Parc

Inscription
Connexion

L'herbe, un vol d'oiseaux, une page de plus

Tard dans l'après-midi, Annie avait décidé de se balader, voir autre chose que les couloirs éclairés par des bougies de Poudlard. L'air frais venait s'abattre sur ses joues roses, le vent du nord s'était levé et faisait un bruit assourdissant. Elle s'empara d'une pince à cheveux qu'elle avait soigneusement garder dans une des poches internes de sa robe, la tint prisonnière entre ses dents, puis elle saisit toutes les petites mèches volantes autour de son visage et y glissa une barrette. Elle se sentait déjà mieux.

Ses chaussures claquaient sur le pont en bois où elle apercevait déjà la verdure du parc, elle ne voulait pas trop s'éloigner du château par peur de se perdre. Après tout, ça ne faisait pas si longtemps qu'elle s'était installée à l'école, elle peinait à prendre ses marques, elle qui n'avait jamais été très à l'aise avec les autres. Un petit tour au parc, une bouffée d'air, l'odeur de l'herbe qui viendrait chatouiller ses narines, elle s'était dit que ça lui ferait du bien.
Elle croisa deux élèves de Serpentard, ils ne lui avaient même pas jeté le moindre regard, même pas un semblant d'intérêt pour la jeune Annie. Ils étaient certainement plus âgés, s'était-elle dit. La tête haute, le regard au loin, elle se fichait pas mal de ce qu'on pouvait penser d'elle.

Après quelques escaliers cassés à plusieurs endroits, elle alla s'installer sur une petite pierre couverte de mousse fraîche. Le vent s'était un peu calmé, le Soleil encore là pour quelques heures, elle s'allongea, les coudes posés sur l'herbe, elle ferma les yeux, laissant sa peau se gorger de vitamines.
Elle pensait à ses parents, qui lui manquait. Sa saleté de petit frère qui adorait l'embêter, lui manquait aussi. Elle poussa un soupir et ouvrit les yeux.
Un banc d'oiseaux s'amusaient à chasser l'air au-dessus de sa tête. Elle ne put s'empêcher de sourire et d'ajouter à haute voix : "C'est beau...Dommage que papa et maman ne soient pas là." Elle s'empara de son cahier qui était posé à côté de ses hanches, et à l'aide de son crayon elle écrit quelques notes, ses pensées qui envahissaient son esprit. Elle ajouta quelques esquisses d'oiseaux, elle n'était pas très douée pour dessiner, mais comme sa mère, elle aimait épancher sa créativité.
Elle entendit des personnes parlaient, ils ne devaient pas être bien loin de l'endroit où elle était encore allongée. Ils avaient l'air de s'amuser, on pouvait entendre quelques rires malicieux. Elle n'était pas inquiète, elle ne tarderait pas à rentrer dans les enceintes du château. Elle continua de griffonner sur son cahier...

Annie Basilem.