Parc

Inscription
Connexion
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Seconde première rencontre  PV 

~ Été précédant la rentrée de Roxane Pearl à Poudlard en tant que Professeure de Divination ~




Roxane toqua à la porte et entra sans attendre la réponse de sa mère. Elle posa son manteau et son sac dans l'entrée et huma l'air. Que cela sentait bon ! Elle était allée se promener dans Berlin tandis que sa mère était restée préparer le déjeuner à l'appartement. Elle se sentait petite fille, ou plutôt jeune adolescente, lorsqu'elle faisait cela. Elle se dirigea vers la cuisine et embrassa sa mère.

"- Hey ! Mmmh, ça sent super-bon ! " s'exclama-t-elle (en allemand, bien sûr). Sa mère avait préparé un plat composé essentiellement de Schupfnudeln, des nouilles à base de pomme de terre. " Ah ben, mince alors ", ajouta Roxane en faisant une petite moue, " J'ai ramené du pain soufflé...

- An... Euh, je veux dire, Roxane, on ne mange jamais de pains avec des féculents... Tu le sais bien !

- Oui, je suis désolée. Ce sera pour demain !

- D'accord. Allez viens, on passe à table ! "
dit Abby, sa mère, en emportant le plat vers la salle à manger.

" - J'arrive ! " cria Roxane de la cuisine. Elle éteignit le feu sur la cuisinière et passa à table avec sa mère. Après s'être respectivement servies, elle commencèrent à manger en parlant de tout et de rien. De June, la fille de Roxane, de la rentrée à Poudlard, où Roxane était très excitée de retourner,... Enfin, de tout, quoi ! Puis, sa mère décida d'aborder un sujet plus délicat, dont elles avaient déjà parlé auparavant... : " Et, euh... Tu as décidé de ce que tu allais faire ?

- A propos de quoi ?
répondit distraitement Roxane sans lever les yeux de son assiette.

- De ton père...

- Ah, oui. Et bien, vu que nous avons trouvé qui c'était, je pense que je vais aller le voir. Il vit en Angleterre, n'est-ce pas ? Comme moi.

- Oui, mais tu sais bien qu'il a déjà une fille...

- Ma demi-sœur... Roh là là, je n'arrive pas à croire qu'il... Qu'il ait fait ça. Qu'il soit parti pour moi, et resté pour elle.

- Chérie, je ne veux en aucun cas essayer de le défendre ou de cautionner son acte, mais nous avions seize ans à l'époque. Il a pris peur et s'est enfui, mais quand il a réussi à se construire une vie et qu'une autre femme est tombée enceinte de lui, il avait une position plus stable, et cela lui a permis de rester. De ne pas être aussi lâche.

- Et après ça, tu vas encore me dire que tu ne cautionnes pas son acte, là ?

- Je ne le défendais pas, je t'expliquais simplement ce que tu " n'arrivais pas à croire ".

- Et bien, j'irai moi-même lui parler.

- Et que fais-tu de sa fille ? Tu ne peux pas lui balancer, à elle et sa mère, que son père a été un goujat plus jeune ! Elle est encore une enfant.

- Je me débrouillerais pour ne pas la croiser.

- Si tu crois que ce sera aussi facile... "


~~~


* Plop ! * Roxane venait de transplaner dans le petit village tranquille, en Angleterre, où habitait son père. Son père. Cet être qu'elle méprisait d'une part, et qu'elle avait envie de connaître de l'autre. S'il existait deux qualités que l'on pouvait citer chez Roxane, en faisant abstraction du reste, c'était son intelligence, et son courage. Elle était dans la noble maison bleu et bronze des Serdaigle, mais elle se souvenait de l'hésitation du Choixpeau à l'envoyer à Gryffondor. Et elle était au final très contente de la décision de l'entité magique.

Roxane marchait droit devant elle. Elle était habillée d'un jean slim en cuir noir, d'un haut moulant noir, d'un manteau court en cuir noir, de gants en cuir noir, et de bottes à talons en cuir noires. On aurait dit une tueuse à gages ! Elle arriva au certain numéro d'une certaine rue, et vérifia sur la boîte aux lettres le nom de la famille : Famille B... : O..., A..., et leur fille A... .

C'était bien cela. Roxane prit une grande inspiration, plus toqua à la porte.

La personne qui lui ouvrit fut une jeune fille qui n'avait guère plus d'une dizaine d'années, qui était de taille moyenne, aux cheveux oscillant entre le brun et le roux, et... Aux yeux verts.

Comme Roxane. Cette dernière resta bouche-bée comme une idiote sur le seuil de la porte. Elle entendit une voix d'homme appeler la fillette et lui demander qui était à l'entrée. L'homme en question apparu derrière la petite. Il avait environ une quarantaine d'années et... Des yeux verts.

Comme ses deux filles.
Dernière modification par Ancien sorcier le 14 avril 2013, 19 h 29, modifié 3 fois.
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Seconde première rencontre  PV 

~ Été précédant la première rentrée d'Ambre Baxrendhel à Poudlard, en Première année ~




Ambre était dans le jardin de sa chère et tendre maison, au beau milieu de l’Angleterre. Elle était couchée dans l’herbe fraîche et réfléchissait. Quelques semaines auparavant, elle avait apprit qu’elle était une sorcière. Comme son père. Dans quelques jours à peine, elle allait devoir partir pour la merveilleuse école de magie, Poudlard. Elle partira seule pendant une année, sans voir ses parents, sa famille et tous ses amis. Elle se releva et se dirigea vers sa balançoire. Elle prit place sur celle-ci et commença à se balancer. Dans la maison, le silence régnait, bizarrement ; sa mère n’avait pas fait de gâteau aujourd’hui et son père n’était même pas encore allé bricoler dans son atelier. Bizarre. Soudain, elle entendit son père l’appeler. Elle se dirigea alors en courant vers la maison. Elle arriva au bout de quelques secondes dans le salon. Son père et sa mère étaient tout deux assis côte à côte sur le grand canapé rouge. Ils avaient un air grave, ce qui était de plus en plus bizarre. Ambre prit place sur un fauteuil assortit au canapé et attendit. Son père se leva, se dirigea vers Ambre et s’accroupit en face de la fillette. Il lui attrapa la main et lui dit :

" - Ambre, ce que je vais te dire est compliqué… Promets-moi de ne pas t’énerver. "

Ambre eut une expression que l’on ne peut décrire. Entre la peur et la rigolade. La peur pour la chose compliquée et la rigolade pour la dernière phrase de son père. C’est vrai qu’elle avait tendance à piquer une crise pour rien. Mais là… Les choses avaient plutôt l’air de ne pas faire rire. Son père attendit un petit moment et continua :

" - Tu vois… Quand j’étais encore jeune et que je ne connaissais pas encore ta maman, j’étais amoureux d’une autre fille. Nous nous aimions beaucoup mais un jour, elle m’annonça qu’elle était enceinte. Nous avions seize ans et je n’étais pas encore prêt à avoir un enfant, tu comprends ? Alors je suis parti et je ne l’ai plus jamais revue. "

Il marqua une pause et se tourna vers la mère d’Ambre avec un air grave. Ambre comprit que l’histoire n’étais pas encore finie. Sa mère fit un hochement de tête et son père se retourna de nouveau vers Ambre et acheva :

" - Il y a quelques jours, j’ai reçu un hibou de ma… de mon autre fille. Elle a réussi à me retrouver et aimerait me revoir… "

Ambre ne laissa pas son père terminer sa phrase, elle se leva et couru en direction du jardin. Elle alla se cacher dans une petite cabane qu’elle avait construite avec son père. Elle ne pleurait pas et n’avait pas crié. Mais elle était encore sous le choc. Son père avait une autre fille. Elle voulait le revoir. Et s’il l’aimait plus qu’elle ? Et s’il allait repartir avec elle et la laissait toute seule avec sa mère ? Ambre n’arrivait pas à faire fuir ces idées de sa tête et ne voulait pas retourner dans la maison avec ses parents. Si bien qu’elle ne sortit de sa cabane que dans la soirée pour allait manger. Le dîner se déroula dans le silence ; Ambre ne resta que quelques minutes et n’avala pratiquement rien. Elle décida d’aller se coucher. Demain sera un jour meilleur. Elle monta les escaliers, passa à la salle de bain et se dirigea vers sa chambre. Elle enfila son pyjama et se glissa sous les couvertures. Elle s’endormit immédiatement.

Le lendemain, elle se réveilla de bonne heure et décida d’aller déjeuner… seule. Elle se prépara deux tartines, bu son lait et alla s’habiller. En descendant pour aller dans le jardin elle vit que ses parents déjeunaient. Elle se dirigea vers la porte d’entrée quand la sonnette retentit. Ambre ouvrit la porte et découvrit une jeune femme. Elle était plutôt grande et… elle avait des yeux verts… comme Ambre. Son père lui demanda de la cuisine qui avait sonné. Ambre ne répondit pas. Son père sortit alors de la cuisine et s’arrêta derrière elle. La jeune femme, Ambre et son père se ressemblaient comme deux, enfin, trois gouttes d’eau.
Pas d’avatar
Ancien sorcier  
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Seconde première rencontre  PV 

~ Début septembre, Poudlard ~



La brise déjà trop fraîche de septembre faisait voler les cheveux de Roxane dans le vent. Cette dernière s'était assise à un endroit qu'elle affectionnait particulièrement, et cela depuis qu'elle avait onze ans : sous un grand arbre très précis, dans le Parc, et à proximité du Lac qui s'étendit juste en face de ses yeux. Elle s'était réfugiée à cet endroit le premier jour de sa première année à Poudlard pour fuir des regards un peu trop curieux à son goût de gens plus grands qu'elle, qui regardaient toujours les petits premières années comme s'ils étaient des extraterrestres minuscules. Roxane ne faisant pas exception à la règle, elle se sentit d'office persécutée et se trouva, un peu comme tout le monde, un se trouva un endroit à elle toute seule où elle pouvait se cacher à sa guise, et cela exactement lorsqu'elle le voulait.

Elle n'avait jamais montré cet endroit à personne jusqu'à aujourd'hui. Même pas à ses plus proches ami(e)s, ou même à son petit copain devenu son mari aujourd'hui. L'endroit était en plein air mais également difficile à atteindre et à apercevoir, car il était barré de ronces et d'épines en tout genre, et il existait derrière encore une haie souple, ce qui donnait à ce petit coin secret un air sauvage et captif, une fois que l'on y était. Elle sourit en repensant à la fois, en quatrième année, où elle avait complètement déchiré son pull en voulant passer, car cette fois-ci les ronces s'étaient accrochées plus férocement que d'habitude à ses habits. Aujourd'hui, elle aurait quand même pu donner un coup de baguette pour écarter les ronces et passer sans difficulté, mais elle ne le fit pas. Elle ne le fit pas, car passer entre ces ronces et en ressortir intact (ou presque) relevait obligatoirement d'un exploit pour elle, et le fait qu'elle ait vingt-cinq ans et plus quatorze, le fait qu'elle mesure largement plus d'un mètre cinquante-cinq en ce jour et qu'elle puisse utiliser sa magie quand bon lui semblait ne voulait pas dire qu'elle ne devait pas mériter d'utiliser cet endroit comme cachette attitrée. Tout le monde se fait déchiqueter par les ronces et les épines avant de rentrer, c'était la règle. Point barre. C'était donc ce qui faisait, avec le fait qu'elle ne se sentait pas persécutée lorsqu'elle y était, qu'elle n'avait montré cet endroit à personne, sachant qu'en plus du fait que personne n'y viendrait, personne ne pourrait même y atterrir malencontreusement.

Mais en ce jour précis, elle ne se sentait pas spécialement persécutée. Pas du tout, même. Elle se sentait plus en sécurité que jamais. Elle avait retrouvé la joie de vivre et la gaieté de ses quinze ans. Pourquoi ? Parce qu'elle allait voir sa petite sœur. Sa petite sœur qu'elle avait connue et appris à connaître durant ces derniers mois. Sa petite sœur qui lui semblait si farouche à l'idée d'approcher une femme qui était à la fois sa supérieure et à la fois sa demi-sœur. (Enfin, farouche, c'est ce qu'il lui semblait.) Sa petite sœur qu'elle était fière de nommer et dont elle était fière qu'elles aient les mêmes yeux.

Alors Roxane avait fait quelque chose d'inouï. Quelque chose d'insensé venant de sa part. Elle l'avait invitée sous l'arbre. Elle l'avait invitée dans sa cachette. Elle était fière de l'avoir fait, aussi se jura-t-elle de ne montrer cette cachette qu'à Ambre, pour faire une seule et une unique exception. Car elle était fière et peu fière à la fois, car garder un secret enfoui aussi longtemps relevait certainement de l'impossible. Elle était à la fois contente d'avoir partagé ce secret, et à la fois non. Mais cessons d'analyser et de réfléchir à tout, comme le fait le caractère propre à Roxane, et concentrons-nous plutôt sur ce que faisait cette dernière.

Elle avait fermé les yeux, et elle attendait. Elle attendait Ambre, elle attendait de voir comme allait se passer sa première rencontre avec sa demi-sœur à Poudlard. Elle était excitée, et puis elle était effrayée. Elle sentait tout son corps et transir et brûler (non non, ce n'est effectivement pas de moi !). Elle était détendue et stressée. Elle était oui et non. Elle était bien et mal. Elle n'arrivait pas à choisir. Contente ou mécontente ? Impatiente, ou non ? Pessimiste ou optimiste sur les conversations à venir ? Il faudrait savoir ! Et choisir !

Mais en fait, pourquoi choisir... ?

De toute façon, Roxane n'eut pas le temps de choisir, car déjà elle entendait du bruit de feuillages à sa droite. Était-ce déjà sa petite demi-sœur ? Elle l'espérait, car sinon, cela signifiait que quelqu'un avait découvert son secret, et la jeune professeure de Divination serait prête à jeter un sort d'Amnésie très puissant à cette personne pour l'empêcher de voir ce qui faisait subitement retomber Roxane en enfance.

Mais diable non, ce n'était pas un intrus quelconque : c'était bien Ambre. Roxane la reconnaîtrait entre mille, avec ses cheveux bruns-roux un peu bizarre mais joli, et sa taille de guêpe, et ses jolis yeux si semblables aux siens. Elle se leva, s'épousseta et alla aider sa sœur à se défaire des derniers branchages. Puis elle prit la parole en souriant :


" Bonjour Ambre ! Comment vas-tu ? Pas trop dur à trouver, j'espère, mon lieu de rendez-vous ?... Ne m'en veux pas trop, je ne voulais pas être méchante ! " s'exclama-t-elle en éclatant de rire.

Elle serra sa sœur dans ses bras, et s'assit contre le tronc en l'invitant à faire de même. Puis, elle lui demanda simplement :


" Alors, tes premiers jours à Poudlard ? Qu'est-ce que cela te fait ? "

En fait, ça y était : elle avait fait un choix. Roxane choisit d'être contente et optimiste, pour cette première rencontre avec sa demi-sœur à Poudlard... !

Seconde première rencontre  PV 

Ambre était allongée sur son lit. Elle contemplait le plafond. Au passage, ce n’était pas très intéressant. La première année était arrivée il y a peu dans le château. Elle avait était envoyée dans la maison Jaune. Elle en était très contente d’ailleurs. Mais là n’est pas le sujet principal. Cet été, Ambre avait appris qu’elle était une sorcière, mais aussi qu’elle avait une demi-sœur. Et pas n’importe quelle demi-sœur. Non, une enseignante à la célèbre école de Magie. Roxane Pearl. Professeure de Divination. Aujourd’hui elle devait la rejoindre dans un endroit inconnu de tous. Elles seraient seules pour la première fois, sans personne pour les déranger, personne pour les regarder.
Ambre décida que le moment de se préparer était là. Elle se leva et se dirigea vers une fenêtre. D’après la tenue des élèves qui se baladaient dans le Parc, l’Automne était bel et bien présent parmi les sorciers. A première vue, il devait faire un petit peu froid. Bon, rien de tel qu’une belle écharpe aux couleurs de sa maison pour braver le froid. Ainsi qu’un jean, un t-shirt et un bon sweat-shirt Moldu. A part ses habits et sa guitare, Ambre n’avait pratiquement rien emmenée à Poudlard. Sa grande-sœur était à peu près la seule chose qui lui rappeler sa maison.
Une fois habillée, elle sortit de son dortoir et traversa la salle commune, au passage déserte, et sortit dans le Parc. Effectivement il faisait assez froid. Elle se dirigea vers l’endroit indiquée par sa demi-sœur. Pas facile à trouver d’ailleurs. Une fois arrivée à ledit endroit, Ambre fut surprise de découvrir une multitude de ronces et d’épines. Ambre s’arrêta devant ce « barrage » et se perdit dans ses pensées. Elle n’avait toujours pas réalisé que la jeune femme qu’elle s’apprêtait à voire, à embrasser et à serrer dans ses bras était sa demi-sœur. Comment avait-elle pu vivre dans l’ignorance tout ce temps, malgré son jeune âge. Comment son père avait-il pu abandonner la jeune femme qui se trouvait non loin de là ? Son père qui était resté pour elle. Et pas pour la première… Ambre ne savait plus très bien quoi penser de son père qui avait toujours était là pour elle. Son père qui avait laissé se débrouiller toute seule une femme et son enfant. Son enfant. Ambre était troublée. Et si Ambre avait était la première et Miss Pearl la deuxième ? L’aurait-il abandonné ? Sûrement. Comment aurait-elle réagit ? Personne ne le sait et Ambre ne voulait pas le savoir. Bizarrement aux yeux d’Ambre son père passa du statut d’Ange au statut de… quelque chose sans cœur. Bref qu’importe ce qui a bien pu lui passait par la tête. Le résultat est là : une jeune femme et une jeune fille.
Ambre avait marché en direction du Lac. Elle s’était arrêté sous un arbre et contemplait le paysage. Une larme coula sur sa joue. Elle ramena ses genou près de sa poitrine, enfoui sa tête dans ses mains ou plutôt dans son écharpe et pleura. Pendant quelques minutes Ambre ne pensait qu’à son père mais plus précisément à Miss Pearl, enfin à Roxane. Ambre avait toujours rêvée d’avoir une grande sœur. Et maintenant elle en avait une. D’ailleurs il était temps d’allait la rejoindre. Ambre se leva et retourna vers le barrage de ronces et d’épines. Elle essaya tant bien que mal à éviter les branchages mais malheureusement ne réussi qu’à abîmer légèrement son sweat-shirt. Il ne lui restait que quelques mètres quand elle entendit quelqu’un se lever et s’approcher. Une jeune femme apparut. Mais pas n’importe quelle jeune femme. Sa demi-sœur l’aida à traverser les derniers mètres. Ambre la gratifia d’un sourire que seul elle arrivait à faire. Sa sœur entama la discussion avec un énorme sourire :


" Bonjour Ambre ! Comment vas-tu ? Pas trop dur à trouver, j'espère, mon lieu de rendez-vous ?... Ne m'en veux pas trop, je ne voulais pas être méchante ! "

Avant même d’avoir pu répondre, Roxane la serra dans ses bras. Pas assez longtemps pour Ambre. C’était si agréable d’être serré contre une personne qui lui était chère. Ambre suivit Roxane et s’assit à côté d’elle contre l’arbre. Miss Pearl reprit :

" Alors, tes premiers jours à Poudlard ? Qu'est-ce que cela te fait ? "

Ambre lui répondit franchement :

"Et bah c’est trop cool ! Poudlard c’est mieux que l’école normale ! Et… Tu sais je suis super contente de t’avoir comme grande sœur ! Miss Pearbleu!"

Magnifique surnom qu'avait trouvé Ambre quelques jours plus tôt. Cette dernière se sentait bien. Même très bien. Rien ne pourrait venir troubler ce moment. Pas même la pluie, pas même le vent. Pas même les idées noires qui avaient traversaient l’esprit de la Première année quelques minutes plus tôt.

« DÉFONCE-LES TOUS », Monseigneur Endive • « Le souffle des Poufsouffle jamais ne s'étouffe » • Batteuse des Frelons
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Seconde première rencontre  PV 

Roxane souriait. Elle souriait parce qu'Ambre était là. Elle l'avait aidée à se sortir de ses fichues ronces et épines, et maintenant sa petite sœur était là, assise à côté d'elle. Alors Roxane était contente.

Elle observa attentivement sa sœur. La dernière fois qu'elle l'avait vue (enfin, vraiment vue, pas entrevue dans les couloirs ou dans la Grande Salle), c'était au début, voire au milieu, des dernières vacances d'été. Cela ne faisait même pas deux mois, et Roxane avait déjà l'impression que sa toute petite sœur avait pris dix centimètres...

Ambre, avec sa taille moyenne et sa carrure athlétique, était une très jolie petite fille de onze ans. Roxane était très fière d'avoir un membre de sa famille qui soit sportif ou sportive, car elle-même était une grosse flemmarde qui n'avait jamais rencontré une balle ou une salle de sport de sa vie. Enfin, si, elle jouait au Quidditch, mais c'était tout. La seule chose dont elle pouvait être fière, c'est que ne rien faire ne lui apportait rien : même pas des kilos. Elle pouvait manger tout ce qu'elle voulait, et elle n'avait même pas à aller courir pour compenser en retour. La claaaasse, hein ?!

Enfin bref, arrêtons de parler des kilos, ou plutôt des non-kilos de Roxane. Elle regardait donc attentivement sa sœur. Ambre avait des cheveux d'une couleur que Roxane n'avait jamais pu identifier, quelque chose entre le roux et le brun. C'était très beau, et en fait, en y réfléchissant, Roxane avait déjà vu des gens avec cette couleur de cheveux. Mais, vous savez, tant que vous ne vous intéressez pas à une personne en particulier, vous n'en avez rien à faire des autres gens qui portent la même couleur de cheveux que ladite personne. Enfin, bref.

Roxane ne s'intéressait pas particulièrement à la couleur des cheveux d'Ambre. Non, en fait, elle cherchait seulement des ressemblances. Des ressemblances entre elle et Roxane. Des ressemblances entre elles leur père. Roxane avait hérité des cheveux bruns-noisette de sa mère, mais des beaux yeux verts de son père - et elle n'en était pas fière jusqu'à ce qu'elle connaisse Ambre, qui en avait hérité également. Comme la petite avait sans aucun doute prit les cheveux de sa mère, la chevelure était une chose que Roxane et Ambre n'avaient pas en commun.

Mais les yeux, c'était quelque chose. Ils étaient tellement semblables, avec cette même forme, et surtout, cette même couleur, que l'on les confondait sans hésitation. Roxane adorait ses yeux, et encore plus depuis qu'elle savait que sa petite sœur avait les mêmes.

Tandis que Roxane cherchait d'autres ressemblances sur le visage de sa sœur, cette dernière commença à répondre à sa question, qui était, rappelons-le :
« Alors, tes premiers jours à Poudlard ? Qu'est-ce que cela te fait ? » . Voilà donc la réponse que lui fit la petite première année :

« Et bah c’est trop cool ! Poudlard c’est mieux que l’école normale ! Et… Tu sais je suis super contente de t’avoir comme grande sœur ! Miss Pearbleu ! »

Ambre semblait très fière d'avoir trouvé ce surnom, que Roxane trouvait un peu ridicule. Mais venant de la petite, rien ne lui déplaisait. Elle ria sincèrement et ouvertement à la réponse de sa sœur , puis enchaîna directement :

« Ahah, un peu que c'est mieux ! C'est même trop bien, tu veux dire ! Et moi aussi, je suis super contente que tu sois ma petite soeur ! Mais je n'ai pas de surnoms, désolée... ! »

Roxane rigola et se souvint d'une chose bien précise dont elle voulait parler à Ambre. Elle prit un air et un ton plus sérieux et se tourna vers sa soeur :

« Ambre, écoute, il faudrait que je te parle d'un truc. » Roxane prit une grande inspiration et essaya de ne pas prendre trop de gants : « En fait, je voudrais changer de nom. Reprendre mon vrai nom. Le prénom que ma mère biologique m'a donné, ainsi que son nom. Et celui de ma mère adoptive. J'aurai donc mon prénom biologique et un nom composé biologique-adoptif. Jusque là, pas de problèmes, je pense que tu comprends. Ce que j'essaye de te dire, c'est que tu t'y attends peut-être, mais je... Voilà, je ne veux pas prendre le nom de notre père. Je ne veux pas m'appeler Baxrendhel. Ce... Ne le prend pas, enfin, ne prends pas ça contre toi ! C'est juste que... Je suis très contente de t'avoir dans ma vie, j'en suis même ravie, c'est exaltant, mais... Ton nom de famille est celui de notre père. Et... Enfin, je veux dire, pour moi, il n'a jamais été mon papa, ni même mon père. Je n'ai jamais eu de papa. Et même si j'étais restée avec ma mère biologique depuis le début, lui n'aurai pas été là et je n'aurai pas voulu de ce nom non plus. Ambre, comprend-moi... Comprend l'effet que ça me fait ! Avoir été abandonnée avant même ma naissance par un père qui en a acceptée une autre par la suite... Je... Je ne suis pas jalouse de toi ! Au contraire ! Je t'envie, mais je ne suis pas jalouse. Et je t'aime énormément. Alors je ne sais pas comment tu vas prendre ça, mais je ne veux pas du nom de notre père. Je... Je suis désolée. »

Roxane avait dit tout cela d'une traite, sans s'arrêter. C'était sa spécialité, en tout cas, sortir les choses d'un coup, comme ça ! Des tirades. Oui, c'est bien cela, c'étaient des tirades qu'elle faisait. Parfois même des monologues. Souvent, en fait. Les gens étaient en général pris de cours lorsque la jeune femme sortait des trucs d'une longueur pareille, et ils n'osaient pas vraiment répondre pour relancer l'énergumène excité en face d'eux.

Mais là, Roxane espérait très sincèrement qu'Ambre allait lui répondre. Qu'elle prenne la décision de sa soeur bien ou mal, il fallait qu'elle lui réponde. Il fallait qu'Ambre réponde à Roxane.
* Répond-moi ! * supplia mentalement cette dernière.

Car le silence est le pire des supplices.

Seconde première rencontre  PV 

En parlant de vent, ce dernier était de plus en plus froid, de plus en plus fort, de plus en plus désagréable. Désagréable dans le sens où, Ambre ayant des cheveux longs, ces derniers au contact du vent partent dans tout les sens. Plus particulièrement dans son visage. Sa bouche, ses yeux. Génial. Manger ses cheveux est tout bonnement merveilleux. Enfin bref. Tout le monde le sait. Quoiqu’il en soit en ce moment Ambre était assise contre un arbre à côté de sa demi-sœur, enseignante à Poudlard, dans un endroit secret et donc inconnu de tous sauf de Roxane et maintenant Ambre, dans le froid et le vent. En plein mois de septembre. Voilà je crois que je vous ai tout dit. Ah non j’ai oublié le plus important. Elle se sentait bien. Pour la première fois, Ambre se sentait bien alors que quelques minutes auparavant elle avait pleuré toute les larmes de son corps. Elle était bien. Elle savait qu’auprès de Roxane rien ne pouvait lui arriver. A part se prendre une petite tape sortie de nulle part au moment où elle prononce un surnom débile. Mais en sécurité elle l’était. Elle en était sûre. Sa grande demi-sœur veillait sur elle. Ce qu’elle n’aurait pas pu dire le premier jour où elle l’avait vu. Rappelez-vous, elle l’avait rencontré sur le seuil de la porte. Cette jeune femme venue retrouver son père qui l’avait abandonné. Ce même père qui était resté pour une autre. Ambre en l’occurrence. Cette dernière n’aurait jamais pensé se retrouver dans un endroit secret avec elle. Mais il y avait sûrement une explication à ça. Mais nous la verrons un peu plus tard voulez-vous. Pour l’instant place à la réaction.

« Ahah, un peu que c'est mieux ! C'est même trop bien, tu veux dire ! Et moi aussi, je suis super contente que tu sois ma petite soeur ! Mais je n'ai pas de surnoms, désolée... ! »

Trop bien ça l’était. Obligé de toute façon. Qui pouvait dire que Poudlard n’était pas merveilleux ? De simple Moldu comprendrait rapidement de toute façon. Non tout le monde sait que le château est l’endroit le plus merveilleux du monde. Mais il est toujours mieux quand il y a un membre de la famille. Ambre était donc toute contente le jour où elle apprit que Roxane allait elle aussi à Poudlard. Elle était contente de ne pas y aller toute seule. C’était un des plus beaux jours de sa vie, en plus il avait fait super beau et super chaud. En plein mois d’août. Que pouvait-elle demander de plus ? Rien. Enfin bref. Roxane avait aussi mentionné quelque chose du style « Je n’ai pas de surnoms », et bien si là elle devra faire une exception. Tout simplement parce qu’Ambre en donner à toutes les personnes qu’elle aime. Mais bon, il fallait voire comment elle réagira à la longue, la première année ne voulait surtout pas avoir des bleus partout. On ne sait jamais, Roxane a peut-être plus de force qu’il n’en paraît.

La première année se retourna vers Roxane qui avait l’air contente de se retrouver ici. Oui bien. Comment pouvait-elle le savoir ? Mais parce qu’elle rigoler. Ambre fit son plus beau sourire. Mais Roxane changea subitement de « comportement », elle avait un air grave. Ambre ne comprit pas tout de suite, avait-elle fait quelque chose de mal ? Pourtant elle n’avait fait qu’un simple sourire. Roxane prit alors la parole et commença à parler avec des mots assez compliqué pour Ambre à certains endroits. Elle parlait de changer de nom de famille mais n’allait pas prendre celui de leur père, elle ne voulait pas faire de peine à Ambre. Pour le moment c’était assez simple, c’est après que cela pouvait devenir un peu lus compliqué pour une fillette de onze ans. Alors reprenons et écoutons attentivement. Roxane ne voulait pas du nom de leur père parce qu’il n’était pas vraiment son père, Roxane parla du fait qu’elle avait été abandonné le jour de sa naissance, elle enviée Ambre mais n’était pas jalouse.
Houlala ça commençait à se compliquer là. Ambre espérait que cela n’allait pas tarder à se terminer parce que là ça devenait de plus en plus compliqué. Roxane termina par dire qu’elle aimait Ambre et qu’elle était désolée et qu’elle voulait connaître la réaction de la fillette. Ambre essaya d’analyser chaque mot, chaque phrase de la tirade de sa demi-sœur. Elle en arriva à une conclusion ; Roxane voulait changer de nom mais elle ne voulait pas prendre celui de leur père, elle espérait que cela ne choque pas Ambre. Roxane aimait Ambre. Enormément. Que voulez-vous répondre quand on vous dit qu’on vous aime. On ne peut répondre que quelque chose de gentil. Allant dans le même sens. Et puis, tout ceci ne dérangeait pas Ambre. Elle avait apprit à connaître Roxane et savait qu’elle ne faisait pas cela pour l’embêter. Elle voulait toujours faire du mieux qu’elle le pouvait.

La première année chercha une façon de lui dire qu’elle comprenait. Elle voulait en même temps lui montrer qu’elle savait déjà utiliser sa baguette pour faire des petites choses. Elle se retourna donc, fit dos à Roxane, sortit sa baguette et murmura un petit « Lumos ». Le bout de la baguette s’illumina. Ambre essaya de la caché sous son sweat, se retourna vers Roxane, sortit la baguette et l’approcha de son visage en l’a balançant et lui répondit :


"Moi j’m’en fiche. Tu fais comme tu veux. T’es assez grande nan ?"

Elle accompagna cette dernière phrase par un grand sourire. Elle rangea sa baguette une fois la lumière « éteinte », elle essaya de faire le plus vite possible. Elle voulait encore faire quelque chose avant que Roxane ne réponde. Bref une fois sa baguette rangeait, Ambre prit son élan, toujours assise rappelons le, et fit un énorme câlin à Roxane. Elle ne voulait plus bouger. Elle était bien. Très bien même. Trop bien pour être vrai. Quoique.

« DÉFONCE-LES TOUS », Monseigneur Endive • « Le souffle des Poufsouffle jamais ne s'étouffe » • Batteuse des Frelons
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Seconde première rencontre  PV 

Roxane attendait, et elle avait très peur, à vrai dire. Elle avait peur de la réaction que sa soeur allait avoir.

En fait, non . Elle avait peut de cette réaction
si et seulement si cette réaction était celle que Roxane redoutait. En effet, la jeune femme redoutait plus que tout qu'Ambre s'oppose à l'idée, qu'elle lui sorte quelque chose du genre : « Soit tu gardes ton nom actuel, soit en changeant tu prend celui de notre père aussi, ou je ne te regarderai même plus ! » Elle avait appris à connaître sa petite soeur, et elle avait donc appris qu'elle pouvait être très surprenante.

Ambre, apparement, avait aussi un côté sadique, puisqu'elle ne laissait pas voir à Roxane ce qu'elle faisait dans son dos. Peut-être riait-elle ? Peut-être pleurait-elle ? Roxane n'en savait rien et cette incertitude douteuse lui était vraiment très désagréable.

Dos à Roxane, cette dernière pouvait entre-appercevoir qu'Ambre traficotait quelque chose avec... Sa baguette ? Ouh làààà, ça devenait bizarre, si Ambre commençait à prendre sa baguette ! Peut-être voulait-elle « punir » Roxane, la faire souffrir en se vengeant avec un bon Maléfice des Furoncles ? Oh non, elle n'oserait pas ! Et puis, elle n'était pas si stupide. Et de toutes les façons, Roxane saurait bien se défendre... !

Puis, d'un coup brusque, Ambre se retourna, tout sourire, sa baguette illuminée d'un Lumos brillant en main. Elle agita le morceau de bois raide sous le nez de sa grande soeur déconcertée et s'exclama, toute virulente et souriante :


« Moi, j’m’en fiche. Tu fais comme tu veux. T’es assez grande, nan ? »

Tout d'abord, Roxane ne réagit pas. Tout simplement parce qu'elle ne comprenait pas. Elle n'avait pas fait le lien entre la réponse mot pour mot de sa soeur et la signification de ladite réponse. Elle fixait avec insistance la petite boule lumineuse au bout de la baguette d'Ambre, comme si c'était la chose la plus étrange qu'elle ait jamais vu de toute sa vie. Cet instant de flottement ne dura pas très longtemps, car dès qu'Ambre s'empressa d'éteindre sa baguette puis de la ranger, Roxane cligna des yeux plusieurs fois et dû revenir à la réalité, elle qui avait été trop paralysée par la peur que la réponse de sa petite soeur pouvait lui apporter.

Cependant, Roxane replongea dans un état de totale stupéfaction lorsqu'Ambre se jeta littéralement dans ses bras. La jeune femme ne comprenait pas trop ce qui lui arrivait, et elle ne réalisa qu'après ce moemnt-là qu'Ambre était d'accord. Elle était d'accord ! Ambre était d'accord ! Elle ne se formalisait pas contre le choix de sa grande soeur, au contraire, elle l'y encourageait parce qu'elle la laissait à son choix d'adulte pour rester dans sa position d'enfant faisant un câlin à sa soeur.

La soeur en question était débordante de joie et d'euphorie, et répondit à l'étreinte qu'elle recevait très fortement. Elle comprenait qu'Ambre n'ait pas vraiment envie de s'immiscer plus que cela dans les choix compliqués de Roxane. A onze ou douze ans, on s'en fout un peu, pour tout dire. Mais Roxane savait qu'Ambre, quelque part, était flattée, ou contente, ou reconnaissante, ou tout ça à la fois, que Roxane lui en d'abord parlé et lui avait d'abord demandé son avis, même si elle-même n'accordait pas beaucoup d'importance à sa propre réponse. Enfin, c'est comme cela que Roxane l'interprétait, elle. Et la jeune professeure elle-même savait que si elle avait fait ce choix dans son coin, toute seule, elle s'en serait énormément voulu et Ambre lui en aurait énormément voulu aussi. Alors, même si aucune des deux soeurs ne le laissaient paraître, elles savaient qu'elles étaient toutes deux contentes d'en avoir parlé.

Roxane déposa un énorme baiser très long sur le front de sa petite soeur, et la serra de plus belle sans ses bras.


« Merci... », murmura-t-elle dans l'oreille d'Ambre.

Puis elle se leva, mettant fin au câlin fraternel, car les obligations de la vie courante les obligeaient toutes les deux à s'arrêter là. Ambre devait certainement aller étudier si elle n'avait pas cours, ou faire ses devoirs, et Roxane devait préparer les siens, de cours, ainsi que corriger une grosse pile, que dis-je, un énorme monticule (bon, ok... J'éxagère un chouïa !) de devoir de toutes les années différentes.

De toute façon, elles se reverraient. C'était ça, l'avantage d'habiter dans la même demeure ! (Et même immense, la demeure... !)

Elle tendit la main à sa soeur pour l'aider à se relever et elles repassèrent ensemble les buissons épineux. Puis, en prenant sa petite soeur par les épaules, Roxane la raccompagna au château, où elle se quittèrent à l'entrée, très heureuses d'avoir passée du temps ensemble pour les deux, et très heureuse d'avoir pu parler de son initiative à sa soeur pour Roxane (et surtout très heureuse que la soeur en question avait
accepté l'initiative en question... !). Tout sourire, elle partit à ses copies, dans sa Tour Nord, après avoir chaleureusement dit au revoir à Ambre, en se disant qu'elle allait maintenant, sans aucun doute, devoir batailler pour changer son nom... !

Reducio
Fin du RPG pour moi ! ;)

Seconde première rencontre  PV 

Un câlin c’est bien. Deux câlins c’est mieux. Douze câlins c’est génial. Mais un énorme câlin ça bat tout les records. Mais pour cela il faut que ce câlin soit long, très long et surtout, il faut qu’il soit exceptionnel. Et le câlin qu’Ambre était en train de vivre était extraordinaire. Un câlin mieux que ceux qu’elle avait eu l’occasion d’avoir avec ses parents, un câlin mieux que ceux qu’elle avait ait avec ses amies. C’était un câlin magique. Bon d’accord, il n’avait pas très très bien démarré mais au moins, il avait bien continué. En effet, lorsqu’Ambre s’était jetée dans les bras de Roxane, cette dernière n’avait pas réagi de suite. Comme si elle n’avait pas encore compris que la première année était tout à fait d’accord avec le fait qu’elle change de nom. A croire que la vieillesse jouait déjà avec son cerveau… Comme si elle ne pouvait pas être d’accord avec ça… Bon d’accord, avec son caractère, elle aurait très bien pu ne pas être d’accord mais bon. Elle n’avait que onze ans. Et, il faut le dire, elle s’en fichait un petit peu. Elle tout ce qu’elle voulait, c’était faire un câlin à sa grande sœur. Point final. D’ailleurs, la grande sœur là, elle se faisait désirer. Ambre voulut s’écarter de la jeune femme pour lui montrer son mécontentement mais elle se ravisa lorsqu’elle sentit Roxane répondre à son câlin débordant d’affection. La première année s’agrippa à sa sœur tout en recevant un baiser sur le front. Elle aurait pu rester encore comme ça pendant plusieurs minutes, des heures s’il le fallait. Elle n’avait jamais ressenti quelque chose comme ça auparavant. Quand elle ne la connaissait pas encore, pour Ambre c’était Papa et Maman. Et pas Papa, Maman et Roxane. Et depuis qu’elle était à Poudlard c’était surtout Roxane. Roxane par-ci, Roxane par-là. Encore Roxane. Roxane, Roxane et, Roxane. Avec elle, elle avait l’impression d’être importante, avec ses parents aussi mais là c’était bien différent. Tellement mieux, tellement plus… Roxanien. Elle sentit cette dernière lui murmurer un mot tout simple mais qui fait tellement plaisir :

« Merci… »

Ambre leva les yeux en direction de Roxane. Elle avait envie de lui poser pleins de questions. Comment avait-elle vécu sans connaître son père ? Pourquoi elle avait voulu le rencontrer ? Comment avait-elle fait pour el retrouver ? Et surtout, pourquoi était-elle si gentille avec elle ? Malheureusement, la première année comprit que ce petit moment entre sœur touchait à sa fin. Elle sentit Roxane se lever. Ambre dû lâcher prise. Elle aurait tellement voulu s’agripper de toutes ses forces, même si Roxane aurait vite fait de s’en échapper. Elle aurait tellement voulu l’obliger de se rasseoir et de continuer le câlin… Mais elle savait très bien que c’était impossible. Roxane avait sûrement des choses importantes à faire. Elle n’était pas prof de Divination pour ne rien faire. Elle avait sûrement des tonnes de devoirs à corriger. Des tonnes de cours à rédiger. D’ailleurs, Ambre devait aller faire ses devoirs elle-aussi. Un bon petit devoir de Potion par exemple. Sa sœur déjà debout, Ambre la regarder de bien bas, jusqu’à ce qu’elle aperçu la main de la jeune femme tendu vers elle. Elle l’attrapa et se releva avec son aide. Ambre poussa un soupire en faisant la moue. Histoire de lui montrer qu’elle voulait continuer le câlin et qu’elle n’avait pas tellement envie de repartir dans son coin, laissant sa grande sœur partir dans un autre. Bien que cela ne change pas grand-chose. Elle troqua tout de même assez rapidement son visage tout triste par un petit sourire. Ce moment avait été l’un des plus agréables qu’elle avait passé avec Roxane. Elles repartirent toutes les deux en direction du château. En passant les buissons épineux toutes les deux, en même temps. La première année sentit les mains de Roxane se poser sur ses épaules. Elle la laissa faire. Elle se sentait protégée. Elles entrèrent dans le château, comme deux sœurs seraient rentrées dans leur maison. C’était leur maison. Leur deuxième maison. Et elles y étaient ensemble. La première année dit au revoir à Roxane et tandis que cette dernière repartait dans sa Tour, Ambre rentra doucement dans sa salle commune en repensant à tout ce qu’elle avait vécu et entendu pendant son rendez-vous. En tout cas, une chose est sûre ; elle ne l’oublierait jamais. Tout ceci restera gravé dans sa mémoire jusqu’à son dernier souffle.


Reducio
Fin du Rp

« DÉFONCE-LES TOUS », Monseigneur Endive • « Le souffle des Poufsouffle jamais ne s'étouffe » • Batteuse des Frelons