Parc

Inscription
Connexion

Un jour mon prince viendra~~~~PV

La journée était parfaite pour Alma, un ciel nuageux sans soleil. À son avis, une balade dans le parc s’imposait pour se détendre. Elle était arrivée, il y a quelques mois à l'école de magie. Angoisser depuis le départ du Poudlard Expresse de Londres jusqu'à l'arrivée dans sa chambre dans le dortoir des filles de Serdaigle, Alma n'avait pas eu le temps de vraiment souffler avec les cours et les devoirs qui arrivaient. C'était donc avec empressement qu'elle avait quitté la bibliothèque avec un de ces romans favoris pour profiter du grand air. Elle s'était baladée pendant plusieurs minutes au bord du lac, avant d'aller se mettre sur un banc et de lire tranquillement son livre. Plongée dans son roman, Alma n'avait pas entendu, le duo d'élèves arrivé vers elle. Quand les deux sorciers se plantèrent devant elle, Alma ne releva pas la tête, ce fut seulement quand un des deux prit la parole qu'elle sursauta et les remarqua enfin. 

"Qu'est-ce que tu fais seul ici ma petite ? " Alma leva la tête pour voir d'où venait la voix, en essayant de ne pas tiquer au mot "petite". C'était un garçon, assez grand, en tout cas plus grand qu'elle. Il avait large épaule et ressemblait à bagarreur de quartier qu'elle voyait souvent dans les films. Il était certainement plus âgé qu'elle de deux ou trois ans.  
"Je lis, ça ne se voit pas ?" Alma dit cela avec un ton légèrement agacées, elle n'aime pas être interrompu surtout au meilleur moment de l'ouvrage. Elle allait leur dire se la laissée tranquille quand le garçon lui prit son livre.
 " Tara Duncan ? Tu lis de vachement gros bouquin pour ton âge. Cela ne te rendra pas plus intelligente, tu sais petite." Le garçon s'éloigna en rigolant avec son pote, le bouquin d'Alma dans les mains. Celle-ci s'était levée, énervée. D'une part par ce qu'on lui avait pris son livre, mais surtout que c'était la deuxième fois que le garçon l'appelait petite.

Elle se dirigea vers lui et essaya de prendre son livre de la main du garçon, celui-ci leva, son bras hors de porter d'Alma, l'obligeant a sauté pour essayer de le reprendre.
" Rend-le-moi ! " Elle sauta plusieurs fois pour reprendre son livre, mais le garçon leva  de plus en plus haut son bras, en rigolant de plus belle.
" Il faut manger plus de soupe ma petite au lieux de lire". Cette fois-ci ce fut la phrase de trop, Alma répliqua sur un ton froid et hautain, pas du tout dans ses habitudes : "Je suis peut-être petite, mais je ne suis pas débile comme toi au moins, la taille fais pas l'intelligence ".
 Elle regretta immédiatement ses paroles devant le visage surpris  du deuxième garçon, mais surtout a cause du  visage énervé du garçon aux épaules carrées, qui n'avait d'aimer la répartie de la jeune sorcière. Jolie boulette Alma se dit-elle. 
Dernière modification par Alma Aeden le 4 mars 2018, 16 h 29, modifié 1 fois.

Aiglon et Gryffon unie par Alma et Helena

Un jour mon prince viendra~~~~PV

Dernièrement, Solal avait fait beaucoup de concessions. Il s'était concentré dans ses devoirs, ignorant le ciel bleu et le soleil de fin d'hiver qui semblaient l'inviter à jouer. Il avait même passé ses premières heures à la bibliothèque, ce qui s'était avéré utile puisqu'une de ses séances de lectures avait débouché sur une nouvelle rencontre. Le garçon était un étrange mélange des croyances de ses parents ; il avait hérité du rationalisme de Ciaran Rosenberg et tentait, la plupart du temps, de réfléchir avec des arguments qui lui paraissaient logiques et cohérents. Mais il avait aussi hérité de la ferme croyance de sa mère, Violet, en ce que les choses étaient fortement influencées par le destin. Lui, ne savait plus trop sur quel pied danser mais avait décidé que les rencontres étaient sans doute liées au destin. Il pensait, suite aux discours de sa douce mère, que toute rencontre contribuerait à le faire grandir, à le forger. C'était là une des raisons qui encourageait le jeune garçon à ne manquer aucune de ces rencontres encouragées par le destin. Aussi, il avait parlé à toutes les personnes qu'il avait eu le bonheur —ou le malheur— de fréquenter de près ou de loin depuis la rentrée. Les moments où il était seul étaient de plus en plus rares et après quelques mois de scolarité il pouvait fièrement dire qu'il se sentait parfaitement à sa place et intégré dans les rangs des sorciers de Poudlard.

Néanmoins, ce jour-là il avait ressenti le besoin d'être tout seul et surtout de ne rien faire. Il avait alors quitté la salle commune bruyante des Serdaigles pour rejoindre le parc. Les beaux jours allaient arriver dans quelques semaines, et le soleil rayonnant ne pouvait qu'en témoigner. Il faisait cependant encore un peu froid, le brun gardait ses mains dans les larges manches de sa robe alors qu'il pénétrait le lieu. Là, une bonne dizaine d'élèves semblaient, eux aussi, lézarder sous le soleil frais de février. Solal s'était alors assis et avait fermé les yeux un moment.
Mais le brun avait sa réputation de garçon dynamique à tenir et son corps le lui rappela d'une décharge. Il ouvrit les yeux ; ses jambes se balançaient déjà et il comprit qu'il venait d'attendre les limites de son corps. Il lui fallait bouger. Un regard scannant son entourage lui suffit à se rendre compte que quelque chose clochait un peu plus loin. C'était une jeune fille blonde, une Serdaigle qu'il avait déjà vu à la table de la Grande Salle. Elle brillait de par sa petite taille et ses cheveux blonds, mais il n'avait jamais eu l'occasion d'échanger quelque mot que ce soit avec elle. Elle semblait plutôt embêtée, nul doute que les garçons autour d'elle la prenait pour un cabot à qui on secoue un os pour lui faire faire le beau. Les sourcils du garçon s'était froncé à la vue de cette scène et le super héro qui sommeillait en lui lui sommait de faire quelque chose. Aussi, Solal avait sorti sa baguette de sa manche, pointé le livre.
« Wingardium Leviosa ! » Le livre volait à présent au dessus d'eux, les aînés n'avaient d''abord pas compris ce qu'il se passait et il leur avait fallu une dizaine de secondes pour se rendre compte que le fauteur de troubles était à une vingtaine de mètres d'eux. Ce que Solal n'avait pas imaginé, cependant, c'était bien que la distance affaiblissait considérablement son sort et que le livre finit par tomber sur la tête d'un des garçons. Bien entendu, il n'était pas question de montrer sa surprise, il s'agissait là de jouer à l'homme qui contrôle tout. Il s'approchait alors du trio, les mains sur les hanches.
« C'est vrai qu'elle est petite, mais c'est vraiment pas une raison pour jouer avec elle comme ça. »

« And I can't hide that I've relied on you
Like yellow does on blue »
Tapis en Chef, 2ème année RP.

Un jour mon prince viendra~~~~PV

« C'est vrai qu'elle est petite, mais ce n'est vraiment pas une raison pour jouer avec elle comme cela. » Alma se retourna vers la voix de l’inconnue qui l'avait de nouveau traité de petite. Ils ont quoi à me caractériser par ma taille ?!! Pensa-t-elle. Elle allait répliquer une phrase tranchante quand elle se ravisa. L'apparence du garçon ne lui était pas inconnue. Elle prit du temps à se rappeler où elle avait bien pu voir cette silhouette. Ce n'est seulement qu'après quelques secondes qu'elle s'en souvint enfin, c'était dans la salle commune de Serdaigle principalement qu'elle le croisait. Bien sûr, elle l'avait déjà croisé dans plusieurs cours et lieux de Poudlard aussi, mais ne l'avait jamais approché, pour une raison qui lui restait inconnue.  Alma le regarda longuement, comme pour l'analyser. C'était la première fois qu'elle le voyait de s'y prêt après tout. Le voyant avancé elle ouvrit la bouche pour lui dire qu'il n'avait pas besoin de s'en mêler quand un des garçons qui l'ennuyait prit la parole.

«Tu veux quoi toi ? » Plus énervé encore, l'aîné aux épaules carrées s’avança vers, le jeune garçon qui venait l'aider. Malgré l'air sûr de son camarade Alma se dit que celui-ci ne ferait pas le poids contre le garçon surtout qu'ils étaient deux et que l'autre jeune homme se rapprochait de son compagnon. Elle déglutit, n'aimant pas la tournure que prenait la situation.
«Laissez-le tranquille !» Elle se précipita entre son aîné et son camarade, dos à celui-ci. « Vraiment, vous n'avez rien de mieux à faire que de vous en prendre à plus jeune ? Je ne sais pas, pourquoi ne pas te trouver un cerveau ? Cela pourrait t’être utile pour réussir tes devoirs et avoir des bonnes notes non? Surtout pour passer en année supérieure ? A se que je vois tu pense plus par tes muscles que par ta tête, lire des livres te ferais le plus grand bien ! » Encore une fois, Alma regretta instantanément ses paroles, ce n'était pas la meilleure idée au monde d'insulter une personne mesurant au minimum 30 centimètres de plus qu'elle ! Youpi Alma, toi et ta grande bouche !!
Depuis petite cette tête blonde avait l'habitude de dire tout ce qui lui venait à l'esprit. Bonne comme mauvaise. Son père a essayé pendant un temps de lui faire comprendre que tous n'étaient pas bons à dire, pourtant, Alma restait toujours franche en toutes circonstances. Ce caractère est un vrai malheur pour elle et en grandissant rien cela deviendra un vrai problème. Par le passer, cela lui avait causé beaucoup d'ennuyer, au point qu'une année, elle s'était fait rejeter à cause de sa trop grande franchise qui faisait peur. Plus personne n’osait lui poser des questions ou se confier à elle. Et encore une nouvelle fois, ce caractère allait lui causer des ennuis. Mais l'une autre personne s'y était mêlée et elle ne voulait pas qu'il lui arrive quoique ce sois par sa faute.

Elle regarda son camarade, se rapprochant légèrement de lui pour lui chuchoter : "On ne devrait pas mieux partir de là ?". Elle n'attendit pas la réponse de son sauveur. Alma ramassa rapidement son livre, lui prit la main et courut le plus loin possible en tirant le Serdaigle pour qu'il la suive. Elle voulait mettre rapidement de l'écart entre eux et les aînés en espérant qu'ils n'ont pas la chouette idée de les suivre ! Et surtout que son camarade ne veuille pas affronter les deux garçons....

Aiglon et Gryffon unie par Alma et Helena

Un jour mon prince viendra~~~~PV

La scène sortait tout droit d'un des romans pour enfants que sa mère lui avait acheté et qu'il n'avait jamais fini de lire. La demoiselle en détresse avait vu un chevalier courir pour l'aider. Seulement, la situation n'était pas aussi simple que ce que Solal attendait. Les garçons n'avait pas disparu comme des nuages de poussière, ils étaient toujours là, forts et imposants. Le petit brun n'avait aucune idée de la suite du plan, il n'avait réfléchi que jusqu'à la partie "leur reprendre le livre" et s'était arrêté là, erreur sans doute due à son inexpérience : c'était la première fois que le petit Rosenberg jouait les héros et décidait de sauver quelqu'un qu'il ne connaissait pas. De plus, on était au sein de Poudlard, et il refusait de se faire renvoyer pour cause de violence —la mort lui était alors préférable.

La Serdaigle avait décidé de reprendre les choses en main, ce pour quoi Solal la remercia intérieurement ; il était toujours en bataille cérébrale quant à l'édition d'un plan. Le temps tournait plus vite que ce qu'il aurait aimé. Le garçon avait alors envié les héros de films qui pouvaient parfois penser pendant des dizaines de seconde, le monde autour d'eux comme mis en pause. Alma avait réfléchi plus rapidement et après s'être interposé entre Solal et ses assaillants —les rôles s'interchangeaient— elle entreprit de les attaquer à coup de mots. L'effet ne s'était pas fait attendre, les joues d'un des élèves s'étaient teinté d'un rouge colérique, mais dans la tête du petit brun, l'idée était bonne : plus ils parlaient, plus les aînés les écoutaient et moins ils n'avaient de temps pour tenter quoi que ce soit. Solal était plutôt grand pour son âge, mais il n'était qu'un chaton à côté des deux garçons.
« Puis, de toute façon vous devez pas être aimé par les gens d'votre année si vous allez embêter les plus p'tits qu'vous ! Vous faites ça parce que personne veut d'vous ! » Il avait vu ça dans de nombreux films —si son cerveau refusait de le laisser lire un livre sans se déconcentrer, sa mère avait trouvé que les films n'avait rien à envier à la littérature, ainsi Solal avait du rester immobile pendant une moyenne d'une heure et demi à chaque fois qu'ils se retrouvaient en famille devant un film. Il était reconnaissant envers sa mère à ce moment. Dans les films, il avait  vu de nombreuses fois que les grands vilains agissaient toujours parce qu'ils avaient tout perdus ou qu'ils n'avaient, justement, plus grand chose à perdre ; que personne ne voulait d'eux.

La remarque semblait avoir fait mouche, mais n'avait pourtant pas l'effet que Solal avait espéré. Un des aînés avait sorti sa baguette, désabusé. Juste à ce moment, la blonde lui avait attrapé la main en prononçant quelques paroles qu'il n'avait même pas entendu ; toute son attention était centrée sur l'aîné et sa baguette. Le garçon ne connaissait pas assez de sorts pour se lancer dans un duel improvisé, aussi il se contenta de donner un coup de pied dans le tibia du détendeur de la baguette avant de partir en courant.
Penser qu'ils seraient tranquilles aussi facilement était, bien entendu, une erreur. Leurs pas s'enfonçaient dans l'herbe encore humide alors que les deux Serdaigles entendaient derrière leurs aînés accourir. Solal repassait en revue tous les sorts qu'il connaissait, cherchant quelque chose qui pourrait les aider sans faire pour autant de mal à ses aînés, mais il manquait cruellement de pratique. C'était sans oublier que les deux aînés brandissaient tous les deux leurs baguettes furieusement et qu'ils avaient sûrement bien plus d'expérience que lui. Abandonnant l'idée d'utiliser la magie pour le moment, Solal profita d'un amas de buisson pour tirer la Serdaigle dedans. Ils étaient maintenant assis contre la terre, la respiration haletante, et lorsque les aînés passèrent il laissa traîner sa jambe hors du buisson, faisant ainsi tomber les deux nigauds. Il profita de cette diversion momentanée pour reprendre la main de la blonde dans la sienne et repartir dans leur course folle.
« Il faut... qu'on trouve... une cachette.. » Ses mots étaient entrecoupés par sa respiration haletante. Ils couraient dehors comme des dératés depuis quelques minutes maintenant, sous les yeux intrigués de certains élèves qui croisaient leur chemin.

« And I can't hide that I've relied on you
Like yellow does on blue »
Tapis en Chef, 2ème année RP.

Un jour mon prince viendra~~~~PV

Tout était allé trop vite pour la jeune sorcière. Elle était passée par tellement de choses en si peu de temps qu'elle en était perdue. Entre le moment où Alma avait lancé une réplique acerbe et où Solal y avait rajouté une autre petite vérité. La bombe à retardement qu'étaient les deux années supérieures explosa. Elle eut quand même un soupir de soulagement en sentant son camarade la suivre, pourtant le soulagement laissa vite place à de l'inquiétude quand elle entendit les pas des deux assaillants.

Elle fut extrêmement soulagée que Solal décide de reprendre les choses en main. Mais l'idée du buisson lui coûta une jolie égratignure sur le genou droit, n'étant pas prête à ce changement de direction. Elle essaya de reprendre une respiration normale pendant ce lapsus de temps. Elle regarda un biais Solal, se demandant comment ils allaient faire pour échapper aux deux garçons. Quand elle entendit les deux aînés tombés devant eux ainsi que des insultes venant de leurs parts, Alma ne put retenir un petit rire qui se transforma vite en hoquet de stupeur quand le Serdaigle l'a pris par la main pour recommencer à courir. Alma n'a jamais été bonne en athlétisme, courir, ce n'est vraiment pas son truc. Surtout, quand on boîte un peu à cause d'une douleur au genou. « Il faut... que l'on trouve... une cachette.. » Alma, avait eu du mal à comprendre ce qu'avait dit son sauveur. Elle regarda autour d'elle, cherchant un endroit discret où les poursuiveurs ne les retrouveraient pas. Elle ne remarqua pas la racine qui sortait de terre, Alma se prit donc le pied dedans et tomba au sol.

C'est en se releva et en regardant d'où venait la racine qu'elle remarqua un arbre où pendaient d'immenses lierres. S'il n'y avait pas eu une petite bourrasque de vent ce moment-là, elle n'aurait sûrement pas vu que l'arbre était creux et formait, une sorte de petite grotte. Un buisson assez haut et touffu barrait la route limitante la vue. S'il se dépêchait, ils rentreraient sans-souci et sans que personne ne les voie. Elle tira le bras de Solal et lui indiqua sa découverte d'un hochement de tête.
" Ici, peut-être ?" la voix d'Alma n'était pas très forte, sa respiration toujours saccadée l'empêchait de parler plus haut. Derrière elle, le bruit des pas se rapprochait. "Incendio", c'était la voix d'un des poursuivants qui avait prononcé la formule. Une flamme apparut à côté du Serdaigle et Alma poussa un petit cri de surprise. Solal devait se décider vite, et le regard d'Alma le suppliait d'y aller. S'ils devaient continuer à courir, elle ne tiendrait pas longtemps.

Aiglon et Gryffon unie par Alma et Helena

Un jour mon prince viendra~~~~PV

Le jeune garçon était partagé entre la peur d'une situation inconnue —à Chipping Campden, il n'y avait personne pour l'embêter et, de toute façon, personne ne l'aurait fait en sachant qu'il avait toute une armée de frères derrière son dos— et l'hilarité. Il courait, s'étouffait, riait dans un même temps ce qui n'avait pour conséquence que de contribuer à son essoufflement et à son manque d'équilibre ; il avait failli tomber à plusieurs reprises, dont une fois où il avait fini les mains dans l'herbe avant de se propulser avec une agilité qu'il avait acquise à force d'escalade dans les arbres. Il s'était tourné vers la blonde, dont il ne connaissait toujours pas le prénom —le moment n'était pas aux présentations— et avait remarqué son air apeuré. Il se sentait maintenant un peu coupable de l'avoir mené à cette situation, bien qu'il avait simplement voulu la secourir. Leurs chances de s'en sortir s'amincissait au fur et à mesure, et la colère des aînés grondait derrière eux tel un orage.

La voix de la jeune fille l'avait sorti de ses pensées. Elle semblait avoir trouvé un endroit, il suivit son regard et découvrit un arbre creux. Comme ça tombait bien, le hasard  faisait tellement bien les choses que pendant un instant, Solal avait eu l'impression d'être le héro d'un roman ; l'auteur venait de leur donner un sacré coup de main en inventant l'existence de cet arbre. Aussi, il n'avait pas hésité un seul instant —le sortilège de Feu qui venait de s'écraser à côté de ses pieds l'avait aidé à se décider rapidement— et passa son bras frêle autour des épaules de la Serdaigle pour l'aider à se pencher et à la faire entrer dans l'antre. Il l'avait aussitôt suivie. Le dos contre le bois, il sentait son cœur tambouriner dans sa poitrine, sa gorge et son visage brûler et sa respiration était presque douloureuse tant elle lui demandait des efforts. La main sur sa bouche pour ne pas faire trop de bruits, il tentait tant bien que mal de calmer son corps fou.
Il profitait de l’accalmie, qu'il n'espérait pas temporaire, pour jeter un coup d’œil à l'intérieur de l'arbre. Il faisait sombre. Solal avait entendu par sa mère que les arbres creux étaient morts ou très vieux, qu'ils avaient été mangés par des champignons ou d'autres insectes. Alors qu'il entendait leurs assaillants courir autour de l'arbre et des buissons en se demandant où le duo était passé, le garçon se posait des questions sur l'arbre ; combien de temps avait-il vécu ? Était-il encore vivant ? Comment on remercie un arbre de nous avoir permis de se réfugier ? Rouspétant, maudissant les deux vermines qui venaient de leur filer entre les doigts, les deux hyènes s'éloignaient finalement, devinant que les deux première année avaient filés par l'arche qui avoisinait l'arbre et les buissons. En y repensant, ils avaient été idiots de ne rien voir ; les buissons et les arbres se faisaient rares dans le parc et les deux Serdaigles n'avait réussi ce tour de passe-passe qu'en sortant et re-rentrant du parc à plusieurs reprises, dans un ballet digne d'un dessin animé. Soulagé, Solal avait senti ses épaules se baisser alors qu'un soupire passait la barrière de ses lèvres. Puis, il adressa un sourire à la Serdaigle dans la pénombre.
« Eh bien, c'était une belle aventure ! Bien joué, partenaire. La mission est un succès. », déclara-t-il, tendant la main pour qu'elle la serre. C'était encore une fille. La réalisation ne le surprit pas tant que ça ; depuis son arrivée à Poudlard il n'avait fait que des rencontres féminines, si on excluait Edwin et Wyatt qui avaient respectivement finis à Serpentard et Gryffondor, mais il ne les voyait pas tant que ça. C'était une sorte de malédiction, mais il était tout de même heureux de pouvoir se faire des amies et s'embarquer dans des aventures folles.
« Tu vas bien ? Moi c'est Solal, je suis en première année. Ils étaient pas commodes, eh. Ton livre va bien ? » S'il avait appris quelque chose de sa mère férue de littérature, c'était qu'aux yeux de quelqu'un qui aime les livres, un ouvrage était loin d'être uniquement un ensemble de pages, de textes et d'illustrations. C'était bien plus que ça, « c'est un compagnon », la femme lui avait dit un soir alors qu'elle lui avait raconté une histoire pour l'endormir.

« And I can't hide that I've relied on you
Like yellow does on blue »
Tapis en Chef, 2ème année RP.

Un jour mon prince viendra~~~~PV

Alma, c'était recroqueviller contre le bois de l'arbre. Sa respiration était toujours saccadée, elle tremblait énormément, son livre serré contre sa poitrine. Ses cheveux blonds masquaient son visage, sa tête était baissée. Elle avait arrêté de respirer quand les deux poursuivants étaient passés devant leurs cachettes. Elle tremblait comme une feuille, la peur embrumait son cerveau. Elle se sentait tellement faible à cet instant. Une chose si fragile. Elle avait déjà vécu beaucoup de situations, mais jamais une où elle se retrouvait poursuivit par deux sorciers plus âgés énervés, au point qu'elle devait cacher dans un arbre creux avec un garçon. Son cours battait à tout rompre, elle l'entendait tambouriner dans ses oreilles. Quand les deux aînés se furent éloignés, son premier geste fut de s'accrocher à quelque chose. Et elle trouva le bras de son camarade, Alma s'y accrocha comme si c'était son dernier espoir pour vivre. Elle continuait de trembler toujours morte de peur. Elle n’entendit pas du tout ce que lui avait dit le garçon, les battements de son cœur résonnaient dans ses oreilles. Des booms sans fin qui bloquaient les bruits extérieurs. Son cœur battait à tout rompre a-t-elle point que même Solal pouvait l'entendre, elle en n'était sûr. Alma n'arrivait pas à se calmer. Sa tête lui semblait lourde, sa vision commençait à se troubler, et des vertiges se faisaient sentir. Elle eut beaucoup de mal à entrapercevoir la main de son camarade. Elle leva son regard vers lui, mais ce n'était pas suffisant pour le voir, ses cheveux blonds créaient un voile supplémentaire entre elle et le jeune sorcier. Elle dut donc lever la tête. La petite tête blonde entendait à peine ce que son sauveur disait. Elle crut entendre le prénom du garçon : Solal. Mais le cerveau d'Alma n'était pas encore en état de marche, elle eut du mal à comprendre le reste. Les joues de la jeune fille étaient rouges et sa vision toujours trouble, elle ne voyait que les lèvres de son héros bouger dans cette pénombre. Mais étant donné qu'elle avait entendu son prénom elle en déduisit qu'il lui demandait le sien.

Elle ouvrit la bouche, laissant échappée une voix faible, tremblante, elle avait beaucoup mal à parler. La jeune sorcière bafouilla avec difficulté son prénom : « A....Al....Alma.... » A la fin de celui-ci, sa voix s'étouffa. Elle ressentait une douleur insoutenable venant de ses genoux. Elle passa une main sur son genoux droit où un liquide poisseux couvrait celui-ci. Elle ne l'avait pas senti jusqu'à maintenant, la peur avait coupé ses sensations. Mais dans cet instant, alors qu'elle essayait de ce calmé un petit peu et que la peur disparaissait petit à petit, la douleur prenait la place. Elle hoqueta et remonta sa main couverte de son sang, au niveau de son visage, comme pour vérifier que c'était bien ce qu'elle pensait. Elle avait dû se faire cela en tombant. 
« Je.... Je crois que je me suis blessé.. », la petite voix d'Alma était tremblante. Elle avait mal, des larmes étaient monté à ses yeux. Dans cet instant, elle ne sentait que la douleur. Elle regarda Solal, une larme coulant sur sa joue. « Je suis désolée....De t'avoir embarqué le dedans.... Merci beaucoup d'être venu m’aider... C'était très gentil. Tu n'es pas blessé toi? Tu vas bien ? » Elle sourit, un grand sourire. Un sourire franc, malgré la douleur. Elle voulait faire la forte, elle n'avait pas besoin d'inquiéter Solal, il l'avait déjà suffisamment aidé. S'il était blessé par sa faute, elle s'en voudrait énormément. Elle se mordit la lèvre inférieure en caressa son livre de sa main propre, comme pour se rassurer. Elle n'aurait pas supporté de voir son livre abîmer. Depuis petite, la lecture était un des éléments importants de sa vie. Les livres sont les choses les plus importantes au monde pour elle, après son père bien sûr.

Aiglon et Gryffon unie par Alma et Helena

Un jour mon prince viendra~~~~PV

Solal avait trouvé la situation galvanisante, excitante et surtout très amusante, bien qu'il avait senti un peu de peur en entendant leurs aînés leur lancer des sorts qui n'avaient rien de très enfantins. Il ne s'était pas attendu à ce qu'il en soit autrement pour sa camarade, mais plus les secondes passaient, plus il voyait la blonde pâlir. Sans être à sa place, il sentait la panique monter. Elle lui rappelait l'eau qu'on faisait bouillir en cuisine ; d'abord calme, puis pleine de remous, et enfin elle bouillait, montait et moussait avant de déborder de la casserole si on l'oubliait dessus. Solal avait fauté, il n'avait rien vu et la casserole venait de déborder. Il sentait la culpabilité le gagner alors que devant lui, la blondinette se décomposait. Elle tremblait, s'accrochait au brun comme un bateau qui s'accroche au ponton, secoué par une tempête. 
Elle s'était enfin présentée, Alma. C'était un joli nom, plutôt original. Mais Solal n'avait pas le temps d'y penser plus que ça, il fallait trouver une solution pour sa camarade. Le cœur lourd de la voir ainsi, il sorti un mouchoir de sa poche pour essuyer le sang et le presser contre la plaie.
« C'est rien, Alma. Tu t'es juste écorchée, t'as du faire ça en tombant tout à l'heure. C'est pas grave, ça va vite arrêter de saigner, t'en fais pas. Tiens le mouchoir contre la plaie. », il murmurait d'une voix calme alors que son cerveau fonctionnait à toute allure : comment lui changer les idées, comment la faire sourire ? Il en avait connu, des crises de nerfs de ses petits frères. En l'absence de leurs grands frères, qui avaient déjà passé plusieurs années à Poudlard, Solal avait toujours été celui qui était désigné pour s'occuper de ses cadets, ce qui impliquait qu'il était aussi le chef des troupes, qu'il devait soigner les bobos, faire rire ses frères peinés. C'était plus difficile ici, ainsi courbés dans leur arbre. Il n'avait même pas répondu aux interrogations inquiètes d'Alma, trop concentré dans sa recherche d'une distraction. La solution était toute indiquée : le livre qu'Alma serrait si fortement contre elle.
« Hey, tout va bien. C'est fini, et s'ils reviennent, j'leur casse la tête, BAM, comme ça, sur ces mots il asséna un coup de sa main dans l'air, t'as vu la tête qu'ils ont fait quand le gars s'est pris le livre sur la tête ? Ça a du lui faire des neurones en moins, même s'il doit pas y en avoir beaucoup dans sa cervelle d'oiseau. Et encore, j'insulte les oiseaux en disant ça. » Solal ponctua sa remarque d'un de ces grands sourires dont il avait le secret et qui lui venait si naturellement. Il sorti sa baguette de sa manche, il l'avait rangé plus tôt pendant leur course folle, et entreprit de dessiner deux têtes de diablotins dans la terre à leurs pieds —s'excusant intérieurement de salir ainsi sa baguette, mais c'était pour la bonne cause.
« Tu vois, ça c'est eux., il murmurait en pleine concentration, avant de déposer son pied lourdement contre le sol et d'écraser les deux dessins —l'entreprise avait été difficile, l'endroit était exiguë mais Solal était souple grâce à ses nombreuses heures d'escalade et d'exploration dans la forêt qui bordait le quartier. Et ça, c'est ce qu'on leur a fait. Ils ont été ri-di-cules, on est les grands gagnants de ce combat ! Solal et Alma, les grands gagnants ! » Et puis, comme pour illustrer ses propos, il attrapa la main d'Alma et la leva dans les airs, comme l'arbitre fait pour annoncer le vainqueur d'un combat de boxe. Il savait qu'il y avait deux solutions efficaces dans les situations de crise comme celles-ci ; tourner la situation en dérision, mais aussi changer totalement de sujet.
« Alors, dis moi, c'est quoi ton livre ? Ça parle de quoi ? » Il avait murmuré ces dernières questions comme s'ils s'apprêtaient à faire des confidences, comme si le livre avait été le plus grand secret et qu'il obtiendrait des informations confidentielles à son sujet. Les genoux repliés contre son torse, il posa son joue contre ceux-ci, la tête tournée vers Alma pour lui indiquer qu'elle avait toute son attention.

« And I can't hide that I've relied on you
Like yellow does on blue »
Tapis en Chef, 2ème année RP.

Un jour mon prince viendra~~~~PV

Alma regardait Solal, gigoter dans tous les sens. Il lui rappelait affreusement son père dans cet instant. Ils se ressemblaient tellement dans la façon d'essayer de lui remonter le moral. Petite, quand elle revenait de l'école triste ou qu'elle était malade, son papa s'amusait à la faire rire. Lui faisant beaucoup de blagues. Et quand il n'y arrivait pas, c'était à coups de chocolat qu'il lui rendait le sourire. Elle faisait pareille avec lui. Une bouffée de nostalgie envahit la jeune fille. Son père lui manquait tellement ! Elle n'avait jamais été aussi longtemps loin de lui. Les larmes lui montèrent encore aux yeux, mais cette fois-ci elle rigolait en même temps.
Un petit rire, comme celui d'une personne, essayant de ne pas montrer son hilarité. "Je vais bien, merci beaucoup Solal", elle regarda son livre. Le caressant du bout du doigt. "Tara Duncan ? C'est un livre racontant l'histoire d'une jeune fille qui apprend du jour au lendemain qu'elle est une sorcelière. C'est une version du monde des sorciers, je trouve. La jeune fille doit se battre contre elle-même d'une certaine façon. Choisir ce qu'elle veut devenir et surtout ne pas suivre la mauvaise vois. Elle cherche toujours la lumière même dans un monde sombre. Je la trouve superbe, elle est si forte fasse au obstacle, j'aimerais beaucoup lui ressembler. "
Ses yeux pétillaient en parlant de son livre. Elle adorait cette histoire, . Peut-être un peu fleur bleue sur certains point, mais elle le trouvait tellement bien. Tellement qu'elle pourrait lui en parler pendant des heures et des heures. "C'est le livre de ma mère." C'est une des raisons de l'affection qu'elle a envers ce livre. C'était un ouvrage que sa mère avait laissé après sa mort. Alma y avait pris soin, c'était un de ses trésors.


Elle regarda son genou, enlevant le mouchoir taché de sang. Solal avait raison, ce n'était possiblement qu'une égratignure. Pourtant, elle devra quand même passer à l'infirmerie désinfecter, juste au cas où. Son père la dorlotait énormément auparavant. Étant fille unique, le moindre bobo était une possible infection, à ses yeux. Elle regarda Solal en lui souriant. "Merci beaucoup, je suis contente d'être tombée sur toi. On est les Winner !" Elle dit cela en rigolant. Elle se cala contre le bois et sourit encore plus. " Et toi ? D'où, viens ton penchant pour le sauvetage de personne en détresse ? Tu descends de héros?" Après tout, c'est vrai, venir se mettre dans le pétrin pour aider une personne n'est pas courant. En tout cas par dans réalité. Maintenant qu'elle prenait du recul, la situation était digne d'un livre. Une fille, blonde qui plus est, se fait ennuyer par deux garçons. Elle dit cela en rigolant. Puis viens une course-poursuite, un moment de recherche pour se cacher et enfin les deux se retrouvent dans un endroit caché à la "vue de tous" et seuls. Alma recommença à rigoler. Elle devrait inspirer de son aventure pour écrire un livre. *C'est beaucoup trop irréel, pour être vrai.* Elle regarda Solal comme s'il allait disparaître dans la seconde, dans un petit pop avec de la fumer.

Aiglon et Gryffon unie par Alma et Helena

Un jour mon prince viendra~~~~PV

L'état d'Alma semblait s'améliorer ce qui rassura Solal. La mission "faire sourire Alma" était donc un succès, elle n'avait cependant pas encore arrêté de pleurer mais c'était déjà plus que satisfaisant. Il passa une main dans ses cheveux de charbon, soulagé que la situation n'ait pas pris plus d'ampleur. Tout est bien qui finissait bien, et c'était juste ce qu'il lui fallait. Malgré le côté bagarreur du garçon, ce dernier détestait que la situation l'échappe. Il avait l'habitude que tout finisse par s'arranger, que tous ses plans et ses souhaits finissent par aller dans son sens, aussi chaque situation qu'il ne parvenait pas à contrôler faisait naître chez lui une bonne dose de frustration. Heureusement pour lui, et heureusement pour Alma —le sourire de Solal disparaissait vite dans ces cas là et il devenait bien plus désagréable— tout allait pour le mieux.
La blonde devant lui lui raconta l'histoire du livre, ce qui semblait suffisant pour la faire sourire davantage. Elle était visiblement très attachée à l'ouvrage, et Solal se demanda si c'était l'histoire à laquelle elle s'attachait ou si c'était bien autre chose ; il eut la réponse rapidement. On l'oubliait assez vite mais, contrairement aux moldus de ce qu'il avait entendu, les élèves de Poudlard ne rentraient chez eux que pour les vacances. À onze ans, être séparé de ses parents relevait pour certain d'une tâche quasiment insurmontable. Il ne comptait plus les fois où il avait entendu des enfants pleurer. Pour Solal, c'était tout autrement. Bien entendu, ses parents et ses frères lui manquaient beaucoup —bien que ses frères étaient aussi à Poudlard, il ne les voyait pas tant que ça— mais il y avait tant de choses à découvrir et à faire à Poudlard, les cours étaient si passionnants —les devoirs un peu moins—, la salle commune si vivante qu'il n'avait pas l'occasion d'être submergé par la nostalgie. Ceci dit, les conversations comme celles-ci ne manquaient pas de lui serrer le cœur. Il sourit, comme pour rassurer la jeune fille à nouveau.
« Eh bien, ça me donne encore plus raison de t'avoir aidé ! Imagine s'ils l'avaient abîmés. Heureusement que ça se finit bien. Moi je pense que t'es forte aussi, tu sais ? C'est pas donné à n'importe qui de tenir la tête à deux garçons plus vieux. » C'était vrai ; dans son voisinage il avait déjà vu des enfants partir en pleurant après quelques brimades amicales, Alma, elle, leur avait tenu tête alors que leurs aînés n'avaient rien d'amis. Elle avait craqué ensuite, certes, mais elle avait su se montrer courageuse lorsqu'il le fallait et aux yeux du garçon c'était bien le plus important.

« Si je suis un héro, j'attends qu'on écrive un livre sur moi. À moi la gloire ! » se vantait-il avec une vanité toute feinte, la main dans les cheveux pour se donner un air de garçon sûr de lui. Puis il laissa tomber sa main avant de reprendre une expression plus modeste, un petit sourire au coin des lèvres. « Non, en réalité j'ai rien d'un héro. Je pense que tout le monde aurait fait ça, tu crois pas ? » il hocha la tête à ses mots comme pour se donner raison à lui-même, il ne voyait pas comment il était possible de faire autrement. Il ne comprenait pas les personnes qui auraient laissé une autre personne se faire confisquer son livre par des idiots et se faire embêter de la sorte. Pour Solal, l'éternel justicier, ce n'était absolument pas envisageable.

« And I can't hide that I've relied on you
Like yellow does on blue »
Tapis en Chef, 2ème année RP.

Un jour mon prince viendra~~~~PV

« Je ne crois pas ! »
Alma prononça ses quelques mots d'un ton brusque en secouant sa chevelure doré. Elle avait répondu sans réfléchir à sa question, c'était le fond de sa pensée après tout. Elle prit une grande respiration et le regarda dans les yeux. « Je ne crois pas qu'il y est beaucoup de monde comme toi. En tout cas, je ne connais pas de personne venant aider une fille ennuyée par deux garçons plus âgés. »
Elle lui sourit. Il pouvait ne pas le croire, mais, c'était bien le cas. Elle ne croyait pas en ce genre de scénario. Elle avait furieusement envie de pincer son bras en cet instant d'ailleurs, voulant savoir si elle ne rêvait pas. Elle regarda le bois de l'arbre et y posa sa main, caressant la matière rugueuse. « Je veux bien écrire un livre à ta gloire chère camarade. Mais je ne pense pas que beaucoup de personnes le liron. Je ne suis pas très doué dans l'écriture. » Elle rigola.

Elle leva la tête pour regarder le plafond. Impressionner par cette façon que le bois avait de se creuser. L’écorce était plus fragile qu'à l’extérieur, un simple grattement enlevait une grosse couche. Un vent se leva à l'extérieur, faisant bouger le rideau de lierre qui protégeait l'entrée de l'endroit. Quelques rayons de soleil réussirent à filtrer à travers, illuminant les murs protecteurs. Le bois était clair, sublime même. On pouvait y voir plusieurs nuances de marron. Alma n'avait jamais vu cela dans ses livres. La vie pouvait être impressionnante parfois. « C'est beau, tu ne trouves pas ? » Alma recommençait à rêver d'une vie passée à cet arbre. Combien de personnes l'avaient découvert ce tronc creux ? Qui y a été assis ? L'arbre est-il en vie ? Ou depuis quand il est mort ? L'homme est-il l'auteur de cela ? Et si c'est le cas qui a bien pu créer un tel endroit? Elle laissa ses doigts parcourir lentement le bois. Elle devrait faire un tour à la bibliothèque plus tard pour essayer de comprendre comment cela pouvait se faire.

Elle se retourna complètement vers Solal abandonnant sa contemplation. « Je ne suis pas courageuse comme toi. Tu l'as bien vue. Je ne suis qu'une fille bête et fragile. Tout le contraire. Je ne tenais pas tête à deux aînés, je répondais à leurs taquineries au lieu d'appeler directement un professeur. Si tu n'étais pas intervenue, je pense que cela aurait pu finir mal pour mon livre. Mais ce n'est pas une force de tenir tête, le plus souvent, je pense que c'est une preuve d'absurdités. J'aurai dû être plus maligne qu'eux. » Sa voix était très sérieuse. Elle n'est pas forte, elle est une petite chose fragile qui a besoin d'aide dans la vie. Elle fixait droit dans les yeux Solal, pour lui faire comprendre qu'elle ne changerait pas de point de vue, même si un sourire pouvait se faire voir au coin de sa bouche. Elle se sentait plus détendue avec son camarade de Serdaigle. Comme si lui n'aurait pas peur qu'elle lui dise ce qu'elle pense vraiment. Cela pouvait être une fausse impression. Mais elle espérait ne pas se tromper pour une fois.
Elle regarda son genou et grimaça. « Je crois que tu as tort sur l'égratignure. Cela saigne toujours» Alma retira le mouchoir de Solal sur sa blessure pour lui montrer. Elle avait une belle plaie montant du genou et descendant au milieu de son mollet. Elle grimaça de nouveau, n'aimant pas beaucoup cela. 

Aiglon et Gryffon unie par Alma et Helena

Un jour mon prince viendra~~~~PV

L'exclamation sortant de la bouche de la blonde l'avait surpris. Il avait relevé les yeux vers elle aussitôt, d'un air interrogateur, jusqu'à ce qu'elle poursuive. Les compliments lui faisaient plaisir, pendant un instant il avait l'impression qu'il avait revêtit une cape de super héros et qu'il posait fièrement, un pied sur un rocher. Pour autant, il n'avait pas envie de prendre la grosse tête, il pensait sincèrement que ce qu'il faisait était juste et était quelque chose que tout le monde devrait faire. Il avait été bercé trop longtemps dans son cocon familial, avec pour unique vie sociale ses voisins de campagne, pour penser que la vie en était autrement. Il ne connaissait pas encore les limites de la justice, que les méchants ne finissent pas toujours punis, et que les gentils en ressortent souvent bien plus atteints que leurs assaillants. Aussi, il ne comprenait pas pourquoi Alma le complimentait autant mais il ne crachait pas sur quelques compliments inoffensifs, bien au contraire. Bombant le torse, il adressa un de ses sourires les plus chaleureux à sa camarade.
« Eh bien, j'espère que tu te vanteras à tout le monde : tu traînes avec le Héros de Poudlard. Celui dont toutes les légendes parlent ! » s'exclama-t-il avec une voix faussement plus masculine, imitant lamentablement les voix-off de narration. Les mains sur les hanches suite à cette intervention, il garda la pose quelques secondes avant que son corps soit déjà fatigué de l'immobilité. Il sentait les fourmillements familiers lui taquiner les jambes. Le creux de l'arbre était on ne peut plus agréable, ils avaient l'impression d'être seuls au monde et c'était une sensation délicieuse, mais l'éternelle hyperactivité du garçon l'empêchait de profiter plus longtemps du moment. Il se contenta d'acquiescer d'un geste de la tête quand la blonde fit un compliment sur la scène. C'était beau, effectivement, mais pas assez pour que le corps de Solal décide de rester plus longtemps accroupi ainsi. Pour se soulager un moment, il s'extirpa hors de l'ouverture exiguë de l'arbre et s'assit à l'extérieur, l'épaule contre l'écorce extérieure de l'arbre. Il garda le regard posé sur la blonde alors qu'elle repartait dans une nouvelle vague de compliments. Il sentait la gêne lui monter aux joues, il n'avait pas l'habitude de tant de compliments.  Les feuilles du buisson dans son dos lui chatouillaient la nuque, il remonta les épaules tout en souriant à la jeune fille.
« Mais non, il faut être courageux pour leur dire d'aller se faire cuire une bouse de dragon. Surtout à des vermines comme ça, t'as vu ça ? Ils nous ont lancé des Incendio, ça doit pas tourner rond là-haut ! Puis, on a pas besoin des professeurs pour nous aider, t'as vu ? On est grands. » Il n'avait pas peur de le dire, pour lui, les adultes n'étaient pas plus que les personnes qui lui donnaient des ordres et des punitions. Si on excluait ses parents, il n'avait jamais fait confiance à quelconque autre adulte et ne leur parlait que dans l'idée d'en tirer quelque chose. Solal était de ceux qui verraient bien une ville sans adultes pour lui imposer quoi que ce soit.

Mais les adultes, c'était utile pour quelques petits problèmes de la vie quotidienne d'un enfant, et par dessus tout : soigner les blessures. Alma venait de lui faire remarquer que la blessure n'avait rien d'une égratignure. Se penchant vers la plaie en question pour l'analyser, Solal soupira : elle avait raison. Le coup de l'égratignure, ça ne marchait qu'avec son petit frère, Cosmo, qui lui pleurait à chaudes larmes dès qu'il se rappait la peau. Mais il fallait se rendre à l'évidence; Alma n'était pas son petit frère et ne pleurait pas pour des égratignures superficielles. Cette fois, c'était différent. Le brun tendit sa main vers sa camarade pour l'encourager à sortir de l'arbre.
« Bon, on devrait aller à l'infirmerie, tu crois pas ? »

« And I can't hide that I've relied on you
Like yellow does on blue »
Tapis en Chef, 2ème année RP.

Un jour mon prince viendra~~~~PV

Un petit rire s’était élevé devant la position de super-héros de Solal. Un sentiment de protection envahit la petite Alma. C’était la première fois qu’elle se sentait si bien avec une personne autre que son père. Elle était bien ici. L’arbre était un cocon qui lui donnait l’envie de s’y blottir à vie. Il était protégé du vent, la lumière était douce et réchauffait l’intérieur, le soir, il devait y faire plus froid sans doute. Et puis avec le super-héros Solal comme garde du corps rien ne pouvait lui arriver. Son regard descendit vers le vers le sol, il n'était pas morne mais plutôt perdu. Alma était perdue dans ses pensées, un fin sourire sur ses lèvres. Un rayon de lumière vient éclairer un de ses yeux bleus, rendant son regard plus clair. Le rayon continuait sur sa chevelure blonde, les reflets blancs ressortant, créant un dégradé. La petite fille aurait pu rester des heures comme cela, absorbée dans ses pensées, le soleil chatouillant ses cheveux. Un geste de Solal la sortit de sa rêverie, elle leva la tête et regarda sa main tendu vers son visage. Louchant légèrement les premières secondes. La position de Solal rappela encore une fois le père de la jeune fille. Elle avait l’impression de le voir dans sa manière d’être, sa gentillesse, ses paroles rassurantes, sa façon de la faire rire. Solal était comme le grand frère qu'Alma n’avait jamais pu avoir. Elle prit sa main et se leva. Comme sa jambe ne lui permettait pas un très bon équilibre, la blondinette se raccrocha donc à lui en essayant de mettre son poids sur son autre jambe. Son regard se posa sur la main de Solal. Douce comme de la soie pour un garçon. Elle se mit à caresser inconsciemment la paume  du Serdaigle en formant des petits cercles avec son doigt.  Elle releva les yeux vers ceux de son camarade, son regard bleu se plantant dans le regard couleur écorce de Solal. "Ta main est douce" Alma sortit cette phrase simplement, cette pensée lui avait traversé l’esprit et elle l’avait dit. Quand elle se rendit compte de cela ses joues s’empourprèrent. Elle retira sa main et s’éloigna légèrement du garçon. * Il va me trouver bizarre maintenant *

Gêné de ce qu’elle venait de faire, la sorcière tourna la tête, se cachant derrière ses cheveux.  "Tu as raison, je devrais aller à l’infirmerie. Ça fais mal et j'ai pas envie de rester comme ça" Elle commença à marcher vers Poudlard. Cependant, sa jambe la rappela à l’ordre, elle tenait à peine sur la jambe blessée et l’autre tremblotait étrangement, menaçant de la laisser tombé dans l'instant. Elle ne voulait pas qu’on l’aide. En tout cas, elle ne voulait pas que Solal l’aide. Il en avait déjà trop fait et il devait la trouver complètement bizarre avec son histoire de main. Un soupir discret s’échappa des lèvres de l’aiglonne, sa fierté devait être mise de côté, si elle continuait à marcher comme cela c’était sûr qu’elle ne tiendrait pas longtemps avant de se prendre un caillou et s’aplatir comme une crêpe dans l’herbe. Elle s’arrêta et regarda Solal d’un regard gêné, mais aussi un petit peu suppliant "tu peux m’aider ? Si je marche comme ça sans me tenir, je vais tomber au bout de deux pas. » Dans un énième geste de gêne, elle prit une mèche de cheveux entre ses doigts jouant avec. Aujourd’hui ce n’était pas son meilleur jour.

Aiglon et Gryffon unie par Alma et Helena

Un jour mon prince viendra~~~~PV

Solal semblait avoir gagné la confiance de sa camarade. Et à quel prix ! Il se rendait à présent compte, une fois accroupi pour aider Alma à s'extirper de l'arbre, que son pantalon était parsemé de terre et que sur les pans de sa robe s'étaient collés des brindilles de part et d'autre. Une fois relevé il épousseta ses vêtements d'un revers de la main. Le garçon n'avait jamais été de ceux qui aiment avoir des vêtements tout à fait propres. Il aimait l'odeur des bois printaniers qui s'infiltrait dans les tissus de ses vêtements après un après-midi passé dans la forêt avoisinant Chipping Campden. Il n'avait jamais été fait pour l'odeur de la lessive et les tissus immaculés des citadins. Mais il savait aussi qu'être bien habillé faisait partie de la bienséance dont sa mère lui avait parlé des dizaines de fois, enfonçant dans la tête du garçon sa doctrine qui semblait dire que les habits font le moine, contrairement au célèbre dicton.
Mais l'attention du garçon fut attirée alors qu'il sentit quelque chose lui chatouiller la paume de la main. Sensible, il laissa échapper un petit rire avant de retirer sa main pour la refermer dans sa poche, des frissons lui parcourant le dos. Il ne s'était pas attendu à ça, ni au compliment qui suivit et pendant un instant il resta muet. C'était bien la première fois qu'on lui disait ce genre de choses et c'était sûrement d'autant plus gênant que la phrase avait une connotation romantique pour le garçon, c'était quelque chose qu'il ne pensait être dit qu'à quelqu'un qu'on aimait —comme il avait entendu son père dire de sa mère qu'elle avait la peau douce. Il était conscient qu'Alma ne l'avait pas dit dans ce but, mais l'espace de quelques instants il sentit l'embarras lui colorer les joues. Solal n'était pas prêt pour ce genre de choses, loin de là, il n'avait d'ailleurs jamais pensé ni eu envie de contact romantique avec qui que ce soit. Pourtant, il avait vu dans son voisinage des enfants se courir après et aller se cacher derrière un arbre pour se faire un bisou —le souvenir lui donna un frisson de dégoût.

Pour une fois, le brun était resté tout à fait silencieux et c'est Alma qui décida de briser le silence. Il fallait, effectivement, qu'ils s'occupent de la plaie qui maculait la peau pâle de la jeune fille d'un rouge sang. Avant d'entrer à Poudlard, Solal avait toujours imaginé qu'il apprendrait à soigner quelqu'un dès les premiers cours. Il s'était imaginé sur les terrains de batailles de sorciers à sauver ses amis à coup d'un Episkey ou d'autres sorts dont il ne connaissait pas encore l'existence. Mais il n'en fut rien et six mois après la rentrée, l'apprenti sorcier n'était capable que de poser un mouchoir contre une plaie. Brillant.
« Oui, allons-y, faut te soigner ça. » Un sourire rassurant sur les lèvres, il attrapa le bras de la blonde pour le mettre sur sa propre épaule afin de l'aider à marcher. Elle était plus petite que lui, déjà à leur âge la différence de taille caractéristique entre un garçon et une fille se faisait sentir.
« Quand on va dire à l'infirmerie qu'on a survécu à l'attaque de deux bêtes enragées, elle va être giga impressionnée ! » Il en rajoutait des tonnes comme à son habitude alors que ses pommettes et le coin de ses lèvres restaient levées en un sourire enfantin. Il regarda un instant sa camarade avant de lever les yeux vers le château et de prendre la direction vers la porte qui les mènerait à l'infirmerie. Ils avaient marché quelques minutes avant que Amory Rosenberg, aîné de la fratrie Rosenberg, apparaisse dans le champ de vision des deux Serdaigle. Le grand Serpentard blond, en sixième année, pressa le pas en voyant son petit frère et se rapprocha des deux première année. Il avait toujours eu un air grave sur le visage, comme s'il s'apprêtait, d'une minute à l'autre, à crier à qui voudrait l'entendre que le monde allait bientôt disparaître mais que, de toute façon, il détestait tout le monde. Ce jour-là pourtant, il paraissait encore plus en colère, si c'était possible.

La vision immobilisa Solal. Il ne fallait pas connaître Amory par cœur pour savoir que quelque chose était arrivé et l'inquiétude grimpa le long du corps du Serdaigle, serrant son cœur dans son entrave paralysante. La fratrie Rosenberg attendait des nouvelles de leur père qui semblait en mauvaise posture sur de nombreux points. La sentence était visiblement tombée et le regard d'Amory glaça le sang de Solal.  Dans la main de l'aîné, un parchemin écrasé par la force du poing faisait office de preuve : Ciaran Rosenberg allait mal. Le garçon lâcha Alma, lui jetant un regard désolé.
« C'est mon grand frère. Je suis désolé Alma, il faut que j'y aille. Je crois que c'est important, tu peux monter toute seule, hein ? » lui demanda-t-il, mais déjà son corps se tournait vers son aîné. Il priait tous les Dieux, dont il ne croyait pas l'existence, pour qu'il comprene mal le regard de son grand frère et que les nouvelles étaient plus positives. Mais le bras tendu d'Amory l'encourageait à venir avec lui, sans doute pour une conversation des plus privées et il n'en fallut pas plus à Solal pour disparaître dans le coin du couloir avec son frère.


Je pense que c'est tout pour moi. Merci pour ce RP Alma !  :grin: 

« And I can't hide that I've relied on you
Like yellow does on blue »
Tapis en Chef, 2ème année RP.

Un jour mon prince viendra~~~~PV

Alma remercia d'un regard son camarade, au moins si elle s'effondrait, on la rattraperait. Un long soupir de soulagement sorti de la bouche. Ils avancèrent d'un pas boitant, des regards curieux suivant les suivants. Ils devaient ressembler à un duo de jambes cassé. Les deux Serdaigle étaient presque arrivés au château, quand son garçon plus âgé avec des cheveux blonds soleil arriva vers eux. Il était à Serpentard et regardait Solal comme si c'était son petit déjeuner. La jeune sorcière eut un frisson, il faisait peur, très peur, son air était sinistre trop grave pour une personne de son âge. En jetant un regard à son camarade, elle vit qu'il avait l'air inquiet. Quand il la laissa toute seule en lui disant que l'homme blond était son frère, la blondinette fut affreusement surprise par ce contraste entre membres d'une même famille.
"D'accord... À la prochaine alors" Le temps qu'elle dise cela, le brun était déjà bien loin.

Alma continua donc à avancer toute seule. Cette sortie au parc n'avait pas été de tout repos. Cette journée aurait dû être des plus paisibles avec un bon livre, un endroit calme et reposant. À la place, ce fut bruit, larmes et douleur. Sans oublier une rencontre digne d'une histoire de film. Mais cela restera pendant longtemps un moment graver dans la mémoire de la blonde. Elle avait ressenti des sentiments pour une personne autre que son père. Une sécurité et un bien-être qu'elle n'éprouvait que dans les bras chauds de son unique famille. Solal était doux, sa gentillesse, lui paraissait naturel. Alma arrivait enfin au château. Elle se retourna regardant le ciel, un gros mouton s'y dessinant. Un fin sourire apparut sur les lèvres de la jeune fille quand elle rentra dans l'école se dirigeant vers l'infirmerie. La journée était franchement la plus bizarre de son arrivée.

Merci, beaucoup de se Rp Solal, désolée de cette fin très courte et de ce très grand retard.:ermm: 

Aiglon et Gryffon unie par Alma et Helena