Parc

Inscription
Connexion

La chasse aux lapins  PV Andrew 

C'était une journée magnifique : il faisait bon, le soleil brillait, les chouettes hululaient... Elena s'était levée de bonne humeur, avec le pressentiment que ce serait une bonne journée. Elle ne savait pas ce qui allait ce passer, mais se serait bien, elle le sentait. Peut-être aurait-elle une bonne note à son devoirs de potions? Ou bien recevrait-elle le hibou de son ami qu'elle attendait avec impatience depuis quelques jours? Ou peut-être quelqu'un viendrait en personne lui annoncer une bonne nouvelle?
Oui, elle s'était préparer à beaucoup de choses, mais pas à ce qui allait se passer.

Elle s'était préparée rapidement et avait descendu avec douceur les escaliers. Elle était entrée dans la grande salle en regardant tour-à-tour les quatre tables. Mêmes ici les gens semblaient joyeux. Ce jour-là, personne ne se disputait, personne ne ronchonnait ou semblait de mauvaise humeur. La fillette se demanda un instant si sa propre bonne humeur l'empêchait de voir la mauvaise humeur des autres, ou si tout le monde était réellement joyeux. Bah! Elle avait haussé les épaules dans un sourire. L'arrivée du printemps et le soleil qui s'était installé au-dessus du château depuis quelques jours devaient y être pour quelque chose...
Elle observa avec une attention particulière l'arrivée des hiboux dans la grande salle. Elle reconnu la jeune chouette familiale que son père avait acheté pour pouvoir communiquer avec ses filles. L'animal voleta au-dessus de la table des Serpentard, avant de se rendre compte que celle qu'il cherchait n'était pas là. Elle reprit son vole jusqu'à la table des serdaigle et posa deux lettres devant Elena qui remercia la chouette. Elle fourra dans sa poche la lettre de sa sœur (avec l'intention de demander à une amie de la lui donner) puis ouvrit la sienne. Elle ne put cacher sa déception en voyant que c'était une lettre de sa mère, et non de son ami comme elle s'y attendait. Elle la rangea machinalement dans son sac avant de s'installer à table pour manger.

Après un savoureux et copieux petit déjeuner, Elena se rendit en cours. La matinée passa vite pour la fillette qui ne rêvait que d'une chose, sortir dans le parc pour se dégourdir les jambes. Elle pensa avoir le temps pendant la pause déjeuner, mais elle discuta tellement avec les autres Serdaigle qu'elle perdit la notion du temps, ainsi que l'occasion de sortir avant de retourner en cours.
Le dernier de la journée était un cours de sortilège en commun avec les Poufsouffle. Les élèves attendaient sagement que le professeur explique le but du cours, puis montra le sortilège qu'ils allaient étudier ce jour-là. Quelques groupes se formèrent par-ci par-là, Elena se rapprocha de deux filles de sa maison, et de deux garçons de Poufsouffle. Ils se concertèrent pour effectuer l'exercice en groupe, puis se mirent sur le côté pour laisser la place aux autres. Malgré elle, la fillette aux longs cheveux noirs laissa trainer ses oreilles curieuses auprès de ceux qui avaient terminés l'exercice. C'est là qu'elle entendit un groupe de cinq garçons des deuxx maisons mélangées discuter de quelques choses qui ce passait dans le parc. Une... chasse aux pains. Elie fronça les sourcils, se demandant bien ce qu'ils étaient en train d'inventer, et se rapprocha doucement et discrètement d'eux.


"...je vous jure que c'est vrai" disait l'un des garçons "C'est un élève de troisième année qui me l'a dit. Chaque années il y a une chasse aux lapins dans le parc, pour que tous les élèves s'amusent à les attraper, et s'entraînent aux sortilèges. Apparemment on peut rapporter des points à notre maison si on en attrape beaucoup!"

Tout cela n'était pas tomber dans l'oreille d'une sourde. La jeune sorcière se promit d'aller dans le parc aussitôt que le cours serrait terminer.
*J'espère juste que ce n'est pas une mauvaise blague. J'aurais l'air maligne sinon!* Elle s'écarta du groupe de garçon et se rapprocha de ses camarades, intégrant leur conversation comme si elle écoutait depuis le début. Quand le professeur les laissa partir, Elie suivit avec un faux calme le flot des élèves qui se séparèrent sur le palier. Certains rentraient dans leur salle commune, d'autres allaient à la bibliothèque, dans la salle d'étude ou dans la grande salle, voir même à la volière. La fillette aux cheveux noirs suivit ceux qui sortaient dehors.

Une fois dans le parc elle chercha des yeux le groupe de garçons qui avaient parler de cette chasse aux lapins. Elle en repéra deux qui marchaient béatement sur la droite, et un autre qui regardait tout autour de lui. Elle eût beau regarder partout, elle ne trouva pas celui qui avait leur avait parler de cette chasse. Qu'importe! Il y aura plus de lapins pour les autres. Elena glissa sa baguette dans sa manche pour l’attraper plus facilement et se mit à fouiller tous les buissons prêt d'elle. Elle se baissa, se mit à quatre pattes, se prit des branches dans le nez, mais ne trouva rien dans ce coin là.
Elle se leva donc et s'éloigna un peu. Alors qu'elle se rapprochait doucement d'un garçon, elle trébucha sur une racine et s'écroula de tout son long juste aux pieds de son camarade. Elle ne se releva pas tout de suite et, même si elle ne les regarda pas immédiatement, elle sentit que ses mains étaient égratignées à cause du picotement qu'elle ressentait. En plus, il n'y avait aucune trace au sol de quoi que ce soit qui aurait pu la faire tomber. Elle était persuadée que le buisson l'avait fait exprès. Il devait bien se moquer d'elle celui-là, tout comme le garçon devant elle d'ailleurs. Elena n'avait qu'une envie à cet instant, c'était qu'il s'éloigne pour rire tranquillement pendant qu'elle se relèverait avec le peu de dignité qu'il lui restait.

«Je crois que, lorsque vous avez de grands rêves, vous attirez d’autres grands rêveurs» – Dr Robert H. Schuller

La chasse aux lapins  PV Andrew 

Cette nuit, Andrew avait encore eu beaucoup de mal à s'endormir. Il rêvait constamment à ses parents torturés voire parfois tués. Pourtant il le savait, c'était impossible ! Sa famille n'avait rien à voir avec le monde magique ! Moldus de génération en génération Andrew était le premier - normalement - sorcier que n'y trouvait ! Très tôt, Andrew c'était levé et, comme à son habitude, il passait la tête à travers les barreaux de sa fenêtre ! Andrew ne souhaitait pas dérangé son camarade de dortoir qui ronflait après son retour de congés. L'air nocturne était frais et doucement venait caresser le nez de notre jeune ami Poufsouffle. Au loin il observait l'eau du lac dans laquelle brillait la lune. Une pleine et belle lune. Andrew somnolait devant la nuit qui cherchait à se cacher. Et pendant que la course entre lune et soleil s'effectuait, le jeune homme décidait d'enfiler son pantalon et cape aux bordures jaunes. Il était de Poufsouffle et fier de l'être. Il devait être huit heure de matin mais Andrew ne commençait pas sa matinée avant onze heures. En effet ses professeurs de la matinée étaient malades. L'arrivée du printemps avait convoquer quelques rhumes aux réunions professorales. A huit heure, un vendredi matin, il n'y avait pas foule. Les cours débutaient dans dix petites minutes et chacun s'activait à finir son petit déjeuné ou à attendre l'arrivée des hiboux qui parfois prenait du retard, surtout avant le weekend, jour de l'argent de poche supplémentaire.
Andrew dévalait les escaliers, eux aussi encore un peu endormis, un à un et lorsqu'il atteignit le sol du rez-de-chaussé, un large sourire s'afficha. Il entendait de là où il était les élèves râler légèrement du retard du courrier. Il entrait dans la belle et grande salle où, les gens semblaient tout de même heureux ! Lui aussi il était heureux malgré la nuit agitée qu'il venait de passer. En effet aujourd'hui c'était le premier jour de printemps, alors il ne pouvait être heureux. Depuis quelques jours, nous l'avions tous remarqué, un sublime soleil s'était installé au dessus de Poudlard, émerveillant tout à chacun ! Il s'installa vite à sa place et au moment où il posa ses fesses sur le banc des Poufsouffle, les hiboux et chouettes firent leur entrée ! C'était la première fois de l'année qu'Andrew voyait ce spectacle qu'on lui avait vivement conseillé. Oh comme c'est beau ! pensa-t-il. Ils avaient raison de lui dire de venir, ce spectacle était mémorable. Les différents courriers se posaient dans les assiettes de chacun. Tout à coup, Andrew se mit à éternuer bruyamment ! Toute la table des jaunes (enfin les quelques élèves qui n'avaient pas foncé en cours) se retournait vers lui. Il s’essaya le nez et lorsqu'il releva la tête, éternuement revint ! Que lui arrivait-il ? C'est fou, jamais il n'avait autant et aussi fort éternuer dans toute sa vie. D'un côté, pensa-t-il, jamais n'avait-il été aussi près de hiboux et de chouettes ! Était-ce cela ? En se mouchant et ré-éternuant il se mit à rire ! Évidemment, c'était cela Andrew était allergique aux chouettes et aux hiboux. Peut-être était-ce simplement des plumes. Une chose est sûr, il avait bien fait de s'offrir un chat, bien que tout le monde critiquât son choix dit inutile. Zeon allait avoir soixante jours, soixante jours sans aucun éternuement et là, une quarantaine d'oiseaux l'avait achevé ! Mais la bonne humeur matinale le faisait rire. Il pensa qu'il devrait peut-être aller voir madame Pomfresh, mais ce plus tard. Maintenant, il fila de la grande salle sans manger et alla se terrer à la bibliothèque, où il passa une majeure partie de sa journée.
Quand midi sonna, Andrew, l'estomac dans les talons était heureux de rejoindre sa grande table jaune afin de se rassasier ! Le temps était beau et tous s’esclaffaient au sujet du soleil merveilleux, de la bonne odeur de l'herbe verte voire de la douceur du vent frais. Ces descriptions de l’extérieur donnèrent envie à Andrew mais après le repas il avait un autre cours, le dernier de sa journée. C'était un cours de sortilège, en commun avec les Serdaigle. Lorsqu'il se rendit à celui-ci, une seule chose le préoccupait : sortir. Aujourd'hui en sortilège, Andrew et ses camarades devaient former des groupes. Il se dirigeait vers son ami de chambrée et tous deux rejoignirent deux Serdaigle. L'une des jeunes filles, aux longs cheveux noirs attirait particulièrement Andrew par sa beauté. Il se marièrent avec merveille à la couleur orageuse, un gris orage pensa-t-il, de ses yeux. C'était une jolie demoiselle parmi tant d'autre et rapidement Andrew et ses pulsions d'amour retournèrent se coucher. C'était le premier réflexe de tout le monde : repérer ceux que l'on trouvait plus beaux, puis, les oublier. Durant tout le cours Andrew restait concentrer pour ne pas avoir trop de travail le soir même à faire. S'il écoutait, il saurait. S'il savait, il réussirait. S'il réussissait, il recommencerait, etc. Cependant, il avait remarqué que la jeune Serdaigle semblait dispersé et n'arrêtait pas de regarder la table d'à côté où discutait, certes bruyamment, quelques garçons. Quand l'heure de la fin du cours eut sonné, tous, plutôt vite sortirent de la salle de classe le parchemin de devoir à la main. Ni une, ni deux Andrew se faufilait jusqu'à la Grande Porte, la franchit et inspira à pleins poumons ! L'air extérieur lui avait manqué. Ce sentiment de grandeur, d'infini, de liberté ! Il se dirigeait à présent dans quelques petits bosquets afin de trouver un calme naturel et de, seul, s'apaiser. Il avait besoin de sentir ses premiers jours de printemps en communion avec lui-même.
C'était sans compter sur un rebondissement que le jeune Poufsouffle n'avait pas vu venir. Lorsqu'il trouva la position qui lui allait, il entendit du bruit dans les buissons. C'était comme si quelqu'un appelait...des lapins ? Cette constatation étonna Andrew. Le jeune homme qui aimait rigoler mais qui n'était pas de nature moqueuse acceptait toutes les personnes. Toutefois lorsqu'il vit un petite tête couverte de longs cheveux noirs sortir du buisson et venir trébucher sur une racine d'arbre, pour le coup, bien ancrée, il ne put s’empêcher de lâcher un petit rire étouffé. Il espérait que celui-ci n'atteignit pas les oreilles de la jeune fille qui semblait être, à la couleur de sa robe, de Serdaigle. Malheureusement elle avait dû l'entendre car elle releva le visage rapidement et fusilla du regard Andrew quoique qu'elle fut rouge écarlate. Lorsque sa tête eut été relevée, Andrew avait pu reconnaitre son visage. Elle était la jolie fille qui partageait avec lui une place dans le groupe de Sortilège. Que faisait-elle ici ? Elle le suivait, fantasma momentanément Andrew ? Et quelle est cette histoire de lapin ? Pour l'heure il devait aller s'excuser de s'être moqué. Il s'approcha de son corps étendu sur le sol poussiéreux des alentours du parc et lui tendit la main.


- Excuse-moi d'avoir ri ! Je n'aime pas me moquer, et d'ailleurs je ne me moquais pas, c'était impulsif, excuse encore.. expliqua-t-il calmement et honteux à son tour. Cependant sa main restait droite, fière et dressée vers sa camarade allongée. Euh...je m'appelle Andrew, et ôte-moi d'un doute ? Tu étais bien au cours de Sortilège il y a un instant ? Je crois t'y avoir vu... racontait-il a présent.

La jeune fille semblait toujours honteuse d'être ainsi affalée sur le sol du parc mais elle devait comprendre qu'Andrew, lui, s'en moquait - si on peut dire ça comme ça. Il ne voulait pas rire d'elle, il voulait l'aider, puis peut-être, la rencontrer et qui sait peu-être finiront-ils par s'entendre ses deux-là ? Andrew espérait juste qu'elle accepterait sa main et qu'elle lui expliquerait dans la même veine ce qu'elle faisait et ce qu'était cette histoire de lapin - celle-ci intéressant beaucoup le jeune Poufsouffle. Les chances pour que l'aventure continues résident uniquement dans les mains de la jeune Serdaigle maintenant. Qu'allait-elle seulement choisir ?


Reducio
Excuse mon énorme retard mais je l'avais écrit une fois il y a bien longtemps mais tout était parti à cause d'une fausse manipulation au moment de publier donc j'ai pas vraiment eu le courage de réécrire la même chose, j'espère que ce sera pas trop bâcler pour l'instant, mais la suite m'intéresse ! Désolé encore et à très bientôt !

♪♫ ~ Le souffle des Poufsouffle, jamais ne s'étouffe ! ~ ♫♪
Marx Twain - Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors, ils l'ont fait. ☻
RPG = plume active.

La chasse aux lapins  PV Andrew 

Elena se trouvait foncièrement ridicule, le nez dans la poussière, étendue de tout son long aux pieds d'un garçon. Réunissant le peu de courage qu'elle possédait, elle leva les yeux vers lui et planta son regard couleur d'orage dans ceux couleur chocolat du garçon. Malheureusement pour lui, Elie avait encore moins de patience que de courage, et elle le fusilla du regard sans vraiment s'en rendre compte. N'avait-il pas rit de ses malheurs? Elle sentit ses joues d’embrasées, elle se sentait honteuse et vraiment ridicule décidément.

"Excuse-moi d'avoir ri ! Je n'aime pas me moquer, et d'ailleurs je ne me moquais pas, c'était impulsif, excuse encore.."

Elena le regarda attentivement un instant. Elle l'avait reconnu, c'était le Poufsouffle qui était assit juste à côté d'elle en sortilège, et avec qui elle avait formé un groupe pas plus tard que cet après-midi. Son regard s'adoucit en comprenant qu'il était sincère. Et puis avouons-le, il est difficile de ne pas rire en voyant quelqu'un chuter de façon ridicule... C'est à instant seulement qu'elle s’aperçut de la main qu'il lui tendait.

" Euh...je m'appelle Andrew, et ôte-moi d'un doute ? Tu étais bien au cours de Sortilège il y a un instant ? Je crois t'y avoir vu... "

Elie regarda la main, puis son propriétaire. Elle ne savait pas trop si elle devait déjà répondre et se relever ensuite, ou l'inverse. Enfin, elle ne se voyait pas du tout discuter avec Andrew couchée par terre, à se tordre le cou le nez en l'air pour le regarder. Bon, elle avait eût assez l'air bête pour un moment... Elie poussa sur ses bras pour s'assoir sur ses talons, puis posa sa main sur celle du garçon et tira pour se relever. Un fois debout, elle épousseta rapidement sa robe de sorcier, songeant qu'elle aurait pu aller se changer avant de partir stupidement à cette chasse aux lapins.
Son pantalon était déchiré aux genoux, et l'un deux saignait très légèrement. Elena passa sa main dessus pour l'essuyer vaguement. C'est à cet instant qu'elle la eût confirmation de ce qu'elle pensait quand elle était encore par terre : ses mains étaient légèrement ouvertes, les plaies qui ne saignaient pas vraiment (pour ne pas dire pas du tout) étaient couvertes de terre et de petits cailloux.
Elie frotta ses mains machinalement dans sa robe de sorcier. Et dire que le matin même elle pensait qu'il lui arriverait quelque chose de bien aujourd'hui... Ce n'est pas gagné!


"Merci... Pour le coup de main" souffla Elena. "Oui, j'étais dans le même groupe que toi pour l'exercice. Je suis Elena."

La fillette jeta un bref regard à la ronde. A vue de nez, toujours pas de lapins, et les garçons qui semblaient chercher comme elle semblaient avoir disparu de son champ de vision. Exactement comme la racine qui avait causée sa chute... Elle en venait même à se demander si elle n'avait pas tout inventer. La Serdaigle regardait son camarade, ne sachant trop quoi dire de plus. Devait-elle lui parler de la raison de sa présence dans le parc (hormis le fait de prendre l'air et bain de soleil), ou passer son chemin comme si de rien n'était?
Tout en réfléchissant, Elie réunit ses longs cheveux noirs dans l'une de ses mains, et les lissa de son autre main, afin d'enlever la poussière et les cailloux qui s'y étaient accrochés. Profitant de sa chute, ses cheveux d'ébène en avaient profité pour s'éparpiller partout sur le sol.
Une fois cela fait, elle reprit son sac dont la bandoulière avait glisser de son épaule pendant sa chute, et qui était rester au sol pendant que son camarade l'aidait à se relever. Après l'avoir réajusté et remis en place, elle se préoccupa de nouveau d'Andrew qui semblait attendre qu'elle dise quelque chose.


"Euh..." hésita Elie après un long moment de réflexion "J'ai une question à te poser. Toi aussi tu cherches les lapins?"

Au regard d'incompréhension que fit son vis-à-vis, Elena comprit que non, Andrew ne chassait pas les lapins et qu'aussi il ne devait pas savoir pourquoi elle faisait ça.


"Apparemment non" commenta Elie en essayant de nouveau de trouver les trois autres garçons qui cherchaient comme elle. "Je sais, ça doit paraitre ridicule de chercher des lapins, comme ça d'un coup. Mais... En fait j'ai entendu un garçon pendant le cours de sortilège. Il disait qu'après il y avait une chasse aux lapins dans le parc tous les ans, pour que les élèves s'entrainent à la magie et qu'il était possible de rapporter des points à notre maison si on en attrapait beaucoup" se justifia Elena en triturant l'une de ses longues mèches noires.

La fillette regarda le Poufsouffle en espérant qu'il ne le prendrait pas pour une folle bonne à enfermer à Sainte Mangouste. Comme il l'avait dit, il ne semblait pas être personne qui se moquait des autres, elle espéra même un bref instant qu'il l'aide dans sa recherche. Ce serait plus drôle à deux, et il pourrait toujours l'aider à se relever si elle tombait encore sur des racines farceuses...


Reducio
Toutes mes excuses pour le retard


Reducio
Ce RPG a été bloqué car n'ayant pas reçu de réponse depuis plus de 6 mois. Pour demander sa ré-ouverture, vous pouvez contacter vos préfets ou professeurs.

«Je crois que, lorsque vous avez de grands rêves, vous attirez d’autres grands rêveurs» – Dr Robert H. Schuller