Parc

Inscription
Connexion
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Aaah !  PV Madeleine 

Avec un long soupir, Louise enroula un dernier parchemin, en s'assurant que l'encre ne bave pas. Elle avait enfin terminé son devoir d'Histoire de la Magie ! Elle s'empressa de ranger ses affaires près de son lit et sortit du dortoir. Il n'y avait pas foule dans la salle commune, et la fillette s'aperçut qu'il n'était pas encore midi. Elle avait vite appris identifier les moments de la journée à partir de la couleur de l'eau, si profonde soit-elle, du lac. Sans sortir de leur salle commune, les Serpentards pouvaient ainsi deviner l'heure et le temps qu'il faisait dehors aussi facilement qu'en ouvrant une fenêtre.
Comme il restait encore du temps avant le déjeuner et qu'il faisait visiblement très beau, Louise se décida à sortir dans le parc. Elle monta les marches doucement, calculant les jours qui s'étaient écoulés depuis qu'elle était partie de chez elle. Mint lui manquait. Sa famille lui manquait. Elle aurait voulu pouvoir s'installer dans son jardin, sous les rayons du soleil, et lire une énième fois l'histoire du Centaure et de la Licorne, son livre préféré, bercée par les ronronnements du petit chat gris sur ses genoux et les éclats de rire de Théo jouant non loin. Alors qu'une boule se formait dans sa gorge, elle croisa quelques élèves familiers, habillés de vert, et qui lui firent un signe de tête amical en la dépassant. Ils avaient l'air heureux. Louise eut l'impression de ne pas s'être totalement séparée de sa famille... Et elle sourit.
En arrivant dans le parc, elle fut éblouie quelques instants : c'était aussi une des choses auxquelles les Serpentards devaient s'habituer. Elle bouscula sans le vouloir quelques Poufsouffles, qui, compréhensifs, gloussèrent en la dirigeant vers un chemin de terre. Une fois recouvert l'usage de sa vue, elle pu constater qu'elle n'était pas la seule à avoir eu l'idée d'aller au parc en cette fin de matinée : il était recouvert par des dizaines de petits groupes d'élèves, qui discutaient en sirotant du jus de citrouille. Louise, qui n'aimait pas trop la foule, se dirigea vers un coin plus à l'écart, à l'ombre de quelques jeunes saules.
C'est là qu'elle vit ce qui ressemblait à première vue à un terrier. Poussée, comme toujours, par sa curiosité, la petite Serpentarde se mit à quatre pattes pour en observer l'intérieur : quelque chose y brillait. Sans vraiment réfléchir, elle rentra sa main, puis son bras, dans le terrier, afin d'attraper l'objet brillant, qui devait probablement être un bijou, une sorte de broche. C'est là qu'elle fut projetée en arrière par une masse qu'elle ne parvint pas à identifier sur le moment. Elle poussa un cri de surprise qu'elle regretta aussitôt, espérant que personne ne l'avait entendue, tout en se débattant : l'animal qui lui avait sauté dessus avait visiblement la ferme intention de reprendre ce bijou.

Aaah !  PV Madeleine 

Il était rare que Madeleine soit de mauvaise humeur. Qu'elle soit vraiment en colère. Pourtant, aujourd'hui, c'était le cas, et quiconque s'approchait d'elle avait plutôt intérêt à tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de lui parler.

La raison de son courroux résidait sur sa poitrine. Sur l'étoffe noire de son uniforme, marquée par deux minuscules trous, invisibles pour toute personne ne les connaissant pas, mais pour Madeleine, ils existaient bel et bien. Ces deux petits orifices étaient situés juste à gauche de l'insigne rouge et or de Gryffondor. Ils avaient été créés à l'usage, par l'épingle d'un autre badge. Doré. Badge absent à l'heure actuelle.

C'était cette absence qui avait eu le don d'énerver Madeleine. Son badge de préfète-en-chef avait disparu. Et elle n'était pas autorisée à se promener sans. En plus, sans lui, elle n'avait plus d'autorité. Il était la preuve de ses capacités et de ses possibilités de punir et réprimander tout élève de l'école se livrant à des pratiques non réglementaires. Sans son badge, elle n'était qu'une gamine de troisième année qui pouvait toujours chercher à ce qu'on lui obéisse mais qui ne pouvait espérer mieux que les autres lui rient au nez.

Après plusieurs minutes à réfléchir, la demoiselle finit par conclure que l'endroit où elle avait le plus de chances de retrouver son insigne était le parc : lieu dans lequel elle avait passé la majeure partie de la matinée avant de rejoindre la bibliothèque (c'était là qu'elle s'était rendu compte de l'absence de son badge).

Madeleine arriva dans le parc. Il était bondé. Comment pouvait-elle espérer retrouver son insigne au milieu de tout ce monde ? Autant chercher une aiguille dans une botte de foin. En plus, elle s'imaginait peu aller expliquer son problème à tout le monde pour leur demander si, par hasard, ils n'avaient pas trouvé le fameux « PEC » doré.

Ne sachant trop que faire, la jeune fille commença à se promener dans le parc, l'air de rien, zyeutant à droite à gauche à la recherche d'un reflet doré. Un finisseur aurait peut-être pu l'aider. Après tout, c'était leur spécialité, d'attraper des trucs dorés. Normalement c'était des vifs d'or, mais c'était presque pareil, non ?

Soudain, elle aperçut non loin d'elle une jeune élève, renversée en arrière sur le dos, et qui se débattait furieusement contre un animal. A cette distance, Madeleine ne reconnut pas la créature en question, mais il semblait évident qu'il ne tentait pas de faire un gros câlin à la sorcière. La préfète dégaina sa baguette et courut vers la lutte.

Ayant déjà pratiqué des duels, elle commença à réfléchir aux sorts qu'elle utiliserait. Elle pensa tout d'abord à Petrificus Totalus, mais elle avait peur de toucher par accident sa camarade et non la bête.

Madeleine arriva à la hauteur de la bagarre.


« Rejecta ! » lança-t-elle en visant la fourrure noire de l'animal qu'elle reconnaissait maintenant comme un niffleur.

Une barrière magique invisible se déploya rapidement de la baguette de la jeune fille et glissa sur le sol, ne faisant aucun mal à la jeune sorcière attaquée mais repoussant l'animal au loin.

Quand il fut suffisamment loin, Madeleine se prépara, puis, d'un coup, leva le sortilège et enchaîna avec un :


« Petrificus Totalus! »

Le niffleur, qui s’apprêtait à courir vers les deux sorcières, fut stoppé net, pétrifié.

Madeleine se tourna alors vers la Serpentard (puisque c'en était une).


« Il ne t'a pas fait mal, j'espère ? »

Puis elle vit que la fillette, qui devait être en première année, tenait un insigne doré, celui de préfète-en-chef.

« Euh... je peux récupérer mon badge s'il te plaît ? Tu l'as trouvé où ? »

Reducio
Désolée pour le retard.

Griffes et Crocs, Griffes et Cœur, Gryff vainqueurs !
Gryffondor du mois en 01/2013, 06/2014, 12/2014 et 03/2015 - Elève du mois de Juin 2014 et Mars 2015
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Aaah !  PV Madeleine 

« Rejecta ! » Lança une voix forte et claire.

Louise fut en quelques instants soulagée du poids de l'animal, qui, impuissant, gigotait tandis qu'une force l'éloignait d'elle. La fillette eut à peine le temps de se redresser que, de nouveau, la voix se fit entendre :


« Petrificus Totalus ! »

Sous les yeux de Louise, la bête, qui s'avérait être un niffleur particulièrement gros, s'immobilisa, la gueule entrouverte et les yeux exorbités. La petite Serpentarde se retourna pour découvrir sa sauveuse, une fille de Gryffondor à l'air déterminé - et pas très commode - qui devait avoir au moins deux années de plus qu'elle.

« Il ne t'a pas fait mal, j'espère ? » S'enquit-elle alors que Louise se levait en époussetant sa robe.

Ses cheveux étaient ébouriffés et de la terre recouvrait ses joues. Un point à la base de son cou la piquait un peu, et en y passant sa main, elle constata qu'elle saignait.


« Rien de grave. », répondit-elle en souriant.

Elle ouvrit alors son poing, qu'elle avait serré si fort que la forme du bijou qu'elle y gardait s'était imprimée sur sa paume. Elle l'observa en le tenant entre deux doigts. Bien qu'elle n'était à Poudlard que depuis peu, elle n'eut aucun mal à reconnaître l'insigne doré du préfet en chef. Et visiblement, la fille de Gryffondor l'avait reconnu aussi :


« Euh... je peux récupérer mon badge s'il te plaît ? Tu l'as trouvé où ? », fit-elle d'un ton irrité.

En plus d'être la préfète en chef, elle dépassait la petite fille d'une bonne tête et ses yeux bleus la fixaient sans ciller, résolus. Louise, quelque peu impressionnée, montra le terrier dans le sol en bégayant :


« I...ici. » Elle lui tendit le badge. « Ce niffleur a du... te le voler., Commença-t-elle, hésitante. Ils aiment bien les objets qui brillent. » Elle marqua une pause, puis demanda, curieuse : « Tu es Madeleine ...Coulter, c'est ça ? »

La fillette remarqua que l'incident avait attiré l'attention des élèves se trouvant non loin, et elle sentit le malaise monter en elle. Malgré son appartenance à la maison de Salazar Serpentard, elle n'aimait pas être au centre de l'attention.

Reducio
Désolée si mes messages sont courts, j'ai l'habitude de faire dans le concis ! xD

Aaah !  PV Madeleine 

La première année n'était pas blessée. C'était une bonne nouvelle. Elle semblait un peu impressionnée par Madeleine. La troisième année pouvait la comprendre. Déjà, elle était plus âgée qu'elle, et ensuite, elle se souvenait bien, qu'à son arrivée au château, alors qu'elle avait 11 ans, elle était elle aussi assez intimidée dès qu'un préfet pointait le bout de son nez. Et voilà que là, devant la petite Serpentard toute nouvelle, une gryffone absolument inconnue qui venait de la délivrer des griffes d'un niffleur lui annonçait, d'une manière en plus assez original, qu'elle était en fait la préfète-en-chef. Une préfète-en-chef un tantinet énervée, en plus. La Serpentard bégaya :

« I...ici. » avant de lui tendre son badge.

La préfète ne se fit pas prier pour le reprendre, et elle l'épingla aussitôt sur sa robe, à son emplacement habituel. La Serpentard expliqua :


« Ce niffleur a du... te le voler. Ils aiment bien les objets qui brillent. »

Un niffleur. Madeleine s'était faite voler par un niffleur. Le comble du ridicule. Pourtant, elle les connaissait ces bestioles. Une fois, elle leur avait même subtilisé toute leur réserve de bracelets volés pour les redistribués dans toute l'école. Et voilà, maintenant, une de ces sales bêtes avaient réussi à lui voler SON badge, alors même qu'il était épinglé sur sa poitrine, donc, à priori, dans son champ de vision en permanence. Sa fierté en prenait un coup. Comment la bestiole avait réussi ce tour de force ? Mystère. Mystère qu'il faudrait résoudre plus tard. A croire qu'un farfadet l'avait aidé. Les farfadets avaient-ils le pouvoir de faire disparaître des objets ? Encore un mystère. La demoiselle aurait plein de questions à poser lors de son prochain cours de Soins Aux Créatures Magiques !

« Tu es Madeleine ...Coulter, c'est ça ? »
demanda la Verte.

« Madeleine Koter. »
rectifia la Gryffondor, retrouvant le sourire, malgré son irritation de s'être fait voler par un niffleur.

La préfète remarqua alors que de petits groupes d'élèves les regardaient de loin, se voulant discrets, mais ne l'étant, naturellement, pas du tout. Le cri de la petite avait dû les attirer. La Serpentard semblait l'avoir remarqué aussi. Et, elle semblait d'autant plus gênée. Mettre fin à ce genre d'événements, c'était justement le boulot d'une préfète. Mais pas en criant à tout le monde de se mêler de ce qui les regardait. Non, une bonne préfète sait le faire d'une façon plus radicale, et moins tape-à-l'oeil. La demoiselle proposa :


« Il faudrait ramener ce niffleur à miss Almeida, il a dû s'échapper. Tu viens ? »

Elle se tourna vers la bête toujours pétrifiée au sol et lança :

« Levitare. »

Le niffleur s'éleva tranquillement dans les airs.

« Au fait, tu t'appelles comment ? » demanda Madeleine à la Serpentard avant de se mettre en marche.

Griffes et Crocs, Griffes et Cœur, Gryff vainqueurs !
Gryffondor du mois en 01/2013, 06/2014, 12/2014 et 03/2015 - Elève du mois de Juin 2014 et Mars 2015

Aaah !  PV Madeleine 

Ce RPG a été bloqué car n'ayant pas reçu de réponse dans les 6 derniers mois. Pour demander sa réouverture, adressez-vous aux préfets.

Griffes et Crocs, Griffes et Cœur, Gryff vainqueurs !
Gryffondor du mois en 01/2013, 06/2014, 12/2014 et 03/2015 - Elève du mois de Juin 2014 et Mars 2015