Parc

Inscription
Connexion

Et si on pimentait un peu les choses ?  Privé 

Privé

Septembre 2042

Il faisait soleil radieux ce jour là. Le ciel était dégagé et pas un nuage ne laissait présagé une interruption du tout premier cours de vol des premières année Serdaigles et Poufsouffles. Chems était excité comme une puce. Il se rappelait tout ces contes et dessins animés moldus ou on y voyait des sorcières (étrangement, tout le temps très âgées et très méchantes) voler sur leur vieux balais, vêtu d'une robe et d'un chapeau trop grand. Dans leur cas, ils avaient clairement déjà la robe, allaient-ils leur fournir le chapeau pour avoir l'arsenal complet du parfait sorcier? Le garçon ricana à cette pensée. Pourquoi pas? Ça pourrait être intéressant. C'est peut être une espèce de code de la route sorcier, pensa t-il rêveusement. Alors oui, il était excité...Mais Chems n'en restait pas moins méfiant. Après tout, il l'était aussi dans un état semblable pour son premier cours de sortilège jusqu'à ce que madame la professeur n'annonce la décevante nouvelle qu'ils ne sortiraient pas leur baguettes ! Qu'allait être ce cour maintenant ? Un cours de vol sans balais ? Ils vont peut-être nous faire nettoyer la cours pour se "concentrer" sur les sensations du balais comme ils disent… Le garçon secoua énergiquement la tête pour effacer ces pensées déprimantes qui avaient trop vite remplacer les plus amusantes de précédemment.

Fort heureusement, il fut forcer de constater que la tournure de ce cours était bien différente des autres plus théorique qui l’avaient précédés . À peine à son arrivé sur les lieux, le garçon se retint de se jeter sur un des balais posé nonchalamment sur le gazon pour l'enfourcher. C'était bien tentant. Mais il choisit à la place de rester auprès de ses camarades en se mordant la lèvre inférieur d'impatience. Ça aurait été dommage de se faire mettre sur la touche pour un comportement déplacé quelques minutes avant le début des festivités! Il nota aussi joyeusement que le professeur avait la -merveilleuse- tendance à ne pas faire de détour non plus. Dieu soit loué, expira le garçon de soulagement, il allait peut être toucher de la vraie magie pour la première fois depuis qu’il était arrivé. Il en danserait presque de hâte. A la place, il se posta, sur les demandes du professeur, au côté d’un des balais sur le sol, le pas léger en balançant exagérement des bras et le sourire large. Les choses sérieuse allaient commencer.

Au premières minutes, au premier "Debout", son balais arriva avec une puissance assez déstabilisante dans sa main. Chems se sentit sautillé de joie et l’euphorie le faire rougir d’enthousiasme. Mais, alors qu’il levait les yeux, se languissant déjà des prochaines instructions, il remarqua avec étonnement que ce n’était pas le cas pour tout le monde. La contrariété ou la déception se lisait déjà sur les visages de certains de ses camarades. Chems haussa un sourcil. Avait-il rater un piège bizarre ? Son balais était-il de meilleur qualité. Oh! Ou alors il avait crier tellement fort que son balais n’avait pas eu d’autre choix que de l’entendre. Ouep…c’était probablement ça. Certains d’avoir trouver LE secret du réveil de balais magique -jamais dans sa vie il n’aurait cru penser ça un jour- , il se mit à mimer de la bouche des  plus fort ! à quiconque lèverait les yeux sur lui. Et il continua son manège jusqu’à ce que le professeur ne passe suffisement près de lui et ne lui lance un regard suffisement pointu pour lui faire comprendre que son intervention n’était PAS la bienvenue. Le garçon lui tira la langue aussitôt son dos tourné et se mit à macher l’intérieur de la joue, boudeur. Il n’eut cependant pas le temps de chouiner bien longtemps….

Le moment tant attendu était enfin arriver. Chems oublia momentanément le regard cru de son professeur pour concentrer le sien sur le visage des élèves à qui il s’était adressé plus tôt en mimant -et qui lui avait valu un coup d'oeil glacé- L’anticipation, l’impatience et l’appréhension peignait leurs traits, et Chems se demanda un instant si il arborait la même expression. Il lança néanmoins un clin d’oeil complice à ses homologues. Pour les encourager…et un peu pour s’encourager aussi. Chaque élève passa sa jambe droite par dessus le manche du balais aussitôt les instructions donnés. S’élever dans les airs, puis redescendre. Puis répéter. Ce ne devrait pas être si difficile, délibéra le garçon alors que son pied droit tapait le sol. Ça doit être comme avec le vélo….
Dernière modification par Chems Daley le 12 mai 2018, 0 h 33, modifié 3 fois.

~ Se protéger du soleil, c'est protéger sa santé ~

Et si on pimentait un peu les choses ?  Privé 

Haut.
On regarde par dessus les serres de botanique.
Bas.
On se détend un peu les jambes.

Si elle avait su que les cours de vol seraient aussi basique, elle aurait beaucoup moins angoissé. Elle se crispait toujours sur le manche, n'était pas très doué et n'avait volé qu'une poignée de fois dans le jardin, mais tout de même...

Contrairement à une bonne majorité de ses camarades, le frisson de simplement décoller ne la faisait pas rêver. Lever son balais n'avait rien d'extraordinaire. Pleins de choses lui venaient en tête tandis que la monotonie s'installer.  Encore, quand tout le monde était au sol, elle avait trouvé intéressant de regarder comment les né-moldus appréhendaient leur premier vol. L'intension qui manquait dans leurs "Debout" répétés. Certains paniquaient. D'autres étaient si concentré qu'ils en avaient les yeux plissés. Son voisin de droite essayait tant bien que mal d'expliquer aux autres qu'il fallait le dire plus fort et rependait des clins d’œils à l'intension de ses compagnons de galère. Il devait déjà avoir fait quelques vols.

Haut.
On regarde par dessus les serres de botanique.
Bas.
On se détend un peu les jambes.

Mais à la longue ça devenait usant. Ce qu'elle avait été déçue quand le prof leur avait annoncé qu'ils ne feraient que des allé-retour stationnaires. Quelques conseils et explications du prof et elle s'était mise à rebondir au ralenti. Du trampoline sans le fun. Et en plus, elle était aussi sportive qu'une assiette de purée à la crème. A chaque allé-retour, elle sentait son dos et ses jambes tirer un peu plus. Entre les cours de balais et les escaliers interminables qu'elle montait et descendait tous les jours pour atteindre le dortoir, elle allait devoir se refaire une santé. La chaleur du soleil heurtait aussi sa peau de rouquine avec obstination. Elle était sûre de se prendre un coup de soleil avant la fin du cours. Et puis tous ces gens autour. Si elle se ratait, ils se moqueraient tous, c'était certain.

Enfin bref... Erin ruminait son ennuis avec la régularité d'un métronome.

Pourtant, de l'extérieur, elle était toujours la jeune fille sérieuse, concentrée et appliquée qu'elle devait être. Elle ne se reposait pas plus que nécessaire au sol malgré ses jambes lasses. Elle était calme et studieuse, continuant l'exercice sans se dissiper pour l'exécuter de son mieux. Ses yeux se posaient sur le sol, sur la verrière. Sur le sol. Sur la verrière... Sur... Par Merlin... Elle détestait exécuter des consignes dépourvues de sens.

Elle avait promis à Mamiren et Dorian de ne pas faire sa mauvaise tête, au moins pendant les premiers cours. Alors elle ne ferait pas de résistance passive en restant au sol. Elle continuerait. Et elle le ferait bien. Comme la gamine à la fois obstinée et bornée qu'elle pouvait être dans ce genre de cas.

Les longs cheveux roux qui lui arrivaient normalement aux hanche étaient grossièrement tressés pour ne pas la gêner. Ses yeux bruns ne reflétaient aucune expression. Elle ne regardait pas les autres, elle avait bien trop peur qu'il la regarde, elle.  Elle se posa une fois de plus.

Elle tapa du pied... Et du coin de l'oeil, une ombre la suivit pour se stabiliser au même niveau qu'elle.  Tien...

Le garçon qui avait essayé d'aider les autre un peu plus tôt.

Elle lui glissa un coup d’œil à la dérobée. C'était un Poufsouffle. Pour rire, elle suivit sa redescente, essayant de toucher terre en même temps que lui. C'était plutôt marrant en fait... Elle avait l'impression d'être un miroir et elle ne devait surtout pas briser l'illusion. Comme dans le compte d'Alice. Sans se tourner vers lui, elle se prépara à essayer de le suivre une seconde fois.

Dans son esprit commençait une belle épopée. Il ne fallait pas qu'elle se trahisse sinon le monde des merveille serait découvert et leur groupe d'élève serait à jamais coincé à la table du chapelier fou à prendre le thé. Tout reposait sur ses épaules !

... Et puis son cœur battait un peu plus vite à l'idée que le garçon s’aperçoive de ce qu'elle faisait. Un petit goût de danger qui chassait l'ennui.

Alors, comme toujours, son visage devait rester de marbre.

Et si on pimentait un peu les choses ?  Privé 

Hélène était dans son premier cour de vol . Pas en avion, ni en hélicoptère, ni même en parachute, non, en balais ! Elle stressais depuis la rentrée à l'idée de ce cour .

Ce lundi matin, elle se leva vers 5h pour assister au cour à 7h . Elle prit un petit déjeuner rapide puis relu tous les livres qu'elle avait trouvés à la bibliothèque sur le vol à balais .

Lorsqu'elle allait vers le terrain d'entraînement avec ses amies, elle n'avait qu'une peur, tomber de son balais et se ridiculiser devant tous les premières années .

Ça y est, Hélène était sur un balais . Dans les airs . En fait, elle se sentait super bien ! C'est comme ci le balais faisait vraiment partie de son corps, comme sa jambe ou son bras . Elle se prit à regarder les autre élèves .

Deux d'entre eux retinrent son attention . Ils faisaient exactement les mêmes mouvements à côté . Comme si il s'étaient concertés . Bon, l'un avait l'air plus doué mais bon ... Comme il la faisait rire, Hélène se décida à les rejoindre.

Ça la ralentissait un peu mais c'était plus amusant que voler seule . descente en piqué, remontée, virage à gauche, accélération ... Hélène ne prenait aucune initiative mais elle s'amusait comme une folle !

Hélène Stevan, Poufsouffle, troisième année devoir, première année RP. Poufsouffle du mois de Juillet

Et si on pimentait un peu les choses ?  Privé 

Le garçon sentit un frisson le traverser. Pas de froid ou même de vertige. Mais d’une électrisante sensation d’enivrement. A la première élévation, alors qu’il sentait ses pieds décollé du sol, la réalité de la situation l’avait frappé comme un camion. Il était sur un balais…Dans les airs! Comme dans la définition de voler ! Son corps tremblait mécaniquement à mesure qu’il prenait de l’altitude. Ses mains se resserraient sur le manche. Ses jambes se balançaient machinalement à la recherche d’une surface stable pour ne trouver seulement que le vide qu’offrait cette hauteur. Ok…c’était peut être un peu plus impressionnant que dans ses plans. Pas plus "impressionnant" mais-… mais il y avait toujours un fossé entre ses expectations et sa réalité dernièrement. Un fossé un peu plus profond que habituellement quand il faisait des plans. Un peu beaucoup trop profond. Chems se rendit compte qu’il respirait peu être un peu trop rapidement quand il entendit son propre coeur jouer du tam-tam dans ses oreilles. Ok ok- il avait besoin de redescendre maintenant avant de casser le bois de son balais de ses propres mains. Mettre son poids du corps un peu plus en avant pour redescendre, c’est bien ce qu’avait dit le prof ?

À peine de retour à la stabilité, un étrange mélange de soulagement et de déception le cueillit quand ses pieds reprirent contact avec le sol. En sentant l’herbe fraiche du terrain lui chatouiller les chevilles, il se permit une grosse expiration et secoua la tête pour se remettre les idées en place et lâcha inconsciemment son balais pour dénouer ses mains crispés. C’était…vraiment quelques chose. Il ne savait plus quoi penser ou quoi ressentir. Son corps tremblait encore à la descente d’adrénaline. Mais ses mains lui chatouiller à l’idée de récupérer le balais tombé à terre, son esprit criait à la perte de cette sensation totalement folle que lui avait procurer ce première envol. Comme lorsqu’on appuie sur un bleu pour voir si il fait encore mal quand on sait pertinemment que ce sera le cas. Il fallait absolument qu'il réessaye ça de suite !

Sa bulle de rêverie éclata et avant même d’en être physiquement conscient, il retapait déjà du pied pour sentir son corps se faire soulever par le balais. Ses yeux se plissèrent quand un rayon de soleil l’aveugla momentanément. Il se repencha en avant. Sentit le mouvement du vent soulevé les mèches de cheveux sur son front. Et retapa avec la force de sa descente sur le sol pour se repropulser vers le haut une nouvelle fois, plus rapidement maintenant, plus assurément. Il ressentait sa propre stupéfaction s’effacer à chaque remontée dans les airs, l’audace lui faire prendre de la vitesse et l’euphorie le plongée dans une allégresse qui lui donnait envie de rire devant toute cette situation.

Son ébahissement passé, tout les élèves à ses côtés réapparaissaient soudainement dans sa vision. Il croisa de nouveau le regard de son camarade de devant et ne se retint pas de lui crier d’exaltation : « C’est trop génial!! » avec toute la force et la discrétion dont il était capable maintenant, gagnant juste un hochement de tête timide de ce dernier .… Il avait peut être crier un peu fort…tout le monde n’avait pas forcément besoin d’être au courant…. mais maintenant, - honnêtement- Chems n’en avait vraiment plus rien à faire. Il fallait que cette excès d’excitation sorte! Il ne se lassait plus. Il ne descendrait plus de ce balais. Plus. Jamais.

Maintenant pleinement conscient de son entourage, le garçon ne manqua pas de noter un mouvement persistant à sa gauche depuis quelques minutes maintenant dont il n'avait pas prit la peine de faire attention. Sans interrompre sa propre activité, il s’autorisa à jeter un coup d’oeil curieux à ses côtés et son regard tomba très vite -trop vite- sur une fille rousse portant les couleurs des Serdaigles….son oeil n’avait pas vraiment eu besoin de chercher quoi que ce soit….Elle était déjà au niveau de son regard quand il l’avait tourné vers elle. Il en haussa un sourcil surprit et détourna les yeux aussi vite pour ne pas se faire surprendre. L'avait-elle fait exprès ? Ou elle a juste le même rythme que moi? Chems sourit en coin. Il n’y avait qu’un moyen de le savoir.

Se penchant exagérément en avant pour accéléré sa descente, il se prépara à rebondir avec suffisement de puissance pour en accélerer tout autant sa montée….

~ Se protéger du soleil, c'est protéger sa santé ~

Et si on pimentait un peu les choses ?  Privé 

Erin pinça les lèvres pour ne pas rire en entendant le garçon qu'elle suivait exulté en criant. Il avait l'air vraiment ravis. Finalement ça devait vraiment être son premier vol. Logique donc qu'il ne monte et ne descende pas vraiment avec régularité, mais il avait une sacré assurance. Erin ne faisait pas autant la fière lors de son premier vol en solo... Ni même lors de son premier vol sur le balais de sa grand-mère puisque Mamiren, Dorian et elle, trop lourd pour le Brossedur poussif avaient fini dans le vieux hêtre au-dessus des nymphéas du jardin. Elle en avait gardé des bleus sur tout le corps pendant des semaines entières.

Elle redécollait, essayant de juger du coin de l’œil la puissance à laquelle le garçon de Poufsouffle tapait du pied. Ils se stabilisèrent de justesse à la même hauteur. Le soleil aveugla un instant la jeune fille. Ils étaient montés un poil plus haut que d'habitude et soudain... le jeune homme tourna la tête vers elle. Le cœur d'Erin rata un battement. Non. Elle avait du rêver. Il évitait simplement le soleil. Il ne dit rien et descendit rapidement vers le sol. Prise de cours, Erin faillit ne pas suivre le rythme mais parvint à se pencher assez pour rattraper son infime retard. Elle manqua de se manger le sol, redressa in extremis sous le regard à la fois appréciateur et tendu du prof et posa le pied au sol. Instantanément, Monsieur Sabedja se retourna pour aider un autre élève qui n'arrivait toujours pas a décoller... Et le garçon de Poufsouffle donna un violent coup qui l'expédia dans les airs aussi vite que haut... Enfin pas trop haut quand même pour ne pas se faire attraper par le prof. Plus de doute cette fois, il jouait avec elle !

Il l'avait remarqué !

Immobilisée dans les airs, elle tourna la tête vers lui, rassemblant tout le courage dont elle était capable pour le regarder. Cheveux châtains et peau un peu bronzée, il n'avait pas l'air de lui en vouloir, plutôt de la guetter l'air de rien. La fillette dégluti... Et un sourire illumina son visage rond. Elle ne savait pas vraiment quoi faire d'autre et espérait qu'il n'avait pas pris trop mal son petit jeu...

Après quelques secondes, elle remarqua qu'ils n'étaient pas non plus seuls à rester là comme deux glandus en apesanteur. La fille juste devant elle s'était arrêté à leur hauteur également... Et elle l'avait peut-être fait au même moment.

A l'idée que tous les élèves avaient put voir son manège, Erin sentit sa gorge se serrer, mais elle garda un visage impassible. Et puis si elle s'était arrêté à leur hauteur c'est qu'elle s'était sans doute ennuyé elle aussi... C'était une autre Poufsouffle tien. Elle savait qu'elle aurait du insister auprès du Choixpeau... Bon en vrai non. Elle était contente d'être à Serdaigle. Mais quand même !

Elle sourit aussi à la jeune fille de devant, attentive pour savoir le quel des élèves piquerait du nez en premier pour ne pas rater le départ.
Dernière modification par Erin Lake le 13 mai 2018, 17 h 25, modifié 1 fois.

Et si on pimentait un peu les choses ?  Privé 

Hélène regarda la jeune Serdaigle . Elle avait remarquer son manège . Tant pis . Peut-être pourraient elles faire connaissance . Cela ne faisait que quelques jours qu'Hélène était à Poudlard mais elle s'y sentait déjà comme chez elle .

C'était un de ses premiers cours et maintenant un de ses préférés ! Elle adorait la sensation d'être sur un balais et aimerait pouvoir se mesurer à d'autres élèves . En intégrant l'équipe de Quidditch de Poufsouffle par exemple ! Elle aimerait tell...

Alors qu'Hélène était perdue dans ses pensées, suivant du coin de l'oeil la jeune fille de Serdaigle, un Gryffondor avança elle ne savait pas pourquoi . Hélène, ne faisait pas attention, alors il faillit lui rentrer dedans ce qui serait arrivé si il n'avait pas eu le réflexe d'effectuer un virage.

"Fais attention ! On aurait pu finir à l'infirmerie !
- Je ... excuse moi !"


Hélène montait pour rattraper la Serdaigle qui était plus haute pendant que le Gryffondor la regardait d'un air interloqué sûrement en se demandant pourquoi elle ne prenait pas le temps de s'excuser .

"Eh ... Attend moi !" cria t elle à son intention avant de descendre en piqué puis de remonter . Elle se retrouva enfin à son niveau pour reprendre le jeu sans concertation qu'elles avaient entamé .

Hélène Stevan, Poufsouffle, troisième année devoir, première année RP. Poufsouffle du mois de Juillet

Et si on pimentait un peu les choses ?  Privé 

Il ne s’était pas trompé. La serdaigle le suivait. Et elle n’était pas la seule! Juste dans sa diagonale, Chems reconnut les couleurs de sa propre maison à quelques mètres de lui, à leur même niveau. L’aiglon était donc prit entre deux blaireaux? Voila qui allait être interessant. Le garçon plissa les yeux et pinça les lèvres pour éviter un sourire de griller son jeu silencieux avec sa camarade de gauche. Il n’était pas dupe, il avait vu un sourire égaillé le visage de la jeune fille. A partir de maintenant, ce n’était plus un cache-cache, il jouait au loup. Et on pouvait dire que Chems savait jouer !

Le garçon leva la tête vers le ciel pour prospecter ses possibilités en redescandant lentement vers le sol, contrairement à son atterissage violent de précédement. Il ne cherchait pas à prendre de la force, il avait besoin de réfléchir à un plan d’attaque. Son regard tomba sur la tour du château la plus proche du terrain, se dressant fièrement au dessus des élèves, leur masquant partiellement le soleil de sa hauteur, et ses yeux s’écarquillèrent progressivement d’illumination. Ça y est ! Il avait trouvé. L’édifice était si haut que Chems eut mal au cou à essayer de voir son sommet, mais il tenait sa manoeuvre! Il redescendit son regard vers le professeur, marchant au milieu des élèves, le regard trop attentif et en grinça des dents à la vue. Monsieur Sabedja représenterait un obstacle de taille. Mais si ils arrivaient à passer par dessus, l’enjeu promettait pas mal de fun. - Et ô combien il serait au dessus avec ce qu’il avait prévu - Il fallait juste attendre le moment opportun. Guettant avec attention l’adulte responsable de ce cours, le garçon ralentit tellement sa descente qu’il avait presque l’air de faire du surplace. Il fallait retardé au maximum le moment ou ses pieds toucheraient le sol.

Depuis le début de cette exercice, il n’était pas monté plus haut que la muraille détourant le terrain d’entraînement. Et si il ne c’était pas trompé dans ces observations, la première fenêtre de la tour arrivait tout juste à ce niveau. Il est temps de level up, examina le garçon sans quitter le professeur des yeux. Encore un peu…encore un peu et…Le professeur était complètement de dos ! C’était le moment d’action ! Chems ne  chercha plus à se dissimuler maintenant et tourna brusquement la tête vers la jeune Serdaigle à sa droite, un rictus malicieux au coin des lèvres, la défiant silencieusement du regard. Voyons combien elle comptait pousser la plaisanterie. Ses chaussures frôlèrent à peine le sol qu’il était déjà reparti en l’air.

Niveau 2 : Deuxième fenêtre de la tour. Objectif : Pas se faire avoir par le prof.
Chems sentit un enivrement familier qu’il n’avait plus ressentit depuis son dernier combat avec son frère refaire surface. Il allait falloir être rapide maintenant.
Dernière modification par Chems Daley le 25 mai 2018, 11 h 46, modifié 1 fois.

~ Se protéger du soleil, c'est protéger sa santé ~

Et si on pimentait un peu les choses ?  Privé 

Héhéhé...

Voilà qui était plus amusant que de rebondir sans but. En quelques minutes elle était passé d'un yoyo flasque à un poule lapin vipère... Mais alors deux blaireaux et un aigle... Et sur place. Bon enfin un jeu un peu plus gaillard.

La descente trèèèèèèèès lente du Poufsouffle ressemblait bien trop à un calme plat avant une tempête de problèmes pour qu'Erin ne s'ennuie. Au contraire. La pression montait. L'autre Poufsouffle avait attiré l’œil du professeur sur leur petit manège en appelant la Serdaigle. Alors ils revenaient tranquillement se poser tous les trois au sol. Comme de bon petits élèves.

Et Erin n'en pouvait plus. Elle sentait venir quelque chose. C'était gros comme une maison vue la façon dont le garçon s'était extasié un peu plus tôt. Il n'était pas du genre élève modèle et sage. Alors quoi... que préparait-il ? Qu'imaginait-il à regarder au-dessus de sa tête comme ça ?

La jeune fille échangea un regard d'impatience contenue avec la Poufsouffle en face d'elle. Son cœur battait. Il n'allait quand même pas faire quelque chose d'interdit ? Non ? Et s'il le faisait ? Par Merlin... Elle ne voulait pas faire perdre de points à sa maison. Pas dès la première semaine. Que diraient les autres Serdaigle ? Et puis même sans ça, elle n'était pas du genre casse cou ! Le seul accident qu'elle risquait d'avoir habituellement, c'était de se couper avec du papier en tournant les pages de son carnet. Tellement de choses changeaient depuis son arrivée à Poudlard et son intégration dans le monde des sorciers. En dehors elle avait toujours été la gamine bizarre et rêveuse, un peu solitaire et toujours silencieuse. Il n'y avait pas vraiment de bêtises à faire. Elle avait plus à se protéger des autres que du danger de se rompre le cou en tombant d'un balais. Ici... C'était différent.

En arrivant à quelques centimètre du sol, elle replia les jambes comme une grenouille pour ne pas toucher le sol avant les deux autres, sa taille lui donnant une allonge légèrement plus grande. Elle n'aurait jamais osé faire un truc pareil avant le premier cours de défense contre les forces du mal ou la présentation des salades grignoteuse ou elle ne savait plus trop quoi en cours de botanique... Mais quand le Poufsouffle se tourna vers elle pour lui envoyer un regard flamboyant et taper du pied pour remonter en piquet, son propre visage se fendit lui aussi d'un fin sourire de défi. A ce moment précis, elle eu la certitude que ce type allait faire quelque chose d'interdit. Et à ce moment précis, elle su qu'elle allait le faire aussi. Elle jeta un regard ampli de certitude à sa voisine d'en face.

Déployant ses jambes, elle bondit vers le ciel d'un coup de talon, soutenant la vitesse de monté du garçon et surveillant la progression de l'autre Poufsouffle. Ou comptait-il s'arrêter ? ça n'avait pas d'importance puisqu'elle y arriverait exactement en même temps.

Ils étaient au niveau de la 2e fenêtre de la tour quand elle du piler d'un coup sec.

Courageuse mais pas téméraire, elle échangea un regard victorieux avec ceux présents au même niveau et reparti presque en chandelle vers le sol, le cœur battant, craignant que le prof ne tourne de nouveau les yeux vers eux. Elle prit tout de même le temps de ralentir et de se poser convenablement à partir du moment ou elle atteint l'altitude recommandée. Elle respirait à grands traits, essayant de se contenir pour ne pas attirer l'attention, les mains crispées sur son balais pour ne pas trembler. Ce qui l'étonna le plus, ce fut de s'apercevoir qu'elle était inquiète d'être découverte et punie, mais que la monté et la descente ne lui avaient pas paru particulièrement difficiles. Elle ne s'était pas poser de question... Elle l'avait juste fait.

Ce fut un regard mi-rieur, mi-fier, mi-troublé qu'elle échangea avec ses deux voisins lorsqu'ils posèrent pied à terre. Ca faisait beaucoup de moitiés pour un seul sourire sous le coup de l'adrénaline, raison pour laquelle elle avait peut-être un peu de mal à faire le tri dans ses émotions.

Et si on pimentait un peu les choses ?  Privé 

Les trois élèves étaient au sol quand les deux filles sentirent que l'autre Poufsouffle allait faire quelque chose d'interdit . Elles échangèrent un regard . *Bien sûr que je vais le suivre * pensa Hélène . La Serdaigle avait l'air moins sûre pourtant, lorsque le Poufsouffle s'envola, Hélène ne fut pas la seule à le suivre !

Ils s'envolèrent tous les trois pour s'arrêter au niveau de la deuxième fenêtre . Ils échangèrent un regard de défi avant de redescendre . Ils s'arrêtèrent et descendirent de leurs balais juste avant que le professeur ne se tourne vers eux . *Bien, il ne nous a pas vu* pensa Hélène juste avant de voir un Gryffondor s'envoler sous les yeux de Miss Sabedja . Contrairement à eux, il semblait ne pas contrôler son balais et était seul . Il redescendit directement et le professeur dut comprendre que ce n'était qu'une erreur de maniement de son balais .

Hélène tenait à remonter dans les airs . Elle lança un regard à la Serdaigle qui sembla comprendre ce qu'elle allait faire . Puis au Poufsouffle qui enfourcha son balais . La Poufsouffle attendit que Miss Sabedja ai le dos tourné pour s'envoler de quelques mètres suivis par les deux autres élèves . Ils redescendirent en piqué et réussirent à la grande surprise d'Hélène à ne pas s'écraser au sol . Ils atterirent en douceur .

Hélène Stevan, Poufsouffle, troisième année devoir, première année RP. Poufsouffle du mois de Juillet

Et si on pimentait un peu les choses ?  Privé 

Chems sentit le souffle presque lui manquer à la soudaine montée d’adrénaline que ce petit aller-retour lui avait procuré que ses jambes tremblante peinaient à supporter son propre poids de nouveau. Durant toute sa montée, l’appréhension que leur professeur ne se retourne avait occupé une très petite part de son esprit, trop focalisé à concentrer sa vitesse et son attention sur l’électrisante ascension. Il avait croisé le regard plein d’audace de la Serdaigle arrivé à la deuxième fenêtre de la tour, juste avant d’avoir à piquer vers le sol, et un courant d’exaltation avait faillit leur couté leur discrétion que le garçon du se pincer les lèvres pour se retenir d’émettre le moindre son. Mais alors qu’il posait pied à terre, la source de toute leur restrictions se retournait déjà, les yeux perçant d’attention, et il se rendit compte pour de bon que la plus grosse menace de ce petit jeu ne serait pas une éventuel chute. Se retenant de ne pas laisser sa propre respiration être le traître de leur agissements, Chems baissa la tête quand le professeur Sabedja repassa une nouvelle fois en face de lui, dans sa ronde -efficace- de surveillance des élèves, et empêcha tant bien que mal un rire de nervosité lui échapper. Dans ses efforts, il laissa tout de même involontairement sortir un bruit entre un éternuement discret et un reniflement et du fermer les yeux et rentrer un peu plus son menton vers sa poitrine pour cacher son visage et se retenir d’éclater définitivement de rire. Pas uniquement à cause de l’ignorance impayable de son prof, mais aussi du à l’excès de sensation qu’il avait du enfermer dans une bouteille pour éviter de se faire avoir. Chems n’était pas bon à ce jeu là. Pas bon du tout.

Sans lever le visage, le garçon tourna légèrement la tête vers sa gauche pour voir si elle aussi, cette fille, dont il ne connaissait pas encore le nom, serait dans un état similaire au sien. Même si sa posture restait droite et assuré, sur son visage, Chems pouvait voir une veine tentative dissimulation du méfait qu’un regard euphorique dépourvu de regret trahissait, et son propre sourire s’élargit plus au possible. Honnêtement, le garçon savait que ce cours serait plus "intéressant" que les autres, mais il ne s’attendait certainement pas à s’y amuser autant. Il jeta un regard devant lui, pour voir si sa collègue de maison suivait toujours, et à sa grande joie, il constata qu’elle les scrutait attentivement. Peut être d’impatience? Il ne savait pas. Mais ce dont il était sûr, c’est qu’avec elles, tout était devenu deux fois plus attrayant. Et il aurait été prêt à parier que ça l’était pour elles aussi. Retournant les yeux vers sa gauche, il attendit d’avoir les yeux de la fille, qui maintenant qu’il y faisait plus attention, était bien plus grande de taille que lui, et s’empressa d’articuler le plus distinctement possible sans que le moindre son ne sorte de sa bouche : « On. Y. Va ? »
Pour ponctuer ses paroles silencieuse, il leva les yeux aux ciel un bref instant puis les reconcentra sur sa partenaire de jeu non sans ajouter un sourire facétieux. Il se retourna un moment juste pour voir ou en était son professeur dans sa surveillance et constata très vite qu’il était déjà de dos et qu’ils avaient donc probablement déjà perdu de précieuses minutes de "récupération". Dans sa froide et rapide analyse, il se nota aussi mentalement de raccourcir au maximum la pose dans les airs avant sa descente. C’est déjà quelques secondes de plus. Quelques secondes qui pourraient peut être éviter la colle.

Pour ne pas prendre au dépourvu les filles, il tourna une seconde fois la tête vers elles aussi brutalement que la première fois, ne s'embarrassant pas d'autre attention. Soit elles l’avaient comprit, soit elles seraient en retard, mais Chems n’attendit pas d’avoir une réponse pour redécoller. Ils étaient déjà en retard, la troisième fenêtre avait l’air plus haute que jamais et le temps…le temps était certainement plus court. Le garçon sourit au challenge. C’était parfait.

~ Se protéger du soleil, c'est protéger sa santé ~

Et si on pimentait un peu les choses ?  Privé 

Elle n'était visiblement pas la seule que l'excitation poussait à bout de nerf. Le garçon se rengorgea, se replia sur lui même, rentra la tête dans les épaules et fit une drôle de tête. Son visage prit une étrange couleur blanche, puis rouge et la tension de son cou donnait l'impression que son crâne allait bondir d'un moment à l'autre comme un bouchon de champagne. Lorsqu'il articula silencieusement, Erin lui rendit un regard aussi terrifié qu'euphorique et hocha fébrilement la tête. Oui. Elle avait envie de retenter.

Elle déglutit. Bon sang. Elle était folle. Elle allait se faire renvoyer ! Le sourire facétieux du Poufsouffle lui donnait pourtant suffisamment de cœur au ventre pour ne pas simplement rester les deux pieds vissés sur le sol. Elle inspecta le prof, le ciel. Un coup d’œil devant, un coup à gauche, un coup à droite. Maintenant !

Elle tourna vivement la tête vers le jeune homme pour se rendre compte qu'ils avaient eut le même timing, bien qu'elle l'ai fait au petit bonheur la chance alors que lui en avait eut une sacré maîtrise. Un coup de pied et les voila dans les airs. Elle s'éleva comme un ballon. Décidément, le conseil de posture du prof était incroyable. Elle ralentit en arrivant vers la seconde fenêtre... et vit les autres continuer à monter comme des flèches.

Mais ... !

Nom d'un botruc ils n'auraient jamais le temps de monter ! Un coup d’œil en contre bas lui apprit que le prof était encore de dos mais plus pour longtemps... Et elle avait trop ralentit pour les rattraper... Non Ce coup-ci, elle n'oserait pas, mais le prochain essai serait le b...

Ses yeux s'arrondirent. Derrière la vitre de la fenêtre à côté de laquelle elle planait, un visage sévère l'observait. Elle dégluti. Oh non... Blême, elle redescendit en vitesse. Elle n'avait pas reconnu le visage d'un professeur, mais rien qu'à cette idée, elle avait la nausée. C'était affreux... C'était... L'excitation fit place à la plus profonde angoisse. La poitrine et tout ce qu'elle contenait se ratatinait sur elle même et sa gorge se serrait. Elle n'avait que très rarement été réprimandée dans sa vie et encore moins pour avoir si bêtement enfreint une règle de sécurité. Il ne renvoyaient pas les élèves pour ce genre de comportement... Elle l'espérait en tout cas.

Le visage baisser sur son balais, elle perçu à peine l'atterrissage des deux autres, toujours prise entre une frayeur renouveler et l'envie de ne pas abandonner le défit que le sourire du Poufsouffle avait lancé. C'était la première fois qu'elle s'amusait autant avec des enfants de son âge. Elle ne voulait pas laisser tomber et encore moins passer pour une froussarde. Et puis c'était drôle et ils ne faisaient rien de vraiment mal. Ils étaient tout les trois assez à leur aise. Ils ne risquaient pas grand chose.

Avant la fin du cours, elle aurait au moins voulu voir jusqu'où ils auraient le cran de monter... Allez Erin ! Du cran !

Et si on pimentait un peu les choses ?  Privé 

Aïe ...Qu'est-ce qu'ils manigancaient encore ces deux là ? Les regards qu'ils échangeaient ne présageaient rien de bon . Ils étaient déjà montés deux fois et avaient eu une chance extrême de ne pas se faire attraper, pourquoi risquer une punition ? En plus, la professeur surveillait tous les élèves, si ils recommençaient, elle ne manquerait pas de remarquer leur petit manège .

Oui, maintenant c'était sûr, ils voulaient voir leurs limites et réessayer car si la fille semblait hésitante au début, elle paraissait maintenant sûre de devoir suivre le garçon . Et si la Poufsouffle ne les suivait pas, elle ne manquerait pas de passer pour une poule mouillée . Oh là là, dans quoi c'était elle fourrée ?

Bon, au pire une retenue tous les trois ne serait qu'un bon moyen d'apprendre à mieux se connaître, et pourquoi cesser un jeu au moment où il devenait dangeureux, ils n'allaient que plus s'amuser . Oui, avec tous ses arguments en tête, elle avait pris sa décision, elle les suivrait .

Elle leur jeta un coup d'oeil et chuchota : "Quand vous voulez" du bout des lèvres . Elle était prête, ses mains sur son balais, ses pieds au sol, le gauche prêt à le percuter quand elle voudrait . La professeur était à l'autre bout du terrain, parfait .

Hélène Stevan, Poufsouffle, troisième année devoir, première année RP. Poufsouffle du mois de Juillet

Et si on pimentait un peu les choses ?  Privé 

Mince, mince, mince ! Ils n’arriveraient pas à temps au sol. Chems écarquilla les yeux, les actions de leur professeur de vol jouant au ralentie devant lui. Il atteignait déjà le bout de la rangée d’élève. Ce n’était plus qu’une question de minutes avant qu’il ne tourne les talons. Le garçon serra les dents et plissa les yeux. Il était à la deuxième fenêtre en descendant. Au niveau des murailles de délimitation du terrain de Quidditch. C’était techniquement la hauteur autorisé. Mais la vitesse qu’il avait prise était beaucoup trop suspecte. Réfléchi, réfléchi….

Le temps se raccourcissait. 30 secondes…

Il s’arrêtait au bout de l’allée. Le visage tourné vers l’élève au bout de la rangée à sa droite. Il tourna ensuite le visage vers la gauche. 10 secondes…

Ses épaules amorçait déjà leur mouvement de rotation. Son pied gauche se déplaçant pour reprendre sa route dans l’autre sens. Son visage toujours tourné vers l’élève de gauche. 5 secondes….

Il était de profil. Leur professeur était de profil. Ce qui voulait dire qu’il était théoriquement dans son champs de vision. Lui, et les deux filles qui l’avaient suivit. Mince, tonna son esprit paniqué, Réfléchis ! Réfléchis ! Plus qu’une seconde….

Chems lâcha le manche de son balais et passa précipitamment une jambe par dessus celui-ci, se laissant glissé hâtivement hors de l’objet,  toujours à quelques mètre au dessus du sol. Son poids seul le ferait à tout les coup arrivé au sol plus rapidement qu’avec son balais. Du moins il l’espérait. Parce que la sensation de chute libre n’était définitivement pas quelques chose dont le garçon était fan et qu'il aurait fait par plaisir, décida t-il déjà en plein devant le fait accomplis. Il n’osa pas jeter à un coup d’oeil à leur professeur, trop focalisé sur son propre atterrissage. Avec un peu de chance, sa "chute" improvisé aura l’air d’un accident banal de déséquilibre.

C'étaient les secondes les plus longues de sa vie, mais le garçon finit par atterrir durement sur ses jambes, le déséquilibre couplé à la vitesse d’arrivée le faisant basculer en arrière. Il remarqua distraitement son balais atterrir à côté de lui avec la même vitesse douteuse que lui, qu’il espérait au moins avoir déguisé par son intervention. Assit à même le sol, encore un peu agité, Chems remarqua quelques élèves le zieuté avec une curiosité mêlé à ce qu’il aurait voulu qualifier de surprise sinon d’un dessous de moquerie dissimulé. Il se contenta de répondre avec un sourire pleins de dents, narguant -non pas les élèves- mais la situation qui aurait bien pu leur faire valoir une sanction bien plus douloureuse qu’une semaine de courbature aux jambes.

Ni vu ni connu, jt’embrouille, scanda pensivement le garçon en époussetant ses mains maintenant pleine de terre. 

~ Se protéger du soleil, c'est protéger sa santé ~