Parc

Inscription
Connexion
  Retour

It's raining men ~ Hallelujah !  Libre 

Ce matin, Shelly était d’assez bonne humeur malgré l'horrible pluie qui tombait dans le pays. Elle avait vu deux jeunes filles dans le parc, qui devait sans doute aimer la pluie. Katherine Jones, une fille dont Shelly était en colère, puis Mila. Une jeune fille que Shelly ne connaissait pas. Shelly est une fille qui se sous-estime tout le temps depuis la mort de sa chère et tendre mère. Elle était souvent triste, malgré ses bonnes notes à l'école. Après avoir vu les filles, Alysson avait fait son apparition, puis elle avait parlé toute les deux tranquillement. Mais Shelly était énervée contre Katherine et elle aller revenir pour régler ses comptes. Voyez-vous, Shelly aimait beaucoup Katherine, Mais ce temps-là est terminé depuis longtemps ! Elle s'était beaucoup disputé avec cette dernière malgré son tempérament à vouloir avoir beaucoup d'amis.

La pluie. Souvent, les gens se disputent sous la flotte, s'insulte sous la flotte se bagarre même sous la flotte. Shelly était très bagarreuse, elle avait un " Bad temperament " comme disent les Anglais. Voyez-vous, Shelly est une jeune gamine originaire de France, son pays adorer ! Là-bas, elle avait beaucoup de problèmes malgré son jeune âge. Dans toutes ses écoles primaires, elle avait eu des problèmes horribles. " Shelly fugue en dehors de l'école sans explication, Shelly tape, griffe, mord plusieurs camarades de classe, nous ne comprenons pas son comportement, Shelly insulte une professeur qui ne faisait que l'aider. " L'aider ? N'importe quoi ! Aucun professeur à part ceux de Poudlard n'a été gentil avec elle ! Shelly avait toujours été réservé pendant son enfance en tant que moldu. Mais quand elle a appris que c'était une sorcière, elle a été folle de joie et depuis qu'elle est arrivé à Poudlard, elle est très loquace avec les gens de Serdaigle. Elle aimait être gentille avec des gens en difficultés, elle aimait être gentille avec des gens drôles. Elle adorait les professeurs de Poudlard. Elle les aimait dix fois plus que ses désolants professeurs moldus ! Enfin brève, Shelly n'est pas une fille méchante, mais elle est bagarreuse et elle peut quelques fois offenser. Shelly est comme un petit chiot qui joue avec son maitre ou ses frères et sœurs.

Enfin bref, sous la pluie battante et désolante, Shelly quitta son amie Aly' pour aller régler ses comptes avec une fille, peut-être que le temps que Shelly n'était pas la avait changée . Peut-être que Mila et Katherine sont en train de se battre et qu'un préfet est venu régler leur compte ! Shelly sourit, c'était très rare que cette fille fût méchante, mais il faut dire que les choses on changeait et que pour une fois, Katherine l'élève parfaite et adorée des profs aurait une heure de colle ! Shelly rit seule. Sans prévenir, elle se retourna et elle monta la pente jusqu'à l'endroit ou était les deux jeunes élèves. Quand elle les vit, elle partit se cacher derrière un gros arbre et elle écouta leur pitoyable conversation.


"- Pourquoi t'm'as pas fait croire qu'y'avait un truc dans ton sac ? T'aurais pu t'moquer d'moi. Et t'venger de t'faire rabaisser tout l'temps sans éveiller l'moindre état d'âme. Ça t'révolte pas, mon comport'ment ?"
dit la petite Katherine.

Apparemment, la conversation prend vraiment une autre tournure et peut-être allait-il avoir de la bagarre comme l'avait prédit Shel'. Elle vit que Katherine avait pris son air "Miss Poudlard" .


"- T'pens'rais donc qu'la bêtise s'rait tout simplement l'ignorance d'sa propre identité ? Mmmh. J'ai rien contre l'idée, mais faudrait qu'tu m'aiguilles un peu plus, pour qu'j'voie si j'te suis."


Shelly était maintenant énervée et elle allait répondre à Katherine. Elle commençait à lui taper le système cette gamine, elle se croyait supérieurs aux autres . Balivernes ! Cette jeune fille aurait mieux fait d'être à Serpentard qu'à la noble maison de Serdaigle, elle salissait la réputation de la noble maison ! Shelly sortit de sa cachette et elle dit :

" Mila, tu n'en as pas marre de cette fille pitoyable . Moi elle commence sérieusement à me bourrer le crâne ! "

Shelly regarda les deux filles tours à tours avec son air supérieur que les gens détestaient, elle le faisait exprès car elle adorait énerver les gens. Puis elle lâcha un grand sourire à Mila, car elle n'y pouvait rien si elle avait une dent contre Katherine Jones, la pauvre ! Elle ne devait rien comprendre ! Une fois elle l'aime bien et une fois elle déteste Katherine. Shelly vit dans le regard de Mila que ce n'était pas une fille méchante. Elle fusilla du regard Katherine. En espérant que cette dernière allait réagir comme une furie. Allait-il avoir de la bagarre ? Ça sentait les embrouilles à pleins nez ! Shelly donna un Chocogrenouille à Mila car elle voulait être amie avec cette dernière.

" Je m'appelle Shelly Randall."

It's raining men ~ Hallelujah !  Libre 

Calie Pamova lisait tranquillement dans le salon des Serdaigles. Du coin de l'œil, elle s'aperçut qu'une pluie fine tombait, et venait écraser ses gouttes sur les carreaux de la salle. En ayant marre de rester enfermée toute la journée, l'envie de sortir dans le parc prit soudainement la jeune fille. Elle posa son livre sur une table, enfila sa cape et sortit. Trouver son chemin jusqu'à la sortie ne fut pas chose facile ... Fichu château ! Une fois tous les étages du château descendus, Calie trouva enfin une porte qui menait au parc. Elle l'ouvrit. L'air frais s'engouffra, décoiffa les cheveux de la sorcière et souleva sa cape. Quelques gouttes vinrent frapper son visage. Elle les essuya d'un revers de main, et avança d'un pas décidé sur l'herbe mouillée.

Elle se sentait bien. Une sensation de liberté l'envahissait. Le vent, la pluie, le bruit des gouttes qui s'écrasaient sur son visage. Bonheur. Plus que ça. Euphorie. Calie voulait rire. Simplement. Sans raisons. Cette première année à Poudlard n'était pas facile pour la jeune fille. Ses parents lui manquaient. C'est pourquoi chaque instant comme celui ci lui faisait du bien.

C'est le sourire aux lèvres qu'elle marchait en balançant ses bras, d'un air jovial. Après avoir parcouru plusieurs mètre, elle s'arrêta quelque instants pour contempler le paysage qui entourait Poudlard. Au loin, elle voyait le lac. Elle n'y était pas encore allé. *Un autre jour.* Plus loin devant elle, elle aperçu trois silhouettes. En s'avançant vers elles, elle en reconnu deux. C'étaient deux Serdaigles, qu'elle avait déjà croisées dans leur salle commune. Mais elle ne se souvenait pas de leurs noms. Avec elles se tenait une jeune fille qui portait les couleurs de Poufsouffle.
Se sentant un peu seule depuis son arrivée à l'école, elle prit son courage à deux mains et s'avança vers le groupe de filles. Arrivée à trois mètres, elle sentit une tension dans l'atmosphère. Comme si un orage approchait. Mais cet orage ne venait pas du ciel, mais bel et bien du groupe de fille. Calie hésita, mais elle ne pouvait plus faire marche arrière, elle était beaucoup trop près d'elles pour prétendre passer par ici par hasard.


" Mila, tu n'en as pas marre de cette fille pitoyable . Moi elle commence sérieusement à me bourrer le crâne ! "

C'était une des Serdaigles qui avait parlée. Elle s'adressait à la jeune Poufsouffle. *Mais qu'est-ce qui se passe ici ...* D'un naturel calme, Calie ne savait pas trop comment intervenir dans de telles conditions. Elle décida de tout simplement faire savoir aux trois autres qu'elle était là.

"Hum … Bonjour. Désolé d'm'incruster comme ça, mais ça a pas l'air d'aller… Vous avez besoin d'aide?"

Elle se sentit soudainement très ridicule face aux trois autres jeunes filles.

It's just a goodbye ~~
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

It's raining men ~ Hallelujah !  Libre 

Mila s’en mordait vraiment les doigts d’avoir répondu tout ça. C’est vrai, cette KJ était vraiment une fille qui était très difficile de cerner. Pire, même. Elle était tout simplement impossible à comprendre. Et puis, vu la tête qu’elle faisait, les réponses ne lui plaisaient pas. Mais bon. Tant qu’à faire, hein.

« - Oui, j'dis c'que j'pense. Et parc'que je l'pense. Et parc'que c'est c'que j'suis. Donc, faut pas m'titiller là-d'sus. J'ai pas b'soin d'ton aide pour faire ma psychanalyse. J'ai pas b'soins d'psychanalyse. Nan. J'en ai pas b'soin. Et quand bien même ça s'rait l'cas, j'pense pas qu'j'vais m'amuser à aller t'parler à toi. Donc, you failed. »

Quoi ? … Pardon ? Mais… où elle allait chercher ça ? Décidément, plus Mila creusait, plus Katherine devenait bizarre. On lui en avait déjà parlé, de tout ça, elle ne savait plus qui lui avait dit… Bref, donc on lui avait déjà dit, mais à ce point-là elle ne l’aurait jamais imaginé. C’est vrai, comment une fille aussi belle pouvait être aussi … aussi … aussi comme ça ?!

Mais Kate n’avait pas fini. La suite suivait. Mais avant cela, Katherine plongea son regard dans celui de la Blairelle. Un regard perçant, comme si elle voulait fouiller au fin fond de Mila. Un regard … flippant même. Mila réprima un frisson. Ah, elle lui filait la chair de poule. Mais plutôt parce qu’elle se demandait comment on pouvait être si… si bizarre. Elle ne trouvait pas d’autre adjectif pour la qualifier. Etrange. Oui, c’est ça. Etrange et bizarre.

« - J'suis pas comme tout l'monde. Mon credo, c'pas les papillons roses et la vie est belle. J'sais pas si j'ai un bon fond. J'pense qu'c'est l'cas, ouais. Mais quand bien même. Voir l'bonheur autour d'moi, c'juste pas mon truc. T'sais, c'pas compliqué. J'prends simplement pas mon pied m'faisant des.. des futures déceptions qu'les gens comme toi appellent amis. »

Mila ? Avoir des amis. Ahah ! La blague. Mila n’avait pas d’amis. Du moins, par pour l’instant. Ce qu’elle aimait, c’était avoir des connaissances, pouvoir leur parler quand elle les voyait, mais ensuite les appeler « amis »… Pas vraiment, non.

« - Pourquoi t'm'as pas fait croire qu'y'avait un truc dans ton sac ? T'aurais pu t'moquer d'moi. Et t'venger de t'faire rabaisser tout l'temps sans éveiller l'moindre état d'âme. Ça t'révolte pas, mon comport'ment ? »

Justement. Elle venait de poser le doigt dessus. Mila ne voulait pas se venger. Et si, évidemment que son comportement la révoltait. Mais bon. A quoi ça allait lui servir d’essayer de l’entraîner avec elle dans ce vide hein ? A rien. Alors autant continuer à descendre toute seule.

« - T'pens'rais donc qu'la bêtise s'rait tout simplement l'ignorance d'sa propre identité ? Mmmh. J'ai rien contre l'idée, mais faudrait qu'tu m'aiguilles un peu plus, pour qu'j'voie si j'te suis. »

Mila en avait marre. Marre de se faire marcher dessus. Elle savait très bien, au fond d’elle-même qu’elle n’avait pas les capacités de rétorquer. Elle regarda au loin. La pluie continuait de tomber, d’un son beau et régulier. Les cheveux de Mila étaient tous mouillés. Tout comme son sac, et ses habits. Tout. Tout était mouillé. Mais ça ne la dérangeait pas.

Elle sentait la conversation dégénérer. Un peu comme un pétard mouillé du Dr. Flibuste près à exploser. Elle ne savait pas comment faire pour se sauver. Encore un peu, et elle allait partir. Elle avait vraiment envie de tourner le dos à cette folle, et retourner lire le Quidditch à travers les âges à la bibliothèque. Au chaud. Loin de cette pluie. Cette pluie si bénéfique.

Soudain, avant que quoi ce soit n’arrive, elle sentit tous ses sens en alertes. Un peu comme l’appel d’un scrutoscope intérieur. Elle eut juste le temps de retourner, et vis inconnue sauter de derrière un arbre et s’écrier :

« Mila, tu n'en as pas marre de cette fille pitoyable. Moi elle commence sérieusement à me bourrer le crâne ! »

Puis, son regard passa de Mila à Katherine, de Katherine à Mila, et de Mila à Katherine. Puis, elle lança un sourire à Mila. Mila hésitait à y répondre. Un répondit donc d’un sourire crispé qui signifiait quelque chose comme « Oh ! encore toi, tiens. » Ni désespérée de la voir, mais pas heureuse non plus.

Inconnue lui tendit alors un chocogrenouille (un chocogrenouille édition spéciale Noël) et lui dit :

« Je m'appelle Shelly Randall. »

Ahhh voilà ! Shelly ! Alléluia ! Elle s’était enfin présentée. Pas trop tôt hein. Mais Mila décida de ne rien dire. Elle ne voulait pas être méchante. Ni gentille, d’ailleurs. Cette conversation sous la pluie la révoltait vraiment. Elle voulait juste avoir la paix, en fait.

Ah, la paix ! Quel beau mot. Que Mila ne put malheureusement pas méditer, puisqu’une nouvelle voix, derrière elle, se fit entendre.

« Hum … Bonjour. Désolé d'm'incruster comme ça, mais ça a pas l'air d'aller… Vous avez besoin d'aide? »

C’était une petite Serdaigle. Encore une ! Ma parole, mais il y avait eu une réduction spéciale pour rentrer à Serdaigle ou bien ? Mila se souvint du nombre de personnes à Poufsouffle. Elles devaient être autant que tous les Serdaigles présentes. Oui non, quand même pas. Mais n’empêche qu’avoir, d’un coup, trois bleues en face… Elle se sentait vachement minoritaire, la jaune. Vachement.

Mila se tourna alors vers Shelly. Elle avait une idée. Elle lui prit le chocogrenouille des mains (à la radio à transmission magique ils avaient dit que c’était les meilleurs, avec un nouveau goût plus prononcé) et lui répondit :

« Hey ! Comme tu dois déjà le savoir, moi c’est Mila. Et pas d’surnom. Juste Mila. Pas de Milouille qui tienne. »

Autant être claire. Les surnoms, y’avait rien de pire. Rien qu’y penser… erk. C’est comme porter un chapeau rouge de père noël, ou PIRE : danser une danse débile devant tout le monde. Brr. Ca fait des frissons. Ce genre de trucs… non, vraiment pas. C’est des trucs comme ça qui sont inacceptables dans la vie.

Puis Mila se tourna vers la nouvelle venue.

« Non non, t’inquiète on a pas besoin d’aide. On batifole joyeusement sous la pluie, on chante tous ensemble, on s’aime. Normal quoi. ‘Fin après si tu veux t’incruster, pas d’problème. On a les bras grands ouverts pour les nouveaux venus. J’veux dire, on accepte tout le monde. On est pas du genre méchants à rejeter tout le monde. Hein ? »

Oui, elle provoquait Katherine. Mais elle ne pouvait pas s’en empêcher. Tant pis, elle répondrait pas à ses questions complexes. Mais maintenant elle pourrait montrer qui elle est vraiment. Mila la folle.

« Moi j’propose un saute-mouton. Ou alors on peut encore rester planter là jusqu’au repas. ‘Sachant que c’est encore long, hein. Bon après, si vous avez des propositions, j’suis toute ouïe. Tant qu’on s’emmerde pas comme des rats morts, ça m’va. ‘Fin après si vous voulez rien faire, j’vous suis. J’fais que proposer. »

Suicidaire ? Mais nooon. Pas du tout ! Sauter d’un pont ? Fastoche pff.

Puis, elle se tourna vers Katherine. Avant, elle ne parlait qu’aux 2 autres Serdaigles, la nouvelle arrivée et Shelly. Depuis le début de la conversation, Mila se demandait si elle devait lui dire ou pas. Elle avait hésité un certain temps. Mais maintenant elle était décidée à lui dire.

Roh et puis, Mila avait pas envie de répondre à ces vieilles questions tordues. Pourquoi on devait avoir une conversation sur la base de Katherine et pas sur la base de Mila ?

« Au fait, miss, sache que t’as ton œil droit légèrement plus bas que le gauche. Rien d’grave, hein ! J’voulais juste te le dire. »

Le tout, agrémenté d’un sourire, évidemment.

It's raining men ~ Hallelujah !  Libre 

« Non non, t’inquiète on a pas besoin d’aide. On batifole joyeusement sous la pluie, on chante tous ensemble, on s’aime. Normal quoi. ‘Fin après si tu veux t’incruster, pas d’problème. On a les bras grands ouverts pour les nouveaux venus. J’veux dire, on accepte tout le monde. On est pas du genre méchants à rejeter tout le monde. Hein ? »

*Elle se fout de moi là ou quoi?* La jeune jaune (qui apparemment se prénommait Mila) venait de lui sortir cette réplique comme on dit "bonjour". Naturellement. Sans réfléchir. *Où est-ce que je suis tombée...*

« Moi j’propose un saute-mouton. Ou alors on peut encore rester planter là jusqu’au repas. ‘Sachant que c’est encore long, hein. Bon après, si vous avez des propositions, j’suis toute ouïe. Tant qu’on s’emmerde pas comme des rats morts, ça m’va. ‘Fin après si vous voulez rien faire, j’vous suis. J’fais que proposer. »


... Calie la regardais, le regard vide. La réplique de Mila ne voulait tellement rien dire, que la jeune Serdaigle ne savait pas comment y réagir. La Poufsouffle était vraiment étrange. D'où venait-elle pour sortir des réplique pareilles? Calie trouvait ça amusant... Surtout venant d'un fille qui n'avait que 11ans. Elle sourit sans vraiment le vouloir. Mais la situation était tellement invraisemblable!
Mila se tourna vers une des Serdaigles, Katherine. Elle sembla hésiter un instant puis lança :


« Au fait, miss, sache que t’as ton œil droit légèrement plus bas que le gauche. Rien d’grave, hein ! J’voulais juste te le dire. »

Calie souleva un sourcil, étonnée. Elle esquissa un sourire. Pas pour ce que la jaune venait de dire, mais parce qu'elle attendais avec impatience la réaction de la Serdaigle. Elle avait vaguement entendue parler du caractère de Katherine. Et vu où en était arrivée la discussion, il avait dû être mis à rude épreuve par Mila. Celle-ci avait l'air de lui tenir tête. La jeune fille se sentait un peu étouffée par autant de gros caractères. Elle était loin d'être du genre à chercher les problèmes ou les conflits. Mais toute cette histoire l'intéressait. Voire même la divertissait. Elle n'avait rien d'autre à faire en cette journée pluvieuse. C'est pourquoi elle décida de rester, et d'observer ce qui allait se passer.

It's just a goodbye ~~
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

It's raining men ~ Hallelujah !  Libre 

Vous connaissez ce moment d'absence ? Mais si, un petit effort, allez, je suis sûre que vous le connaissez. Vous êtes là. Planté là, comme un piquet. Avec d'autres personnes. Alors qu'en fait, vous êtes pas plus avec qu'eux qu'avec le Chinois qui cultive dans sa rizière, à l'autre bout de la terre.

Bah Katherine, à ce moment là, venait d'avoir cette drôle de sensation. Cette espèce de flottement, un peu bizarre, qui la transportait autre part. Dans un ailleurs qui s'appelle méandre de pensées. Où s'entremêlent un tas de réflexions, de pensées contradictoires. Et tout en étant là-bas, elle lâchait des paroles à Mila. Sans même y réfléchir. Sans se forcer. Parce qu'elle savait que tout ce que son cerveau lui envoyait aux lèvres était un tissu de vérités. C'est pourquoi elle s'était laissée aller. Sauf que les éléments étaient pas de son côté.

Shelly Randall, non contente de s'être incrustée, quelques secondes plus tôt, et d'avoir reçu la plus belle paire de claques fictives qu'il soit, venait de débarquer, tout sourire, les yeux brillants. Une lueur bagarreuse au fond du regard. Ce qui fit lever un sourcil à Kate. Elle allait pas se laisser impressionner. Ni tomber assez bas pour se mettre à frapper cette malheureuse. Au fond, que peuvent les faibles à ce qu'ils sont ? Ils avancent, dans leur faiblesse, et c'est tout. C'est comme un carcan qui les empêche de voir qu'ils sont dans le faux. Ils aiment, ils pardonnent, ils cherchent des solutions à tous les problèmes. Ils sont dans une logique qui n'en est pas une. Ils craignent.


"- Mila, tu n'en as pas marre de cette fille pitoyable ? Moi elle commence sérieusement à me bourrer le crâne !"

Katherine voulait rien dire. Pas pour l'instant. Ça servait simplement à rien, de lui tomber dessus dès les premiers mots. Il fallait varier les plaisirs, et pas se laisser aller. D'ailleurs, elle ne doutait pas que la jaune allait lui servir d'intermédiaire en remballant Shelly. Ça lui donnait envie de se marrer, parce qu'elle la testait encore, sauf qu'elle s'en rendait pas tout à fait compte. Sauf que là, nan, apparemment, la Pouffy était pas décidée à parler. Elle sourit. Quelle hypocrite. Ou quelle idiote. Au choix. De toute façon, la machine Randall-je-veux-que-tout-le-monde-soit-ma-copine s'était mise en marche, tandis que la bleue proposait une Chocogrenouille à Mila... qui l'accepta.

"- Je m'appelle Shelly Randall."

Comme si quelqu'un sur terre avait jamais entendu parler de la petite, la fragile, la jeune Shelly Randall. La bonne blague. Tout le monde connaissait son nom, ou presque, et c'était pas des fleurs, qu'on lui jetait à la figure. Ou alors c'était juste que Katherine et son oreille sélective, décidaient simplement de prêter attention aux conversation qui faisaient du tort à sa camarade. Bref, Mila répondit pas. C'est une autre voix, qui retentit. Une nouvelle voix.

"- Hum … Bonjour. Désolé d'm'incruster comme ça, mais ça a pas l'air d'aller… Vous avez besoin d'aide?"

Non, non, ils n'avaient pas besoin d'aide. Kate, levant les yeux au ciel, lâcha un soupir, et leva la tête. Il ne pleuvait presque plus. De temps en temps, une goutte lui tombait sur la nuque, pour se glisser le long de son dos. Son échine se crispait alors, et elle serrait les dents. Fallait que cette conversation se termine. Parce que ça commençait à sentir le chien mouillé. Elle prit même pas la peine de remballer la nouvelle arrivante. D'ailleurs, Mila, qui entre temps s'était présentée, commençait à partir dans son délire.

"- Non non, t’inquiète on a pas besoin d’aide. On batifole joyeusement sous la pluie, on chante tous ensemble, on s’aime. Normal quoi. ‘Fin après si tu veux t’incruster, pas d’problème. On a les bras grands ouverts pour les nouveaux venus. J’veux dire, on accepte tout le monde. On est pas du genre méchants à rejeter tout le monde. Hein ? Moi j’propose un saute-mouton. Ou alors on peut encore rester planter là jusqu’au repas. ‘Sachant que c’est encore long, hein. Bon après, si vous avez des propositions, j’suis toute ouïe. Tant qu’on s’emmerde pas comme des rats morts, ça m’va. ‘Fin après si vous voulez rien faire, j’vous suis. J’fais que proposer."

S...Saute-Mouton ? La paupière de Katherine se mit à tiquer dangereusement. Vous savez, comme quand vous êtes en manque de magnésium, là. Bah c'était limite le cas de la bleue. Sur qui elle était tombée ? Elle fit un pas en arrière. Parce qu'elle connaissait pas mal ce genre de phrases, empreintes de douceur, mais surtout d'une espèce de folie. Ça lui rappelait des souvenirs. Des odeurs, des sons. Des images. Elle dut se contenir, pour ne pas foncer droit sur Mila, lui flanquer un aller-retour, et repartir, sans demander son reste. On joue pas, à ces choses-là. Bref, la nouvelle arrivante semblait se demander avec qui elle venait d'engager une conversation. Sa tête avait l'air normale. Une Serdaigle, pour sûr. Même sans regarder l'uniforme, ça se sentait qu'elle en avait dans le crâne. A elle de prouver si elle savait exploiter son intelligence.

"- Au fait, miss, sache que t’as ton œil droit légèrement plus bas que le gauche. Rien d’grave, hein ! J’voulais juste te le dire."

Kate pouffa. Parce que ça la faisait triper, que Mila l'appelle "Miss", alors que Shelly s'évertuait à lui faire une réputation de "Miss Poudlard", comme elle l'appelait. Soit. On était pas au bout de nos peines, les enfants, je vous le dis. En tout cas, la jaune pétait un câble. Parce qu'elle s'abaissait à un truc physique. Si elle voulait, on pouvait jouer à ce petit jeu un moment. Alors, affichant cet air d'ange, qui jurait parfaitement avec ses paroles, la Serdaigle lâcha :

"- La plupart des gens cherchent à compenser leur r'tard intellectuel par rapport à une aut'personne en lui cherchant des défauts ph'sique. J'me sens flattée, ma chère."

Pas la peine de dire des mille et des cent alors qu'on pouvait juste ridiculiser quelqu'un en un tour de main. Ou de langue, plutôt. Les yeux de Katherine passèrent de Mila à la nouvelle arrivante, qui avait pris le parti du silence, ce qui fait qu'elle arrivait en pôle position au classement de la plus maligne des trois. Kate appréciait ceux qui comprenaient qu'il valait mieux se taire, dans ce genre de situations. Néanmoins, elle voulait tester la faculté de réponse de la nouvelle bleue. C'est vrai, quoi. Faut pas non plus espérer qu'elle l'ait casée direct, comme ça, sans le moindre test. C'eut été trop beau.

"- Alors t'viens d't'intégrer à nous. Soit. A tes risques et périls, t'l'as sans doute saisi. Ca t'embrouille pas, d'te r'trouver sous la pluie, au milieu d'nous ?"

Faisant claquer sa langue, elle jeta un regard de défi à Shelly, histoire de lui montrer qu'elle la méprisait bien comme il faut, mais qu'elle aurait préféré se faire vomir, plutôt que de lui accorder la moindre attention aux vus et aux sus de tous.

It's raining men ~ Hallelujah !  Libre 

"- La plupart des gens cherchent à compenser leur r'tard intellectuel par rapport à une aut'personne en lui cherchant des défauts ph'sique. J'me sens flattée, ma chère."

Clair. Net. Précis. Efficace. Calie n'avait absolument rien contre la jeune Poufsouffle. Mais là, il fallait tout de même avouer que Katherine venait de lui en mettre plein la face. Digne d'une Serdaigle. La petite Pamova était fière. De quoi? Elle ne savait pas. Surement d'être de la même maison qu'une fille qui répondait aussi bien du tac au tac. Calie aimait beaucoup ça. Il faut dire qu'étant assez petite pour son âge, elle avait souvent eu recours à ce genre de réponse afin de clouer le bec à des imbéciles.
Le vent soufflait légèrement, soulevant les cheveux châtains de la jeune sorcière. Quelques rares gouttes de pluie venait frapper son visage avant de couler le long de ses joues rosies par le froid hivernal. Ses vêtements trempés par l'averse d'il y a quelques minutes lui collaient à la peau. Un frisson parcouru son corps.

Shelly ne disait plus rien. Mila non plus. La jeune fille sentit le regard de Katherine se poser sur elle. Elle attendit patiemment que la bleue lui dise quelque chose. Elle allait forcement lui dire quelque chose. C'était prévisible. Une petite nouvelle qui arrive, silencieuse, à porté de bec. C'était trop beau pour passer à côté. Juste voir ce qu'elle vaut. Pas être méchante, non non. Quoique...
Calie, au fond d'elle, ne voulait pas décevoir Katherine. Loin d'elle l'idée de l'impressionner. Ça, c'était pas du tout son genre. Elle avait besoin de plaire à personne. On la prenait comme elle était. Point. Mais elle ne voulait pas que l'autre Serdaigle pense qu'elle était comme tous les autres élèves. Ou comme Shelly... Cette dernière n'était pas désagréable, non, au contraire. Mais Calie n'aimait pas les personnes qui se mêlaient de tout en affirmant haut et fort ce qu'ils pensaient. Certes, la jeune bleue venait de s'incruster, par curiosité. Mais elle n'était pas venue clamer du haut de ses 11ans qui était méchant, et qui était gentil. Bref. Ce que Calie attendait arriva. Katherine lui adressa la parole :


"- Alors t'viens d't'intégrer à nous. Soit. A tes risques et périls, t'l'as sans doute saisi. Ca t'embrouille pas, d'te r'trouver sous la pluie, au milieu d'nous ?"


Calie ne savait pas vraiment d'où lui venait cet accent. Elle coupait tout les mots. Difficile de la comprendre quand on est pas habituer à l'écouter parler. Elle la regarda. Un instant. Juste le temps de voir si Katherine s'intéressait véritablement à une quelconque réponse de sa part, où si elle lui avait juste parlé histoire de lui montrer qu'elle l'avait vu. Non. De ce qu'elle avait pu remarquer, Calie se doutait que si Katherine n'avait pas vraiment attendu une réponse de sa part, elle ne lui aurait tout simplement pas adressé la parole.
Sans réfléchir plus, la jeune fille prit une inspiration et parla.


"Si la pluie, ou même vous, m'dérangeait, je vois pas pourquoi je serais v'nue ici. Ça a l'air tendu entre vous. Et comme j'ai rien d'autre à faire, j'me suis dis que j'allais venir, simple curiosité, et puis histoire de voir du monde. Donc bon, pour l'instant j'reste quoi. Mais si ça pose problème, y a pas d'soucis, j'peux faire demi-tour, et vous laisser dans vos embrouilles."

Calie avait parlé d'un ton calme. Rien de méchant dans sa voix, au contraire. Elle ne voulait surtout pas que ses paroles soient mal prises. Elle pensait sincèrement ce qu'elle disait. Rien de calculé. Nature. Pas de soucis. Les tensions, c'était pas son truc. Donc tant qu'à faire, autant essayer de les apaiser comme elle pouvait. Bon, c'était pas sœur Thérésa non plus. Elle était pas du genre à insister pour que la paix soit partout. Si fallait gueuler, pas de soucis. C'était très rare, mais voilà quoi. Elle était comme ça. Simple.

It's just a goodbye ~~

It's raining men ~ Hallelujah !  Libre 

La petite Shelly avait vu qu'une fille les avait rejoint, depuis ce moment-là, elle avait cloué son bec. Elle ne connaissait pas la fille qui les avait rejoint, tout ce qu'elle savait c'est qu'elle s'appelle Calie et qu'elle est à la maison de Serdaigle, la petite sorcière sentit l'ambiance encore plus tendue qu'à l'heure précédente. Maintenant Shelly vit que la jaune était un peu près comme Katherine, mais en moins cruelle bien sûr ! Shelly regrettait d'être revenue ici. Elle regrettait d'être partie dans le parc. À la base, elle voulait seulement se promenait comme tout le monde, mais c'est une grave erreur d'avoir cru que Katherine changerait, elle lui avait fait pas mal de crasse depuis qu'elle la connaît, elle l'avait ridiculisée devenant pleins de gens ! Shelly était une personne trop bonne et trop gentille ! Celui qui ne le sait pas, c'est qu'il a mangé de la bouse de dragon !


Malgré son humeur dorénavant morose, elle avait appris beaucoup ce matin, elle avait appris que les gens, n'étaient pas forcément gentils et ils ont beaucoup le fond méchant ! Shelly regarda dans le ciel, la pluie avait laissé place à quelques flocons de neige, l'hiver arrivait ! Demain, c'est Noël et Shelly était pressée de fêter le réveillon dans son dortoir avec ses amies ! Elle commença à remonter la pente qu'elle était autrefois tant montée et descendue ! Elle commença à se racler la gorge pour prendre l'attention de chaque fille ici présente et elle commença à parler.


" - Bon, ce n'est pas tout ça mais il va falloir que je m'en aille, demain c'est Noël et je voudrais être en pleine forme ! Ce n'est pas avec les idioties de " certaines " que je vais me gâcher la journée, en tout cas bon Noël à vous tous ! "

Shelly remonta la pente, sans jetait un regard derrière elle et elle partit au château, elle commença à avoir le nez qui coule et elle se moucha avec un bout de sa cape, elle espérait que les filles derrière elle ne blagueraient pas sur son dos ! Elle voulait passer pour une fois, un bon Noël sans ses parents. Elle repartit dans le dortoir plus instruite.


Reducio
Un joyeux Noël à vous les filles ;). Ceci est mon dernier post.
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

It's raining men ~ Hallelujah !  Libre 

D’un air parfaitement décontracté et niais, Katherine observait Mila. La Jaune sentait le mal et la bizarrerie émaner d’elle, comme quand un feu répand de la chaleur autour de lui. La même chose. Enfin… presque.

« La plupart des gens cherchent à compenser leur r'tard intellectuel par rapport à une aut'personne en lui cherchant des défauts ph'sique. J'me sens flattée, ma chère. »

Rien de grave, en somme. Cette phrase était juste lancée à la volée comme cela, mais elle n’affectait pas Mila. Retard intellectuel ou pas, ça faisait pas mal. C’est comme quand on est petit, et qu’on traite un ami de « bête ». Déjà, le gros mot paraît méchant à un point que ce même ami peut même se mettre à pleurer, mais 5 minutes plus tard on joue quand même avec lui, assis dans l’herbe à chercher des trèfles à quatre feuilles pour se porter chance. C’est pareil.

Katherine se tourna alors vers la nouvelle arrivée. Elle avait sur la tête la même expression qu’elle avait précédemment quand Mila était arrivé. Quelque chose du genre « mon repas est là, je vais jouer avec ma nourriture un peu avant la dévorer ». Dans ce gout-là. D’ailleurs, à bien l’observer, ses yeux mêmes avaient un air sadique. Méchant. Bizarre.


« Alors t'viens d't'intégrer à nous. Soit. A tes risques et périls, t'l'as sans doute saisi. Ca t'embrouille pas, d'te r'trouver sous la pluie, au milieu d'nous ? »

Mila se tourna aussi vers la Bleue. La petite n’avait pas l’air perturbée par la réplique de Katherine, ou du moins tout autant que Mila avait été perturbée par la phrase juste avant. Peut-être que la fille était un peu comme elle, tiens.

« Si la pluie, ou même vous, m'dérangeait, je vois pas pourquoi je serais v'nue ici. Ça a l'air tendu entre vous. Et comme j'ai rien d'autre à faire, j'me suis dit que j'allais venir, simple curiosité, et puis histoire de voir du monde. Donc bon, pour l'instant j'reste quoi. Mais si ça pose problème, y a pas d'soucis, j'peux faire demi-tour, et vous laisser dans vos embrouilles. »

Mila ouvrit les yeux. Grands. Très grands même. Elle était… étonnée. Même plus. Plus fort qu’étonnée. Choquée serait sans doute le mot qui convient le mieux. Pourquoi ? Oh, tout simplement parce que cette bleue (dont elle ne savait toujours pas le nom, réflexion faite) venait de répondre exactement comme Mila l’aurait fait. Au mot près. Un truc de FOU quoi.

Cette fois encore, Mila n’eut pas l’occasion de répondre. De dire quelque chose comme « C’fou, tu réponds la même chose que moi ! » à la fille, ou « Aha. » à Kate. Cette fois, ce fut Shelly qui prit la parole. Alors qu’elle n’avait plus pipé mot depuis un certain temps.

« Bon, ce n'est pas tout ça mais il va falloir que je m'en aille, demain c'est Noël et je voudrais être en pleine forme ! Ce n'est pas avec les idioties de " certaines " que je vais me gâcher la journée, en tout cas bon Noël à vous tous ! »

Et elle partit. Comme ça.
Cette fois, Mila n’en pouvait vraiment plus. Cette fille la faisait tellement rire ! Avant elle avait réussi à se contenir, mais là un petit rire lui échappa. Léger, le rire. D’ailleurs, elle essaya immédiatement de cacher en toussant un peu dans son poing. Les larmes lui vinrent aux yeux. La honte totale, en gros.

« Nan mais tu sais, y’a pas d’embrouille hein. Juste une conversation ambiguë. Tu peux rester, ou retourner au château, c’est comme t’veux. »

Bon d’accord. Elle l’admettait. Elle ne savait plus quoi dire. D’ailleurs, ça se ressentait dans ses réponses qui devenaient nulles et sans intérêt. Tristes. Tristement plates.

« Au fait, tu t’appelles c’mment ? »

Ah bahwi. Elle venait de s’en souvenir. Elle ne connaissait pas le nom de cette illustre inconnue bleue.

Tout d’un coup, une idée jaillit dans l’esprit de la Blairelle. Et si … Non. Katherine ne voudrait surement pas. Et si Katherine et elle se mettaient à tester la jeune fille, mais … ensemble ? Non. C’était absurde en fait. Jamais Kate ne voudrait s’unir à Mila. Malgré tout, Mila coula un regard interrogatif à Katherine, qui devait sans doute comprendre vu que son cerveau devait être en pleine fusion pour trouver une réplique cinglante à balancer.

Bon, après tout, la pluie était belle. Mais lentement, des rayons de soleil réapparaissaient derrière Mila, donc… il y allait avoir un arc-en-ciel au-dessus du lac dans quelques minutes. Puis, sans doute, l’averse s’éloignerait, emmenant avec elle une conversation étrange. Une des plus étrange que Mila n’avait jamais entendue. Mais ça, ça ne serait que pour plus tard. Pour l’instant il pleuvait.
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

It's raining men ~ Hallelujah !  Libre 

La nouvelle arrivante était pas une imbécile. Logique, en même temps, vu qu'elle était à Serdaigle. M'enfin... Quand on voyait Shelly, on se demandait quels étaient les critères du Choixpeau, lors de la cérémonie de répartition des nouveaux arrivants. Ou alors, si ça se trouvait, il y avait bien une étincelle d'intelligence au fin fond du fond de cette petite. Sauf que le vieux bout de tissu rapiécé était bien le seul à l'avoir décelée, dans ce cas. Ou alors Kate faisait simplement preuve de mauvaise foi ? Naaaaan. Pas possible.

Bref, la nouvelle Aigle répondit plus vite qu'il n'était nécessaire, mais bon, on lui pardonnait. Peut-être qu'elle avait pas pigé que la lenteur était de rigueur, ou juste qu'elle voulait pas se faire prendre au jeu de Katherine. Toujours est-il que dans les deux cas, elle se démarquait. Ce qui était l'important.


"- Si la pluie, ou même vous, m'dérangeait, je vois pas pourquoi je serais v'nue ici. Ça a l'air tendu entre vous. Et comme j'ai rien d'autre à faire, j'me suis dit que j'allais venir, simple curiosité, et puis histoire de voir du monde. Donc bon, pour l'instant j'reste quoi. Mais si ça pose problème, y a pas d'soucis, j'peux faire demi-tour, et vous laisser dans vos embrouilles."

Ping pong. Le regard de Kate fit du ping pong. Il passa de Mila, crispée comme si elle avait mangé trop de Chocogrenouilles et que ça se ressentait sur son transit intestinal, à la fille, qui semblait pas se rendre compte d'à quel point la situation était étrange. A une voix près, quelques tics de langages et une tonalité en dessous, on aurait pu croire que la jaunâtre venait de s'exprimer. Flippant. Surtout pour une fille comme Katherine qui aimait la diversité dans ses proies. C'est vrai, quoi. Si on vous annonce un paquet de bonbons, vous vous attendez pas à vous retrouver avec seulement des Patacitrouilles dedans. Bah là, la brunette avait cette sensation. Sauf que ses sucreries étaient des Plumes en sucre dont l'intérêt qu'elles suscitaient fondait sous la pluie.

Kate grimaça. Bordel. Des sosies. Le truc qui craint par excellence. Et bonjour les différences... Mon Dieu, la situation commençait à devenir d'un ennui... Heureusement, notre brave Randall, quand la crise d'inintérêt guette, est toujours là pour prendre la relève avec un petit mot qui relance le carnage. Son carnage.


"- Bon, ce n'est pas tout ça mais il va falloir que je m'en aille, demain c'est Noël et je voudrais être en pleine forme ! Ce n'est pas avec les idioties de " certaines " que je vais me gâcher la journée, en tout cas bon Noël à vous tous ! "

Pas la peine de relever. Ce qu'elle fit pas. A quoi ça sert, de s'évertuer à faire comprendre aux idiots qu'ils le seront toujours ? A rien. Ainsi, Katherine, l'esprit vide, contempla la bleue qui s'éloignait. Bon débarras... Et puis zut. Elle gâchait un peu l'ambiance. Pour une fois, Kate aurait pris un plaisir total et malsain à la déplumer, l'aiglonne. Mais pas possible. Là, elle s'en allait. Et la laissait avec deux personnes tout à fait similaires. Enfin, qui s'exprimaient un peu de la même façon. Donc similaires, pour quelqu'un qui fait des raccourcis. Et la Première Année se gênait pas pour en faire, des raccourcis.

"- Nan mais tu sais, y’a pas d’embrouille hein. Juste une conversation ambiguë. Tu peux rester, ou retourner au château, c’est comme t’veux."

Seigneur, qu'avez-vous fait pour coller à Kate une idiote pareille ? Elle envoyait la viande se faire rôtir sur un autre barbecue, la blairelle toute pas belle ! C'était bien ça, qui était en train de se passer. En tout cas, soit parce qu'elle voulait pas rester seule ou bien parce que l'autre l'intéressait, Mila relança la conversation. En fait, elle faisait genre elle laissait un choix à l'autre, mais le fait était que c'était pas le cas. Fuis-moi j'te suis, suis moi j'te fuis.

"- Au fait, tu t’appelles c’mment ?"

Prise d'une moue agacée, Kate avala sa salive. La discussion devenait plus plate que plate. C'était vraiment horripilant. Donc c'était le moment de se barrer. Le regard que la jaunasse lui lança finit de la convaincre. Elle allait se casser d'ici vite fait, avant que l'autre la prenne pour son alliée de torture. L'avait qu'à s'y adonner toute seule. Et puis Katherine était victime de cette foutue crise de lassitude qui la prenait si souvent, où plus rien lui plaisait, plus rien lui semblait utile. Tout avait goût de cendre, couleur de déjà vu. Un de ces moments de désillusion, où le sarcasme même n'a plus d'attrait. Pas plus que le sadisme. Elle envoya sa dernière boule dans les deux autres quilles.

"- J'm'en vas vers des ailleurs meilleurs. Toi la jaune, t'étonne pas qu'j'te parle plus. On a rien à voir. Et puis quant à toi, see you, dans la salle co'. Sache qu'j'ai rien d'particulier contre toi. T'as l'air d'avoir plus qu'd'la purée d'pois dans la tête... qui sait ?"

Et Strike. Finite incantatem. Tout en s'en allant, Katherine bouscula Mila. Oui, c'était fait exprès. Que voulez-vous, l'innocence et la naïveté de la jeunesse, tout aussi intelligent que vous soyez vous poussent à agir comme vous êtes. Avec les moyens dont vous disposez. Bref, elle sentit que plus tard que sa gourmette avait glissé de son bras. Mais elle était déjà loin, et aurait préféré mourir plutôt que de s'abaisser à aller réclamer son bien. En tout cas, un truc était sûr, elle allait retrouver cette petite blairelle entre quatre yeux. Et rirait bien qui rirait le dernier, coup d'avance sur l'autre ou pas. Voilà.


Reducio
Ceci sera mon dernier post. Je vous laisse le soin de conclure en beauté ce RPG, ou de le continuer, à votre guise. Et merci à vous d'y avoir participé. ;)

It's raining men ~ Hallelujah !  Libre 

Des yeux ronds d'un côté, des yeux qui vont dans tous les sens de l'autre... Les deux filles en face de Calie avaient des réactions bizarres. Franchement, elle avait dit quoi de spécial pour les faire réagir comme ça? La jeune bleue faisait courir son regard sur ses deux interlocutrices, alternant d'une Mina au regard presque ébahit, à une Serdaigle au regard quasiment dégoutée, mais pas méchant. Bref, Calie se demanda pourquoi elle avait décidé de venir à la rencontre de ces filles...
Quoi qu'il en soit, la situation commençait à devenir gênante. Heureusement, la petite jaune finit par rompre le silence.


« Nan mais tu sais, y’a pas d’embrouille hein. Juste une conversation ambiguë. Tu peux rester, ou retourner au château, c’est comme t’veux.
Au fait, tu t’appelles c’mment ?
 »

Elle aidait pas à faire avancer la situation, elle. Tu restes, tu pars, tu choisis. La présence de Calie ne semblait pas la gêner, mais bon, ça aurait fait pareil si elle était pas venue quoi. Le ton désinvolte de la Poufsouffle, genre "ouais j'm'en fiche tu vois, mais bon tant qu'à faire, j'te parle" amusait la petite sorcière. Ces attitudes toutes faites, qui servent à vous donner des airs de grands. Des paroles copiées sur les conversations des parents entendues lors d'un apéritif avec des amis auquel vous n'avez pas le droit de participer parce que vous êtes trop jeune. Mais évidemment, vous restez cacher dans un coin du salon, épiant les moindres paroles sortant de la bouche des adultes, que vous allez ensuite répéter telles quelles à des amis, même si vous ne savez pas ce qu'elles veulent dire.
Bref, depuis qu'elle était arrivée ici, c'était l'impression qu'elle avait eu en entendant ces deux filles de 11ans parler. Calie n'eut pas le temps de répondre à quoi que ce soit, que Katherine prit la parole, d'un ton las et désintéressé.

"- J'm'en vas vers des ailleurs meilleurs. Toi la jaune, t'étonne pas qu'j'te parle plus. On a rien à voir. Et puis quant à toi, see you, dans la salle co'. Sache qu'j'ai rien d'particulier contre toi. T'as l'air d'avoir plus qu'd'la purée d'pois dans la tête... qui sait ?"

Sainte Katherine avait parlé ! Et sa parole était sans appel. Rien du genre "j'm'en vais, ne me retenez pas ! J'ai dis, ne me retenez pas ! ... Bon vous me retenez ou quoi?!" Non. Pas de ça. C'était au revoir, et point. Et ça les amis, c'était bien. Par ce que les gens qui disent s'en aller, et qui n'attendent qu'une chose, c'est que vous les reteniez, et bien ils avaient le don d'énerver la jeune Serdaigle. Oui, Calie n'était pas du genre à détester beaucoup de chose, mais ça, ça la dépitait.
Enfin bon, la bleue s'éloignait sous le ciel qui redevenait de plus en plus noir. La pluie ne se fit pas attendre plus longtemps, et une trombe d'eau s’abattit sur les jeunes filles. L'averse précédente avait trempée Calie, et cette nouvelle chute d'eau finit d'achever le peu d'endroits secs qu'il restait sur elle. Son nez se mis à couler, et elle se l'essuya d'un revers de manche.
*Voilà que j'm'enrhume...*
Qu'une seule envie, rentrer dans sa salle commune. Baissant la tête, quelque chose attira son attention. Ça brillait un peu. Un bijou? Se penchant pour ramasser l'objet, Calie remarqua que c'était une gourmette. Gourmette qu'elle avait précédemment déjà remarquée au poignet de l'autre Serdaigle qui venait de s'en aller. *M...., elle a dû la faire tomber...* Tournant la tête, elle voulu rappeler sa camarade. Mais elle était trop loin.
Lachant un soupir, Calie, mit l'objet dans sa poche.
*Faudra que j'pense à lui rendre*. Elle resserra son écharpe autour du cou, et regarda la jeune jaune.

"Bon... J'aime bien la pluie, mais là ça va m'donner la crève... Donc j'vais rentrer."

Sans attendre de réponse, Calie tourna les talons et s'avança vers le château. Se rappelant soudainement la dernière question de Mila, elle fit volte-face avant d'être trop loin d'elle, et lui dit :

"Moi c'est Calie. Calie Pamova. On s'recroisera surement un d'ces jours."

Lâchant un léger sourire, histoire d'être polie, Calie refit face au majestueux bâtiment, et couru se mettre à l’abri avant d'être sûre d'être malade quand elle se réveillerai le lendemain matin.



Reducio
Fin du RP pour moi aussi !
Je pense qu'il ne te reste plus qu'à conclure, Mila :)

It's just a goodbye ~~
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

It's raining men ~ Hallelujah !  Libre 

La conversation était plate. Mila l’avouait bien. Et puis, ça n’était pas entièrement de sa faute. Après tout, on ne parlait pas tout seul, à ce moment-là. Mais bon, toujours est-il que la platitude ne faisait pas que braire la Blairelle. Nan, parce que la Kate sortir, du tac au tac, une phrase qui devait être calculée d’avance. Ou sortie juste comme ça. Aucune idée.

" J'm'en vas vers des ailleurs meilleurs. Toi la jaune, t'étonne pas qu'j'te parle plus. On a rien à voir. Et puis quant à toi, see you, dans la salle co'. Sache qu'j'ai rien d'particulier contre toi. T'as l'air d'avoir plus qu'd'la purée d'pois dans la tête... qui sait ?"

*Bah heureusement que tu m’parleras plus ! Sérieusement… non. T’es intrigante, ma petite, mais t’es pas non plus le nombril du monde. T’as qu’à dev’nir l’amie de Narcisse, pour avoir un peu de compagnie tiens. Que tu sois pas forever alone, parce que ça te correspond pas, tout comme ta tête d’ange correspond pas à ta mentalité de folle à lier.*

Puis, dans un coup de théâtre parfait, Katherine bouscula Mila et partit. Evidemment, tiens. Ca n’étonnait pas la petite brune. Mais elle était un peu déroutée sur le coup. Comme quand on voit les oiseaux tourner autour de sa tête après s’être pris un coup. Sauf que dans ce cas-là c’était seulement du déroutement, et elle ne vit aucun oiseau, mais un bracelet tombé à terre. Elle voulut se pencher, mais l’autre Bleue, celle qui était encore là, le ramassa avant elle. Argh ! Elle pouvait pas retourner patauger dans une flaque plus loin, celle-là ? Rien contre elle hein, que ça soit clair. Elle ne la connaissait pas, elle ne pouvait donc pas en dire plus. Peut-être qu’elles pourraient être meilleures amies, type BBF qui se lâchent plus forever and ever . Ou alors ennemies. Peu importe, pour le moment d’ailleurs.

Si ce bracelet était tombé ici, c’est qu’il était tombé du poignet de la Jones. Ce qui aurait pu être une occasion unique d’en découvrir un peu sur son sujet ! Mais Mila se rappela tout à coup n’en avoir rien à faire. Pourquoi se soucierait-elle d’un bracelet appartenant à la Serdaigle ? C’est comme si Kate aurait essayé de creuser et d’en savoir plus sur Mila. Ahahaha ! quelle joyeuse blague ! Donc, on est d’accord : Mila s’en fichait.

Il n’empêche qu’elle aurait préféré l’avoir en sa possession, ce foutu bracelet.


"Bon... J'aime bien la pluie, mais là ça va m'donner la crève... Donc j'vais rentrer."

C’était la Serdaigle, celle qui avait ramassé le bracelet, qui avait parlé. Et pouf ! partie. Comme ça, sans même dire son nom. Quelle impolitesse, presque autant qu’Inconnue (ou Shelly, comme vous voulez).

Au final elle se retourna furtivement, balança un
"Moi c'est Calie. Calie Pamova. On s'recroisera surement un d'ces jours." et partit. Revoilà Mila seule ! Enfiiiiin ! Ca faisait un certain temps qu’elle attendait ça. Depuis le début de la conversation, à vrai dire. Seule, sous la pluie. Le rêve.

Mais Dame Nature en décida autrement, car la pluie s’arrêta, et rapidement, des rayons de soleil percèrent. Diantre ! Pas possible ! Mila fulminait. Quelle malchance ! C’est donc en trainant les pieds qu’elle retourna dans le château, prenant soin à salir les couloirs de ses chaussures boueuses, jusqu’à la bibliothèque, endroit où elle aurait dû, décidément, rester.

Reducio
RPG terminé ! Ce fut un plaisir, les filles :D
  Retour