Parc

Inscription
Connexion
  Retour

 RPG   Libre  L'Azuré et le Serpent Blanc






28.01


I'm the light in the darkness and the shadow on the ground. I'm everything... everything you ever wanted to know about silence.

 RPG   Libre  L'Azuré et le Serpent Blanc

C’était à l’heure du déjeuner à Poudlard. Les élèves avaient tous été conviés à déjeuner à une heure précise dans la Grande Salle ; on avait prétexté un menu spécial concocté avec amour par les elfes des cuisines. En effet, le déjeuner était délicieux. Il y avait eu un choix d’entrées avec ou sans viande, avec ou sans poisson, un choix de plats typiquement anglais et pour autant succulents, du fromage français et de nombreux petits desserts. Les élèves ne savaient pas pourquoi ils avaient été à ce point gâtés, mais ils l’acceptaient volontiers.

À la fin du déjeuner, les plats disparurent. Les élèves allaient se lever, finis d’être scotchés à leur banc par le charme de la nourriture, quand Kristen se leva à son tour, pointa sa baguette sur son cou et dit :

« Votre attention, s’il vous plaît. »

Tout mouvement cessa. Il était déjà étonnant de voir la directrice manger dans la Grande Salle mais le prétexte du déjeuner spécial avait convaincu tout le monde. Kristen esquissa un sourire mystérieux, haussa le menton et rabaissa sa baguette.

« Bien… Avant de retourner à vos occupations, je vous invite à me suivre dehors, devant la grande porte. Nous avons une petite surprise pour vous. »

Sur ces mots, elle fit un clin d’œil à Aude et elle se dématérialisa sous les yeux des étudiants en magie pour réapparaître dans l’encadrement de la porte de la Grande Salle une demi-seconde plus tard.

« Eh bien, hâtez-vous. »

Les derniers couverts dans les mains des élèves tombèrent dans leurs assiettes à dessert, on reposa son verre d’un coup sec, on se précipita pour aller voir ce que c’était que cette fameuse surprise. D’autres très jeunes sorciers étaient cependant plus prudents, ils se libéraient de leur place plus lentement et interrogeaient leurs camarades : « Qu’est-ce que ça peut bien être ? C’est courant, les surprises, à Poudlard ? »

La directrice, elle, était déjà partie et attendait tout le monde dehors, le nez pointé vers le haut. Elle venait d’apercevoir un petit point tout au fond du ciel.


******
LIBRE
******

Il en est du romantisme fiévreux comme de la moule pas fraîche : quand on en abuse, ça fait mal au cœur.

 RPG   Libre  L'Azuré et le Serpent Blanc

Mad était perplexe, intriguée ou tourmentée. A vrai dire, elle ne savait pas vraiment et elle se doutait que cela devait être un subtil mélange des trois qui lui donnait cette sensation d'inconfort. Pourtant, le banc sur lequel elle avait pris place n'était pas particulièrement dur par rapport à l'accoutumée. En réalité, elle tentait en vain de se détourner du sujet qui lui procurait ces émotions. On avait annoncé un déjeuner spécial, à Poudlard, sans raison apparente, en compagnie de Miss Loewy. Cette phrase ne cessait de virevolter lourdement dans sa tête tant elle lui semblait incongrue. Tout d'abord, la directrice ne déjeunait que très rarement dans la Grande Salle, entourée d'écoliers qu'elle devait trouver puérils et bruyants, mais à la limite, on pouvait comprendre cela. Manger dans son école avec les êtres qui la peuplaient n'avait pas à être trouvé étrange, que ce soit Miss Loewy ou une personne lambda. Ce qui tourmentait le plus la jeune fille était le déjeuner spécial qui avait été annoncé et qui se déroulait actuellement autour d'elle, mais dont la raison restait mystérieuse. Si l'on résumait cela du point de vue des élèves, cela donnait un déjeuner spécial sans spécialité. Et cela n'avait strictement aucun sens et n'importe qui pouvait bien s'en rendre compte, à condition de ne pas foncer tête baissée en mangeant tout ce qui se trouvait à notre portée sans plus d'interrogations. Mad avait donc essayé de réagir, mais la seule attitude que la blonde avait su adopter était la méfiance et ce qu'elle appelait "le Moule". Encore une adroite variation des deux. Faire ce qu'on lui demandait, comme on lui demandait, que ce "on" soit la société ou une personne bien précise, tout en gardant de la distance, du recul avec la situation et son environnement. 

Elle était donc arrivée à l'heure, légèrement en avance mais pas trop non plus, quelques minutes tout au plus, pas de retard à l'horizon donc. Ici, le "on" était un mélange entre la directrice qui avait fixé l'heure et la société (Moldue ou non, cela changeait peu, étincelle de magie présente dans le corps ou non) qui intimait d'arriver quelques minutes avant cette heure pour être au bon moment. Mad détestait qu'on lui impose les choses, d'autant plus lorsque ce "on" était indéterminé et qu'elle ne pouvait donc ne s'en prendre qu'à elle-même. Dans ces moments, elle haïssait la terre entière, à commencer par l'individu qu'elle pouvait représenter. Elle avait ensuite suivi la foule brouillonne des Gryffondor qui allaient peupler la table qui leur été attribuée. C'était similaire aux quatre maisons et cela rappelait quatre vaisseaux veineux partant du cœur pour se rendre jusqu'au bout des cinq doigts.  Elle avait furtivement pris place entre deux personnes qu'elle avait reconnu mais dont elle se foutait royalement à ce moment. L'une d'elle avait bien tenté de lui adresser la parole mais l'ignorance dont elle avait fait preuve avait poussé l'interlocuteur (ou interlocutrice, elle n'y avait même pas prêté garde) à se détourner d'elle. La Deuxième Année avait donc passé ce repas à contempler la Table des Professeurs, en particulier Kristen Loewy et Aude Luneau. Les plats se succédaient pourtant dans son assiette mais elle ne leur accordait rien. Ici, ce rien avait fait l'œuvre d'une once d'attention pour ces particules comestibles tout de même. Un doux regard sur le fromage français, puis ne s'en était plus préoccupé jusqu'à ce que le déjeuner prenne fin. Rien manger, rien toucher, le comportement qu'elle avait adopté (la partie occupée par la Méfiance cette fois) lui coupait l'appétit inexorablement. La directrice de Poudlard, l'unique sujet dont elle s'occupait désormais, n'avait pas daigné ne lui jeter qu'un regard. Elle était obnubilée par sa compagne, enfin celle qui semblait répondre à ce nom. Pas un regard pour l'étendue d'étudiants qui lui permettait de vivre et à qui elle offrait en retour des dons d'apprentissage au compte-gouttes. Une déception perça dans l'Âme de la fille, tranchant, autoritaire, impérieux. A l'image de la femme qui en était l'origine. 

Tout à coup, l'enveloppe corporelle de la concernée s'étendit pour devenir droite, bien que son corps ne pouvait être rectiligne, et son bras amena sa baguette tenue par ses doigts jusqu'à sa gorge. Ses lèvres articulèrent quelques mots indistincts pour Mad à ce moment qui n'était intéressé que par les mouvements incisifs du corps de la directrice. Elle ne s'intéressait pas à ce qu'articulait ses lèvres mais plutôt comment et pourquoi le faisait-elle ainsi. Tout ce qu'elle remarqua fut le silence qui s'abattit pendant et après ses paroles. La prestance de cette femme se reflétait dans tout : de l'armure disposée dans un coin de la Grande Salle jusqu'aux yeux des Serpentard, tout pétillait, transparaissait Kristen Loewy. C'en était impressionnant. En quelques instants, cette aura (celle dégagée par la femme, et celle qui prenait place autour d'elle) rendit l'élève immobile, inébranlable. Elle était probablement devenue l'élément le plus inerte du château à ce moment. Toute effluve de vie s'était évanouie pour laisser place à une passivité exemplaire. Lorsqu'elle prit conscience dans l'état -qui lui semblait désastreux- dans lequel elle se retrouvait, elle détourna subitement le regard. Elle n'arrivait pas à être dans le Moule, c'était contre nature, ou tout du moins contre la sienne. Tout le repas, les gens avaient planté leurs yeux dans ceux de la personne en face d'eux ou dans leurs assiettes mais Mad s'était tournée vers Kristen Loewy et l'inverse se produisait désormais. Maintenant, elle ne pouvait se fier qu'à ses oreilles pour connaître le déroulement de ce qui se produisait derrière son dos, face à sa colonne vertébrale. Elle distingua quelques mots mais ce n'était que des brides des quelques phrases prononcées par l'observée. Elle s'en voulait à mourir de ne pas saisir les mots précieux que dévoilait la directrice et elle tenta donc de se concentrer d'autant plus mais un brouhaha surgit autour d'elle et l'étouffa, sa respiration se bloqua, ses membres se crispèrent et elle tenta de retrouver la carapace à laquelle elle tenait tant. Elle posa brusquement ses membres inférieurs sur le banc et les replia contre son buste, puis plongea sa tête dans l'antre qui se formait. La jeune fille ne saisissait plus rien et des milliers de questions comblaient sa cavité crânienne dans les moindres recoins. Elle les repoussait inlassablement, cela la révulsait et elle n'arrivait pas à se détendre. Elle ne parvenait pas à disloquer la pression que son corps, ses muscles tétanisés exerçaient. Elle avait envie de laisser la voix rauque qui avait remplacé son habituelle dans ses cordes vocales, s'échapper. Elle ne le pouvait, elle devait garder le contrôle d'elle même. Contractée, convulsée, elle se leva donc. Une flopée d'élèves sortaient toujours même si le ventre de la Grande Salle s'était vidée. Elle était tout de même avide de connaître, savoir ce qui était si extraordinaire aux yeux de Poudlard. Ce qui surprenait apparemment Kristen Loewy.

Comment te dire, ou te faire comprendre, que la Vie n'était qu'un simple Songe ? Un Mensonge, que la Vérité Ronge.
Rire à m'en déchirer les abdos. Brûler nos complexes et nos vieilles pulsions d'ados.
Absente jusqu'au 18 août

 RPG   Libre  L'Azuré et le Serpent Blanc

Elina était dubitative. Bien sûr elle était ravie du menu spécial du jour, mais en dehors des périodes de fêtes, ce genre de faveurs à l'égard des élèves étaient inhabituelles. De même, il était rare qu'un horaire bien précis soit fixé pour les repas. En générale, les élèves pouvaient déjeuner quand bon leur semblait tant qu'ils se présentaient au moment de la pause repas. Il se passait forcément quelque chose, mais quoi ? S'il y avait bien quelque chose de rassurant, c'est qu'un tel festin ne pouvait annoncer qu'une bonne nouvelle. D'ailleurs, en parlant de choses inhabituelles, Miss Loewy s'était jointe aux élèves et aux professeurs pour ce repas. Habituellement, elle prenait ses repas dans son bureau. Du moins c'est ce que Elina supposait puisqu'on la voyait rarement dans la Grande Salle. Sans compter qu'elle semblait de bien bonne humeur. Là encore, il était rare de voir la directrice afficher ainsi un air réjouit. Enfin, réjouit... Sur une autre personne, on en serait simplement venu à la conclusion que cette personne n'avait pas passé une trop mauvaise journée. Sur miss Loewy, c'était beaucoup plus significatif.

Dès le repas terminé, les plats disparurent d'eux-même comme à leur habitude. Enfin, quelque chose d'habituel ! Mais avant que les élèves n'aient le temps de s'éclipser, la directrice pris la parole, réclamant l'attention de tous. Tous se stoppèrent dans leur élan face à cette situation, encore une fois, bien inhabituelle.

« Bien… Avant de retourner à vos occupations, je vous invite à me suivre dehors, devant la grande porte. Nous avons une petite surprise pour vous. »

A peine ces mots furent-ils prononcés, que la directrice disparue. Franchement, comment pouvait-on demander à être suivie lorsque l'on se téléportait sans prévenir ? La directrice réapparu dans l'entrée de la Grande Salle avant de se remettre en mouvement, les incitant une nouvelle fois à la suivre. Avant que la foule d'étudiants interdis ne se précipite dehors et ne vienne bouchonner à l'entrée de la Grande Salle, Elina se leva de table pour suivre leur directrice sans chercher à discuter avec les autres élèves. Le meilleur moyen de savoir ce qu'il se passait était encore d'aller voir par soi-même. Lorsqu'elle fut hors du château, elle avisa miss Loewy, les yeux braqués vers le ciel. La Poufsouffle suivit son regard, mais ne vit rien de notable. S'il y avait quelque chose à voir, peut-être fallait il savoir quoi chercher pour le voir ?

¤ Responsable de la Cabane de Cristal ¤
~Ne sous estimez pas les griffes du blaireau parce que sa fourrure vous semble douce~
ma couleur : #7F6000

 RPG   Libre  L'Azuré et le Serpent Blanc

Lorsque l'annonce d'un repas spécial avait fait son chemin jusqu'à la salle commune des poufsouffles, des hourras enthousiastes avaient retenti et toute la matinée durant, des pronostics sur les plats qui allaient leur être servi avait été fait. Rey avait pris plaisir à participer, aussi heureux que les autres à l'idée de se régaler à un buffet spécial. Ce qui était curieux cependant c'était l'heure très précise à laquelle ils avaient tous été conviés mais cela était sûrement par soucis de commodité pensait-il. Si événement spécial il y avait lieu, il était bien plus aisé que tout le monde soit là en même temps. Même si les Poufsouffles pensaient surtout à leur ventre, le rouquin se demandait tout de même si autre chose avait été prévue. Un spectacle peut-être ? Une annonce ? Il lui paraissait peu probable qu'un repas spécial soit dressé sans aucune raison. Parce que pour le moment, aucun événement connu n'était à célébrer.

Lorsque l’heure du déjeuner fut arrivé, ce fut avec un bel ensemble que les élèves s'installèrent aux quatre tables, les yeux pétillants de bonheur, enfin surtout concernant les Poufsouffles. Et le repas fut à la hauteur des promesses suggérées. Il y avait de tout, du poisson, de la viande, des préparations anglaises, du fromage français et pleins de succulents desserts. Alors que Rey finissait de manger en frottant son ventre bien rond avec un sourire ravi sur le visage, il tourna la tête vers la table des professeurs. Il fut surpris d’y trouver leur directrice, qui d’habitude, était toujours absente. Le rouquin se tourna alors vers ses camarades plus âgés que lui, circonspect.

- Vous avez souvent des repas comme ça ? Spécial ? 

Tom Frazer, un quatrième année secoua négativement la tête. Il froncait les sourcils depuis le début du repas mais Rey n'avait pas fait réellement attention jusqu'à maintenant. Comme s'il avait anticipé quelque chose que les plus jeunes n'avaient pas vu venir.

" Jamais, lui répondit-il. Et notre directrice se joint rarement à nous. Souvent, c'était pour annoncer de mauvaises nouvelles."

Rey écarquilla les yeux. D'une certaine façon, on leur avait tendu un piège. Un piège succulent mais un piège tout de même. Alors qu'il n'était pas tout à fait convaincu de cette éventualité, Miss Loewy se leva et leur demanda leur attention à coup d’augmentation vocale magique. Le rouquin se ratatina, prêt au pire. Il n'avait pas oublié la bataille de Poudlard quelques mois plus tôt qui lui avait valu pas mal de cauchemar. Serait-ce une nouvelle attaque qui se préparait ? Cela serait une bien étrange façon de l’annoncer. Le sourire mystérieux de la directrice balaya cette pensée, tout aussi étrange qu'elle était, elle ne se réjouirait pas d'un malheur à venir. Non c'était forcément autre chose.

« Bien… Avant de retourner à vos occupations, je vous invite à me suivre dehors, devant la grande porte. Nous avons une petite surprise pour vous. »

Une surprise ? A ces mots, Rey jeta des regards de toutes parts, tout comme une grande partie des élèves, ne sachant que faire. Ce n'est que lorsque la directrice réapparut sur le seuil de la grande salle et les invita à nouveau à la suivre qu'il bondit du banc, mué par une franche curiosité. Il emboîta le pas aux premiers élèves qui avaient réagi et retrouva Miss Loewy et ses camarades les yeux braqués vers le ciel. Mais il eut beau fouiller le bleu azur, il ne voyait rien de spécial. Cependant, il ne pipa mot et se contenta de fixer le ciel de ses yeux d’ambre, attendant qu'il se passe quelque chose.

Capitaine et Poursuiveur des Frelons
*Le souffle des poufsouffles jamais ne s'étouffe*

 RPG   Libre  L'Azuré et le Serpent Blanc

Ce soir là, dans la salle commune des gryffons, des éclats de rire couvraient un ronflement sonore. Avachi dans un fauteuil moelleux, Elijah était tout à sa sieste. Son exemplaire de l'Histoire de la magie moderne ouvert sur les genoux, le rouquin s'était assoupi : la bouche grande ouverte et la tête rejetée en arrière. Une demie heure plus tôt, il s'était jeté à corps perdu dans ses révisions, après avoir réalisé le retard qu'il avait prit sur son devoir. Bien qu'y aillant mit toute sa volonté, ses paupières étaient devenues lourdes, ses yeux mouillés, et sa mâchoire douloureuse à force de bailler à répétition. Et puis, paf pistache, le sommeil l'avait gagné.

Assis sur le canapé près de lui, un groupe de deuxième année riait aux éclats. Voilà cinq minutes qu'ils découpaient de petits morceaux de parchemins, les roulaient en boule, et tentaient de les lancer droit dans l’œsophage du rouquin. Une liste de score s'étalait sur la table devant eux tandis qu'une multitude de boulettes en papier s'éparpillait aux pieds de leur victime assoupie.

" Allez ! Dernière chance Stan ! Vise bien ! "

Le dit Stan coinça sa langue entre ses dents, plissa les yeux, et visa tant et si bien que son projectile tomba droit dans la bouche béante d'Elijah.
" Ouaaaaaaaaaaais !! "
Le garçon s'était levé d'un bond, debout sur le canapé, et exultait de joie.
Ses camarades entamaient une danse de la victoire tandis qu'Elijah portait les mains à sa gorge.

" KOF KOF KOF ! "
Le réveil fut brutal.

L'une de ses camarades, toujours hilare, lui donna une grande claque dans le dos. La boulette ressortie à une vitesse prodigieuse et ricocha sur elle, intensifiant les éclats de rire des autres gryffons.

" KOF ! Merci Linda ! KOF-KOF ! Aaaah vous êtes malins tiens ! Tas de scroutts puants ! "
Brown leur adressa malgré tout un sourire amusé en reprenant lentement sa respiration.
" Admets qu'il vise bien ! Cette trogne que tu as faite ! Haha ! Allez suis nous, c'est l'heure de diner ! " Un hochement de tête plus tard, Elijah rangeait son livre dans son sac et leur emboitait le pas.

Gourmand comme pas deux, il s'était fait toute une joie de ce repas 'spécial'. Arrivé à la Grande Salle, il constata que les conversations ne tournaient autour que d'un sujet : pourquoi leur avoir concocté un diner spécial, et pourquoi les avoir tous réunis à une heure précise ? De son côté, Elijah se demandait surtout ce que les elfes leur concocteraient tout court... Et il ne fut pas déçu. Dès que les assiettes furent remplies, Elijah se jeta sur tout ce qu'il pouvait trouver. A grands coups de louche, il se resservit d'un peu de tout, glouton. A moitié debout sur sa chaise, prêt à piquer dans un nouveau morceau de tarte du bout de sa fourchette, c'est avec déception qu'il le vit disparaitre. Contrairement à son appétit, les plats avaient disparu.

" Hoooo... " Il se laissa retomber mollement sur sa chaise, boudeur. Un haussement d'épaules plus tard, il s’apprêtait à quitter la table lorsque : " Bien… Avant de retourner à vos occupations, je vous invite à me suivre dehors, devant la grande porte. Nous avons une petite surprise pour vous. " Il n'y avait pas encore prêté attention, mais leur directrice était assise à la table des professeurs, ce qui était plutôt inhabituel...

Piqué par la curiosité, il jeta des regards autour de lui. Personne ne semblait savoir ce qui se préparait. Lorsqu'il retourna les yeux vers leur directrice, celle-ci avait disparue. " Eh bien, hâtez-vous. " L'enfant sursauta et tourna la tête. Miss Loewy se trouvait désormais à la porte de la Grande Salle.

* Wouaaaah... trop fort ! *

Les yeux écarquillés d'admiration, il suivit ses camarades jusqu'aux portes du château. Ils retrouvèrent leur directrice à l'extérieur. Se frayant un passage parmi la foule, Elijah remarqua Mad, comparse gryffonne, et se planta à côté d'elle. Il leva les yeux au ciel comme beaucoup de ses camarades, avant de lui donner un léger coup de coude, sans détourner les yeux du point que semblaient fixer les autres (sans le voir).

" Salut Mad ! Une idée de ce qui se trame ? "

On n'aurait su dire si les étoiles se reflétaient dans ses yeux ou si l'excitation lui faisait briller les pupilles.

Première année RP
" Plus on est de fourbes... "
" Griffes et crocs, Griffes et cœurs, Gryff vainqueurs ! "

 RPG   Libre  L'Azuré et le Serpent Blanc

Image

HUA


L’horizon blanc représentait un émerveillement de tous les instants pour Hua Cao. Où que se portât son regard, le relief écossais lui présentait sa plus belle robe d’hermine : un blanc pur, scintillant à la lumière du soleil comme une mer de sucre.

Nichés au cœur de la vallée de Jiuzhaigou, les toits de Zhuangyán n’avaient jamais reçu le moindre flocon de neige ; tout du moins depuis que Hua y était entrée en tant qu’élève, vingt-cinq ans plus tôt. Mais à la beauté de ce spectacle atypique, Hua opposait la légèreté de sa tenue. Sa somptueuse robe de cérémonie rouge ne représentait qu’une barrière dérisoire contre l’humidité et le froid mordant de ces contrées merveilleuses. Heureusement que le corps de sa fidèle compagne dégageait la chaleur nécessaire à sa survie. Avancée sur sa selle en lin, Hua était à demi-allongée sur les écailles à la douce teinte de porcelaine de son authentique Serpent Blanc du Laos quand les tours de Poudlard surgirent enfin derrière une chaîne de moyenne montagne.

Quel drôle d’endroit, songea Hua. Elle n’avait encore jamais vu un château comme celui-là : dépourvu de couleurs chatoyantes ; à vrai dire austère, mais pas assez pour paraître tout à fait lugubre. Dire qu’il n’avait même pas l’envergure d’un seul quartier de Zhuangyán… Et bien, il est toujours un peu plus grand que celui de Mahoutokoro…

D’une caresse ferme, Hua pressa sa monture ailée de descendre ; ce qu’elle fit en poussant un cri strident. La température se réchauffa de trois ou quatre degrés, une forêt de conifères se profila et avec elle l’étendu d’un vaste parc entre le château semi-lugubre et un lac encore plus vaste. C’est là que Hua fit atterrir son dragon. Là, qu’il souleva une mer de neige et de vapeur en posant ses huit mètres de longueur sur le sol. La créature renifla et désapprouva aussitôt cet environnement.

« Ne fais pas ta difficile (1), la taquina Hua en jetant une petite échelle en cordes par-dessus sa selle. »

Au sol, Hua réprima un frisson. En réponse, elle joignit précipitamment ses mains, faisant apparaître une cape en fourrure sur ses frêles épaules tandis que son regard avisait la masse de sorciers vêtus de noir devant les immenses portes du château. Une masse au premier rang de laquelle elle n’eut aucun mal à reconnaître la maitresse des lieux, cette Kristen Loewy qu’elle était si curieuse d’observer au-delà de ce que les légendes s’amusaient à déformer ou à taire sur son compte.

Mais pour l’heure, Hua ne devait surtout pas manquer d’annoncer l’arrivée de son mentor. Aussi, se fraya-t-elle un chemin dans la neige jusqu’aux rangs resserrés des curieux occidentaux — trempant au passage ses petits pieds lovés dans des ballerines traditionnelles. Tout le bas du corps transit par le froid, elle serra les dents pour taire son mal, puis elle s’inclina devant l’assistance avant de planter son regard dans celui de la directrice.

« Hua Cao vous présente Biao Xixia, le grand doyen de Zhuangyán, dit-elle dans un anglais maîtrisé en faisant volte-face avec une grâce toute calculée. »

Dans le ciel bleu de Poudlard, un point apparut alors… bien plus gros que le premier qui avait vu fondre un grand dragon blanc aux yeux rouges sur le parc.


(1) Paroles prononcées en mandarin.

[Prochain post le 31/01]

I'm the light in the darkness and the shadow on the ground. I'm everything... everything you ever wanted to know about silence.

 RPG   Libre  L'Azuré et le Serpent Blanc

Assise à la table de Serdaigle, Milenka observait discrètement la table des professeurs. Quelque chose clochait, elle en était quasi-certaine.

Tout d'abord, il y avait ce déjeuner et son côté « spécial ». La jeune fille pouvait compter sur les doigts de la main les repas de l'année qui étaient aussi élaborés. Divers entrées, plats et desserts recouvraient les tables. Il y en avait vraiment pour tous les goûts ! Un tel repas était normalement réservé à Noël ou à Halloween... Pas à une banale journée de fin janvier... Non décidément, il y avait du mystère dans tout cela...

Plongeant sa cuillère dans sa – succulente – mousse au chocolat, la jeune préfète porta son regard sur les élèves des autres maisons. Beaucoup mangeaient d'un bon appétit et semblaient passer un agréable moment. D'autres, au contraire, lui apparaissaient comme troublés ou perplexes. Elle n'était donc pas la seule à trouver ce repas bizarre. Si elle suivait le regard de ses camarades, Milenka pouvait constater de la grande majorité avait les yeux rivés sur leur directrice. La troisième année songea que les elfes auraient pu s'épargner beaucoup de peine : en effet, la seule présence de Miss Loewy rendait ce repas hors du commun !
Après avoir fini sa part et, accessoirement, résisté à la tentation d'en reprendre un peu, la brunette attendit patiemment la fin du repas, symbolisée par l'habituelle disparition des restes (disparition toujours vécue comme une déchirure par certains élèves), en discutant calmement avec sa voisine. Alors que les élèves commençaient à se lever pour retourner à leurs occupations, Miss Loewy les coupa net dans leur élan.

« Votre attention, s’il vous plaît. »

Autant dire que le « s'il vous plaît » était superflu. Quand la directrice prend la parole, on l'écoute. Ne serait-ce que par instinct de survie...

« Bien… Avant de retourner à vos occupations, je vous invite à me suivre dehors, devant la grande porte. Nous avons une petite surprise pour vous. »

* Et voilà... *, songea l'Aiglonne. Il y avait donc bien anguille sous roche, comme disent les moldus. Néanmoins, la jeune fille n'était guère plus avancée. Une surprise ? Soit ! Mais était-elle bonne : le mystère restait entier. Plongée dans une intense réflexion, Milenka ne réalisa pas tout de suite que la directrice venait de disparaître de son champ de vision et c'est un peu surprise qu'elle l'entendit lancer derrière elle.

« Eh bien, hâtez-vous. »

L'injonction n'était pas tombée dans l'oreille d'un sourd et beaucoup d'élèves se précipitèrent vers les portes de la Grande Salle. La préfète s'y dirigea également, d'un pas plus mesuré cependant, tout en échangeant quelques mots avec des 1ères années, « légèrement » impressionnés.

Malgré une certaine cohue, Milenka se retrouva très rapidement dans le Parc. Comme beaucoup de ses amis et camarades, elle cherchait la fameuse « petite surprise ». En vain. Retenant un soupir de frustration, elle réalisa soudain que sa directrice, elle, ne regardait pas au niveau du sol : Milenka l'imita alors et fouilla de son regard le bleu du ciel... Elle n'y vit d'abord rien de notable... Mais, soudain, elle put voir approcher un grand dragon blanc. Celui-ci se posa rapidement et la personne qui en descendit vint à la rencontre de Miss Loewy. * Pour une surprise... C'est une surprise... * pensa Milenka. * Bon... pour le "petite" on repassera...* ajouta-t-elle en regardant le dragon. Elle n'eut guère le temps de plus l'observer car "l'étrangère" annonça:

"Hua Cao vous présente Biao Xixia, le grand doyen de Zhuangyán"

Instinctivement, Milenka reporta son regard vers le ciel. Ce qu'elle y vit la laissa bouche bée.

Je suis vraiment désolée. Je n'ai pas vu que le Maître du Jeu avait posté entre temps. J'ai adapté la fin de mon message mais n'hésitez pas à supprimer mon post si il le faut...

Couleur: #2f4f4f

*-*-*-* Lorsqu'ils déploient leurs ailes, les Aigles vous ensorcellent *-*-*-*

 RPG   Libre  L'Azuré et le Serpent Blanc

Aujourd’hui était un jour spécial. Kristen avait mis au courant les professeurs, mais sans dévoiler trop de détails. Après tout, c’était aussi une surprise pour eux. L’heure du déjeuner avait été fixée pour tout le monde, et de somptueux mets avaient été préparés par les elfes des cuisines. Oliver était assis sur la table des professeurs, en face de celle des Serdaigle. Etant un fin gourmet de viande, le professeur d’astronomie se servit dans le plat dédié, ainsi que de quelques flageolets blancs. Puis le repas débuta, et s’acheva bien vite. L’homme eut seulement le temps de prendre un morceau de fromage avant que Kristen ne se lève pour annoncer ce qu’elle avait à dire.

« Votre attention, s’il vous plaît. »

Le silence se fit assez vite dans la salle puisqu’elle avait utilisé sa baguette pour porter sa voix.

« Bien… Avant de retourner à vos occupations, je vous invite à me suivre dehors, devant la grande porte. Nous avons une petite surprise pour vous. »

Oliver tenta de cacher son étonnement lorsque la directrice de Poudlard transplana à l’autre bout de la salle. C’était un fait, il fallait s’habituer à son imprévisibilité. On sentait de plus en plus l’excitation des élèves autour des tables, et tous se levèrent du banc pour suivre la meneuse dehors. Le jeune professeur resta assis quelques minutes le temps que tous les élèves sortent de la salle, puis s’empressa de rejoindre la porte d’entrée. En vérité, il ne voulait rien rater de cette surprise, qui avait l’air un événement exceptionnel à Poudlard. Quand il l’atteignit, il vit qu’un majestueux dragon avait pris possession d’une parcelle du parc. Celui-ci n’avait pas l’air de se plaire dans la neige. Ce n’était pas vraiment étonnant quand on savait qu’à Zhuangyán, il n’y avait pas de neige. Oliver distingua ensuite une jeune femme avec une cape en fourrure sur le dos qui s’approchait. Lorsqu’elle fut assez près de la directrice, elle sortit quelques mots anglais de sa bouche, annonçant l’arrivée du célèbre, renommé, et illustre doyen de Zhuangyán.
Le londonien déplaça son regard de la femme qui s’avérait se nommer Hua vers le ciel : au centre de toutes les attentions volait un dragon bien plus imposant, qui faisait même presque peur. Il sentit son cœur battre plus vite, et un léger sourire esquissa ses lèvres.

I heard a whisper on my shoulder, pretending life is worth the fight.

Qui a appris à mourir, il a désappris à servir.

Co-fondateur du club "Notre supérieure est tyrannique mais on reste parce qu'on est maso"

 RPG   Libre  L'Azuré et le Serpent Blanc

Il fallut plusieurs minutes pour que Rey distingue enfin ce que leur directrice avait vu depuis le début. Un point à l’horizon semblait grossir à vu d'œil, il se rapprochait du château, de leur école. Il n’arrivait pas encore à savoir ce que c'était et se perdit dans de vaines spéculations. Il n'aurait jamais pu imaginer que cette forme mouvante à l’horizon passant de point à grande masse s’avérait appartenir à un magnifique dragon. Rey n’en croyait pas ses yeux et en resta bouche bée tandis qu'autour de lui de nombreuses exclamation montèrent. Des “ah” apeurés, des “oh” abasourdis retentirent à mesure que la bête approchait. Rey, dans les premiers arrivés et donc aux premières loges, esquissa un pas en arrière lorsque la créature aussi immaculée que la neige qui recouvrait le parc franchit les extrêmes limites du domaine. Il n'avait jamais vu autant de splendeur entremêlée à tant de dangerosité et son instinct lui criait de prendre ses jambes à son cou.

Il jeta un coup d'œil de biais à Kristen Loewy qui ne semblait pas être perturbée le moins du monde. Le rouquin se fia donc à sa directrice et ne bougea plus. Danger, il y avait certainement, mais pas suffisamment grand pour mettre en péril l'école et ses élèves. Sinon leurs professeurs auraient déjà réagi, enfin c'est ce qu'il pensait. Lorsque le dragon blanc se posa, une vague de vapeur enveloppa ses pattes musculeuses lui conférant un aspect irréel, si tant est que tout cela l'était. Rey lâcha une exclamation admirative, il n'avait jamais rien vu de si impressionnant. Enfin ça, c'était avant qu'une jeune femme apparaisse aux côtés de la créature. Elle avait vraisemblablement voyagé sur son dos.

- C'est géant, murmura-t-il.

Une pointe de jalousie titilla son cœur. Alors comme ça il existait des sorciers capables de chevaucher des dragons ? Un rêve de môme se rappela à lui et il en fut tout étourdi d'imaginer que cela puisse ne plus être un rêve. Des milliers de questions s'échouèrent sur ses lèvres closes tandis que l’etrangère approchait d’eux. Qui était-elle ? Que venait-elle faire ici ? Comment diable se faisait-il qu'elle voyageait à dos de dragon ? Et, avec l'excitation qui faisait luire ses yeux donnant presque l'impression que l’ambre de ses iris se mouvait, est-ce que lui aussi pourrait un jour faire de même ?

" Hua Cao vous présente Biao Xixia, le grand doyen de Zhuangyán "

Rey lança à la jeune femme un regard circonspect. Voilà une étrange façon de parler. Et le grand doyen, n'était-ce pas le directeur de l’école de sorcier en Chine dont on leur avait parlé en cours ? Que venait-il faire ici ? Il se garda bien de poser directement ses questions à la nouvelle arrivée, sachant pertinemment que sa curiosité serait  pris pour de l’impolitesse d'autant plus que l’interlocuteur de la chinoise était leur directrice. Cependant que le rouquin continuait ses réflexions silencieuses, une nouvelle ombre, bien plus grande que la précédente obscurcit le ciel. Cette fois-ci, le garçon ouvrit grand la bouche et ne la ferma pas, trop subjugué pour se rendre compte qu'il avait l'air idiot.

Capitaine et Poursuiveur des Frelons
*Le souffle des poufsouffles jamais ne s'étouffe*

 RPG   Libre  L'Azuré et le Serpent Blanc

C’était une journée banal à Poudlard. Jessica était assise à la table des professeurs et profitait de ce repas un peu spécial en compagnie de ses collègues et d’Effie qui depuis le début mangeait avec les sorciers à la table des professeurs. Cela faisait presque un mois que Jessica enseignait et elle ne s’était pas encore habitué à la sensation que cela procurait d’être assise à la table des professeurs en toute légalité. Le déjeuner fut excellent, avec un choix assez varié, peut-être même plus que d’habitude. Jessica avait tous aimé, sauf peut-être le fromage qui avait des traces de moisissures, typiquement français… comment il s’appelait déjà ? Ah oui, le roquefort ! Une horreur. Jessica n’est pas une spécialiste de la tiromancie mais elle peut être sur que ce fromage présage rien de bon.

Une fois que tous les estomacs furent remplis, Jessica vit les élèves se lever, mais elle, elle ne bougea pas. Elle vit sa patronne se lever et demander l’attention des élèves. Elle demanda à ce qu’on la suive dehors pour une surprise. En tant que professeur, Jessica savait que quelque chose allait se passer à la fin du repas, mais Kristen n’a pas voulut informer dans les détails. La part de mystère resta donc entier, même pour Jessica qui ne put utiliser ses dons de voyance pour cela.

Voyant Kristen Loewy transplaner à l’autre bout de la salle pour en pôle position, ça donne une idée à Jessica. Elle se baissa pour chuchoter quelque chose à Effie et cette dernière transplana à son tour. Et oui, être un elfe de maison à certains avantages. Jessica ne se précipita donc pas comme tous les autres, elle prit son temps pour finir son dessert et resta dans la Grande Salle, au besoin pour les élèves désireux de ne pas se mêler à l’excitation générale. Cependant, après son repas, la curiosité de Jessica la fait se rapprocher contre le mur de la Grande Salle, de sorte qu’elle puisse voir, selon l’angle, les réactions de certaines personnes. Et puis si personne ne reste dans la Grande Salle, elle se joindra aux autres.

~ Professeur de Divination ~ Correctrice en Sortilèges ~

 RPG   Libre  L'Azuré et le Serpent Blanc

Être assistant d’un professeur de Poudlard confère les mêmes privilèges qu’être un professeur tout court. On peut se balader quand on veut dans le château, profiter de la salle des profs, s’installer à la table des professeurs pour manger. Ouais mais cette partie dérange un peu Effie. C’est bien gentil mais il faut rappeler que des elfes de maison travaillent dur pour nourrir les sorciers de cette école. Alors savoir qu’Effie n’a pas préparer lui-même à manger et qu’en plus c’est un autre elfe qui aura préparer SON repas, c’est parfois difficile. Il faut malgré tout se nourrir alors Effie mange par respect pour Jessica et les sorciers qui l’entourent.

A la fin du repas, la grande Miss Loewy invita tous le monde à la suivre dehors pour une surprise. Effie n’avait pas été mise au courant mais Jessica se pencha vers elle pour lui chuchoter quelque chose. Intriguée, Effie écouta attentivement.

« Je vais rester en arrière, suis-là toi, et tu me raconteras tous ce que j'ai raté ! »

Juste avant ce message, la directrice avait transplaner à l’entrée de la Grande Salle. De sa petite taille d’elfe, et avec la foule, Effie constata rapidement qu’elle n’eut pas d’autre choix que de l’imiter, elle transplana donc dans le Hall d’entrée de l’école puis se déplaça vers la grande porte, devant tous les élèves, juste derrière la directrice. Petite mais futée, cette elfe de maison ! Effie regarda dans le parc mais ne vit rien d’anormal. Voyant Miss Loewy regarder en l’air, Effie en fit de même et vit quelque chose qu’elle ne reconnut pas arriver. Quelques minutes plus tard, une femme asiatique se présenta et annonça un certain Biao Xixia qui d’après elle était le doyen de Zhuangyán. Effie ne comprit pas tous mais apparemment Poudlard allait recevoir de la visite. L’elfe attendit la suite des évènements pour en savoir plus.

Elfe de Maison de Jessica Sapworthy

 RPG   Libre  L'Azuré et le Serpent Blanc

Seule à table Yuzu mangeait le fameux repas spécial. Perdu dans ses pensée elle était avachi sur la main qui maintenait sa tête elle agitait ses baguettes tout en mastiquant son repas. La directrice se leva et commença a passer une annonce. Elle avait une surprise ? Fabuleux... Les surprises Yuzu s'en méfiait toujours. Se fut typiquement l'émeute dans la grande salle. Se qui exaspéra la japonaise qui serra ses baguettes tout en ne bougeant pas d'un pouce. Ce n'est qu'une fois interpellée par sa sœur jumelle qu'elle décida de se lever gracieusement tout en se mettant dans la direction de la porte. La salle était a présent presque vide. Laissant son haori en soie flotter derrière elle, Yuzu passa le montant de la porte. La foule était regroupée, la japonaise trouva un coin calme et se posta finalement à coté de sa sœur qui regardait le spectacle. Froide et maussade Yuzu attendait la surprise sans grand espoirs que cela lui plaise.

- Hua Cao vous présente Biao Xixia, le grand doyen de Zhuangyán

La réaction de Yuzu fut instantanée.

- Des chinois ! Fabuleux !

Dit elle en japonais avant de se tourner vers sa sœur qui la regardait avec des yeux lui demandant d’arrêter ses caprices. Il fallait dire qu'elle n'avait pas murmurée ses paroles mais plutôt les avaient bien exprimées à haute voix. Cette école voulait définitivement sa mort. Elle tourna les talons, mais fut rattrapée par le bras. Hanai la tenait.

- Hanai lâche moi... fit Yuzu a son attention énervée dans son anglais

- Arrête ! il faut savoir fraterniser Yuzu dit Hanai d'un ton plus discret

- Bien sur je vais fraterniser avec ceux contre qui père protégeait le premier ministre.

Les yeux de Yuzu était rempli de colère et Hanai la lacha. Elle continua son chemin avant de rajouter a son attention.

- Depuis que tu es ici...tsss laisse tomber... fait donc copain copain avec notre ennemie de toujours.

Yuzu se dirigea vers sa salle commune où elle comptait bien y rester quelque jours afin de na pas croiser les chinois. néanmoins elle devait se frayer un chemin parmi tout les rosbifs qui s'était regroupé devant la porte. Forçant le passage elle bouscula, de façon nonchalante deux trois élèves avant de rejoindre la grande salle. Elle y récupéra énervée ses baguettes, qu'elle essuya avec une serviette avant de se remettre en route vers sa salle commune.

Yuzu pestait. *Des chinois ! et puis ça sera quoi après ?* les pensées s'enchainaient pendant son trajet. *Ouais c'est ça montrez nous donc votre magie* Le rythme de ses pas s'accélérait lorsqu'elle frappa  contre un mur de pierre qu'elle détestait tant à s'en détruire la main. *Merde ! Cette école... Pourquoi vous m'avez pas envoyée à Mahoutokoro...tsss*

Code couleur : #469277
*Picasso 2017, Peeves 2017, Gryffondor et élève du mois de Janvier 2018*
Ma lumière divine vous aveuglera tous !

 RPG   Libre  L'Azuré et le Serpent Blanc

Rp en relation avec Audric Hitward et Jonathan Crimspeak.

Rien n'allait. Et la nourriture ne rendit pas la bonne humeur de la sorcière. Ses camarades étaient tous en train de soumettre des hypothèses sur la raison de ce repas, alors qu'elle resta dans son coin. Ses amis étaient à ses côtés, mais elle ne leur adressa pas la parole. Depuis la rentrée des vacances de noël, elle était ainsi. Ses problèmes familiaux l'énervaient. Elle bouillonnait. Elle voulait tout casser. Mais, elle resta silencieuse.
La directrice leur demanda de la rejoindre dehors. Esmée pesta. Elle se leva et partit dans la direction inverse. Il faisait froid et n'était pas assez curieuse pour affronter cette épreuve. Mais Audric la tira, contre son gré, vers l’extérieur. La sorcière voulait crier : « Laisse-moi ! » et lui donner un méchant coup de coude. Elle mordit sa lèvre, retira sa main de la sienne pour la mettre dans sa poche et le suivit. C'était évident, elle ne pouvait pas s'énerver contre ce dernier.
Ses camarades étaient assez excités, c'était normal, mais ça fatiguait Esmée. Ne pouvant plus se retenir, elle bouscula Adrian, un gryffond qui trainait souvent avec Audric. Agacée, elle lâcha ses premiers mots - depuis la rentrée scolaire: Arrête de sauter partout ! Elle regarda en l'air pour se calmer et vit un dragon: * un dragon ?! *. Surprise, elle se tourna vers Jonathan et lui montra la créature magique du doigt.
Les élèves dont Esmée s'approcha - en gardant une certaine distance - pour mieux observer la scène. Une asiatique descendit du monstre cracheur de feu et parlait d'une langue étrangère. Elle semblait se présenter.
La sorcière avait oublié ses préoccupations et contemplait la scène les yeux grands ouverts, comme la majorité des personnes, avide de comprendre cette situation. 

.
Esmée est en 4ème année RP
Audsée # Jo' le pti'frère

 RPG   Libre  L'Azuré et le Serpent Blanc

 Quelque chose n'allait pas, Audric en était certain. Bien sûr il y avait quelque chose d'étrange avec ce repas spécial sachant qu'il n'y avait rien de particulier à fêter et donc pas vraiment de raison de marquer le coup mais ce n'était pas ce qui l’intriguait le plus. Non le brun était perturbé parce que, pour la première fois depuis longtemps, il pouvait manger librement sans qu'Esmée l'en empêche. Il savait qu'elle n'allait pas bien, mais la voir si calme prouvait que c'était peut-être pire encore qu'il ne l'avait imaginé. Alors il inversa les rôles et la poussait du coude en souriant, chipait sa nourriture avant de la lui rendre comme si de rien n'était...
 Un moment il fit de même avec Jonathan, l'invitant à regarder derrière lui avant de prendre le fromage que son cadet avait posé dans sa propre assiette. Il fourra rapidement le tout dans sa bouche et feignit l’innocence lorsque son meilleur ami comprit qu'il s'était fait rouler.

 A la fin du repas la directrice se leva. N'écoutant que d'une oreille distraite le français ne fût certain de ce qu'elle demandait que lorsqu'elle réitéra sa demande après s'être téléportée. Cette fois c'était sûr, il y avait anguille sous roche. Audric suivit la foule, rattrapant sa meilleure amie alors qu'elle se tournait vers le chemin opposé. Il ignora le coup de coude qu'il se prit dans les côtes et sans écouter ses supplications continua de la tirer vers lui. Quand elle se dégagea il crut qu'elle allait finir pas retourner dans leur salle commune, mais non : la brunette accepta bon gré mal gré de le suivre. Elle garda sa merveilleuse bonne humeur qui se déversa d'ailleurs sur Adrian qui semblait plus excité que quiconque. L'américain fit les gros yeux au garçon en murmurant "Et bien elle est pas commode la petite brune!". Puis en essayant de braver la foule il lui glissa qu'il allait retrouver ses deux meilleurs amis respectivement à Serpentard et Serdaigle. Le brun aux yeux vairons suivit le mouvement sans perdre ses propres amis des yeux. Il écarquilla ces derniers en voyant la créature qu'Esmée pointait du doigt arriver en volant puis se poser dans le parc.
 Un dragon. 
 
 Le garçon ne lâcha pas la créature des yeux, admirant pour la première fois de sa vie l'une de bêtes dont il avait tant appris grâce aux livres de la bibliothèque depuis sa première rentrée à Poudlard. Il ne s'arracha à sa contemplation qu'en entendant des voix annonçant la venue d'un autre dragon vraisemblablement. Audric leva le doigt vers la tâche qui semblait s'approcher du parc et interpella ses amis.
 
 "Vous avez vu? Vous avez vu? " En réalité il n'y avait pas grand chose à voir encore. L'impatience le gagnait : qu'est-ce qui allait donc arriver encore?

Là où les Ninker passent, la défaite trépasse.
Audsée un jour, Audsée toujours! Un jour Jonois resplendira.
3ème année RP
Mister Gryffondor 2042 (avec Esmée :3 )
  Retour