Parc

Inscription
Connexion

Un apprentissage bien difficile   PV Clément Folcony 

William s'ennuyait, il n'était pas associable, mais il ne trouvait personne d'assez mature pour discuter ou pour être ami. C'est vrai quoi, toute les premières années était immature et, pire que tout, puéril. Mais aujourd'hui, après plusieurs moi passé à Poudlard en solitude absolue, il cherchait de la compagnie. En temps normal il n'en n'aurait pas eu besoin car il était d'une nature solitaire. Mais là il s'ennuyait. Il hésita entre se retiré dans la bibliothèque pour finir d'en lire tous les livres ( il en avait déjà lu cinq rayon durant son temps libre) où allé essayé de s'amuser avec des troisième ou quatrième année.
N'ayant jamais tenté la seconde, le jeune vert opta pour la première option. Il marcha vite mais pas trop, il avait dans ses bras son livre et son devoir de métamorphose. Il tenait aussi fermement sa baguette à l'affut. Si jamais un jeune sorcier venait se frotter au serpent alors il se ferait mordre. Il se dirigea vers l'entrée du couloir, là un jeune garçon était en train de sortir. Il ne put ralentir son allure et lui fonça dedans. Il sentit quelque chose contre sa cuisse et se retourna presque aussitôt. Il plongea sa main dans sa poche pour vérifier ses soupçon et s'adressa au vert qui, lui aussi, s'était retourné:


"Ça te fait rire ?"

L'autre ne parut pas comprendre donc William poursuivit :


"Ça te fait rire de me voler mes cartes chocogrenouilles ? Ce n'est pas parce que tu n'est pas assez intelligent pour pouvoir en acheter que tu dois en voler. Tu est pitoyable. Vraiment. Un enfant puéril."


Devant le manque de réaction de l'autre il posa ses livres sur le rebord de la fenêtre du couloir et s'avança d'un pas en renferment l'emprise sur sa baguette. Puis il se ravisa, il se dit que c'était un tableau déjà peint. Un duel à cause d'une chocogrenouille. Le jeune garçon se dit qu'il devait être plus intelligent que ça. Il jeta un regard noir à l'enfant pathétique et fine de s'en aller.

Se comporter de la même manière et s'attendre à un résultat différent est la définition de la folie.
Il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé.

Un apprentissage bien difficile   PV Clément Folcony 

Une brise légère agitait les arbres, le soleil caressait doucement Clément qui paressait au soleil. Un jour idéal, sans devoirs, sans magie. Peu à peu, il acceptait le fait d'être un sorcier enfin , c'est surtout leurs techniques de médecine qui l'intéressait! Il avait entendu dernièrement des histoires rocambolesques sur des guérisons sauvant des gens qui auraient du mourir. Une plaie qui aurait du être mortelle, se refermait en une journée puis...plus de traces! Cela l'intriguait un peu mais le rassurait en même temps : tous les sorciers n'étaient pas (complétement ) des monstres. Il y avait aussi le risque qu'ils cherchent à s'enrichir , le vert ne pouvait l'ignorait mais lorsqu'on lui avait parlé de l'hôpital St Mangouste, Clément avait eu une bonne impression. Reste à savoir si son intuition était bonne. Il était prêt à faire n'importe quoi pour ignorer ses pouvoirs et ne plus rester un monstre qui casse tout, hors guérir les gens c'était gentil non? Et Clément avait besoin de se sentit utile pour la société, gentil avec les autres pour ne pas rester l'égoïste qu'il était. Repartir sur des bonnes bases lui avaient dis ses parents.

N'ayant plus de devoirs à faire, le jeune de première année s'était décidé à se balader dans le parc. Comme tous les jours ou presque en réalité. Le vert appréciait cet espèce de contact avec la nature, cela lui évitait de trop perdre la boule et de devenir fou. Il pouvait fouler l'herbe autant qu'il voulait, l'herbe qui lui rappelait les plaines d'où il venait. De plus, au centre, paisible par ce beau temps reposait un lac. Bien que certains rumeurs couraient à son sujet, le vert n'en avait jamais eut peur. Il aimait l'eau, préférait la mer certes, étant habitué à vivre dans une île. Mais , il valait mieux un lac que rien ou un espace goudronné. Puis, il y avait cette odeur, pas un odeur extraordinaire comme la rose non, l'odeur de l'herbe. La senteur qu'elle dégageait.. Peu devaient le comprendre mais il l'adorait. Ca le faisait voyager sans quitter un endroit : partout dans le monde ou presque, il y avait de l'herbe. Personne n'y faisait attention. Sauf Clément. Nature. Un mot qu'il vénérait. Pour la force qu'il dégageait. Toute la nature qu'il y avait dans le monde. Pas de règles, seulement des végétaux qui poussaient comme ils le souhaitaient. Chacun avec des besoins différents. Chacun avec une ou des couleurs différentes. Parfois, ils avaient un pays "spécial", parfois , ils faisaient naitre des fruits juteux, des légumes délicieux. Si le vert se baladait toujours avec son appareil photo, c'était pour en garder un souvenir immortelle, ou même, comme il en rêvait parfois, pour en faire un livre photo. Photos que tout le monde pourrait admirer, se remémorer ce qu'était la terre avant et se décider à se battre pour elle. Diminuer la pollution. Un autre avantage sur eux, ils ne polluaient pas tellement...

Clément se releva doucement : finis le repos! Voici venus le temps des photos. Hors, il le savait, pour en prendre des belles, mieux valait s'éloigner de l'agitation. Les cris étaient trop proche à son goût, le vert devait marcher un peu et s'éloignait de l'entrée du couloir bien qu'il trouvait cet endroit pratique. Il scruta des yeux les coins du parc tout en s'activant : où pouvait-il s'installer? Quel tableau de la nature méritait d'être immortaliser? En essayant de chercher une réponse à ces questions, il ne prit garde et entra en collision avec un autre élève. Le choc le fit basculer en arrière, il ne tomba pas mais perdit son appareil photo *Zut!* Il espérait qu'il ne serait pas cassé...Manquait plus que cela! A cause d'un sorcier, il le pariait , il n'y avait qu'eux pour rentrer dans les gens en s'en fichant complètement. Clément releva sa tête pour regarder qui lui faisait face. C'était un jeune de Serpentard qu'il avait déjà aperçu dans son dortoir. Premier année si ses souvenirs étaient bons. L'autre paraissait réellement énervé contre lui. *Encore un malade* Clément ne s'en soucia guère, comme si ça pouvait le déranger de le mettre en rogne, et puis, ce n'était pas lui qui fonçait dans les gens... Alors que Clément ramassait son appareil photo, en l'ignorant superbement, son camarade de dortoir l'apostropha :


"Ça te fait rire ?"

Clément se redressa: qu'est ce qu'il lui voulait celui-là! Comme si ça pouvait le faire rire! Soit l'autre avait un sens de l'humour douteux ou soit un problème mental. Ou peut être les deux. Il le regarda plus attentivement... L'autre paraissait vraiment en colère, prêt à démolir tout ce qu'il se trouvait sur son chemin. Hors, pour l'instant, il y avait Clément sur son chemin, manque de chance pour lui. Clément s'entendit soupirer: de nouveaux ennuis en perspective sachant que l'autre n'était toujours pas décider à le lâcher:

"Ça te fait rire de me voler mes cartes chocogrenouilles ? Ce n'est pas parce que tu n'est pas assez intelligent pour pouvoir en acheter que tu dois en voler. Tu est pitoyable. Vraiment. Un enfant puéril."

Apparement, c'était un cas de problème mentaux vu qu'il se mettait carrément à insulter Clément. Restons calme, pensa celui-ci. Une dispute ne résoudra rien, même si il avait pris des cours, il devait se calmer. Pas question de refaire mal à quelqu'un. Et pour cela, ne pas rester en compagnie de l'autre. Comme si Clément allait lui voler ses "chocogrenouilles"! Il déteste ça, des grenouilles qui sautent : qui peut vouloir en manger? Sans compter les sorciers, bien sûr. Eux, ils devaient manger de tout mis ce n'était pas le sujet. Le sujet c'était l'autre qui dégainait maintenant sa baguette. Ce qui eut pour effet de mettre Clément hors de lui : qu'il l'insulte, qu'il le renverse, ça peut passer. Mais qu'il se mette à le menacer, non, cela lui resta en travers de la gorge. L'autre rangea sa baguette tout en lui décochant un regard noir et commença à s'en aller. Il aurait pu partir si Clément n'aurais pas réagis, mais il y a des limites à sa patience. Tant pis pour l'autre, il allait s'énervait : remarque, ça le défoulerait un peu.

Clément le rattrapa et se mis en travers de son chemin. L'autre allait apprendre à se calmer et à le respectait. Les yeux de clément lui lançaient des éclairs, il sentait qu'il était sur le point d'exploser. Puis, il explosa:


"Tu croyais quoi? Me menacer avec ta baguette. Il le regarda avec mépris Désoler de te décevoir mais non. Quant à ta chocogrenouille, je déteste en manger! Il n'y a qu'un sorcier complètement atteint qui peut accepter d'en gouter une! ce qui semble être ton cas. Donc, ton pitoyable, tu te le gardes, c'est toi qui fait le plus pitié à mépriser les autres, à se balader avec des livres et à insulter tout ce que tu croises! Tu te crois supérieur mais laisse moi te dire une chose, tu ne l'es pas.

Clement le regardait maintenant avec haine. C'était trop tard pour faire marche arrière, il se sentait embarquer dans une grosse dispute. Mais pour le moment, il s'en fichait, trop aveugler par la rage...

🐍Victory or Nothing🐍
🐍Responsable du dortoir des garçons.
🐍Même le plus petit serpent à du venin...
🐍Dresseur de Poudlariens sauvages.
🐍Si tu veux frôler la perfection, frôle un Serpentard

Un apprentissage bien difficile   PV Clément Folcony 

Quand William avait dit à l'autre qu'il était pitoyable il ne s'était pas attendu à ce que l'autre réponde. Il ne put s’empêcher d'être surpris quand l'autre lui dit qu'il faisait pitié à se baladait avec des livres. William s'emportait facilement, c'était peut-être le fait qu'il n'est pas d'amis. Mais peut importe, tout ce qui l’intéressait vraiment c'était le Serpentard qui se tenait en face de lui. De un, il ne l'avait pas bousculé et de deux il détestait les chocogrenouilles. En plus il avait juste parlé de carte, pas d'autres choses. Il essaya de se calmer et de trouver une réponse approprié à ce que l'autre lui avait dit. Il s'emportait certes facilement, mais se faire remettre à sa place par un première année... Il dévisagea l'autre optant pour le silence. Ce n'était pas une réparti mais au moins, l'autre clouait son bec.
Un vingtaine de seconde s'écoulèrent ainsi, William fixait l'autre. Puis il décida qu'il devait réagir. Pas comme il l'avait fait puérilement la première fois mais d'une manière plus intelligente, plus adulte. Son cerveau réfléchissait à toute vitesse, triant les bonnes et les mauvaises choses à dire ou à faire. Il essayait de laisser faire son instinct mais il se dit que les seule fois où il avait laisser faire son instinct, ça avait mal fini. Il y avait des blessé ou sa pire note, un acceptable. Il réfléchit encore un peu et le Vert se dit que le faits était la meilleur chose à faire.C'est pour cela que le jeune garçon réfléchit eu faits, il avait accusé l'autre à tort. Pour cela il devrait s'excuser. Il avait insulter. Pour cela aussi il devrait s'excuser. Mais des excuses réciproques étaient nécessaire car l'autre aussi l'avait insulté. Et il n'y était pas aller de main morte. A voir la manière dont l'autre avait regardé sa baguette quand il l'avait dégainé, il ne devait pas, mais alors vraiment pas aimé la magie. Il ne comprenait pas pourquoi on ne pouvait pas aimé la magie. C'était magnifique, voir merveilleux. Il devait lui expliquer l'utilité de la magie.
William était très observateur, cela pouvait étonné de nombreuse personne, enfin ceux qui remarquait ce talent, mais le jeune Serpent ne s'en ventait pas. Bien des personnes se vanteraient avec un talent tel que celui mais William n'était pas d'une nature vaniteuse. L'autre non plus apparemment. Enfin, à ce qu'il voyait. Cela permettrait peut être d faire avancer le débat entre les deux jeunes garçons. Mais pour l'instant l'autre lui lançait un regard de haine, William devrait donc bien peser ses mots.
A force de lire des livres il avait un nombre de synapse très développé qui lui permettait de se souvenirs de beaucoup de chose. Chez les Moldus il aurait été considéré comme un petit génie au QI élevé. Il essaya donc de se souvenir de la scène, il avait vu ce garçon regarder par une des fenêtre du couloir en s’intéressant particulièrement à la nature, il l'avait aussi vu avec un appareil photo. C'est ça ! Il avait trouvé le point fort ou faible de l'autre. Il avait juste besoin de l'exploité. Il regarda alentour. Il aperçu des débris de vers par terre, éparpillé ans l'herbe. Il se déplaça, ramassa l'appareil photo et le posa délicatement dans sa main gauche. Il sortit sa baguette, il espérait que l'autre ne ferait aucun mouvement pour l’empêcher. A vrai dire, rien ne penchait en sa faveur, l'autre détestait la magie, et il venait de s'insulter. Cependant l'autre ne fit rien et William put donc tranquillement lancer son sort :


"Occulus Reparo"

Les débris de verre qui étaient restés par terre s'envolèrent jusqu'à sa main, l'écran se reconstitua et l'objectif reprit sa forme initiale. Il tendit l'appareil photo entièrement remit en état à son "adversaire" et lui dit :

" Je m'excuse."


L'autre ne dit rien et ne fit aucun geste pour récupérer le précieux objet. Le jeune vert enchaina donc en essayant d'oublier le silence du Serpent :

"Tu devrais alors voir du coté du lac, c'est très beau"

Puis il rajouta en montra se livres :


"C'est là que je fait mes devoirs."

Il espérait que l'autre le pardonnerait et qu'il prendrait son appareil photo, il ne pas trop d'illusion mais il espérait aussi que l'autre irait voir le lac.

Se comporter de la même manière et s'attendre à un résultat différent est la définition de la folie.
Il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé.

Un apprentissage bien difficile   PV Clément Folcony 

Clément le fixait toujours... Mais avec moins de haine. Le vert se calmait peu à peu, prenant conscience qu'il n'avait pas trop pesé ses mots. Comme d'habitude. Un jour, il faudrait qu'il réussisse à réfléchir aux conséquences de ses actes . Pourtant, au départ tout allait plus ou moins bien , il avait essayé de l'ignorer en gardant pour lui la l'agacement qui montait en lui. Sauf que sa nature colérique avait vite repris le début, puis, il n'avait tout simplement pas tellement envie de faire des efforts pour un sorcier. Il l'avait donc envoyé sur les roses.Enfin, le passé est le passé, personne ne peut le modifier (en excluant le retourneur de temps). Ce qui l'intriguait en ce moment, c'était que l'autre semblait serein . Fait étrange alors que Clément venait de lui hurler dessus sans le ménager. Pourtant, l'autre n'avait pas répondu, non, c'était comme si il réfléchissait. Le vert s'obligea à se concentrer pour être prêt à riposter, que son adversaire soit en pleine réflexion n'augurait rien de bon, il ne devait pas se reposer ses lauriers. Vigilance constance. Ne jamais baisser sa garde. Une altitude un peu idiote pour un enfant de 11 ans mais Clément était comme cela. Il attendait presque... Mais attendre quoi? Ca il l'ignorait, pourtant, une raison inconnu le poussait à rester ici. Pour ne pas être pris pour un lâche? En partie....Mais il y avait autre chose, une certaine curiosité. Le vert se demandait vraiment comment tout allait se finir, car il fallait bien une fin. Un envoie à l'infirmerie serait le pire à envisager , remarque qu'en présence ennemis, tout pouvait se passer. Et il savait que si un duel s'engageait, il lui faudrait beaucoup de chance. Hors, ce n'était pas ce qu'il possédait le plus en ce moment...Par superstition moldus, il chercha des yeux un trèfle à quatre fleurs. Si ça pouvait diminuer les pouvoirs de l'autre... Il n'en vit aucun , il devra compter que sur lui même!

Son corps se tendit brusquement, l'autre s'était levé et se dirigé vers le parc.
*Qu'est ce qu'il fabrique?* Clément s'alarma, son "camarade" se rapprochait de ce qu'il restait de son appareil photo qui reposait à présent en morceaux, sur de l'herbe et quelques pousses de muguet. Le vert ne savait pas quoi faire, il ne s'attendait pas à une réaction comme celle-ci et si l'autre le menaçait avec son précieux... Il devait se contrôler : si jamais Clément laissait paraître un moindre signe d'intérêt , il aura droit à du chantage. Alors que si il jouait celui qui s'en fichait comme du premier pissenlit venu, l'autre n'y verrait aucune utilité. Pour son bien et celui de ses photos, Clément ne bougea pas. Il se contenta de le fixer, cette fois-ci avec autant de mépris que possible. Il ne se ferait pas avoir, pas cette fois-ci. Il ne broncha par lorsque son adversaire leva sa baguette pour lancer un sortilège, de toute façon, il était fichu alors...

Ses yeux s'écarquillèrent brusquement (pour la maîtrise de soi, il pouvait repasser), l'autre venait de réparer son appareil photo à l'aide d'un formule. Alors, là, Clément était perdu. Il ne comprenait plus rien. Voilà que son ennemi venait de réparer un de ses objets. C'était une preuve de gentillesse, hors, l'autre paraissait tout sauf gentil. Pourtant , à moins d'avoir affaire à une hallucination, il venait maintenant lui tendre son précieux, pire encore, de s'excuser. Clément le regardait maintenant avec une pointe de scepticisme : c'était trop beau pour être vrai..Mais à quoi cela l'avançait de ruser alors? Apparemment toujours dans sa phase de bonté, l'autre lui proposait maintenant de, en quelque sorte, le rejoindre sur le lac. Clément devait à présent prendre une décision : soit, il lui accordait sa confiance et oubliais tout, sachant qu'il lui avait fait des excuses sur son comportement et que Clément n'avait pas non plus était très sympathique ou soit il partait. En résumé : voulait-il changé? Clément choisit l'effort, et puis, il souhaitait vraiment récupéré son appareil photo et n'avait pas envie de se brouiller pour un rien! De plus, l'autre lui avait témoigné que de la sympathie depuis quelques minutes... Clément n'allait pas jouer le méchant, non, il allait changé de camps. Donc commencé par le remercier pour son appareil photo qui semblait en superbe état! Avec un peu de chance, il aura encore ces dernières photos prisent et plus particulièrement , sa préféré qu'il avait enregistré avant de partir à Poudlard : un magnifique bouquet de Lilas blanc et anémone. Il se rapprocha donc de...il faudrait qu'il lui demande son nom! Et s'adressa à lui avec un sourire, Clément avait aussi des excuses à faire:


"Excuse-moi aussi, je crains de m'être encore emporter! Sinon, moi c'est Clément Folcony! Personne très susceptible ajouta-il avec une grimaceEt tu es? "

L'autre lui disait bien quelque chose...Ils s'étaient déjà surement croisés mais impossible de lui mettre un nom dessus! Hors, ^pour Clément, donner son nom à quelqu'un était importé, comme une marque de confiance. Il poursuivit en jetant un regard à son appareil:

"Merci encore pour mon appareil! Je n'aime pas la magie mais je dois avouer que tu viens de me rendre un grand service. Il lui désigna son bien Puis-je? Ho et je serais ravis de voir le lac. J'aime aussi m'installer dans un coin, avec les pâquerettes, au calme pour me reposer et prendre des photos...Mais pas en général pour les devoirs! Je suis plutôt le type qui les boucles, juste le nécessaire pour ne pas se faire punir.

Clément ne comprenait pas les gens qui adoraient faire leurs devoirs, déjà qu'assister aux cours, c'était long donc en rajouter lorsqu'on avait du temps libre...Non, ce n'était pas pour lui. Malgré cela, il attendait en souriant la réponse de son camarade. La tempête était passé... Peut être allaient-ils s'entendre?

Reducio
Les mots soulignés sont pour la cabane de cristal...D'où mon édition car j'avais oubliais de le signaler ;)

🐍Victory or Nothing🐍
🐍Responsable du dortoir des garçons.
🐍Même le plus petit serpent à du venin...
🐍Dresseur de Poudlariens sauvages.
🐍Si tu veux frôler la perfection, frôle un Serpentard

Un apprentissage bien difficile   PV Clément Folcony 

William attendait la réponse de l'autre, peut-être récupérait-il son appareil photo, comme le tenir à bout de bras pendant si longtemps commençait à fatiguer les muscles de son membre droit. Peut-être apprendrait-il aussi son nom car l'appeler mentalement "l'autre" commençait à le fatiguer. Étant curieux, il adorait mettre des noms sur tout ce qu'il découvrait. Heureusement, "l'autre" ne tarda pas plus et s'adressa au Vert :


"Excuse-moi aussi, je crains de m'être encore emporter! Sinon, moi c'est Clément Folcony! Personne très susceptible, ajouta-il avec une grimace. Et tu es? "

*Quoi, nan t'es sérieux là ? Ça fait dix minute que j'attends avec ton appareil photo et tu le récupère même pas. J'veux pas attraper une tendinite pour un foutu appareil photo, moi !*
William essaya de se calmer et heureusement, encore une fois, il put écouter la réplique de l'autre...heuh non, Clément, maintenant que l'autre s'était présenter il pouvait l'appeler pas son nom. Quoi que "l'autre" lui allait bien... pour patienter. Il écouta attentivement ce que Clément avait à dire car il espérait qu'il voudrait récupérer son appareil photo :

"Merci encore pour mon appareil ! Je n'aime pas la magie mais je dois avouer que tu viens de me rendre un grand service, il désigna l'appareil, Puis-je ?"

Le jeune première poussa un soupir de soulagement en posant l'appareil dans la main de Clément. Ce qui eu pour effet qu'il loupa un passage à part quelques qui parlait de pâquerettes. Mais il put cependant entendre la suite et la fin :

"...les devoirs ! Je suis plutôt le type qui les boucles, juste le nécessaire pour ne pas se faire punir. "

*Quoi, il n'aimait pas faire ses devoirs ?!" Oui enfin bon, c'est vrai que c'est courant mais découvrir des trucs c'est trop bien ! Non ?* Bref il ne savait pas s'il pouvait s'entendre mais comme à la base il cherchait quelqu'un il décida de tenter le coup. Il avait l'occasion de se faire un ami en première année alors il n'allait pas rechigner sur la qualité. Il avait l'ai intelligent mais pas trop. Oui bon, j'ai pas dit qu'ils allaient devenir meilleurs amis, hein ? Enfin, seul l'avenir nous le dira... Et même s'il n'aimait pas la magie, il pourrait toujours lui apprendre à l'apprivoiser et peut-être même que Clément la pratiquerait par amour... Enfin, pas trop d'illusions fantastiques. Il regarda le yeux bleus de son nouvel amis, enfin si c'était un amis. Plutôt, il regarda les yeux bleus perçant de son nouveau compagnon et se demanda ce qu'il devait répondre mais il n'eut pas le temps d'y réfléchir car son instinct prit le dessus. Une trè très mauvaise choses en y repensant... Sa main se tendit et il déclara :

« Moi c'est O'Brien. William O'Brien. Je sais que j'ai pas l'air gentil au premier abords mais c'est que je suis un peu sur les nerfs en ce moment... Mais trêve de paroles ennuyeuses pour toi comme pour moi »

Le première année n'attendit pas que l'autre lui serre la main. Il tourna le dos et commença à partir en direction du lac espérant que l'autre le suivrait. Il avait beaucoup de temps libre quand il avait fini ses devoirs et lire la bibliothèque entière commençait à l'ennuyer puisqu'il n'en voyait pas le bout.

Reducio
Désolé du retard. :/

Se comporter de la même manière et s'attendre à un résultat différent est la définition de la folie.
Il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé.

Un apprentissage bien difficile   PV Clément Folcony 

Clément visionnait les photos tout en attendant la réponse de l'autre. Ce n'était pas la chose la plus polie à faire : sa mère lui avait toujours enseigné que lorsque quelqu'un nous parlait, on devait toujours l'écouter et le regarder... Certes, l'autre ne parlait pas au sens propre du terme mais ils étaient en train de mener une conversation! Enfin, le vert ne prenait pas garde à cette règle, pour l'instant, ces photos lui importait plus que son "camarade". Il souhaitait aussi découvrir la faille du système, de la magie car il y en avait forcément une . Cela aurait été impossible de laisser aucune séquelle...Enfin, c'est ce qu'il se persuadait. Il tournait inlassablement les images... Pas une n'était abimé. Une petite voix dans sa tête lui soufflait qu'il devait laisser tomber : rien n'est impossible pour un sorcier. Pourtant, le vert continuait. Oui, il était têtu.

Il songeait aussi à l'autre. Maintenant que Clément avait récupéré son bien, il avait une furieuse envie de prendre ses jambes à son cou. Disparaître. Rester, c'était aussi assurer une conversation. Hors, il ne savait plus trop quoi dire. Parler du temps ou des devoirs , c'était banal. Quant à sa vie , trop personnel et ennuyant pour l'autre. Et puis, il ne souhaitait pas qu'il le prenne pour un monstre en découvrant son histoire. Curieusement, il désirait que pour une fois, une personne l'apprécie sans le prendre pour un fou ou un cas soc'. Pas comme les autres "moldus". Eux, ils le dévisageait soit avec pitié en passant leur chemin ou soit en se moquant et l'insultant. Aucune des solutions n'étaient bonne pour lui. Il ne se sentait mal dans les deux "mondes". Pas de place. Un ami ne pouvait être néfaste. Il allait devoir tenir une conversation, relancer le sujet, y mettre du sien. Puis, ils allaient se recroiser durant les sept années de leur scolarité. Autant que cela se passe bien.

Il éteignit son appareil. Sourit une deuxième fois. Puis, l'autre lui répondit en lui tendant sa main:


« Moi c'est O'Brien. William O'Brien.

Clément se raidit instinctivement lorsque l'autre lui tendit la main sans trop savoir comment réagir. La serrer? Oui? Non? Dans l'instant, il choisit la 3 solution (oui, oui, il l'inventa au passage) : faire semblant de ne pas la voir. Pas de réflexions ni malaise ainsi pour ne pas gâcher le bon point car il connaissait maintenant le prénom du garçon qui lui faisait face. C'était un pas en avant pour rattraper leur dispute. Une promesse.

« Je sais que j'ai pas l'air gentil au premier abords mais c'est que je suis un peu sur les nerfs en ce moment... Mais trêve de paroles ennuyeuses pour toi comme pour moi »

Le vert retient une réplique qui aurait plomber l'ambiance. Pour ne pas être gentil, il l'était! Enfin, il avait rattrapé son erreur pas comme lui... Clément devait oublier le passé. William se dirigeait vers le lac, mettant fin à son dilemme de serrer ou non sa main. Naturellement, le vert le suivit... L'amitié ça se forge non?

Après un petit silence, il se décida à prendre la parole. Il y avait une question qui persistait dans sa tête : l'appartenance de l'autre au monde sorcier. Etait-il né chez eux ? Cela tournait en conversation du déjà-vu mais il était curieu, avait envi d'en savoir plus sur William... Il ralentit le rythme et se tourna pour lui poser la question détourné par une autre phrase :


"Tu connaissais l'existence de Poudlard avant toi? "

Il allait enfin savoir, enfin si l'autre voulait bien lui répondre. A en jugeait par sa manière d'utiliser la magie , il était sans doute sorcier.Mais mieux valait être sur. Clément reprit sa marche et en profita pour tirer une belle photo du lac. C'était dans la boite!

🐍Victory or Nothing🐍
🐍Responsable du dortoir des garçons.
🐍Même le plus petit serpent à du venin...
🐍Dresseur de Poudlariens sauvages.
🐍Si tu veux frôler la perfection, frôle un Serpentard

Un apprentissage bien difficile   PV Clément Folcony 

William marchait tranquillement mais sûrement en direction du lac. Il avait été heureusement surpris quand il avait vu que l'autre le suivait. Mais malheureusement il ne savait pas trop quoi dire et un silence pesant s'était installé sur les deux premières années. Il avait des tas de questions à poser mais il ne savait pas par laquelle commencer de peur d'être trop brutal. Soudain il vit un éclat doré dans l'herbe, c'était sa carte chocogrenouille. Il la ramassa discrètement pendant que Clément prenait une photo du lac. Il était magnifique, un bleu profond, de l'herbe sur le bord, et parfois on pouvait voir de jolie poisson s'aventurer à la surface du miroir bleuté. Mais il connaissait aussi le coté obscur du lac, ses profondeurs, ses défauts, il savait que des Strangulots hantait l'eau surveillant le moindre remous pour sauter sur la créature qui les aurait créer. Mais le lac... Clément coupa le cour de ses pensées en lui posant une question décisive sur le futur amitié ou inimitié. Il ne voulait pas tout gâcher en répondant mal à la question qui était :

"Tu connaissais l'existence de Poudlard avant toi? "

Il ne pouvait pas lui dire que oui car "la haine" des sorciers de l'autre pourrait provoquer une tension, en même temps il ne voulait pas lui mentir. C'est pour ça qu'il choisit une réponse honnête sans pour autant être destructrice d'une future amitié.


"J'ai vécu en mode Moldu jusqu'à mes sept ans tout en trouvant que me parents faisait des trucs bizarre. Puis, le jour de mon anniversaire ils m'ont dit que la Magie existait et ils m'ont fait une démonstration. A partir de ce jour-là, je me suis énormément intéressé à la Magie et j'ai lu plein de bouquin dessus. C'est pourquoi je la maîtrise plutôt bien. Je connais plein de choses dessus mais je ne m'en vante pas."


Le jeune Vert s'interrompit. Il ne voulait pas déballer toute sa vie qui de toute façon intéresserait pas Clément. Il hésita une seconde puis demanda à l'autre jeune première année une question qui l'intriguait depuis le début.

"Et toi, pourquoi tu n'aimes pas la Magie. Je comprends pas, il y a beaucoup d'avantages"

Il attendit patiemment la réponse de l'autre qui tardait à répondre. Comme si la question lui rappelait un terrible souvenir qui ne voulait pas ressasser une fois de plus. Il arrêta de sonder le visage de l'autre et espéra que la question n'anéantirait pas le début de leur relation

Se comporter de la même manière et s'attendre à un résultat différent est la définition de la folie.
Il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé.

Un apprentissage bien difficile   PV Clément Folcony 

Dire qu'une question pouvait tout gâcher, même une amitié non commencé... Clément avait agit de manière instinctive, sans trop se prendre la tête, comme il avait l'habitude de le faire. Le seul problème, c'est qu'une fois qu'il eut terminer de poser sa question, le vert s'était sentit moins bien. Il avait peut être commit une gaffe, les deux garçons ne se connaissaient pas particulièrement et même si, ils souhaitaient apparemment tous les deux repartir sur de bonnes bases, il persistait toujours un risque. Risque qui rendait Clément bien anxieux... Enfin, depuis qu'il était arrivé ici, il avait appris à vivre avec les risques. Comme tous les élèves. Au tout début, cela l'avait choqué lorsqu'il avait vu des cognards pour la première fois, des bestioles sortir des cages pour soit disant "illustrer un cours"... Toutes ces choses qui, lorsque l'on ne connaît pas la magie ont plutôt tendance à faire fuir. Maintenant, plus rien ne l'étonnait ou presque. A moins que William se transforme en loup-garous, le vert pourrait toujours tenter de recoller les morceaux après. Mais n'était pas ce qui lui plaisait le plus, il n'était pas très doué pour consoler les personnes... Casser il savait, recoller, moins bien.

Mais...Est-ce que sa réponse allait changer son opinion? Etait-il vraiment quelqu'un qui jugeait sur une appartenance? Clément avait déjà entendu des histoires sur des sorciers qui détestaient les nés moldus. Plus le vert y réfléchissait, plus il se demandait si il n'était pas comme eux mais avec d'autres critères. Raciste finalement. Cela le fit frissonner, il ne désirait pas être "raciste" mais ce n'est pas ce qu'il était un peu? Voilà qu'il se mettait à philosopher en plus... Pour se rassurer, il imagina deux réponses possibles de l'autre avec sa réaction à l'annonce de la "nouvelle"...

Il devait se faire soigner. Clément savait qu'il détestait bien des sorciers (sauf ceux qui utilisent la magie pour soigner les autres) mais il n'aurait jamais penser pouvoir les juger de cette manière. Il se faisait même peur, en plus d'être un être qui fait souffrir les autres, il avait des aspirations racistes. Alors que finalement, ce qu'il détestait c'était que la magie puisse faire du mal aux "moldus"! Les sorciers, n'avaient-ils pas eut comme lui aucuns choix au départ? Il se leurrait depuis le début, il ne combattait pas la racine du mal mais seulement ses conséquences. Ce qu'il y avait de pire dans le monde des sorciers, c'était la magie. Les autres, n'étaient que des victimes (sauf ceux qui recherchaient à en avoir encore plus, mais ceux-ci entrer dans la case "psychopathe ".) Le vert décida de changer de but et de vision : éliminer la magie, comprendre les sorciers.

Le vert se découvrait plus serein, qu'importe la réponse de l'autre finalement, ce n'était qu'un première année comme lui. William lui répondit étrangement calme, pas du tout énervé pas la question de Clément:


"J'ai vécu en mode Moldu jusqu'à mes sept ans tout en trouvant que me parents faisait des trucs bizarre. Puis, le jour de mon anniversaire ils m'ont dit que la Magie existait et ils m'ont fait une démonstration. A partir de ce jour-là, je me suis énormément intéressé à la Magie et j'ai lu plein de bouquin dessus. C'est pourquoi je la maîtrise plutôt bien. Je connais plein de choses dessus mais je ne m'en vante pas."

*Le pauvre* Clément pouvait s'estimer chanceux, la magie l'avait contaminé bien plus tard que William. Le vert ne pouvait s'empêcher de le plaindre, comment l'autre avait découvert ses pouvoirs? Avec des dommages collatéraux lui aussi? Il ne le saurait probablement jamais...Enfin, seul compte le présent... Il n'était pas étonné que l'autre sache bien maîtriser la magie, immergé dedans, cela devait être plus facile. Le vert ne comprenait pas par contre pourquoi William avait atterrit à Serpentard sachant qu'il aimait lire, apprendre ect. Si Clément avait du le répartir, il l'aurait envoyé à Serdaigle. Enfin, le choixpeau ne se trompe jamais, c'est ce qui intriguait le jeune de première année. William possédait lui aussi sa propre histoire...

"Et toi, pourquoi tu n'aimes pas la Magie. Je comprends pas, il y a beaucoup d'avantages"

Clément du s'obliger à demeurer calme lorsqu'il entendit William lui poser LA question. Question qui raviva automatiquement des souvenirs qu'il était venu oublié, bien sûr, son camarade ne l'avait pas dit méchamment mais cela avait causé un choc au vert. Il ne pourrait jamais oublier ce qui s'était passé le jour où il avait découvert ses pouvoirs. Et tout les mois écoulés après cette incident, alors qu'il ignorait qu'il était un sorcier. La magie lui avait gâché sa vie et lui avait tout pris. Maintenant, le vert en était sur, c'était bien la magie et non les sorciers... Comment dire cela à l'autre sans s'énerver? Sans mentir? Et puis...Comment William pouvait penser un seul instant que la magie était "bonne" ? Clément ne comprenait pas son point du vue. Si il avait pu remonter le temps, changer cette journée, il l'aurait fait. Changer cette journée où la magie était entrée dans sa vie.

Le vert ralentit le rythme, il était obligé de lui répondre. Quoi, il n'en avait pas la moindre idée. Il devait faire passer son message, informer William que ce n'était pas ce que la magie n'était pas ce qu'il pensait. Oui, juste la vérité. Clément prit une inspiration avant de se jeter à l'eau et déballer tout ce qu'il avait sur le cœur sans créer de débats, en étant juste dans ces paroles.


" Je trouve que la Magie peut se révéler très utile pour guérir des gens mais pour moi, le prix est trop élevé à payer... Avec une formule, tu peux imposer ce que tu veux à l'autre : le faire souffrir, l'humilier ou même mourir sans qu'il puisse réagir et je ne trouve pas ça...Juste, correct. On ne peut pas imposer cela à quelqu'un... Et crois-moi , j'en ai fais l'expérience.


Il hésita avant de poursuivre, c'était encore trop frai dans sa mémoire mais le vert sentait que cela devait sortir. Sans trop qu'il sache pourquoi, il avait confiance en William et voulait être franc avec lui. Alors, il dit pour la première fois ce qu'il n'avait jamais oser dire:

"La première fois que j'ai découvert mes pouvoirs, j'étais avec ma meilleure amie...Et précisons-le, j'étais très énervé contre elle. Comment réagirais-tu si tu cassais le bras à celle que tu aimes, sans t'en rendre compte, à cause de la magie?"

Il s'interrompit, inutile d'en dire plus. Clément se souvenait clairement du sentiment qui l'avait possédé lorsqu'il lui avait infligé la douleur. Il ne pouvait pas en parler plus, trop dure sachant que tout était de sa faute. Et puis, William devait maintenant le prendre pour un monstre, ce qu'il était en quelque sorte... Il s'était promis de ne pas en parler mais avait échouer. Le vert sentit les larmes qui arrivaient au bord de ces yeux et se força à soutenir le regard de l'autre. Il n'arrivait pas à prononcer une parole de plus, comme bloqué. Si seulement il n'avait pas eut ces maudits pouvoirs..

Reducio
Pardon pour ce retard :/


Reducio
Ce RPG a été bloqué car n'ayant pas reçu de réponse depuis plus de 6 mois. Pour demander sa ré-ouverture, vous pouvez contacter vos préfets ou professeurs.

🐍Victory or Nothing🐍
🐍Responsable du dortoir des garçons.
🐍Même le plus petit serpent à du venin...
🐍Dresseur de Poudlariens sauvages.
🐍Si tu veux frôler la perfection, frôle un Serpentard