Parc

Inscription
Connexion
  Retour

 RPG   Libre  L'Azuré et le Serpent Blanc

Ce dragon d’azur et d’une impressionnante longueur, volant gracieusement vers l’imposant château qu’était Poudlard, atterrit avec une certaine aisance dans le parc. De tous ses voyages en Asie, jamais Oliver n’avait vu un dragon d’une telle ampleur, bien qu’il en eût entendu parler. Ses yeux dorés reflétaient sa grandeur et sa puissance, tel un empereur. Personne ne se risquerait à aller l’importuner. Fasciné, le professeur d’astronomie regarda autour de lui la multitude d’élèves, eux aussi obnubilés par la majestueuse créature. Puis il remarqua une sorte de petite cabane typique, dont il ne connaissait pas le nom, posée en équilibre sur le dos du dragon, d’où sortit un homme à l’air sage et serein. Oliver imaginait bien qu’un sortilège d’expansion indétectable avait été lancé sur cette petite hotte pour plus d’espace à l’intérieur, mais ça, il ne pouvait pas le vérifier.
Le doyen de Zhuangyán, dont la renommée en Asie était si grande, était habillé d’une robe en soie, noire et argentée, et les plus affûtés pouvaient discerner un assortiment de bracelets en jade sur ses bras. Le professeur était assez impressionné, mais il essayait de cacher son excitation. Il ne voulait pas, selon lui, perdre crédibilité auprès des enfants autour. Le Grand sorcier d’Asie s’inclina devant la foule qui murmurait, et déclara une bénédiction.

« Soyez tous bénis pour cet accueil, avant de se remettre droit. Professeur Loewy, quel plaisir de pouvoir me tenir enfin devant vous. »

Oliver ne s’était pas attendu à ce qui arriva ensuite. Biao Xixia témoigna du respect à tous les adultes présents, y compris le londonien, en inclinant légèrement la tête. L’ancien Serdaigle sentit son cœur battre plus vite que tout à l’heure encore. Il devait admettre que c’était vraiment un honneur de recevoir cet homme et son dragon dans le château qui l’avait abrité toutes ces années. Il inspira, puis expira longuement, essayant de calmer le rythme saccadé qu’avait pris sa respiration, et écouta le directeur.

« Professeur Loewy, et estimés sorciers de Poudlard, mes élèves ont souhaité vous rendre hommage. Chu-Jung Xue, de l’école du Tigre, sera le premier. »

Oliver trépigna d’impatience. Que leur réservaient ces élèves ? Qu’avait-il en tête ? Ce grand homme avait l’air d’avoir plus d’un sort dans sa baguette.

I heard a whisper on my shoulder, pretending life is worth the fight.

Qui a appris à mourir, il a désappris à servir.

Co-fondateur du club "Notre supérieure est tyrannique mais on reste parce qu'on est maso"

 RPG   Libre  L'Azuré et le Serpent Blanc

Image

CHU-JUNG


Mon premier contact avec le monde occidental fut froid. Très froid. Le vent était si glacial qu’il me fallut serrer les dents pour réprimer un frisson malvenu. J’étais le premier à me présenter devant les élèves de cette école-du-bout-du-monde, soit la première image qu’ils auraient des élèves de Zhuangyán. Il était hors de question que je montre la moindre faiblesse. Du bas de mes onze ans, je décidai que les morsures du froid n’auraient pas raison de moi. La tête haute, je descendis l’interminable cou de la créature-de-lien de notre vénérable Doyen. Arrivé au bord de son museau, je me laissai tomber sur le sol, profitant de la chute pour poser un genou à terre puis mes deux poings.

« L’école du Tigre vous présente ses hommages, professeurs et camarades de Poudlard, articulai-je dans un anglais académique. »

Je relevai doucement ma tête et captai le consentement discret de notre vénérable Doyen. J’acquiesçai discrètement, moi aussi, puis croisai le regard de l’impérieuse directrice Loewy, la Mère du jeune dragon que j’étais déterminé à remporter.

« Directrice Loewy, dis-je en m’inclinant assez bas pour que mes cheveux soient mouillés par la neige. »

Mon Maître m’avait appris que les occidentaux utilisaient des baguettes pour exploiter tout leur potentiel magique. Une bien curieuse façon de faire de la magie, à mes yeux. Mais qu’importe, le moment était venu de leur montrer comment, nous autres, nous exploitions la magie. Je baissai mon regard sur les deux bracelets de jade autour de mes poignets puis j’inspirai profondément en sentant mon excitation se transformer en énergie pure. Mes doigts se crispaient au contact de la terre gelée sans souffrir de la rudesse du froid, car en moi brûlait le feu de l’ambition.

Je traçai à l’aide de ma main droite le signe originel du feu dans la neige. Celle-ci s’évapora aussitôt dans un rayon de quatre mètres autour du moi. De ce cercle parfait s’éveillèrent de hautes flammes au cœur vert comme une émeraude. Caché par ce rideau de feu magique, je traçai le signe de la voûte céleste puis plaquai fermement mes mains sur la terre sèche. Le rideau de flammes grandit en taille autant qu’en beauté. Des étincelles de magie pure se mêlèrent à la danse du feu, le traversant d’éclairs étincelants.

Tandis que je façonnai ma magie en dessinant plusieurs cercles concentriques avec mes mains, le rideau de flammes s’éleva toujours plus haut dans les airs jusqu’à prendre la forme d’une tour entortillée sur elle-même. Le front dégoulinant de sueur à cause de l’effort qu’il me fallait fournir pour maintenir la grandeur de l’édifice tout en repoussant le feu de ma chair, je puisai dans mes réserves pour un dernier mouvement. Mes muscles se tendirent comme la corde d’un arc, mais je parvins à repousser la chape invisible qui menaçait de m’écraser d’un mouvement d’épaule.

La tour fusa dans le ciel comme une flèche forgée par un quelconque géant. Alors que je reprenais mon souffle, et profitais des yeux levés en l’air pour tracer le signe du Quilin (chimère chinoise) au sol, le ciel de l’école prit momentanément les contours d’une aurore boréale verte. Une aurore qui explosa dans un éclair de lumière blanche.

En frappant le signe du Quilin dessiné devant moi, l’éclair de magie pure conclut l’apparition de ma créature-de-lien. Surgissant de mon dos tel un fantôme, mon Quilin se déplia doucement, me dominant très vite tant par la taille que par l’envergure. Une fois ses quatre sabots, son corps couvert d’écailles vertes, et sa noble tête coiffée de cornes, surgis du néant, sa magie se mêla à la mienne pour asseoir sa consistance physique.

Les applaudissements de notre vénérable Doyen mit un terme à tous mes efforts. Je me redressai en m’accrochant à la crinière de ma créature-de-lien qui s’empressa de glisser son museau sous mon bras pour m’aider. Je n’avais pas le sourire facile, mon Maître me le reprochait tout le temps. Mais voir le Doyen m’applaudir me fit si chaud au cœur que j’en oubliai toute fatigue et me laissai aller à un sourire de circonstance. Je baissai humblement la tête devant nos hôtes en entrainant mon Quilin sur le côté pour faire place à Mei.

« Et maintenant, Mei Ling de l’école du Dragon ! s’exclama notre Doyen. »

[Prochain post le 08/02]

I'm the light in the darkness and the shadow on the ground. I'm everything... everything you ever wanted to know about silence.

 RPG   Libre  L'Azuré et le Serpent Blanc

Pour ce jour un peu spécial, bien qu'elle ne savait pas pourquoi il l'était, Sara s'était vêtue de façon plus ou moins élégante. Elle portait un très bel ensemble, pantalon, veste noire et chemise blanche. Comme tous les résidents de Poudlard, cette dernière avait été conviée à un repas dans la grande salle, où une grande nouvelle allait y être annoncée. Les elfes de maison n'y avaient pas été de main morte sur les différents plats présentés. La jeune femme avait beaucoup hésité en voyant toutes les possibilités, mais avait finalement opté pour des aliments qu'elle pouvait manger quotidiennement. À la fin du repas, lorsque le dessert fut mangé, elle n'avait eu qu'une envie : retirer le bouton de son pantalon pour que son ventre ait la place qu'il lui fallait. Néanmoins, elle se retint, ce n'était pas convenable.

Lorsque Kristen Loewy se leva, Sara posa ses couverts et trépigna d'impatience. Elle avait vraiment hâte de savoir ce que la Directrice mijotait, et cela ne tarda pas à se faire savoir. Lorsque le calme revint dans la Grande Salle, Kristen invita les élèves et professeurs à se rendre dehors. Pratiquement tous se précipitèrent. Sara, elle, prenait un peu son temps, ne voulant pas être bousculée dans la foule. Un peu en retrait, elle marchait à quelques mètres derrière. Lorsqu'elle fut dehors, à proximité de Kristen, elle regarda dans la même direction que cette dernière. Quelque chose venait d'apparaître au loin.

Au fur et à mesure que cette chose s'approchait, les yeux de Sara s'écarquillaient. Un frisson vint parcourir son corps lorsqu'elle comprit que ce qui s'approchait, n'était autre qu'un dragon. C'était la première fois qu'elle voyait cette créature, et il fallait avouer que c'était vraiment magnifique, bien qu'effrayant. Les yeux rouges de la bête donnaient un certain contraste avec la couleur de ses écailles, cela faisait froid dans le dos. C'était une créature superbe, mais de loin.

La femme qui chevauchait la créature était très élégante. Sara fut étonnée de voir les manières de cette dernière. Il fallait dire que la jeune maman n'avait pas l'habitude de faire face à des gens faisant une sorte de révérence. Quand elle présenta Biao Xixia, un certain doyen de l'école de magie de Zhuanguán, un autre point noir figura dans le ciel. Directement, on pouvait voir qu'il s'agissait d'une créature plus imposante que la première. Sara observait cette dernière arriver, la bouche ouverte. Kristen Loewy était forte, en matière de surprise.

Lorsque la seconde créature se posa sur la terre ferme, Sara fut d'autant plus impressionnée que lors de l'arrivée de la première. La taille jouait beaucoup, mais également par la couleur de ses écailles et de ses yeux dorés qui ressortaient. 

Un nouvel homme faisait son apparition, descendant de la créature qui l'avait transporté. L'homme possédait plus de bijoux qu'une femme coquette sur ses bras, une barbe blanche et des cheveux beaucoup trop longs. Tout comme la femme précédemment, il s'inclina puis s'avança vers la directrice de Poudlard. Lorsque son regard s'aventura et croisa celui de Sara, il inclina la tête. Automatiquement, la jeune femme fit de même, affichant un sourire par la même occasion. Le doyen se tourna à nouveau vers Kristen, et présenta ensuite le premier élève.

Après avoir présenté ses hommages et s'être incliné, l'élève, Chu-Jung, offrit un spectacle étonnant et superbe aux résidents de Poudlard. Il utilisait sa magie de façon impressionnante et avait certainement passé de nombreuses heures pour parvenir à un tel résultat. Sa magie était fabuleuse et Sara n'en perdait pas une miette, elle était fascinée. Avec les dragons, c'était la première fois qu'elle assistait à une telle chose. 

Une tour de flammes avait été matérialisée par Chu-Jung juste au dessus de sa tête. Celui-ci la fit fuser loin dans le ciel et laissa place à une aurore boréale de couleur verte. Sara était une fois de plus bouche-bée par les talents de cet enfant. Et ce n'était pas terminé. Une créature fantomatique fit son apparition derrière l'élève lorsque celui-ci frappa la signe qu'il a avait préalablement dessiné. 

Il était normal de voir l'élève fatigué après tous les efforts qu'il venait de fournir. Alors quand le doyen se mit à applaudir, Sara ne put s'empêcher de faire de même. Il le méritait amplement, c'était indéniable. Chu-Jung était tant épuisé que pour se mêler à la foule et laisser place à la prochaine, il s'aida de sa créature pour se porter. Lorsqu'il fut en place, le doyen appela une certaine Mei Ling. Sara observa droit devant elle, impatiente de voir ce que cette nouvelle élève pouvait faire. 

Code couleur : #b7612c

 RPG   Libre  L'Azuré et le Serpent Blanc

Ça y est, Effie voyait très bien ce que c’était, un être énorme ressemblant à un dragon. Attendez, vous avez dit dragon ? Il était énorme et impressionnant, surtout pour quelqu’un qui de base fait la moitié de la taille d’un sorcier. Regardant les sorciers de l’école, Effie vit que certains avaient l’air admiratif face à cet animal lanceur de feu. Elle voyait la professeur de soins aux créatures magiques fixé l’animal mais Effie, elle, n’était pas du tout rassuré. Au contraire, elle avait même un peu peur. Elle tenta de le cacher pour faire bonne figure devant les élèves mais elle ne put résister de se cacher derrière Oliver Briggs, le collègue en Astronomie de Jessica.

« N’ait pas peur, Effie, n’ait pas peur Effie ! » se murmura-t-elle à elle-même.

D’un petit œil, l’elfe observa la scène. Un sorcier descendit du cou du dragon. Il était habillé d’une robe noire et argent, magnifique. Mais avait aussi tous un tas de bracelets qui était inutile au yeux d’Effie. Une fois au sol, Effie le regarda s’incliner. Elle n’osait pas poser de questions mais cela l’intriguait. Le sorcier sourit à l’assemblée et « bénis » l’accueil que Poudlard lui accorde. Puis il annonce que les élèves ont souhaité rendre hommage. Effie se cachait toujours derrière Oliver mais elle tremblait et voulait rentrer au château. Alors elle décida de s’éloigner, et de rejoindre Jessica. Trop peur du dragon.

Dans la Grande Salle, Effie trouva sa sœur de cœur en train de discuter avec un élève n’étant pas curieux pour aller voir devant. En voyant Effie, l’élève s’en alla, laissant Jessica et Effie seules. L’elfe avait un regard de peur en expliquant ce qu’elle avait vu :

« Il y a un dragon là-bas ! Énorme ! Jess’ devrait aller voir ! Mais Effie reste là, Effie a trop peur. »

Jessica hocha d’un signe de tête et répondit :

« Je ne savais que la surprise était de faire venir un dragon, je ne t’aurais pas envoyer là-bas sinon. T’façon, j’allais venir, il y a plus personne ici. Tu peux rester là si c’est trop dûr pour toi. »

Jessica prit le chemin du parc de Poudlard, laissant seule Effie dans la grande salle.

Elfe de Maison de Jessica Sapworthy

 RPG   Libre  L'Azuré et le Serpent Blanc

Le premier élève - Chu-Jung Xue, de l'école du Tigre - sortit de la pagode. Je me demandais ce que pouvait représenter “École du Tigre”, s'il y avait différentes “Écoles” au sein de l'établissement chinois, et si elles étaient semblables aux maisons de Poudlard. “L'École du Tigre” pourrait alors s'apparenter à Gryffondor, à moins que le tigre ait une autre signification en Chine.
En tous cas, cette histoire d'écoles me semblait être proche du système de maisons de Poudlard, mais peut-être avais-je tort.

L'asiatique se dressa, beau, élégant. Il ne broncha pas face au froid qui devait être nouveau pour lui, et même la fatigue ne se lisait pas sur son visage. Pourtant, il devait être épuisé après un si long voyage, traversant la moitié du globe.
Majestueux, il descendit le cou de la créature qui continuait de m'obséder, au point que je savais déjà qu'elle occuperait mes rêves pendant un long moment. Il était impossible de lui donner un âge, car le garçon - bien qu'il semble jeune, ou du moins autour de mon âge - avait une telle prestance, qu'on le prendrait pour un sage, ou un sorcier expérimenté.

Une fois au sol, il posa un genou à terre pour annoncer que l'École du Tigre présentait ses hommages aux professeurs et camarades de Poudlard. Un mince sourire se dessina sur mes lèvres, sans que je ne sache trop pourquoi. Mes yeux, rivés sur l'asiatique, ne le quittèrent pas lorsque j'inclinais légèrement la tête pour le saluer - bien que ça ne soit, encore une fois, d'aucune utilité.
Je jetais un œil à mon ami Rey, dont j'avais totalement oublié la présence le temps que l'élève fasse son apparition. De toutes façons, il avait l'air aussi obnubilé que moi, et je ne pense pas qu'il ait pu comprendre un mot de ma piètre présentation plus tôt.
L'excitation me faisait perdre la parole, il pourrait comprendre.

Le jeune garçon se dirigea ensuite vers la directrice, et la salua en s'inclinant jusqu'à toucher le sol. Je fus impressionné par la politesse des  asiatiques. Je l'avais toujours été, d'ailleurs. Les pays d'Asie me fascinaient, tout comme leur culture, leur population, leur histoire... Et, peut-être, leur plats traditionnels - je me dois de l'avouer.

Le jeune sorcier commença ensuite une démonstration qui me coupa le souffle. De ses mains, il semblait tracer quelque chose, ou faire des signes - ce qui fit apparaître un cercle de flammes émeraudes autour de lui. J'ouvris ma bouche, ébahi. Et je n'étais pas près de la refermer.
Les flammes grandirent, des étincelles s'invitèrent à leur danse, des éclairs les traversaient. Le feu vert continua à s'élever dans les airs, et prenait peu à peu des allures de tour entortillée. Puis, elle fusa d'un coup vers les cieux - comme un feu d'artifice - et le ciel se colora de ce qui aurait pu être des aurores boréales si on ne se trouvait pas en Grande-Bretagne. Puis, un éclair blanc trancha les cieux.

Je reposais mon regard sur l'asiatique qui avait continué ses mouvements. Une silhouette surgit de son dos - comme un esprit. Elle grandit, prenant la forme d'une bête qui m'était inconnue, aux longues pattes terminées de sabots, aux écailles d'un vert étincelant comme une pierre de Jade, à la crinière majestueuse et aux longues cornes couronnant sa tête. Je n'avais pas de mots pour décrire ce que je voyais, ni ce que je ressentais.
J'étais figé.

Le Doyen applaudit - et sans m'en rendre compte, mes mains se rencontraient également pour un silencieux clapotement, tant j'étais ébahi par ce qui se passait. Ma bouche était toujours grande ouverte,  mes yeux rivés sur l'élève qui se redressait avec l'aide de sa créature. Je me sentais un peu mal pour lui - il avait l'air subitement épuisé, et faire une telle démonstration... Il avait dû puiser dans ses forces.
Mais il sourit. Il sourit, et nous salua avant de se déplacer, accompagné de sa créature, pour laisser place à la personne suivante - que le Doyen annonça.
Mei Ling, de l'École du Dragon.
En cet instant, j'avais oublié tout ce qui m'entourait - les professeurs, les élèves, Poudlard - pour ne me concentrer que sur les invités d'Asie, qui étaient définitivement époustouflants.

Une vie sans chocolat est une vie à laquelle manque l'essentiel.
Sorcier le plus Gourmand - Ventre sur pattes des Magic'Awards 2017

 RPG   Libre  L'Azuré et le Serpent Blanc

Rey ne détourna les yeux du dragon d'azur que lorsque le nouvel individu annoncé tomba à genoux devant son museau, lui masquant partiellement la vue. D’abord vaguement irrité de cette interférence, le poufsouffle accusa le coup lorsqu'il se rendit compte de la jeunesse de l'élève. Avec étonnement, il constata qu'il ne devait pas être beaucoup plus âgé que lui. Il fut alors très curieux de savoir qui il était et pourquoi il était ici. D’ailleurs, le rouquin -et semble t-il tout Poudlard, la directrice exceptée- ne semblait pas vraiment au fait de ce qui se déroulait vraiment. Mise à part de brève présentation, ils ne savaient toujours pas ce que ces étrangers faisaient ici.

Alors qu'il fronçait les sourcils sous l'effet de ses réflexions, l’asiatique fit quelque chose de très étrange. Il traça un signe dans la neige et subitement celle-ci s'évapora. L'étonnement coupa net les tergiversations de Rey et il attendit avec intérêt une nouvelle manifestation de cette magie bien étrange. Ce que son alter ego se fit un plaisir de faire.  À chaque signe qu'il faisait, la magie répondait. De plus en plus puissante, de plus en plus impressionnante. Une colonne de feu, parcourue d'étincelles de magie, monta jusqu'au ciel pour l’illuminer de couleurs chatoyantes. Le poufsouffle était soufflé mais un coup d’oeil à l’asiatique lui appris qu'il forcait. Les muscles tendus, la sueur qui brillait sur son front étaient autant de témoignage de la fatigue évidente de l'étranger. Pourquoi faisait-il autant étalage de ses talents au risque de s’écrouler d'épuisement ? Qu'est-ce que cela pourrait bien lui rapporter ? Rey se demandait si cette démonstration était une marque de respect, de force ou de pure vanité. Cela renforça son impression que ces invités n'étaient pas seulement là pour faire la causette.

Puis la tour de flamme s’élança vers le ciel et d'étranges lumières vertes remplacèrent le rougeoiement du feu avant qu'une lumière aveuglante lui fasse baisser vivement les yeux. Ce fut à cet instant qu'il remarqua la silhouette fantomatique qui se dressait dans le dos de l'inconnu. Rey eut l'impression qu'elle devenait de plus en plus consistante, impression qui se mis en certitude lorsque Chu-Jung pris appui contre elle. Les sourcils du rouquin s’envolèrent sur son front tant il était surpris. Il était incapable de donner un nom à cette créature, pas plus qu'il ne l'était de comprendre comment elle était apparue. Cela avait-il avoir avec la spécificité de la forme de la magie dont chaque école se paraît ? Il essaya de se souvenir qu’elle était celle de Chine, en vain. Peut-être cela lui reviendrait plus tard.

Le directeur de l'école de Chine applaudit son élève et en annonça un suivant. Après la grande maîtrise qu’avait fait preuve le jeune élève, Rey se demandait ce que leur réserverait le second.

Poursuiveur des Frelons
*Le souffle des poufsouffles jamais ne s'étouffe*
2eme année RP

 RPG   Libre  L'Azuré et le Serpent Blanc

Toute l'attention bifurqua alors vers le dénommé Chu-Jung, de l'Ecole du Tigre. Mad se demanda alors si les Ecoles étaient ressemblantes aux Maisons de Poudlard. Celle dont provenait le chinois qui s'extrayait de la drôle de tour asiatique s’apparenterait donc à Gryffondor, avec son vaillant tigre, mais la Deuxième Année était persuadée que les différences présentes entre les Ecoles et les Maisons de Poudlard rendaient impossible la tâche de trouver l'équivalent. La Gryffonne ne connaissait probablement largement pas assez Zhuangyán pour connaître les similitudes comme les différences entre Poudlard et l'école chinoise, et encore moins pour juger laquelle était la meilleure. Elle se plaisait dans l'école de sorcellerie écossaise, mais c'était tout d'abord un choix de facilités et elle ne pourrait en vanter les mérites. En effet, elle avait déjà connu et apprivoisé la langue et culture adoptées dans le lieu lors de son arrivée à l'école, contrairement à la Chine. A bien y penser, elle se fichait de l'endroit où elle faisait une activité tant que cette activité était bien un apprentissage de la Magie, un don de savoir, de quelconque forme ou manière que ce soit. Elle avait eu il y a peu une conversation qu'elle avait trouvé très pertinente avec son cousin pendant les vacances au sujet des écoles de magie, et bien évidemment recentrée tout de même sur Poudlard et Durmstrang. Les deux lieux avaient des esthétiques bien différentes mais Mad appréciait les deux. Bien sur, elle aurait quelques réticences à se diriger vers la voie de la Magie des Esprits, sombre et obscure, trop pour elle mais Yohan, lui, avait eu les tripes de s'y rendre et en souffrait petit à petit les conséquences. Elle aurait peut être préféré un cursus de Magie des et c'est ainsi qu'elle s'y serait retrouvée. Cependant, elle ne connaissait rien au fonctionnement, interne comme externe, de l'école qu'ils accueillaient en ce jour. 

Le chinois avançait, lentement mais triomphalement, sur le long cou de la majestueuse créature. Il semblait maître de la situation, et c'était effectivement le cas. C'en était terrifiant au vu de l'âge qu'il avait : la douzaine d'années, pas au-delà. Et dire qu'il était prétendant à l'acquisition d'un dragon. Elle était persuadée que Kristen Loewy ne laisserait pas aux mains de ce jeune garçon un œuf contenant une créature aussi dangereuse. Ou peut être était ce uniquement de l'espoir placé en elle et non une confiance transmise. Mad réalisa alors à quel point l'arrivée des Chinois avait pu la modifier : elle ne pensait plus pareil, s'embrouillait en elle-même et se prenait les pieds dans le tapis dans son propre Esprit. Son cerveau avait du mal à fonctionner, ou peut être était ce la faim qui taraudait cet estomac discrètement qui l'empêchait de faire fonctionner son organe. Elle n'arrivait même plus à savoir quelle était la source de la passivité de son Esprit et cela en était bien la preuve manifeste. Celui ci avait beau ne pas vouloir se remettre en marche, le temps passait, inexorablement. Il filait entre les doigts, entre ses doigts, sans qu'elle ait pu prendre le temps de le contempler, de s'en approcher. Le jeune garçon -il le semblait d'autant plus à chaque pas qu'il entreprenait- glissa alors sur l'énorme museau de l'animal et se réceptionna à genou, enfin l'un était posé à terre, l'autre n'avait pas daigné l'accompagner. Il disposa ensuite ses deux mains de part et d'autre de ses mollets à terre. Il prononça alors, semblant lutter contre le froid cinglant qui régnait mais que ne semblait pas ressentir la Gryffonne, sans oser relever la tête :

- L’école du Tigre vous présente ses hommages, professeurs et camarades de Poudlard.

La main de Mad monta alors à sa tempe, rabaissant le pouce pour contenir son annulaire et son auriculaire, avant de faire naître un coup sec vers l'extérieur, comme si son index et son majeur avait une soudaine aversion pour sa cavité crânienne. Un geste qui signifiait beaucoup pour elle mais que les chinois auraient probablement du mal à comprendre et qui pouvait aussi désigner bien autre chose dans leur pays. Elle l'avait exécuté instinctivement, presque mécaniquement mais avait pris la décision de le reproduire pour chaque élève, afin qu'ils soient tous sur un même pied d'égalité. En tous les cas, l'anglais de l'asiatique était bien formulé mais la prononciation restait tout de même fortement teintée d'un accent. On ressentait les dures leçons qui avaient dues être faites avant son arrivée mais il manquait du naturel dans sa parole, presque comme si la phrase était récitée. Sa tête remonta alors à la surface. Incisif, décisif. Il se tourna alors discrètement, sobrement, vers celui qu'on pouvait qualifier comme son Maître, avant d'abaisser légèrement son visage, probablement afin d'affirmer son consentement. Il se recentra alors sur la maîtresse du lieu, de la détermination dans le regard. Il était là pour l'œuf et par l'œuf, son but était l'œuf et il se comportait pour l'obtenir, uniquement dans cet objectif. Mad commençait à être assez intriguée par ces personnages qu'étaient les asiatiques accueillis. Chacun avait un trait de personnalité particulièrement exacerbé et c'en était intriguant de découvrir lequel était-ce. Le Doyen était infiniment respectueux et humble et son élève était vraiment déterminé, obstiné et motivé. Ce dernier rompit finalement le court contact visuel qui s'était furtivement établi entre la directrice et lui pour baisser la tête afin de la saluer :

- Directrice Loewy.

Simple, efficace, il allait droit au but. Sa chevelure avait été humidifié par le contact probablement frigorifiant avec l'enveloppe neigeuse. Avec une indéniable envie d’époustoufler Poudlard dans le regard, ses doigts se crispèrent et il fixa avec intensité les deux bracelets verts qui encerclaient son poignet. Son torse se gonfla et il semblait qu'une force mystérieuse envahissait son corps. Il traça alors un signe étrange, comme mystique et il semblait signifier quelque chose au vu de l'air satisfait du sorcier. La neige fondit alors dans un cercle parfait autour de lui, comme une auréole autour de la tête d'un ange, et la neige du Parc apparut alors. C'était étrange pour les élèves qui ne l'avait pas vue depuis quelques temps maintenant. Des lambeaux de feu naquirent alors de cette pelouse mais celle ci ne semblait pas brûler ou se désagréger au contact des flammes chaudes. Mad sentait la température monter dans son corps et la chaleur du feu lui lécher le visage. Malheureusement, le spectacle était caché, avait disparu sous l'élément et on ne distinguait plus les mouvements de Chu-Jung. Il s'agitait pourtant toujours dans le brasier dont il avait été le créateur, et celui ci augmenta d'ailleurs : il devenait plus haut, plus grand, plus imposant, plus majestueux. Soudain, des éclairs blancs et purs traversèrent le rideau enflammé et se mêlèrent à lui. Ensemble, ils formèrent alors peu à peu une haute tour embrasée et la Deuxième Année fut impressionnée. Un gamin de 11 ans parvenait à produire d'extraordinaires choses et cette tour de flammes le prouvait amplement. Néanmoins, l'effort ou tout du moins le travail produit en amont avait du être harassant et cela ne devait pas être de tout repos actuellement au vu de l'état du garçon. L'édifice construit par ce dernier finit par s'échapper d'un mouvement droit et explosif dans le ciel, comme s'il avait été tiré à l'aide d'un arc. On put enfin apercevoir l'élève chinois et il semblait tout simplement éreinté par l'effort qu'il avait du fournir pour faire la démonstration à l'ensemble de l'école écossaise. C'était bête, selon Mad, ce n'était que son ego. Néanmoins, toute l'assemblée avait encore l'attention portée vers les cieux mais la franco-écossaise ne s'était pas détachée de Chu-Jung pour l'observer. Il la fascinait. Il traça un signe mystérieux sur la terre mais une douce lumière s'abattit sur les lieux. Mad détacha donc enfin son regard de lui pour contempler la voûte céleste qui avait pris des teintes vertes. Une aurore boréale apparut, une de celle dont on se souvient toute notre vie et qu'on ne quitte jamais. Elle ne fera jamais partie du passé de la Gryffonne mais bien du présent. 

Son regard retourna vers l'élève qui finissait de frapper le signe présent en face de lui. Un éclair transcenda alors l'espace et une créature surgit de l'arrière du jeune garçon. Celle ci prit de l'ampleur et combla l'espace environnant le chinois. Elle semblait frêle par l'apparence mais on pouvait voir qu'elle était puissante. Elle prit alors peu à peu une consistance digne de ce nom et on put enfin la détailler : une tête dotée de cornes rocailleuses, un long corps reptilien et quatre sabots, voilà à quoi correspondait la créature. Lorsque cette dernière fut à son apogée en ce qui était de devenir ferme et épaisse, le directeur de l'école chinoise joignit ses mains pour produire le bruit des applaudissements. Le jeune garçon, visiblement soulagé de la satisfaction de celui ci, se releva alors, comme un valeureux combattant ressortant vainqueur d'une guerre terrible. C'était insensé puisque cette guerre n'était pas un conflit et il ne la faisait que contre lui même. Epaulé par sa créature qui avait glissé son museau sous son bras pour mieux lui apporter son aide, un sourire illumina son visage et il jeta un regard sur l'assemblée, furtif, avant de baisser la tête, humblement. Il demanda alors implicitement à sa créature de se décaler légèrement pour laisser le passage libre. Un second élève allait arriver et la parole de Biao Xixia ne fit que confirmer cette hypothèse déjà très probable :

Et maintenant, Mei Ling de l’école du Dragon !

Comment te dire, ou te faire comprendre, que la Vie n'était qu'un simple Songe ? Un Mensonge, que la Vérité Ronge.
Rire à m'en déchirer les abdos. Brûler nos complexes et nos vieilles pulsions d'ados.
Absente jusqu'au 18 août

 RPG   Libre  L'Azuré et le Serpent Blanc

Fallait le voir pour le croire. Lorsque la directrice avait parlé d'une surprise, la jeune anglaise s'était attendue à une annonce concernant un bal, une sortie scolaire ou quelque chose qui cadrait avec son programme scolaire. Personne n'avait parlé de ça. En fait quand elle y réfléchissait, personne n'avait encore jamais évoqué la possibilité que ça puisse exister. Des dragons. Des vrais dragons, aux dimensions gargantuesques, comme dans les contes de fées qu'elle dévorait lorsqu'elle était petite. Une de ces créatures fantastiques avait envahie le paysage de Poudlard, remplissant le ciel de son effrayante domination. Restée en retrait, Wendy, ébahie et la bouche grande ouverte dans une expression proche de la stupidité regarda le dragon au blanc irréel et aux yeux rouges sang atterrir lourdement sur le sol humide du parc. 

Une espèce de déesse en robe rouge en descendit aussi gracieusement que s'il s'était agit d'une bicyclette et sembla s'adresser passivement à Kristen. Les oreilles de la troisième année bourdonnaient. Elle s'appuya contre l'arbre le plus proche en tentant de reprendre ses esprits. C'est alors qu'une sensation d'ombre froide la parcourut. Son instinct lui fit lever la tête de nouveau vers le ciel et elle crut défaillir pour de bon. Cette fois Wendy ne savait même pas si on pouvait appeler ça un dragon. C'était tout simplement la chose vivante la plus grosse que son esprit ait pu imaginer, même en rêve. Incapable de détourner ses yeux de l'apparition aux écailles bleu impérial, elle observa avec curiosité un monsieur à l'air aussi agile qu'âgé descendre royalement le long du coup de sa monture. Son regard se reporta sur la pagode installée sur le dos du dragon. Qui d'autre allait donc faire son apparition à présent ? Wendy était prête à parier sur n'importe quoi. Une armée de pandas, un morceau de la muraille de Chine animé ? Sa tête tournait.

Un enfant. Un jeune garçon, si petit qu'il aurait pu contenir dans un seul des yeux dorés du dragon du doyen fit son apparition. Au début Wendy pensa qu'il exécutait une sorte de danse de bienvenue. Jolie chorégraphie, pensa-t-elle. C'est alors qu'une tour de flammes s'éleva autour du garçon et vint fendre le ciel telle une flèche d'énergie. Un éclair. Aveuglée. L'arbre. Un appui. La respiration saccadée, Wendy remarqua alors qu'une créature aux allures on ne peut plus étranges avait rejoint le jeune asiatique. La troisième année plissa les yeux pour tenter de discerner mieux de quoi il pouvait s'agir. Elle distinguait des cornes, une drôle de tête disproportionnée...des écailles. Wendy n'avait aucune idée de ce que ça pouvait être, mais à en croire l'attitude du garçon on aurait pu croire qu'il s'agissait d'un banal chat de compagnie. 

Le vieux monsieur à l'air énigmatique reprit alors la parole après les applaudissements encourageants qui avait suivi la démonstration de magie de l'enfant et Wendy comprit qu'il n'était que le premier d'une tripotée d'élèves triés sur le volet et envoyés à Poudlard pour épater les petits anglais. Faut dire que ça marchait plutôt bien sur Wendy. Le coeur battant, elle tenta de se rapprocher pour ne rien louper de la suite.Le froid gelait ses joues blanches et creuses et faisait presque couler des larmes de ses yeux mais le temps semblait presque s'être arrêté dans le parc du château. Wendy osait à peine respirer.

*TROISIEME ANNEE RPG* Poudlard 2040*
“- Is this real? Or has this been happening inside my head?
- Of course it’s happening inside your head, Harry, but why on earth should that mean that it is not real?”

 RPG   Libre  L'Azuré et le Serpent Blanc

Image

MEI


Mei détesta Poudlard au premier pas qu’elle effectua sur le dos de l’Azuré. Le froid, l’austérité du château, et même l’assemblée de sorciers vêtus de noir, elle n’avait jamais rien vu d’aussi triste depuis les onze printemps qu’elle habitait cette terre. Les dents serrés, elle descendit le cou de l’Azuré et glissa lentement sur le sol où elle regarda intensément le Doyen. J’espère que l’œuf de dragon vaut toute cette peine… Elle renifla puis détourna son regard sur la directrice de Poudlard — qu’elle avait déjà aperçu dans le miroir de fumée du Doyen. Tiens… Ses yeux s’étrécirent en descendant sur la main de cette femme. La vieille grenouille va aimer ça !

Mei s’empressa de fléchir les genoux pour dessiner le signe des invocations sur la terre humide. Il ne lui fallut qu’un semblant de magie pour éveiller le roi des Jin Chan (Crapauds d’argent). La terre gonfla comme si une poche de gaz s’était soudain matérialisée sous les pieds de Mei. Perchée sur le monticule, Mei s’assit en tailleur tandis que la terre prenait la texture d’une peau écailleuse et que trois pattes jaillissaient de l’ensemble. En quelques secondes, un Crapaud aussi gros qu’une tortue géante se matérialisa sous les fesses de la jeune chinoise. Le Crapaud bleu aux yeux rouge sang glissa sa langue gluante sur ses narines avant de pouffer de rire, secoué d’une quinte de toux.

« J’allais t’insulter, gamine, pour m’avoir encore une fois tiré de mon sommeil sans raison, s’exclama-t-il dans un vieux dialecte connu du seul Doyen : la langue des Marais. Mais tu as fait fort, cette fois. Qui sont ces gens ? »

« Des étrangers, répondit laconiquement Mei, dans la même langue, qui s’efforçait de ne pas croiser le regard du Doyen. Tu vois cette femme au premier rang, vieille grenouille ? Dis-moi que tu peux la sentir ? »

Le Crapaud éclata de rire. Un rire gras qui faisait gigoter toute la graisse accumulée sous sa peau luisante.

« Bien sûr que je peux la sentir, gamine. Magie noire, hmmm et puissante de surcroit. Dans quoi s’est encore fourré cette vieille peau de Biao ? »

« Cette femme est la mère d’un dragon, répondit Mei sans quitter Kristen des yeux. Elle a souhaité lui confier. Un dragon bercé par la magie noire,  tu te rends compte vieille grenouille ? Je n’aurais bientôt plus à t’invoquer. Je chevaucherai mon propre dragon. »

« Tu me laisserais dormir pour l’éternité, gamine ? demanda le Crapaud. »

« Évidemment, tu ne fais pas le poids face à un dragon, répondit Mei en souriant. »

« Alors tu as intérêt à l'emporter. »

Mei hocha la tête, bien déterminée à réussir. Elle observa Chu-Jung du coin de l’oeil et se pencha sur son Crapaud pour lui murmurer ces quelques mots :

« Regarde-moi comment ce crétin est essoufflé. Les petits tigres ne peuvent pas s’empêcher de montrer leurs muscles. Nous autres dragons sommes au-dessus de tout ça. Nous sommes, cela suffit amplement. Mais vas-y, fais donc ton petit tour de magie à nos hôtes, sinon le Doyen va juger que je ne lui fais pas honneur… »

Le Crapaud rit une dernière fois avant de dérouler sa langue interminable sur le sol. Telle un tapis rose, cette langue s’arrêta à une quinzaine de centimètres de la directrice de Poudlard. Un  petit coffret en bois de cerisier décoré de racines en or était posé à son extrémité. Le coffret s’ouvrit tout seul.

« Professeurs et élèves de Poudlard, l’école du Dragon vous offre ses pièces porte-bonheur, déclara Mei dans un anglais maîtrisé. »

Le Doyen hocha la tête dans sa direction. Il savait qu’il n’aurait pu obtenir guère plus.

« Et enfin, Qiong Xixia, de l’école du Paon, s’exclama-t-il tandis que les premiers curieux cueillaient leur pièce porte-bonheur à l’intérieur du coffret déposé aux pieds de Kristen Loewy. »

Voyons voir ce que la petite fille du Doyen va nous proposer, songea Mei en rappelant la langue du Crapaud.

[Prochain post le 11/02]

I'm the light in the darkness and the shadow on the ground. I'm everything... everything you ever wanted to know about silence.

 RPG   Libre  L'Azuré et le Serpent Blanc

Si Rey avait jugé le jeune étranger avec méfiance, il considéra la nouvelle venue avec l'irrésistible envie de la renvoyer directement dans sa pagode. Alors qu'il avait admiré les prouesses et les efforts quoique un peu exagérés du premier, cette seconde élève ne lui laissait qu’une désagréable impression d’avoir avalé un œuf pourri avant même qu'elle utilise sa magie. Arrivée au sol, elle ne marqua aucune marque de respect et le garçon eut même la sensation qu'elle les regardait avec mépris. Enfin si on considérait que son vague coup d'œil à la foule d’élève équivalait à un regard. Il la trouva hautaine et la créature qu’elle fit apparaître ne fit que renforcer cette idée.

De la même façon que son camarade avant elle, elle traça un signe au sol. Rey retint son souffle, s’attendant à quelque chose de spectaculaire mais en lieu et place d'une manifestation à la hauteur de Chu-Jung, un énorme crapaud se materialisa. Si le poufsouffle n'avait aucun à priori sur les espèces d’animaux, il trouva néanmoins celui-ci bien étrange avec ses yeux rouges et cette drôle de façon de s’agiter. N’empêche, ils avaient vraiment quelque avec les créatures magiques. Un éclair de compréhension éclaira les prunelles de Rey. Bien sûr, l'école chinoise est réputée pour sa grande connaissance des créatures magiques, tout s’explique ! Enfin juste la présence de toutes ces créatures.

Puis le crapaud parla dans une langue bizarre et Rey se rendit à peine compte qu'il venait d’accrocher le bras de son ami. Lorsque la fille sembla répondre à la créature, le garçon tourna des yeux gros comme des soucoupes vers Eliott.

- C'est quoi ce délire ? Articula-t-il sans émettre le moindre son.

Et le plus perturbant dans tout ça, c'est que les deux continuait leur conciliabule sans la moindre considération pour leurs hôtes. Si Rey avait eu des tomates, il les aurait lancé sur la fillette. Quoique la présence de Miss Loewy l'en aurait fortement découragé. Quand bien même, cette fille n'avait visiblement aucun savoir vivre, elle était aux antipodes des autres étrangers. Même Yuzu Ame semblait être plus aimable qu’elle, si ce n'était pas une prouesse ça…

Elle finit, après un bon moment où tous l'écoutait avec étonnement, par daigner s'intéresser à eux. Le crapaud fut parcouru de soubresauts avant d'étendre une longue langue jusqu'au pied de leur directrice. Une boîte reposait dessus.

« Professeurs et élèves de Poudlard, l’école du Dragon vous offre ses pièces porte-bonheur, déclara Mei dans un anglais maîtrisé. »

Rey plissa des yeux pour mieux voir ce que le coffre contenait mais il garda sa position. Les Poufsouffles n'étaient peut-être pas la maison des plus fiers, mais le garçon n'avait aucune envie de se baisser devant si peu d’effort. Accepter ces pièces revenait à approuver l’attitude de la nouvelle venue et il en était hors de question. Le garçon lui jeta un regard courroucé avant de se tourner vers Chu-Jung. Un élan de compassion le submergea. Ça avait dû être un calvaire pour lui de voyager avec pareil petite princesse. Si il en avait l'occasion, il irait lui témoigner toute sa solidarité.

Tandis que d'autres élèves n'avaient pas les mêmes réticences que lui et venaient se servir d'un “porte bonheur”, le doyen annonça son dernier élève. Rey avait été surpris par les deux premiers élèves qui étaient aux antipodes l'un de l'autre, il était très curieux de cette dernière personne même s'il gardait un peu de réserve. La dénommé Mei ne lui laisserait pas un souvenir impérissable.

Poursuiveur des Frelons
*Le souffle des poufsouffles jamais ne s'étouffe*
2eme année RP

 RPG   Libre  L'Azuré et le Serpent Blanc

Un déjeuner spécial concocté par les elfes ? Eawen savait bien qu'il s'agissait d'autre chose. Mais quoi exactement ? Si quelques idées lui venaient en tête, rien n'était certain. Elle attendit donc la fin du repas comme si de rien n'était, discutant joyeusement avec ses voisines. L'appel à sortir de Kristen réveilla néanmoins sa curiosité. Elle se dirigea vers le parc, intriguée. Très vite, un point apparu dans le ciel. Qu'était-ce donc que cette chose volante ? La réponse ne tarda pas à arriver. Un dragon. Muette de stupeur, elle regarda se poser l'immense bête, fascinée. Ses écailles brillaient d'une pureté plus éclatante encore que la neige recouvrant les collines de son manteau immaculé.
Une jeune femme de son âge chevauchait la créature. Elle avait un visage très différent de ceux d'ici. Il s'agissait d'une asiatique, chinoise même reconnut-elle. Une chinoise à Poudlard ? L'évènement semblait improbable. Et pourtant... Gracieuse, elle s'inclina puis énonça une phrase dans un anglais parfait. Hua Cao. Etait-ce donc son nom ? Eawen n'eut pas le temps d'y réfléchir plus longtemps, la fin de la phrase l'interpella trop. Biao Xixia ! Elle en avait entendu parler lors de ses séjours en Chine, sans jamais le voir bien sûr. Là-bas il était presque vénéré. Les sorciers vantaient sa sagesse et sa force. Par quel miracle donc Kristen avait-elle pu lui faire quitter sa prestigieuse école ? Décidément, trop de questions lui venaient à l'esprit.

Un second point se profila à l'horizon. Un second dragon ? Le cœur de la jeune femme s’emballait. Un souffle de vent fit voleter quelques unes de ses boucles flottant librement. Elle la remit aussitôt en place et s'appuya plus fortement sur sa cane. L'émotion risquait de la tétaniser, et elle s'en voudrait terriblement de tomber devant un directeur et plusieurs dragons. Elle le voyait à présent, c'était bien un second dragon qui arrivait, plus imposant encore que le premier. Ses écailles luisaient d'un bleu impérial rehaussé par deux grands yeux d'or. Une pagode se tenait, droite, sur son dos. Une pagode. Eawen n'en finissait pas d'être stupéfiée.
Un vieillard dégageant une force calme et puissante descendit alors. Sa robe de soie noire et blanche lui donnait une allure de prince, ou même d'empereur. Et c'était un peu le cas. Il était l'empereur de Zhuangyán. Le regarder souriant en était presque déstabilisant. Il remercia Kristen puis salua chaque adulte qu'il croisait. Instinctivement, Eawen retrouva ses bonnes manières chinoises et salua à la manière de ce pays, faisant tenir sa cane droite par magie. Si elle avait un peu oublié la langue chinoise, les gestes, eux, restaient bien ancrés en elle. Cette salutation toute respectueuse calma un peu les ardeurs de son sang, elle avait l'impression de retourner en Chine et de s'imprégner à nouveau de la culture modérée de ses habitants. Elle entendit ainsi l'annonce de présentation d'élèves avec plus de calme que précédemment.

Le premier, Chu-Jung Xue, venait de l'école du Tigre. Cela correspondait environ aux maisons de Poudlard si sa mémoire était bonne. Elles étaient au nombre de trois, il y avait celle du Tigre, celle du Dragon, et... Elle avait oublié la dernière. Mais peu importait. L'enfant semblait déjà posséder une grande énergie magique pour son âge. Eawen s'étonna de ce qu'il ne sorte point de baguette avant de se rappeler brutalement qu'ils utilisaient un autre canalisateur de magie en Chine : des bracelets de pierres précieuses. Il se concentra et créa un mur de feu, qui s'amplifia et se transforma en véritable tour émeraude avant de fuser vers le ciel. Finalement, le ciel se para d'une splendide aurore boréale et un animal bien étrange surgit près du jeune garçon. Un Quilin, étrange créature verte.
Mais à peine les applaudissements terminés qu'une seconde élève paru. Une certaine Mei Ling de l’école du Dragon. Tout de suite la fillette déplu à Eawen. Elle était si froide, si hautaine... Un peu trop sûre d'elle. Elle se contenta de faire apparaître un crapaud étrange et dialogua une dizaine de secondes avec lui dans une langue fort étrange, puis il lança sa langue et offrit à Kristen un coffret de bois fort joli, mais un peu simple comparé à la puissance de la directrice de Poudlard. Cette fillette se rendait-elle compte de la personne à qui elle avait affaire ? Visiblement pas. Ce manque de politesse suffit à faire retomber un peu l'admiration de la jeune femme. Néanmoins elle se doutait que si Mei était là, c'est qu'elle n'était certainement pas dépourvue de talents. Dommage qu'elle n'ait pas daigné se montrer à la hauteur de l'animal de son école... Eawen attendit donc le dernier élève avec un certain intérêt. Quelle serait son style de magie ? Et quel animal le symbolisait ?

"Il est plus beau d'éclairer que de briller seulement."
Cupidon en chef
Admise dans le "hall of fame des warriors" de Kristen

 RPG   Libre  L'Azuré et le Serpent Blanc

La dénommée Mei sortit à son tour de la petite pagode. Son visage était fermé, et presque aussi froid que le temps hivernal. Elle descendit le long cou de la bête et regarda ensuite son Doyen. Puis, elle se tourna vers la directrice et l'observa un moment, semblant réfléchir.

Soudain, elle s'agenouilla et commença à s'agiter au sol - traçant des signes dans la terre. Celle-ci se gonfla alors, comme si quelqu'un cherchait à en sortir, ou alors soufflait par dessous. La jeune fille s'assit sur le monticule, tandis que l'herbe gonflée se changeait lentement en écailles. Des pattes se discernèrent également, et rapidement ce qui ressemblait à une petite colline s'était transformée en un énorme crapaud. Il était d'un bleu vif, étincelant - qui rappelait la couleur des petites grenouilles venimeuses dans les grandes forêts tropicales. Ses yeux étaient rouges, perçant, d'une profonde couleur de rubis. Sa langue vînt nettoyer ses narines, avant que la bête ne soit secouée d'un son dont je ne savais pas si c'était un rire ou une toux. Je haussais un sourcil, sceptique. Y avait-il quelque chose derrière cette invocation, une signification? Car, après les deux magnifiques dragons, et la magnifique performance du premier élève, celle-ci semblait.. Plate?
Bon, bien sûr, c'était impressionnant qu'une élève plus jeune que moi puisse faire apparaître une telle bestiole - je n'en serais pas capable. Mais j'avais l'impression - que ce soit elle ou la bête - qu'on se moquait un peu de nous.

Le crapaud commença alors à parler... Dans une langue inconnue. Je la regardais, surpris et déconcerté. Elle s’adressait à la jeune fille, qui semblait lui répondre dans un même langage. Mais de quoi parlaient-ils? Alors que je me triturais l'esprit; une phrase - presque silencieuse - me sortit de mes pensées:

«C'est quoi ce délire? »

Je me tournais vers Rey - qui avait agrippé mon bras sans que je ne m'en rende compte, bien trop obnubilé par le spectacle - qui semblait tout aussi perturbé que moi par le discours du crapaud et de la jeune fille - qui continuaient leur dialogue sans se préoccuper des autres.
Je haussais alors les épaules, regardant Rey - alors que mon attention s'était relâchée.

« Je sais pas... C'est bizarre... Et louche, nan? Enfin, je ne sais pas ce qu'ils racontent, mais c'est toujours louche quand on ne comprend pas... »

Le dialogue entre la fille et la bête continua. Elle jeta même un œil au premier arrivé, avant de chuchoter quelque chose - toujours dans la même langue incompréhensible - à l'amphibien. Se moquait-elle de lui? Je ne savais pas, mais je me sentais encore plus mal pour lui - non seulement à s'épuiser dès les premières minutes, mais en plus à se faire moquer... Ah, si la dénommée Mei était à Poudlard, je l'aurais déjà réprimandée - même si je n'ai pas de preuves concrètes qu'elle ait dit du mal de lui. Mais, si elle était toujours aussi peu attentionnée pour le monde qui l'entoure, je le plaignais lui et les autres élèves.

Le dialogue prit fin et le crapaud sembla rire avant de dérouler sa langue, comme un tapis, qui s'arrêta près de la foule. Un coffret en bois y reposait, s'ouvrant de lui-même; tandis que la jeune fille exprimait - dans une langue compréhensible cette fois-ci - qu'il s'agissait des pièces porte-bonheur de l'école du Dragon. Certains élèves se ruèrent pour les découvrir, mais je ne bougeais pas - remarquant que mon ami faisait de même. Le doyen annonça alors l'arrivée de Qiong Xixia, de l'école du Paon.
J'espérais qu'au moins, cette élève remarquerait qu'elle n'était pas seule.

Une vie sans chocolat est une vie à laquelle manque l'essentiel.
Sorcier le plus Gourmand - Ventre sur pattes des Magic'Awards 2017

 RPG   Libre  L'Azuré et le Serpent Blanc

Elijah ne prêta pas tout de suite attention à Chu-Jung. Il était bien trop occupé à se poser une myriade de  questions. Capitales, les questions. Cet immense dragon risquait de s'enrhumer, à rester bloqué là, dans la neige, sans bouger. Et s'il lui prenait l'envie de renifler, tout à coup : ne seraient-ils pas tous aspirés dans ses conduits tout plein de morve ? S'il éternuait, au contraire, ne seraient-ils pas tous soufflés et, accessoirement, carbonisés par la chaleur de son souffle ? Et puis il allait dormir où, d'abord, le pauvre ? Ça se case où, un dragon de cette envergure ? Ils n'allaient quand même pas lui construire une niche géante en bordure de forêt ?

Ses interrogations furent néanmoins vite interrompues par la silhouette d'un enfant qui les rejoignait sur la pelouse. Le jeune garçon avait alors capté toute son attention. Comment avait-il pu les rejoindre en ayant l'air si décontractée ? Il était quand même descendu par le biais du cou d'un DRAGON ! Genre en passant pas loin de son museau et tout ! Et s'il l'avait chatouillé avec ses chaussures ? La bête tournait la tête d'un coup et GNAC, avalé le Chu-Jung !

" L’école du Tigre vous présente ses hommages, professeurs et camarades de Poudlard. "

La classe. Si ça c'était pas solennel ! La courbette qui s'en suivit ajouta du poids au côté cérémonie. Et Elijah n'avait encore rien vu... L'enfant traça un signe dans la neige, duquel s'éleva bientôt un rideau de flammes vertes, bientôt agrémenté d'éclairs, s'élevant toujours plus haut. Le rouquin ne put s’empêcher de sursauter. Il faisait face à deux dragons immobiles, dociles, et à un enfant qui s'agitait pour faire surgir des flammes du sol. Y avait pas comme un décalage, là, tout de suite ? Plus troublant encore, et il le remarqua tard, mais tout était exécuté sans baguette ! Il avait simplement posé ses mains au sol. De l'alchimie ? Pour vrai ? Voilà qu'il érigeait une tour maintenant... Mais QUI étaient-ils ? La tour fusa dans le ciel. Quelle était cette école qui formait de jeunes sorciers aussi talentueux ? Une aurore boréale explosait dans une grande lumière blanche. Quel était le motif de leur visite à Poudlard ?

Alors qu'il décrivait son dernier cercle, une créature surgit dans son dos. Elijah eu un nouveau mouvement de recul, il n'en avait encore jamais vu de telle. Sabots, cornes, écailles vertes, immense... La créature et lui ne semblait former qu'un. Elle l'aidait même à se relever. Le rouquin se sentait à côté de ses baskets. La magie de ce garçon le laissait bouche bée. Et alors qu'il pensait que plus rien ne pourrait le surprendre désormais, on appela une nouvelle élève.

Lorsque la dite Mei les rejoint à son tour. Sa glissade sur le coup immense du dragon arracha au garçon un sourire. Elle descendait du toboggan le plus cool du monde. Eli aurait offert l'intégralité de sa cache à friandises pour y faire un tour...

Contrairement à son prédécesseur, Mei ne se préoccupa pas d'eux tout de suite. Ni bonjour, ni révérence, rien. Action : réaction. Elle aussi traça des cercles dans la neige. La terre se mit à trembler, à gonfler, et se changea en une énorme grenouille. Nouveau sursaut, et grimace... Après le coup du lapin qui sort du chapeau, mesdames et messieurs :  le crapaud qui sort de terre ! Un crapaud pas bien comme tous les crapauds qu'il avait vu jusqu'ici  : un crapaud géant qui riait. Et ça en faisait du bruit !

La jeune fille et la grosse grenouille semblait converser. Du moins c'est ce qu'il lui semblait, il ne comprenait pas un traitre mot de ce qu'elles se racontaient. L'avantage, c'est qu'Elijah avait le temps de reprendre ses esprits. Ça en faisait des choses à avaler d'un coup... Mais finalement non, pas le temps de souffler : voilà que la créature déroulait sa langue jusqu'à Miss Loewy ! Elijah était trop loin de la directrice pour voir ce qui se passait, mais il semblait que quelques élèves se soient empressés de courir jusqu'au bout de la langue.

" Professeurs et élèves de Poudlard, l’école du Dragon vous offre ses pièces porte-bonheur. "

L'école du Tigre, l'école du Dragon, il y avait donc plusieurs délégations d'élèves ! Elijah n'avait pas quitté Mei des yeux. Et même s'il était tenté d'aller jeter un œil à ce qui se trouvait aux pieds de leur directrice, il s'était immobilisé lorsqu'il avait entendu.

" Et enfin, Qiong Xixia, de l’école du Paon. "

Première année RP
" Plus on est de fourbes... "
" Griffes et crocs, Griffes et cœurs, Gryff vainqueurs ! "

 RPG   Libre  L'Azuré et le Serpent Blanc

Tally était loin d'être au bout de ses surprises... Après un premier Dragon d'une taille déjà conséquente, une première femme qui introduisit une école de l'autre bout de la planète, un second Dragon d'une telle taille qu'elle était persuadée qu'un coup de sa queue pourrait aisément balayer le château et un vieille homme qui semblait connaître leur directrice mais néanmoins ravi de la rencontrer, en chair et en os, voilà qu'un garçonnet à peine plus jeune qu'elle entrait en scène pour... pour quoi, au juste ? Tout avait défilé si vite devant ses yeux qu'elle était bien incapable de se remémorer comment exactement ils en étaient tous arrivés là.

L'assemblée Poudlardienne était bien silencieuse, tous les yeux rivés vers le spectacle orchestré uniquement pour leur beaux yeux. C'était du jamais vu. Si, Tally avait bien vu les délégations de Durmstrang et Beauxbâtons arrivées, mais c'était beaucoup plus formel. Les écoles se connaissaient déjà, leur arrivée était une simple formalité. Même si le moment avait été extraordinaire pour la jeune Première Année qu'elle avait été.

Le garçon était à peu près semblable à n'importe quel Première Année de l'école à ceci près qu'une flamme brûlait dans ses yeux, une volonté inébranlable qui étonna Tally, c'était assez surprenant pour pour quelqu'un de si jeune de nous faire ressentir une si grande force de caractère. La Serdaigle se pris immédiatement d'affection pour le jeune homme, sa vigueur lui plaisait, ses mouvements était d'une grâce qu'elle n'avait jamais perçu chez un homme et sa force de caractère semblait sans équivoque. Chu-Jung, de l'école du Tigre, elle grava ce nom dans un coin de sa tête pour s'assurer d'être capable de s'en rappeler. Puis, Tally profita du spectacle.

On pourrait dire ce qu'on voulait mais ce Chu-Jung dépassait et de loin, n'importe quel Première Année de Poudlard. Sans baguette, il effleurait le sol pour faire naître une magie surpuissante et agressive qui correspondait bien à l'idée que Tally se faisait d'un tigre. Un sourire amusé sur le visage, elle noyait son regard dans cette prestation hors du commun. Malheureusement, le spectacle s'acheva bientôt sur l'apparition d'un drôle de cerf à cornes. La jeune fille n'avait jamais vu pareille créature. Elle était majestueuse et venait tout juste d'apparaître dans un dernier élan de l'écolier du Tigre. Lorsque le directeur de l'autre école se mit à applaudir, Tally n'hésita pas une seule seconde pour joindre ses applaudissements à ceux des autres. Elle regarda, presque inquiète, Chu-Jung s'éloigner de la foule, soutenu uniquement par sa drôle de bestiole avec qui il semblait entretenir un lien tout à fait particulier.

Tally avait la gorge sèche, elle ne parvenait même pas à se questionner sur ce qui allait pouvoir apparaître sous ses yeux. Tout ce qu'elle avait déjà vu était bien trop hors du commun pour qu'une chose encore nouvelle ne vienne s'y ajouter. Pourtant, Mei Ling, de l'école du Dragon, fut appelée. Sensiblement du même âge que con confrère de l'école du Tigre, son caractère était diamétralement opposé. Alors que Chu-Jung semblait vouloir à tout prix faire plaisir et épater la galerie, Mei Ling se plaçait plutôt dans une position de défi. Elle avait l'air de parfaitement savoir ce qu'elle faisait ici mais ses raisons étaient obscurs pour la Serdaigle. Néanmoins, la chinoise imposait un certain respect, c'était indéniable. Tally était très intriguée par cette jeune fille, elle avait dans son caractère, bien trempé, un elle-ne-savait-quoi qui l'attirait. Un petit sourire se dessina sur ses lèvres, elle sentait cette fille prometteuse et de déterminée, prête à tout. Elle ne voulait pas faire plaisir et sa démonstration était plus de la provocation qu'autre chose.

La fille de l'école du Dragon invoqua un énorme crapaud qui confirma son intention à Tally. Elle voulait prouver qu'elle était la meilleure mais d'une façon bien différente de son prédécesseur. Elle possédait une autre forme d'agressivité et sa lueur de défi dans le regard évoquait une détermination tout aussi puissante que Chu-Jung. C'était impressionnant et Tally ne pouvait qu'en rester bouche-bée. L'énorme grenouille et la fillette étaient tranquillement en train de discuter dans une langue qui lui était inconnue. Son sourire se renforça, sa fomentation était tellement délibérée que cela en devenait presque ridicule et Tally comprit qu'elle aimait cette fille. D'une façon bien différente que Chu-Jung. Elle la voyait comme une réelle adversaire, une vraie concurrente, quelqu'un avec qui elle pourrait s'entendre pour se pousser à aller toujours plus loin. La rouquine rangea une de ses mèches derrière son oreille et croisa les bras, jusqu'au moment où l'énorme bestiole recracha sa langue pour laisser apparaître un coffre.

C'était une invitation. Un ticket pour se retrouver plus tard. La Serdaigle n'hésita pas une seconde et se jeta dans la masse pour récupérer son bien. Se faufilant à travers la foule, elle fut tout de même obligée d'attendre son tour pour empoigner une pièce. « Porte-bonheur », elle n'en croyait pas un mot mais elle voulait se rappeler du défi lancé par cette fille. Un défi qu'elle voulait relever elle-même. Tally retrouva une place dans l'assistance, elle avait perdu Milenka du regard mais le vieux monsieur annonçait déjà un nouveau concurrent.

La Serdaigle ne savait plus à quoi s'attendre. Elle avait apprécié et admiré les deux derniers, Chu-Jung et Mei Ling maintenant, elle se demandait vraiment ce que Qiong Xixia pouvait leur réserver. La meilleure était-elle réservée pour la fin ? Comme une dernière surprise ?

4ème année RP

Tallirenpher, prenez garde !

 RPG   Libre  L'Azuré et le Serpent Blanc

Lorsque le premier élève sorti de la pagode, Elina fut extrêmement surprise de constater qu'il ne devait pas être plus âgé que les élèves de première année. Il devait être frigorifié car il portait le même genre de tissus légers que le doyen et la femme qui était arrivée sur le dragon blanc, mais il n'en montrait rien. Il descendit le long du cou de l'immense dragon azuré, se laissant finalement glisser au sol. Sa manière de se présenter fut impeccable et la Poufsouffle en fut dûment impressionnée. Mais ce n'était rien en comparaison de ce qui suivit. D'un signe de la main droite, il fit s'évaporer la neige avant de faire apparaître un cercle de flammes émeraudes autour de lui. Les flammes s'élevaient toujours plus, cachant le jeune sorcier aux regards de l'assemblée. Lorsque l'étrange forme de flammes s'élança vers le ciel, elle se transforma en une gigantesque aurore boréal avant de disparaître dans une éclatante lumière blanche. Elina avait l'impression que ses yeux pétillaient littéralement d'intérêt. Cette magie était réellement fantastique ! Toutefois, en abaissant à nouveau le regard vers le jeune sorcier, une nouvelle surprise l'attendait. Une créature des plus étranges avait fait son apparition. Elle avait beau sonder sa mémoire, Elina n'avait jamais rien vu de tel, pas même sous la forme d'une simple illustration. Son regard porta immédiatement sur miss Almeida. Peut-être que la professeur de Soins aux Créatures Magiques savait ce dont il s'agissait ? Le jeune sorcier semblait néanmoins épuisé et c'était bien compréhensible. Être capable de déployer une telle magie à un si jeune âge était réellement impressionnant. Le jeune garçon et son étrange créature s'écartèrent pour laisser la place au second élève que le doyen annonça :

« Et maintenant, Mei Ling de l’école du Dragon ! »

La seconde élève cependant était très différente du jeune garçon qui s'était présenté plus tôt. Si le premier élève avait donné tout ce qu'il avait dans sa démonstration aux résidents de Poudlard, la jeune fille qui lui succédait ne semblait pas songer un seul instant à se donner toute cette peine. Elle semblait avoir le même âge que le jeune sorcier, mais elle n'aurait pas pu être plus différente. Dès qu'elle eut mis pieds à terre, la chinoise invoqua une créature qui ressemblait à s'y méprendre à un crapaud démesuré. Là encore, Elina n'avait pas souvenir d'avoir jamais rien lu sur un telle créature. Mais alors que son prédécesseur s'était donné bien du mal, la fillette se contenta de discuter tranquillement avec l'énorme crapaud. La Poufsouffle avait beau ne pas être portée sur les jugements hâtifs, la chinoise lui déplut immédiatement. L'arrogance était le défaut qu'elle avait le plus de mal a excuser. Que la jeune chinoise n'éprouve aucun respect pour des sorciers inconnu, elle pouvait le concevoir, mais Elina voyait dans son attitude un certain mépris à l'égard de son jeune confrère. Il lui semblait que le jeune fille ne pouvait éprouver que du mépris face a toutes les personnes qui l'entouraient. Un bien triste constat à un si jeune âge. Finalement, peut-être bien que la Poufsouffle la plaignait. Lorsque la langue du crapaud se déroula pour déposer un coffret aux pieds de miss Loewy, elle observa cet appendice visqueux avec circonspection. Le coffret s'ouvrit alors de lui-même.

« Professeurs et élèves de Poudlard, l’école du Dragon vous offre ses pièces porte-bonheur. »

Quelques élèves s'approchèrent du coffret pour en apercevoir le contenu et obtenir l'une des pièces. Elina ne bougea pas d'un pouce. Elle n'était pas disposée à accepter un cadeau fait d'aussi mauvaise grâce. Le doyen lui-même semblait s'être fait à l'idée que son élève ne fournirait pas davantage d'effort.

« Et enfin, Qiong Xixia, de l’école du Paon. »

Il ne fallut pas plus que ces quelques mots pour inciter Elina a détourner son attention de la chinoise. Elle se tourna a nouveau vers la pagode, attendant de voir ce que leur réserver cette nouvelle et dernière élève.

¤ Finisseuse des Frelons ¤ Responsable de la Cabane de Cristal ¤ Septième année RPG ¤ Rédactrice ¤
~Ne sous estimez pas les griffes du blaireau parce que sa fourrure vous semble douce~
  Retour