Parc

Inscription
Connexion

Rencontre inter-écoles  PV 

Les délégations de Beauxbâtons et Durmstrang étaient arrivées depuis quelques temps à Poudlard, mais Meilla n'avait pas encore eu l'occasion d'échanger avec un élève de ces écoles. En fait, elle avait été récemment assez concentrée sur ses études et n'avait pas parlé à grand monde. Il était temps de remédier à ce problème. Un samedi matin elle se leva de bonne heure, s'habilla, alla prendre son petit déjeuner et se dirigea vers l'extérieur du château. Son bonnet, son écharpe et ses gants auto-chauffants lui permettaient de se protéger du froid. Elle n'était pas sûre de croiser quelqu'un à cette heure, n'ayant aucune idée des habitudes des élèves des autres écoles. Si elle ne croisait personne, cette petite sortie lui permettra au moins de prendre l'air.

Elle avait très envie de parler avec un ou une française. Pourquoi plus qu'un ou une élève de Durmstrang? Premièrement parce que cela lui permettrait de parler français, deuxièmement, elle espérait avoir des nouvelles de sa cousine, son frère et sa soeur, éventuellement. Elle ne savait pas si les élèves de la délégation connaissaient quelqu'un de sa famille. Son frère et sa soeur étaient globalement pus jeunes que ceux qui étaient ici, mais sa cousine était en septième année quand même! D'un autre côté, elle-même ne connaissait pas tous les élèves de Poudlard, elle en connaissait même très peu. Evidemment, elle connaissait beaucoup de personnes de vue, vestiges du temps où elle était encore préfète, mais ce n'était pas la même chose. Du coup, il y avait peu de chance pour que la personne qu'elle croise (si elle croisait un jour quelqu'un) connaisse une personne de sa famille, mais on ne savait jamais.

Avisant une silhouette au loin, elle s'en approcha. Petit à petit, elle put se faire une idée de la personne à qui elle avait affaire. C'était une fille d'à peu près son âge, de Beauxbâtons... Laura Chevallier, qui tout comme elle avait tenté d'être la championne de son école sans succès. La rouquine n'avait aucun avis sur cette jeune fille. Elle savait qu'elle était courageuse et déterminée. Elle avait l'impression qu'elle était un peu solitaire, mais ce n'était peut-être qu'une impression. Meilla ne savait pas trop comment l'aborder, mais elle n'allait pas l'ignorer. D'abord parce que ce n'était pas très sympa mais aussi parce qu'elle était curieuse d'enfin pouvoir parler avec quelqu'un d'une autre culture. Certes, ayant vécu en France, elle connaissait pas mal de choses sur ce pays en général et les habitudes des français, mais elle ne comprenait pas tout dans le système de Beauxbâtons et c'était l'occasion d'en savoir plus.

La jeune sorcière ne savait pas trop comment engager la conversation, elle ne savait pas si Laura connaissait son nom ou non. Si ça se trouve elle ne savait pas qui elle était. Et puis si elle était ici seule, c'était peut-être justement pour le rester, peut-être qu'elle préférait la solitude de manière générale, ou peut-être qu'elle recherchait la solitude en ce moment-même. Dernière hypothèse, tout cela était faux et la Serdaigle se faisait des idées toute seule.... C'était tout à fait plausible après tout.


« Bonjour... Laura. » dit-elle doucement en français sans accent notable.

Image
Dernière modification par Meilla Primard le 30 avril 2016, 10 h 12, modifié 1 fois.

~En voyage autour du monde et en couple avec la fille la plus extraordinaire du monde ~
Attention, apparition de carottes hallucinogènes dans le secteur des ornithorynques.

Rencontre inter-écoles  PV 

Comme à son habitude depuis qu'elle était arrivée à Poudlard, Laura se promenait dans le Parc. Cette grosse bâtisse de pierre ne lui inspirait qu'une profonde austérité, et moins elle passait de temps à l'intérieur, mieux elle se portait. Le temps ici n'était pas bien différent qu'en France, quoiqu'un peu pluvieux, mais elle n'en était pas pour autant dépaysée. Pourtant, son pays lui manquait. Elle voulait retourner dans son école. Ici, l'ennui la gagnait régulièrement, et elle n'avait pour l'instant trouvé personne digne de lui faire passer le temps autre que les professeurs dont elle suivait les cours avec une certaine curiosité. Mais aujourd'hui c'était samedi, et un long week-end était en perspective.

Laura arpentait donc le Parc, prenant des sentiers qu'elle commençait à connaître, d'autres qu'elle découvrait, et observait d'un œil neutre les paysages environnants. Ce lieu devait certainement être une source d'inspiration pour Gautier. Il avait apparemment perdu son appareil photo, mais Laura ne s'était pas renseignée pour savoir s'il l'avait récupéré. Elle aurait probablement la réponse la prochaine fois qu'elle le croiserait.
Perdue dans ses pensées, Laura Chevallier fut surprise par une voix féminine qui lui adressa la parole dans un français parfait. Elle se retourna, prête à reconnaître une fille de Beauxbâtons, mais tomba sur un visage inconnu, ou du moins presque inconnu. Laura fronça les sourcils une fraction de seconde, plus pour se redonner contenance que pour montrer une quelconque émotion. Face aux personnes qu'elle ne connaissait que très peu, la jeune fille arborait son habituel masque froid et sérieux, peu désireuse de se faire aborder par n'importe qui. Mais après une rapide inspection, elle reconnu l'une des élèves de Poudlard qui avait mis son nom dans la coupe, et qui avait d'ailleurs fait partie des favoris de cette école d'après les rumeurs qui courraient. C'était quoi son nom déjà ? Mina ? Maya ?


« Meilla, finit-elle par dire à voix haute. Bonjour. »

Son regard restait sérieux, mais son corps se détendit un peu. Si Laura préférait éviter de parler aux jeunes élèves encore trop immatures, la Poudlarienne semblait avoir le même âge qu'elle, et sa réputation n'était plus à faire. Avait-elle trouvé là l'occasion de sortir de son ennui quotidien ?

« Tu parles français ?» demanda-t-elle afin de savoir si « bonjour » était l'unique mot français de son vocabulaire, ou si son parfait accent trahissait réellement des origines non britanniques.

Rencontre inter-écoles  PV 

Laura sembla avoir un moment de doute concernant Meilla. La rouquine ne savait pas si c'était parce qu'elle ne la reconnaissait pas ou si c'était parce qu'elle ne connaissait pas son nom. Dans tous les cas, la française sembla réfléchir quelques temps avant de répondre quoi que ce soit.

« Meilla. Bonjour. »

C'était... Un début? La septième année n'avait aucune idée de ce que Laura aimait faire. Elle ne savait pas du tout si celle-ci jouait au quidditch, si elle aimait jouer aux échecs, jouer aux bavboules ou que sais-je encore. Elle avait entendu dire que c'était une très bonne élève mais ne savait absolument pas si c'était une rumeur fondée ou non. En tout cas, la jeune fille semblait très sérieuse, peut-être un peu trop, mais cela ne gênait pas Meilla qui souhaitait seulement avoir une discussion intéressante. Au moins, elle était sûre d'obtenir des informations fiables non? Enfin, peut-être qu'elle se trompait complètement sur le compte de son interlocutrice, seul l'avenir le lui dirait.

« Tu parles français ?»

La rouquine ne s'attendait pas du tout à une question de ce style. On ne pouvait pas dire qu'elle s'attendait à quelque chose de particulier en fait, mais en tout cas sûrement pas à ça. D'un autre côté, il était plutôt normal que Laura se demande si elle pouvait continuer à parler en français ou non. Cela ne devait pas être facile de devoir parler tout le temps une autre langue, devoir faire des efforts à longueur de journée pour comprendre et se faire comprendre devait être assez fatiguant. La Serdaigle se rappelait des efforts qu'elle avait dû faire à neuf ans en arrivant en Angleterre. A l'école, elle avait eu beaucoup de mal à comprendre de qu'on lui disait, surtout que le système était complètement différent du système français.

« Oui, je parle français j'ai vécu en France quand j'étais petite.»

Il n'y avait là aucune trace de vantardise ou quoi que ce soit, c'était seulement histoire de faire comprendre pourquoi elle parlait français couramment. Meilla savait que d'autres élèves de Poudlard parlaient également sa langue natale, mais ce n'était pas le cas de tout le monde évidemment.

« Ca te manque pas trop la France, ton école...? »

Bien que Meilla arrivait plus ou moins à imaginer ce que c'était d'être loin de son pays, et ne se voyait pas ailleurs qu'à Poudlard. Elle était certaine que Beauxbâtons était une très belle école, mais elle avait trop l'habitude du château dans lequel elle vivait une bonne partie de l'année depuis plus de six ans. Evidemment, si le tournoi s'était déroulé en France, elle aurait tout fait pour y aller, rien que pour voir sa famille là-bas. Cependant, elle savait que cela la perturberait beaucoup.

La jeune fille ne savait pas trop si Laura avait vraiment envie de parler ou non. Peut-être qu'elle était du genre à ne pas trop parler d'elle-même. Ou peut-être qu'elle n'avait tout simplement pas envie de parler avec la Bleue. Enfin au pire, si c'était vraiment le cas, elle le lui dirait sûrement.


« D'ailleurs tu connaîtrais pas une Clémence? Elle est en septième année...»

Elle ne dit rien de plus, peut-être que les deux filles ne s'entendaient pas bien du tout et si c'était le cas, la française n'avait sûrement aucune envie d'entendre parler de la cousine de Meilla. Mais elle n'avait pas pu s'empêcher de demander tout de même au cas où... Au pire Laura ne voudrait plus lui parler et elles en resteraient là. La Serdaigle n'aurait alors plus qu'à aller demander des information à quelqu'un d'autre.

~En voyage autour du monde et en couple avec la fille la plus extraordinaire du monde ~
Attention, apparition de carottes hallucinogènes dans le secteur des ornithorynques.

Rencontre inter-écoles  PV 

Meilla répondit à Laura par l'affirmative, lui apprenant par la même occasion qu'elle avait également habité en France. Cette nouvelle fit plaisir à la Beauxbâtons qui trouva là une occasion de converser avec un élève de Poudlard. Les pures britanniques ne lui plaisaient pas vraiment. Ils étaient trop... grossiers. Rien ne valait l'élégance naturelle des français. Et cela lui éviterait par la même occasion de devoir parler anglais. C'était une langue qu'elle appréciait, ou tout du moins maîtrisait assez bien de par la rigoureuse éducation que ses parents lui avaient donné, mais discuter en français la mettait plus à l'aise. Elle n'avait pas à réfléchir à la tournure de ses phrases ou à la bonne expression qu'il fallait utiliser.

« Ca te manque pas trop la France, ton école...? »

« Si, un peu. C'est pas pour être vexante, mais Poudlard ne me plaît pas. Je trouve ce château très austère. Heureusement, le parc est très beau, ça m'aide à faire passer le temps. »

Nous n'étions même pas à la moitié de l'année alors oui, il fallait le faire passer, le temps. Le Tournoi battait son plein, mais les épreuves ne dureraient au total que quelques jours ; les directrices Luneau dispensaient quelques cours et Laura avait décidé d'en suivre certains de Poudlard, notamment la botanique et les soins au créatures magiques – les seuls qui se déroulaient en extérieur et non enfermés dans les murs sombres du châteaux – mais cette routine finissait par lui peser, loin de son pays et de sa famille. Marie et Sybille étaient ce qu'elle pouvait considérer comme des amies, mais l'une était trop préoccupée par le Tournoi, l'autre toujours fourrée avec ses tantes.
C'est pour toutes ces raisons que Laura passait tous ses moments libres dehors, quel que soit le temps. Selon la luminosité, le moment de la journée ou encore le mois, le parc prenait un aspect totalement différent qui l'émerveillait toujours un peu plus. On était loin du charme des jardins français, mais la beauté qui se dégageait de ce lieu n'en était pas moins fascinante.


« D'ailleurs tu connaîtrais pas une Clémence? Elle est en septième année...»

« Clémence... Vernier ? Si c'est elle, oui je la connais. On partage quelques cours ensemble. C'est quelqu'un de ta famille ? soupçonna Laura avec un intérêt certain »

L'adolescente ne s'intéressait pas particulièrement à la vie de Meilla, n'étant pas vraiment curieuse en ce qui concernait les gens. Elle voyait là plutôt l'occasion d'enfin parler d'autre chose que ce Tournoi auquel elle ne participait pas, ou de cette école écossaise qu'elle n'aimait pas. Cette discussion avec Meilla la faisait un peu revenir en France, et ce n'était pas pour lui déplaire.

Rencontre inter-écoles  PV 

Laura avait vraiment l'air de ne pas du tout aimer Poudlard. Son opinion avait l'air d'être encore plus tranchée que ce que Meilla croyait à première vue. Ce n'était pas qu'un mal de son pays comme elle le pensait, c'était aussi une déception, à la limite du dégoût pour le château. La rouquine ne pouvait pas le comprendre. Elle ne pouvait pas être certaine de la manière dont elle réagirait à la place de la française ou d'un élève de Durmstrang - il était toujours plus facile d'imaginer ce qu'on voudrait faire dans un tel cas que de le faire en réalité - mais elle était presque sûre de ne pas avoir ce type de réaction. Cependant, elle ne s'en formalisa pas plus, ce n'était vraiment pas son problème. Laura n'aimait pas Poudlard, grand bien lui en fasse, la septième année ne souhaitait qu'un échange agréable, et s'il n'était pas des plus honnêtes, cela lui importait peu.

« Clémence... Vernier ? Si c'est elle, oui je la connais. On partage quelques cours ensemble. C'est quelqu'un de ta
famille ?
»


La jeune fille de Beauxbâtons sembla soudain très intéressée par la tournure de la conversation. La rouquine ne pouvait pas comprendre cet engouement, son interlocutrice semblait si... Secrète. A première vue, plutôt froide, du genre à remballer la première personne qui venait l'ennuyer. Mais cette froideur était peut-être seulement due à son ennui dans l'école? Meilla n'était pas sûre d'avoir la réponse un jour, en tout cas, elle n'aurait pas la réponse venant de Laura. Peut-être que si elle croisait un autre élève, par la suite, cette personne lui parlerait un peu plus de la septième année. Pour l'heure, il était plutôt question de sa cousine.

Ainsi, la française connaissait Clémence, ce qui était plutôt évident puisqu'elles avaient le même âge. La Serdaigle avait beau ne pas connaître tous les élèves du château - et en particulier les premières années - elle connaissait plutôt bien ceux de son année, bien qu'elle ne soit évidemment pas amie avec tout le monde (la majorité de ses amis étant d'ailleurs plus jeunes). La jeune fille ne savait pas trop ce que ça voulait dire concernant la relation entre les deux filles. Clémence ne lui avait jamais parlé de Laura, ce qu'elle trouvait assez bizarre. Il était évident que Laura était assez connue à Beauxbâtons. Rien que le fait qu'elle fasse partie de la délégation le prouvait. Cette omission venait-elle seulement du fait que sa cousine ne trouvait pas utile de mentionner la jeune fille ou bien d'autre chose?


« Oui, c'est ma cousine. J'aurais voulu aller à Beauxbâtons avec elle, mais ce n'était pas possible...»

La nostalgie s'empara de la rouquine. Si elle avait réussi à convaincre ses parents de la laisser aller dans l'école française, sa vie aurait été tellement différente, en bien et en mal, évidemment. Tout ce qui s'était passé par rapport à ses parents se serait quand même produit, cela n'avait aucun rapport avec Poudlard. Elle n'aurait pas rencontré toutes ses personnes incroyables qu'elle avait rencontré, mais elle aurait été auprès de sa famille. Sa cousine, son frère et sa soeur lui manquaient. Elle les avait vu cet été mais ce n'était pas assez. Sa vie aurait été tellement différente si elle avait été avec sa famille à l'école. *De toute manière, c'est trop tard maintenant que je suis en dernière année. Ce sera... Pour une autre vie?* Meilla reprit alors conscience qu'elle était en pleine discussion à la base et qu'il n'était pas très poli de se stopper ainsi. Surtout que c'était elle qui l'avait engagée.

« Vous êtes juste camarades alors...?»

La Serdaigle avait compris ce que la française avait dit de cette manière en tout cas. Elle aurait voulu demander plus d'informations récentes sur Clémence, mais Laura étant là depuis quelques temps déjà, ce n'était pas elle qui lui donnerait des actualités sur sa cousine. Cependant, elle pourrait peut-être la renseigner sur sa place dans l'école?

« Vous suivez quels cours en commun? C'est par maison comme chez nous?»

Meilla n'avait aucune idée des cours suivis par sa cousine. En fait, elle commençait à se rendre compte que c'était plus souvent elle qui parlait de Poudlard que Clémence qui parlait de Beauxbâtons... La prochaine fois qu'elle la verrait, il fallait qu'elle lui pose plus de questions! Et d'ailleurs, pourquoi ne répondait-elle pas à ses hiboux? Elle creuserait cela un peu plus tard, le temps que l'idée fasse un bout de chemin dans sa tête. De toute manière, ce n'était pas le bon moment.

~En voyage autour du monde et en couple avec la fille la plus extraordinaire du monde ~
Attention, apparition de carottes hallucinogènes dans le secteur des ornithorynques.

Rencontre inter-écoles  PV 

Laura hocha lentement la tête en écoutant la répons de Meilla Primard, et répondit par l'affirmative à la question qu'elle lui posa en premier. Laura n'avait que peu d'amis proches, et on ne pouvait pas réellement dire que Clémence en faisait partie. Elles ne se détestaient pas non plus, leur relation restait tout à fait cordiale et cela n déraangeait absolument pas Laura de faire équipe avec elle lors des cours qu'elles partageaient ensemble, mais on ne pouvait pas non plus les considérer comme de grandes amies.

« Vous suivez quels cours en commun? C'est par maison comme chez nous?»

Depuis qu'elle était arrivée à Poudlard Laura n'avait de cesse d'entendre ce genre de questions. Pour être honnête, avant de poser les pied en Ecosse, la jeune fille se posait elle-même ce type de questions à propos de l'école britannique ainsi que sur Durmstrang. Ces grandes écoles sorcières restaient particulièrement secrètes, autant sur leur position géographique que sur leur fonctionnement. Si l'un ne devait pas être divulgé même à la majorité des sorciers, l'autre pouvait bien être révélé aux étudiants des autres académies. Laura ne vit personnellement aucun raison de cacher ces détails à Meilla et lui répondit donc après un aussement d'épaule.


« Les cours sont assez similaires à ceux de poudlard, nous n'avons juste pas le même intitulés. Mais pour faire court, avec ta cousine on partage nos cours d'herbologie – c'est l'équivalent de votre botanique -, nos cours de sortilèges et aussi ceux de potions. »

La Beauxbâtons réfléchit un instant afin de s'assurer qu'elle n'avait rien oublié, puis enchaîna sur la question des répartitions.

« Sinon hum oui, on peut parler de maisons, mais si j'ai bien compris, à Poudlard vous êtes triés selon votre caractère, c'est ça ? D'ailleurs je trouve ça bizarre, personnellement. Vous avez onze ans, et on vous colle déjà une étiquette sur ce que vous êtes ou devrez être alors qu'à cet âge, on est encore en pleine construction de soi-même... mais bon.
Donc à Beauxbâtons, on est divisés en trois maisons qui portent le nom des plus grands directeurs de notre école : Nyx, Leones, et Ulula. Et la répartition se fait selon nos origines. Moi je suis à Ulula, c'est la maison pour les sang-purs et les nobles. Leones accueille les nés-moldus et les classes plus pauvres on va dire. Et à Nyx, ce sont pour les élèves étrangers, puisqu'à Beauxbâtons il n'y a pas que des français. Dit comme ça, ça ne donne pas envie, je sais, mais bon. Comme pour Poudlard, ce sont de vieilles traditions... 
»

Laura fit un mouvement de la main afin d'appuyer sa dernière phrase. De vieilles écoles avec de vieilles traditions. Barban. Mais la jeune fille avait été élevée dans ces traditions justement, et aussi obsolètes puissent-elles être, elle se devait de les respecter.
Elle observa un instant Meilla. Cette fille aurait eu sa place à Beauxbâtons, ça se voyait. Quelle idée d'être venue dans cette école britannique. Tellement moins sophistiquée.


« Si ta famille est française, pourquoi tu es ici ?»

La franchise de Laura revenait sur le tapis. Que la réponse soit personnelle ou non, elle demandait. Libre à Meilla de répondre ou de changer de sujet, cela ne vexerait en rien la Beauxbâtons. Elle prenait ce qu'on lui donnait, peu importe du reste. Si elle voulait vraiment savoir quelque chose, elle chercherait par elle-même.

Reducio
Vraiment pardon pour le retard

Rencontre inter-écoles  PV 

« Les cours sont assez similaires à ceux de poudlard, nous n'avons juste pas le même intitulés. Mais pour faire court, avec ta cousine on partage nos cours d'herbologie – c'est l'équivalent de votre botanique -, nos cours de sortilèges et aussi ceux de potions. »

Meilla comprit qu'elles ne se connaissaient donc que de nom, qu'en tant que camarades, Laura avait été assez clair. En même temps, cela semblait logique, si les deux filles avaient été proches, la rouquine aurait sûrement entendu parler de la française bien avant. Elles partageaient quand même trois cours et devait se connaître plus ou moins bien. Enfin bref, là n'était pas la question, puisqu'elles n'étaient pas vraiment proches, la Serdaigle se doutait qu'elle n'obtiendrait pas beaucoup plus d'informations que ce qu'elle venait d'apprendre. Pourquoi était-ce le silence radio depuis la rentrée? Elle devrait sûrement attendre encore pour le savoir.

Laura lui expliqua comment se passaient les maisons à Beauxbâtons et Meilla trouva cela vraiment très étrange. Elle savait que pendant longtemps il y avait eu de la discrimination entre les Serpentards au sang pur et les Moldus, ce qu'elle trouvait complètement débile. Mais si dans l'école française les élèves étaient répartis selon leur origine comment se faisait-il qu'il n'y avait aucune inégalité? Enfin peut-être qu'il y en avait remarque, la jeune fille n'avait pas demandé, mais elle trouvait cela un peu... Bizarre. Enfin, tout était une question d'habitude, les français devaient trouver cela bizarre aussi cette histoire de quatre maisons. D'un autre côté, cela n'était pas plus mal, il n'y avait alors aucune surprise! Elle pensait notamment à Eli que sa mère ne pouvait pas supporter à cause de la maison dans laquelle elle avait été répartie. Cela était complètement débile et la septième année savait que sa soeur n'était pas la seule à avoir subi cela.

Il n'empêche qu'elle comprenait désormais pourquoi on ne lui avait jamais expliqué le moyen de répartition. Ni ses cousines, ni sa soeur ni son frère ne lui avaient dit quelles étaient les caractéristiques de chaque maison. En y réfléchissant bien, elle devait avouer qu'elle n'avait jamais vraiment posé de questions. En réalité, c'était Clémence qui lui demandait toujours comment ça se passait à Poudlard et non l'inverse... Peut-être était-ce là son erreur, peut-être était-ce pour ça que plus personne ne lui donnait des nouvelles? Elle décida qu'elle enverrait un hibou dès qu'elle en aurait l'occasion, c'est-à-dire juste après cette discussion.

En réfléchissant un peu, elle se dit qu'elle serait sûrement allée à Leones. Elle n'était pas de sang-pur et à ce qu'elle sache n'était pas non plus noble. Mais après tous les secrets qu'elle avait découverts, il était tout à fait possible qu'elle soit de sang noble, qui sait? Laura la coupa dans ses réflexions.


« Si ta famille est française, pourquoi tu es ici ?»

C'était une très bonne question qui avait toujours semblé logique à Meilla mais qui ne l'était pas tant que ça finalement. Elle-même aurait bien voulu aller à Beauxbâtons, pas que l'école anglais ne lui plaise pas, mais au départ simplement pour rester avec sa cousine, mais le destin en avait décidé autrement. Elle se rappelait avoir demandé à ses parents le pourquoi du comment et il lui avait répondu qu'elle comprendrait plus tard, que c'était une question de sang. Depuis qu'elle connaissait réellement son origine, la Serdaigle n'avait jamais repensé à cette discussion, mais maintenant cela lui semblait logique. Edna était anglaise, Romain français. Romain était moldu, Edna une sorcière. Si elle avait été inscrite à Poudlard depuis sa naissance, c'était bien parce que sa mère biologique était anglaise et non française.

« Pour faire simple, disons que ma mère biologique est anglaise et sorcière. Mon père est français et Moldu. Et Clémence... Elle fait partie d'une autre branche de la famille, qui, biologiquement parlant n'a pas vraiment de lien de sang avec moi en fait... Enfin c'est compliqué.»

Ce n'était pas que Meilla n'avait pas envie d'expliquer, juste qu'elle ne pensait pas que cela serait vraiment intéressant pour Laura, après tout elles ne se connaissaient pas vraiment alors ça aurait été bizarre de lui raconter toute sa vie. En plus c'était un peu compliqué. Si elle voulait en savoir plus, elle n'avait qu'à poser d'autres questions.

« J'avoue que j'ai été déçue de recevoir ma lettre pour Poudlard et je n'ai pas trop compris pourquoi Poudlard à l'époque. Je pensais que c'était parce qu'on vivait en Angleterre depuis quelques années, mais finalement je crois que ça n'a rien à voir. Les histoires de famille tout ça, ça peut changer toute une vie. Enfin bref.»

La jeune fille était allée un peu plus loin qu'elle ne voulait aller au départ. Elle ne voulait pas que la française pense qu'elle ne lui parlait que pour qu'elle ne s’apitoie sur son sort, la rouquine le faisait déjà bien assez toute seule, elle n'avait pas vraiment besoin de quelqu'un pour l'aider. Elle aurait voulu dire autre chose, quelque chose d'intelligent, parler de quelque chose d'intéressant, mais elle ne trouvait pas vraiment en réalité. Tant pis, elle faisait ce qu'elle pouvait. La seule chose qui lui venait à l'esprit actuellement était le quidditch, mais elle avait comme l'impression que c'était un sport que Laura n'appréciait pas forcément. Elle ne pouvait pas en être sûre, mais la française paraissait trop raffinée pour pratiquer ce sport de... Brutes, il n'y avait pas vraiment d'autre mot.

« Vous suivez les cours avec vos professeurs ici? »

Oui, c'était un dernier effort pour changer de sujet. Elle n'était pas sûre qu'il serait utile, mais bon peut-être. En réalité, elle s'en fichait, cela ne la gênait plus tellement de parler de ce qui s'était passé, cela faisait plusieurs mois maintenant et cela appartenait au passé. Au passé? Peut-être pas tant que ça en fait. Meilla n'en avait pas fini des histoires de famille...

~En voyage autour du monde et en couple avec la fille la plus extraordinaire du monde ~
Attention, apparition de carottes hallucinogènes dans le secteur des ornithorynques.

Rencontre inter-écoles  PV 

Laura écoutait d'une oreille distraite ce que Meilla lui racontait. Tout ce qu'elle retint, c'est que c'était bien dommage qu'une fille comme elle ne soit pas allée à Beauxbâtons. Mais bon. Au final cela ne changerait pas la face du monde.
Cette jeune fille semblait avoir quelques soucis de famille, on du moins des histoires à régler à ce niveau là. Histoires qui ne regardait finalement en rien Laura qui se contenterait probablement de prévenir Clémence qu'elle avait croisé sa cousine. A elle d'en faire ce qu'elle voulait ensuite.

Laura jeta un coup d’œil vers le carrosse de Beauxbâtons. Constance Luneau venait d'en sortir, descendant doucement les quelques marches qui la séparait du sol et semblait attendre quelque chose, la tête haute et le regard froid, alors que quelques élèves de la délégations convergeaient doucement vers elle. Le temps était passé plutôt vite...


« Vous suivez les cours avec vos professeurs ici? »

La jeune française reporta son attention sur Meilla dont la curiosité semblait plus poussée par le désir de changer de sujet que par la réelle envie d'en connaître davantage sur le fonctionnement de ses invités, mais Laura ne s'en formalisa pas. Ce n'était pas la première fois qu'on lui posait ce genre de question et elle répondit d'un ton nonchalant, en gardant un œil sur sa directrice.

« Ce sont les directrices Luneau qui nous font cours ici. Nous ne sommes pas beaucoup d'élèves à être venus, donc nous faisons classe presque tous ensemble. Elles continuent le programme de base afin que nous puissions passer nos examens. Et puis on assiste aussi à certains de vos cours si on a envie. J'ai assisté à certains cours de Soins aux Créatures Magiques et de Botanique aussi. Ceux qui ne me demandent pas de rester enfermée dans vos salles, en fait... ajouta-t-elle en jetant un œil morne sur le grosse bâtisse sombre »

Laura avait bien tenté d'assister à un cours de Défense contre les Forces du mal afin de constater un peu les différences entre les techniques d'enseignement de son école et celles de Poudlard, mais rester enfermé une heure entre ces quatre murs froids et lugubres ne lui avait absolument pas plu, et c'est d'un pas pressé qu'elle avait quitté la salle de classe afin de regagner le hall d'entrée. Depuis, elle s'était contenté de participer à des cours dans le parc.
Alors que la jeune fille finissait son explication, une fille de Beauxbâton qui trottinait vers le carrosse l'interpella.


« Laura, dépêche ! Le cours de sorts va commencer, et j'ai pas l'impression que Luneau soit de bonne humeur. »

L'adolescente hocha la tête et se tourna vers Meilla.


« Je vais te laisser, j'ai cours. Je passerai le bonjours à Clémence de ta part si tu veux, je la croiserai sûrement avant les vacances quand on repartira en France. Laura hésita un peu avant d'ajouter : si jamais tu as envie qu'on discute un de ces quatre, n'hésite pas. T'as l'air plutôt sympa, ça me fera passer le temps. »

Elle gratifia la Serdaigle d'un léger sourire et tourna les talons, rejoignant le carrosse sous le regard sévère de Constance Luneau qui la regarda monter les quelques marches les lèvres pincées.

Rencontre inter-écoles  PV 

Laura expliqua le fonctionnement de leurs cours ici, à Poudlard avant de se tourner dans la direction d'une fille qui l'appelait de loin. Visiblement, leur directrice avait quelque chose à leur transmettre, et Meilla se doutait qu'il valait mieux ne pas la faire attendre si on tenait à ne pas se faire réprimander. Elle comprenait tout à fait que Laura veuille prendre congé, si miss Loewy l'avait appelée, la rouquine aurait fait de même.

« Je vais te laisser, j'ai cours. Je passerai le bonjours à Clémence de ta part si tu veux, je la croiserai sûrement avant les vacances quand on repartira en France. Si jamais tu as envie qu'on discute un de ces quatre, n'hésite pas. T'as l'air plutôt sympa, ça me fera passer le temps. »

Cette discussion avait vraiment été une bonne chose. La Serdaigle avait assouvi un petit peu sa curiosité en apprenant comment se déroulaient les cours pour leurs invités ici dans son école, et également un peu plus sur le fonctionnement de l'école française. Par ailleurs, elle avait aussi découvert que Laura était une fille très sympathique, qui malgré son air froid extérieur était en réalité surtout en manque de Beauxbâtons. En y réfléchissant, cela était logique. Tout était différent ici. Rien que le climat changeait. Quand elle était arrivée en Angleterre, c'était la deuxième chose qui avait paru le plus compliqué à Meilla, après la barrière de la culture anglaise, s'adapter à un climat plutôt humide. Par rapport au climat chaud et plutôt sec de son petit village provençal, il y avait une différence plutôt grande pour une petite fille comme elle.

D'ailleurs, la jeune fille se demanda d'où pouvait bien venir Laura? Elle aurait dû lui demander, mais il était trop tard, la française attendait sûrement de pouvoir rejoindre les siens après un petit salut de son interlocutrice de ces dernières minutes.


« J'ai été ravie de discuter avec toi. Nous aurons sûrement l'occasion de nous recroiser! En tout cas, bon courage pour la suite de l'année. »

Elles prirent congé l'une de l'autre, et la rouquine continua de marcher dans le parc. Là-bas, sous les arbres se trouvait un petit couple bien mignon de sixièmes années. C'était mignon, mais elle espérait ne pas tomber amoureuse tout de suite, manquerait plus que ça, elle avait bien assez de problèmes toute seule sans rajouter par dessus des éventuels problèmes de couple. Et puis il était hors de question que quelqu'un voit sa famille telle qu'elle était actuellement. En réalité, plus personne ne lui parlait du côté de sa mère, et elle ne parlait plus à son père. C'était comme si elle n'avait plus de famille de puis le début de l'année et elle n'avait vraiment pas envie de devoir expliquer le pourquoi du comment à qui que ce soit. Quelques personnes étaient bien évidemment au courant de ce qui s'était passé. Des personnes qui n'étaient d'ailleurs plus là pour le dire à qui que ce soit. Dit comme ça, on dirait vraiment que Meilla a tout fait pour les éliminer, mais non, ils ont juste disparus. Le professeur Collins, Célia, Eli... Aucune d'entre elles était encore à Poudlard, ce qui signifiait que plus personne n'était au courant de toute l'histoire. Tant mieux, elle ne voulait pas qu'on la prenne en pitié.

Bref, tout cela pour dire qu'elle ne pensait pas avoir un copain de si peu... Le futur démentira tout cela, et elle-même ne se rappellera plus avoir eu ces pensées.


Reducio
Merci pour le Rp :)

~En voyage autour du monde et en couple avec la fille la plus extraordinaire du monde ~
Attention, apparition de carottes hallucinogènes dans le secteur des ornithorynques.