Parc

Inscription
Connexion

Carte au trésor de Noël  PV Mme. Collins 

Décembre. La neige... Tout ce blanc s'étendant à perte de vue... Quel spectacle magnifique... Antony marchait ainsi dans cette neige, emmitouflé sous d'épais vêtements verts, gants en laine aux mains, écharpe qui volait derrière lui, et bonnet sur la tête. Son petit bonnet gris... qui lui couvrait les oreilles, lui donnant d'ailleurs un air plutôt mignon, mais naïf, ce qui définissait bien son caractère en fin de compte.
Il se frictionnait le corps de ses mains... Il avait beau être ainsi équipé, il pouvait sentir le froid lui grignoter sa chaleur corporelle peu à peu... Heureusement pour lui, le vent ne sévissait pas aujourd'hui.

"Brrr... Qu'est-ce qui fait froid... J'ai hâte d'être en salle commune, chocolat chaud en main !" se plaigna-t-il tout de même.

Il marchait dans la neige, traçant sa route dans cette épaisse poudreuse, avançant lentement et laissant derrière lui de profondes empruntes de bottes en fourrure épaisses. Son souffle même à travers son écharpe, laissait voleter devant lui de petits nuages de fumée. Il aimait bien la neige, adorait même ! Novembre ne lui avait pas fait ce cadeau. Il s'était d'ailleurs sentit fait "avoir" par mère nature le mois dernier, n'aillant obtenu que du froid, mais sans neige du tout... ! Heureusement, aujourd'hui il était gâté ! Il ne neigeait plus pour le moment, le garçon en avait donc profité pour sortir se promener dans ce paysage idyllique.
Il s'était assis dans la neige un peu plus tôt, sur une petite colline en hauteur qui faisait face au lac noir. Là, tout comme il aimait tant observer les étoiles, il avait pût profiter du magnifique paysage qui s'était exposé à lui. Un peu plus en contrebas, sur sa droite, on pouvait apercevoir la cabane du lac, avec ses barques gelées sur places. Sur sa gauche, la gare, et un peu plus loin, Pré-Au-Lard, où l'on remarquait le scintillement de quelques lumières... La magie de Noël... Mais lorsqu'il s'était relevé, sa main droite s'était entièrement enfoncée dans la poudreuse, et à présent tout en avançant, et alors qu'il s'était débarrassé de toute la neige sur son épais pantalon noir, il tentait de se défaire de celle qui collait encore à son gant, avant que celle-ci ne fonde et n'imbibe le dit gant.

Marchant vers le lycée, il s'arrêta agacé et se risqua d'enlever son gant. Il le secoua un bon coup, mais ce dernier retomba dans la neige...

"Mais c'est pas vrai... !" s'énerva le jeune Serpentard.

Le gant, si léger, tomba peu profond dans la neige, mais Antony s'était tout de même énerver afin de se défouler un peu. Il aimait beaucoup la neige ! Mais détestait au plus haut point, au plus Hauuuuut point, avoir froid aux mains... Toute autre partie du corps il l'aurait toléré, mais les mains... C'était une horreur...

Précautionneusement, il se pencha, tenta de ramasser son gant, tombé un peu plus loin dans la neige, tandis que ses pieds s'enfonçaient vingt centimètres sous la surface. Il se pencha encore plus bas, mais, si maladroit... il tomba tête la première dans la neige... !
Sonné par sa chute et glacé, il ramassa son gant et se releva non sans peine... Sa propre bêtise le mettait hors de lui ! Sentiment accentué par ce froid qui commençait à le ronger !
*Haaa !! Si seulement je connaissais un sort pour me réchauffer !!* s'exclama-t-il intérieurement.

Il s'épousseta du mieux qu'il pût la neige qui s'était accrochée à lui, puis, secouant son gant à nouveau, le remit. Il joignit alors ses mains pour souffler de l'air chaud dans les tissus de ses gants. Quelle sensation agréable... La laine répartissait la chaleur dans toutes ses mains, il adorait ça...
À peine fit il à nouveau un pas un avant, que son pied, cette fois-ci, ne s'enfonça pas complètement dans la neige, mais plutôt marcha sur quelque chose, une bouteille d'après ce qu'il avait sentit... Étonné, il fit un pas ailleurs et fouilla la neige à la recherche de ce petit obstacle à la forme si étrange.

Une bouteille, comme il l'avait deviné. Et pas n'importe quelle bouteille. Une bouteille transparente avec un parchemin dedans ! Du genre celles que l'on ne voit que dans les films de pirates ! Ce serait une carte au trésor ? Curieux, il enleva de nouveau son gant droit (dont il s'était assuré cette fois d'avoir bien accroché la sangle au poignet) et enleva le bouchon de la bouteille. Il était gelé !! Tout comme la bouteille ! Pas étonnant sous toute cette neige. Même le parchemin était d'une froideur à en craqueler le papier ! Il se débarrassa de la bouteille, et aussi précautionneux que possible -cette fois ci bien plus qu'à son habitude- il déroula ce qui semblait à premier vu être... Une carte ? Avait il vraiment vu juste ? Mais oui il y avait une grosse croix rouge en plein milieu, avec des petits traits rouges qui la rejoignait ! Il y avait même quelques annotations faites dans une langue incompréhensible... Où bien était-ce l'écriture de l'auteur qui était incompréhensible ? En tout cas, les dessins grossiers qu'avait réalisé le dessinateur ne consistaient que de maigres indices...

Mais tout de même une carte aux trésors ! Que se trouvait il sur cette croix, là-bas ? Et où était ce "là-bas" ?
Il fallait l'avouer, cette carte avait piqué la curiosité d'Antony. Joueur, il se décida à retrouver ce trésor, si bien sûr ce dernier se situait dans l'enceinte de Poudlard...

~ Antony n’est point un drame, Antony n’est point une tragédie, Antony n’est point une pièce de théâtre, Antony est une scène d’amour, de jalousie, de colère, en cinq actes. ~
~ Famille Schialom ~
Do not go gentle into that good night.

Carte au trésor de Noël  PV Mme. Collins 

Holly Collins patientait. Cette femme à la chevelure rousse flamboyante patientait devant son bureau dans la salle d'Histoire de la Magie. Aujourd'hui, elle ne recevait aucun élève. C'était comme une journée de pause, enfin une après-midi de pause puisque le matin, elle avait donné leur cours aux premières années. Cela faisait extrêmement bizarre de se retrouver de l'autre côté de la salle. Lorsqu'elle était enfant, elle adorait aller en cours, c'était la seule chose qui la distrayait en dehors du Quidditch et la seule chose qui arrivait à l'occuper durant de longues heures. Bien avant de devenir professeur à Poudlard, le professeur Collins avait étudié dans cette école, elle se souvenait de nombreuses choses aussi négatives soient-elles. Il fallait dire que son enfance n'avait pas été des plus joyeuse, mais au fond, ce n'était pas cela qui importait. À présent, la jeune femme avait la satisfaction de prouver à toutes les personnes mauvaises, qui n'avaient cessé de lui chercher des noises durant sa longue scolarité, qu'elle avait réussi sa vie.

Lorsqu'elle était jeune, Holly restait souvent seule... Voir même tout le temps. Elle n'avait aucun ami sur qui elle pouvait compter, à qui elle pouvait parler... Tous la rejetaient et elle rejetait tout le monde. Elle se disait qu'elle n'avait besoin de personne pour avancer dans la vie et cela était bien vrai. La preuve en est qu'au jour d'aujourd'hui, elle se trouvait à Poudlard en tant que professeur. Être professeur dans une aussi prestigieuse école n'était certainement pas donné à tout le monde... La jeune femme ressassait les mauvais souvenirs qui ne cessaient de la hanter, pourtant, elle s'était jurée de ne plus les faire revenir dans sa tête. Il fallait qu'elle pense à autre chose... Mais quoi donc ? Peut-être que prendre l'air lui changerait les idées !

Le professeur Collins enfila ses gants, puis sa grosse écharpe, et enfin un bon manteau. Elle était une grande frileuse et ne pas mettre quelque chose de bien chaud sur ses épaules avant de quitter son petit nid douillet n'était pas une chose envisagée ni même envisageable. En quittant ses appartements, la jeune femme espérait ne croiser personne même si ses chances étaient presque réduites à néant. À vrai dire, la compagnie l'irritait. Elle ne supportait pas être dans la même pièce que d'autres personnes. Mis à part ces élèves. Ils étaient inoffensifs pour elle. En fait, elle détestait simplement la compagnie d'adultes. Elle ne savait pas comment elle avait fait jusqu'alors pour survivre sans déclencher de guerre. C'était quelque chose d'assez surprenant. Elle se demandait également comment est-ce qu'elle faisait pour rester à Poudlard en compagnie de tous ces professeurs qu'elle était obligée de croiser lors des repas, dans la salle des professeurs, en salle commune... Et comme si ce n'était pas assez, parfois même dans les couloirs... La jeune femme ne supportait plus la présence humaine, si bien que dès son arrivée, elle avait bien failli repartir d'où elle venait, elle s'était cependant convaincue de rester.

La jeune femme venait d'arriver dehors. Les nuages n'avaient pas chômé, elle n'avait jamais vu autant de neige. Le parc était enseveli sous une énorme couche de neige aussi blanche que le ciel nuageux. Le spectacle était réellement beau à voir, c'était le cas de le dire !

Holly observait le sol neigeux, de nombreuses traces de pas brisaient la surface lisse, laissant apparaître de grands trous d'une profondeur immense. Il devait y avoir là au moins vingt bons centimètres, si ce n'était plus. La jeune femme commença à suivre des traces de pas. Elle ne savait pas où celles-ci la mèneraient ni même vers qui, là était tout le suspens. Après avoir suivi durant quelques minutes, les traces finirent par la conduire vers un jeune Serpentard qu'elle connaissait juste de vue et qui avaient eu cours d'Histoire de la Magie avec elle le matin-même, le professeur Collins observa et attendit. Ce dernier semblait chercher quelque chose enfouie sous la neige. Il venait d'enlever ses gants. Le malheureux. Pourquoi avait-il fait cela ? Sans se poser plus de questions, la jeune femme remarqua qu'après avoir déterré une bouteille de verre, le Serpentard en enleva quelque chose qui se trouvait à l'intérieur et jeta la bouteille sur le sol. Depuis quand les élèves polluaient le parc ? Était-ce une nouvelle mode ?

Sans faire de bruit, Holly retira sa baguette de sa poche et d'un simple mouvement circulaire sans paroles fit venir la bouteille entre ses mains. De là, elle s'approcha du jeune garçon :


« Je suppose que vous comptiez jeter cette bouteille à la poubelle, n'est-ce pas ? »

« Le courage c'est de comprendre sa propre vie... Le courage c'est d'aimer la vie et de regarder la mort d'un regard tranquille... Le courage c'est d'aller à l'idéal et de comprendre le réel. »
~ Vive les nouilles *-*

Carte au trésor de Noël  PV Mme. Collins 

Le jeune Serpentard était subjugué par cette carte... Mais qu'est-ce que cette bouteille avait bien pût faire là ?? En tout cas elle ne lui était pas destinée... La neige était tombée il y a un moment déjà, même si d'autres couches étaient venu la compléter... Et la bouteille s'était trouvée tout en bas ! Ou alors la personne qui l'avait laissé là était devin... Il avait quand même marcher exactement dessus ! Qui l'aurait crut, parmi toute cette étendue blanche et scintillante, parmi tous ces pas possibles, qu'il marcherait pile au bon endroit ?
Tout de même... Enfin... Après tout, avec la magie, il n'était plus à ça prêt...
La carte le captivait... Plus rien autour de lui n'avait d'importance... Il cherchait à trouver des dessins particuliers dessus, des choses qu'il reconnaîtrait sûrement ! Mais bon... Les croquis étaient approximatifs... Ajouter à ça qu'Antony était élève de première année et qu'il ne connaissait pas encore bien Poudlard... et vous pouviez être sûr qu'il se trompe de trésor !
Il ne sentait plus le froid et le vent qui mordaient ses mains, trop excité par cette potentielle chasse au trésor.
Mais il ne savait même pas dans quel sens tenir la carte !
Il remua la tête un coup à gauche un autre à droite, tournant la carte dans tous les sens ! Il n'y voyait aucune rosace indiquant le nord... Vraiment celui qui avait fait cette carte ne voulait pas lui laisser d'indice si facilement... D'ailleurs, il fallait qu'il fasse attention... La carte semblait s'effriter facilement... Elle était déjà déchirée par endroit, et Antony ne voulait pas l'abîmer plus...

Le jeune garçon était absorbé par la carte, tellement qu'il ne se rendit pas compte que quelqu'un approcha dans son dos... Madame Collins, son professeur d'Histoire...

"Je suppose que vous comptiez jeter cette bouteille à la poubelle, n'est-ce pas ?"

Il tressaillit ! D'où pouvait bien provenir cette voix ?? Il n'y avait personne aux alentours ! Du moins c'est ce qu'il avait crut... Il se retourna alors dans un sursaut.
Devant lui se tenait droite et fière son professeur d'Histoire de la Magie...
Bouteille de verre à la main, celle-la même dont Antony s'était débarrassé un peu plus tôt, elle fixait Antoy intensément, le courroux se lisant dans ses yeux... Elle n'allait faire qu'une bouchée du garçon... c'était une certitude...

*Oups... Bêtise...* se lamenta Antony, déglutissant fortement devant une telle force imposant autant de respect... Il glissa rapidement la carte dans son dos, avant que Madame Collins ne la voir...

Cette dernière avait l'air d'une géante à côté de lui, et ses tout juste un mètre vingt...

"Ah Madame... C'est vous..." commença-t-il, tout tremblant, de peur cette fois-ci... "Hé bien... Heu... Non... Enfin si... ! J'allais le faire... !" Mentit il... déplorablement... ça ne lui ressemblait pas, mais le stress le pressa de faire ainsi... "Mais... Je..."

Il hésita à parler de la carte... Si ça se trouve elle allait s'accaparer tout le trésor ! Et lui n'aurait rien ! Alors que c'est lui qui avait trouvé cette carte ! Il ressera son étreinte dessus... Sa main serrant le parchemin et ses plis, cartonné par le froid...
Mais à quoi bon pensait il... Madame Collins n'était pas comme ça ! Enfin, il lui semblait... Il se décida donc, malgré quelques doutes persistant, à lui dire la vérité :

"En fait Madame, j'ai trouvé cette carte dedans..." Il la lui montra alors. "Et je pensais... Ça ressemblait beaucoup à une carte au trésor, comme dans les films de pirates..."

Madame Collins fixait le parchemin que lui montrait Antony. Aussi, il ajouta, pensant qu'elle ne pourrait pas comprendre... :

"Dans les films moldus, ces cartes conduisent à des trésors parfois ! Mais bon, ce n'est que dans les films..." soupira-t-il...

*Si ça se trouve elle ne sait même pas ce que c'est qu'un film...*
réalisa-t-il, ne sachant pas si son professeur était né moldu, sang-mêlé, ou même sorcier !

Hésitant, il demanda tout de même, en se rapprochant d'un pas... :

"Vous voulez la voir de plus près ? Moi je n'y comprend rien à tous ces gribouillis et ses caractères étranges..."

Il lui tendit alors la carte, plus près, faisant lentement un pas en avant dans la neige -il fit attention, il ne voulait pas se casser la tête sur une autre bouteille...- De son autre main, il désigna les croquis de la carte, espérant que l'adulte ait plus de chance, ou d'imagination, que lui...

~ Antony n’est point un drame, Antony n’est point une tragédie, Antony n’est point une pièce de théâtre, Antony est une scène d’amour, de jalousie, de colère, en cinq actes. ~
~ Famille Schialom ~
Do not go gentle into that good night.

Carte au trésor de Noël  PV Mme. Collins 

Le professeur Collins observait. En réalité, c'était tout ce qu'elle pouvait faire jusqu'alors. Le jeune élève qui se trouvait devant elle semblait lui paraître embarrassé. Peut-être ne s'attendait-il pas à ce que quelqu'un lui fasse remarquer qu'il venait de polluer le parc de Poudlard, qui plus est un de ses professeurs. Il était clair que si les rôles avaient été inversés, la jeune femme n'aurait certainement pas été bien... Quoi que, jamais elle n'aurait pensé faire une telle chose... Polluer Poudlard, qu'est-ce qui était passé par la tête de ce jeune homme, bon sang ?

Holly commençait à s'impatienter, ce jeune élève commençait à l'irriter à cause du fait qu'il n'avait toujours pas prononcé une seule phrase convenable. Déjà qu'elle n'aimait pas la présence humaine, mais si cet élève ne faisait pas d'effort, son... « Insociabilité » (?) n'allait certainement pas s'arranger. Et puis, pourquoi diable était-elle intervenue? Elle était tellement bien toute seule. Si elle ne s'était pas avancée, il était clair que sa tranquillité n'en aurait pas pris un coup... À moins que ce-dit élève serait venu par lui même. Quoi qu'il en soit, ils étaient tous les deux-là, l'un en face de l'autre.


« En fait Madame, j'ai trouvé cette carte dedans... Et je pensais... Ça ressemblait beaucoup à une carte au trésor, comme dans les films de pirates... »

Le professeur Collins observait le bout de papier que présentait le jeune élève. Ce dernier était déchiré de partout, et semblait avoir l'air vieillot. Comme si on ne l'avait pas sorti de sa bouteille depuis des années.

« Et je pensais... Ça ressemblait beaucoup à une carte au trésor, comme dans les films de pirates... »

En parlant de film de pirate, peut-être que cet élève s'y croyait un peu trop, non ? Certes, nous étions à Poudlard... Mais était-ce une raison valable pour penser à cela ? Ça paraissait tout de même un peu fou qu'une carte, sortie de nulles parts vienne jusqu'à lui. Et puis, était-il sûr à quoi cela le mènerait-il, s'il osait suivre le chemin de cette fameuse carte ? Peut-être que cette dernière menait à un endroit peu fréquentable dans la forêt interdite et où les êtres humains n'étaient pas acceptés... Si bien que s'ils s'approchaient un peu trop près, ils se faisaient manger par des créatures peu sociables... Complètement perdue dans ses pensées, le professeur Collins en avait presque oublié l'élève qui se trouvait devant elle et sur lequel elle ne parvenait pas à mettre un nom. Lequel était-il déjà ? Si elle avait apporté sa liste, peut-être aurait-elle eu plus de chance que maintenant.

« Vous voulez la voir de plus près ? Moi je n'y comprend rien à tous ces gribouillis et ses caractères étranges... »

La jeune femme arqua un sourcil, puis l'autre. Pourquoi donc lui montrait-il cette carte ? Qu'allait-elle donc bien pouvoir faire avec cette dernière ? Si ce jeune homme souhaitait vivre une aventure pleine de péripéties, il s'était carrément trompé de personne : le professeur Collins n'était intéressé en rien. Malheureusement, avant qu'elle n'ait pu dire le moindre de mot voire même cligner des yeux, l'élève lui tendit la carte, l'air plein d'espoir. *Pitié, pourquoi moi ?*. Sans dire un mot, la jeune femme roula des yeux avant de se saisir de la carte. Elle donna la bouteille en verre au première année et lui dit d'un ton assez froid :

« Tenez, vous la jetterez dès que l'occasion se présentera à vous. »

Suite à cela, elle observa attentivement les différents traits allant de droite à gauche, de gauche à droite, de bas en haut et de haut en bas sans pour autant comprendre de quoi il s'agissait. Peut-être que cette carte ne menait à rien, finalement. Un petit plaisantin s'était simplement amusé à faire un tour à l'un de ses camarades, voilà tout.

« Je ne vois pas où pourrait mener cette carte, j'en suis navrée. »

Sans un mot de plus, la jeune femme redit le parchemin à l'élève et rebroussa chemin. Il était grand temps de retourner au château, dans ses appartements. Un bon chocolat chaud l'attendait sûrement avec un bon feu éclatant... Ce qu'elle aimait, la vie en solitaire. En réalité, elle s'imaginait vraiment mal autour du feu dans la salle commune avec tous les élèves... Et encore moins cette Blanche Tourmaline... Cette femme lui donnait des frissons rien qu'en y pensant. Pourtant, elle ne la connaissait pas. Peu importe, de toute façon, elle détestait tout le monde, qui que ce soit.

Alors qu'elle faisait demi-tour, Holly repensa à cette carte remplie de mystère. Elle n'avait même pas cherché à comprendre quoi que ce soit, en vérité. Tout ce qu'elle souhaitait, c'était repartir. Seulement, maintenant qu'elle était là, elle se disait que ça l'occuperait un peu. Elle refit donc demi-tour, et regarda l'élève, avant de lui dire:


« Peut-être que si en fait, elle pointa du doigt le coin supérieur gauche, ne trouvez-vous pas que ce... machin ressemble un peu au Saule Cogneur ? Ça pourrait être une piste. »

« Le courage c'est de comprendre sa propre vie... Le courage c'est d'aimer la vie et de regarder la mort d'un regard tranquille... Le courage c'est d'aller à l'idéal et de comprendre le réel. »
~ Vive les nouilles *-*

Carte au trésor de Noël  PV Mme. Collins 

Son professeur ne sembla pas très intéressée... Peut être pensait elle qu'Antony avait fait cette carte lui même et se payait sa tête ! Surtout pas ! Il ne fallait pas penser ça ! Il n'était pas comme ça lui ! Il lui avait donc rendu la carte dans l'espoir qu'elle accepte de l'aider, et qu'elle s'amuse un peu elle aussi. Il n'avait pas très bien réussi à cerner son nouveau professeur. Elle était arrivée il n'y a que peu de temps, pour remplacer leur ancien professeur, et Antony ne l'avait eut que peu de cours pour l'instant... Elle lui avait cependant paru... comment... coincée ? En quelques sorte... Ou plutôt renfermée ! C'était plus ça...
Bref il lui tendit la carte et elle arqua les sourcils, surpris par le geste... Qu'est-ce qui lui prenait... Il aurait mieux fait de garder ça pour lui et trouver le trésor tout seul... Il aurait eut tout son temps vu que c'est lui qui avait la carte... Sauf s'il existait plusieurs exemplaires ! Oula... Il n'y avait pas pensé, à ça... !
Madame Collins, elle, roula finalement des yeux, l'air désespérée par son élève, mais contrainte... Elle se saisit donc de la carte, et l'échangea avec la bouteille de verre, qu'elle tenait encore, répliquant d'un ton cassant :

"Tenez, vous la jetterez dès que l'occasion se présentera à vous."

Antony, sans un mot, se sentant presque coupable, prit la bouteille de métal froid, et baissa les yeux... Cette bouteille était vraiment glacée ! Il préféra remettre un de ses gants et prendre la bouteille avec pour ne pas se geler... Son professeur, elle zieutait la carte, attentivement. Quelle importance si cela pouvait lui sembler absurde en fin de compte ? Elle n'allait tout de même pas lui confisquer la carte ?? Si ça se trouve elle allait voir un détail important qui avait échappé à Antony et prétendre qu'il s'agissait d'une fausse carte, qu'elle emporterait avec elle... Ou juste la confisquer pour y revenir plus tard... Antony était fait... À cause de son honnêteté, il devait s'en remettre au bon jugement de son professeur, et à son honnêteté à elle... Elle finit alors par déclarer, ne détachant pas son regard de la carte... :

"Je ne vois pas où pourrait mener cette carte, j'en suis navrée.", d'un ton sec, auquel Antony commençait à s'habituer...

Et n'ajoutant plus un mot, rendit son parchemin à Antony, qui s'en saisit immédiatement, sans attendre son reste...
*Oui bah je trouverai tout seul alors !* s'énerva Antony, vexé...

La femme tourna les talons et reprit sa route vers le château... Qu'elle caractère ! Elle avait le don de vexé Antony ! Mais en même temps, quelque chose retenait Antony de ne pas "pas aimer" cette prof... Il ne savait pas trop quoi... Une sorte... De sentiment obligé... Où il sentait que cette femme solitaire, misanthrope même, manquait de... chaleur en son cœur... Il lui manquait... Cette joie de vivre que possédait Antony ! Il ressentait presque l'obligation d'y remédier ! Comme un docteur incrédule face à une maladie ! Mais qu'est-ce qu'il pouvait bien faire ! C'était une professeur quand même... Si elle ne souhaitait pas rester en présence de l'élève, que pouvait il faire ?? Elle, elle pouvait lui donner une retenue s'il était trop insistant, et il ne se risquerait pas à ça... !

Il allait l'appeler, ne sachant pas trop pourquoi, tendant le bras vers elle, les pieds toujours aussi enfoncer dans la neige... Mais il n'eut pas le temps de prononcer le moindre mot que déjà, elle tournait à nouveau les talons, dans sa direction... Allait elle lui mettre une retenue ?? Avait elle senti qu'Antony allait lui demander quelque chose ? Son air neutre ressemblait plus à un air grave pour le garçon.... Qu'allait-elle dire ?? Elle le transperça du regard et finit par dire... :

"Peut-être que si en fait" elle fit un pas en avant, à la plus grande surprise d'Antony et pointa du doigt le coin supérieur gauche de la carte, toujours dépliée dans la main d'Antony. "Ne trouvez-vous pas que ce... machin ressemble un peu au Saule Cogneur ? Ça pourrait être une piste."

Antony était surpris ! Elle racontait que c'était des âneries, et la voilà qui revenait et lui indiquait un lieu qu'elle aurait reconnu sur la carte !

"Heu..." Antony était totalement prit au dépourvu... Que dire ... ! "Vous voulez dire... Là ?" il désigna le même endroit que la jeune femme.

Peu certain, il rapprocha sa tête de la carte, plissant les yeux pour reconnaître les traits à demi-effacés de celle-ci... C'est vrai qu'on reconnaissait presque un arbre... Un saule cogneur ? Peut être... Sûrement même... C'est vrai que maintenant qu'elle le disait...

"Vous pensez... ? Et la cette flèche qui indique une galerie à côté... Il y aurait un tunnel non loin du Saule Cogneur ? C'est peu probable non ? Qu'est-ce que ça veux dire... On devrait y aller vous penser... ?" lui demanda Antony, incertain, guettant la réaction de son professeur...

~ Antony n’est point un drame, Antony n’est point une tragédie, Antony n’est point une pièce de théâtre, Antony est une scène d’amour, de jalousie, de colère, en cinq actes. ~
~ Famille Schialom ~
Do not go gentle into that good night.

Carte au trésor de Noël  PV Mme. Collins 

« Heu... Commença le jeune garçon, Vous voulez dire... Là ? »

Cet élève était-il aveugle ou le faisait-il exprès ? Être revenue vers lui était un exploit que la femme n'aurait jamais cru faire un jour dans sa vie. C'était bien la première fois qu'elle faisait machine arrière pour passer du temps avec quelqu'un, même s'il s'agissait-là d'un élève de première année. Holly détestait les adultes, ça, on le remarquait bien par son comportement et sa façon d'être avec tous ses collègues, mais il n'en restait pas moins pour les enfants qui résidaient au sein du château ! Toutes les personnes quelles qu'elles soient n'étaient pas bienvenues dans la vie de Holly à l'exception de quelques-unes auxquelles elle vouait une entière confiance. Trop de fois, elle avait été trahie, malmenée... Que ce soit par une jeune personne ou une plus âgée ! Les enfants pouvaient être de vrais monstres quand ils le souhaitaient et avec ses longues années d'expérience Holly s'était résolue à penser que tous les êtres humains qu'elle croisait étaient mauvais. Ils avaient beau sortir la panoplie complète de la personne la plus parfaite avec un sourire angélique, au sommet de leur tête figurait toujours des cornes de diable. C'était toujours comme ça de toute façon. Même si elle ne les connaissait pas, la jeune femme remerciait ses parents du fond du cœur de l'avoir abandonné, grâce à eux, elle savait quelle était la vraie nature de l'être humain.

« Vous pensez... ? Et la cette flèche qui indique une galerie à côté... Il y aurait un tunnel non loin du Saule Cogneur ? C'est peu probable non ? Qu'est-ce que ça veux dire... On devrait y aller vous penser... ? »

Intriguée par les questions que lui posait l'enfant en face d'elle, la jeune femme s'interrogea. Poudlard était un château assez vaste, abritant bon nombre de secrets les uns, plus intéressant que les autres. Lorsqu'elle était jeune et qu'elle avait découvert l'existence du saule, Holly n'avait pas perdu une seconde et avait commencé à chercher des informations concernant l'arbre. Pourquoi était-il aussi violent ... ? Toutes sortes de choses de la sorte. Il fallait dire qu'à l'époque, elle n'avait pas d'amis alors du temps libre à tuer, elle en avait trouvé. Tous les livres – ou presque, il ne faut pas abuser tout de même – de la bibliothèque, elle les avait lu. Son cerveau avait retenu un nombre conséquent d'informations, et elle en était tout de même assez satisfaite. Ainsi, le professeur d'Histoire de la Magie se demandait si le jeune élève qui se trouvait devant elle s'était un minimum intéressé à l'histoire de ce saule. S'il avait déjà ouvert un livre relatant le pourquoi du comment il se trouvait au beau milieu du parc sans protection autour de celui-ci. Il faut dire qu'un arbre pareil en plein milieu d'un parc d'une école, c'est tout de même dangereux !

« Je pense qu'il s'agit en effet du saule. Vous êtes-vous déjà intéressé au Saule ? Je peux vous donner quelques informations à son sujet, si vous le souhaitez. Cet arbre a une histoire très intéressante, je trouve. Avançons vers l'arbre. Nous verrons ce que nous pourrions faire. »

Holly commença à marcher en direction du Saule. Elle se demandait si ce jeune garçon allait être intéressé par l'histoire. En attendant sa réponse, le professeur d'Histoire commençait à réfléchir au sort qu'il fallait utiliser pour immobiliser l'arbre. Elle l'avait sur le bout de la langue, mais celui-ci ne souhaitait pas sortir. Cela faisait des années qu'elle n'avait pas ouvert un livre comportant des informations sur l'arbre violent, pourtant, elle se souvenait de tout ce qui avait été raconté à son sujet. Enfin, presque tout. Holly ne s'inquiétait pas, d'ici quelques instants, elle retrouverait la mémoire et par la même occasion, le sort qui lui manquait. Parfois, sa mémoire lui jouait quelques tours, mais ça ne durait jamais bien longtemps.

« Le courage c'est de comprendre sa propre vie... Le courage c'est d'aimer la vie et de regarder la mort d'un regard tranquille... Le courage c'est d'aller à l'idéal et de comprendre le réel. »
~ Vive les nouilles *-*

Carte au trésor de Noël  PV Mme. Collins 

Antony avait posé ces questions comme ça, pour faire avancer les choses et surtout piquer plus encore la curiosité de son professeur. Il savait bien que tout seul, il ne parviendrait jamais à trouver les trésors potentiels où cette carte pourrait le conduire. Il n'avait plus qu'à exploiter son professeur et espérer qu'elle dans cette sorte de "piège" qui lui serait sûrement bénéfique à elle aussi finalement. En tout cas s'il s'agissait belle et bien du Saule Cogneur, ce n'est pas lui, un pauvre élevé de première année né moldu, ne connaissant rien à la magie, et sa pauvre baguette de vingt centimètres et des poussières, qui allait parvenir à passer un monstre pareille... Il l'avait déjà vu, dans le parc de Poudlard, se déchaîner dans le parc, contre de malheureux oiseaux ignorant des risques qu'ils prenaient à s'approcher d'une telle dangerosité. Aussi, d'autres élèves avaient déjà tenté de s'amuser avec lui, le provocant, tandis qu'il martelait le sol de ses épaisses branchés... Lui, Antony, s'était simplement amusé à les regarder trimer pour éviter les coups du Saule...

Le vieux dessin, tout droit sorti d'un ancien tableau visiblement, à ses côtés ressemblait bien à un tunnel... Est-ce qu'il y avait vraiment un tunnel au niveau du Saule Cogneur ? Il le garderait alors peut-être ? Ou bien ne serait-ce qu'un tunnel se trouvant dans les environs seulement du Saule ? Et qui l'avait planté là ? La directrice ? Miss Loewy ? Ou serait-ce Rusard ? Mais alors depuis combien de temps cet arbre trônait-il en plein milieu du parc ? Antony n'en avait pas la moindre idée, mais ce qui était sûr, c'est qu'ils ne risquaient pas d'avancer dans leur enquête s'ils restaient ici. Au moins, s'ils avançaient vers le Saule, ils aboutiraient sûrement à quelque chose, quoi que ce soit... Antony ne s'était pas sentit aussi excité depuis là fois où il avait "sauvé", enfin aidé plutôt, assisté même, Ysalyne lorsqu'elle s'était faite attaquée par le Strangulot, au lac...

"Je pense qu'il s'agit en effet du saule." déclara soudainement Miss Collins, surprenant le garçon dans ses réflexions... "Vous êtes-vous déjà intéressé au Saule ?"

*Le Saule ? Bah à par l'observer fracasser des oiseaux et des élèves, je sais rien sur lui...*
songea le garçon pour lui-même.

"Je peux vous donner quelques informations à son sujet, si vous le souhaitez. Cet arbre a une histoire très intéressante, je trouve. Avançons vers l'arbre. Nous verrons ce que nous pourrions faire."

*Bonne idée ! Je pensais justement à ça !*
s'exclama intérieurement le Serpentard *Comme quoi les grands esprits se rencontrent* continua-t-il, amusé, un bref sourire se dessinant sur son visage.

Le garçon leva donc son bout du nez de la carte, tandis que Miss Collins prit déjà la direction du Saule Cogneur, avançant presque comme sur des rails...

*He bhe ! Elle ne perd pas de temps ! Elle aussi elle fait du footing autour du lac ?* se demanda Antony, se rappelant sa petite course avec Ambre et Victoria, deux de ses camarades plus âgées que lui.

Antony plia donc rapidement la carte en quatre, avant de la glissa dans une de ses profondes poches de sa robe de sorcier. Il ne se rendit alors absolument pas compte que les dessins de la carte disparaissaient lorsqu'on la repliait sur elle-même. Bien sûr ce n'était pas définitif mais éphémère, puisqu'il réapparaissaient comme par magie, quand on ouvrait à nouveau ladite carte. Antony courut rapidement dans la neige, évitant de tomber une nouvelle fois dans ce blanc paysage... Kaeyann lui avait déjà bien apprit à quel point cette neige, surtout dans le dos, pouvait être désagréable parfois... Et cela au prix de plusieurs tirs que le jeune sorcier avait bien malgré lui encaissé dans la tête...
Il tenta donc de rattraper Miss Collins, tout en fouillant dans son sac parmi ses Dragées Surprise de Bertie Crochue et sa boîte en plastique de ses fondantes Patacitrouilles, quelques Baguettes Réglisse qu'il pourrait mâchouiller en marchant.
Baguette à la bouche, il arriva donc finalement au niveau de son professeur, qui avançait à grandes enjambées.

"Donc le Saule Cogneur hein ?" parvint il à articuler, essoufflé par sa brève course. De la vapeur chaude émergea de sa bouche, tandis qu'il continua de parler, le regard tourné vers son professeur, tandis que elle regardait droit devant elle. "C'est violent le Saule Cogneur non ? C'est le grand arbre qui cogne partout ? Pourquoi il fait ça ? Et pourquoi il est là en fait ?"

Antony enchaînait les questions, bien moins intimidé qu'auparavant, maintenant que Miss Collins avait accepté de se joindre à lui. C'était déjà une petite victoire...


"Au fait vous en voulez-vous aussi ? Un Baguette Réglisse ? Sinon j'ai plein d'autre chose dans mon sac, même des Chocogrenouilles. Et je dois bien avoir quelques Fondants du Chaudron en rab si ça vous dis." demanda-t-il alors, voulant décontracter cette atmosphère si rigide.

Reducio
En souligné, les mots « Magie, Baguette, Poudlard, Sorcier, Tableau, Chocogrenouille, Patacitrouille, Fondant du Chaudron, Dragées Surprise de Bertie Crochue » des actions du stand du chaudron, ainsi que 5 noms de membres du site qui ne soient pas à la suite.

~ Antony n’est point un drame, Antony n’est point une tragédie, Antony n’est point une pièce de théâtre, Antony est une scène d’amour, de jalousie, de colère, en cinq actes. ~
~ Famille Schialom ~
Do not go gentle into that good night.