Parc

Inscription
Connexion

 Concours d'été  Bonne réponse ?

Lorsqu'Alyse s'était inscrite au concours organisé par les Préfèts, elle s'était dit « Allez, ça va être facile ! » Et bien NON. La jeune fille s'était d'abord inscrite sur le parchemin épinglé dans le hall, et quelques jours plus tard, elle avait reçu le parchemin contenant la première épreuve. Elle l'avait lu une première fois, puis une deuxième, puis une troisième. C'était incompréhensible pour la Jaune. Elle ne savait même pas comment réfléchir pour trouver la réponse.

Pendant plusieurs jours, voire des semaines, elle s'était retourné le cerveau, avait roulé en boule des dizaines de parchemins incompréhensibles, avait cherché dans tous les livres possibles et imaginables, posé des questions à plein de personnes, mais elle n'avait pas trouvé la réponse. Alyse avait donc décidé de laisser tomber pendant un moment, car cela l'agaçait fortement. C'est vrai quoi, vous avez une énigme devant vous que vous n'arrivez pas à résoudre, ça doit en énerver plus d'un.

Finalement, le jour même de la fin de l'épreuve, Alyse s'était dit qu'elle n'allait pas ne rien rendre, et que, quitte à dire une bêtise, elle devait tout tenter. Elle avait donc cherché de nouveau, usé de nouveaux parchemins, trouvé des livres dans lesquels elle n'avait pas encore cherché, et elle avait trouvé un semblant de réponse, qui ne la menait à pas grand chose, mais autant tenter.

C'est ainsi qu'Alyse, tenant son dernier parchemin (tout son stock était épuisé, heureusement que c'était la fin de l'année), se rendit dans le Parc, les cheveux en bataille, l'air pas très frais, à force de s'être retournée le cerveau. Pour qu'on la voie bien, la jeune fille avait décidé de se poster en plein milieu du parc, là où il n'y avait que peu d'arbres. Secrètement, même si elle n'avait que peu d'espoir, elle espérait qu'elle avait la bonne réponse, parce que chercher pendant des jours pour rien la mettrait en colère.

Maintenant, la Poufsouffle attendait la réponse fatidique. Elle attendait surtout que quelqu'un, Préfet ou professeur, arrive et lui dise si oui ou non elle avait la bonne réponse.

Le souffle des Poufsouffle jamais ne s'étouffe !
Finisseuse des Frelons de Poufsouffle
Journaliste au Journal du Blaireau
Poufsouffle du mois d'août 2014 & Elève du mois d'octobre 2014 ~

 Concours d'été  Bonne réponse ?

La première épreuve allait bientôt se terminer. Les préfets, professeurs et autres membres du personnel étaient encore à leur place, attendant les derniers participants. Madeleine commençait à en avoir marre de tourner en rond dans son parc. Il n'y avait eu qu'un seul élève qui s'était présenté dans sa zone. A plusieurs reprises, elle en avait vu d'autres, mais ils s'étaient contentés de passer à toute vitesse, sans lui accorder un regard pour gagner les bords du lac ou les enclos des créatures magiques.

Mais n'allaient pas croire que la préfète n'avait fait que tourner en rond tout l'après-midi ! Elle s'était quand même autorisée quelques petites pauses. Elle avait glander au pied d'un arbre, mais c'était trop proche de son activité de promenade, elle avait besoin de s'occuper les mains, et le cerveau. Alors, elle était montée dans l'arbre en question, en était redescendue, avait recommencé avec un arbre voisin. Ensuite, elle avait tressé ses cheveux, les avait détachés, avaient essayé des coiffures parfois un peu bizarre, mais, en l'absence de miroir, il lui était difficile de savoir si le résultat était joli ou pas.

Néanmoins, elle avait eu quelque idées qu'elle retenterait, devant son miroir ce coup-ci. Quand elle aurait un moment de libre. Peut-être dès ce soir d'ailleurs. Quand tout le monde se sera réuni dans la Grande Salle pour annoncer les résultats de l'épreuve, que les qualifiés auront sauté de joie et que les éliminés auront pleuré, une fois que Madeleine sera de retour dans sa douce salle commune, là, peut-être, si elle avait le courage (et pour ne pas oublier ses idées), elle attraperait sa brosse et passerait une bonne heure devant sa glace à juger ses nouvelles coiffures.

Mais en attendant, elle était toujours dans le parc, à en faire inlassablement le tour (elle allait finir par creuser des sillons dans le sol à force de passer toujours au même endroit). Elle vit alors le profil parfait du candidat qui attendait la réponse à son énigme. Un élève debout, seul, au milieu du parc, se dandinant d'un pied sur l'autre, stressé, mais qui veut sa posture naturelle (alors qu'elle ne l'est absolument pas).

Madeleine se dirigea donc vers cet élève, une Poufsouffle du même âge qu'elle. La gryffone la connaissait un peu pour l'avoir aidé une fois à retrouver un badge... c'est une histoire assez compliqué. C'était la seule fois où les deux filles se sont parlées. Mais la troisième année se souvenait de son nom : Alyse. Elle ne se souvenait pas du nom de famille, en fait, elle ne savait même plus si elle l'avait su un jour, même elle penchait plutôt pour non.

La demoiselle entama donc la conversation :

« Salut ! Tu es là pour la première épreuve du tournoi ? C'est Alyse, c'est ça ? Alors, attends deux secondes... non, je suis désolée, mais ce n'était pas ici que tu devais aller. Tu es donc éliminée du tournoi. »

Elle adressa un sourire triste à sa camarade. Son rôle n'était pas vraiment drôle mais bon, préfet, c'est pas toujours super marrant comme job. Avez-vous une idée du déchirement que peut ressentir un préfet quand il est obligé d'engueuler un tout petit première année tout mimi, tout chou qui le regardent avec sa tête d'ange, sa petite moue désolée et de grands yeux limite larmoyants ?

Griffes et Crocs, Griffes et Cœur, Gryff vainqueurs !
Gryffondor du mois en 01/2013, 06/2014, 12/2014 et 03/2015 - Elève du mois de Juin 2014 et Mars 2015

 Concours d'été  Bonne réponse ?

~ Fin de la 1ère épreuve et début de la 2ème ~

Griffes et Crocs, Griffes et Cœur, Gryff vainqueurs !
Gryffondor du mois en 01/2013, 06/2014, 12/2014 et 03/2015 - Elève du mois de Juin 2014 et Mars 2015
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

 Concours d'été  Bonne réponse ?

En ce beau matin de juillet, Célia flânait dans la grande salle, mangeant tranquillement son petit déjeuner. En réalité, elle ne flânait pas totalement. Elle réfléchissait. A quoi, me direz-vous ? A la deuxième épreuve du tournoi de l'été, bien sur ! Eh oui, la deuxième année s'était inscrite à la première épreuve, mais elle avait échoué à son énigme. Heureusement pour elle, les préfets avaient organisé un rattrapage, duquel elle était sortie première, d'après ce qu'on lui avait dit. La bleue était donc à nouveau dans la course. Mais la deuxième épreuve leur donnait à tous du fil à retordre. Ils devaient retrouver les douze personnes figurants sur deux images montées de toute pièce par les organisateurs. Célia était donc en train d'y réfléchir une dernière fois. Elle pensait avoir trouvé l'identité de chacune des personnes représentées.

Convaincue de sa théorie, elle déposa ses couverts sales sur le chariot enchanté qui les emmènerait à nettoyer, puis se dirigea vers la volière. Elle avait l'intention de contacter les-dites personnes pour leur donner rendez-vous, quand une chouette inconnue se posa sur son épaule, un morceau de parchemin attaché à la patte. Curieuse, elle détacha le message et le lu. Il s'agissait d'un convocation, comme celles qu'elle-même s'apprêtait à envoyer. La seule chose qui l'étonna fut que ce message venait d'une certaine Alyse Delgado, jeune fille qu'elle ne connaissait absolument pas. Mais soit, elle n'allait tout de même pas refuser de l'aider parce que c'était pour la bleue une totale inconnue ! Elle repris son chemin pour aller dans le parc, où Alyse voulait la voir. Descendant toutes les marches du château, Célia arriva enfin à destination, et vit une jeune fille blonde attendre seule au pied d'un arbre.

*C'est probablement elle* pensa l'aiglonne.
Elle se dirigea donc vers la Poufsouffle, un sourire aux lèvres et son message à la main.

 Concours d'été  Bonne réponse ?

Madeleine souffla. Pas de soulagement ni pour reprendre sa respiration. Elle tenait dans ses mains une lettre. La cinquième de la journée qui la conviait à un cinquième rendez-vous. Il fut un temps où elle avait eu l'espoir, après son quatrième rendez-vous auprès de Caroline Purelune, de pouvoir regagner sa salle commune tranquille et de terminer ce devoir, qu'elle se trimbalait dans son sac. Mais cet espoir s'était évanoui quand elle avait vu un hibou se posait devant elle.

Mais ce n'était qu'à la lecture de la missive que la demoiselle avait perdu patience. Elle était convoquée dans le parc ! Soit sept étages en-dessous de sa position actuelle. Et sa salle commune (qu'elle comptait bien réussir à rejoindre un jour ou l'autre) était située sept étages au-dessus du parc. Ce qui faisait un total de quatorze étages à traverser pour rejoindre la douce salle rouge&or après ce rendez-vous.

Madeleine se jura de retrouver celui ou celle, parmi les préfets, qui avaient eu l'idée de ces rendez-vous dans tout le château et de lui faire manger son parchemin ! En fait, non, parce qu'après, les préfets n'auront plus de papiers, alors elle lui ferait récurer la salle des préfets du sol au plafond.

La préfète entama la descente des escaliers infernaux. Quatorze étages, ce n'était pas tant que ça... en fait si. Avec tout ça, si elle n'était pas pleine de courbatures demain, ce serait un miracle.

Une dizaine de minutes plus tard, Madeleine arriva dans le hall d'entrée, bien essoufflée. Elle se laissa tomber sur la dernière marche et s'octroya quelques secondes de répit. Elle lança un regard d'envie vers la Grande Salle. Une bonne boisson bien fraîche lui ferait du bien. Mais c'était Poufsouffle les actuels « propriétaires » de la salle de restauration. Bon, d'accord, les elfes ne refuseraient sûrement pas un verre d'eau à une pauvre préfète assoiffée mais quand même, en dehors des repas (où la salle redevenait plus ou moins à tout le monde), elle était en terrain ennemi dans la Grande Salle. Gryffondor, eux, possédaient l'ensemble des couloirs du château, y compris les escaliers ! Eh bien ça restait quand même très fatigant de les descendre. Mais au moins, il était vrai que depuis que Gryffondor faisait la loi dans les couloirs, les escaliers magiques la faisait moins tourner en bourrique, il en était de même pour tous les membres de sa maison. Par contre, pour les autres... ce n'était pas la même histoire...

La troisième année se releva et se rendit dans le parc (terrain neutre). Elle avisa Alyse, l'auteur du hibou et Célia, qu'elle avait déjà croisée à pas mal d'endroits.

Griffes et Crocs, Griffes et Cœur, Gryff vainqueurs !
Gryffondor du mois en 01/2013, 06/2014, 12/2014 et 03/2015 - Elève du mois de Juin 2014 et Mars 2015

 Concours d'été  Bonne réponse ?

      Quelques minutes plus tôt, Wilhelm Heltowni était presque en train de s'ennuyer. Il avait fini les corrections des devoirs et il attendait sur sa nouvelle collègue affiliée à sa Maioson pour s'occuper des affaires de Serpentard. Aussi, était-il en train de relire la biographie d'un chanteur moldu à la même nationalité que Wilhelm lorsqu'un énième hibou vint le prévenir qu'il était patiemment attendu dans le parc. D'un grand sourire, il envoya valdinguer l'épais livre de cinq-cents pages, mit une fine laine vu la soirée fraîche qui s'annonçait. En effet, le ciel s'était couvert et le soir tombait doucement sur la plaine écossaise. Ils descendit, plus qu'il ne l'avait jamais fait, les innombrables marches en direction du lieu du rendez-vous et respira à plein poumon l'odeur de sapin qui se répandait un peu peu partout près de la Forêt Interdite.
      Quelle ne fut pas sa surprise de remarquer qu'il n'y avait guère que la préfète de Gryffondor et la jeune Célia Rose à être présente. Il leur fit un sourire plus formel que courtois et remarqua qu'elles aussi avaient reçu un hibou, vu le papier qu'elles tenaient dans leur petite main. Wilhelm se promit qu'il s'occuperait très bien de sa chouette et ne l'enverrait pas trop souvent distribuer des courriers. Ou alors, pas trop lourd. Ou encore, pas trop loin, Devant ce débat sans fin, le professeur d'Histoire de la Magie l'interrompit et préféra rompre, en plus de son débat intérieur, le lourd silence qui s'abattait aussi certainement que le jour et entama une discussion des plus banales entre un professeur et ses élèves :


      « Alors, vos cours se déroulent bien, Mlle Koter ? Quel dommage que vous ayez abandonné ma matière... vous qui êtes si talentueuse... Ne vous inquiétez pas, Mlle Rose. Vous avez également un gros potentiel qu'il vous faut exploiter, et j'espère que la devise de votre Maison vous permettra de vous souvenir que seul le travail paie... »

      Au fond de lui, Wilhelm espérait que d'autres personnes arriveraient, quelque personne que ce fût. Et il priait intérieurement pour que ce soit la dernière qu'il soit convoqué, qu'il puisse profiter du repas qui n'allait pas tardé à être servi dans la grande salle.

Ami des Centaures de la Vieille Forêt
Zarbi de l'année (Magic'Awards III)
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

 Concours d'été  Bonne réponse ?

Après avoir rencontré Célia la veille, voilà qu'une autre jeune fille venait de lui envoyer un hibou, mais il s'agissait d'une de ses camarades proches : Alyse Delgado. Étrange qu'elle lui demande de venir le voir dans le parc au lieu de leur salle commune... Dévalant les marches une à une, entre sa salle commune et le parc, non sans entendre quelques fois grognements venant de son petit ventre, si peu rempli, relisait les quelques propositions sur la missive. On y apprenait ainsi que sa venue était nécessaire, ce devait être le même motif que celui de toutes les jeunes filles qu'il avait rencontré à coups sûrs. Néanmoins une certaine appréhension était palpable chez le jeune garçon. Que se passait il donc ? Mais Enaël, quelques fois tête en l'air, avait bien peur de la louper dans le Parc qui était si vaste.

Il n'avait pas pris tout son temps, comme précédemment, à discuter avec les moindres fantômes du château ou avec les tableaux. Il était bien trop inquiet. Il avait rencontré Alyse pour la première fois dans le Parc, justement, lors de leur mission commando contre le Saule Cogneur. Allez savoir pour quelles raisons, ils s'étaient mis en tête de connaître les moindres secrets de l'arbre légendaire. C'est ainsi qu'Enaël s'était vu octroyer la place de petit à l'avant, protégé par les plus grandes à l'arrière. Position très désagréable, il fallait avoir une confiance aveugle envers ses camarades, camarades qu'il ne connaissait pas !

À présent arrivé dans le parc, il ne put qu'observer le ciel ravissant, qui s'offrait à lui. Il ne pouvait être qu'admiratif devant un tel spectacle, nul besoin d'artifice, la beauté était simplement résumée ici. Mais n'oublions point le motif de sa visite, il fallait qu'il trouve Alyse, dont il ignorait le motif de ce hibou. Heureusement pour lui, il n'était pas le seul à attendre : Monsieur Heltowni, son profession d'histoire de la magie, Madeleine, son homologue féminine ainsi que Célia, la jeune fille rencontrée la veille. Il se rapprocha de Madeleine, puisque depuis leur nomination au même poste, ils s'étaient quelque peu rapprochés. Puis lançant un regard doux mais interrogateur en direction de la jeune fille, il se rattacha les cheveux en chignon. Que faisait il ici ?
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

 Concours d'été  Bonne réponse ?

Quand le cinquième hibou inconnu arriva vers elle, Melynn qui était en train de manger dans la grande salle, tenta de se cacher sous la table pour l'éviter. Mais chose impossible, le volatil la repéra rapidement, la discrétion n'était pas son fort. Se relevant tant bien que mal, elle lui prit d'un geste agacé le papier de la patte pour savoir où se trouvait le lieu du prochain rendez-vous. Le cinquième, non ? Il lui semblait bien. Et dans le parc qui plus est, pour la deuxième fois. Enfin, heureusement en un sens, elle ne se voyait pas du tout remonter tous les étages jusqu'à la tour d'Astronomie, ou pire si c'était possible (les préfets et leur sadisme...Oui, décidément, ils auraient pu trouver pire encore) ! Tout en s'y rendant, Melynn se demandait pourquoi elle avait accepté de se rendre au tout premier message de Victoria Pidloux qui la conviait ! C'est vrai quoi ! Maintenant, elle se trouvait obligée de répondre favorablement à tous, question de justice.

Remarquez, elle avait de la chance, le ciel était tout simplement splendide en ce jour. Pas un nuage à l'horizon ! Imaginez s'il pleuvait en plus de ça... Ah bonheur et félicité ! Toujours accompagnée de ses lunettes de soleil, Melynn les posa sur son nez tout en se rendant vers miss Delgado. Tout ce qu'elle savait d'elle était qu'elle suivait ses cours en troisième année, qu'elle était bonne élève et affiliée à Poufsouffle. Mais aujourd'hui, elle se doutait que la jeune fille participait également au concours d'été. On commençait à savoir quel était le but de ses réunions. Maintenant, la seule préoccupation de Melynn était de savoir s'il y avait encore beaucoup de participants...

Une fois arrivée sur place, la directrice de Serdaigle put voir qu'il y avait déjà la plupart des personnes qu'elle ne cessait de croiser à chaque réunion. Pour une fois, elle s'avérait peut-être être la dernière arrivée. Rien de dramatique, ce n'était pas une course, fort heureusement. Et elle avait prit son temps pour venir cette fois. Oui, comme il était fort possible qu'elle se voit obligée de grimper des centaines de marches dans les minutes qui allaient suivre, elle préférait prendre les devants et ne pas trop fatiguer ses pauvres chevilles déjà endolories. Elle salua donc tout le monde et croisa ses bras en attendant la suite, comme d'habitude.
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

 Concours d'été  Bonne réponse ?

Les rayons de la bibliothèque devenait familiers pour le jeune troisième année, il pouvait réciter les ordres de rangement par cœur depuis le temps qu'il venait à la bibliothèque, cette pièce ne semblait plus avoir de secret pour le Serdaigle. Il ne mit donc que peu de temps à trouver le livre qu'il cherchait et il sortit de la pièce pour se rendre dans salle commune. Il passa rapidement aux toilettes du troisième étage avant de repartir. Cependant, dés qu'il sortit des toilettes, il remarqua une chouette qui volait à travers le couloir actuellement désert et Àngel comprit que cette lettre lui était encore destinée. Il ne comprenait pas pourquoi tous ces élèves lui envoyaient des lettres, il n'avait rien fait pour ça et ne recevait aucune information. Sachant que c'était d'une urgence primordiale pour les élèves en question, il ouvrit la lettre et lut rapidement celle-ci pour connaître le lieu de rendez-vous ainsi que la personne qui l'invitait.

Il reconnut alors le nom qui était écrit en bas à droite du parchemin. Il ne savait pas comment il s'en rappelait mais ce nom lui était connu, il du réfléchir pendant plusieurs minutes pour se rappeler. C'était une jeune fille de troisième année qui partageait certains de ses cours, si ses souvenirs étaient bons, elle était dans la maison Poufsouffle. C'est donc plus sur que les précédentes fois que les troisième année se rendit au lieu de rendez-vous, le parc. Cette promenade lui permettrait de prendre un peu l'air et de voir le soleil qui allait bientôt repartir pour laisser place à la fraicheur. Il redescendit les quelques étages qui menaient au Hall et une fois dehors, il rechercha Alyse.

Il n'eut aucun mal à la voir parmi plusieurs personnes, il y avait toujours Miss Keating et M. Heltowni ainsi que quelques préfets de Poudlard. Il y avait quelque chose de louche dans toute cette histoire, il devait bien y avoir quelqu'un qui tirait les ficelles pour que les mêmes personnes reçoivent des hiboux les invitant à rejoindre leur expéditeur. Àngel allait essayer de mener sa petite enquête.
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

 Concours d'été  Bonne réponse ?

La petite réunion qu'Haley avait organisée était à présent terminée. Tous étaient partis à leurs occupations et Haley venait de recevoir un nouvel hibou. Décidément, cette journée n'était pas terminée. L'une de ses adversaires avait besoin d'elle et c'est sans hésiter qu'Haley se rendit dans le lieu où une certaine Alyse Delgado l'attendait. Ce nom ne lui était pas inconnu et il était possible qu'Haley l'a rencontré au moins une fois ou alors peut-être dans un cours...

Haley descendait pour la deuxième fois les longs escaliers de Poudlard. Où devait-elle aller déjà ? La fillette avait un trou de mémoire. Heureusement qu'elle avait le parchemin que Mlle Delgado lui avait envoyé quelques minutes auparavant autrement, elle aurait sûrement été forcée à faire une excursion à travers le château pour trouver la réunion suivante. À vrai dire, cette option n'était pas très envisageable, surtout pour ses petites jambettes toutes maigres qui ne le supporteraient pas bien qu'elles soient assez fortes pour faire au moins ... La moitié du château ! Poudlard était quand même énorme, Haley était presque certaine que pour faire le tour en entier sans oublier un seul passage, ni même un seul endroit, ça prendrait au moins deux jours.

Le parchemin entre les mains, Haley lu qu'il fallait qu'elle se rende dans le parc, pour la seconde fois. C'était très bête qu'elle n'ait pas reçu cette invitation plus tôt, ça lui aurait évité un aller-retour pour rien, entre guillemets. Mais bon, pour maintenant elle n'allait pas se plaindre, d'autant plus que ça lui faisait du sport, de monter et descendre. Lorsqu'elle arriva à destination, elle chercha où pouvait bien être cette Alyse Delgado. Lorsqu'elle pensa l'avoir enfin trouvée, elle s'en alla vers celle-ci et attendit patiemment la suite des événements.
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

 Concours d'été  Bonne réponse ?

Peeves, qui avait une nouvelle fois filé le préfet en chef de Poudlard, qui était d'ailleurs bien bête pour se laisser avoir une seconde fois, ne parvenait pas à s'extraire de sa caboche une chanson moldue, remixée à sa sauce :

" Peeves est un voyou, un filou, mais voyez-vous malgré tout
Oui je l'adore c'est mon amour mon trésor
Oui je l'adore tous les jours un peu plus fort"


Et oui, tout le monde adorait Peeves, malgré ses petites facéties, qui lui procuraient le plaisir qu'on lui octroyait. Ca partait d'un petit rien et finissait en apothéose. Il n'avait guère besoin d'autre chose, si ce n'est de l'admiration de quelques uns des élèves, qui voyaient en lui, l'exemple des mauvais coups à suivre. Il était ce genre de "personnes" qui avaient besoin de se sentir admirées pour avancer. Ne voyez en ça rien de ridicule, c'est simplement l'homme.

Bref, tout en dodelinant de la tête, le fantôme frappeur parvenait à présent devant la porte de la Grande Salle dans le hall d'entrée. Mais quelque chose le retenait, il ne parvenait pas à sortir du château. En effet, l'esprit était comme bloqué par on ne sait quel mur, une chaîne invisible le retenait à l'intérieur du château. Que c'était triste. Mais cela ne l'empêcha pas de continuer de chanter mais cette fois-ci à tue-tête, quitte à attirer le Baron Sanglant :

"Peeves est un voyou, un filou, mais voyez-vous malgré tout
Oui je l'adore c'est mon amour mon trésor
Oui je l'adore tous les jours un peu plus fort"


Et oui Peeves parlait de lui à la troisième personne mais il n'en avait que faire et puis si ça dérangeait quelqu'un, qui le dise ! Un petit coup de la part du fantôme lui serait rendu en monnaie d'échange, en quelque sorte !
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

 Concours d'été  Bonne réponse ?

Dans un des nombreux corridors dont ruisselait pour ainsi dire le château de Poudlard, Alyse avait eu la chance de croiser et de tomber littéralement sur le fantôme qu'elle recherchait : le chevalier du Catogan. Ce dernier s'était retrouvé à écouter un dialogue quelque peu incohérent, ce qui l'avait mis dans une situation quelque peu gênante. Il ne comprenait tout simplement pas ce que la demoiselle voulait et surtout de lui. C'est ainsi qu'il n'avait rien pu répliquer quand la demoiselle le lui avait donné rendez vous dans le parc dans quelques jours. Elle était partie comme elle était venue, tel un courant d'air.

Le Chevalier n'avait pas pu indiquer à la Poufsouffle une information qui valait son pesant d'or : il ne pouvait pas se rendre au parc. Sa seule limite, l'escalier qui menait au parc mais uniquement parce que la grande porte du hall se trouvait à proximité. Il n'avait jamais autant senti cette sensation d'emprisonnement mais il était là où il devait être. Et malgré ce que les élèves pouvaient penser : les fantômes avaient leur quota d'activité dans le château. Certes, ce n'était pas de l'aérobic, ni même de la natation mais les discussions qu'ils avaient entre eux et les ragots qui circulaient d'oreilles en oreilles avaient le don de les divertir suffisamment pour que l'ennui ne monte pas le bout de son nez.

Avec toute la bonne foi du monde, le chevalier décida de rejoindre le Hall de Poudlard où il retrouverait peut être l'un de ses camarades fantômes. S peine fut il à quelques pas de l'entrée qu'il entendit une voix bien connue, celle de Peeves. Ce dernier chantonnait une vieille chanson moldue et il ne put que sourire devant une démonstration artistique aussi pointue. Ça lui donnerait presque envie de chanter à son tour.

Mais il se ravisa, en songeant à sa réputation, qui elle était encore à faire. De plus, il vit au loin un petit troupeau de personnes. Ce devait être certainement la réunion que lui avait indiquée la demoiselle mais il ne pourrait pas venir. Il s'en voulut presque de ne pas l'avoir averti mais il aurait eu la plus grande difficulté puisqu'aucun fantôme ne l'avait vue les jours précédents.... Mais une question le taraudait encore : que faisait il ici ?

 Concours d'été  Bonne réponse ?

En quittant le château, Blanche espérait que c’était la dernière fois qu’on lui demandait de se rendre à autant d’endroit différent en une seule journée. Elle commençait même à se demander si les élèves n’avaient pas trouver un nouveau stratagème pour faire visiter Poudlard au nouveau professeur. En reconnaissant un groupe dans le parc, elle décida de s’approcher d’eux. Elle ne voyait pas l’élève de Poufsouffle qui lui avait demandé de la rejoindre dans le parc mais elle voyait Peeves. Et oui, elle croisait encore son chemin à celui-là ! Elle qui faisait tout pour ne pas croiser ce fantôme, elle venait de le croiser plus d'une fois en une seule journée. Fouillant dans sa poche, Blanche décida de ne pas se faire avoir à nouveau et pour ça, elle avait besoin de sa baguette. Tenant sa baguette de sa main droite, Blanche se plaça à côté de la directrice de Serdaigle. En écoutant la musique de Peeves, le professeur de sortilèges se disait qu’il devait bien s’ennuyer pour s’amuser à créer ce genre de texte.

*En même temps, si j’étais à sa place… Je me demande à quoi ressemblerait mes journées.* Pensa-t-elle.

Ce dont Blanche était sûre, c’est qu’elle ne s’amuserait pas en faisant des blagues de mauvais goût… Oui et elle ne prendrait jamais comme cible une femme aussi élégante qu’elle ! Oui car elle savait à quel point c’était frustrant de salir de beaux vêtements… et couteux. Quittant des yeux Peeves quelques secondes, elle décida de saluer d’un signe de main Alyse Delgado. Elle se demandait ce que cette dernière lui voulait, puis elle décida d’apporter toute son intention sur Peeves… Juste au cas-ou si ce dernier avait encore une blague de mauvais goût en tête. Ce dernier pouvait très bien lui renverser une fois de plus un liquide dégoûtant ou même pire... Lui tirer les cheveux. Oui, elle imaginait bien Peeves tenter de lui coincer ces précieux cheveux dans un coin en ricanant sournoisement... Elle imaginait également Peeves trouver un moyen pour lui tirer ses oreilles... Avec une pince à linge ou un... livre ? En tout cas ce dont Blanche était sûre c'est qu'il n'allait pas réussir à faire n'importe quel mauvais coup car elle avait sa baguette en main et qu'elle n'allait pas se gêner pour trouver un moyen pour l'arrêter avant. Cette idée la mettait de bonne humeur, si il osait quelque chose elle allait avoir une excuse pour lui en faire baver et en même temps se venger.


*Joue pas au imbécile Peeves ou tu risques de le regretter* Pensa-t-elle en le regardant dans les yeux.

• Sorcière qui aime boire du Whisky Pur Feu dans son jacuzzi
• Ô Grassouillet ! Grassouillet ! Pourquoi es-tu Grassouillet ?
• If only you could find the strength to kill the memories ♪
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

 Concours d'été  Bonne réponse ?

Après avoir vu Haley dans la salle de divination, puis Célia dans la tour d'astronomie, Caroline pensait pouvoir se reposer et aller dans sa salle commune, voir de l'eau lui manquait au milieu des pierres mais non bien sûr ! Elle devait se rendre dans le parc, au moins l'air frais lui ferait du bien après ces longs couloirs sinueux. *Voyons voir, qui m'a convoqué cette fois-ci ? Ah c'est... Oh je la connais pas cette fille... Alyce... Delgado. Humm... Jamais entendu parler, c'est bizarre ça.* Que Caroline ne connaisse pas cette jeune fille lui parut inconcevable, impossible. Ce n'était pas possible, elle qui était au courant de tout la première. Son travail, c'était de trouver des scoops pour son journal alors si elle ne connaissait pas une personne assez importante pour participer au tournoi, et ben elle était vraiment pommée. De plus, Alyce était apparemment en troisième année. La honte totale. C'est donc le morale dans les baskets que la Serpentard arriva au rendez-vous de son ainée.


Une brise de vent vint rafraichir la verte, qui était en train de cramer à l'ombre (et oui, il faisait très chaud).
*A quand un peu de calme ? Et de fraicheur ?* La jeune fille se dépêcha de signer sur la liste d'Alyce pour prouver qu'elle était venue puis quand même se renseigna sur qui était la troisième année puis partit dans un arbre, loin de la foule et du bruit. Si on avait besoin d'elle, ça serait dans une heure, le temps qu'elle se repose un peu.
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

 Concours d'été  Bonne réponse ?

Épreuve à présent terminée - Sujet verrouillé. Si envie de le continuer, veuillez vous adresser à Enaël Dewberthon pour toute réouverture. Merci ! ;)