Parc

Inscription
Connexion

Envie d'ailleurs ?  PV 

En cette soirée de mai, où le ciel prenait une teinte prune et où la fraîcheur commençait doucement à se glisser entre les vêtements des Poudlardiens, Mad avait prit une grande décision : elle s'était enfin décidée à aller entretenir une conversation avec son professeur de vol, Ydhael Sabedja. En effet, depuis qu'il était arrivé à Poudlard, elle devait avouer qu'elle ne lui trouvait rien de mauvais et même mieux, il lui semblait qu'il était un bon professeur, ce qui était rare lorsque ses yeux jugeurs se rivaient sur l'équipe qui s'occupait de lui faire don de son savoir. Il possédait selon elle la pédagogie, l'empathie, mais aussi la rigueur et la sévérité nécessaires pour être un bon enseignant, et cela ne pouvait que lui plaire. Bien sur, du haut de ses treize ans, la Deuxième Année n'envisageait rien de romantique avec son professeur. Elle souhaitait simplement en découvrir plus sur lui pour peut être y voir une figure adulte de sa vie. Ou une simple rencontre enrichissante, seul lui en déciderait. 

Elle rangea donc comme à son habitude le Manchevif qu'elle s'était appropriée pour les cours de vol -pour ses entraînements, elle misait plutôt Brossdur 11 en général- dans le placard dédié à ces modèles et rejoint les vestiaires dans lesquels elle se réappropria sa tenue ordinaire. Une fois cette étape faite, la jeune fille rangea toutes ses affaires dans son large sac où se battaient en duel cours et une multitude d'objets tous plus insolites les uns que les autres pour le refermer et le poser lourdement sur sa frêle épaule. Elle sortit alors des vestiaires et put ainsi apercevoir son enseignant, faisant disparaître toutes les traces de magie qu'il avait fait flotter dans l'air pour ce cours. La Gryffonne se dirigea alors vers lui et, d'un ton maladroit, engagea timidement :

- Monsieur Sabedja ? Je peux vous parler ?

Peur bleue du rejet, voilà ce qui animait et transcendait toute l'Âme de Mad à ce moment. D'autant plus que son approche était particulièrement sérieuse pour un sujet subjectif et qu'elle avait plus envie de détente que d'angoisse actuellement.

Comment te dire, ou te faire comprendre, que la Vie n'était qu'un simple Songe ? Un Mensonge, que la Vérité Ronge.
Rire à m'en déchirer les abdos. Brûler nos complexes et nos vieilles pulsions d'ados.
Absente jusqu'au 18 août