Parc

Inscription
Connexion
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Une farce peut-elle engendrer une amitié? Ou la haine?  PV 

Caroline aimait la nature. Elle la considérait comme une personne. Importante mais imprenable. Si elle disparaissait, c'était la perte de tout. Porter des masques car on ne peut plus respirer ? Très peu pour elle ! Mais tout le monde ne pensait pas comme ça. C'était dommage. Si tout disparaissait, les hommes n'aurait plus rien et là, ils seraient cuits. A force de trop vouloir des choses et à trop les prendre, ils détruisent. La Serpentard pour y remédier à son niveau, était dans le parc, regardait le sol pour y déceler des papiers, des emballages, des chewing-gum... Tous ces déchets jetés sans réfléchir, qui polluait les espaces verts et faisait perdre de la beauté à l'endroit. C'était vraiment pénible de devoir passer derrière les autres mais si elle ne le faisait pas, qui le ferait ? Personne voilà la bonne réponse !

Après avoir fini son geste écolo, Caroline décida de se reposer un peu. Comme certains le disent si bien, après l'effort, le réconfort ! Et la Serpentard aimait bien ce dicton. Montant dans son chêne, elle se reposa un petit peu jusqu'à s'endormir pour une petite sieste. Quand elle se réveilla, une petite élève était juste en bas. D'ici, elle ne voyait pas son écusson mais elle ne résista pas à l'envie de la taquiner un peu. Quelques petites farces, un peu de rigolade... Peut-être que l'élève n'allait pas s'amuser mais elle oui. Pour commencer, Caroline lança un sortilège de langue de plomb à la jeune fille. Elle allait s'amuser cette après-midi.

Une farce peut-elle engendrer une amitié? Ou la haine?  PV 

Amaëlle avait du mal à s'intégrer à Poudlard. Ce n'étais pas un problème qui venait de l'école, au contraire, elle était plus qu'heureuse de ce trouver là, dans ces lieux magiques et magnifiques, jamais elle n'aurait pu rêver plus belle surprise que se découvrir sorcière... non le problème venait d'elle... elle n'arrivait pas à aller vers les autres. Et puis petite et discrète comme elle était on ne pouvait pas dire qu'elle attirait l'attention.
Elle avait découvert que malgré tout c'était aussi un très gros avantage : personne ne faisant attention à elle, elle pouvait à loisir écouter toutes les conversations croustillantes de ses camarades verts et argents.
Mais en ce beau samedi, lasse de jouer les espionnes invisibles, elle s'était réfugiée dans la partie de Poudlard qui était de loin sa préférée : le parc. Elle avait toujours adoré la nature, elle avait sur elle un effet magique, comme si elle la purgeait de tous ses maux, de tous ses soucis. Le vent venait caresser ses oreilles et elle avait enlevé ses chaussures qu'elle tenait à bout de bras pour s'imprégner de la fraîcheur de la terre. Au loin elle apercevait une jeune fille blonde qui se baissait régulièrement, sa main semblant ramasser quelques menus objets. Ce n'était sans doute pas ce qu'elle faisait mais Amaëlle avait l'impression qu'elle dansait.
Puis elle se détourna, perdu dans ces pensées, le chant des oiseaux la berçant doucement. Sortant de sa rêverie elle s’aperçut que la blonde avait disparu... mais maintenant elle se rappelait de son nom. C'était une Serpentard du nom Caroline Purelune, rédactrice en chef du Sale Hasard, une jeune fille pouvant être aussi gentille que...Serpentarde.
Prise d'une envie subite elle partit s'adosser contre un grand chêne, sortit son carnet et se mit à griffonner une jeune fille belle comme une fée dont l'on ne voyais pas le visage, et qui avait un bras baissé, comme si elle dansait.
Si elle avait été plus attentive elle aurait peut être entendu la respiration tranquille de Caroline Purelune, serpentarde en herbe, qui dormait, tranquille, au dessus de sa tête... il aurait mieux fallu pour elle... Et, concentrée sur son dessin comme elle l'était, elle n'entendit pas non plus la blonde se réveiller, sortir sa baguette et lui lancer un sort... Elle entendit par contre le bruit d'une brindille qui craque et, redressant la tête, elle découvrit Caroline qui la regardait avec une drôle de lueur au fond des yeux.
Voulant dire quelque chose elle ouvrit la bouche mais aucun son ne sortit... et le deuxième essai connu le même échec... Mettant son incapacité à produire un son sur le compte de sa timidité elle se flagella mentalement, pris une grande respiration, ouvrit la bouche... et ne put sortir le moindre son. Soudain elle avisa sa camarade de maison qui n'avait pas bougé et qui avait toujours cette drôle de lueur dans le regard... et elle comprit qu'elle allait sûrement passer un sale quart d'heure.

Même le plus petit serpent a du venin (si si)
Cinquième année RP
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Une farce peut-elle engendrer une amitié? Ou la haine?  PV 

Hahaha ! C'était tellement marrant de jeter un petit tour à un élève sans défense et assez perdu ! Il ne s'y attendait jamais et souvent, ne comprenait pas ce qui leur arrivait ! Alors, quand une occasion comme celle-ci se présentait, Caroline n'allait quand même pas la laisser passer ! Ça aurait été du gâchis de ne pas en profiter totalement.

Zut ! Fichue brindille ! A cause d'elle, la fille l'avait vu ! Il fallait absolument se remettre en mode ninja ! Dans l'ombre, les coups étaient toujours mieux portés ! Il fallait se disperser (bon dans ce cas là, c'est pas possible mais bon) ou bien se déplacer.
Avant d'avoir pu faire le moindre geste, Caroline constata avec amusement les premiers effets de son sortilège qu'elle avait décidément très bien réussi ! Au moins, la première année ne pourrait pas appeler au secours. Au début, la Serpentard s'était dit que sa camarade aurait pu lancer un sort mais impossible, les sortilège informulés n'étaient qu'au programme de cinquième année. Donc l'élève en bas était coincée, du moins jusqu'à ce que Caroline la délivre ce qui n'était pas vraiment près d'arriver.

Enfin on est était encore qu'au début, la Serpentard allait encore s'amuser. Et de toute façon, elle était inattaquable par une simple première année étant donné qu'elle était préfète. Quand elle pensait à ça, elle se dit que c'était un bien piètre argument vu qu'elle devait faire tout le contraire. Mais bon, il fallait bien s'amuser de tant en tant.
A cet instant, une nouvelle idée surgit dans son esprit. Maintenant, les deux jeunes filles allaient vraiment entrer dans la danse.


« Tarralenga ! »
chuchota-t-elle tout en bougeant. Elle se déplaça sur un autre arbre rapidement mais doucement.

Reducio
Désolé de cet affreux retard ! :sweatingbullets:

Une farce peut-elle engendrer une amitié? Ou la haine?  PV 

« Tarralenga ! »

Un peu angoissée Amaëlle regardait son aînée qui était en train de changer d'arbre… comme un prédateur tournant autour de sa proie.
Qu'allait-il se passer ? La jeune sorcière avait un petit peu peur quand même… Et puis pourquoi cette fille s'en prenait à elle ? C'était bien la jeune fille qu'elle avait aperçue un peu plus tôt… c'était donc la rédactrice en chef du journal des Serpentard. Et puis soudain Amaëlle se rappela d'autre chose : cette fille blonde… c'était sa préfète ! *Non mais je rêve !*

Cette fille était censée être responsable et voilà qu'elle l'attaquait sans raison… et pourtant rien, absolument rien, ne se passa. Apparemment elle n'avait pas réussi son sort.
D'ailleurs ce sort lui disait quelque chose… elle avait lu ce mot dans un livre… ou plutôt…
Un sourire étira ses lèvre : la fille qui la narguait de sa baguette, c'était trompée. Le sort qu'elle avait voulu lancer était sans doute ''Tarantallegra''. *Même pas fichue de lancer tes sorts correctement… ridicule...*

Le problème maintenant c'est qu'elle était un peu coincée. Elle ne pouvait plus parler, donc elle ne pouvait ni lancer de sorts ni se défendre par ses paroles. C'était très très frustrant. Le seul choix qui lui restait était de s'enfuit en courant. *Mouais… pas très glorieux quand même...*

Alors que pouvait-elle faire ? Pouvait-on lutter contre un sort ? Peut être si elle était suffisamment fâchée… Et puis après tout celle qui lui avait lancé ce sort n'était qu'une élève comme elle. Seulement elle eut beau se forcer à faire vibrer ses cordes vocales elle n'y arriva pas. *Bon… je vais quoi du coup moi ?* Peut être pouvait-elle lui lancer des cailloux ? *Et si on me voit on m'accusera de violence gratuite… et puis de toute façon ça ne marchera pas...elle est préfète en plus, peut-elle me mettre en retenue ? Ah ça ça serait fort quand même !*
Et puis elle eut une idée. Ramassant son carnet de dessin et son crayon elle prit une nouvelle page et, se cachant derrière un tronc à l'opposé de la blonde pour ne pas recevoir un sort tout de suite, commença à écrire.

Tu trouves ça drôle de t'attaquer aux plus faibles que toi ? De manière aussi lâche que ça ?
C'est plutôt risible en fait.
En plus tu ne connais même pas les sorts que tu me lances… Mais bon ne t'inquiète pas il paraît que le ridicule ne tue pas… parce que je dois bien t'avouer que pour une préfète ce que tu viens de faire c'est plus que ridicule… Pauvres de nous avec une préfète pareille…


La jeune verte était peut être timide mais quand il s'agissait de se défendre elle avait plutôt tendance à la mettre de côté jusqu'à adopter des tempéraments un peu dangereux.
Aussi se planta t-elle face à la deuxième année et lui tendit son petit carnet sur lequel ces mots étaient écris.

Même le plus petit serpent a du venin (si si)
Cinquième année RP
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Une farce peut-elle engendrer une amitié? Ou la haine?  PV 

La jeune fille en bas ne semblait pas très contente. Limite furieuse. En même temps, qui aimerai être le dindon de la farce ? Personne à bien y réfléchir et certainement pas une Serpentard. Elle devait vraiment enragée. D'ailleurs Caroline eut bien vite cette confirmation car elle reçut un petit bout de papier. La petite verte au pied de l'arbre avait trouvé un autre moyen de communiquer étant donné qu'elle ne pouvais plus utiliser ses cordes vocales. Maligne et téméraire. Enfin quelqu'un qui réagit. * Ah bah j'ai enfin la preuve qu'il n'y a pas que des idiots à Poudlard ! Elle sera parfaite cette petite pour ce que j'ai en tête. *

Ah bien y regarder, la verte qui se trouvait en bas s'appelait Amaëlle Nelly, était à Serpentard en Première année. Il fallait voir si la fille pouvais passer la deuxième étape du test qu'avait improvisé Caroline. En tout cas, quand la blonde avait reçu le message, elle avait esquissé un sourire énigmatique et mystérieux. Amaëlle venait de passer la première épreuve du test. Bien entendu, la candidate n'était pas au courant. Mais au moins, elle n'était pas comme les autres. Elle réagissait elle ! Donc, elle avait du caractère, pile ce que recherchait la préfète. Normalement, après avoir reçu le mot, la Serpentard se serait mise en colère et n'aurait pas pardonné cet écart de conduite. Téméraire et folle ok, insolente, ça passe moins. Mais là, elle était en mission alors ça ne comptait pas. Elle voulait poussée sa cible dans ses retranchements et s'il fallait l'agacer, alors elle l'agacerait.

Caroline bougea et se positionna pour aller sur un autre arbre. Puis, quand elle fut bien cramponnée à une branche pleine de feuilles, elle fit un signe à Amaëlle. Celle-ci la voyait normalement. Du coup, elle pouvait forcément apercevoir le geste de la main de la blonde qui lui demandait de grimper dans l'arbre. Passage à l'étape numéro 2 enclenchée !
*Elle sait réfléchir, elle est téméraire, et elle connait les sorts et leurs effets. Voyons si elle a des muscles. *

Une farce peut-elle engendrer une amitié? Ou la haine?  PV 

Reducio
Sincèrement désolée de cet impardonnable retard...
Du coup par cohérence je ne suis ni préfète, ni dans l'équipe du Sale Hasard, ni en deuxième année


Caroline : C'était le nom de la sorcière qui se tenait en face d'elle. Elle aurait du s'en souvenir tout de suite d'ailleurs, après tout la jeune fille avait des postes très important au sein de sa maison... sans compter qu'elle avait déjà entendu plusieurs premières années parler d'elle... et pas forcément en bien... notamment une certaine Zoé. Et désormais elle comprenait bien.

Est ce qu'elle était en train de se moquer d'elle ? C'était bien du moins ce qu'Amaëlle voyait : la blonde avait à peine lut son petit mot qu'un sourire moqueur suffisant et calculateur (du point de vue de la première année c'était en tout cas comme cela qu'elle le voyait). D'ailleurs la deuxième année était en train de la jauger du regard, légèrement pensive, toujours avec ce sourire énigmatique sur les lèvres.

Sans voix, soumise à la volonté de cette préfète qui lui paraissait désormais insupportable, Amaëlle fulminait. Et elle regrettait bien de l'avoir dessinée sur son carnet, elle s'empresserait d'ailleurs sûrement de déchirer la page correspondante lorsque ceci serait terminé... à vrai dire elle aurait beaucoup aimé qu'un adulte arrive à ce moment là pour prendre Miss Préfète en flagrant délit. Seulement personne n'arrivait... et en face d'elle Caroline était encore en train de se décaler sur un autre arbre. Aller t-elle lui lancer un autre sort ? Amaëlle espérait que non, le seul sort qui actuellement l’intéresserait serait le contre sort de celui que la blonde lui avait lancé... et elle doutait du fait que son ainée ait réellement envie de lui accorder maintenant. Néanmoins la deuxième année ne lui lança aucun sort. Au lieu de cela elle lui fit un signe bien visible... *Elle veut que je monte dans son arbre ??!? C'est quoi son problème ??*
Bien... il fallait se calmer... pourquoi est ce qu'elle l'agressait puis lui demander de la rejoindre ? C'était un défi ? Et si c'était un défi est ce qu'elle devait le relever ou bien lui tourner le dos et s'en aller, la laissant là pendant qu'elle irait demander de l'aide à son directeur de maison ou à sa deuxième préfète ? Sauf que si elle faisait cela elle serait obligée de dénoncer Caroline et d'une celle ci n'apprécierait pas trop et de deux elle n'avait pas non plus réellement envie d'aller pleurer sur son sort devant un autre (et puis de toutes façons elle avait déjà déterminé que battre en retraite ne serait pas très glorieux). Donc elle était coincé ici. Fusillant du regard sa camarade un peu perchée (mais non voyons au sens propre...) elle examina le tronc du chêne qui lui faisait face à la recherche de prise. Comble du désespoir il n'y en avait pas à sa hauteur. Est ce que Caroline le savait et lui demandait ça pour se gausser en la regardant tenter de grimper ? Cette perspective donna une nouvelle énergie à la première année : puisque les prises étaient trop hautes elle sauterait... et tant pis pour le ridicule. Aussi chassa t-elle la petite voix qui lui disait qu'elle avait aussi une chance sur trois de se ramasser elle se plaça en dessous de la branche la plus basse et qui la narguait, dix centimètres au dessus de ce qu'elle pouvait atteindre en levant les bras.

Ensuite elle sauta, se raccrochant in extremis à la branche convoitée... bien maintenant elle était ridiculement suspendue... Elle finit pourtant par réussir à se hisser, au bout de quelques balancements, appuyages de jambes sur le tronc, contractions en tout genre et deux belles presque-chutes... ainsi que deux minutes. C'est donc légèrement mortifiée mais toujours aussi furieuse qu'elle finit par prendre appui sur la branche pour grimper sur une autre et se positionner assez proche de Caroline. Puis elle s'assit, toujours muette et très frustrée de ne pouvoir rien lui dire (puisque son carnet était tombé dans l'ascension... et elle doutait de la bonne volonté de l'élève en face d'elle pour lui en prêter un.

Même le plus petit serpent a du venin (si si)
Cinquième année RP
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Une farce peut-elle engendrer une amitié? Ou la haine?  PV 

Cette première année avait du cran. Maintenant qu'elle était montée, quoique difficilement, Caroline ne pouvait plus le nier et, elle avait peut-être mal choisie. Surtout que c'était une Serpentard, elle n'était pas dans sa maison pour rien. Une Poufsouffle aurait mieux convenu à ce genre d'amusement machiavélique. Mais bon, c'était trop tard pour se lamenter maintenant et la préfète ne voulait pas non plus se faire détester par la première année, elle allait devoir lui rendre sa voix et... S'excuser... Même si ça lui faisait mal au cœur de devoir le faire. Mais il fallait apaiser les choses, surtout si les deux filles devaient se revoir une prochaine fois.

La jeune fille parvint à la dernière branche. Et là, le drame faillit se produire. Etant trop petite, elle avait sauté pour pouvoir enfin montée rejoindre Caroline. Elle bondit et s'accrocha à la branche du dessus et heureusement, ses doigts frôlèrent le bois, ce qui fit que même si elle faillit retrouver brusquement le sol, elle était arrivée à attraper la branche. Pas comme son carnet qui tomba de sa poche et se perdit dans les branches, jusqu'à ce qu'un bruit sourd résonna. Il était arrivé sur l'herbe. Au moins, il ne tomberait pas plus bas. Mais la fille aux cheveux noirs était toujours suspendue et ce n'était pas une position confortable. La deuxième année le savait étant donné qu'elle avait, un jour, fait l'erreur de se surestimer et avait payé le prix fort : une jambe cassée. Dans un effort sur-humain, la première année réussit à remonter à califourchon dans l'arbre.


*Ouf ! Elle y est arrivée ! La prochaine fois, s'il y en a une, je ferais attention à être moins haut.* Caroline avait eu peur pour la « petite », jamais plus elle ne mettrait quelqu'un en danger ! Elle avait eu trop peur mais elle s'efforça de ne pas le montrer. Et, se voulant rassurante, elle sourit et s'exclama :

« Finite Incantatem  ! »

Le sort de mutisme avait dû être brisé maintenant et Caroline se prépara à être bien rembarrer mais elle s'élança quand même :

«  Salut... Hum... Je suis désolée. Je voulais juste m'amuser ! Mais en tout cas, tu es super courageuse ! J'ai déjà été suspendu dans un arbre et je m'en suis pas sortie aussi bien que toi ! Mais, on s'en fout là. Tu veux rester là et qu'on parle tranquillement ou bien t'en as marre de moi et tu redescends ? En tout cas, moi, je bouge pas d'ici. »

Une farce peut-elle engendrer une amitié? Ou la haine?  PV 

Effectivement la deuxième année ne lui fit pas grâce d'un carnet. Cependant elle fit mieux : elle lui lança le contre sort. Avait-elle un problème ? Voulait-elle qu'on lui crie dessus ? Sans doute parce qu'elle ne voyait pas sinon pourquoi elle lui rendait sa voix. D'ailleurs c'était quoi ce sourire qu'elle portait sur les lèvres. C'était un sourire doux, ressemblant un peu à ceux qu'on faisait aux petits enfants pour les rassurer. Sauf que Amaëlle n'avait pas besoin d'être rassurée, ou alors peut-être sur la santé mentale de sa préfète. Sauf qu'en y réfléchissant bien elle ne s'inquiétait pas du tout, elle avait juste envie de lui dire ses quatre vérités. Aussi fit-elle mine d'ouvrir la bouche… lorsque Caroline la coupa à temps en reprenant la parole :

« Salut... Hum... Je suis désolée. Je voulais juste m'amuser ! Mais en tout cas, tu es super courageuse ! J'ai déjà été suspendu dans un arbre et je m'en suis pas sortie aussi bien que toi ! Mais, on s'en fout là. Tu veux rester là et qu'on parle tranquillement ou bien t'en as marre de moi et tu redescends ? En tout cas, moi, je bouge pas d'ici. »

Refermant la bouche, Amaëlle réfléchit un instant, tenta une nouvelle fois de l'ouvrir puis la refermer à nouveau. *Bon… d'accord… elle A un problème* La bouche entrouverte, coupée dans son élan, Amaëlle était surprise, très surprise, et même si elle pouvait désormais parler elle ne savait que dire devant cette démonstration de dérangement mental, bouche bée. Que pouvait-il donc bien se passer dans la tête de cette fille pour qu'elle l'attaque par surprise, s'amuse d'elle avec un sourire vicieux sur le visage puis lui fasse des compliments avec un sourire innocent et lui propose son amitié ?? Avait-elle un dédoublement de personnalité ? Se faisait-elle tous ses amis de cette façon ? C'était peut-être une des caractéristique de Serpentard… quoiqu'elle en doutait. Ou bien était-ce peut-être qu'elle s'était rendue compte qu'elle était allée trop loin, ça pouvait être ça aussi. C'est avec un certain ahurissement qu'Amaëlle se rendit compte que c'était sans doute des excuses… *Oh mais bien sûr ! Je vais rester ici tranquillement et puis t'embrasser aussi parce qu'on va devenir les meilleures amies du monde !*
Non mais sérieusement… elle lui avait dit qu'elle voulait ''juste s'amuser'' et qu'elle ''elle était super courageuse'', cou-ra-geuse ! Pouvait-on lui rappeler qui l'avait mit dans cette situation déjà ? Très clairement Amaëlle n'allait pas pardonner comme ça, d'ailleurs elle était très sérieusement en train de se demander si elle avait lu une clause sur les meurtre au sein de l'établissement dans le règlement de l'école. Toutes ses retenues d'un peu plus tôt avaient volées en éclat, ça n'était pas parce qu'elle était préfète qu'elle se laisserait faire, elle ne voulait pas croire que son DDM pouvait être assez injuste pour ne pas l'écouter si elle venait à devoir aller se plaindre. Aussi regarda t-elle fixement un instant supplémentaire la blondinette qui lui faisait face avant de lâcher fraîchement ce qu'elle avait sur le bout de la langue depuis le début de leur altercation :


« T'as un sérieux problème toi »

Puis elle se laissa glisser le long du tronc de l'arbre qui les portait toute deux, abandonnant ici l'autre fille. Arrivée en bas elle se pencha pour ramasser son carnet et, après une hésitation, l'ouvrit, déchira son dessin, et laissa la feuille tournoyer jusqu'à tomber dans l'herbe.

« J'te laisse ça en souvenir, j'ai pas envie de voir ta tête davantage »

Puis elle fit demi-tour, lui tournant le dos pour rentrer vers le château. Elle aurait pu avoir peur mais elle doutait que la deuxième année ne retente quelque chose contre elle se jour là. Mais ça n'était pas elle qui allait s'en plaindre.
Se rappelant sans doute soudain qu'elle était timide et qu'elle venait encore une fois de laisser sortir son côté impulsif et suicidaire (comme si elle n'en avait pas eut assez avec le Baron) et que ça ne lui ressemblait vraiment pas elle s'en fut presque en courant. Vraiment pour une première rencontre avec celle qui était sa supérieure elle avait vraiment fait fort… pas qu'elle l'ai cherché après tout, c'était entièrement la faute de Caroline. Une chose était sûre elle ne voulait vraiment plus avoir affaire à elle, quoiqu'étant donné qu'on parlait d'Amaëlle et que Caroline lui avait proposé sincèrement son amitié, il y avait de fortes chances qu'elle lui pardonne un peu. Mais ce qu'elle ignorait encore c'est qu'une amitié bien particulière avait commencé ce jour là entre elles deux. Après tout si une farce entre Serpentards pouvait aussi bien mener à l'amitié qu'à la haine il ne fallait pas s'étonner si cela conduisait à un mélange des deux non?


Reducio
*S’aplatit par terre et embrasse les pieds de sa collègue*
Désolée, désolée, désolée... (si il y a un truc qui te plait pas tu me dis hein ^^)
En tout cas c'est fini pour moi tu t'en doutes... merci pour ce RP !


Reducio
Ce RPG a été bloqué car n'ayant pas reçu de réponse depuis plus de 6 mois. Pour demander sa ré-ouverture, vous pouvez contacter vos préfets ou professeurs.

Même le plus petit serpent a du venin (si si)
Cinquième année RP