Parc

Inscription
Connexion
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Créatures entremetteuses  PV Lira Irenion 

Le Parc de Poudlard était un des seuls endroits plutôt calmes de la fameuse école de sorcellerie. Pendant les journées de cours, le château était en effervescence et les couloirs totalement bondés des cris et rires des petits sorciers en herbe. Cette ambiance animée était jubilatoire et il était difficile de résister à la joie des nouveaux arrivants. Saalen faisait partie de ces derniers, mais si l'agitation lui était tout à fait bénéfique concernant les devoirs, elle l'était un peu moins quand il s'agissait de faire de nouvelles rencontres. Cela faisait un moment que la sociabilité de la jeune Poufsouffle s'était égarée et elle avait oublié comment aborder les gens de façon engageante. Elle qui était jadis la coqueluche des cours de récré, sa côte de popularité avait bien chuté. Saalen avait longtemps pensé que Poudlard l'aiderait à retrouver sa joie de vivre, mais elle devait se rendre à l'évidence : la compagnie, ce n'était pas pour elle, et les sept prochaines années de sa vie allaient se dérouler à l'effigie des deux dernières, c'est-à-dire seule. Et d'un côté, elle se disait que ce n'était pas plus mal, puisque ça lui permettait de se consacrer pleinement à ses études et de peut-être, un jour, atteindre son but, sans être distraite par les évènements futiles de l'enfance et de l'adolescence.

Ainsi, quand la pression et les désillusions se faisaient trop fortes, la Poufsouffle aimait se réfugier dans le Parc du château, accompagnée de son animal de compagnie, Xuhdob, un jeune hibou qu'elle avait reçu comme cadeau par feu sa nourrice Eren en vue de son entrée à Poudlard. Cela avait été le coup de foudre immédiat entre elle et l'animal : il avait un pelage roux strié de plumes noires sans lesquelles on le confondrait presque avec le soleil lorsqu'il les déployait dans le ciel illuminé. Mais ce qui l'avait le plus déstablisé, c'était ses yeux, deux grandes billes noires pleines de sagesse qui semblaient pouvoir lire au plus profond de son âme. Le hibou incarnait non seulement le dernier souvenir d'Eren mais aussi son seul ami à Poudlard.

Saalen était en train se penser au pathétique de sa situation, adossée au rebord pierreux de son pont favori sur lequel Xuhdob était perché, lorsqu'une espèce de boule de poils roses se jeta sur elle. Elle retint son souffle et sortit prestement sa baguette, prête à faire face à la créature qui ne semblait pas vouloir lâcher son visage. Elle s'apprêtait à lancer un
Lashlabask, sort qu'elle venait d'apprendre en cours de Défense contre les Forces du Mal, lorsqu'elle entendit un cri strident qu'elle reconnut comme être celui de son hibou. Le coeur de Saalen arrêta de battre un instant et elle se figea. Ce cri se dirigeait tout droit vers l'obscurité de la Forêt Interdite.
Pas d’avatar
Lira Irenion  

Créatures entremetteuses  PV Lira Irenion 

Le parc. Lira aimait définitivement ce lieu. Elle s'y promenait souvent pour se changer les idées après une longue journée de cours.
La jeune fille avait toujours aimé la nature, ayant toujours vécu dans de grandes villes entourées de pollution et de béton, ses moments en compagnie de la nature étaient pour elle, rares et précieux.
Depuis son arrivée à Poudlard, elle passait le plus clair de son temps dans le Parc, allongée dans l'herbe à observer le ciel, les arbres bougeant au grès du vent, le Lac au loin, luisant sous les reflets du Soleil, les oiseaux volant libre comme l'air. Lira enviait ces oiseaux, elle avait toujours voulu voler, sentir le vide sous ses pieds, le vent passer dans ses cheveux, elle avait même penser à rejoindre l'équipe de Quidditch de Gryffondor mais elle s'était vite ravisée. La jeune fille est bien trop maladroite pour cela, hier encore, elle avait cassé une fiole en cours de potions, par chance la professeure ne l'avait pas remarqué et la jeune Gryffondor en avait profité pour utiliser le sortilège de Réparation appris quelques jours auparavant en cours de Sortilège.
Lira abandonna alors tout espoir de faire partie de l'équipe.


La première année se promenait dans le Parc depuis plus minutes, elle était accompagnée de son Boursouflet Askuqot. Elle l'avait acheté quelques jours avant son arrivée à Poudlard et depuis ce jour, il ne quittait plus son épaule.
Lira n'avait pu lui résister, elle trouvait cette boule de poile trop attendrissante.
La jeune fille rêvassait quand elle sentie un poids en moins sur elle, c'est alors qu'elle remarqua que son Boursouflet avait quitté son épaule. Elle le vit allait à tout allure dans l'herbe et se mit à courir après lui. La boule de poile la faisait tourner en rond, n'étant pas très sportive, Lira était déjà à bout de souffle mais ne pouvait s'arrêter. La jeune Gryffondor remarqua alors que son Boursouflet se dirigeait vers une jeune fille blonde. Elle accéléra le pas et entendit un cri strident mais ni prêta pas attention trop concentrée dans sa course-poursuite.
Arrivée devant la jeune fille, elle attrapa son Boursouflet et observa la personne devant elle. C'était une jeune fille blonde au yeux verts, elle remarqua au couleur de sa tenue qu'elle appartenait au Poufsouffle. La blonde semblait paniquée, Lira essayait tant bien que mal de reprendre son souffle et quand ce dernier était à peu près redevenu normal, elle adressa la parole à la Poufsouffle.


Je...je suis désolée, mon Boursouflet ne t'a pas trop fais peur j'espère ?
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Créatures entremetteuses  PV Lira Irenion 

Saalen avait déjà entendu parler de la Forêt Interdite. C'était un endroit plein de créatures en tout genre et plus ou moins dangereuses, un lieu obscure où les élèves de Poudlard n'avaient pas le droit de s'aventurer, dans leur propre intérêt. Toutes sortes d'histoires circulaient à son sujet, plus ou moins farfelues et vérifiées. Il y avait la simple escapade d'un élève en pleine nuit, après le couvre-feu, qui cherchait à faire son intéressant. Sa petite balade de minuit n'avait pas duré cinq minutes qu'il s'était enfui de la forêt en hurlant, ce qui lui avait valu d'être repéré par le concierge. Il avait été sévèrement puni par son Directeur de Maison, qui l'avait non seulement porté coupable du retrait de 50 points au sablier de sa maison, produisant l'effet inverse sur ses camarades qu'il souhaitait impressionner en entreprenant sa petite balade, mais l'avait également assigné à certaines tâches assez désagréables dans la Forêt, puisqu'il tenait tant à s'y aventurer. Le tout en compagnie du concierge lui-même, ce qui représentait sûrement la pire partie de la punition. Il y avait aussi des histoires plus morbides, comme l'hécatombe de licornes, vidées de leur précieux sang, qui avait défrayé la chronique il y a quelques dizaines d'années. Il ne faisait aucun doute que son pauvre hibou ne survivrait pas longtemps dans un lieu si hostile.

Alors que la jeune Poufsouffle s'imaginait le pire, le Boursouflet, toujours accroché à sa tête, poussa un petit cri de protestation et se détacha de son visage. La lumière piqua les yeux de Saalen. Elle plissa les yeux, tentant de discerner plus clairement la silhouette essoufflée qui se tenait face à elle. C'était une jeune fille d'à peu près son âge, une Gryffondor d'après son uniforme bordé de rouge et d'or. Mais Saalen n'eut pas besoin de voir le blason des Courageux pour identifier Lira Irenion. En effet, la Première Année passait difficilement inaperçue avec ses longs cheveux d'un rose aussi vif que sa personnalité. Avant de l'apercevoir à plusieurs reprises dans les couloirs, dévalant les escaliers dans un éclair rose bonbon, la Poufsouffle pensait que cette couleur de cheveux était une légende Moldue mais avait toujours trouvé cela absurde, pensant que seuls les pires demeurés des non-sorciers pouvaient arborer une telle excentricité en publique, sans honte. Elle se souvint qu'elle s'était sentie naïve, presque honteuse d'avoir eu de tels préjugés lorsqu'elle avait pu l'approcher de plus près en cours de Potions, que les Gryffondors et les Poufsouffles partageaient. Elles avaient réalisé leur second devoir en binôme, et bien que Saalen s'était gardée de faire la discussion, Lira avait été très patiente et avait grandement participé à la rédaction du devoir pour lequel elles avaient obtenu un Optimal. Malgré son énergie débordante et ses idées un peu trop farfelues, la Poufsouffle avait apprécié travailler avec la jeune fille.

Les grands yeux d'un bleu profond de Lira l'observaient d'un air soucieux, et Saalen crut y discerner une pointe de crainte. Elle se redressa, ignorant la main que la Gryffondor lui tendait, et se maudit aussitôt mentalement. C'est sûr qu'en agissant ainsi, elle ne risquait pas d'attirer foule. Elle tenta de détendre les traits de son visage irrité et esquissa un sourire, qui ressemblait plus à une grimace qu'autre chose. Elle se tourna vers la Forêt Interdite, cherchant Xudhob des yeux, mais celui-ci avait disparu, et l'angoisse s'introduisit dans le coeur de Saalen. Que penserait Eren si elle voyait que Saalen avait laissé échapper l'animal aussi facilement ? Elle qui la prenait pour une personne soucieuse et vigilante - parfois même un peu trop, comme elle aimait le répéter, elle serait bien déçue de sa petite protégée.

Alors que la jeune fille cherchait un moyen de retrouver son hibou, Lira, qui avait repris son souffle, engagea la conversation.


"Je...je suis désolée, mon Boursouflet ne t'a pas trop fais peur j'espère ?"

Saalen se détourna de la Forêt et baissa les yeux vers l'eau qui coulait sous le pont de pierre, bien plus paisible que l'image de la petite blonde qui s'y reflétait. Elle inspira, expira, et renouvela le manège plusieurs fois, le temps de se calmer et de réfléchir clairement et calmement. Un silence pesant s'était installé, et la Gryffondor commençait à se tortiller, gênée par la situation. Saalen essaya de se convaincre que la jeune fille ne pensait pas à mal avant de répliquer, un peu plus sèchement qu'elle ne l'aurait souhaité :

"Moi, ça va, je m'en remettrai. Mon hibou, j'en suis moins sûre."
Pas d’avatar
Lira Irenion  

Créatures entremetteuses  PV Lira Irenion 

Lira regardait la jeune Poufsouffle, elle avait eut l'occasion de faire sa rencontre en cours de potions, Saalen et Lira avait due faire un devoir en binôme, leur arrangement avait résulté à un Optimal.
La blonde était plutôt discrète ce qui opposé au caractère enflammé de la jeune fille aux cheveux roses. Lors de la rédaction du devoir la Poufsouffle n'avait ouvert la bouche que pour donner les réponses ou son avis sur celles de Lira.
La rouge avait essayé tant bien que mal de faire sa connaissance mais Saalen ne s'était pas laissée distraire une seule fois. Lira espérait bien que cet échange les reprocherait.
La Gryffondor l'observait en attente d'une réponse, puis Saalen détourna sa tête de la forêt interdite, ce qui intrigua Lira, pourquoi regarde-t-elle là bas ? pensa-t-elle.
Saalen répondit alors, sèchement.


"Moi, ça va, je m'en remettrai. Mon hibou, j'en suis moins sûre."

Soudain, Lira réagit. C'était donc ça, son hibou effrayé par le Boursouflet s'était enfuit dans la forêt interdite. Voilà d'où venait le cri strident. pensa la fillette aux cheveux rose.
La première année fut soudainement prise de remord, à cause de son inattention le hibou de sa camarade s'était enfuit dans ce lieu sinistre qu'il était interdit de franchir.
Lors de son discours, la directrice avait insisté sur le fait qu'il était strictement interdit de franchir la limite de la forêt interdite sous peine de grande représailles. Elle avait entendu des tas de choses sur ce lieu sinistre, on y disait qu'un grand nombre de créatures s'y sont installées. Si Lira devait se méfier d'un lieu dans Poudlard et ses alentours c'était bien celui là.
Récemment, la première année avait entendu dire qu'un garçon avait essayé d'impressionner ses camarades de classe en y pénétrant mais qu'il s'était vite fait attraper par le gardien, elle ne se rappelait plus de son châtiment mais elle se souvint que ce n'était pas un plaisir.
La jeune fille devait à tout pris trouver un moyen de récupérer la créature à plume. Elle qui espérait que grâce à cet échange elle s'en ferait une amie, elle s'était bien trompée. Lira regardait maintenant Saalen avec de grands yeux et s'excusa tout en se mordillant la lèvre inférieure.


"Oh ! Je... Je suis vraiment désolée ! Mon Boursouflet a dû lui faire peur... Je...je vais t'aider ! Il faut qu'on aille voir le concierge ou peut être un professeur ou... Je ne sais pas mais il faut faire quelque chose sinon il ne va pas s'en sortir ! Oh pardon je ne fais qu'empirer la situation à parler sans réfléchir ! Maintenant tu dois être encore plus paniquée..."

La Gryffondor parlait toujours trop vite et s'en voulait d'autant plus en voyant que sa camarade était déjà en panique et qu'elle ne faisait qu'empirer les choses.
Lira avait toujours été franche et n'avait pas sa langue dans sa poche ce qui causait souvent problème, en ajoutant à cela son grand débit de parole.
La rouge regardait la jaune avec un regard désolé, un regard haineux mais surtout empli de panique se lisant sur le visage de cette dernière.
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Créatures entremetteuses  PV Lira Irenion 

Saalen n'avait pas la tête à discuter avec Lira. Elle voulait juste s'éloigner d'elle avant qu'elle ne s'énerve réellement et fasse quelque chose qu'elle regretterait pas la suite. La jeune Poufsouffle n'avait pas un caractère que l'on pourrait qualifier d'affable lorsqu'elle était agacée ou anxieuse. Elle se rappellerait toute sa vie sa première manifestation de magie involontaire : elle avait neuf ans et c'était juste après la mort d'Eren. Elle était en vacances avec ses parents, ce qui, avec leur travail, était un petit miracle en soi, et elle s'était isolée dans le parc de jeu adjacent au restaurant en attendant qu'ils finissent de manger. Réfléchissant tranquillement sur sa balançoire, elle n'avait pas vu le groupe de jeunes Moldus qui venait vers elle, des sourires arrogants sur leurs visages satisfaits. Leur meneur avait des cheveux gras, et Saalen s'était demandé si l'on pouvait atteindre ce niveau seulement en ne se lavant pas les cheveux, ou s'il se les étaient trempés dans de l'huile à frire. Il l'avait interpellé, sûr de lui, et l'avait invitée à se joindre à eux, d'un air qui signifiait qu'elle n'avait pas le choix, car personne ne lui refusait jamais rien. Mais la jeune fille n'avait pas l'intention de suivre qui que ce soit, et encore moins ce soir là. Il s'était alors vexé et avait commencé à se moquer d'elle, de la méchanceté gratuite. Saalen avait senti la colère et l'agacement monter en elle et son sang n'avait fait qu'un tour lorsque le garçon lui avait tiré la joue, comme une grand-mère peut le faire avec ses petits-enfants. Il s'était soudain retrouvé à des mètres d'elle, accompagné de ses acolytes, ne comprenant pas ce qu'il s'était passé, avant de s'enfuir à toutes jambes en jurant. Saalen se souvenait du visage émerveillé de son père qui venait juste de sortir du restaurant et qui avait assisté à la scène. N'ayant jamais vu sa fille produire un quelconque signe de magie, il commençait à penser qu'elle était Cracmol. C'était l'une de seules fois où la jeune fille avait senti qu'il l'aimait vraiment.

Saalen fût sortie de sa torpeur par Lira.


"Oh ! Je... Je suis vraiment désolée ! Mon Boursouflet a dû lui faire peur... Je...je vais t'aider ! Il faut qu'on aille voir le concierge ou peut être un professeur ou... Je ne sais pas mais il faut faire quelque chose sinon il ne va pas s'en sortir ! Oh pardon je ne fais qu'empirer la situation à parler sans réfléchir ! Maintenant tu dois être encore plus paniquée..."

Dans un autre contexte, elle aurait pu penser que la Gryffondor se moquait d'elle. Mais les signes de malaise de la jeune fille ne trompaient pas : elle était vraiment désolée et voulait se racheter. La Poufsouffle soupira et se détendit un peu. Après tout Xuhdob était un hibou et il avait déjà quelques années. Elle espérait juste qu'il serait assez intelligent pour rester loin des créatures hostiles de la Forêt Interdite. Et puis, il fallait dire que la Rouge avait bel air à se dandiner comme un thon et à bafouiller. Saalen releva la tête vers Lira et un sourire en coin moqueur apparut sur son visage. Elle répondit, d'un air amusé :


"Le concierge, sérieusement ?"

Tout le monde savait qu'il ne fallait pas s'y frotter, et encore moins pour une histoire de créature enfouie. Chacun ses problèmes. Celui-ci ne le concernait absolument pas, et il n'hésiterait certainement pas à leur coller une sortie dans la Forêt Interdite, puisqu'elles souhaitaient tant y aller, et en compagnie de sa charmante personne, cela va de soit. Saalen n'avait pas l'intention de revivre la punition de l'élève arrogant, et elle comptait bien éviter le concierge autant que possible durant ses sept prochaines années à Poudlard. Il fallait vraiment être désespéré pour lui demander de l'aide. Mais Lira n'avait apparemment pas entendu parler de l'aimable personnage qu'il était. Elle semblait tellement naïve avec ses cheveux roses bonbons emmêlés sur sa tête et se grands yeux interrogateurs, que Saalen décida de ne pas la laisser cogiter plus longtemps.


"Laisse tomber... Et oublie les adultes. Tu n'aurais pas plutôt une idée pour attirer un hibou ?"

La Poufsouffle n'avait pas non plus très envie de déranger l'un de ses professeurs avec son animal de compagnie, et par la même occasion de nuire à son image d'élève studieuse et soigneuse. De toute façon, il n'était pas certain qu'ils acceptent de perdre leur temps en se lançant à la poursuite d'un hibou farceur qui se cachait dans la Forêt Interdite. Sur ce coup-là, les deux Premières Années allaient devoir se débrouiller seules.
Pas d’avatar
Lira Irenion  

Créatures entremetteuses  PV Lira Irenion 

"Le concierge, sérieusement ?"

À ces mots Lira comprit l'idiotie de son idée. Elle avait oublié qu'il ne valait mieux pas s'approcher du concierge.
C'était un homme très... Étrange. Son nom était Argus Rusard, personne ne savait son âge et Lira ne préférait pas savoir. Il était à Poudlard depuis bien longtemps maintenant et par on ne sait quel moyen, il marche encore dans les couloirs à la recherche des élèves indisciplinés.


"Laisse tomber... Et oublies les adultes. Tu n'aurais pas plutôt une idée pour attirer un hibou ?"

La rouge regardait sa camarde avec étonnement. Comment pourrait-elle savoir ce qui pourrait attirer un hibou ? Il n'est pas à elle, elle ne sait pas ce qu'il aime. Eh puis, Lira a un Boursouflet, pas un hibou...
Elle réfléchissait quelques minutes et se rappelait d'un livre qu'elle avait emprunté à la bibliothèque quelques jours plus tôt, il était sur les animaux et créatures du monde magique.
*Peut-être qu'il contenait des informations sur les hiboux ?* pensa-t-elle.

La jeune fille s'assit dans l'herbe et posait son sac en bandoulière sur ses jambes. Elle l'ouvrit et espérait y trouver son livre, elle n'était vraiment pas organisée et dans son sac se trouvait un bazar monstre. Après quelques minutes de luttes, quelques affaires envoyés baller et des toussotements dus à la poussière, elle mit la main dessus. Le livre avait une couverture en cuire rouge, il était un peu usé et les pages étaient légèrement jaunies. Lira l'ouvrit et feuilletait les pages.
*Hippogriffe, non. Licorne, non. Lutin de Cornouaille, non plus. Mince alors ! Je ne trouve pas les hiboux !*
Elle commençait à s'agacer, elle était presque à la fin du livre et n'avait toujours rien trouvé concernant, de près, ou, de loin aux hiboux. Lira leva la tête vers sa camarade qui commençait à perdre patience et lui lança un regard désolé, elle se mit à mordiller sa lèvre inférieure nerveusement quand elle trouvait la page sur les hiboux.
Un large sourire apparut sur son visage. La jeune fille se levait en un saut, levait son bras gauche vers le ciel et criait joyeusement :


"Ouiiii !! J'ai trouvé !!"

Elle lut rapidement la page à la recherche d'informations sur les hiboux et en conclut que seuls les rongeurs pourraient l'attirer.

"D'après ce livre, seul les rongeurs pourraient l'attirer ! Tu le nourris avec quoi ? En as-tu sur toi ? Il faudrait faire un tas de plusieurs souris et le poser à l'orée de la forêt." Elle lut de nouveau la page et s'arrêtait sur un passage plutôt embêtant. "Hum... Le problème c'est que j'ai également lu qu'ils n'ont pas d'odorat donc il faut faire un gros tas visible !"

La jeune fille insistait sur le mot "visible" et regardait sa camarade en espérant qu'elle accepte l'idée et priait pour que ça marche.