Parc

Inscription
Connexion
  Retour

Il faut souffrir pour être belle  PV 

C'est drôle mais en cet instant précis, Dylan réfléchissait à ce qui l'avait amené ici, dans le parc. Ni plus ni moins que son ennui, et il devait pour une fois admettre qu'il pouvait remercier son ennui, même si cela est un peu étrange tout de même. Mais il ne voudrait échanger sa place pour rien au monde. Main dans la main avec la jeune Mélissandre, il se sentait parfaitement bien, sans aucun problème en tête. Peut être que la nuit qui se faisant petit à petit de plus en plus sombre deviendrait rapidement un petit souci, mais Dylan n'en avait que faire. Il était heureux et c'est tout ce qui comptait. Il repensait à la façon dont il avait croisé Mélissandre et se dit que tout cela était bien amusant, tout de même, mais qu'au final, il était très content de l'avoir rencontré, et qu'il aimerait passer - beaucoup - plus de temps avec elle une fois la journée terminée. Quand bien même il ne voulait pas qu'elle se termine, ceci était ineluctable. Malgré tout, le jeune homme ressentait une grande satisfaction, bien qu'il soit tout de même un petit peu gêné d'avoir osé prendre la main de Mélissandre de la sorte. * C'est vrai que j'ai jamais fait ça, moi * songea-t-il, ne regrettant tout de même pas son geste. Après tout, Mélissandre n'avait pas retiré sa main non plus, aussi il était plutôt content qu'elle n'ai pas protestée.

Il entendit murmurer sa jeune amie qu'elle avait toujours raison et il laissa échapper un sourire de complicité, sans pour autant répondre quoi que ce soit. Il ne fallait pas briser la beauté de l'instant : le ciel étoilé était d'un bleu profond qui était absolument magnifique, la brise légère du vent était un peu plus froide qu'avant mais cela ne semblait pas déranger les deux jeunes gens, les feuilles des arbres tombaient nonchalamment sur l'herbe du parc tout en effectuant des pirouettes, guidées par le vent. Dylan, qui adorait les étoiles, n'en perdait pas une miette, même s'il gardait à l'esprit qu'il se faisait un petit peu tard. Elles étaient sublimes, les étoiles. Certaines étaient plus visibles que d'autres et Dylan cru même apercevoir à un moment une formation d'étoile, mais il ne put mettre un nom sur cette dernière. * C'est drôle, tout de même, je ne me serais pas attendu à cela ce matin ... * pensa le jeune homme en remerciant l'univers entier de lui permettre de profiter d'un tel spectacle en compagnie d'une si jolie jeune fille. De sa maison en plus, il pourrait donc la revoir très souvent, à son plus grand plaisir. Alors que ses pensées erraient sans but précis dans sa petite tête d'enfant, Dylan entendit Mélissandre qui rompit le silence qui s'était installé depuis quelques temps déjà :


«  Comme quoi ça peut avoir du bon de tomber par terre dans le parc. »

Si le jeune Gryffon avait des doutes quant à ce que pensait Mélissandre de la situation, il ne pouvait plus en avoir désormais. Et cela le fit sourire. De toutes ses dents. Il était heureux de savoir qu'il ne passait pas pour un garçon un peu trop entreprenant et surtout un peu trop tactile, dirons-nous. Il continuait d'observer les étoiles, mais la nuit se faisait de plus en plus épaisse et on pouvait entendre de temps à autre l'estomac du Gryffon gargouiller. Discrètement, certes, mais assez pour mettre le jeune homme mal à l'aise, et il se mit également à rougir. Difficile de distinguer quoique ce soit dans la nuit, aussi il ne savait pas si Mélissandre affichait une mine un peu gênée elle aussi. Après tout, Dylan n'avait pas répondu à sa petite remarque plaisante, mais s'apprêtait à le faire, tout en commençant à insinuer qu'il faudrait peut être retourner au château avant de mourir de faim dans l'herbe. Ceci étant, cela n'allait certainement pas déranger le jeune garçon, qui serait bien resté dormir ici même. Alors que le silence s'était ré-installé, le jeune homme renchérit sur la remarque de sa jeune amie :

« Je ne te le fais pas dire ! Les personnes qui tombent dans le parc sont des personnes absolument merveilleuses, tu sais. » avait répondu le jeune Gryffon. Cela était une affirmation plus qu'une simplement remarque. Ne voulant pas non plus qu'ils attrapent froid, Dylan se releva doucement, sans pour autant lâcher la main de Mélissandre. Il n'en avait pas non plus envie. Assis, il observait l'immensitude du lac non loin, et prit à nouveau la parole :

« Ce n'est pas que j'ai envie de quitter cet endroit, mais il commence à faire nuit. Et froid. Et il ne faudrait pas non plus que l'on traîne trop, sinon, j'en connais quelques-uns qui vont manger pour nous, ce soir ! »

Dylan était attristé de partir mais content d'avoir fait une si belle rencontre. Les deux jeunes gens allaient se revoir, c'est évident. Prochainement, très prochainement même. Dylan ferait en sorte de croiser Mélissandre quelque part, en salle commune, dans les couloirs, ailleurs, enfin quelque part quoi. Il voulait apprendre à mieux la connaître et passer plus de temps avec cette jeune fille. Il lui lâcha la main un court instant, se releva, s'époussiéra un petit peu et tendit ensuite la main à sa jeune amie, qui était encore assise par terre. D'un sourire enjôleur, il lui offrit de se relever.

« Aller, viens Mel'. Il nous reste encore un peu de chemin à faire ensemble avant de rentrer au château. »

* Mel ? MEL ?! * paniqua un peu Dylan. Pourquoi l'avait-il appelé Mel ? Il ne la connaissait que depuis aujourd'hui ? Et puis " ensemble " ? Dylan ne faisait pas exprès mais il traduisait son intention de rester encore un peu aux côtés de Mélissandre. Gêné d'un tel surnom, il se mit à rougir comme une tomate, heureusement pour lui la nuit empêchait Mélissandre de bien voir ce qu'il se passait. Il tenta de rester calme, mais il était un peu inquiet de la réaction de Mélissandre par rapport à cela. En plus, il ne savait pas vraiment comment il allait lui dire au revoir ...

Gryffondor du mois d'octobre 2015
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Il faut souffrir pour être belle  PV 

Un silence serein s'était installé, ponctué par quelques ululements de hiboux. Dans le ciel nocturne, une multitude d'étoiles brillaient dans un spectacle magnifique. Au bout d'un moment, Melissandre entendit un léger gargouillement qui venait de Dylan, ce qui la fit sourire. Parfois, elle oubliait qu'il était humain, tant ses traits étaient angéliques. Mais à présent, il se faisait tard, et leur dernier repas dans la grande salle semblait remonter à une éternité. Mel s'aperçut qu'elle avait faim, mais elle s'efforça de l'ignorer. Elle ne tenait pas vraiment à partir d'ici, ça aurait été comme si tout cela n'avait pas été réel, comme si ça n'avait été qu'un joli rêve qui s’effacerait pour laisser place à la triste réalité et à ses contraintes, ses ennuis... Elle repensa à ce qu'elle avait dit, tout à l'heure, ce qui la fit rougir encore une fois. Dylan n'avait rien répondu et elle se posait des questions : peut-être ses sentiments n'étaient pas partagés, où alors ne l'avait-il tout simplement pas entendu ? Mel commençait à s'inquiéter, mais la main de Dylan dans la sienne la rassura rapidement : elle n'était pas là pour rien, c'était évident. Rassérénée, son regard se perdit une nouvelle fois dans la contemplation des étoiles. Dylan prit la parole.

« Je ne te le fais pas dire ! Les personnes qui tombent dans le parc sont des personnes absolument merveilleuses, tu sais. »


Mel rougit une nouvelle fois, un petit sourire aux lèvres. Elle était aux anges, d'ailleurs elle en avait un à ses côtés. Il se leva, sa main toujours dans la sienne.

« Ce n'est pas que j'ai envie de quitter cet endroit, mais il commence à faire nuit. Et froid. Et il ne faudrait pas non plus que l'on traîne trop, sinon, j'en connais quelques-uns qui vont manger pour nous, ce soir ! »


Mel soupira.
* Il a raison, bien sûr qu'il a raison... * se dit-elle, mais elle avait autant envie de regagner le château que de se transformer en troll des montagnes. Il faudrait beaucoup d'argile pour la rendre regardable, dans ce cas-là. Ou alors un rendez-vous express chez la meilleure esthéticienne d'Angleterre. En imaginant la tête que l'esthéticienne ferait si un troll venait à s'aventurer dans sa boutique, Mel réprima un gloussement. La main de Dylan se retirant de la sienne la fit brusquement revenir à la réalité. * Je.. je ne me serais quand même pas vraiment transformée en troll ? * paniqua-t-elle. Melissandre examina sa main, elle avait l'air normale. Puis elle tâta sa tête : elle avait toujours des cheveux. Soupirant de soulagement, elle leva la tête en direction de Dylan, qui lui tendait à nouveau la main, l'invitant à se relever. Il arborait un sourire séduisant et, l'espace de quelques secondes, Melissandre en oublia de respirer.

« Aller, viens Mel'. Il nous reste encore un peu de chemin à faire ensemble avant de rentrer au château. »


Elle se releva, reprenant la main de Dylan. La joie qu'elle éprouva en entendant Dylan l’appeler ainsi lui fit oublier qu'elle ne voulait pas repartir. Cependant, elle s'appliqua à marcher lentement, peut désireuse de le quitter trop tôt.


« Oui tu as raison, on ne pouvait pas rester là éternellement, même si ça n'était pas l'envie qui me manquait... Et je ne suis pas sûre qu'il reste quoi que ce soit à manger mais, comme on dit, l'espoir fait vivre ! Elle rit. »


Au fur et à mesure qu'ils marchaient, le château se faisait de plus en plus grand, de plus en plus proche... Inconsciemment, elle ralentit encore plus l'allure. Mel observa Dylan avec intensité. Elle voulait pouvoir se souvenir des moindres détails de son visage, ce qui était assez difficile étant donné que l'obscurité les entourait. Cependant, un pâle rayon de lune éclairait faiblement le parc tout entier. Alors qu'ils marchaient toujours main dans la main, Mel commença à réaliser ce que cela signifiait de regagner le château. Dylan et elle ne pourraient plus vivre d'instants similaires, en tête à tête. Bien sûr, elle pourrait toujours le voir en salle commune, mais ça ne serait pas la même chose... Soudainement triste, elle s'arrêta de marcher. Elle fixa Dylan, voulant lui faire part de ce qu'elle ressentait, mais elle ne trouvait pas les mots pour ça. Elle ouvrit la bouche pour parler mais aucun son n'en sortit. Finalement, elle se borna à observer le blondinet, d'un air un peu désespéré. Un long silence s'était installé sans qu'aucun des deux ne le rompe. Melissandre se demandait à quoi Dylan pensait. Au bout de quelques instants, elle ne tint plus et prit la parole :

« Dylan... Merci pour tout. Cette soirée était... »


Elle s'interrompit soudain, se rendant compte qu'elle ne trouvait aucun adjectif assez fort pour qualifier ce qu'elle avait ressentit. Quelques secondes passèrent avec qu'elle n'achève sa phrase.

« ...exceptionnelle. »


* Bon, c'est encore éloigné de la réalité mais je pense que ça fera l'affaire. * Brusquement prise d'un accès de timidité, elle fixa ses pieds, dans l'attente de la réponse de Dylan.

Il faut souffrir pour être belle  PV 

« Oui tu as raison, on ne pouvait pas rester là éternellement, même si ça n'était pas l'envie qui me manquait... Et je ne suis pas sûre qu'il reste quoi que ce soit à manger mais, comme on dit, l'espoir fait vivre ! »

Précisément : les deux jeunes gens ne pouvaient pas rester plus longtemps à l'extérieur du château. En effet, étant encore assez jeunes, les deux jeunes Gryffons ne pouvaient pas se risquer à certaines réprimandes de la part de la haute pointure de Poudlard. Et encore moins se faire attaquer par on ne sait quelle créature sortie de nul part. Et quand bien même Dylan se sentait affreusement gêné et très, mais alors très, timide avec Mélissandre, le jeune homme savait qu'ils allaient devoir prendre la direction du château, ne serait-ce que pour aller manger un petit bout avant d'aller dormir. Surtout que l'estomac de Dylan commençait à jouer des siennes, même s'il n'y prêtait pas vraiment attention. Etrangement, toute son attention était portée sur la jeune Mélissandre qu'il avait rencontré le jour même et avec qui il aimait beaucoup passer du temps. D'ailleurs, son après-midi avait été absolument magique en sa compagnie, aussi Dylan commençait à ressentir un petit je ne sais quoi indescriptible dans son estomac. Comme des petits papillons, à chaque fois qu'il regardait dans les yeux de sa jeune amie.

Alors que les deux jeunes gens se dirigeaient, main dans la main, vers le château, Dylan repensait à cette rencontre. A dire vrai, elle avait changé sa vie, au même titre que ton son petit cœur. Cela était étrange pour le jeune homme, puisque c'était la première fois qu'il ressentait une telle chose en son for intérieur. Ceci étant, la sensation était vraiment très agréable et Dylan ne s'en laissait pas, quand bien même il ne comprenait pas vraiment ce qui lui arrivait. En une journée, qui plus est, cela est assez étrange, mais le Gryffon se promit de réfléchir à tout cela plus en profondeur une prochaine fois, ainsi que de, sans aucuns doutes, revoir Mélissandre au détour de la salle commune, et de voir ce qu'il ressentirait à ce moment-là. Les étoiles éclairaient le chemin des deux nouveaux amis tout en donnant une touche vraiment féerique au moment présent. La joie envahit le petit cœur du jeune garçon alors qu'il se rapprochait du château, quand bien même cela allait signifier une séparation. Enfin, peut-être pourraient-ils partager le dîner de ce soir avant de se quitter pour aller dormir ?

Alors que Dylan se posait tout un tas de questions, Mélissandre s'arrêta brusquement, ce qui surprit beaucoup le jeune homme qui ne s'y attendait pas du tout. On aurait dit que Mélissandre voulait dire quelque chose à Dylan, mais qu'elle avait du mal à s'exprimer. * C'est mignon * pensa Dylan en souriant. Ce qui était amusant, c'est que les deux jeunes gens se tenaient toujours les mains comme ... eh bien comme deux amoureux, en fait. L'idée fit également sourire Dylan, quand bien même il n'y connaissait strictement rien en matière d'amour. Mélissandre semblait être assez gênée par la situation, et Dylan l'était également cependant il semblait arriver à mieux s'en sortir que sa jeune amie. Qui réussit finalement à articuler quelques mots :


« Dylan... Merci pour tout. Cette soirée était ...exceptionnelle. »

Elle avait marqué une petite pause pour terminer sa phrase, ce dont Dylan ne se formalisa pas le moins du monde. Il partageait son sentiment, à dire vrai. Il était très content d'avoir rencontré cette jeune fille absolument adorable, touchante tant par sa compassion que par sa façon d'apprécier les choses de la vie. Décidément, cette jeune Gryffonne changeait complètement le petit Dylan qui se sentait pousser des ailes rien qu'en sa compagnie. Etrangement, leur amitié avait pris un départ rapide, mais tout cela plaisait beaucoup à Dylan, quand bien même il ne comprenait pas vraiment pourquoi il rougissait au moindre mot de Mélissandre et pourquoi il se sentait soudainement moins à l'aise. Il remarqua d'ailleurs que sa jeune amie observait le sol, dans l'attente d'une réponse. Alors, dans un élan qui ne lui est absolument pas commun, il répondit, joignant l'acte à la parole :

« Oui, c'était vraiment magique, je ne trouve pas d'autre mots ... Je suis vraiment ... content de t'avoir rencontré, Mel' ... »

* Mel ? Encore ? Mais ça va pas moi ? * pensa Dylan, alors qu'il venait tout juste de déposer un petit bisou sur la joue gauche de Mélissandre. * Mais je suis pas bien moi ! Oualalala, mais qu'est ce qu’ elle va croire ? Mince de mince .... * Affreusement gêné, le jeune garçon se retira aussitôt. Il ne savait pas vraiment où se mettre ni quoi dire qui justifierait son acte, il avait envie de se mettre six pied sous terre. Avec un peu de chance, Mélissandre ne dirait rien. Mais vu la tête qu'ils avaient tous les deux fait, les chances étaient moindres ... Ne voulant pas qu'un climat un peu ambiguë et tendu s'installe, Dylan entraîna Mélissandre en direction de l'entrée du château, côté parc, qui se trouvait non loin maintenant. Les pas du jeune homme se faisait assez lents, puisqu'il attendait tout de même une réaction quelconque de la part de la Gryffonne, même si cela l'inquiétait maintenant plus que tout au monde. Ils n’allaient pas tarder à arriver au château et retrouver une vie scolaire basique. A moins que ? Dylan, voulant tenter le tout pour le tout - après tout, au point où il en était ... - demanda à Mélissandre :

« Dit ... on ... on pourrait p'têt ... bah manger ensemble ... Fin je proposes hein, tu peux refuser, bien sûr je comprendrais ... »

La timidité se lisait clairement sur le visage et dans la voix du jeune garçon alors qu'il continuait d'avancer, Mélissandre à ses côtés. Néanmoins, sa fin de journée lui avait mis du baume au cœur, et plus qu'il n'en faut pour le dire. Sur une nuage, Dylan était sur un nuage, quand bien même il s'était trouvé un peu trop entreprenant un son goût ... Qu'allait penser Mélissandre d'un tel comportement ? Pour tout vous dire, Dylan s'en moquait bien, il aurait suivi sa jeune et nouvelle amie partout où elle serait allée, ce soir. Il attendit donc qu'elle réagisse, et s'apprêtais à acquiescer à la moindre chose que pourrait dire Mélissandre. La soirée ne pouvait que bien se terminer, après tout, non ?

Gryffondor du mois d'octobre 2015
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Il faut souffrir pour être belle  PV 

En cette soirée étoilée, le parc de Poudlard semblait appartenir à un autre monde. La température était étonnement tiède pour une soirée d'automne, une brise agréable parcourait les feuilles d'arbres, ce qui produisait une douce musique, accompagnée du chant des grillons. L'air était empli d'effluves d'herbe fraîche, le lac était paisible, et un rayon de lune donnait à la scène une couleur argentée.
Pour couronner le tout, la main de Melissandre se trouvait dans celle d'un garçon aux traits angéliques à qui elle s'était fortement attachée en l'espace d'un après-midi. Et le mot « attacher » était trop en-dessous de la réalité. En fait, Melissandre, qui était habituellement une fille froide, fière et détachée de tout se trouvait actuellement en train de rougir et de fixer ses chaussures, le cœur battant à toute allure en attendant la réponse de son ami, partagée entre la hâte et l'appréhension. Ce qu'elle lui avait dit n'était peut-être pas très grandiloquent ni sophistiqué mais ça venait du cœur et elle le pensait sincèrement. La voix de Dylan la sortit de ses pensées :

« Oui, c'était vraiment magique, je ne trouve pas d'autre mots ... Je suis vraiment ... content de t'avoir rencontré, Mel' ... »


* Moi aussi, si tu savais...* pensa-t-elle au moment où il lui déposait un léger baiser sur la joue. Elle se remit aussitôt à rougir, son cœur effectuant une nouvelle embardée. Lui jetant un regard timide, elle s'aperçut qu'il semblait assez gêné. Elle était bien consciente que, pour éviter qu'une gêne s'installe, la meilleure chose à faire était de dire quelque chose. Des paroles qui feraient comprendre à Dylan qu'elle ne l'avait pas du tout mal prit, au contraire... Mais, à cet instant précis, sa gorge semblaient bloquée, son cerveau arrêté. En fait, elle ne parvenait pas à dire quoi que ce soit. Elle était partagée entre le plaisir d'être avec lui, le trouble que sa présence lui inspirait et la tristesse de devoir mettre fin à cette soirée, avec sa merveilleuse compagnie.
A ses côtés, Dylan se mit en mouvement et l’entraîna en direction du château. Assez vainement, elle tenta de faire les pas les plus petits possibles, si bien qu'ils marchèrent encore quelques bonnes minutes. Tout à coup, Dylan demanda :


« Dit ... on ... on pourrait p'têt ... bah manger ensemble ... Fin je proposes hein, tu peux refuser, bien sûr je comprendrais ... »


Il avait dit ses mots d'une voix hésitante, presque timide qui fit craquer Melissandre instantanément. Il avait un petit air de garçonnet innocent qui ne faisait que renforcer son aspect divin. Sortant de sa contemplation béate, au bout de quelques secondes, elle réalisa soudain qu'il attendait une réponse. Elle n'hésita pas une seconde :

« Oui avec plaisir ! »


En fait, elle n'y avait pas songé une seconde mais maintenant qu'il lui avait fait cette proposition, elle lui semblait évidente. Après tout, c'était le soir, n'est-ce pas ? Ils devraient donc forcément dîner, en retournant au château. Et puisqu'ils étaient tous les deux pourquoi auraient-ils dû se séparer ? A présent, Mel se trouvait assez idiote de ne pas y avoir pensé plus tôt. Cependant, elle n'en avait cure. La tristesse l'avait désormais tout à fait quitté et elle rayonnait de nouveau. D'ailleurs, elle fit un grand sourire à son ami avant de réaliser qu'elle n'avait toujours pas répondu à ce qu'il lui avait dit précédemment. Elle s’empressa donc de se rattraper :


« Et moi aussi je suis contente de t'avoir rencontré. Très contente, même... »

Encore une fois, c'était bien en-dessous de la réalité mais elle se dit qu'elle aurait encore tout le repas du soir pour le lui faire comprendre. Bientôt, ils atteignirent la porte du château. Juste avant de rentrer à l'intérieur, Melissandre parcourut le parc des yeux, pour finalement les lever vers les étoiles. Très nombreuses et brillantes, elles ressemblaient à des diamants éclatants. C'est sur cette vision féerique que Mel quitta définitivement le parc pour s'engouffrer à l'intérieur du château, Dylan à ses côtés.
  Retour