Parc

Inscription
Connexion

Une baguette et des rencontres, un soir d'hiver

Son manuel de sortilèges posé à côté de lui, Tengo était allongé dans l’herbe du parc de qui entourait l’école de Poudlard et rêvassait en regardant les étoiles depuis une bonne heure. Il avait passé l’après-midi à étudier le fameux "Livre des Sorts" de Miranda Fauconnette pour préparer le cours de demain, et appréciait, après une intense séance de travail, de se relaxer en laissant son esprit vagabonder au gré de ses fantaisies. Profiter de cet immense parc le changeait de la bibliothèque où il avait passé le plus clair de son temps depuis son arrivée à Poudlard. Il regrettait cependant de ne pas avoir pu faire davantage connaissance avec les autres élèves, en particulier ceux de sa maison. Il se promit d’y remédier à la première occasion.

Tandis que des nuages s’effilochaient très haut dans le ciel d’un bleu de plus en plus foncé, Tengo se dit que la voûte céleste, qui s’étendait à l’infini, était éblouissante. Soudain, le vent qui traversait le parc en s’enfonçant en direction de la forêt interdite fit bouger légèrement ses cheveux, le sortant de ses rêveries. C’était un vent froid qui se mettait à souffler, et sa peau frémit au contact de l’humidité dont il était chargé.

Il n’y avait pas de doute, on était bien en hiver, et il se mit à frissonner. Alors que le vent sifflait de plus en plus puissamment à ses oreilles, Tengo décida d’agripper son blouson. Il avait l’impression que son corps allait être propulsé dans les airs. En jetant un œil à sa montre, il réalisa qu’il n’avait plus que quelques minutes avant le couvre-feu : il était grand temps de gagner le dortoir des garçons de Serdaigle.

Alors qu’il rassemblait ses affaires, il s’aperçut qu’une chose manquait à l’appel. De quoi s’agissait-il ? Il ne mit qu’un instant à trouver : sa baguette avait disparu ! Il se souvenait s’être entrainé avec elle durant l’après-midi…puis ensuite, le trou noir.

- "Ma baguette ! Mais qu’est ce que j’ai bien pu en faire ?" s'exclama-t-il bruyamment, mécontent de sa bévue.

Tengo commençait à paniquer. Il avait un cours de sortilèges demain à la première heure, et le couvre-feu était imminent. Comment allait-il se sortir de cette situation désespérée ?

Une baguette et des rencontres, un soir d'hiver

Il était vingt et une heure trente et les cours étaient terminés depuis plusieurs heures maintenant, mais Ivy n'avait pas encore eut le temps de passer au parc. Les professeurs s'étaient acharnés sur eux aujourd'hui et elle n'avait eut d'autres choix que de terminer ses cinquantes centimètres de parchemin en potion , effectuer ses recherches sur Vénus et s'entraîner à plusieurs sortilèges avant de pouvoir souffler un bon coup.
Mais maintenant qu'elle se trouvait dehors, elle ne pouvait s'empêcher d'être grisée par le sentiment de calme qui l'envahissait. Elle inspira un grand coup, la nuque cassée et la tête levée vers les étoiles avabt de s'assoir sur un talus dans l'espoir vain de compter les millions de petites lumières éclairant le ciel nocturne. Lassée par la contemplation des astres, elle se dirigea d'un pas rapide vers le lac.
Là, elle s'exerça aux ricochets. Il n'était pas vraiment aisé de différencier les galets plats et ovales des grands malades, cabossés de tout part dans l'obscurité de la nuit, mais Ivy pouvait faire confiance à ses doigts qui devinaient d'eux-même la forme des pierres. En plusieurs années, la fillette s'était bien améliorée à ce jeu. Elle arrivait maintenant à faire cinq voir six rebonds à la surface de l'eau. 
Ivy était entrain d'essayer de battre son record quand une voix venant d'un peu plus loins lui parvint. 
Totalement désemparée cette dernière fronça les sourcils. Elle avait été persuadée d'être seule à cette heure tardive. Mais apparemment ce n'était pas le cas.
Levant les yeux aux ciel, la rouquine se dirigea vers l'endroit d'où  provenait la voix.
Là un garçon fouillait dans l'herbe, l'air paniqué. Ivy fronça exaspérée les sourcils à la pensée de son futur record en ricochet qu'elle ne pourrait pas battre aujourd'hui mais se voyait mal abandonner le garçon à ses recherches en solitaire.
Prenant une voix la plus aimable possible elle lâcha:
" Tu as besoin d'aide?"

Ivy et Olympe les ninjas de l'ombre.

Deuxième année RP

Une baguette et des rencontres, un soir d'hiver

Les étoiles brillaient dans le ciel tandis qu'une légère mélodie bercée les gestes tendres du garçon jusqu'à ce que quelqu'un vienne briser cette douce atmosphère.
<<Ma baguette ! Mais qu'est-ce que j'ai bien pu en faire ?>> Le jeune Serdaigle sursauta. Il tourna la tête vers la provenance de la voix et vue un garçon cherché dans l'herbe. Henko était assis par terre en tailleur en train de nettoyer doucement son violon. Les cours avaient été longs... Certain intéressants, d'autre ennuyeux mais, peu importe la matière Henko se donnait toujours à fond dans ce qu'il entreprenait.
Il était tard et, il le savait mais l'envie de jouer de son instrument devant ce lac et cette étendue de constellation avait été plus forte. Quoi de mieux que de jouer une musique profonde devant ce paysage mythique? Il examina de loin la situation en restant muet "je devrais l'aider" pensa notre jeune Serdaigles avant de voir une jeune fille aux cheveux de feu venir à la rescousse du jeune homme. "Ils se débrouilleront...non ?" se demanda Henko en les regardant. Il attendu quelques secondes avant de se lever en rangeant son violon dans son étui.
Il s'approcha tout hésitant <<Vous avez besoin d'aide... ?>> demanda-t-il doucement son étui a la main. "tant pis je jouerai demain..." pensa le jeune homme en attendant une réponse pré à se mettre a genoux et à chercher lui aussi.

Tout n'es qu'une question de point de vue.