Parc

Inscription
Connexion

Dessine-moi une danseuse  Libre 

La journée promettait d'être belle. D'un ennui mortel, mais belle. Dakota détestait ces jours qui n'avaient rien d'excitant, ces jours où rien d'aventurier, rien d'anormal n'était prévu. Certes, me direz-vous, l'anormal arrive dans des moments que l'on pense les plus banals. Mais il arrive aussi que l'anormal ne pointe jamais le bout de son nez.

Dakota était donc en train de sortir de son dernier cours de la matinée – et, accessoirement, de la journée – quand elle fut assaillie par ses drôles de pensées. Il faut comprendre que pour la jeune Miss Roth, une journée sans découverte, c'est comme un gâteau sans cerise, ou comme un livre sans mot, ça n'a absolument aucun intérêt. Les élèves la bousculaient, certains grognaient derrière son dos en lui faisant comprendre qu'elle devait bouger ses deux petites fesses des portes pour pouvoir laisser sortir tout le monde. Mais l'effroi était en train de la prendre : et si, réellement, Dakota Roth ne trouvait rien à faire aujourd'hui ? C'était sa première semaine à Poudlard, et, pour l'instant, elle avait toujours trouvé de l'occupation : le premier jour, elle s'était baladée dans tout le château à la recherche de chaque pièce (mission qu'elle n'a qu'à moitié réussi) ; le deuxième jour, elle s'était promise d'aller à la Bibliothèque afin de s'enivrer de l'odeur puissante des reliures en cuir ; le troisième jour, elle avait découvert la joie de jouer aux Bavboules et de terminer toute sale à force de perdre.

Mais aujourd'hui, Dakota savait ce qui l'attendait, et elle en avait peur. Il faudrait bien qu'un jour ou l'autre, elle soit face à des personnes réelles et qu'elle leur parle. Qu'elle leur explique qui elle est, ce qu'elle est, bref, qu'elle entame une discussion. Le problème n'était pas de parler, Dakota avait appris à le faire depuis déjà quelques années. Le problème était de parler avec quelqu'un d'inconnu. En fait, si Dakota était si curieuse, si survoltée à longueur de temps, c'est sûrement parce qu'elle avait peur se de retrouver face à d'autres personnes, et que ces gens aient envie de lui… parler.

Non pas qu'elle soit associable, la petite Roth, non, juste qu'elle n'avait pas eu l'habitude de vivre avec des gens. Elle était fille unique, sans réel repère géographique stable. Elle n'avait, en plus, jamais réellement connu la magie. Bref, elle se sentait un peu comme une minuscule fournis dans cette grande fourmilière qu'était Poudlard, et elle ne se sentait pas prête à se faire une place. Du moins, elle ne s'en sentait pas capable.

Voilà, Dakota était stressée. Et comme à chaque fois qu'elle était stressée, il fallait qu'elle trouve une distraction. Le couloir où elle était, au rez-de-chaussée, donnait sur le Parc, aussi la jeune fille n'hésita pas une seconde de plus. L'air était encore doux en ce début de mois de septembre, aussi la Serpentard sauta sur l'occasion et se trouva un petit coin d'herbe et d'air à l'écart.

Quand les choses n'allaient pas, les parents de Dakota lui avaient toujours appris à se détendre et faire le vide dans son esprit. Dakota y arrivait très bien, notamment quand elle dansait. Non pas qu'elle aimait la danse plus qu'autre chose. Seulement, ses parents étant danseurs, elle était bien obligée d'avoir un peu de ça dans les veines. Elle déposa son sac près d'une racine, et commença à s'étirer. A quoi bon se faire des amis, était-ce si utile que ça ? De toute manière, il ne lui restait que… sept ans à faire dans cette école, elle y arriverait très bien sans aide.

Un, deux, trois, quatre. Les pieds de Dakota commencèrent à se mettre en mouvement, sans que celle-ci ne fasse réellement attention aux acrobaties qu'ils réalisaient. Tout ce que voulait la jeune fille, c'était se vider l'esprit et ne penser à rien d'autres qu'aux mois d'étude qui lui restait à réaliser, ou à endurer ici.

Ses pieds cessèrent soudain brutalement, tandis que le cou de Dakota opéra un mouvement brusque vers l'arrière. Un bruit les avait perturbés. La jeune vipère cessa tout bruit et tout mouvement, se demandant si elle avait rêvé ou non. Dans un sens, au fond d'elle, la jeune Dakota priait pour que quelqu'un sorte de sa cachette improvisée et l'aide à se frayer un chemin parmi les obstacles du monde magique.

Journaliste aux Chroniques du Sale Hasard ❋ Proud to be a Slytherin.
« On ne se méfie jamais trop de qui sait lire et écrire. »

Dessine-moi une danseuse  Libre 

Perchée sur une branche, Annabeth observait le parc en silence. Elle avait finit son dernier cours un peu plus tôt et des Serpentard chahuteurs l'avaient découragée d'aller s'installer à la bibliothèque comme à son habitude. Le temps clément et doux pour la saison l'avait poussée à aller découvrir le parc. A vrai dire, elle n'était pas beaucoup sortie du château depuis son arrivée, préférant rester dans sa zone de confort et s'était contentée d'aller en cours avant de se cacher dans un coin de la bibliothèque lorsqu’elle avait du temps libre. Discuter avec des nouvelles personnes ou même discuter tout court n'avait jamais été une de ses qualités et avec une mère institutrice qui lui avait fait l'école à la maison et 4 frères et sœurs pour l'entourer, Annabeth n'avait jamais eu besoin de le faire. Elle était un peu perdue dans cette grande école et de tout ce qu'elle connaissait, étant issue d'une famille moldue, tout ici lui paraissait étranger et effrayant, et elle avait préférée ne pas se mêler aux autres élèves qui semblaient si à l'aise et bavards.

En sortant dans le parc cette fin d'après midi là, Annabeth remarqua donc pour la première le grand chêne qui se dressait dans un coin. Le cottage de ses parents au nord de l'Angleterre en possédait un semblable et elle avait l'habitude de s'y réfugier quand ses frères et sœurs discutaient trop fort, ou juste pour lire. Une bouffée de soulagement l'avait emplie et elle avait entrepris de grimper à cet arbre, sa sacoche accrochée à l'épaule. L'ascension fut rapide et elle pu profiter d'une vue imprenable sur le parc tout en étant à l’abri des regards. De son perchoir le parc paraissait calme et tranchait avec le bruit constant dans le chateau.
Pourtant, quelques minutes plus tard elle entendit remuer en dessous d'elle et découvrit avec surprise une élève au pied de l'arbre.


*Zut, elle était coincée désormais, elle allait devoir la saluer au moins pour se faire remarquer.*

Elle était toujours entrain de se demander comment lui faire remarquer sa présence quand la jeune fille se mit à ... danser ? Annabeth resta sans voix face à cette action imprévisible. Elle ne connaissait rien à la danse mais cette fille était incroyablement gracieuse et se prit à l'observer en silence. Malheureusement elle fit cracher une branche avec sa main en se déplaçant pour mieux voir et la jeune fille stoppa net, à l'affut de l'origine de ce bruit.

*Bien, maintenant elle était obligée de parler ...*

Après une vague hésitation elle se fit violence et toussotât légèrement :
"Hum, désolée ... Je ne voulais pas t'espionner... J'étais là et... et ... hum"

Méfait accomplit, retour à la bibliothèque !

Dessine-moi une danseuse  Libre 

L’intruse était blonde. L'intruse avait l'insigne du lion rugissant. L'intruse était donc une Gryffondor. Dakota n'avait aucune haine pour les Gryffons, mais cette animosité légendaire entre Godric et Salazar l'avait fait rire quand elle en avait entendu parler, durant ses premiers cours d'Histoire de la Magie. Malgré ses origines sorcières, elle ne savait rien sur Poudlard, ce qui posait problème, notamment quand les rares personnes avec qui elle discutait apprenaient qu'en réalité, elle était sorcière et non moldue.

Dans tous les cas, Dakota s'était arrêtée. Elle fixait la nouvelle venue qui était perchée dans le chêne servant – logiquement – de repaire à la vipère, et qui avait causé ce léger bruit, qui venait en fait d'une branche cassée. Elle gisait maintenant à terre, vestige comme un autre dans le Parc de Poudlard. Le duel de regard dura de longues secondes, la Gryffondor se demandant certainement quoi faire face à cette folle furieuse dansant toute seule et qui lui lançait des foudres par les yeux. Elle se redonna du courage en toussant délicatement, avant d'entamer la conversation :


« Hum, désolée ... Je ne voulais pas t'espionner... J'étais là et... et ... hum » 

La Gryffondor semblait soit apeurée, soit vraiment gênée. Non, la deuxième solution était sûrement la bonne : quelle que soit la couleur du blason de Dakota, celle-ci avait une tête d'oisillon tombé du nid, on aurait pu la confondre avec une de ces poupées trop mignonnes que l'on vendait dans les magasins moldues… Quoique, en y pensant, la plupart des films moldus étaient basés sur des poupées flippantes, genre qui marchent toutes seules et qui vous... Eurk. Dakota était-elle flippante ? Non, bien sûr que non…

Elle était rigolote la petite lionne, de sa place. Elle ressemblait davantage à un petit écureuil qu'à un lion d'ailleurs. Ou, à la limite, un lynx, pour rester chez les félins… Elle semblait être agile de ses mains et toute fluette, ce qui était un avantage considérable si elle était amenée à vivre dans une forêt. Même s'il n'y a plus beaucoup de monde qui vit dans les forêts de nos jours, si on exclut les nymphes, les Amazones, les centaures et autres bestioles mythologiques. En tout cas, Dakota se doutait bien qu'elle n'était pas assise les fesses sur une branche simplement pour l'espionner : cela n'aurait strictement aucun sens. Et de toute manière, elle semblait sincère.

La Serpentard s'appuya donc contre l'arbre et la fixa intensément du regard. Elle n'avait pas voulu du visite, mais au fond d'elle, la jeune Serpentard savait que même si elle tentait de jouer les dures, comme une vraie Serpentard d'autrefois, elle se le reprocherait immédiatement. Et puis, elle n'avait pas souvent l'occasion de discuter avec des personnes, autant profiter de l'instant.


« Ne t'inquiète pas, tu m'as l'air plus douée en escalade qu'en espionnage de toute manière ! »

Dakota accompagna ses paroles d'un petit rire, histoire de faire comprendre à sa camarade-écureuil qu'elle ne lui en voulait pas et qu'au contraire, sa présence était arrivée comme une bénédiction pour l'associable qu'était Dakota.

« Il faudra que tu m'apprennes à grimper comme toi, ce doit être amusant de tout voir de là-haut ! »

Journaliste aux Chroniques du Sale Hasard ❋ Proud to be a Slytherin.
« On ne se méfie jamais trop de qui sait lire et écrire. »

Dessine-moi une danseuse  Libre 

Annabeth avait cru finir foudroyée sur place lorsque que la danseuse - qui s'avérait être une Serpentard d'après les couleurs qu'elle arborait - avait enfin finit par la découvrir, mais après avoir trouvé le courage de parler, cette dernière avait semblé se détendre un peu. A vrai dire, une fois l'orage dans ses yeux dissipé, l'inconnue n'avait plus l'air si effrayante. Intimidante aurait été plus le mot adéquat. Vu d'en haut, l'inconnue semblait avoir une forte présence. Annabeth déglutit, observant la jeune fille avec gêne et peut être une pointe de peur. Comment se faisait-il qu'elle se retrouve dans cette situation après avoir tout fait pour l'éviter justement ? Il lui sembla qu'une éternité passa avant que la jeune fille ne prenne la parole :

« Ne t'inquiète pas, tu m'as l'air plus douée en escalade qu'en espionnage de toute manière ! »

Cette remarque arracha un petit sourire à Annabeth. Voilà qui était inhabituel. Elle n'avait jamais vraiment rencontré de personne de son âge et son cercle de connaissances s'était toujours à peu près résumé à sa famille. Peut être était-ce le moment d'affronter son appréhension, cette fille n'avait pas l'air si terrible finalement.

« Il faudra que tu m'apprennes à grimper comme toi, ce doit être amusant de tout voir de là-haut ! »

Cette fois Annabeth sourit franchement, penchant légèrement la tête sur le côté pour jauger la Serpentard avant de balancer ses jambes dans le vide pour attraper une branche plus basse. Il ne lui fallut que quelques secondes pour redescendre de son perchoir, se laissant porter par les branches le long du tronc. Elle finit sa descente en sautant à pieds joints au sol, se réceptionnant en position accroupie, les mains posées sur le sol au pied de l'arbre. Elle se redressa lentement, faisant face à l'inconnue. Maintenant qu'elle lui faisait face, Annabeth se demandait comment elle avait pu être effrayée par cette fille. Elle avait un visage poupon et ses yeux semblaient rassembler toute l'innocence du monde. En fait, à cet instant la jeune fille la détaillait à son tour et Annabeth trouva le courage de soutenir son regard; après tout elle allait bien devoir adresser la parole à un autre élève, autant commencer par une personne qui ne la terrifiait pas par son exubérance. Luttant contre sa nature elle sourit légèrement :

"Tant que tu ne me voles pas mes cachettes ... Annabeth, ajouta-elle en regardant la jeune fille droit dans les yeux"

Méfait accomplit, retour à la bibliothèque !

Dessine-moi une danseuse  Libre 

Le petit écureuil scrutait intensément Dakota, comme pour la jauger et savoir si elle était digne de voler de branche en branche et de squatter ses plates bandes. La jeune vipère remarqua même un petit sourire se former sur le coin de ses lèvres. Cela voulait dire que la discussion allait dans le bon sens. Comme pour prouver que les pensées de Dakota étaient les bonnes, la lionne décida de quitter son nid. Avec une agilité effarante, elle se balança et sauta sur ses pieds, en atterrissant parfaitement et accroupie sur le sol ferme du Parc de Poudlard. Elle se releva lentement de sa position, sans quitter Dakota des yeux, qui commençait à se dire qu'elle venait de rencontrer un spécimen assez spécial, tout de même. L'air dans les yeux de sa camarade rouge changea soudain : elle n'avait plus l'air d'être un petit animal craintif se cachant des yeux du monde extérieur sur sa branche. Elle semblait davantage sereine : peut-être avait-elle remarqué que la Serpentard était tout bonnement normale, et petite, par-dessus le marché !

La Gryffondor sembla hésiter – peut-être la vieille haine entre lions et serpents allait-elle refaire surface – mais elle prit tout de même la parole, afin de répondre à la proposition de Dakota :


« Tant que tu ne me voles pas mes cachettes... »

La jeune lionne était méfiante, mais aussi terriblement protectrice envers ce qu'elle devait considérer comme étant son domaine particulier, privé, qu'elle seule connaissait et dont elle avait l'entière garde. Dakota comprenait sa réaction, malgré qu'elle la trouve comique. Elle se tourna pour regarder l'arbre à côté d'elles, qui était immense : c'était d'ailleurs pour cela que la verte l'avait choisi, afin d'être tranquille et loin des regards indiscrets. Et la Gryffondor avait dû le choisir car il était grand, spacieux et plein de surprise.

Cette idée de grimper aux arbres et de voir Poudlard sous un nouvel angle lui plaisait bien, à Dakota. En fait, elle avait d'abord lancé ce projet sans grande conviction, seulement pour faire croire à sa camarade qu'elle avait une certaine répartie et pour ne pas couper court à la conversation. Mais, en y pensant de plus en plus, cela était plus ingénieux… Dakota devait aller jusqu'au bout des choses, à la fois parce que sa camarade, bien qu'étant rouge, avait l'air d'être plutôt sympathique, mais aussi parce que, zut à la fin, elle était à Poudlard, l'endroit où tout est possible !

La Serpentard tendit alors l'une de ses mains – elle avait vu son père avoir le même geste lorsqu'il rencontrait des personnes importantes – et déclara, sur un ton qu'elle ne voulait pas trop solennel :


« Alors, je suis ravie de te connaître, moi c'est Dakota. J'espère que tu pourras m'aider à devenir un écureuil, comme toi ».

La main bien tendue vers son interlocutrice or et rouge, la Serpentard soutenait son regard, tout en gardant un petit sourire malicieux, en attendant que sa nouvelle professeur en escalade ne lui réponde.

Reducio
[RPG Bloqué et Interrompu du fait de l'absence d'Annabeth]

Journaliste aux Chroniques du Sale Hasard ❋ Proud to be a Slytherin.
« On ne se méfie jamais trop de qui sait lire et écrire. »