Parc

Inscription
Connexion

Une rouge, une verte, des papillons  PV 

Kaeyann posa sa lourde valise au pied de son lit en soupirant, puis se redressa en levant les bras au-dessus de sa tête, s’étirant dans un grognement de satisfaction. Elle fit rouler les articulations de ses chevilles et de ses poignets, puis s’assit sur son lit pour souffler. Décidément, elle avait eu un été des plus oisifs : son corps en avait même perdu l’habitude de travailler. Les choses allaient changer dans les prochains jours, car elle était de retour à Poudlard, après les vacances d’été, et elle était bien décidée à obtenir une moyenne meilleure encore que celle qu’elle avait maintenue durant sa première année.

La jeune fille se leva finalement, balança son sac sur ses épaules et sortit du dortoir. Elle descendit jusqu’au Hall d’entrée et sortit par la grande porte. Elle n’eut pas à aller très loin, cependant, car le point de rendez-vous qu’elle avait fixé avec son amie se situait juste là, dans les marches menant au parc. Caroline et Kaeyann avaient correspondu pendant tout l’été, pour s’échanger des nouvelles, déjà, mais aussi pour planifier cette rencontre de début d’année. La Rouge avait hâte de retrouver son amie. Il y avait eu quelques frictions durant leur première année, mais c’était simplement une question de caractères, et ça n’avait pas d’importance. Au contraire, Kaeyann trouvait que ces légers différents alimentaient leur relation, et leur permettaient de se rapprocher l’une de l’autre.

Quelques minutes passèrent et Kaeyann, impatiente de nature, plongea la main dans son sac pour en tirer un bocal de vitre bien scellé qu’elle emportait maintenant partout avec elle. À l’intérieur voletait un petit papillon d’un vert pomme très vif. Voilà le projet qui avait occupé son été. Ce petit papillon, qui n’était qu’une larve lorsqu’elle l’avait reçu, avait désennuyé Kaeyann plus souvent qu’à son tour durant les deux derniers mois. La jeune fille l’avait observé chaque jour, notant avec application chaque petite modification de son apparence ou de son comportement. Elle l’avait également contemplé avec mélancolie, quand il avait atteint sa taille adulte et qu’elle l’avait laissé voler dans la serre de sa mère. Et elle lui avait aussi parlé, plus souvent qu’elle n’osait l’admettre, de tout et de rien, de sa vie, de ses inquiétudes, de ses projets... Il fallait dire qu’un papillon était une audience particulièrement docile. Kaeyann lui racontait toutes sortes d’histoires, et il continuait d’écouter en battant paresseusement des ailes.
*Une fois pour oui, deux fois pour non, c’est ça?* avait rigolé la jeune fille après avoir posé une question singulièrement embarrassante à son confident muet, attendant une réponse qui saurait l’éclairer dans ses choix.

«Salut, Gustave.» dit Kaeyann en portant le bocal à la hauteur de ses yeux, assise dans les marches de l’escalier principal. «C’est aujourd’hui que tu rencontres Caroline. Tu as hâte, n’est-ce pas? En tout cas, moi, j’ai bien hâte de voir son papillon à elle, et de comparer nos devoirs. Elle ne devrait plus tarder, maintenant.»

.oOo.Kaeyann Hirondella.oOo.C'est dans le brouillard qu'une rencontre est belle.oOo.
Capitaine des Red Lights ~ Préfète ~ Tutrice ~ Gryffon d'Argent
♦ Élève du mois de Février 2014♦
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Une rouge, une verte, des papillons  PV 

Caroline rentrait de vacances. Elle était en deuxième année maintenant, un pas de plus. Pendant ses grandes vacances, elle avait fêté son anniversaire. Et oui, elle devenait grande. En tout cas en ce mois de septembre, le temps était au beau fixe et Kaeyann et elle avaient décidé de se donner rendez-vous dans le parc à 14h. Les filles venaient de déposer leurs valises et voulaient déjà se revoir. C'était la preuve qu'une belle amitié était en train de se former si les filles désiraient déjà se revoir. Car les lettres ça allaient mais c'est quand même mieux de se voir en chairs et en os. Caroline posa sa malle dans son dortoir, celui des vipères et monta les escaliers qui menaient dans le Hall à toute allure. Elle avait vraiment hâte de revoir la Gryffondor !

Quand Caroline arriva au lieu de rendez-vous, elle vit que son amie n'avait pas changée. Bien sûr, elle avait grandi et son visage se faisait plus mûre mais ses traits étaient toujours les même. Caroline vit que Kaeyann avait un bocal à la main. Et à l'intérieur il y avait un petit point vert pomme. En était-ce une de pomme ?
*Mais non, pourquoi la mettre dans un bocal ?* Puis elle réfléchit et sourit à la réponse qu'elle venait de trouver. *C'est son papillon !* Moi aussi je l'ai. Ou plutôt je l'avait... Caroline se posta devant la rouge, sourit et dit :

"Coucou ! Je suis méga contente de te voir."
Et à ce moment là la verte serra dans ses bras son amie. Pas trop fort mais avec la joie des retrouvailles car deux mois c'est long. "Tu m'as beaucoup manquée. C'est ton papillon, il est trop beau ou si c'est une fille belle."

Caroline admirait le papillon, il était très beau avec ses grandes ailes vertes pommes pas du tout comme le papillon de la Serpentard qui avait été jaune et violet, lui.

Une rouge, une verte, des papillons  PV 

«Coucou ! Je suis méga contente de te voir. Tu m'as beaucoup manquée. C'est ton papillon, il est trop beau ou si c'est une fille belle.»

Kaeyann sourit et bondit sur ses pieds pour étreindre son amie. Elle ne s'était pas rendu compte à quel point sa présence lui avait manqué durant l'été. Kaeyann se promit intérieurement de ne pas laisser la distance la séparer de la Verte l'été prochain, et même à l'inviter chez elle durant les vacances. Relâchant son étreinte, elle montra son bocal à Caroline, fière comme un paon.

«Oui, c'est Gustave. Il a bien grandi! Il faut croire que je me suis bien occupé de lui.»

Puis, voyant que Caroline avait les mains vides, elle se demanda ce qui s'était passé avec son papillon. Était-il déjà mort? Kaeyann savait que les papillons ne vivaient pas éternellement, et que Gustave n'en avait peut-être plus pour très longtemps, mais elle préférait ne pas penser à la perte éventuelle de son ami. Oui, ce papillon muet et - avouons-le - plutôt inutile était devenu son ami. Bien plus qu'un sujet d'expérience en tout cas. Comment ne pas s'attacher à une créature aussi jolie et innocente, pour laquelle on fait tant d'efforts? La jeune fille avait passé des heures à noter chacun de ses infimes mouvements, à tout consigner par écrit sous la forme d'un journal d'observation, à s'assurer qu'il ne manquait de rien et que son projet serait suffisamment documenté. Elle ne pouvait se résoudre à le quitter...

«Je vois que tu n'as pas apporté ton papillon avec toi. Que s'est-il passé? Tu l'as relâché? Il est mort? As-tu eu le temps de compléter tes observations, au moins?»

Kaeyann s’aperçut qu'elle posait trop de questions à la fois, et qu'en plus ses questions manquaient peut-être un peu de tact. Si Caroline lui avait parlé de la mort de son papillon avec aussi peu de gêne, elle n'aurait pas été très contente. Aussi, essayant de se reprendre, la jeune fille ajouta:

«Je veux dire: j'espère que tu as passé un bel été, tu m'as manquée aussi, Caroline. Comment s'est passé ton devoir?»

.oOo.Kaeyann Hirondella.oOo.C'est dans le brouillard qu'une rencontre est belle.oOo.
Capitaine des Red Lights ~ Préfète ~ Tutrice ~ Gryffon d'Argent
♦ Élève du mois de Février 2014♦
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Une rouge, une verte, des papillons  PV 

Kaeyann la serra dans ses bras avec amitié. Elle devait être, comme Caroline, super contente de se revoir. Puis, elle lui répondit :

«Oui, c'est Gustave. Il a bien grandi! Il faut croire que je me suis bien occupé de lui.»

*Tous les êtres vivants grandissent. Mais je suis sûr que tu as du faire une bonne maman.* C'est vrai que Gustave était bien grand, ça devait surement venir de la race et... Des bons petites soins de Kaeyann envers lui. Puis, la jeune rouge ranima des souvenirs pas particulièrement plaisant pour la verte :

«Je vois que tu n'as pas apporté ton papillon avec toi. Que s'est-il passé? Tu l'as relâché? Il est mort? As-tu eu le temps de compléter tes observations, au moins?»

*Oh, pourquoi en a t-elle parlé ? Je ne veux pas raviver ce mauvais et triste souvenir.* La mort, elle emporte tout, les bons comme les mauvais, humains comme animaux. Elle est impitoyable. A tout moment, elle peut frapper, à un moment de la vie, elle nous emporte. Ce fléau, personne ne peut y échapper. C'est pour ça qu'il faut profiter de la vie. Elle est courte, ne la gaspillons pas. Son papillon était morte, morte de vieillesse. Mais, c'est la vie. La vie d'un papillon est plus courte que celle d'un humain. Il fallait se rendre à l'évidence, Caroline savait que ça allait arriver. Elle avait juste essayer de ne pas y penser. Kaeyann se reprit et lui demanda d'une autre façon, elle avait dû s'apercevoir que sa question n'était pas forcément une bonne question :

«Je veux dire: j'espère que tu as passé un bel été, tu m'as manquée aussi, Caroline. Comment s'est passé ton devoir?»

Ah, cette question reformulée était mieux. Caroline ne risquait pas de fondre en larmes devant ses souvenirs. Elle essaya de donner une réponse en essayant d'être pas trop triste :

" Hum... Mon devoir s'est bien passé. J'ai eu une super bonne note à mon devoir. Même si... Si mon papillon... est ... mort."

Voilà, c'était dit, c'était passé.

Une rouge, une verte, des papillons  PV 

«Hum... Mon devoir s'est bien passé. J'ai eu une super bonne note à mon devoir. Même si... Si mon papillon... est ... mort.»

Bon, et bien voilà, Kaeyann avait sa réponse. Elle voyait bien qu'elle avait fait du chagrin à son amie, même si elle n'en avait pas eu l'intention. Elle savait qu'elle devait apprendre à mieux choisir ses mots. C'est pourquoi, dans un effort pour rendre la conversation plus légère, elle évita de parler directement des papillons et se concentra sur les devoirs.

«Tu as déjà remis le tien? Mon cours de métamorphose n'a pas lieu avant mercredi, j'ai de la chance. Je peux te faire lire mon devoir avant de le remettre, et comme tu as eu une bonne note, j'imagine que tu pourras me conseiller si tu trouves que quelque chose cloche dans mon compte rendu.»

La Rouge se pencha vers son sac, déposant Gustave sur la marche qu'elle avait occupée quelques instants auparavant. Elle farfouilla un moment, et trouva finalement la journal de bord, coincé entre son manuel de sortilèges niveau 2 tout neuf et un paquet de patacitrouilles entamé. La jeune fille l'ouvrit et en fit tourner les pages rapidement, cherchant le premier jour d'observations. Elle voyait dans son écriture précipitée son excitation des premières découvertes. Ses tableaux de notes se faisaient plus concis à mesure que le temps passait, mais sur cette première page, les cases qu'elle avait dessinées n'étaient pas assez grandes pour contenir les millions d'informations qu'elle avait tenté d'y faire tenir.

«Ça t'embête de jeter un coup d'oeil? Oh, pas sur l'ensemble du devoir, rassures-toi, sinon on en a pour des jours, littéralement. Juste... me dire si ça te semble bien.»

Jour 1.
La larve est dans son œuf. Elle demeure immobile et il n’y a toujours pas de signes indiquant qu’elle est prête à devenir une chenille. Elle doit être en plein développement à l’intérieur de son œuf, qui n’est pas plus gros qu’un petit pois. Il est d’un blanc nacré et semble plutôt dur, bien que légèrement gluant. J’ai délicatement touché la tige de la feuille sur laquelle il est collé, mais il n’a pas bougé. Mon œuf semble donc en sureté, il ne glissera probablement pas de sitôt.

Jour 2.
L’œuf n’a pas encore bougé. Je vérifie régulièrement que le couvercle de mon bocal est bien scellé, pour m’assurer qu’aucun insecte ne puisse y entrer et manger l’œuf. J’ai aussi percé des minuscules trous d’aération, pour être certaine que les feuilles ne flétrissent pas, mais je vérifie quand même, pour les insectes.

Jour 3.
Rien à signaler, l’œuf est toujours de la même couleur, bien qu’il me semble avoir vu une ombre remuer à l’intérieur. Je garde l’œil ouverte, pour ne pas rater le moment ou ma chenille sortira de son œuf. Mais jusqu’à présent, il ne s’est encore rien passé de significatif....

Kaeyann soupira quand elle se rendit compte qu'elle avait un peu exagéré. Sa description de chaque petit aspect de cette larve immobile s'étalait sur des pages entières, avec croquis à l'appui. Elle s'était laissée emballer. Au moins, elle était contente de s'en rendre compte maintenant, elle aurait le temps de remettre le tout au propre et de faire un tri parmi ses observations, au moins jusqu'à les regrouper en semaines. Il serait alors beaucoup plus plaisant de lire son devoir. Elle leva les yeux vers Caroline et sourit faiblement.

«Attends, en fait je remarque que le début n’est pas très intéressant. Je vais avancer directement à la partie chenille…»

La jeune fille tourna les pages frénétiquement, passant rapidement sur les passages où elle décrivait avec beaucoup trop de détails la couleur et la forme de son œuf immobile et intact.


Jour 12.
Enfin, la coquille de l’œuf, après s'être fait de plus en plus mince et translucide, est maintenant percée. Une petite chenille verte s'est extirpée de l’œuf, en grignotant les bords. Elle doit trouver là toutes sortes de protéines qui l'aideront à grossir....

...

Jour 19.
La chenille n’arrête pas de grossir! Sa peau semble maintenant plus épaisse, et elle est passée du jaune grisâtre au vert pomme. La ligne claire que j’avais remarqués à la base de son corps est toujours présente, même que je crois qu’elle est plus large qu’avant. J’ai hâte de voir si mon papillon sera de la même couleur qu’en ce moment!
Pour l’instant, la chenille semble se diriger vers la même plante chaque fois que je la sors dans le jardin. J’ai demandé à ma mère, elle dit que c’est de la «bourdaine». La plante fait des petits fruits noirs, mais ma chenille ne gruge que les feuilles…
Image Image

...

Jour 27.
La chenille mange encore des feuilles, mais aujourd'hui elle a fait quelque chose d'étrange: on dirait qu'elle s'est vidée, ou plutôt qu'elle est sortie de sa peau et l'a laissée derrière elle. Je ne savais pas que les chenilles muaient, mais ça semble être le cas. Il n'y a pas d'autre changement notable dans son comportement...

...

Jour 36.
La chenille a encore mué, mais maintenant elle semble chercher quelque chose en particulier dans le jardin...

...

Jour 44.
Ça y est! Ma chenille a commencé à former un cocon autour d'elle. Elle s'est suspendue la tête en bas et est maintenant recouverte d'une enveloppe mince et transparente. J'espère qu'avec le temps, elle deviendra plus solide et opaque, autrement j'ai peur que la transformation ne se passe pas bien.

...

Jour 48.
La chrysalide n'a pas encore bougé, elle est toujours accrochée à la branche. La chenille doit encore être en plein développement à l’intérieur de son cocon. Son aspect a beaucoup changé, heureusement. Le cocon est maintenant blanc verdâtre, légèrement strié de jaune citron, et il semble être constitué de couches successives qui forment une pointe de plus en plus fine à chaque bout. Il mesure environ trois centimètres de long...

Image
.

«Je sais que ça fait beaucoup d'informations, mais qu'est-ce que tu en penses pour l'instant?»

.oOo.Kaeyann Hirondella.oOo.C'est dans le brouillard qu'une rencontre est belle.oOo.
Capitaine des Red Lights ~ Préfète ~ Tutrice ~ Gryffon d'Argent
♦ Élève du mois de Février 2014♦
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Une rouge, une verte, des papillons  PV 

Caroline avait senti sa gorge se serrer lorsqu'elle avait dit à son amie le sort de son papillon. La tristesse l'avait envahi et elle se sentait mal. Son pauvre petit papillon, Belle, n'avait pas souffert, elle était morte entouré de verdure et de sa maîtresse. Elle s'était comme endormie et ne s'était jamais réveillé. La verte avait beaucoup pleuré quand elle l'avait découvert mais maintenant, c'est comme si il n'y avait plus de larmes dans son corps. Kaeyann essaya de détourner le sujet vers les devoirs :

«Tu as déjà remis le tien? Mon cours de métamorphose n'a pas lieu avant mercredi, j'ai de la chance. Je peux te faire lire mon devoir avant de le remettre, et comme tu as eu une bonne note, j'imagine que tu pourras me conseiller si tu trouves que quelque chose cloche dans mon compte rendu.»

*J'ai rendu le mien mais qui as dit que j'avais eu une bonne note ? c'est vrai mais bon... Enfin, bien sûr, j'aimerais bien voir ton devoir !* La verte acquiesça et la rouge chercha son carnet dans son sac. Quel fouillis il y avait à l'intérieur, mais c'était comme celui de Caroline. Elle pensa qu'elle devait apprendre au plus vite le sortilège d'Extension, il était très pratique. La Serpentarde attendit et son amie se releva et lui montra son carnet. Elle lui dit :

«Ça t'embête de jeter un coup d'oeil? Oh, pas sur l'ensemble du devoir, rassures-toi, sinon on en a pour des jours, littéralement. Juste... me dire si ça te semble bien.»


Dans le devoir de Kaeyann, il y avait des photos, des notes, c'était bien écrit, en bref, le devoir parfait. La verte écouta d'une oreille ce que lui disait la Gryffondore, tout en continuant à regarder le devoir de Kaeyann :

«Attends, en fait je remarque que le début n’est pas très intéressant. Je vais avancer directement à la partie chenille…»


*Oui, passons aux choses sérieuses.*
Caroline regarda la dernière note, souvent la plus importante car elle était la conclusion et le résumé. Mais Kaeyann s'était arrêté à la chrysalide. Elle devait surement garder la dernière partie ailleurs. D'ailleurs, son amie, comme si elle lisait dans les pensées dit :

«Je sais que ça fait beaucoup d'informations, mais qu'est-ce que tu en penses pour l'instant?»

"Il est vraiment bien, même moi je n'en ai pas fait autant. Et pourtant j'ai eu un Optimal. "

Caroline était fière de son amie. Celle-ci avait effectué un travail énorme.

Une rouge, une verte, des papillons  PV 

Kaeyann sourit. Elle feuilleta encore un peu son carnet d'observations, faisant tourner les pages rapidement et ne s'attardant que sur ses nombreux croquis. Elle se rappelait avec un sourire mélancolique toutes les heures qu'elle avait passées à les dessiner, n'hésitant pas à recommencer complètement chaque fois qu'elle jugeait que son esquisse n'était pas absolument identique à ce qu'elle essayait de représenter. Enfin, elle tomba sur sa conclusion, qu'elle relut à voix basse.
Mon papillon a maintenant atteint sa taille adulte. Après des semaines passées à ramper dans le jardin sous la forme d'une chenille, à attendre patiemment dans son cocon tissé avec amour d'enfin sentir ses ailes pousser, puis à les laisser se solidifier au soleil, Gustave a pris son premier envol. Il mesure maintenant presque six centimètres d'envergure, ses ailes sont d'un jaune vif sur le dessus, mais presque vertes dessous, et chacune d'elle porte une tache brune circulaire. Il semble en pleine forme, et j'ai bon espoir de l'avoir près de moi jusqu'à la fin de l'été au moins.
Image
Ce que je retiens de ce devoir, c'est que tout ce qui est beau mérite qu'on y accorde le temps et les efforts nécessaires. On ne peut vraiment connaitre la nature d'une chose, vivante ou pas, qu'en l'ayant observée avec attention, sous toutes ses formes et dans toutes les conditions possibles. Gustave est un exemple parfait d'une métamorphose réussie, et je tenterai de me rappeler son assurance et son calme lors de chacune de mes tentatives. Passer de larve à chenille, puis de chrysalide à papillon, n'a certes pas été chose facile, mais il y est arrivé, et je sais maintenant que je dois croire en moi pour parvenir à accomplir tout ce que je veux.

Kaeyann sourit de plus belle en constatant qu'elle s'était laissée emporter dans sa conclusion aussi, mais bon. Que voulez-vous, elle était une grande émotive, elle aimait la beauté et s'émouvait facilement. Comment rester insensible devant un petit être aussi délicat et parfait que son Gustave, qui voletait dans son bocal avec élégance? La jeune fille prit sa décision: elle se pencha pour reprendre le bocal et le lever à la hauteur de ses yeux. Elle sourit une dernière fois à son papillon, puis dévissa le couvercle et le laissa s'envoler dans le parc de Poudlard, en lui souhaitant bonne chance.

«Bon» ajouta-t-elle à l'adresse de son amie, «moi je vais aller synthétiser mon devoir et essayer de le faire tenir sur un parchemin bien propre. On se retrouve pour déjeuner?»

La Rouge prit le chemin de son dortoir, satisfaite de son devoir et de son été en général, maintenant que son cher Gustave s'était éloigné, en route pour de nouvelles aventures...

.oOo.Kaeyann Hirondella.oOo.C'est dans le brouillard qu'une rencontre est belle.oOo.
Capitaine des Red Lights ~ Préfète ~ Tutrice ~ Gryffon d'Argent
♦ Élève du mois de Février 2014♦