et mets en place mes idées avant de répondre timidement.

"Enchantée Jaime, je suis Lidy. Lily B... Bravery. Je suis effectivement en première année aussi à Poufsouffle avec toi et... Et oui... On risque de passer notre scolarité ensemble ! Si tant est que j'arrive à comprendre tout de ce monde... Je..."

Je me redresse encore plus et lui indique mon côté gauche de la main en rougissant, ajoutant à la hâte.

"Et bien sûr, tu peux prendre place près de moi, je n'attends personne ! Ah, pas que je ne veuille voir personne, enfin... Voilà..."

Pas évident... Mais je vais bien finir par réussir à paraitre normale à un moment non?

"Je suis contente de parler."

Oui, je sais pas si ça lui paraitra évident, vu la tête que je dois avoir...

"Et donc, tu viens d'une famille de sorciers toi?..."

Parler de matières magiques ne m'inspire rien pour l'instant, car j'ai bien peur qu'il en sache bien plus que moi, et j'ai quelque peu honte d'être une inculte pour l'instant...

Au fil de l'herbe et du vent...  PV Jaime 

C'est avec plaisir que Jaime prit place à côté de Lidy Bravery - tout en gardant une distance respectable, quinze centimètres. - N'étant pas habitué à porter cet étrange accoutrement qu'était une robe de sorcier, il s’emmêla un peu et dut se reprendre un peu pour s'asseoir confortablement et ne pas coincer sa robe sous lui au risque de la déchirer ou tout simplement de passer un mauvais moment.

« Je ne veux pas te mettre mal à l'aise, tu sais. Honnêtement, je suis aussi quelqu'un de discret alors si je suis maladroit avec toi, n'hésite pas à me le dire. »

Jaime ne voulant pas la regarder avec trop d'insistance ou tout simplement, afin qu'elle puisse se remettre de son émotion soudaine et ne pas l'embarrasser davantage, en profita pour regarder droit devant lui d'abord, regarder le parc et les autres élèves qui semblaient être très bien intégrés - sans doute que ceux-là n'étaient plus en première années.

« Je crois qu'on est un peu dans la même situation. Je déduis que tu ne viens pas d'une famille de sorciers. Moi n'en plus. Je veux dire, personne dans ma famille ne l'est, alors disons que c'était trop étrange au début, une chance que c'est quelqu'un de l'école qui est venu l'annoncé parce que sinon je crois que mes parents et moi-même on n'y aurait pas cru. »

Jaime fit une courte pause silencieuse. Il parlait calmement, prenant son temps pour bien s'exprimer, être posé. Il voulait vraiment que l'autre élève soit à l'aise, parce que pour le moment, il avait l'impression de l'avoir trop mis au pied du mur et l'avoir mis dans une situation inconfortable.

« J'ai encore du mal à croire que tout ça est réel. J'ai l'impression d'être tombé dans un monde fictif, dans un roman par exemple, un peu comme les personnages dans Les chroniques de Narnia. Tu connais ? »

Jaime lisait beaucoup, pour lui-même bien sur, mais également parce qu'il adorait lire des histoires à ses petites soeurs.  L'idée de comparer sa situation aux enfants du livre Le Lion, la Sorcière blanche et l'Armoire magique ne lui était pas encore venu à l'esprit, cela venait tout juste de lui traverser l'esprit et il devait bien avoué que cela semblait des plus approprié.

« Et toi, à quoi cela te fait pensée ? »

«Life is like a chocolate's box»

Au fil de l'herbe et du vent...  PV Jaime 

Lorsqu'il s'assoit près de moi, je souffle discrètement de soulagement. Il n'a pas l'air de me prendre pour une fille folle, ou bizarre, et je me détends quelque peu en écoutant ses dires.

« Je ne veux pas te mettre mal à l'aise, tu sais. Honnêtement, je suis aussi quelqu'un de discret alors si je suis maladroit avec toi, n'hésite pas à me le dire. »

Je bats frénétiquement des mains pour indiquer qu'il n'y a pas lieu, et ajoute avec timidité:

"Il n'y a pas de soucis, je t'assure !"

Je regarde le parc alors avec lui, rassurée par l'ambiance sereine qu'évoque les autres élèves plus loin en train de vaquer à leurs propres occupations. Ils semblent tous connaitre ce monde, et nous sommes à nous deux très extérieurs, comme des peintres regardant une toile. Nous ne pouvons pas réellement intervenir dans cette scène autrement qu'en spectateurs. Je le regarde avec des grands yeux cependant qu'il parle. Je ne réponds pas, et m'habitue à sa présence tranquillement mais sûrement. Je me contente d'un signe de négation de la tête pour lui confirmer que je ne viens pas d'une famille de sorciers, et me permets enfin tout doucement de le regarder, lançant des coups d'oeil. Le bref silence qui suit son histoire me permet de digérer l'information, et j'apprécie le silence qu'il laisse évoluer dans l'espace. Me voilà totalement détendue, et je sais en me connaissant qu'il se montre incroyablement gentil avec moi. C'est rare de voir un garçon de cet âge là avec une telle maturité et délicatesse. Lorsqu'il continue enfin, je le regarde réellement, lui faisant enfin face, prête à recevoir pleinement ses paroles et à participer.

« J'ai encore du mal à croire que tout ça est réel. J'ai l'impression d'être tombé dans un monde fictif, dans un roman par exemple, un peu comme les personnages dans Les chroniques de Narnia. Tu connais ? »

Mes yeux s'éclairent, et je me sens totalement dans mon élément alors. Je hoche rapidement de la tête, et me mets à sourire et à rayonner. 

"Oui, très bien même ! "

Je vois parfaitement la scène dont il parle. Cette image de la jeune Lucy, passant à travers l'armoire pour tomber les fesses dans la neige, dans un monde incroyablement différent. Tout ça pour finir par boire le thé avec un faune ! Un faune... Sans doute y a-t-il des faunes dans ce monde? Après tout, il y a bien des créatures magiques que je dois découvrir... Les faunes en feront peut-être partie? J'entends sa question, car il me demande maintenant à quoi cela me fait penser. En un instant, un livre me saute à l'esprit, et je ne me fais pas prier. Quand il s'agit de livres, en même temps, je peux facilement délier ma langue...

"Eh bien, j'avoue qu'en arrivant dans ce monde magique je me suis sentie être Alice passant de l'autre côté du miroir. Je suis persuadée que ma mère est une sorcière, tout converge dans ce sens, et je me dis que j'ai peut-être vu ce monde avant un première fois. Peut-être même que je suis née ici? Enfin bon... Tout ici semble comme pareil et différent, les livres sont devenus pour certains des énigmes que je dois regarder à travers le miroir pour comprendre ce qu'ils signifient..."

Je parle d'une manière passionnée qui me manque parfois depuis que je suis arrivée ici. Je lui offre un sourire, timide, mais c'est un sourire et je ne voudrais pas qu'il fuie en voyant le rat de bibliothèque que je suis. Et ce, malgré le fait que visiblement il semble aimer la lecture. Je tente un effort pour me montrer un minimum entreprenante après tous les efforts qu'il a fait. Je sais mieux que personne que ça n'est pas forcément évident d'aller vers les autres...

"Tu t'en sors, toi? L'adaptation est, quoi qu'en en dise, pas chose aisée même quand on y met du sien des fois... Enfin je trouve... J'ai toujours mes livres pour me sentir un peu chez moi... Tu as une chose avec toi qui te rattache au monde d'avant?"

Je m'aperçois que c'est sans doute une question quelque peu personnelle, mais je tente de me rassurer en me disant que j'essaye juste de faire de mon mieux en m'ouvrant également. Cela ne m'empêche pas de rougir malheureusement...

Au fil de l'herbe et du vent...  PV Jaime 

Jaime prit le temps de réfléchir et de se remémorer le conte d'Alice au pays des merveilles. Une petite fille qui ne voulait pas acquérir le comportement attendu d'une jeune fille quittant l'enfance. Suivant un lapin qui parle et qui tombe alors dans un lieu rempli de magie et de créatures étranges. La seule chose d'un peu moins intéressant étant sans doute cette reine qui ordonnait qu'on coupe la tête! à tout va. Hmmm... il jeta un regard autour de lui au cas où il verrait ce personnage coloré surgir soudainement en hurlant ! : « Qu'on lui coupe la tête! »

« Je connais. Je connais beaucoup d'histoire car j'aime en lire à mes petites sœurs. J'ai deux sœurs plus jeune que j'adore. Et le soir, j'aime être celui qui leur raconte une histoire pour qu'elles s'endorment. Quand on nous a annoncé que j'étais un sorcier, elles étaient très enthousiasme et me demandaient de faire de la magie! »

Jaime sourit au souvenir de ses deux fillettes surexcitées qui le tiraillaient en exigeant qu'il fasse de la magie. Leurs regards avaient été si brillant, si avide, si intense alors. Elles avaient beaucoup d'énergie et d'amour, mais jamais autant. 

Par contre le sourire et la joie qu'il avait ressenti s'estompa en se rappelant la douloureuse séparation d'avec ses parents et elles. Parce que maintenant, il n'allait plus être à la maison à tous les soirs, ni pouvoir jouer avec elle durant l'année scolaire.

« Elles me manquent. Personnellement, je garde une photo d'elles et de mes parents avec moi. Cela me rappelle que je ne suis pas seul, que j'ai une famille et des gens qui m'aiment que je réussisse ou pas ici. »

Lily lui faisait penser à elles. Il se sentit un élan protecteur envers elle. Elle paraissait si inquiète et timide.  Il ne pouvait s'empêcher d'avoir envers elle un sourire chaleureux, bien qu'il restait serein.

« Personnellement, je trouve ça intéressant ici. Cela reste une école après tout. Je dois dire par contre que les professeurs sont plus excentriques ou alors c'est l'effet que j'ai parce qu'ils enseignent la magie.  Les devoirs sont beaucoup plus imposants que ce qu'on avait avant par contre, tu trouves pas? »

«Life is like a chocolate's box»

Au fil de l'herbe et du vent...  PV Jaime 

Je vois une ombre passer sur son visage... Cette ombre, je la connais. Je l'ai vu sur d'autres visages, mon visage... Cette ombre, c'est le manque, la perte d'un amour, d'un être cher. Je comprends tout de suite en l'écoutant parler du fait que ses deux petites soeurs lui manquent, de sa famille qui le soutient. J'aimerais pouvoir dire que je le comprends, malheureusement je ne connais pas vraiment ça, mis à part dans les livres. Comment pleurer une mère disparue, dont on ignore le sort? Comment ressentir le manque d'une père qui nous a plus blessé qu'aimée? Comment ressentir le manque de grands-parents qui ont été si peu présents? Et plus que tout... Dois-je pleurer ces soeurs que je n'ai jamais eues? Mes cousines, si loin, avec qui je n'ai jamais su m'entendre plus que ça? J'ai un frisson. Oh, je comprends sa solitude, mais je ne parviens pas à éprouver la même que lui. Je ne manque pas d'amour et de famille de la même manière. Tout simplement parce que je n'en ai jamais vraiment eu... Me vient aux lèvres la seule chose que je puisse.

"Ils ont beaucoup de chance de t'avoir..."

J'aurais aimé avoir un grand frère pour me border, ou une petite soeur à coucher. Une amie avec qui faire des bêtises. Mais je n'ai jamais vraiment pu... J'ai vécu dans une cage, mon coeur était aussi dans une cage dont ma mère possédait la clé. Même si la cage s'est brisée, mon coeur s'est écorché en s'en extirpant. Maintenant, je suis maladroite... Je relève la tête quand il se remet à parler pour répondre à ma question.

« Personnellement, je trouve ça intéressant ici. Cela reste une école après tout. Je dois dire par contre que les professeurs sont plus excentriques ou alors c'est l'effet que j'ai parce qu'ils enseignent la magie.  Les devoirs sont beaucoup plus imposants que ce qu'on avait avant par contre, tu trouves pas? »

Je le regarde avec des grands yeux soudainement amusés lorsqu'il parle des professeurs excentriques. J'ai presque envie de rire, parce que je partage totalement son avis. Je prends un petit temps pour réfléchir, me prenant le menton entre le pouce et l'index de ma main droite et regardant l'herbe au sol. Puis le regardant le plus franchement que je puisse, amusée, je lui réponds.

"Excentriques, c'est sur ! Parce qu'ils enseignent la magie? Rien n'est moins sûr... Très sincèrement, je crois qu'être professeur ne change rien, ils ont tous un sacré caractère ! Regardes notre professeure de DCFM qui nous lâche des Botrucs dès le premier cours, c'est assez inattendu... Ludique, certes, mais inattendu ! J'espère bien qu'elle est irremplaçable."

Je baisse un peu la tête, gênée d'avoir autant parlé, mais heureuse de me sentir aussi détendue. L'idée des Botrucs m'a donné envie de rire, et le souvenir de ce cours est pour moi mémorable. Je prends néanmoins le temps de répondre à sa question.

"En tous cas, je suis d'accord avec toi, les devoirs sont bien plus imposants. Je... Je ne sais pas si c'est notre côté moldu sur les bords qui nous fait ressentir cela, mais... C'est clair qu'on a une dose monumentale de travail. Il faut vraiment s'accrocher, et étudier. Heureusement, pour cela, ils ont une magnifique bibliothèque ! Celle-là, je n'en avais jamais vue de pareille !"

Je le regarde, heureuse de partager un moment calme. Il faut dire que parler avec ceux de sa maison est toujours plus aisé, et c'est sans compter les serpentards qui ont tendance à me faire un peu peur... Il y en a justement qui passent à proximité, me faisant me figer quelques secondes. Comment Merlin a-t-il pu venir de cette maison?

Au fil de l'herbe et du vent...  PV Jaime 

Jaime perçoit la détresse ou la tristesse de Lidy et avec quelqu'un qu'il connait, il aurait peut-être eu le courage de se montrer empathique et réconfortant. Cependant, comme il ne l'a connait pas encore et que... il est un peu mal à aise dans ce nouveau monde. Il se raidit un peu pour ne pas tendre un bras vers elle et garder la distance qu'ils s'étaient imposés l'un envers l'autre. Un instinct qui lui dicte peut-être que les contacts physiques peuvent ne pas être une source de réconfort pour elle.

Malgré tout, lorsqu'il avait changé de sujet pour parler des élèves, de l'école, des professeurs, en espérant que cela améliorait le ressentit de la jeune fille, il ne se trompa pas. Avec soulagement, il l'entendit se détendre et exprimer son avis. Jaime se détendit à son tour et eut un sourire qui se voulait réconfortant et sincère. Il ne voulait pas être la source de sentiments désagréables.

Lorsqu'il l'entendit évoqué le premier cours de défense contre les forces du mal, Jaime se pinça les lèvres. C'était un cours avec lequel il avait beaucoup de difficulté. Pas au niveau de la matière au niveau de l'étique du cours. Comment pouvait-on utiliser ainsi des créatures magiques au même titre qu'un animal comme cobaye? C'était vraiment cruel.

En plus, Jaime était quelqu'un d'assez calme et sérieux. Il aimait certes rire et jouer, mais dans un certain encadrement. Sauf que le cours lui paraissait assez fou. L'enseignante abordait à peine un sortilège de défense, laissant beaucoup d'interrogation, puis les contraignait à la pratique du sortilège sur des êtres vivants. 

« Personnellement je n'aime pas. Je suis sûr qu'il pourrait avoir une autre façon de nous faire pratiquer ou alors des sortilèges de défenses moins cruels. Mais sinon dans l'ensemble c'est correct, je veux dire les cours et tout ça. Mais je suis pas à l'aise dans ce cours. J'ai rien contre Mlle Holloway, mais je préférai que le cours soit différents. »

Jaime ne voulait pas que quelqu'un croit qu'il était critique envers un professeur ou qu'il voulait manquait de respect à leur travail. C'était juste une opinion et rien de désobligeant envers l'école ou l'enseignement qui y était donné. Mais il songea qu'il valait mieux changer de sujet avant que cela soit mal interprété. Elle sembla avoir la même idée car elle aborda alors la bibliothèque. Pour être honnête, il n'y avait pas mis les pieds. Il se doutait bien qu'il y en avait une, comme dans toutes les écoles, mais il s'était contenté de faire ses devoirs dans sa salles communes avec ses manuels scolaires, sans aller chercher d'autres livres ailleurs.

« Je dois avouer que je ne suis pas encore aller à la bibliothèque. J'ai un peu mal à m'adapter, ou du moins à être à l'aise alors je ne m'éparpille pas. Qu'est-ce qu'elle a de fabuleuse la bibliothèque ? »

Cela interpelle un peu sa curiosité, et il se dit qu'il pourrait bien aller y faire un tour, ne serait-ce que pour pouvoir la décrire dans sa prochaine lettre à sa famille surtout si elle est aussi spéciale que Lidy le laisse entendre. Il imagine une salle sortie du droit d'un comte, avec des livres qui se replacent toutes seules, des antiquités en parfaite état trônant à différents endroits, ou encore comme dans le film de Disney de la Belle et la Bête, un très vieux classique du 7e art que ses parents leur ont fait découvrir.

«Life is like a chocolate's box»

Au fil de l'herbe et du vent...  PV Jaime 

Ah? Il semblerait que Jaime n'ait pas aussi bien vécu que moi le premier cours de Melle Holloway... Le cours a été si intense pour moi que je n'avais pas pris le temps de regarder de trop près qui se débrouillait comment. J'étais bien trop occupée à tenter de lancer un sort vers le Botruc qui semblait fier de posséder ma trousse. A ce moment-là, je revois l'image qui m'était apparue en tête à cette occasion : celle d'un chat, trop fier d'avoir "attrapé" le point rouge d'un laser, avant de comprendre que le laser semblait pourtant être maintenant sur ses pattes. J'avais néanmoins réussi à lancer le sort et à libérer l'innocente trousse de l'emprise, et je dois bien avouer que Jaime a raison sur un point que je n'avais pas envisagé : le sort est assez cruel envers le Botruc. Mais n'est-ce pas aussi pour nous apprendre à réagir plutôt que réfléchir que la professeure avait créé cette épreuve? Dans des situations dangereuses, si un autre être qu'un Botruc décidait de notre mort, nous n'aurions pas le temps de penser à la rigueur du sortilège : nous devrions penser à sauver notre vie malgré les conséquences. Mais... Est-ce vraiment ce que nous voulons? Blesser des créatures en cours ? 

Lorsqu'il répond par rapport à la bibliothèque, mon visage rayonne, et rien qu'à évoquer le lieu c'est comme si je pouvais le voir là tout de suite. Ce que la bibliothèque a de merveilleux? Mais ... Pour moi, c'est tellement évident !

"Oh, c'est la bibliothèque rêvée ! Haute, comme celle de La belle et la bête, remplie d'ouvrages parfois anciens aux reliures somptueuses... C'est un lieu digne d'un compte de fées. On peut presque tout y trouver ! Bien entendu, je doute que les étagères puissent contenir des ouvrages qui viennent de l'univers moldu..."

Une pointe de tristesse me prend à ce moment. Quelle avait été ma réaction en découvrant tous ces livres sans pouvoir déceler un seul livre de Jane Austen? J'avais été déstabilisée, c'est sûr...J'aurais aimé pouvoir retrouver certains livres de littérature classique à notre monde, mais à la place j'étais plutôt tombée sur les contes de Beedle le Barde, rien qui ait bercé mon enfance, rien n'est moins sûr...

"Mais tout est tellement somptueux, les écritures n'ont rien à voir avec nos ouvrages bien imprimés... Certains possèdent des enluminures extraordinaires, et les images bougent, comme les tableaux du château. C'est comme un mini film, c'est somptueux ! Le tout sur des kilomètres invraisemblables d'étagères qui sentent le vieux livre et le bois..."

Rêveuse, je tente tout de même de reprendre mes esprits et de paraitre plus sérieuse, lui demandant avec curiosité.

"Pour l'instant, c'est quoi ton endroit préféré dans le château? C'est vrai que c'est facile de se perdre, d'ailleurs... C'est assez... Euh... Immense pour une école."

Au fil de l'herbe et du vent...  PV Jaime 

Jaime était vraiment enchanté par la description qu'elle faisait. Elle aimait la bibliothèque et les livres cela ne faisait aucun doute. Il entendait son amour de ce papier parfumé et cette manière de décrire les livres comme des oeuvres d'art. Oui il voyait très bien le papier de chanvre doré, les enlumineurs faits main avec des couleurs vives, de bleu et de vert. L'écriture cursive à la plume. Mais dans tout cela il ne devait pas y avoir beaucoup de roman ou de livre qui raconte des histoires et non pas l'Histoire avec le grand H.

Jaime était un bon lecteur, mais il évitait de trop lire. Les garçons qui lisent sont sujet à moquerie. Il préférait jouer au ballon et faire d'autres sports comme la course ou autre. Malheureusement, il était tellement gauche. D'ailleurs, il avait encore du mal à tenir sur un balai. Il tombait encore parfois alors qu'il ne faisait rien de spécial...

Il secoua sa la tête comme pour chasser cette pensées désagréable et retrouva le sourire. Il afficha donc une grimace joyeuse à Lidy parce que l'écouter parler de la bibliothèque donnait envie d'aller y faire un tour et de fouiller dans les rayonnages.

« Je ne sais pas encore. J'aime beaucoup la salle commune. On y est chez soi, c'est un vrai foyer et la maison est une vraie famille. On est là les uns pour les autres, on parle, on rit, et tout le monde semble apprécié de tout le monde, personne n'est laissé seul. Les professeurs trouvent qu'on y reste trop longtemps et qu'on devrait sortir dehors pour jouer ou aller je sais pas, passer du temps avec les élèves des autres maisons, mais si ils voulaient qu'on soit une seule communauté à Poudlard, ils ne nous diviseraient pas dès la première journée. »

Oui clairement la salle commune de Poufsouffle était son endroit préféré. Et puis, il avait l'impression d'être dans le monde de Tolkens. C'était vraiment enchanteur. Il eut un très grand sourire fendu jusqu'aux oreilles en imaginant les élèves de sa maison, et lui-même, avec de très grand pied couvert de poils frisés... Oui, c'était certainement les gens les plus joyeux, tranquille et pourtant généreux, familiaux et loyaux. De vrais amis, une vraie famille qui s'étendaient comme un arbre millénaire et plus encore. Pourtant, malgré leur nature casanier - ou du moins lui était casanier - ils pouvaient partir à l'aventure, traverser le monde et affronter tous les dangers pour aider leurs amis.

« Je crois que Tolkens était un sorcier et qu'il est passé à Poudlard. Je dis ça parce que je viens de réaliser que nous ressemblons beaucoup, au niveau de caractère quand même, aux hobbits. Tu trouves pas? Désolé, c'est un peu hors sujet, mais ça reste dans les livres, alors tu connais peut-être Le Hobbit ou Le Seigneur des anneaux ? »

Ça pourrait être amusant de trouver à quel peuple était associé les autres maisons.

«Life is like a chocolate's box»