Parc

Inscription
Connexion
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Bataille de boules de neige !  Libre 

Le parc de Poudlard était véritablement beau, surtout dans la période de l'hiver où celui-ci était tout recouvert de neige. Certains endroits, par-ci, par-là montraient que des élèves étaient passés par-là, on voyait des traces de pas parfois profondes de quelques centimètres, d'autres de quelques millimètres. Ensuite, des traces de pattes d'oiseaux se faisaient remarquer sur les quelques bancs présents. Le ciel était blanc comme la neige présente sur la totalité du parc, aucun nuage n'était présent. Il était fort possible qu'il se remette à neiger.

Noël et la nouvelle année étaient à présent passés, nous étions le 2 janvier. Haley avait décidé de passer ses vacances là, à Poudlard. C'était la première fois qu'elle restait, lors de sa première année elle avait préféré partir rejoindre ses parents, elle n'aimait pas resté loin d'eux si longtemps, mais il fallait avouer que rester à Poudlard pendant cette période était réellement magique et unique. La deuxième année n'aurait jamais imaginé participer à toutes ces activités tellement extraordinaires comme la foire de Noël ou même le Père-Noël secret. Toutes ses animations tellement bien pensées et organisées. Elle avait déjà manqué un Noël ici, manqué le deuxième aurait été véritablement bête étant donné tout ce qu'il y a eu.

Haley s'abaissa afin d'avoir de la neige sur les gants qu'elle portait. Malgré le tissu qui recouvrait la totalité de ses mains, elle ressentait tout de même la froideur de la neige. Elle se redressa, toujours avec les mains pleines de neige lorsque quelque chose lui frappa la tête. Ce quelque chose qui avait atterri dans ses cheveux "rampa" jusqu'à dans sa nuque la faisant frissonner de plus belle. Qu'elle était donc la personne qui venait de lui lancer une boule de neige ?! Un sourire se dessina sur les lèvres de la deuxième année, la neige qu'elle tenait dans ses mains venait de se transformer en boule. Haley se retourna et la lança à l'aveuglette espérant toucher la personne qui venait de l'atteindre.
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Bataille de boules de neige !  Libre 

Caroline avait eu envie de sortir dans le parc. A l'intérieur du château, il y avait trop de monde. La végétation du parc l'avait attiré et elle était donc sortie. Elle le regrettait un peu à présent. La froideur hivernale engourdissait son corps. Les arbres tremblaient face au vent et les rares flocons tourbillonnaient dans le ciel. Elle leva la tête et vu que le ciel était bleu comme la mer, pas un seul nuage ne venait obscurcir l'atmosphère. Une bourrasque de vent glaciale vient soulever un peu de neige. Caroline frissonna, elle réajusta son bonnet et son écharpe verte et argent. Ses mains étaient gelées malgré les gants qu'elle portait. Devant elle il i avait des traces de pas, Caroline les suivit pour voir qui était sorti par ce temps froid.

En arrivant à destination, elle vu Haley Pidloux, une deuxième année de Gryffondor, gentille et qu'elle connaissait bien vu que c'était sa marraine. La Serpentarde se cacha derrière un arbre et se baissa pour former une boule de neige bien ronde. Elle se releva et visa Haley. Un peu plus à droite, La griffonne était dans son angle de vision, Caroline lança sa boule de neige et celle-ci atterrit sur Haley. La jeune fille eu l'air surprise mais elle ne tarda pas à se venger. Elle fit une boule et le lança sur Caroline. La boule arriva droit sur Caroline qui esquiva et partit se cacher derrière un arbre. Quand le verte fut sur qu'il n'y avait plus de danger elle sortit de sa cachette et rigola. Elle rigola et dit à Haley avec une pointe de malice :


"Dommage, peut-être pour la prochaine fois. Sinon ça va ? Tu n'as pas trop froid ?"

Et voilà c'était parti, Caroline était une grande bavarde et quand elle commençait à parle rien ne pouvait l'arrêter... Ou presque. La verte attendit que Haley lui réponde et ne lâcha pas la boule qu'elle tenait dans son dos.
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Bataille de boules de neige !  Libre 

Anatéine regardait par la fenêtre, rêveuse et nostalgique. Si elle avait eu une dizaine d'années de moins, on aurait pu croire qu'elle rêvait à son amoureux, ou à quelque chose dans ce genre. Mais non, pas du tout. En réalité, elle rêvait à la neige qui tombait dehors, et elle se demandait si la probabilité que ladite neige fonde avant qu'elle n'ait corrigé sa pile de copies était forte ou non. Et il y avait, malheureusement, de grandes chances que oui.

Elle avait tellement de choses à faire ! Entre corriger les copies et préparer son prochain cours... C'est à cause de tout ça qu'elle avait dû, à contre cœur, abandonner sa petite famille plus tôt, tout de suite après le réveillon du Nouvel An, pour venir passer du temps à Poudlard afin de travailler. Car elle savait très bien que pour les derniers petits jours de vacances qu'il restait, elle n'aurait pas eu la motivation de le faire chez elle... Travailler. Ce mot lui était presque dénué de sens, maintenant. Elle travaillait beaucoup, à Poudlard, et ne trouvait pas énormément de temps pour s'amuser. Bon, vous me direz, elle était sur son lieu de travail, en même temps, c'était normal qu'elle doive se donner à fond pour ses élèves. Mais là, tout de même... Elle avait à peine eu le temps de souffler chez elle que déjà, elle était repartie au château !

C'en était trop pour elle, elle avait besoin de prendre l'air. Elle abandonna sa plume, souffla les bougies allumées et s'enroula dans une bonne grosse cape fourrée. Elle attrapa son écharpe et sortit de son bureau surchauffé pour se retrouver dans le frais couloir de sa Tour. Elle descendit à la volée les marches des escaliers et sortit par la grande porte du Hall.

Dehors, il faisait glacial, mais clair. Tellement clair ! Tout était blanc, radicalement et profondément blanc. Du ciel jusqu'au sol. Toute cette vivacité dans la couleur éblouit Anatéine, qui en eu presque les larmes aux yeux. Le temps pour ceux-ci de s'habituer à la lumière, elle avait déjà fait quelques pas en direction du milieu du Parc enneigé. Ses grandes bottes en cuir noir fourrés (heureusement, sinon elle ne donnerait pas cher de ses orteils) s'enfonçaient dans l'épaisse couche de neige qui s'étendait sous elle.

Les élèves se faisaient assez rares, dans le Parc. Anatéine trouvait cela dommage : ce n'était pas tous les jours que l'on avait autant de neige devant soi ! Cependant, quelques petites têtes se montraient par-ci, par-là, et dès qu'elles apercevaient la Directrice de la Maison de Serdaigle, elles lui adressaient un petit signe respectueux et s'en allaient vaquer à leurs occupations.

Anatéine s'arrêta un instant dans cette étendue immaculée. C'était tellement beau qu'elle en avait le souffle coupé ! Elle tourna sur elle même et remarqua qu'à quelques mètres de là où elle se trouvait, était également présente deux jeunes filles. Elle les voyait de dos et ne pouvait malheureusement pas savoir de qui il s'agissait, mais elle eu une idée un peu folle, le genre d'idées que l'on n'a pas à son âge, mais qu'elle décida tout de même d'avoir.

Elle se baissa doucement, sans bruit, et ramassa un petit tas de neige qu'elle malaxa pour former une boule compacte. Elle n'avait pas fait ça depuis au moins quinze ans ! Elle attendit que la jeune fille devant elle, qui bougeait un peu trop à son goût, se stabilise, pour lancer sa boule à la main et attendre de pouvoir la regarder avec fierté atterrir sur la tête de la fillette. La jeune professeure eu un sourire sadique, et, tout en ne sachant toujours pas à qui elle avait à faire, lança tout en formant discrètement (enfin, elle l'espérait) une nouvelle boule de neige - bah oui, il faut bien anticiper la réaction de l'adversaire ! - :


« Alors comme ça, mesdemoiselles, on agresse ses professeurs ? Mais ce n'est pas bien, enfin... ! »

Avec un poil d'hypocrisie, vu que c'était elle qui avait commencé, peut-être ? Mais non, pas du tout ! Roh, et puis quoi, on ne peut plus s'amuser, maintenant ?

Bataille de boules de neige !  Libre 

Meilla avait fini tous ses devoirs, et depuis le réveillon du Nouvel An, elle s'ennuyait! Elle n'était pas rentrée chez elle car elle voulait voir comment se passaient les vacances de Noël à Poudlard... Mais au fil des jours, elle se demandait si cela avait été une bonne idée... Elle décida alors de sortir pour voir si elle pouvait trouver des gens avec qui s'amuser. Elle prit sa cape fourrée l'attacha soigneusement autour d'elle, puis prit ses bottes fourrées. Elle se fit deux longues tresses et descendit.

Peu de gens traînaient dans les couloirs et même dehors! Meilla put voir quelques Serdaigle, Gryffondor, Serpentard et Poufsouffle. Tout d'un coup, elle se rendit compte que quelques mètres devant elle marchait à pas feutrés leur directrice! La directrice des Serdaigle!
*Mais que fais-t-elle dehors avec un temps pareil?!* se demanda Meilla. En effet, il neigeait de gros flocons depuis le début de la journée et même depuis le début de la semaine à bien y réfléchir! *Elle doit juste avoir besoin de se balader... Tout le monde en a le droit! Même si je n'ai encore jamais vu un professeur le faire* se dit Meilla toujours en réfléchissant.

Ainsi, le rouquine, suivit instinctivement sa directrice de maison sans le faire exprès. Tout à coup, Mrs Eden-Slown se baissa et ramassa de la neige.
*Mais que fait-elle?!* Elle forma une petite boule compacte et la lança sur une des deux jeunes filles qui se faisait une bataille un peu plus loin.*Mais que fait-elle? Sérieusement?! C'est une directrice de maison non?!* Meilla était vraiment perdue. et encore plus quand la professeure dit d'une manière hypocrite :

"Alors comme ça, mesdemoiselles, on agresse ses professeurs ? Mais ce n'est pas bien, enfin... !"

*Mais que dit-elle? C'est elle qui les a attaquées! Je ne comprendrais jamais les professeurs... Déjà devenir prof... Quelle idée bizarre!*

Mais bon revenons à nos moutons! Les deux jeunes filles s'étaient retournées et Meilla reconnu Haley et Caroline. *Une Serpentard et une Gryffondor ensemble... Pourquoi pas!* Car même si les querelles de maison s'étaient atténuées, entre les Gryffondor et les Serpentard, il n'en restait pas moins un problème.

Meilla s'approcha du groupe en attendant de savoir si elle pouvait elle aussi participer puisque la professeure avait l'air un peu en colère. La jeune sorcière se demandait tout de même si cet air n'était pas de la comédie. Mais bon il fallait attendre pour le savoir...

~En voyage autour du monde et en couple avec la fille la plus extraordinaire du monde ~
Attention, apparition de carottes hallucinogènes dans le secteur des ornithorynques.
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Bataille de boules de neige !  Libre 

Lorsque la boule de neige lancée quelques secondes auparavant fit un léger "ploc", ou quelque chose dans ce genre-là (pas très doué pour imiter un bruit), Haley en déduit immédiatement que son tir à l'aveuglette n'avait pas été réussi et que la boule (si on peut appeler ça comme ça, maintenant qu'elle est tout écrasée sur le sol enneigé) était tombé à terre. Alors que Haley se retournait pour voir qui était la personne qui lui avait jeté de la neige, elle ne vit absolument personne. *Elle n'est pas venue toute seule cette boule !* Pensa-t-elle alors. Mais quelle ne fut pas sa surprise lorsqu'une petite sorcière de première année, qu'elle connaissait bien, sortit de derrière un arbre, les mains dans le dos. Ce n'était autre que la jeune Caroline Purelune. C'était pas bien de prendre les gens en traître ! Haley sourit de plus belle, elle ne s'attendait pas à ce que ce soit elle qui lui jette cette neige, après tout, elle avait l'air si innocente... mais en voyant que personne d'autre n'était là, plus les mains derrière le dos (donc qui supposait avoir d'autres munitions), la deuxième année n'avait pas de doutes. Alors qu'elle s'apprêtait à répondre à la question de la Serpentard, qui avait un ton ironique aux oreilles d'Haley, une autre boule venait de s'attaquer à elle. *C'est la fête ou quoi là ? Pensa-t-elle encore le sourire aux lèvres. Lentement, elle se retourna apercevant une femme, et une enfant. Qui de miss Eden-Slown ou alors Meilla avait lancé cette boule ?

« Alors comme ça, mesdemoiselles, on agresse ses professeurs ? Mais ce n'est pas bien, enfin... ! »

Bon bah comme ça c'était fait, plus besoin de chercher loin Haley était pratiquement sûre que c'était la professeure de sortilège auteur de cet acte. Haley se baissa un peu afin d'attraper suffisamment de neige pour fabriquer trois boules. Lorsque la première fut faite, elle ne mit pas beaucoup de temps à atterrir sur la tête à Caroline.

"Ça va, pas trop froid, et toi ? Lui dit-elle tout en lui tirant la langue. Ensuite elle porta son attention sur la professeure. Une seconde boule venait d'être lancé, cette fois-ci sur miss Eden-Slown.

"Vous agresser ? Mais non, nous n'oserions pas ! ... ou peut-être que si en fait ! Ahah. Répondit-elle enchaînant un rire par la suite. Quant à la troisième boule de neige, je suppose que vous savez pour qui est-elle destinée ? En quelques secondes seulement la dernière boule était lancée, attendant que celle-ci rejoigne la personne visée.

"Désolée Meilla... non pas désolée en fait ! Ahahah"
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Bataille de boules de neige !  Libre 

Caroline fut surprise de voir une autre boule de neige arrivée sur Haley, elle se retourna et vit deux personnes : Meilla PRIMARD, en première année à Serdaigle, qu'elle ne connaissait pas et Mme EDEN-SLOWN, professeure de sortilège. C'était une des deux qui était coupable, surement pas la professeure, elle était une adulte mais Meilla paraissait si innocente ! Elle faisait place à une énigme. Elle eut la réponse quand la directrice des Serdaigles leur lança :

"Alors comme ça, mesdemoiselles, on agresse ses professeurs ? Mais ce n'est pas bien, enfin... !"


*Okaaaay... C'est elle qui nous attaque et elle nous accuse ! C'est bizarre, surtout venant d'un professeur. Ils doivent normalement donné l'exemple.*
Caroline un peu énervé se prépara à tirer une boule de neige quand elle reçut un choc dans le dos. Elle se retourna, en ayant de l'eau glacée qui avait pénétrée dans ses vêtements et vit Haley avec un grand sourire. Celle-ci lui dit :

"Ça va, pas trop froid, et toi ?


*Ahah...* se dit Caroline. Elle allait devoir se faire une réserve de boules de neiges car la guerre était déclarée ! Mais elle n'eut encore une fois pas de temps de lancer sa boule qui commençait à fondre car la rouge avait de nouveau attaquée. Pas sur Caroline mais sur la professeur. Elle s'était vengé en lui envoyant une belle et grosse boule bien ronde. Elle rigolait de sa farce, elle était très contente d'avoir "attaqué" un professeur et le lui fit savoir :

"Vous agresser ? Mais non, nous n'oserions pas ! ... ou peut-être que si en fait ! Ahah."

*Oh ça c'est pas bien Haley* Mais la deuxième année n'en resta pas là et lança sa deuxième boule de neige sur la petite bleue. Elle avait vraiment l'air de s'amuser ! Pour finir son attaque, elle dit à Meilla :

"Désolée Meilla... non pas désolée en fait ! Ahahah"

Diabolique ! Caroline entra en scène à ce moment là, elle cria :

"A l'attaque !!!"

Elle prit dans ses mains, deux boules de neige et les lança sur Haley en lui disant :


"Je crois que c'est plutôt toi qui va avoir froid."

Puis elle se tourna vers la professeure et lui dit :


"Professeure, vous devez montrer l'exemple... Mais pas nous !"

Et lui lança une boule de neige, elle se baissa pour attraper une troisième boule, puis la lança sur Meilla, qui n'avait rien fait pourtant.

Bataille de boules de neige !  Libre 

Meilla vit une lueur diabolique dans le regard d'Haley qui cria soudainement à la Serpentard tout en lançant uns boule de neige :
"Ça va, pas trop froid, et toi ?
*En même temps elle l'a bien méritée! C'est elle qui a commencé!*

La Gryffondor lança une deuxième boule en direction de la professeure tout en disant diaboliquement :
"Vous agresser ? Mais non, nous n'oserions pas ! ... ou peut-être que si en fait ! Ahah."
*Elle n'a pas peur des représailles... Honnêtement je n'aurais jamais osé!!

La deuxième année lança enfin une dernière boule qui cette fois était destinée à la jeune Serdaigle. Etre aussi méchante ne l'empêcha pas d'humilier encore plus la Serdaigle en criant sadiquement:
"Désolée Meilla... non pas désolée en fait ! Ahahah"
*Alors elle elle va le regretter!*

Jusque là Meilla s'était contenté d'observer la scène avec application. Mais elle n'avait pas l'intention de rester en retrait! Elle était dehors pour s'amuser et n'allait pas se gêner. Mais avant d'avoir pu faire quoi que ce soit, la Serpentard, Caroline, prit le relais d'Haley et lança 3 boules de neige pour chacune des participantes. Elle dit à Haley tout en lui envoyant deux boules à la fois :

"Je crois que c'est plutôt toi qui va avoir froid."

Puis à la professeure :
"Professeure, vous devez montrer l'exemple... Mais pas nous !" avant de lui envoyer une boule de neige.

Meilla qui n'avait rien demander s'en pris elle-aussi une. Cette fois-ci elle n'allait pas perdre de temps et passer à l'attaque!

"Banzaï!!"

Elle lança trois boules qui atterrirent sur leurs cibles dans un petit bruit de trompette (je sais c'est bizarre).
"Caroline tu as commencé les hostilités alors voici pour toi! Haley tu ne t'es pas gênée non plus donc celle-là est pour toi! Et professeure Eden-Slown, sauf votre respect vous ne devez pas mentir! Alors voici aussi!"


Après cette vengeance calculée, Meilla se sentait mieux et attendait la réplique du professeur

~En voyage autour du monde et en couple avec la fille la plus extraordinaire du monde ~
Attention, apparition de carottes hallucinogènes dans le secteur des ornithorynques.
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Bataille de boules de neige !  Libre 

Tombe la neige... Tu ne viendras pas ce soir. Tombe la neige, tout est blanc de désespoir... Salvatore Adamo, chers amis. Grand chanteur, anarchiste sur les bords, mais qui gardait dans ses paroles cette élégance des années 1960... Enfin bref, ne nous attardons pas sur l'interprète, mais plutôt sur les paroles qui introduisent ce message. Pourquoi ces paroles? Et bien certains le sauront peut-être, mais le jeune préfet des Serdaigle avait une réelle aversion pour l'hiver. Oh! bien entendu, quand il était petit, très petit, durant les 4 premières années de sa vie, il avait passé de joyeux hivers, découvert la neige, fait des igloos... Puis brusquement, tout s'était envolé: une bouteille de trop et l'oubli d'un coup de frein avait signé la mort de sa mère, renversée par une voiture. Et son père, lui, était de moins en moins présent... De tout ce qu'il y avait de merveilleux à Noël, et l'hiver, ne restait que son émerveillement face à l'elfe de maison de la famille qui, par magie, décorait le sapin... Émerveillement envolé depuis...
De plus, lorsqu'il apprit de Nimbus (oui l'entreprise) que son père, vendeur à l'international pour la marque, était bloqué dans les îles Maurice, qui étaient touchées par un cyclone, il comprit qu'il ne quitterait pas Poudlard pour Noël. Bien sûr, le vieux Amos Diggory, "grand-père d'adoption" de Teddy, lui avait proposé de passer les vacances chez lui, à Loutry Sainte-Chaspoule, dans le Devon, mais le jeune garçon refusa. Il voulait pouvoir passer un Noël avec son père, un Noël familial, un Noël chaleureux... C'était ça ou Poudlard. Et ce fut Poudlard.

Ainsi, en ces premiers jours de la nouvelle année, il décida de sortir un peu dehors. Il n'aimait pas vraiment la neige, mais s'il pouvait réussir à s'amuser, à oublier un peu "tout ça", à discuter avec quelqu'un, à chercher à retracer le parcours d'une personne, à participer à une bataille de Boule de Neige ou tout simplement à se changer les idées, et bien cela valait le coup de marcher. Bien entendu, il sortit bien couvert, avec pull-over épais et cape qui l'était encore plus. Sans oublier des gants en peau isolante de... cela venait d'un animal polaire, mais il ne savait pas vraiment duquel. Il n'en restait pas moins qu'ils isolaient bien les mains. Enfin, bien sûr, une écharpe, jaune (oui, jaune... Lorsque son père la lui avait donné quelques jours avant la Rentrée de Septembre, il ne se doutait pas une seconde que son fils serait réparti à Serdaigle: la logique séculaire familiale imposait la maison de Poufsouffle) enroulée autour de son coup, et enfin, son cher chapeau, qu'il avait apporté au Bal, sans le feutre noir cette fois-ci.
C'est ainsi équipé qu'il marchait depuis une bonne dizaine de minute. Puis, il s'arrêta, observant un scène bien étrange en se cachant à moitié derrière un arbre: Miss Eden-Slown venait de lancer une boule de neige sur une élève que le garçon n'arrivait pas à distinguer, à cause des feuillages (enfin... si on peut appeler feuillage l'armure hérissée des sapins)... Puis d'accuser cette élève de l'avoir "agressée". Dolmen ne put s'empêcher de penser
*Miss, je vous adore!* en voyant cette scène... En effet, sa Directrice de Maison était un peu moins rigide que d'autres professeurs... Bon, bien entendu, les professeurs n'étaient pas des monstres de rigueurs, à qui on devait obéir au doigt et à l’œil. Mais Dolmen ne pouvait pas imaginer M. Stoyanov ou encore la Sous-Directrice, Miss Grayce, avoir pareil comportement. Peut-être que cette pensée (ou plutôt cette "non-pensée") était due aux postes qu'ils occupaient, mais peu importait pour l'instant. Une bataille de boules de neiges commençaient entre une élève et une professeur. Après quelques secondes d'attention, Dolmen comprit qu'il y avait en réalité 2 élèves. Puis trois. Teddy reconnut une certaine Meilla, qu'il avait déjà aperçue dans la Salle Commune. Bon, deux Serdaigle côte-à-côte, dont la Directrice de Maison, face à deux élèves. Mais qui étaient ces deux élèves dont l'une des voix semblait étrangement familière à son oreille? Pour le savoir, il décida de sortir de sa cachette, sans avoir oublié de lancer un "Niviglobus" sur la neige autour de lui, ce qui eut pour effet de former 5 boules de neiges à ses pieds... Le sortilège avait plutôt bien fonctionné. Même mieux que ce à quoi il s'attendait. Il en prit donc deux dans les mains et sortit de sa cachette pour voir qui osait ainsi attaquer de fiers aigles.

Et il aperçut Haley Pidloux.

Son bras s'immobilisa. Mais son cerveau s'activa, lui remémorant les mots qu'elle avait lancés sur lui lors du Match de Quidditch... Il était batteur remplaçant. Il se souvenait de la colère qu'il avait ressenti, qui s'intensifia, renforcée par la frustration de ne pas réussir à frapper le cognard avec sa batte... Jamais sa colère n'avait pu partir. Il avait pensé que dormir aurait suffi, vivre sa vie... Et cette colère ne s'était pas manifestée, jusqu'à ce qu'il la recroise. Et qu'il ai la possibilité de faire sortir la colère, avec les boules de neige. Il avait réussi à "amortir" la colère, à l'absorber en quelque sorte, la mettre sur une liste d'attente. Un réservoir de sentiments qui ne réussissaient pas à sortir. Une capacité psychologique rare, mais Oh! combien dangereuse. Il avait conscience de sa capacité à rester impassible, à garder les sentiments en lui, mais il ne savait pas à quel point cela pouvait devenir dangereux.
Dans tout les cas, la colère et la haine accumulées au cours du match commencèrent à se manifester. Il avait la chair de poule, mais cela n'était pas du au froid, ni à une quelconque peur. Il s'agissait des grains de sables... Cette sensation qu'il avait eu sur son balai: celle de milliers de grains de sables qui s'infiltre dans chaque pore de sa peau, qui effrite son corps de l'intérieur, partout... Et qui s'enfonce de plus en plus profondément dans la peau, dans les muscles... Une sensation étrange qui était liée à la colère. Et cette colère devenait de plus en plus forte en voyant Haley Pidloux lancer des boules de neige à tout va, notamment sur la jeune Meilla. Bien sûr, cela n'avait rien de bien méchant, ce n'était que des enfants qui se battaient dans la neige. Mais l'esprit de Dolmen n'était pas dans son état "normal" (si tant est qu'il y en eut un...). Il devait tout évacuer, tout en essayant de ne pas montrer cette colère sous les yeux de sa Directrice de Maison (cela lui aurait paru bizarre...). Ainsi, il se ressaisit, arbora un sourire et lança ses deux boules de neige sur la Gryffondor et sur l'autre fille, qui était une Serpentard. Il avait bien visé, mais vu la distance, les boules atterrirent dans les jambe de ses cibles. Il prit immédiatement deux autres boules dans ses mains, couru vers le "champ de bataille", tout en lançant:


"Hello everyone! Qui veut la troisième?"

Cela était légèrement arrogant (mais il s'adressait aux deux filles, ignorant les membres de sa maison, comme s'il pensait que le danger ne viendrait pas de chez lui, ce qui pourrait s'avérer être une grave erreur), mais Dolmen devait absolument cacher sa colère. Et parler ainsi avec un air de défi était une façon de le faire. Dans tout les cas, il était bien possible que cette partie du Parc commence à ressembler à Verdun en 1916 si les 5 personnes venaient à se combattre.