Parc

Inscription
Connexion

Un début difficile  PV Koridwen Lysander 

SEPTEMBRE 2042 - DEUXIÈME SEMAINE DE COURS

Ce début d'année n'était pas des plus simple pour la jeune irlandaise.

Premièrement, elle avait été réparti à Gryffondor alors qu'elle s'attendait à aller à Serdaigle comme ses frères et ses parents avant elle. Autant dire qu'elle se retrouvait telle une étrangère au milieu de tous ces amateurs de sucreries et autres défis. Elle, elle préférait travailler à la bibliothèque, dans les salles de classe abandonnées ou encore en salle commune quand elle n'était pas trop bruyante. Sauf que par conséquent, elle ne côtoyait jamais ses camarades qui la trouvait bizarre et ne profitait jamais du beau temps.

Alors en cette fin de journée, Ennis avait pris la décision de passer par le parc pour faire une sorte de compromis. Aussi, elle venait de relire son cours de potion pour le prochain contrôle et donner le moins possible de raisons à sa mère pour être mécontente. Le livre reposait maintenant à ses côté, toujours ouvert à la page du cours qu'elle avait révisé. A l'heure actuelle, elle entreprenait d'écrire une lettre à son frère aîné. Elle enchaînerait ensuite avec une autre pour son père actuellement en déplacement pour Gringotts. Assise en tailleur contre un arbre elle avait posé une planche de bois sur ses genoux. Cela lui permettait d'avoir un appui pour son parchemin et son encrier.

Autour d'elle de nombreux étudiants s'étaient retrouvés en grappes pour discuter, chahuter, travailler ou tremper les orteils dans le lac. Le bruit gênait assez peu la deuxième année rouge et or qui trempait régulièrement sa plume dans l'encre noire pour la coucher ensuite sur le papier. Dans cette lettre à son frère, elle laissait les mots venir comme ça, sans y réfléchir. Il avait depuis longtemps son brevet de compréhension de lettre de petite sœur.
Dernière modification par Ennis O'Belt le 26 juillet 2018, 23 h 29, modifié 3 fois.

Ennis O'Belt
2ème année RP
color=#741B47

Un début difficile  PV Koridwen Lysander 

Ce matin là, Koridwen avait décidé de se faire des amis. Enfin, pour elle, "se faire des amis" signifiait "ne pas être méchante et froide avec toutes les personnes que je trouve sur ma route". Elle s'était donc levée joyeusement. Elle avait regardé ses devoirs, puis avait haussé les épaules du style "je les ferai après, c'est pas important".
Elle avait pris un bon petit déjeuné, toujours en souriant. Cette journée allait être agréable, elle le savait. 

"Bon, que pourrai-je faire ? Et si j'allais au parc ?" avait-elle pensé en mangeant sa part de tourte.

Durant son repas, quelques élèves avaient reçus des lettres de leurs proches. Koridwen fut déçue, car depuis la rentrée, elle n'avait rien reçu de sa famille. Peut être devrait-elle leur en envoyer une, histoire de leur rappeler qu'elle existe. 
Elle était donc repartie dans sa salle commune presque en courant, et avait rédigé une lettre à son père à la va-vite. Elle la signa et, alla la donner à un des hibou de l'école à la volière, sans oublier de prendre son devoir de Sortilège, ainsi que son fidèle carnet à dessins.
Elle s'était ensuite rendue au parc.
En observant autour d'elle, elle vit que ce dernier était rempli d'élèves en tous genres. Une personne attira son attention. La jeune fille, qui semblait être une Gryffondor était en train d'écrire, peut-être un devoir ? Ou bien une lettre à ses proches ?
Repensant au but qu'elle s'était fixé en début de journée, elle s'approcha d'elle et s'assit à ses côtés.
Étant nulle pour se faire des amis, elle fit :

"- Salut, je m'appelle Koridwen, et toi, c'est quoi ton prénom ?"

"On peut trouver le bonheur même dans les moments les plus sombres... Il suffit de se souvenir d'allumer la lumière." A.D.

Un début difficile  PV Koridwen Lysander 

La jeune fille était en train d'écrire assez énergiquement ses déboires à Diarmuid ; elle avait déjà rempli une feuille de parchemin et entamait la seconde. Oui, il allait avoir de la lecture. En même temps, à qui confier ses problèmes avec sa mère si ce n'était ce grand frère, lui qui était parti de la maison depuis un an et qui avait suffisamment de recul pour aider sa sœur. Ou tout du moins pour dédramatiser la situation du côté d'Ennis qui prenait chaque remarque très à cœur. La plume courait sur le vélin et l'irlandaise ne faisait plus du tout attention à ce qui se passait autour d'elle. Aussi, elle ne vit pas, pas plus qu'elle n'entendit, une élève approcher. Elle fut donc surprise en l'entendant et fit une tâche d'encre sur son parchemin. Voilà qu'elle devrait le réécrire si elle voulait que son frère puisse lire quoi que ce soit. Se retenant de sauter littéralement à la gorge elle releva la tête vers la fille qui l'avait fait sursauter. Une fille de Serpentard qu'elle n'avait jamais vu, et vu son apparence, ça devait être un première année.

Bien qu'ayant entendu qu'on lui parlait, elle n'avait pas enregistré un traître mot de ce qu'avait dit sa camarade. Elle lui lança donc un regard noir et une phrase pas piqué des vers:
- Non mais tu réfléchis des fois ? Elle ajouta ensuite en montrant son vélin : T'as vu un peu ce que tu as fait ?

Si Ennis dans un meilleur jour, n'aurait jamais été autant agressive ou de mauvaise fois. Mais c'était ainsi et la jeune vert et argent prenait pour sa mère.

Ennis O'Belt
2ème année RP
color=#741B47

Un début difficile  PV Koridwen Lysander 

"- Non mais tu réfléchis des fois ? T'as vu un peu ce que tu as fait ?"

"Mais elle va se calmer celle-là" pensa Koridwen en grinçant des dents. Elle regarda la Gryffondor en faisant une moue vexée.
La jeune Serpentard se leva et se positionna devant la jeune fille, qui semblait vouloir étranger la première chose qui passerai sur son chemin. Elle fit deux pas en arrière et s'assit de nouveau.
Elle voulut répondre une de ses répliques venimeuses, mais se retint, souffla un bon coup et répondit :

"- Aurai-je dis quelque chose de travers ? Je dis ça parce que tu as l'air hyper énervée la..."

Koridwen se gratta l'arrière du crâne, gênée. 
Elle n'avait pourtant rien fait de mal ! Pour une fois qu'elle se montrait gentille ! Quelle naïve elle avait été ! 
Heureusement qu'il était là ; son cahier à dessins. Elle l'attrapa comme si elle se tenait à une bouée de sauvetage et l'ouvrir doucement, son fidèl crayon étant toujours la, elle commença à dessiner. Elle regarda autour d'elle, cherchant un modèl. Puis une idée la frappa ; elle allait dessiner la Gryffondor en face d'elle, comme ça, elle pourrait lui offrir son dessin pour se faire pardonner ! Elle sourit, fière d'elle, et commença à dessiner, en s'appliquant autant qu'elle le pouvait. 

"On peut trouver le bonheur même dans les moments les plus sombres... Il suffit de se souvenir d'allumer la lumière." A.D.

Un début difficile  PV Koridwen Lysander 

Forcément, la première année avait mal pris les propos de son aînée et c'était tout à fait normal. Alors qu'elle s'était assise non loin de la Gryffondor, elle se recula de plusieurs pas pour se repositionner plus loin. Elle devait avoir eu peur se de son ton agressif. Mais à l'heure actuelle, Ennis était trop sur les nerfs pour se rendre compte que son comportement était tout sauf approprié. Sa camarade semblait être dans de bien meilleures dispositions puisqu'elle resta diplomate dans sa réponses.

Malheureusement, cela renvoya l'irlandaise à ses soucis. Elle serra les dents avant de répondre, cherchant quelque chose à faire pour ne pas être plus imbuvable encore. Elle ferma alors son livre pour le ranger dans son sac. Elle releva alors la tête vers la verte et argent pour lui répondre sèchement: Énervée? on peut dire ça. Pour être tout à fait honnête elle rageait, littéralement. Mais elle était déjà bien assez désagréable non?

Et puis, l'autre fillette pris un cahier, ses amis nés-moldus lui avaient expliqué ce que c'était. Ça n'existait pas chez les sorciers. Ennis fronça les sourcils, elle faisait quoi au juste? L'observant elle vit qu'elle dessinait. Sa curiosité frappée, elle tenta de comprendre ce que la plus petite des deux dessinait. Elle, elle la dessinait elle... Ennis ne savait pas si cela l'énervait ou pas. Décidant qu'il lui valait mieux redescendre en pression, elle prit le parti de ne rien dire et entreprit de continuer sa lettre à son frère. En commençant par recommencer ce deuxième parchemin complètement gâcher par l'énorme tâche d'encre.

Ennis O'Belt
2ème année RP
color=#741B47

Un début difficile  PV Koridwen Lysander 

Koridwen continuait quand à elle de dessiner la jeune Gryffondor. Elle s'appliquait autant qu'elle pouvait au niveau des perspectives et des ombres. Elle releva la tête pour regarder son model et vit que ce dernier la regardait. Sourit en haussant les épaules, puis se remit à son dessin. 

"Énervée? on peut dire ça." Lança alors la plus grandes des deux jeunes filles. 

Koridwen releva la tête et la fixa. Elle soupira, puis se rappelant qu'elle voulait être gentille, répondit doucement : 

"- Tu as besoin d'être désagréable comme ça? Tu ne pourrais pas te contenter de parler gentiment ? Ça te ferait du bien tu sais"

Puis elle baissa la tête de nouveau. Elle pensa au fond d'elle "bon, encore une remarque méchante et je lance mon venin". 
Un quart d'heure passa, le parc était toujours autant rempli d'élèves de toutes maisons et de toutes années confondues. Certains s'amusaient à se lancer des sorts, comme dans des duels, et d'autres se contentaient de les regarder en rigolant, ou encore de les encourager. Koridwen trouvait l'idée du duel assez alléchante, mais vu qu'elle ne connaissais pas encore beaucoup de sorts - vu qu'elle était seulement en première année - elle se contentait d'attendre patiemment. 
"Au pire, j'irai demander à un élève plus grand de m'apprendre des sorts !" pensa-t-elle en souriant. 
Elle termina son dessin, se leva et arracha la page de son carnet pour la donner à la Gryffondor. 

"- Tiens, c'est cadeau." 

"On peut trouver le bonheur même dans les moments les plus sombres... Il suffit de se souvenir d'allumer la lumière." A.D.

Un début difficile  PV Koridwen Lysander 

Koridwen, puisqu'elle s'était présentée ainsi avait répondu particulièrement posément à Ennis qui, elle, était particulièrement froide. Mais l'état d'esprit de la rouge et or ne lui permettait pas de voir en toute objectivité les tentatives d'apaisement de la première année. Non, l'irlandaise se laissait emporter par sa colère et avait des pensées qui ressemblaient plutôt à des "Non mais de quoi elle se mêle l'autre serpent" qu'à "Elle a peut être raison". Pour éviter des paroles qu'elle regretteraient bientôt, elle préféra continuer sa lettre. Elle appuyait plus fort sur son parchemin, la plume crissait et son écriture était plus épaisse, plus tranchant aussi en raison de sa main crispée.

Mais les minutes passèrent et l'autre élève semblait s'être contentée de rester assise plus loin à griffonner elle ne savait quoi sur son cahier et à regarder ce qu'il se passait autour d'elle. Cela allait bien à la châtain qui se contente de poursuivre son écriture. Alors qu'elle posait un point final à sa lettre, Ennis avisa les deux parchemins noircis par l'encre. Elle les plia précautionneusement et les glissa entre deux livres dans son sac. Comme le soleil commençait à jouer à cache-cache avec les nuages, elle trouva plus à propos de ranger sa plume et son encre. Elle écrirait sa deuxième lettre plus tard. Forte de cette décision, elle choisit de rentrer. Elle n'aurait pas le temps de reposer son sac avant le repas aussi elle s'y rendrait directement. Elle se leva donc et attrapa son sac.

Sans qu'elle n'anticipe quoi que ce soit ou qu'elle ne comprenne vraiment ce qui s'était passé, la rousse se leva, arracha la page du cahier sur laquelle elle écrivait et lui tendit. Ennis, encore assise la prit par réflexe et y jeta rapidement un œil. Elle fronça les sourcils, pourquoi par Merlin l'avait-elle dessiné? Elle n'était pas certaine de vouloir la réponse a dire vrai. Et puis, elle était toujours énervée, contre sa mère, et puis son père qui semblait parfois si indifférent à cette situation, et puis la serpentard.

L'heure tournant et voyant l'ensemble des élèves reprendre la direction du château, elle lâcha du bout des lèvres: Merci.
Elle tourna ensuite les talons, fourrant la feuille dans son sac. Après quelques pas, elle s'arrêta brusquement, fit un demi-tour vers l'autre fille et fit une sortie étrange:
- Koridwen, car ça n'en avait pas l'air mais elle avait retenu son nom, te mêle pas de ce qui te regarde pas.

Et elle reprit sa route d'un pas très vif pour rejoindre les bâtiments. Espérant que l'autre ne la suivrait pas. Cela ne sembla pas être le cas puisqu'elle put atteindre la table des gryffondors sans encombre et s'asseoir aux côté de ses camarades pour débuter le repas.

Fin du RP pour ma part

Ennis O'Belt
2ème année RP
color=#741B47

Un début difficile  PV Koridwen Lysander 

"- Tiens, c'est cadeau." 

La Gryffondor, qui semblait être au bord de la crise de nerfs, la regarda d'un air surpris et ne comprit pas. Si ses yeux auraient étés des lames, ils auraient transpercé Koridwen de la tête au pieds. La Griffonne finit par lâcher du bout des lèvres :

"- Merci."

La jeune Serpentard commença à perdre patience car ; premièrement elle avait essayé d'être gentille, deuxièmement elle s'était fait avoir comme une débutante et troisièmement son dessin semblait agacer plus qu'autre chose la jeune fille en face d'elle. Kori grogna avant de lui répondre :

"- De rien, c'était pour me faire pardonner de t'avoir embêté."

La Gryffondor se leva, rassembla ses affaires et se dirigea vers le château, puis brusquement elle se retourna et lança ceci :

"- Koridwen, te mêle pas de ce qui te regarde pas."
Puis, elle tourna les talons et s'en alla complétement, la laissant là, les bras ballants.

Cette dernière fronça les sourcils en pensant ; "elle est pas nette celle là, peut être qu'elle est dérangée. Ça doit être parce que c'est une Gryffondor, oui, ils sont bizarres les Gryffondor".
Puis, déçue que sa fin de journée se soit passée de la sorte, elle ramassa ses affaires et prit le chemin pour aller au château, car son ventre gargouillait et que ses devoirs l'attendaient.

Je clôture ce RPG

"On peut trouver le bonheur même dans les moments les plus sombres... Il suffit de se souvenir d'allumer la lumière." A.D.