Parc

Inscription
Connexion

Les sucettes qui vont faire un carton!  Libre 

Le parc était inondé de soleil. Le mois de mai ressemblait à un début d'été. Bryn posa le volumineux carton qu'elle portait entre ses mains, et sortit une paire de lunettes de soleil. Elle avait plutôt intérêt à pouvoir regarder où elle marche. Le sol du parc était peu régulier, des racines dépassant un peu dans tout les sens. Cela créait un contraste assez saisissant avec le château où tout était carré, droit, ordonné. Elle n'était pas la seule dans ce parc. Les élèves profitaient de ce dimanche radieux pour un prendre un peu le soleil, discuter sans se soucier des examens qui allaient bientôt arriver. Bryn reprit sa marche, cherchant un coin à l'ombre, frais, discret sans être trop éloigné de la porte d'entrée. Elle finit par trouver son bonheur au pied d'un grand if. Elle posa son carton, et s'assit avec un certain soulagement. L'herbe fraîche lui chatouillait les mains, lui rappelant les moments passés sur sa propre pelouse à observer les insectes qui y évoluaient. Mais l'heure n'était pas aux insectes aujourd'hui. Elle sortit de sa boîte une petite table, ainsi qu'une banderole sur laquelle on pouvait lire : "Sucettes farceuses, 1 gallion les cinq". Elle accrocha la banderole à la table, et disposa les sucettes sur la table, par couleur et par taille. Elle les aligna du mieux qu'elle pu, puis elle observa le résultat. Il n'y avait plus qu'à attendre les potentiels acheteurs.
Elle regardait la foule, sans savoir comment les attirer vers son stand. Elle n'était pas experte en ce genre de chose, et elle se voyait mal crier à travers le parc. Déjà, il allait falloir qu'elle parle à des inconnus. Inconnus qui s'apprêteront à acheter des sucettes en carton. C'était à se demander comment Bryn avait pu en arriver là. Elle ne cherchait pas la richesse, elle n'avait pas l'intention de tenir un commerce plus tard. Et elle n'avait pas quispécialement besoin d'argent. Mais pourtant, elle était là, derrière ce stand, à angoisser, en attendant que quelqu'un vienne l'aborder. Ne sachant pas si elle allait attendre longtemps, elle avait pensé à emporter son sac de cours avec ses devoirs. La jeune Verte avait un peu de mal à suivre les cours. Le rythme était épuisant. Le soir, lorsqu'elle retourne dans sa salle commune, elle n'a plus la force de faire ses devoirs. Elle se contente la plupart du temps de filer dans son dortoir, afin de pouvoir s'écrouler sur son lit. Elle ne mettait pas longtemps à s'endormir. En plus de prendre du retard au niveau scolaire sur ses camarades, cela lui laissait peu d'occasion pour tenter de s'intégrer. Elle attrapa sa plume, et commença à rédiger des réponses pour son devoir de métamorphose. Concentré sur son parchemin, elle n'entendit pas la personne qui s'approcha d'elle.

« Le monde est notre échiquier, et toi, un pion de ma volonté. »
~Capitaine des Crochets d'Argents~
~Serpy du mois de juin 2016~
"Le fromage est infâme ! C'est, à ce jour, mon seul combat !"

Les sucettes qui vont faire un carton!  Libre 

Le soleil était radieux lorsque Vivian sortit du château. Elle soupira, elle venait de passer ses premiers examens et espérait que le résultat serait à la hauteur des efforts qu'elle avait consacré aux révisions. Vivian avait toujours été une élève exemplaire, elle s'était démarquée en cours de Potions et de Défense Contre les Forces du Mal, mais avait connu quelques difficultés en botanique, matière qui ne l'avait que très peu inspirée. Elle avait passé le plus clair de son temps à regarder par la fenêtre espérant le moment où ses pieds pourraient fouler le sol verdoyant du Parc. Elle ne savait pas trop comment résumer cette première année à Poudlard. Elle avait tant attendu ce moment. Depuis sa naissance son père n'avait cessé de faire l'éloge de cette école, là où tous les Darkbloom avaient mis les pieds. Elle avait été envoyé à Serpentard, comme tous les membres de sa famille depuis la création de l'école, ce qui avait fait la fierté de son paternel, pourtant si difficile à impressionner. Elle s'y était tout de suite sentie à son aise. C'était la première fois de sa vie qu'elle se retrouvait avec des élèves, des gens qui lui correspondaient entièrement. Elle avait passé la majorité de son enfance seule, ayant pour seule compagnie un elfe de maison qui l'avait plus ou moins éduqué au vue de l'absence de son père, bien trop occupé à régler des affaires au Ministère de la Magie pour passer du temps dans l'éducation de sa fille unique. Elle avait donc investit durant les premières années de sa jeune vie, la bibliothèque familiale foisonnant d'ouvrages plus intéressants les uns que les autres. Grâce à ces lectures prolifiques, elle avait acquis beaucoup de connaissances et de savoirs, qu'elle avait su remettre au service des cours dispensés à Poudlard. Elle avait été passionnée par l'Histoire de Poudlard, ouvrage qu'elle avait dévoré en deux nuits et trois journées. Elle avait longtemps rêvé de sa vie au château et lorsque le hibou lui avait envoyé sa lettre d'admission, elle avait sauté de joie et n'en avait pas dormi de la nuit. Elle marchait sur les traces de ses ancêtres les Darkbloom, qui avaient au fil du temps marqué l'histoire de la magie. Plusieurs ressortissants de sa famille étaient considérés comme étant des personnages historiques, ayant tantôt eu un rapport avec le pouvoir ou avec l'avancée en termes de recherche magique. Elle voyait en ses ancêtres de véritables modèles à suivre, et était consciente de toute la pression qui pesait sur ses jeunes et frêles épaules.

Elle traversa le Parc, l'humeur joyeuse et vagabonda tranquillement à travers la verdure, à la recherche d'un coin tranquille où elle pourrait s'installer afin de finir le livre qu'elle avait commencé la veille. Il parlait des grandes figures dela sorcellerie anglaise., et plusieurs de ses ancêtres étaient évoqués dedans. Elle s'était arrêté au chapitre qui traitait de l'influence de James Darkbloom, son arrière arrière arrière arrière arrière grand-père qui lorsqu'il avait été à la tête du Magenmagot, avait réformé la justice sorcière. D'après l'ouvrage il avait participé à la création de l'institution des Aurors. Dans l'Angleterre soricère tout le monde connaissait le nom des Darkbloom, notoriété familiale à laquelle elle s'était habituée. Elle repéra un coin un peu ombragé vers lequel elle se dirigea. Elle aperçu alors une jeune fille, en train de gribouiller quelque chose sur un parchemin. Vivian s'approcha d'elle et lui dit d'un ton taquin :

" C'est pas un peu trop tard pour réviser ? "

La jeune fille portait un écusson avec un petit serpent. Elles appartenaient manifestement à la même maison. Vivian l'avait déjà aperçu maintes fois à la table des Serpentards sans jamais lui avoir adressé le moindre mot. A la réflexion, elle ne s'était pas faite énormément d'amis cette année mis à part deux garçons, eux aussi descendants de grandes familles sorcières qu'elle connaissait déjà avant d'entrer à l'école. Ils ne se séparaient jamais tous les trois et ils inspiraient souvent la crainte partout où ils allaient. Il fallait dire qu'Alastor et Dan McQueen étaient impressionnants. Les deux frères faisaient une tête de plus que la majorité des élèves de premières et de deuxièmes années et leur allure de chiens de garde inspiraient la méfiance. De plus, ils n'étaient pas ce que l'on pouvait trouver de plus loquace et sympathique à Poudlard, mais Vivian appréciait leur présence discrète et l'effet qu'ils produisaient sur les autres. Pour une raison inconnue ils la suivaient partout, un peu comme des gardes du corps.


" Moi c'est Vivian. Vivian Darkbloom. Tu es Bryn n'est ce pas ?", dit elle sur un ton nonchalant mais assuré.

"Gloire à Serpentard, le plus grand des 4 de Poudlard ! "

Les sucettes qui vont faire un carton!  Libre 

Personne ne semblait être intéressé par son stand. Mais cela ne déplaisait pas à Bryn. Elle pouvait rattraper son retard sur ses devoirs. Elle se souvenait pas d'en avoir accumulé tant que ça. A l'avenir, elle allait essayer de travailler un peu le soir, histoire de ne pas se retrouver débordé chaque week-end. Elle voyait les autres élèves de son âge passé des moments ensembles, mais elle, elle ne pouvait pas. Bon, dans le fond ça ne lui déplaisait pas de vivre un peu dans son coin, dans son monde. Mais elle avait envie, de se faire quelques amis. Être un peu plus normale de temps en temps. Une fille s'approchait tout doucement de son stand. Bryn plissa un peu les yeux pour mieux la voir. Le soleil la gênait, et elle regrettait de ne pas avoir pensé à prendre ses lunettes de soleil en sortant de son dortoir. La jeune fille qui s'approchait disait quelque chose à Bryn. Bien qu'elle ne la connaisse pas personnellement, elle se souvenait de l'avoir croisé régulièrement. Son écusson indiquait une appartenance à Serpentard, tout comme Bryn. Elle prit à ce moment conscience du peu de socialisation qu'elle pouvait montrer. Cette fille était probablement dans sa classe, mais elle ne lui avait peut-être jamais parlé. La jeune fille était près d'elle maintenant. Elle avait des cheveux bruns, ce qui contrastait avec ses yeux clairs. Cela la rendait assez jolie d'ailleurs. Bryn fit un vague geste vers les sucettes. L'inconnu pouvait bien se servir par elle même. Mais ses intentions semblaient autres.

« C'est pas un peu trop tard pour réviser ? »

*Non mais de quoi elle se mêle celle-là ?* pensa aussitôt Bryn, *Je révise quand je veux d'abord.* Et puis, tout le monde n'était pas obligé d'être une miss parfaite, comme cette fille. Tant que Bryn rendait ses devoirs à temps, elle ne voyait pas en quoi cela pouvait poser problème. Elle prit une grande inspiration afin de se calmer un peu. Si elle se laisser emporter avec chaque personne, elle n'était pas prête de se faire des amis. Elle avait besoin d'être un peu plus sociable. Cette serpentarde ne semblait nullement intéressé par les sucettes en carton. Que venait-elle faire alors ? Bryn ne trouvait pas le prix proposé particulièrement excessif. Et pendant qu'elle tournait dans tous les sens la situation pour essayer de décrypter les intentions de sa camarade, cette dernière reprit la parole.

« Moi c'est Vivian. Vivian Darkbloom. Tu es Bryn n'est ce pas ? »

Comment connaissait-elle son prénom ? Elle ne se rappelait pas l'avoir vu à la Surprise Party, et bien qu'elle se soit fait remarquer lors du WBD, elle n'était pas sûre que tout le monde est suivie avec attention l'événement. Vivian devait être dans sa classe. Elle ne voyait que ça comme explication. Bryn se maudissait intérieurement de ne pas faire un peu plus attention à ses camarades en cours. Elle se souvenait juste d'une Serdaigle dans un cours de potion, notamment parce qu'elle avait combattu contre elle en duel. Mais depuis, elle ne l'avait pas recroisé, ne lui avait pas parlé ; Comment pouvait-elle dire qu'elle la connaissait ?


« Oui, c'est ça. On se connaît ? »


Gloups. Petite boulette. Elle venait d'oublier des étapes de communication. Exit le sourire, exit le ton poli, c'était une voix monocorde, distante, un peu froide qui était sortie de la fillette. Elle avait envie de se ratrapper, mais comment ? Vivian devait déjà avoir un avis négatif sur elle. Elle pouvait peut-être lui proposer des friandises. Elle avait bien après tout, quelques chocogrenouilles dans son sac. Mais Vivian aimait-elle le chocolat ? Bryn n'avait pas spécialement envie de partager ses bonbons avec la première venue. Elle se contenta donc de sourire dans l'optique de réchauffer un peu l’atmosphère. Elle fit un large geste de la main pour montrer son stand.

« Tu veux des sucettes ? »

Reducio

Couleur pour les dialogues: #00941E

« Le monde est notre échiquier, et toi, un pion de ma volonté. »
~Capitaine des Crochets d'Argents~
~Serpy du mois de juin 2016~
"Le fromage est infâme ! C'est, à ce jour, mon seul combat !"

Les sucettes qui vont faire un carton!  Libre 

Vivian se rendit compte qu'elle avait peut-être eu un ton un peu brutal. Mais ce n'était pas sa faute, elle était une sarcastique de nature, et même lorsqu'elle ne l'était pas, son intonation semblait prouver le contraire. La jeune fille leva le nez de son livre et lui répondit alors sur un ton assez froid et sec :

« Oui, c'est ça. On se connaît ? »

En vérité non, elles ne se connaissaient pas. Elle l'avait juste aperçu deux trois fois en salle commune des Serpentards et savait qu'elle partageait la même salle de cours qu'elle. Mais elles ne s'étaient jamais adressées la parole. Vivian aperçu que la jeune fille était assise à côté d'un stand de friandises qui avaient l'air plutôt appétissantes. Vivian ne répondit pas tout de suite, de toute façon Bryn lui proposa une sucette. Elle semblait se détendre un peu elle aussi ce qui mit Vivian dans une meilleure disposition. Elle détestait qu'on la prenne de haut, même si elle-même ne se gênait pas pour le faire avec les autres. Elle répondit à la jeune fille, tout en s'installant à côté d'elle :

" Non merci. Je ne suis pas très sucreries. J'ai des chocogrenouilles par contre si tu veux. Je te les donnes si tu veux, je n'en mange pas. Je sais c'est un peu ridicule, mais je collectionne les cartes. "

Elle tira de sa poche de emballages de la friandise chocolatée et les tendit à sa congénère.

" Promis elles ne sont pas empoisonnées. J'espère que tu n'as pas mal pris ma petite intervention de tout à l'heure. Je disais simplement ça pour introduire la conversation. Je ne suis pas sûre d'être réellement avancée dans mes révisions non plus. "

Ne laissant pas le temps de répondre à Bryn elle reprit :

" ça ne te dérange pas que je m'assois ici ? J'ai bien envie de profiter de ce temps qui s'offre à nous. "

Elle inspira un grand coup, ferma doucement les yeux en attendant la réponse de sa camarade verte.

"Gloire à Serpentard, le plus grand des 4 de Poudlard ! "

Les sucettes qui vont faire un carton!  Libre 

Sa camarade regarda un instant les friandises, avant de commencer à s'installer à côté de Bryn. Elle ne paraissait que peu intéressé par la marchandise.

« Non merci. Je ne suis pas très sucreries. J'ai des chocogrenouilles par contre si tu veux. Je te les donnes si tu veux, je n'en mange pas. Je sais c'est un peu ridicule, mais je collectionne les cartes. Promis elles ne sont pas empoisonnées. J'espère que tu n'as pas mal pris ma petite intervention de tout à l'heure. Je disais simplement ça pour introduire la conversation. Je ne suis pas sûre d'être réellement avancée dans mes révisions non plus. »

Bryn aimait bien les chocogrenouilles, mais elle n'en voulait pas actuellement. Et puis elle en avait aussi dans son sac. Elle montra les siennes dans son sac, et refusa poliment celles qu'on lui offrait. Elle avait bien aimée le rôti de ce midi. L'heure n'était sûrement pas aux grignotages. Les excuses de Vivian lui revinrent en tête. Avait-elle était si désagréable que ça ? Elle ne se rendait pas compte. Mais sa camarade n'avait pas l'air de lui en vouloir. Elle semblait même prendre la faute sur elle. C'était toujours ça de pris.

« Ça ne te dérange pas que je m'assois ici ? J'ai bien envie de profiter de ce temps qui s'offre à nous. »


Non, ça ne la dérangeait pas. Enfin, ça ne la dérangeait pas trop. Si Bryn pouvait choisir, elle serait restée seule dans son coin, surtout que le parc est grand. Mais les mots de son père lui revenait en tête. Socialisation qu'il lui disait. Dès que Bryn voulait s'enfermer quelque part, il lui disait juste ce mot, et Bryn savait ce que cela signifiait. Dépasser ses limites et s'intégrer à la société pour mieux grandir. Alors Bryn acceptait de faire concession, même si l'apport bénéfique n'était pas immédiat.


« Non ça ne me dérange pas. Encore merci pour les chocogrenouilles, mais ce n'est vraiment pas la peine. Ah, et au fait, les sucettes ne sont pas réelles. C'est du carton. Me demande pas ce qui m'a pris de venir vendre ça, je n'en sais rien. »

Elle adressa un petit sourire à sa camarade. Un petit silence s'installa entre elle. Bryn ne savait dire si c'était un silence embarrassant ou non. Elle espérait que non en tout cas. Elle ne savait plus quoi ajouté. L'après-midi risquait d'être longue si elles restaient planté l'une à côté de l'autre sans rien dire. Mais Bryn ne se rappelait comment lancer une conversation stimulante. Elle savait comment faire connaissance en parlant de ce qu'on aime ou de ce que l'on aime pas, mais de là à tenir tout un après-midi... Il fallait tout de même engager la conversation. Son regard se posa sur son devoir de métamorphose. Ce la lui donnait une idée.


« Tu aime les cours ? Tu as une matière préférée ? »

C'était un peu nul, mais au moins, cela pouvait être un début de conversation. Elle commença à réfléchir à sa propre réponse. Elle savait que Vivian risquait de lui retourner sa propre question. Pour choisir sa matière préférée, elle hésitait entre deux : La Défense Contre les Forces du Mal et les Potions.

« Le monde est notre échiquier, et toi, un pion de ma volonté. »
~Capitaine des Crochets d'Argents~
~Serpy du mois de juin 2016~
"Le fromage est infâme ! C'est, à ce jour, mon seul combat !"
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Les sucettes qui vont faire un carton!  Libre 

Sujet verrouillé (délais de 6 mois dépassé) - Si vous souhaitez réouvrir ce sujet, envoyez un hibou à la préfecture ou à un membre du corps professoral.