Parc

Inscription
Connexion

Le pique-nique des Poufsouffle

Le printemps allait bientôt donner place à l'été. L'école allait bientôt se terminer pour laisser place à deux longs mois de vacances : les petits sorciers allaient bientôt retourner dans leurs familles et ne se verraient probablement pas pendant ces huit et quelque semaines. Pour fêter la belle saison, pour simplement manger ensemble, pour peut être faire plus ample connaissance, ou peut être simplement parce qu'ils en avaient envie, quelques Poufsouffles s'étaient retrouvés dans le parc, pour un pique-nique.

Une légère brise cassait de temps à autre la chaleur de l'atmosphère. Une grande nappe à carreaux, aux couleurs de la maison d'Helga Poufsouffle, c'est à dire jaune et noire, était étendue sur l'herbe, à quelques mètres de l'entrée du château. Il y avait assez de place pour cinq ou six élèves, assez pour accueillir ceux qui avait souhaité y participer.
Au centre se trouvait de nombreux plats, comme de ceux que l'on trouvait ce midi là dans la Grande Salle. Certes les plats étaient beaucoup plus petits mais la qualité de la nourriture restait excellente. De petites piles d'assiettes, ainsi que des couverts se trouvaient aux quatre coins de la grande nappe.
Pour terminer sur une petite touche Poufsoufflienne, on pouvait apercevoir de temps en temps le Moine Gras, faisant des allers retours entre le château et l'endroit du pique-nique, dans l'espoir d'obtenir quelque attention des jeunes sorciers certes, mais surtout pour voir si tout se déroulait bien.


Reducio
Ambre ayant quelques problèmes de connexion, je poste la présentation qu'elle m'a fait parvenir.
Liste des inscrits pouvant participer à ce RPG:

-Andrew Pailow
-Ethan Carthew
-Elina Montmort
-Evelyn Omallen
-Ambre Baxrendhel
-Paul Bricou (s'il le souhaite)

¤ Finisseuse des Frelons ¤ Responsable de la Cabane de Cristal ¤ Sixième année RPG ¤ Rédactrice ¤
~Ne sous estimez pas les griffes du blaireau parce que sa fourrure vous semble douce~

Le pique-nique des Poufsouffle

Quelle belle journée pour organiser un pique-nique ! Le soleil était au rendez-vous, pas un nuage à l’horizon et de la bonne nourriture. Le seul petit point dérangeant, pour le moment espérons-le, était l’absence totale de personne. Seule se trouvait Ambre Baxrendhel, au milieu de tous ces plats aux odeurs alléchantes. Heureusement que les Poufsouffle n’étaient pas désignés par leur ponctualité, sinon ce serait le comble… La troisième année s’était affairée toute la matinée, avec l’aide de quelques Elfes de maison, pour apporter la nappe et les différents plats qui couvraient cette dernière. Il ne manquait donc plus que ses petits camarades et tout serait en ordre.

« Vous m’avez l’air bien seule Mlle Baxrendhel. Voulez-vous que je fasse apparaître un lapin de mon calice pour faire passer le temps ? »

En levant la tête pour voir qui pouvait bien lui parler, la rouquine découvrit une entité translucide bien connue des élèves de la maison Jaune. Le Moine Gras flottait juste à côté d’elle, un large sourire fixé sur son visage. Il tenait effectivement son fameux calice de la main gauche, attendant avec impatience le top départ. L’atmosphère avait brutalement changé, un vent beaucoup plus frais avait maintenant prit place. En s’en rendant compte, Ambre s’apprêtait à congédier gentiment le Moine Gras. Mais ce dernier avait l’air tellement content de pouvoir faire un tour de magie qu’elle ne le fit pas. Et puis, tout le monde savait dans le château que le coup de l’apparition du lapin dans le calice par le Moine Gras était un grand classique de Poudlard !

« Allez-y Moine Gras ! Faites donc apparaître ce fameux lapin ! »

Poussant un petit cri d’excitation, le fantôme de Poufsouffle s’empressa de fermer les yeux et de marmonner quelques incantations qu’il était le seul à comprendre, tout en faisant des petits gestes de la main droite, au dessus du calice. Ce n’était pas la première fois qu’Ambre voyait le Moine Gras faire cette mise en scène. Dès que ce dernier avait l’occasion de faire ce tour de magie, il ne fallait pas le lui demander deux fois ! Après quelques secondes, le fantôme plongea sa main dans le calice et en sortit un lapin-fantôme, comme il l’avait promit quelques minutes auparavant. Fier de son œuvre, il lâcha malencontreusement le lapin. Ce dernier se mit alors à déguerpir vers le château, bientôt suivi par le fantôme :

« Eh ! Reviens ici petit lapin ! Tu ne peux pas me lâcher maintenant, on a encore plein de… »

Il était maintenant trop loin pour que la troisième année puisse entendre ce qu’il disait, mais elle pouvait facilement deviner que le reste de la phrase était bien entendu "plein de représentation à effectuer" !
Cette fin de représentation, bien différente de celles que la jeune fille avait vu de nombreuse fois la fit évidemment rire à gorge déployée. Un craquement la fit cependant s’arrêter : quelqu’un venait apparemment de la rejoindre.

« DÉFONCE-LES TOUS », Monseigneur Endive • « Le souffle des Poufsouffle jamais ne s'étouffe » • Batteuse des Frelons
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Le pique-nique des Poufsouffle

La plupart des météorologues les plus expérimentés s'accordent à dire qu'il fait communément plus chaud et plus ensoleillé en été que les autres saisons. Et c'était le cas pour cet été là. Le jeune Paul, le tout nouveau préfet de la maison Poufsouffle, se préparait dans le dortoir ensoleillé à aller à un pique-nique de fin d'année avec ses camarades. D'ailleurs, "se préparait" voulait davantage dire "regardait devant son miroir dans quel angle on voyait le mieux son badge tout neuf de préfet". Une fois le badge poli et placé dans un angle avantageux, Paul mis sa robe de sorcier, qu'il portait toujours peut importe la chaleur, se munit d'une énorme boîte de Chocogrenouilles qu'il partagerait avec ses amis et sortit de la salle commune, plus guilleret et joyeux qu'à son habitude. Sous ses airs blasé et arrogant, l'élève était content de pouvoir profiter de la présence de ses camarades avant l'été : il appréhendait un peu la fin de l'année scolaire. Car oui, la seule chose étrange avec la plupart des enfants magiques, par rapport aux moldus (en dehors du fait qu'ils soient capables de transformer les souris en tabatières), est que la plupart des jeunes sorciers détestent les vacances d'été, qui signifient ne pas aller à Poudlard. C'était le cas de Paul.

Le préfet de la maison jaune monta les escaliers de la cave qui dissimulait la salle commune et arriva directement dans le hall d'entrée. Il s'arrêta un moment. Si il ne se trompait pas, le pique-nique avait lieu à la sortie du château, à quelques mètres des escaliers, donc assez près du lac. Paul passa par la porte ouverte, plissant les yeux à cause du soleil. Cela ne faisait que quelques secondes qu'il était sorti et il regrettait déjà d'avoir mis sa robe de sorcier. Tant pis, il l'enlèverait une fois assis. Si il y avait une nappe. Paul détestait les pique-niques sans nappes : on ne peut pas poser les sandwichs et c'est très embêtant.
L'élève fut soudain traversé par une apparition fantomatique pâle et presque invisible au soleil, et ressentit une sensation de froid très désagréable. Il se retourna pour voir le Moine Gras poursuivre un lapin en criant. Apparemment, il avait encore fait le coup du lapin qui sort du calice.

Paul se retourna à nouveau pour apercevoir une nappe jaune et noire. Sans aucun doute, c'était ici que le pique-nique avait lieu. Ambre Baxrendhel était déjà là. Le préfet la salua d'un signe de la tête et s'assit sans un mot.

Le pique-nique des Poufsouffle

C'est le mouchoir au nez qu'Andrew avait pris la direction du parc. Le jeune Poufsouffle avait perdu l'habitude d'être enrhumé maintenant qu'il était devenu sorcier. Non pas parce qu'ils (les sorciers) sont invincibles, simplement car Andrew ne pensait à rien d'autre qu'à son Poudlard adoptif, évitent la maladie. Mais dans ses poches le jeune homme avait maintenant glissé un jolie petit mouchoir en tissu de dix par dix, mosaïqué rouge et noir. Les moldus trouvent que le mouchoir en tissu est peu hygiénique mais, chez les sorciers, après utilisation un simple sortilège de nettoyage et tout est réglé. En plus, Andrew aimait bien tout ce qui n'avait plus de sens pour les autres. Ce matin, dans son dortoir Andrew avait croisé son camarade Paul qui se rendait lui aussi au pique-nique. Tout empanaché dans ses plus beaux habits, son ami blaireau - et ce n'est pas l'insulter ! - arborait fièrement l'écusson d'Alyce Delgado. Enfin, son ancienne écusson qui maintenant était le sien. A Paul Bricou ; il était devenu le nouveau préfet de Poudlard ! Quelle fierté avait du ressentir le petit boutentrain qu'il est - ou qu'il était ? Enfin, Andrew, lui aussi avait revêtu de beaux habits. Sans vouloir choqué, il avait ce matin l'humeur à porter la moldu ! Il savait bien que les préfets n'aimaient pas vraiment que l'on se balade en Jean et en T-shirt dans le château alors il feinta. Il n'était pas parti avec sa robe ce matin mais seulement avec sa cape ; sous laquelle il portait, non pas sans un petit plaisir, un Jean slim et une marinière jaune et noir ; Poufsouffle avant tout. Dans sa nouvelle tenue décontracté, il dévala les escalier colimaçons de son dortoir.

- « Atchoum ! » lança Andrew tout en effrayant un jeune garçon pourtant baraqué. Il esquissa un sourire et sortit son mouchoir. C'est le comble, Paul avait fait son speech ce matin, d'après les sondes météorologique : c'était l'été. Eh bien avoir un rhume en été c'est le comble. Alité depuis plus d'une semaine (il faut dire qu'un rhume en été doit être coriace), c'était depuis longtemps qu'Andrew n'avait pas senti le soleil taper sur son front blanc. *Ah ! la chaleur de la vie, quel plaisir !* pensa-t-il. Il voyait, des marches du château, dans le parc au loin un petit amas aux couleurs, sublimes sont-elles, de son oriflamme. Il avance d'un pas léger malgré sa maladie - en disparition soit dit en passant - vers le fameux pique-nique. Il distingue maintenant deux visages qui lui sont familiers : Ambre Baxdredrehlel
Reducio
Toujours le même supplice pour Andrew de prononcer son nom.
et Paul Bricou ! *Notre nouveau préfet fait un excès de zèle, il a du arriver en premier ce matin* pensa Andrew de manière taquine. Il s'avança et les salua dans une petite quinte de toux. « Salut vous deux ! Ça fait plaisir de vous revoir, par ce beau temps en plus. Je vous embrasse pas, je suis encore malade je sors d'un... rhume ! En été. Ça n'arrive qu'à moi cette farce franchement. » lança-t-il avec entrain. « Il n'y a que vous ? » reprit-il surpris du taux d'absentéisme élevé. Mais où sont les Poufsouffles ?

♪♫ ~ Le souffle des Poufsouffle, jamais ne s'étouffe ! ~ ♫♪
Marx Twain - Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors, ils l'ont fait. ☻
RPG = plume active.

Le pique-nique des Poufsouffle

Le temps était magnifique, idéal pour les projets des Poufsouffles de faire un pique-nique. Et Elina était affreusement en retard. En se précipitant en direction du parc, un lapin avait filé entre ses pieds manquant de la faire trébucher et elle avait évité de justesse d'être traversée par le moine gras qui le suivait de près. En passant les portes du château, elle constata que trois de ses compatriotes étaient déjà présents. Ambre, Andrew et Paul avait déjà pris place et semblaient attendre d'autres participants. Une immense nappe aux couleurs de leur maison trônait sur la pelouse du château, couverte de bons petits plat n'attendant que des gourmets capables de les apprécier. Ambre avait bien fait les choses. D'ailleurs, il était étonnant que tous les représentants de leur maison n'aient pas déjà fondus dessus comme des fauves sur leur proie. La préfète décida de mettre cet absentéisme sur le compte des vacances qui approchaient, nécessitant toute l'attention des jeunes Poufsouffles pour l'élaboration de leurs valises.

Alors qu'elle rejoignait ses camarades en quelques foulées rapides, elle constata qu'Andrew n'avait pas l'air particulièrement dans son assiette. Un mouchoir dans sa main, il subissait de violentes crises d'éternuements. Les rhumes d'été étaient les plus difficiles à combattre, mais peut-être était il sujet à des allergies ? L'été avait été particulièrement chargé en pollen. Paul par contre, avait la tête haute et arborait avec fierté son écusson tout neuf. Il était visiblement plus que ravi de sa nomination, mais certainement pas autant qu'Elina qui voyait là l'occasion de se libérer de sa surcharge de travail. Ambre présidait calmement au rassemblement des Poufsouffles. La rouquine avait dû se lever tôt pour tout installer. En tout cas, Elina lui était très reconnaissante d'avoir bien voulu se charger de l'organisation. Elle-même aurait été bien en peine d'ajouter ce pique-nique à son emploi du temps déjà bien chargé. Enfin, l'année touchait à sa fin et malgré tout, elle n'aurait pas dis non à des prolongations.


« Bonjour les Pouffys ! Hmmm, il y a des odeurs alléchantes qui s'échappent de ces plats. Tu as fait du beau boulot Ambre ! »

¤ Finisseuse des Frelons ¤ Responsable de la Cabane de Cristal ¤ Sixième année RPG ¤ Rédactrice ¤
~Ne sous estimez pas les griffes du blaireau parce que sa fourrure vous semble douce~

Le pique-nique des Poufsouffle

En effet, Paul Bricou, le tout nouveau préfet des Poufsouffle s’avança sans un mot. Il salua Ambre et s’assit. La jeune fille lui sourit, sans ouvrir la bouche non plus. Le jeune garçon n’était pas au château depuis longtemps mais il avait déjà su se faire une place dans leur maison. Eh oui, le fait de devenir préfet n’est pas donné à tout le monde. Cependant, elle avait remarqué plus d’une fois que le jeune garçon n’était pas tout à fait comme les autres Poufsouffle. Disons qu’il avait un caractère assez spécial… Il n’était pas très bavard et la troisième année n’était jamais vraiment à l’aise en sa compagnie… Peut-être était-ce dû au fait qu’il ne partage pas grand-chose avec ses camarades ? Dans tous les cas, la rouquine espérait que ce pique-nique les aiderait à mieux se connaître, mais cela restait bien évidemment à voir.

Quelques minutes après que Paul l’ait rejoint, un nouveau Poufsouffle fit son apparition : Andrew Pailow. Le jeune garçon les salua avec entrain, malgré une petite quinte de toux. Ambre lui adressa un large sourire, et avant même d’avoir pu lui répondre, Elina Montmort, la préfète des Poufsouffle, arriva à son tour.

« Bonjour les Pouffys ! Hmmm, il y a des odeurs alléchantes qui s'échappent de ces plats. Tu as fait du beau boulot Ambre ! »

Cette dernière la gratifia d’un sourire. C’est vrai qu’elle était contente de ce qu’elle avait réussi à faire.

« Merci Elina. C’est vrai que ces plats ont l’air bon… »

Elle tourna son regard vers un des plats, qui avait l’air particulièrement délicieux… Apparemment, personne n’osait se servir en premier. Ce qui était également le cas de la troisième année. Elle ne voulait pas non plus passer pour une affamée devant ses camarades !
Des éclats de voix la firent se retourner : le Moine Gras, toujours en train de courir derrière son lapin, lui criait l’ordre de revenir directement dans son calice. En voyant cette scène, la troisième année laissa échapper un petit rire. Le fantôme des Poufsouffle, en l’entendant, s’arrêta de pourchasser le lapin, se retourna vers les quatre camarades et leur dit d’un air complètement décontracté, et qui sonnait complètement faux :


« Ce n’est absolument pas ce que vous croyez. Ce lapin n’est absolument pas le mien mais celui d’un élève qui vient de le laisser s’échapper. »

Sur ces derniers mots, le fantôme rebroussa chemin en direction du château, l’air quelque peu contrarié. Visiblement, il n’aimait pas que les élèves se moquent de lui ! Ambre se tourna vers ses camarades :

« Oulaaaa, qu’il est susceptible le Moine Gras… Vous connaissez son fameux tour vous ? »

Ambre faisait référence au tour que le fantôme lui avait montré avant l’arrivé de ses camarades. Elle imaginait bien que les autres Poufsouffle connaissaient le fameux tour, mais elle n’avait rien trouvé de mieux pour lancer la discussion…

« DÉFONCE-LES TOUS », Monseigneur Endive • « Le souffle des Poufsouffle jamais ne s'étouffe » • Batteuse des Frelons
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Le pique-nique des Poufsouffle

« Bonjour les Pouffys ! Hmmm, il y a des odeurs alléchantes qui s'échappent de ces plats. Tu as fait du beau boulot Ambre ! »


Elina Montmort venait d'arriver près de la nappe de pique-nique. Ambre répondit :

« Merci Elina. C’est vrai que ces plats ont l’air bon… »


C'était bien gentil mais Paul avait à la fois chaud et faim et espérait sincèrement que le petit groupe se mette à table. Le préfet avait tendance à penser qu'il n'était allé à Poufsouffle que pour son appétit relativement colossal. Malgré tout, ils n'étaient pas membres de la noble maison jaune pour rien et le deuxième année se doutait que tout le monde attendait avec impatience de pouvoir se jeter sur des quantités appréciables de nourriture et autres victuailles préparées spécialement par des elfes de maisons surmenés et relativement peu payés pour leur travail difficile. Le Moine Gras décida de s'incruster une nouvelle fois en venant ramasser un de ses nombreux lapins qu'il sortait de ses nombreux calices.

« Ce n’est absolument pas ce que vous croyez. Ce lapin n’est absolument pas le mien mais celui d’un élève qui vient de le laisser s’échapper. »


Ses joues devenant pâles, ce qui devait signifier qu'il rougissait, il leur tourna le dos et flotta placidement vers le château, comme s'il croyait que beaucoup d'élèves avaient des lapins comme animaux de compagnie à Poudlard.

« Oulaaaa, qu’il est susceptible le Moine Gras… Vous connaissez son fameux tour vous ? »

Ambre faisait de son mieux pour maintenir un semblant de conversation, et sa tentative était honorable, mais à peu près tous les élèves de Poufsouffle connaissaient déjà ce tour de magie. Paul eut la pensée fugitive d'un fantôme de lui-même passant des centaines d'années à avoir pour seule occupation de montrer des tours de magie moldus à des morveux ingrats et il sentit une vague de compassion envers le pauvre moine. Il serait temps qu'il invente de nouveaux tours, parce qu'il devait carrément s'ennuyer. Paul baîlla puis dit au groupe :

« Oui, tout le monde le connaît. C'est le premier truc qu'il fait au premières années. Par contre, je suis surpris qu'il ne s'en lasse jamais ! Bon, je crois que tout le monde a faim, non ? Est ce que tu peux nous montrer la nourriture que tu as amené ? »

Il avait dit cela avec un sourire relativement crispé qui révélait peut-être le fait que son estomac s'était resserré pour lui faire savoir qu'il crevait de faim. Bon, il ne s'attendait pas à des merveilles, parce qu'apparemment il n'y avait que des petits plats qu'on trouvait en même temps à la Grande Salle, mais c'était déjà pas mal, après tout. Les elfes de maisons travaillaient toujours aussi dur et n'avaient absolument aucune raison de faire une nourriture plus mauvaise juste le jour du petit pique-nique. Paul eut la vague envie d'assomer tout le monde à coups de maléfices pour avoir les meilleurs parts du pique-nique, mais en considérant la supériorité numérique de ses petits camarades, il valait mieux ne rien tenter de dangereux. Et puis il devait y en avoir pour tout le monde, sachant que deux élèves manquaient au compte et qu'ils ne comptaient pas les attendre pour manger.

Reducio
Désolé pour le post tout nul, j'avais une panne d'inspiration...

Le pique-nique des Poufsouffle

« Merci Elina. C’est vrai que ces plats ont l’air bon… »

Maintenant qu'elle avait salué ses compatriotes Poufsouffles, Elina avait hâte de prendre place autour de la nappe couverte de victuailles. Son projet fut quelques peu retardé par des exclamations. Le moine gras, ce joyeux lurron affilié à leur maison courrait, ou plutôt flottait aussi vite que sa corpulence le lui permettait derrière une charmant petit lapin blanc. Le moine gras s'arrêta au niveau du groupe des Poufsouffles en entendant le rire discret d'Ambre. Se donnant contenance et bombant le torse plus que nécessaire, il tenta de se justifier aux yeux des élèves de sa fière maison:

« Ce n’est absolument pas ce que vous croyez. Ce lapin n’est absolument pas le mien mais celui d’un élève qui vient de le laisser s’échapper. »

Dès qu'il eut terminé, il regagna à contrecoeur le château de peur de s'attirer les moqueries des élèves. Oubliant du même coup le lapin qu'il poursuivait et qui semblait ravi de le voir déguerpir.


« Oulaaaa, qu’il est susceptible le Moine Gras… Vous connaissez son fameux tour vous ? »

Tout les élèves de Poufsouffle avaient assistés à ce tour plus souvent qu'il n'était nécessaire. Mais le moine gras avait l'air tellement fier de lui à chaque fois qu'il jouait les magiciens moldus que les élèves ne se sentaient pas le coeur de le priver de cette joie. Ce fut Paul qui coupa court à leur réflexion sur le manque de variété dans les activités du moine gras. Apparemment, celui-ci avait hâte de se mettre à table et lorgnait de manière évidente sur les plats disposés sur la nappe aux couleurs de Poufsouffle. Elina commençait aussi à avoir faim, aussi s'approcha elle de la nappe et s'assit en tailleur. Une fois assise, elle fit signe aux autres Poufsouffles pour les inviter à la rejoindre avec le sourire.

"Allons, venez, ne faites pas vos timides vous vous voyez tout les jours quand même!"

Disant cela, elle s'empara de quelques assiettes vides posées sur la nappe pour les disposer autour de la nappe et en garda une pour elle avant d'inspecter les contenus des plats dans le but de la remplir.

Reducio
Ce RPG a été bloqué car n'ayant pas reçu de réponse depuis plus de 6 mois. Pour demander sa ré-ouverture, vous pouvez contacter vos préfets ou professeurs.

¤ Finisseuse des Frelons ¤ Responsable de la Cabane de Cristal ¤ Sixième année RPG ¤ Rédactrice ¤
~Ne sous estimez pas les griffes du blaireau parce que sa fourrure vous semble douce~