Parc

Inscription
Connexion

Rendez-vous dessin I PV Elena EMULRAN

Ysalyne fouilla quelques secondes dans sa grosse malle avant d'en retirer son carnet de dessin et tout son matériel avec un petit sourire d'impatience. Elle avait ce jour rendez-vous avec Elena Emulran une petite nouvelle de sa maison. Au fil d'une discussion qu'elles avaient eu ensemble, les deux fillettes s'étaient découverte le dessin comme passion commune. Ysalyne lui avait alors proposé, quelque jours plus tard, de se retrouver dans le parc pour croquer à deux le paysage. Elle avait accepté.

La deuxième année enfila son manteau et sortit de son dortoir avec l'espoir de croiser sa jeune camarade dans la salle commune. Ce serait sympa si elles se rendait au parc ensemble. Tout son attirail coincé entre ses bras, Ysalyne débarqua dans la salle chaleureuse et un instant, oublia pourquoi elle y était descendue. Elle avait tellement rêvé d'y retourner, de retrouver cette ambiance et ces gens qu'elle aimait tant. Un pincement au cœur qu'elle chassa vite. Elle avait une belle journée à passer.

Un rapide coup d'oeil circulaire lui permit de très vite déterminer qu'Elena n'était pas là. Pas grave. Ysalyne sortit de la salle commune et traversa en vitesse les sous-sols. C'était peut-être le seul point négatif à être à Serpentard : les sous-sols. C'était un endroit froid, surtout en hiver, parfois même très humide dans certaines zones, et il y faisait plutôt sombre.

Pourtant, les points positifs surpassaient tout ça : pas besoin de monter cent mile marches pour retrouver son lit, le soir, après une journée de cours épuisante. Pas besoin de descendre un nombre incalculable d'escaliers le matin pour rejoindre la Grande Salle, et accessoirement son petit-déjeuner. Et puis il fallait bien l'avouer, et même si c'était interdit, les balades nocturnes dans les sous-sol, à la lueur de la lune... il n'y avait rien de mieux pour un peu d'adrénaline, ou au contraire, pour un peu de détente. Etrange paradoxe, mais pourtant bien réel.

Même s'il commençait à faire un peu frisquet dehors à cause de l'automne qui, mine de rien, commençait sérieusement à s'installer, Ysalyne sentit un grand sourire lui monter aux lèvres lorsqu'elle fut à l'air libre. C'était presque un automatisme pour elle, elle n'y faisait même plus attention, mais elle avait la même réaction chaque fois qu'elle se trouvait dehors. Elle aimait ça. Sentir le vent sur son visage, et les odeurs de la nature qui chatouillaient ses narines.

La petite inspira profondément et se décida à aller s'installer au pied d'un des chênes solitaires qui parsemaient ça et là le parc. Elle choisit sciemment un plutôt éloigné du lac – elle ne supportait plus la vue de cette étendue d'eau depuis qu'elle avait faillit s'y noyer. Heureusement que Kaeyann était arrivée à temps ce jour-là... – et s'assit en tailleur, le dos contre le tronc, la tête appuyée sur l'écorce, en attendant l'arrivée de sa cadette.


« Check my vital signs, I know I'm still alive and I walk alone. »

Ysalyne se mit à fredonner, alors que ses doigts tapotaient le rythme de la chanson sur son carnet de dessin. Le était bien, et la journée promettait d'être très bonne. Que demander de plus ?

La deuxième année attendit plusieurs longues minutes, à admirer le paysage, avant de commencer à se demander si Elena n'avait pas oublié leur rendez-vous dessin. C'est alors qu'elle entendit une voix de fille appeler son nom. Ysalyne sourit. Enfin !

*en baisse de régime pendant l'été mais passerai quasiment tous les jours quand même*
Non, ça ne m'énerve pas mais... C'est Ysalyne avec deux Y, bandes de trolls analphabètes !
Deuxième année RP

Rendez-vous dessin I PV Elena EMULRAN

Len’ flottait au-dessus des nuages. Elle entrait dans un cumulus et en ressortait, quelques gouttelettes d’eau sur ses cheveux, comme une plante baignée de rosée. Elle tourbillonnait entre les masses cotonneuses en riant. Le ciel bleu, dans lequel elle volait, devenait peu à peu orangée. Puis, la couleur, d’abord unie, se nuança dans des tons orange puis flamboyants. On aurait dit qu’un coucher de soleil s’était étalé dans le ciel. Puis, un nuage apparut au loin et commença à se modeler, comme pour prendre une forme particulière. Au départ, Elena ne pouvait distinguer ce que c’était. Elle savait qu’elle était en train de rêver – impossible is nothing hein mais tout de même – mais elle se laissait tranquillement voguer dans le rêve. Et il fallait bien avouer qu’elle était plutôt curieuse de voir quelle forme allait enfin prendre ce nuage. Car petit à petit, les contours de celui-ci s’affinèrent et Lena put facilement distinguer le portrait de Mona Lisa peint par Leonard De Vinci ou Leo comme elle avait tendance à le surnommer. Elle adorait Leo, cet artiste sacré de la renaissance…

------


Tout d’un coup, les yeux de Lena s’ouvrirent. Ses yeux regardèrent à gauche, à droite. Quel jour étions-nous ? Quelle heure était-il ? Son cœur battait la chamade : son corps ne comprenait pas la raison pour laquelle il avait été si brutalement. Et pourtant, il fallait qu’elle se réveille. Elle ne se souvenait pas très bien de son rêve, à part qu’au départ, elle avait ressenti une immense tranquillité et puis elle se souvenait de quelques mots « Mona Lisa », « Léo » et « artiste ». C’est à ce moment-là qu’elle s’était rappelée qu’elle avait convenu d’une sortie artistique avec Ysalyne, une camarade de sa maison, âgée d’un an de plus qu’elle et qui – point essentiel – adorait le dessin.

Elena n’avait plus le temps de réfléchir, plus le temps de rêvasser, plus le temps de regarder l’heure ni de savoir le jour. A toute vitesse, elle sauta du lit et courut à grandes enjambées vers la salle de bains. Ne prenant même pas le temps d’attendre que l’eau devienne un minimum chaude, elle prit une douche rapide et enfila sa robe de sorcière, revient vers la chambre, attrapa à la volée un de ses petits carnets de dessins et le matériel qui allait avec – soit plumes, encre, aquarelle de poche… fourra tout ce barda dans son sac et sortit en courant de la chambre.

Point le temps non plus de profiter de l’ambiance ô combien chaleureuse de la salle commune, elle sortit, toujours en courant. Tel un cheval au galop, elle filait dans les couloirs et se rendit compte qu’elle portait encore et toujours sa robe de sorcière. Il était vrai que Lena n’était pas une grande « fashion victim » et au final, chaque matin, portait ce qui lui tombait sous la main. A la maison, c’était pull et jean, ici le vêtement le plus proche était la robe de sorcière.

L’énorme avantage de faire parti des Serpentard résidait dans la proximité de la Grande Salle, permettant à Elena d’économiser de précieuses minutes lorsqu’elle y fit un rapide passage pour attraper une tartine qui finit d’ailleurs dans sa bouche sans pour autant arrêter sa course.

Retour dans le hall, elle poussa la grande porte et prit enfin le temps – à peu près une seconde et demie – d’inspirer l’air frais d’automne. Ici, à Poudlard, on était loin de la ville urbaine qu’était Londres, l’air ressemblait beaucoup à celui qu’elle pouvait respirer chez elle, dans sa petite campagne. La respiration du matin – courte mais efficace – était faite, elle reprit sa course, sa tartine maintenant en main pour tenter de retrouver sa camarade. Tout en courant, elle regarda autour d’elle et aperçut enfin Ysalyne. Son ainée était assise sous un arbre, un carnet sur ses genoux.

Piquant d’abord un sprint, Elena finit par décélérer lorsqu’elle se trouva à quelques mètres de sa compère. Elle récupéra ce qu’il lui restait d’oxygène pour s’écrier :


«  Hey ! Ysalyne !! »

Lorsqu’elle fût à moins d’un mètre, elle reprit son souffle et dit :

« Désolée de t’avoir fait attendre... enfin…euh… j’espère que je ne t’ai pas fait attendre trop longtemps…»

Rendez-vous dessin I PV Elena EMULRAN

« Hey ! Ysalyne ! »

La jeune fille, toujours assise dans l'herbe, tourna la tête vers sa petite camarade qui arrivait en courant. Ysalyne sourit. Elle avait l'air de s'être dépêchée pour venir, et son retard était donc toute excusée. En réalité, Ysalyne était de si bonne humeur qu'elle n'aurait rien dit même si Elena avait eu une demi-heure de retard sur l’horaire prévue.

Elena acheva son sprint non loin d'elle et reprit plusieurs goulée d'air, visiblement essoufflée.


« Désolée de t'avoir fait attendre... enfin... euh... j'espère que je ne t'ai pas fait attendre trop longtemps. »

« Non, ne t'inquiète pas, la rassura Ysalyne en se levant pour l'accueillir un temps soit peu mieux. Je suis là depuis quelques minutes seulement, je profitais du parc. »

Par soucis de coquetterie, et pour ne pas avoir l'air ridicule, la jeune Benett frotta de son fessier la potentielle terre qui aurait put se coller à sa jupe et ramassa tout son attirail de dessin. Cette journée promettait vraiment d'être une belle journée. Ysalyne se sentait bien. Elle allait faire ce qu'elle adorait en compagnie d'une élève de sa maison.

Elle était contente qu'Elena n'ai pas oublié, elle en aurait été vraiment triste. Elle avait besoin de renouer avec des gens de son âge, de renouer avec ce monde qui était le sien, et qu'elle avait fuit pendant de longs mois pour soutenir sa famille dans la maladie de sa mère. Seulement maintenant qu'elle allait mieux, Ysalyne n'avait qu'une envie, vivre son retours à fond et profiter de chaque secondes.

Pas si facile lorsqu'on avait douze ans. Enfin, à son âge, les filles avaient beaucoup de préoccupations différentes, toutes plus futiles les unes que les autres. Comme les cours, la manière dont elles allaient s'habiller, les garçons, les potins, les amis, les garçons, les stars, les garçons.

Et sur ce dernier point, il était sûr qu'Ysalyne était bien préoccupée.


« Ca va ? finit-elle enfin par demander à sa cadette. Prête pour montrer à quel point tu es douée ? »

Ysalyne envoya un grand sourire à Elena, espérant qu'elle ne la trouve pas étrange. Mais elle était si contente aujourd'hui. Enfin, tant qu'elles ne restaient pas trop près du lac, tout irait pour le mieux.

« Ce te dirait qu'on s'éloigne un peu ? la questionna-t-elle alors en se penchant pour ramasser son propre matériel de dessin. Qu'on aille au moins se trouver un point de vue qui vaille vraiment la peine. »

Ysalyne se redressa, ses cheveux momentanément défait par le mouvement, et replaça une mèche auburn derrière son oreille.

« A moins que tu ne veuilles rester là ? »

*en baisse de régime pendant l'été mais passerai quasiment tous les jours quand même*
Non, ça ne m'énerve pas mais... C'est Ysalyne avec deux Y, bandes de trolls analphabètes !
Deuxième année RP
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Rendez-vous dessin I PV Elena EMULRAN

Sujet bloqué (délais de 6 mois dépassé) - Si vous souhaitez réouvrir ce sujet, envoyez un hibou à la préfecture ou à un membre du corps professoral.