Parc

Inscription
Connexion

 RPG+  Grosse bestiole  privé 

fin Novembre


Les gens qui aimaient les créatures magique elle en avait croisé, et pas que les créatures magique d’ailleurs… Entre Elizabeth qui est une des plus grandes amies de la fillette et qui veut travailler avec ces bêtes là et Franz qui a une colonie de bestioles en tout genre et qui veut attraper des guêpes pour mascotte de l’équipe des frelons, elle était servie. Mais bon tout cela était assez drôle et surtout en chacune de ces personnes elle s’imaginait son père au même âge passionné par les mêmes bestioles étranges et incroyables. Il lui avait souvent parlé des fées et du lien qu’elles avaient avec l’école de beauxbattons celle où sont passés certaines membres de sa famille espagnole.

C’est vrai que ce n’était pas la passion de la fillette mais elle s’intéressait à tout et surtout que toutes ces histoires de bêtes magiques l’inspirait beaucoup pour ces dessins. Ce monde presque dépourvu de tout humain et rempli de créatures en tout genre souvent assez sombre déambulant dans un paysage détruit mais pourtant très bien organisé. Ouais assez étrange mais chacun son style hein. D’ailleurs elle sortait pour aller dessiner ce jour-là, elle aimait bien aller au parc pour dessiner, elle était au calme mais pas dans un silence parfait ce qui aidait à la rêverie et à l’imagination.

Mais elle fut quelque peu rétissante à l’idée de dessiner quand un vent froid vint la cueillir à sa sortie du château. La fillette frissonna quand celui-ci souleva ces cheveux pour se glisser le long de sa colonne vertébrale. Mais il en fallait plus pour cloitrer la fillette à l’intérieur de l’édifice de pierre. Elle avait besoin de sa dose d’air frais et même si celui-ci l’était un peu trop. Au final il lui avait mis une claque qui l’avait fait sortir de ces pensées et sans lui elle n’aurait pas pu voir ce qu’il se passait pourtant non loin d’elle. Il y avait là quelques quatrième ou troisième années, du moins plus vieux que la fillette qui s’exerçaient à la métamorphose.

La fillette restait en retrait ne voulant pas gêner mais observa la scène de loin. Ils étaient autour d’une statuette posée sur un banc. Aliénor pencha sa tête sur le côté pour ne rien rater du sort. Elle n’entendit pas l’incantation de celui-ci mais sous ces yeux la statuette se modifia pour laisser apparaitre un dragon. Un vrai dragon en chair et en os, bien plus petit que celui qu’elle avait pu voir lors du tournoi et avec un air moins menaçant, mais c’était tout de même incroyable.

Aliénor resta un moment sans bouger émerveillée par ce qu’elle voyait quoi que pas trop rassurée de voir un dragon dans le parc. Mais rapidement un des élèves retransforma le dragon en statue. Alors là, Aliénor devait absolument garder ça en mémoire ! Et quoi de mieux que de le retranscrire sur un dessin ? Elle n’y connaissait pas grand-chose en dragon, mais son imagination fit le reste. Certainement que ce dragon qu’elle dessinait, assise sur un banc serait handicapé s’il prenait vie. Mais bon elle s’en fichait pas mal. Son croquis prenait forme, un dragon en train de se transformer dans un nuage de fumée, ce n’était pas dingue du moins elle le trouvait très moche pour l’instant surtout par rapport à ce qu’elle venait de voir. Quand elle dessinait, elle ne faisait pas vraiment attention à ce qu’il pouvait se passer autour, un peu comme quand elle volait aussi. Aliénor souffla ce qui laissa s’échapper une fumée blanche de sa bouche. Elle la regarda s’évanouir doucement avant de poser son regard sur les gens dans le parc. Visiblement le petit tour des étudiants avait attiré du monde.
Dernière modification par Alienor Delphillia le 1 juin 2019, 18 h 47, modifié 1 fois.

Batteuse des Frelons
Ne me touchez pas je mors
Aliénor Delphillia 2ème année RP, Poufsouffle

 RPG+  Grosse bestiole  privé 

Bien qu'il faisait froid, Rey avait proposé à ses deux meilleurs amis de se balader un peu dans le parc en ce beau, mais au combien frisquet, dimanche après-midi. Emmitouflé dans sa cape rembourrée, il déambulait parmi les jeunes sorciers en parlant de tout et de rien. La semaine avait été plus ou moins étrange, un professeur avait manqué à l'appel, alimentant les rumeurs les plus folles et les discussions à ce sujet allait bon train. Le professeur en question n'était autre qu'Elina Montmort, et ex-coéquipier de cette dernière, Rey se sentait particulièrement concerné par cette soudaine disparition.

Alors qu'il répétait pour la énième fois que son absence n'était pas normale, son regard fut soudainement attiré par un attroupement au centre duquel se trouvait quelque chose qui battait des ailes. Rey plissa des yeux pour mieux voir et fut stupéfait. Il avait suffisamment lu de bouquin à leur sujet pour les reconnaître dans n'importe quelle circonstance. Un petit dragon volait sans complexe au centre d'un attroupement de jeunes sorciers.

Un dragon ?! Dans le parc ? Les chinois seraient-ils revenus ? Qiong. Sans penser à prévenir ses amis, le rouquin se précipita, le cœur battant la chamade. Il joua des coudes pour réussir à se faufiler au premier. Lorsque le dragon prit la forme d'une statuette sous l'injonction d'un sortilège, il comprit qu'il venait de se faire avoir. Aucun chinois n'était revenu. La déception pointa immédiatement son nez, très vite remplacée par la curiosité et l'admiration. La métamorphose réalisée était génial. Il fallait absolument qu'il apprenne ce tour ! Mais il voulait apprendre seul, aussi s'éloigna t-il. Il connaissait le sort dont il avait besoin, restait à présent à réussir à l'appliquer pour parvenir à donner vie à cette fabuleuse créature qu'était un dragon. 

Tandis qu'il marchait en direction de ses deux amis qui avaient continué leur balade, trop habitués à voir Rey se précipiter à droite à gauche au gré de ses envies, il aperçut Aliénor assise sur un banc, un carnet et un crayon à la main. Cette dernière regardait dans sa direction. Il décida d'aller la voir, curieux de ce qu'elle faisait. Leur relation avait eu des débuts difficiles, la fillette défiant son autorité durant leurs entraînements de Quidditch, mais depuis leur discussion une semaine auparavant, les tensions s'étaient apaisées. Pour preuve, l'entraînement de la veille s'était particulièrement bien déroulé.

Arrivé à sa hauteur, il jeta un coup d’œil sur la page noircit au crayon. Il reconnut sans peine les traits d'un dragon, créature phare du moment. Un sourire étira ses lèvres. Il s'était peut-être trouvé un point commun avec la fillette.

- Pas mal du tout, lui dit-il en désignant le dessin du doigt. Au début je pensai que c'était moi que tu avais dessiné mais c'est vrai qu'un dragon, c'est quand même mieux, ajouta t-il sur le ton de la plaisanterie. Je peux voir ? demanda-t-il en tendant la main.

Capitaine et Poursuiveur des Frelons - 2eme année RP
Membre raisonnable de l'A.C.D.C.
*Le souffle des poufsouffles jamais ne s'étouffe*

 RPG+  Grosse bestiole  privé 

Elle ne savait pas vraiment si c’était le but recherché par ces élèves plus âgés que d’ameuté la moitié du parc, mais c’était plutôt réussi. Ils avaient maintenant un fan club autour d’eux et quelques pimbêches se dandinant d’un pied sur l’autre en faisant jouer leurs cheveux. Pitoyable pensa Aliénor qui laissa ces yeux retomber sur son dessin, le cahier toujours ouvert sur ces genoux. Elle sursauta presque quand une voix familière la sortie de sa rêverie et de ces analyses sociales. Elle avala trop d’air froid d’un coup ce qui la fit grimacer avant qu’elle ne croise le regard de Rey. Elle sourit en écoutant le garçon. Recevoir des compliments sur son œuvre est toujours agréable, mais elle, elle n’était pas vraiment fière d’elle sur ce coup-là. Elle ne put cependant retenir un léger rire en s’imaginant en train de dessiner des gens. Ce n’était pas vraiment son style, les visages avaient toujours des traits étranges sous son crayon les rendant animal. En plus, dans le monde qu’elle dessine, l’homme serait la pire des créatures. Elle préférait les animaux ou même des créatures créées de toutes pièces. Les seuls humains représentés dans ce carnet étaient les joueurs de Quidditch qu’elle aimait représenter en action. Mais il n’y en avait que très peu.

-Je ne dessine pas les humains. Même si c’était le cas, je ne te choisirais pas en modèle.

Elle planta son regard dans celui de son camarade un sourire en coin sur les lèvres. Elle ne pouvait plus vivre sans cette petite insolence et ces piques incessantes. Déjà parce que ça la faisait beaucoup rire et ensuite parce que ça pouvait la sortir de plusieurs situations. Arme utile qu’es la parole, plus tranchante que l’épée de Gryffondor et plus douce qu’une chocogrenouille. Grand pouvoir les mots.

Son regard retomba sur son carnet et elle haussa les épaules avant de le poser dans la main tendue de Rey. Elle n’avait pas vraiment honte de montrer ces dessins. C’était une partie d’elle-même certes, mais si elle ne donnait pas d’explications, ils ne montraient qu’un monde comme une autre où règnent créatures étranges dans des villes détruites où des forêts sauvages. Si la plus part du temps ils avaient un secret caché pour la fillette, il était impossible pour les autres de le voir, sauf peut-être si vous la connaissez extrêmement bien.

-Il n’est pas génial… Et puis c’est bien plus impressionnant en vrai.

Son père avait frôlé la crise cardiaque quand elle lui avait dit du haut de ses douze ans qu’elle avait déjà eu la chance de voir des dragons. Que ce soit lors de l’arrivée des chinois, ou lors de l’épreuve ou plus récemment ici dans ce parc avec ce sort. Elle ne savait pas de quel sort il s’agissait mais vu l’âge des élèves, ils allaient l’apprendre l’année prochaine. Cette école était vraiment étrange, faire faire apparaitre des dragons à des enfants ? Du génie.

Batteuse des Frelons
Ne me touchez pas je mors
Aliénor Delphillia 2ème année RP, Poufsouffle

 RPG+  Grosse bestiole  privé 

La pique d'Aliénor accentua son sourire. Il s'attendait à ce genre de réponse. Ne l'aurait-elle pas fait qu'il se serait inquiété de sa santé. C'était sa façon d'être après tout et Rey l'appréciait aussi pour ça. Elle avait notamment besoin de ce caractère bien trempé pour ne pas se laisser marcher dessus pendant les entraînements. Etre uniquement avec des garçons, ça ne devait pas être de tout repos pour elle. Le garçon supposait qu'elle voulait montrer qu'elle n'avait rien à leur envier et elle avait raison.

Lorsqu'elle lui tendit son carnet, Rey le saisit délicatement dans sa main avant de la porter devant ses yeux. Il contempla la créature à laquelle elle avait donné vie sur ce petit rectangle de papier. Il avait quelques défauts de réalisme mais le dessin dans l'ensemble était très beau. La fillette avait un sacré coup de crayon. Le garçon s'en étonna. Il avait beaucoup de mal à faire coller la joueuse de Quidditch toujours prête à en découdre avec la dessinatrice patiente et appliqué. Aliénor était comme deux faces d'une même pièce. Un peu comme ses yeux vairons. La génétique n'avait pas su choisir, alors elle lui avait tout donné.

- Je le trouve beau dit-il en lui rendant son carnet, puis il se tourna à demi vers le groupe qui avait fait apparaître le dragon et son esprit s'envola vers ceux, gigantesques, qui les avaient quitté le mois précédent. Oui c'est sûr, le dragon blanc du Laos et l'Azuré étaient vraiment impressionnant, confirma-t-il.

Il se retint de mentionner les chinois qui les accompagnaient de peur de raviver la peine de leur départ et s'assit à côté d'Alienor.

- Tu devrais lui rallonger la queue. Là, elle est trop courte, ton dragon ne tiendra pas debout ni ne pourra voler si j'essaye de lui donner vie. 

Il répondit par un clin d’œil au regard surpris d'Alienor. Lorsqu'il avait une idée en tête, il s'y tenait jusqu'au bout. Et le dessin de la fillette pourrait l'aider à atteindre son but.

Capitaine et Poursuiveur des Frelons - 2eme année RP
Membre raisonnable de l'A.C.D.C.
*Le souffle des poufsouffles jamais ne s'étouffe*

 RPG+  Grosse bestiole  privé 

Elle tendit la main vers son carnet qu’on lui rendait. C’était toujours agréable de recevoir des compliments, mais elle ne savait pas quoi en faire. Elle sourit timidement, son regard retombant sur son carnet usé. Elle en avait rempli une bonne partie cette année et en avait distribué aussi une bonne partie. Ces dons successifs n’aidaient pas ce carnet à avoir une tête normale. Elle allait devoir en acheter un autre si elle continuait comme ça. Elle passa doucement ses mains sur le cuir observant toujours son dessin qui ne la satisfaisait pas pour elle ne savait quelle raison.

Elle ne se rendit même pas compte que Rey s’installa à ces côtés. Elle fut surprise de sa remarque et redressa la tête d’un coup en ouvrant de grands yeux. Il avait l’air de s’y connaitre et elle ne s’attendait pas à ça. A vrai dire elle ne savait pas grand-chose sur son capitaine, mis à part son tempérament au Quidditch et ce qu’elle voyait de temps en temps en cours ou en salle commune. Mais rien de très personnel. A vrai dire, au Quidditch, il devait mettre son masque de capitaine et essayer de gérer tout le monde et en dehors… Aliénor n’avait jamais eu de grandes discutions avec lui. Mais elle l’appréciait en tant que joueur donc il n’y avait pas de raisons pour qu’elle ne l’apprécie pas en dehors.
Ses yeux se reposèrent sur le dessin.

-Je n’espère pas lui donner vie, je doute qu’il reste en vie longtemps… Mais tu as l’œil, j’arrivais pas à voir ce qu’il n’allait pas.

Aliénor pris un temps de pause faisant tourner son crayon entre ses doigts. Elle avait aquis une certaine dextérité avec ses doigts, ne supportant pas rester assise sans rien faire ou debout enfin peu importe, elle devait faire quelque chose de ces mains et la plus part du temps, elle jouait avec son crayon ou sa baguette. Puis elle releva les yeux vers son camarade, essayant de savoir ce qu’il se passait dans cette tête. Elle aimerait bien en savoir plus sur lui, c’est dommage de côtoyer quelqu’un si souvent et de le connaitre si peu.

-On a eu la chance d’en voir, mon père a failli faire une crise cardiaque quand je lui ai dit.

Elle sourit en repensant à la réaction de son père. Lui si passionné de bestioles magiques, il ne pensait pas qu’elle aurait la chance de voir ce genre de créatures à 12 ans. Elle savait bien qu’elle n’aurait pas la chance d’en revoir d’aussi tôt même jamais. Enfin sauf peut-être l’année prochaine quand on lui apprendra ce sortilège qu’ils ont fait il y a quelques minutes. Mais ce n’était pas pareil. Cette tension qu’elle avait ressentie en voyant ce dragon dans l’arène c’était incroyable. Des grosses bestioles capables de cracher du feu et de vous manger le bras sans faire le moindre effort. Ça c’était de la force…

Batteuse des Frelons
Ne me touchez pas je mors
Aliénor Delphillia 2ème année RP, Poufsouffle

 RPG+  Grosse bestiole  privé 

-Je n’espère pas lui donner vie, je doute qu’il reste en vie longtemps…
- Hmmm ça, ça dépendra du temps que je tiendrai, marmonna-t-il plus pour lui-même que pour la fillette, ignorant complètement sa retenue quant à faire "vivre" la créature fantasque. Un détail. C'est lui qui le ferait de toute façon.
- Mais tu as l’œil, j’arrivais pas à voir ce qu’il n’allait pas.
- Y'a pas de quoi ! Dit-il avec un sourire amusé quand bien même la poufsouffle ne l'avait pas directement remercié.

Puis Rey se mit à réfléchir à tout ce qu'il lui faudrait pour réussir sa métamorphose. Outre un bon dessin, il avait besoin d'une statuette. Mais il avait lu dans le livre d'Eliott qu'il était plus facile d'utiliser une statuette représentant un dragon, même imparfaite, que tout autre représentation. C'était logique d'ailleurs, il pourrait mieux visualiser la créature finale ainsi. La question maintenant était de savoir comment il allait se procurer un tel objet. Il aurait pu envoyer un hibou à son grand-père. Dommage que ce dernier était moldu et ne connaissait pas l'existence des sorciers... A son père peut-être ? Non. Il n'avait pas vraiment le temps et savait-il au moins à quoi ressemblait un dragon ?

Il ne voyait qu'une seule autre personne. La prof' de métamorphose. Mais le garçon n'était pas du tout certain qu'elle accepterait.

- On a eu la chance d’en voir, mon père a failli faire une crise cardiaque quand je lui ai dit.

Rey eut un moment de latence avant de se rendre compte qu'Aliénor s'adressait à lui.
- Hein ? Euh...Oui, d'la chance, répondit-il machinalement. Lorsque l'ensemble des informations monta jusque son cerveau, il ajouta : Ma mère veut pas que j'en parle au mien. Elle dit que ça le ferait flipper. 

Arilde Sifferlen lui avait catégoriquement interdit de parler de la bataille de Poudlard, des dragons,  des chinois et de tout le reste devant son père. "Il risquerait d'avoir peur", lui avait-elle dit. Au début, Rey pensait qu'elle mentait, que c'était elle qui avait peur au fond. Mais finalement, il avait eut la confirmation qu'elle disait vrai par la soudaine froideur de son père à son égard. Le rouquin en était certain, il avait peur de lui. Avec Drian maintenant à Poudlard, les choses allaient peut-être même empirées.

Que n'aurait-il pas donner pour partager tout ce qu'il vivait avec le sien. Sa mère s'en fichait, elle l'écoutait à peine. Meerah et Drian étaient un excellent auditoire, s'exclamant pour tout et rien. Enfin surtout Meerah. Mais ce qu'il aurait vraiment eu besoin l'année dernière, c'était quelqu’un pour le rassurer. Lui dire que tout allait bien se passer. Que Poudlard était sûr. Que Qiong était son premier amour mais pas son dernier et que c'était normal qu'il soit triste qu'elle parte. Comme il faisait avant. Avant la magie.

- Il a paniqué ? demanda-t-il tout à trac, je veux dire ton père, crut-il bon d'ajouter. Il a fait quoi ?

Capitaine et Poursuiveur des Frelons - 2eme année RP
Membre raisonnable de l'A.C.D.C.
*Le souffle des poufsouffles jamais ne s'étouffe*

 RPG+  Grosse bestiole  privé 

Le temps semblait s’être arrêté pour Rey qui était dans ces pensées alors que la fillette se décida à refaire courir son crayon sur le papier. Elle ne se formalisait pas des pertes de pensées. Elle-même se perdant souvent dans on monde. Elle s’attela à sa nouvelle tâche d’agrandir la queue de son dragon. Elle tourna cependant la tête de ses quelques trais quand le garçon évoqua sa mère et ces parents en général. La fillette avait de la chance de vivre dans une maison où tous étaient plus ou moins au courant de la magie. Son père étant sorcier et sa mère ayant eu connaissance de ce monde via son frère. Du coup, lorsqu’elle commençait à raconter avec entrain ce qu’il se passait au château elle n’était pas brimée. Mais malheureusement ce n’était pas le cas pour tous.

Suite à la question de Rey, Aliénor haussa les épaules en laissant ses yeux retomber sur son dessin. Elle continua à dessiner alors qu’elle se remémorait la réaction de son père.

-Ben il était surtout surpris puis inquiet que je tombe sur des dragons à l’école. Mais quand je lui ai expliqué que c’était dû à l’arrivée de la délégation chinoise il s’est calmé. Je crois qu’il était un peu jaloux que j’ai la chance d’en voir si jeune.

Elle pencha la tête sur le côté en essayant de faire quelque chose de correct sur le papier mais comme d’habitude, le dessin ne prenait pas vraiment la direction qui était de base dans son esprit. Parler de son père la replongeait dans les bons moments qu’elle passait avec lui. Si jamais elle devait lui cacher des choses, à lui où à sa mère, elle le vivrait très mal. Des chaines commençaient à se dessiner autour de la bête sur le dessin. De grosses chaines en métal enfin, ça pouvait s’en apparenter.

-Il a l’habitude de voir toutes sortes de bestioles magiques. Mais il n’a pas souvent affaire à des dragons, je ne sais même pas s’il en a déjà vu de près.

C’est vrai que les animaux du monde sorcier n’étaient pas la plus grande passion de la fillette. En fait elle ne connaissait ces créatures que par les histoires de son père qui essayait en vain de lui transmettre sa passion.

-Ma mère a eu un peu plus de mal, mais mon père lui a tout expliqué du coup elle s’est fait à l’idée que je pourrais rencontrer des dragons. C’est dingue hein, de dire ça normalement alors que les moldus nous prendraient pour des fous.

Ce contraste entre les deux mondes était saisissant et Aliénor avait du mal à voir la limite. Tout semblait les écarter et pourtant ils étaient si liés. Mais comment les sorciers font-ils pour cacher des bêtes si énormes ? La magie est folle et la fillette est loin d’en connaitre tous les angles.
Elle redressa la tête de son dessin ou le dragon se battait avec ses chaines pour on ne sait quelle raison. C’est son esprit, ses pensées qui s’impriment sur le dessin, comme un exutoire, elle en a besoin mais ne comprend pas toujours ce qu’il en retourne.

-Tu ne peux pas parler de tout ce qu’il se passe ici avec ton père c’est ça ?

L’art de mettre les pieds dans le plat par Aliénor Delphillia. Un exercice longtemps pratiqué et amélioré pour en arriver à ce stade de pourrissage d’ambiance. Mais pour l’instant, c’était le moyen le plus efficace pour elle d’avoir de vraies réponses à ces questions.

Batteuse des Frelons
Ne me touchez pas je mors
Aliénor Delphillia 2ème année RP, Poufsouffle

 RPG+  Grosse bestiole  privé 

Le regard dans le vide, Rey se plaisait à écouter les histoires familiales d'Aliénor. Elles semblaient si naturelles, si authentiques qu'il s'imaginait aisément les scènes. Il ne connaissait pas ça chez lui, du moins avec ses parents. Quelque chose sonnait faux. Un père jalousant sa fille au sujet de dragons devait être très amusant, il aurait aimé être une petite souris pour voir ça. Tout en dessinant, elle lui expliquait les réactions de chacun de ses parents et le rouquin apprécia d'en apprendre plus sur elle le plus simplement du monde.

"C’est dingue hein, de dire ça normalement alors que les moldus nous prendraient pour des fous."

Prendre pour des fous. Peut-être qu'était-ce que sa mère craignait au fond ? Que le père de ses enfants finissent par les prendre pour des fous ? Possible... Cette idée était néanmoins bien trop dérangeante pour que Rey la garde à l'esprit. Il ne voulait pas y penser. Aliénor ne l'entendit cependant pas de cette oreille et mit les pieds dans le plat. Le rouquin ne savait pas s'il avait vraiment envie de se confier à elle. Certes, ils étaient à présent dans la même équipe et il se devait de lui faire confiance pour assurer son poste. Mais assis sur ce banc, la confiance prenait une autre forme.

Tandis que la réserve le faisait hésiter à se dévoiler un peu plus, le garçon jeta un coup d’œil au dessin de la poufsouffle dans l'espoir d'y trouver une certaine inspiration. Il fut alors surpris de contempler autour du dragon des chaînes qui l'empêcheraient à jamais de voler. Une vive envie de gommer et de faire disparaître ces entraves qui bridaient la bête le prit mais il se retint. Il n'avait aucune envie de se retrouver avec un crayon planté dans la main. Quand bien même il trouvait tout ceci frustrant pour un raison qui lui échappait. Il n'aimait pas voir cette puissante créature dans cette situation, il détestait ça.

- Ces chaînes, ça gâche tout, grommela-t-il en esquivant sa question.

Il étendit ses jambes devant lui et balança sa tête en arrière pour regarder passer les cumulus au dessus de sa tête. Il pensa à son père, à sa mère, à sa famille qui avait du mal à en être une parfois.

- A ce qu'il parait, finit-il par dire en réponse à son interrogation. Il savait que ce n'était pas suffisant. Qu'elle poserait d'autres questions, maintenant ou plus tard peut-être. Ou qu'elle se vexerait du peu qu'il lui donnait. Il sait pour la magie et tout. Mais on dirait, fin je crois, que tout ça lui fait peur. L'école, les sorciers,... crut-il bon d'ajouter avec un haussement d'épaules. "Et MOI", cria une voix dans sa tête. Il ne voulait pas le dire à haute voix, il ne voulait pas y croire. Le prononcer aurait rendu la chose plus réelle. Voilà pourquoi il n'avait encore parler de ça à personne, pas même à Eliott et Kiara.

- Pourtant il aime ma mère, et c'est une sorcière ! T'y comprends quelque chose toi, aux adultes ? lui demanda-t-il d'un ton où l'exaspération perçait.

Capitaine et Poursuiveur des Frelons - 2eme année RP
Membre raisonnable de l'A.C.D.C.
*Le souffle des poufsouffles jamais ne s'étouffe*

 RPG+  Grosse bestiole  privé 

Aliénor regarda son interlocuteur du moment quand celui-ci exprima son avis sur le dessin de la fillette. Elle ne s’attendait pas vraiment à ça. Certes, elle ne faisait pas ses dessins pour qu’ils plaisent aux autres, mais surtout pour se détendre, s’aérer l’esprit et parce que se plonger dans son monde était un bonheur extrême. Son regard retomba sur son dessin et elle fronça les sourcils un instant en le regardant essayant de savoir ce qui n’allait pas. Puis elle fit la moue en haussant les épaules, tant pis. Et puis en soi ça n’avait pas grande importance, elle fait un nombre incalculable de dessins dans son carnet et si elle devait compter tous ceux qui étaient raté, elle n’en finirait pas.

Son attention retrouva le garçon assit à ses côté. Il regardait le ciel sans répondre à sa question. Forcément elle était déçue de ne pas avoir de réponse direct, mais c’était totalement normal. Sauter à pied joint dans la vie de quelqu’un n’était pas agréable, certainement. Jamais personne n’avait posé ce genre de question direct à la fillette mais elle ne savait pas comment elle le prendrait.
Mais alors qu’elle ne s’y attendait pas, Rey ouvrit la bouche pour répondre quelque chose. La fillette se redressa pour l’couter alors que celui-ci envoya deux mots. Deux mots, c’est tout. Elle pencha la tête sur le côté en fixant le profil de son capitaine. Elle ne s’attendait pas vraiment à ça mais au moins il ne c’était pas renfermé comme une huitre.

Elle détourna les yeux pour les reposer sur le parc bien plus calme qu’après la démonstration de magie d’il y a quelques minutes.

Elle ne voulait pas forcer les gens à parler et le silence ne la dérangeait pas. Mais Rey enchaina sans crier gare. La peur. En voilà un sentiment bien étrange qui pouvait faire faire n’importe quoi. Un peu comme l’amour, à savoir lequel est le plus fort. Mais les deux insupportaient la fillette. Elle n’aimait pas perdre le contrôle même si bien souvent elle avait peur pour des choses puériles et stupides. Ah… Aliénor et ses aprioris.

-Non, j’ai jamais rien compris aux adultes.

Aliénor aimait bien les choses simples et franches et malheureusement un adulte, c’était souvent complexe et entremêlés entre un passé et un avenir incertain. Ils réfléchissent beaucoup trop et ont beaucoup trop de choses à gérer. Aliénor souffla comme si penser comme un adulte la fatiguait.

-Ils ont pleins de problèmes tout le temps et ils réfléchissent tout le temps aussi. Beaucoup trop fatiguant pour que je les comprenne.

Elle prit une grande inspiration avant de sourire tendrement en regardant dans le vide devant elle. Elle aimait profondément ses parents et elle ne pouvait certainement rien faire sans eux.

-Mais ils sont quand même trop forts et ils nous protègent et ça, c’est cool. Même si un dragon ça protègerait encore plus !


Allez savoir ce qu’il se passait dans la tête d’Aliénor parfois… Mais elle était en train de s’imaginer avec un immense dragon domestique dans son jardin à qui elle enverrait des steaks bien cuit tous les matins par la fenêtre. Même si cela restait utopique te totalement infaisable, ça faisait rire la fillette mentalement ce qui ressortait physiquement par un grand sourire.

Batteuse des Frelons
Ne me touchez pas je mors
Aliénor Delphillia 2ème année RP, Poufsouffle

 RPG+  Grosse bestiole  privé 

Rey laissa échapper un "AH !" satisfait et convaincu quand la fillette confirma ce qu'il pensait. Incompréhensible ces adultes ! Les adultes, ça réfléchissaient beaucoup trop pour rien. Aliénor avait raison et il appuya ses dires d'un hochement de tête vigoureux. Si son père arrêtait de réfléchir, il aurait peut-être moins peur et serait plus logique. La magie n'avait rien d'effrayant en fin de compte. Il se prenait probablement la tête avec des questions inutiles au lieu de se poser les bonnes. Comment un balai pouvait-il bien voler par exemple ? N'était-ce pas une invention fantastique ? Du moins, il pourrait se le demander quand le garçon lui aurait dit que les balais volaient, cela allait de soi.

Le poufsouffle observa avec surprise le sourire tendre étirer les lèvres de sa vis-à-vis. Il ne l'avait encore jamais vu avec une telle expression et ne pensait pas voir un jour de le tendresse animer les traits de la fillette. A 12 ans, elle avait déjà une telle réputation de dure à cuir qu'il avait largement séparé Aliénor et toutes formes de bons sentiments de ce genre. Il fut content qu'elle lui démontre le contraire. En plus, ça la rendait vraiment jolie. 

"Mais ils sont quand même trop forts et ils nous protègent et ça, c’est cool. Même si un dragon ça protègerait encore plus !"

Rey fit une moue dubitatrice. Il était beaucoup moins d'accord avec ça. De quoi ses parents pourraient bien le protéger ? Ils n'étaient pas souvent là. De la faim à la limite. De la pluie aussi quand son père venait le chercher à l'école moldu entre deux interventions aux urgence. Mais le reste du temps, il se débrouillait tout seul ou alors il allait chez ses grand-parents. Forts, ils l'étaient peut-être. Il ne les avait jamais vu à l'oeuvre mais qui sait ? Maman était forte pour détourner les questions, Papa était fort pour disparaître en plein milieu des repas. Aucun doute là-dessus par contre. Le rouquin devait bien l'admettre : il leur en voulait. Et si son père avait échappé jusque là à la colère du poufsouffle, sa récente distance venait de réduire en cendre son statut de héros des moldus. Tanpis pour lui.

- Tu penses pas que ton dragon te boufferait au lieu de te protéger ? Ça aime la chaire fraîche de ce que je sais, dit-il d'un air de conspirateur pour partir sur un sujet moins déprimant que ses parents.

Il mentait bien sûr, toutes les espèces de dragon n'avaient pas le même régime alimentaire. Ils n'étaient même pas tous dangereux pour les humains. Il le savait parce qu'il l'avait lu dans le livre "Dragons de Grande-Bretagne et d'Irlande".

- Mais à part ça, c'est sûr que ça serait vraiment cool d'en avoir un ! Même un tout petit. C'est tout de même mieux qu'un chat ! s'exclama-t-il. A ces mots, il se raidit et jeta vivement un coup d’œil derrière lui au cas où le dit animal qui portait le doux nom d'Athéna n'était pas dans son dos pour lui sauter dessus. Rien. Il souffla de soulagement.

- C'est bien pour ça que je vais réussir cette métamorphose. Mais bon, je pensai utiliser ton dessin pour m'aider dans la visualisation mais avec ces chaînes, impossible. Pourquoi d'ailleurs ? demanda-t-il tout à fait curieux. Oui, pourquoi avait-elle dessiné ça ?

Capitaine et Poursuiveur des Frelons - 2eme année RP
Membre raisonnable de l'A.C.D.C.
*Le souffle des poufsouffles jamais ne s'étouffe*

 RPG+  Grosse bestiole  privé 

La voix de Rey la sortie de sa rêverie tel un mur dressé en pleine course de balai. Elle se redressa et laissa échapper un « Oh » de surprise. Non elle n’y avait pas pensé. Elle ne savait pas grand-chose des dragons, mais une image lui revint immédiatement en tête. Cette épreuve où Qiong avait présenté son bras au dragon face à elles. Aliénor en avait eu des frissons et trouvait ça très étrange d’accepter de perdre un membre pour gagner un œuf. Elle ne le ferait certainement pas, mais bon.

Mais la fillette sourit quand Rey approuva son idée de dragon domestique, un petit c’est bien, un petit dragon qui se pose sur ta tête. Ça évite les soucis au moins, plus personne pour t’embêter, même si Aliénor ne se faisait pas vraiment embêter. Et puis ça doit réchauffer ce genre de bestioles. Elle observa le garçon se retourner pour observer ce qu’il y avait derrière. Intriguée, elle fit de même mais rien n’accrocha son regard, il n’y avait rien d’anormal alors pourquoi il se retournait comme ça ? Aliénor haussa les sourcils en même temps que ses épaules et regarda de nouveau Rey. Celui-ci enchaina sans crier gare sur un tout autre sujet qu’était ce sortilège auquel elle avait pu assister en arrivant. Il voulait la réussir, sans même qu’un enseignant lui enseigne comment faire ? Aliénor s’amusait parfois à ce genre d’exercices, mais c’était toujours un échec cuisant. La magie de la fillette était au moins aussi chiante qu’elle. Impulsive et têtue.

Puis, son dessin ? Son regard retomba sur celui-ci. Pourquoi avait-elle dessiné des chaines ? Généralement ses dessins traduisent ses pensées, ses états d’âmes ou ses réflexions. C’est assez intime mais bien plus sécurisé qu’un journal intime écrit. Il était très complexe de savoir à quoi elle pensait quand elle dessinait tout avait un sens mais il était différent pour chacun.

-Je… Tu sais, je ne réfléchis pas vraiment quand je dessine, je fais comme ça vient.

Elle porta son crayon devant son visage et tapota doucement sa lèvre inférieure avec le crayon qu’il y avait au bout. Elle ne montre aux gens que ce qu’elle veut bien qu’ils voient, mais une grande partie d’elle-même est cachée dans ses dessins. Elle n’avait pas encore la force pour laisser quelqu’un entrer dans ce monde-là, dans son monde. Elle en donne des fragments mais personne n’y est invité.

-La discussion a du influencer mon dessin, mais tu sais…

Elle ne savait pas vraiment quoi dire, elle savait bien ce qui avait inspiré ces chaines, les mots de son capitaine trainaient encore dans sa tête. Cette fracture avec son père qui prendrait peur s’il connaissait une partie de ce qu’est Rey. Enfin, ça ne restait qu’une interprétation totalement arbitraire, elle ne savait pas si c’était vrai ou faux.

-Mes pensées sont un sac de nœud sans grande valeur.


Elle soustrait son regard au dessin qui happait étrangement sa vue pour reposer ses yeux bicolores sur le rouquin. Elle lui sourit sans en dire plus. Aliénor savait bien qu’essayer de percer de force les mystères des autres n’apportaient pas grand-chose de bon. La relation entre elle et son capitaine était encore fragile, entre le rôle qu’il devait tenir, l’autorité qu’il pouvait exercer sur elle et cette amitié naissante, Aliénor ne voulait pas tout briser à coup de pieds comme elle savait si bien le faire. Et puis elle se trompait peut-être totalement ce qui nous fournirait une excellente situation gênante.

Batteuse des Frelons
Ne me touchez pas je mors
Aliénor Delphillia 2ème année RP, Poufsouffle

 RPG+  Grosse bestiole  privé 

Le dessin, selon ce qu'il comprenait des paroles d'Aliénor, c'était un peu comme le quidditch. Il fallait se laisser porter par son instinct en grande partie et plus on s'entraînait, plus les figures et actions s'enchaînaient facilement et sans même y penser. Pour arriver à un tel résultat, Rey se demandait depuis combien de temps la fillette dessinait. Peut-être lui poserait-il la question quand il aurait la réponse sur le mystère qu'il avait sous ses yeux. Il avait beau le tourner dans sa tête dans tous les sens, il ne comprenait pas. Sa perplexité augmenta lorsqu'elle lui révéla que leur discussion l'avait influencé mais il n'eut pas le temps d'y réfléchir plus que ça, la poufsouffle venait de dire un truc qui l'agaça et le fit soupirer bruyamment. 

- C'est bien un truc de fille ça ! S'exclama-t-il en abandonnant le dessin des yeux pour la fixer. Toujours à dire, "c'pas important", "sans valeur", blablabla. En vrai, c'pour qu'on vous dise le contraire c'est ça ? Ou parc'que vous préférez ne rien dire ? Si tes pensées étaient sans valeur, tu t'embêterais pas à les dessiner, non ?

Non mais ! Comme c'était frustrant d'entendre toujours ce genre de chose. N'y avait-il pas une fille en ce monde qui était sûr d'elle ? Ah si, il y avait Brenda... Mais voilà, c'était Brenda. Et sa petite sœur, ça oui, elle était bien sûr d'elle la fripouille. Rey savait déjà qu'Aliénor avait des problèmes de confiance en elle, il l'avait bien vu lors de leur mise au point deux semaines auparavant, mais à ce point ? Il n'y croyait pas. Elle ne voulait peut-être juste pas lui expliquer et s'était trouvée une feinte. Il préférait cette version de l'histoire.

- Un vrai sac de nœud, ça c'est sûr dit-il adoucis. Bon comme tu ne veux rien me dire et que je suis franchement nul en sens caché, c'est plutôt le truc de mon frère ça, on va dire que cela restera un mystère. Et puis, sérieux Ali.... Ais plus confiance en toi, ajouta-t-il en lui mettant une pichenette sur le front. 

Il avait le vague souvenir que le même geste lui avait déplu et qu'elle l'avait même menacé la dernière fois qu'il lui en avait fait une. Il lui fit alors un sourire pleins de malice. "Qu'est ce que tu vas faire maintenant ?" lui disait-il sans prononcer la moindre parole. Le garçon ne mâchait que rarement ses mots et préférait, la plupart du temps, dire les choses telles qu'elles étaient réellement. Il n'avait pas envie de prendre des pincettes avec Aliénor mais il ne voulait pas la blesser non plus. Au fond, pourtant, il sentait qu'elle était quelqu'un d’extrêmement forte. Elle était foutrement têtue et avait une certaine audace. Il ne lui suffisait que d'une étincelle pour y croire elle-même. Peut-être serait-il cette étincelle ? 

Capitaine et Poursuiveur des Frelons - 2eme année RP
Membre raisonnable de l'A.C.D.C.
*Le souffle des poufsouffles jamais ne s'étouffe*

 RPG+  Grosse bestiole  privé 

Aliénor arqua un sourcil à l’exclamation de Rey. Un truc de fille ? Non, Aliénor ne voulait pas spécialement entendre le contraire, elle ne voulait juste pas se planter en beauté. Son imagination fait toujours des merveilles sur ce qui est de la compréhension de ce monde qui l’entoure. Elle finit toujours avec des théories qui sont à mille lieux de ce qui est vrai. Et puis dessiner, ça l’aidait à s’évader, que ses pensées se mettent dedans était une chose, mais parfois c’était réellement sans valeur. Elle pensait juste à un sortilège capable de faire bouger les nuages à sa guise et voilà qu’elle dessinait une bestiole qui manipulait les nuages avec de grands fils comme un marionnettiste de la météo. Ca n’avait bien aucune valeur et pourtant elle le dessinait. Elle haussa les épaules sans grande conviction.

Son regard dériva encore sur son dessin, elle n’allait pas lui dire clairement, je pense jusque que « t’es bridé par tes parents parce qu’ils t’empêchent de t’exprimer librement sur ce qu’il t’anime ». Si elle avait faut, et même si c’était vrai, il pourrait très bien l’envoyer bouler, c’est ce qu’elle ferait, elle si on lui disait un truc pareil. Elle ne voulait pas se retrouver en conflit avec son camarade de classe et de surcroît son coéquipier. Alors elle préférait juste éviter les conneries. Parce que ça, elle en disait beaucoup des conneries et elle en faisait un tas aussi. Surtout avec son fichu caractère. Alors si pour une fois elle pouvait éviter, elle le ferait. Et puis en soit, un manque de confiance en soi… Tout le monde doute, c’est évident, on n’est jamais à l’abri d’une erreur non ? Une boulette est si vite arrivée.

Mais alors qu’elle réfléchissait à la question, Rey la sortie de sa pensée avec une pichenette sur le front. Aliénor se redressa et laissa échapper un « Aïe » qui tendait vers l’aigue. Elle massa son front un instant en refermant son carnet pour le poser sur le banc. Et il souriait, mais quel insolent ! Aliénor fronça les sourcils avant de lui envoyer un coup de poing dans l’épaule. Pas assez fort pour faire vraiment mal, mais assez pour obtenir une réaction. Elle s’éloigna aussitôt de Rey se plaçant à l’autre bout du banc en glissant. Elle lui rendit son sourire alors que sa main s’appuyait sur le côté pour pouvoir bondir hors du banc s’il estimait que sa frappe était une vengeance un peu trop lourde et qu’elle méritait de se prendre une autre pichenette. Aliénor pointa un doigt en direction de son camarade.

-C’est pas faute d’avoir prévenu ! Et puis c’est pas à coup de pichenette qu’on démêle un sac de nœuds.

Son ton se voulait autoritaire, mais son sourire trahissait son amusement de cette situation. Au moins elle n’avait pas à expliquer ses pensées extravagantes. Rey lui avait peut-être ouvert une échappatoire de choix et elle comptait bien en profiter et si en plus ça pouvait la distraire, c’était parfait. Elle tira la langue à son capitaine après cette tirade peu convaincante toujours prête à sauter et à courir à la moindre réaction offensive du garçon. Autant anticiper toutes les possibilités.

Batteuse des Frelons
Ne me touchez pas je mors
Aliénor Delphillia 2ème année RP, Poufsouffle

 RPG+  Grosse bestiole  privé 

Le "Aïe" peu digne de la poufsouffle fit rire le garçon. La réaction d'Alienor ne se fit pas attendre, elle lui mit un coup de poing dans l'épaule, coup qu'il aurait qualifié d'amicale, avant de s'enfuir à l'autre bout du banc. Pas de quoi secouer un grapcorn.

- Aïe, fit-il sans aucune conviction pour se moquer de la fillette.

Sans se départir de son sourire taquin, il l'écouta lui "faire la leçon". L'amusement qu'il lisait sur le visage de la poufsouffle contredisait son ton féroce et cela lui plu. Un peu de folie et de jeu tout de même ! Sinon ils allaient finir comme les adultes : avec tout un tas de problèmes, incompréhensibles et beaucoup trop sérieux. Le duel était lancé et Rey ne pensait déjà plus au fameux dessin du dragon enchaîné. Sa seule pensée à présent était : arriverait-il à l'avoir avant qu'elle bondisse hors de sa portée ?

- Ah non ? Dit-il innocemment tout en sortant discrètement sa baguette de sa poche. Faut faire quoi alors ?

Avant qu'elle ne puisse répondre, il pointa ses chaussures avec sa baguette et lança un Colloshoo. Juste à temps ! Qu'elle essaye donc de s'enfuir maintenant ! Il se leva alors du banc, s'étira comme un chat puis s'approcha de la fillette. Il la fixa en train de se débattre tout en réfléchissant à ce qu'il pourrait bien faire pour la taquiner gentiment. Il n'était pas question de la blesser ou de l'humilier, juste de l'embêter un peu. Il se rappela alors de ce qu'Aliénor détestait par-dessus tout. Son sourire se transforma de sournois à machiavélique.

- Parait que y'a un truc que t'aime vraiment pas, dit-il en rangeant sa baguette, inutile pour ce qu'il s'apprêtait à faire. Mais alors vraiment pas.

Il ouvrit ses bras en grand tout en s'avançant inexorablement vers la poufsouffle, telle un acteur de film marchant au ralenti pour faire durer le suspens. Lorsqu'elle fut à sa portée, il referma l'étau de ses bras sur elle et la serra très fort contre lui en riant. "Elle sent bon", fut la première pensée qui l'effleura avant de se reconcentrer sur son idée première : la taquiner.

- Y'a deux moyens pour démêler des sacs de nœuds, les câlins et le chocolat. Désolé, Eliott a mangé tout le chocolat, dit-il à son oreille.

Lorsqu'il la relâcha, il se rendit compte que c'était presque à regret. Un peu troublé, il passa une main dans ses cheveux roux avant de rapidement se reprendre et de reculer précipitamment de deux pas. La contre-attaque ne tarderait pas, il devait donc rester sur ses gardes. Sur le visage d'Aliénor, les émotions semblaient se disputer. Était-il aller trop loin pour les limites de la poufsouffle ?

Capitaine et Poursuiveur des Frelons - 2eme année RP
Membre raisonnable de l'A.C.D.C.
*Le souffle des poufsouffles jamais ne s'étouffe*

 RPG+  Grosse bestiole  privé 

Evidement il y eu réaction, c’était évident et Aliénor s’en doutait. Elle arqua un sourcil quand il lui demanda comment défaire le sac de nœud dans sa tête. C’était une vraie question ? Mais alors qu’il bougeait, Aliénor essaya de comprendre ce qu’il faisait. Mais avant qu’elle ne puisse réagir, Rey lança un sort sur elle, plus précisément sur ses pieds. Certainement, si elle avait plus écouté en cours, certainement elle aurait compris l’utilité de ce sort avant d’essayer de se lever. Mais elle essaya quand même, ce qui lui procura un étrange sentiment. Ses pieds cloués au sol par le sortilège, son corps avait du mal à comprendre ce qui lui arrivait. Elle manqua de retomber assise sur le banc mais se stabilisa comme elle le put. Elle comprit alors que Rey lui avait collé les pieds au sol ce qui rendait sa fuite totalement impossible ! Ses yeux se braquèrent sur lui alors qu’il s’étirait maintenant debout en prenant tout son temps comme pour narguer la fillette. Celle-ci grogna alors qu’elle agitait les bras et les genoux pour se défaire de ce sortilège. Evidement le tout sans aucun effet. Une fois le garçon campé devant elle, elle arrêta ses gesticulations inutiles pour lui envoyer un regard noir. Ok, il avait gagné cette manche, mais elle allait lui préparer une revanche mémorable. Mais c’était vraiment bien joué de sa part, elle était totalement à sa merci.

- Parait que y'a un truc que t'aime vraiment pas…

Aliénor ouvrit de grands yeux, qu’est-ce qu’il pouvait bien se passer dans cette tête rousse face à elle ? Elle fronça les sourcils alors qu’un sourire en coin apparaissait sur son visage. Il n’y avait rien qu’elle détestait particulièrement. Du moins c’est ce qu’elle pensait avant qu’il ne place ses bras en croix et qu’il s’avance vers elle. Son sourire disparut instantanément et ses yeux s’arrondirent comme deux soucoupes. *Il ne va pas vraiment faire ça ?...* Il était connu maintenant, du moins à Poufsouffle, que la fillette n’était pas très tactile en plus d’être une attardée des sentiments. Elle ne savait pas du tout comment réagir aux contacts physiques et n’y était absolument pas habituée. Seul Zoé l’avait enlacée depuis son arrivée à Poudlard et elle c’était raidie tellement que ses vertèbres avaient craqués unes à unes et pourtant elle était une de ses amies les plus proches.

Quand les bras de Rey se refermèrent autour d’elle, elle resta les bras ballant quelques secondes sans bouger comme si son corps ne comprenait pas cette information. Ses yeux regardaient derrière le dos de son camarade comme si elle cherchait de l’aide. Pourtant elle ne risquait rien. Elle avait encore tellement à apprendre sur la vie avec les autres humains. Mais quand Rey chuchota à son oreille, ses poings se serrèrent et elle ferma les yeux pour souffler longuement. Elle ne put réprimer une sourire tout de même, il était fort, très fort.

Quand celui-ci se détacha d’elle, elle put enfin se détendre ce que ses muscles approuvèrent. Elle laissa son regard posé sur le sol avant de remonter doucement le long du corps de son capitaine. Un rictus mauvais sur les lèvres et les yeux quelques peu énervés par ce geste au combien anodin volé par ce garçon.

-Je suis plus fruits, tu le sauras pour la prochaine fois.

Elle regarda alors ses pieds toujours cloués au sol, une vingtaine de minutes et elle pourrait le plaquer au sol pour cet affront et lui faire manger de l’herbe bien trop rafraichie par le temps froid de novembre. C’était le plan. Ok, ce n’était pas vraiment un plan, rien de construit là-dedans, mais c’était ce qu’elle avait en tête pour la suite des évènements. Elle savait bien que le sort avait une date de péremption, comme tous, elle devait juste gagner du temps pour évider qu’il ne se casse et la laisse là seule avec sa défaite.

-C’est bien joué, je dois l’avouer…


Elle releva la tête de nouveau pour planter ses yeux bien plus malicieux que tout à l’heure dans ceux de son camarade.

-Mais fait attention, jouer avec le feu est dangereux et là, de suite, je suis en train de devenir un volcan.

Elle essaya de faire bouger son pied droit sans succès quand une idée lui vint, c’était ses chaussures qui étaient collés au sol, pas ses pieds. Aliénor fit bouger ses orteils tout en essayant de blablater pour gagner du temps.

-Quoi que, toi qui aime les dragons, le feu ne devrait pas te faire peur.


Heureusement pour elle, elle n’eut pas besoin de retirer ses chaussures car le sort s’estompa quelques minutes après. Une fois libérée, Aliénor eut un grand sourire.

-Fuis si tu veux vivre…

Elle se jeta littéralement sur Rey en essayant de ne pas glisser sur une plaque de verglas qui devait certainement s’être formée quelque part ou elle mettait les pieds. Elle cria comme un soldat chargeant sur l’armée adverse en agrippant comme elle pouvait son camarade. Elle n’allait pas lui laisser l’avantage, c’était mal la connaitre même si certainement, cette pichenette ne méritait pas une telle suite d’actions. Mais la démesure est bien connue d’Aliénor qui se retrouva au sol, les mains autour des épaules de Rey n’ayant pas encore vraiment pris conscience que son plaquage était un succès. Peut-être l’habitude de voir tout ce qu’elle entreprenait échouer. Mais elle resta un moment sur le sol sans rien faire, avant de crier victoire, bien trop vite.

-Je t’ai eu vil scélérat voleur de câlins !

Batteuse des Frelons
Ne me touchez pas je mors
Aliénor Delphillia 2ème année RP, Poufsouffle