Parc

Inscription
Connexion

A l'ombre des saules  Ouvert 

Cassiopée traversa le parc, l'herbe molle du printemps s'aplatissant sous ses pas feutrés. Le lac, lisse comme une mer d'huile, miroitait sous le soleil, et elle cru voir un hippogriffe se désaltérant au bord d'une rive éloignée. Il flottait dans l'air une odeur fraîche et fleurie, provenant des serres de Botanique qui se situaient non loin de là. Une légère brise faisait onduler les branches des arbres, le bruissement des feuilles apportant une quiétude propre au prémices de l'été.
Des élèves étaient disséminés un peu partout dans l'herbe, par petits groupes, ou en couple, profitant de ces derniers instants d'insouciance avant les examens finaux. Les robes austères de l'hiver étaient depuis longtemps rangées dans les valises, les chemises blanches éblouissantes ayant pris leur place, les cravates dénouées, les bas de pantalon retroussés pour tremper les pieds dans le lac. Le murmure des conversations lui parvenait comme une douce musique annonciatrice d'un frémissement propre à la fin de l'année, une discrète excitation à la perspective des vacances d'été. Des rires s'envolaient dans l'air, comme des bulles éclatantes.

Il faisait bon vivre à Poudlard en ces beaux jours. Cassiopée s'assit dans la fraîcheur de l'ombre d'un saule. Des brindilles craquèrent, et son dos reposa sur le tronc tiède de l'arbre, déposant quelques bouts d'écorces sur ses épaules lorsqu'elle effleura le bois pour détacher ses cheveux qui avaient la couleur d'un champ de blé en été.

Une noisette lui tomba sur la tête, ce qui la surpris : ce n'était ni un noisetier sous lequel elle était installée, ni la saison ! Elle leva les yeux et vit un Botruc la surveiller entre deux feuilles, ses yeux luisant comme de petits scarabées, une noix entre ses doigts pointus. Cassiopée ri, puis se tourna vers son ami, qui s'était installé non loin d'elle, jouant avec un brin d'herbe qu'il coupait entre ses doigts habiles.


" Alors, dit Cassiopée, qu'est-ce que tu voulais me dire ? C'est à propos de Léo ?"

Son ami ne réagit pas tout de suite. Il piqua un fard avant de lever les yeux vers elle. Cassiopée lui donna un sourire doux et franc, l'incitant à la confidence.

C'est dans les nuits les plus noires que brillent les plus belles étoiles.
-Churchill

A l'ombre des saules  Ouvert 

Abraham contemplant le magnifique paysages des alentours du château, il rêvasser assis a cotés de son amie Cassiopé qu'il avait croisé un peu plus tôt dans la journée dans le petit salon de Serdaigle tout en jouant avec un brin d'herbes ramassé a ses pieds. Il faisait chaud, Abraham avait donc rangé sa robe depuis quelques jours, le lac au loin amenée une sorte de fraicheur dans l'air

Cassiopé, profitant du beau temps tout comme Abraham et la plupart des élèves, étais en chemise blanche, manches retroussée et jupe noir, posa soudainement une question à Abraham.

" Alors, qu'est-ce que tu voulais me dire ? C'est à propos de Léo ?"

Abraham n’entendant pas tout de suite ou plutôt en ne faisant pas trop attention au parole de Cassiopé continuer de scruter le paysage devant lui en plissant légèrement les yeux a cause de la lumière du soleil. Il fit la sourdes oreille quelques instant puis, prit un air surpris quand il se rendit compte que quelque secondes auparavant, Cassiopé lui avait adressé la parole.

Il leva les yeux bleu vers elle d'un coup de tête et ses cheveux se jeta en arrière, il la regarda d'un air étonné et demanda:


Pardon ?! Que dit-tu ?

Cassiopé, répéta en rigolant:

Que voulais tu me dire gros naze ? C'est à propos de Léo ?

Abraham cette fois ci a l'écoute répondit:

Ah ! Oui, c'était de lui que je voulais te parler, je trouve qu'il reste de moins en moins avec nous, nous trois étions pourtant si proche au cours de l'année..

Cassiopé, regardant au loin, fit pensif avant de répondre après quelques secondes.[/i]

A l'ombre des saules  Ouvert 

Cassiopée était songeuse. Son ami n'avait pas un comportement habituel. Il était distrait, et ses yeux n'avaient plus la couleur des cieux, mais plutôt celle du glacier. Il semblait dur et fermé. A l'ordinaire, c'était un garçon rieur, terre à terre et vif. Là... depuis quelques temps déjà elle avait remarqué cette distance et avait le sentiment qu'il lui cachait quelque chose. Cela la poussa à s'interroger, Léo était moins souvent avec eux depuis le bal de Noël, et elle savait qu'Abraham voulait en parler. Mais elle était sûre que ce soir là il s'était passé quelque chose. Les deux jeunes hommes avaient eu une conversation en aparté, qui semblait avoir mal finie. Elle n'avait jamais su ce qui était réellement arrivé ce soir là, même si elle penchait vers une rivalité amoureuse entre les deux élèves.

Elle regarda le Botruc qui était descendu du saule et qui courrait maintenant, sa noix serrée contre lui, en direction de la Forêt Interdite. Elle médita en regardant le petit bonhomme s'éloigner. Serai-ce possible qu'Abraham voulait lui révéler ce qui s'était passé avec Léo ? Ou bien une autre chose, la raison de ses tourments, qui les éloignait petit à petit.

Elle se tourna vers son ami et lui demanda de but en blanc :


"Dit moi, je veux savoir. Que s'est-il passé entre toi et lui ? Je n'avais pas besoin de toi pour constater qu'il a pris ses distances, et tu le sais."

Abraham eu un sourire triste. Cassiopée se senti comme dans une bulle. Le parc entier battait de la lente exaltation des beaux jours, mais à l'ombre de ce saule, elle se sentait prise d'une mélancolie inexplicable, qui teintait ses sentiments d'une couleur automnale.

C'est dans les nuits les plus noires que brillent les plus belles étoiles.
-Churchill

A l'ombre des saules  Ouvert 

Abraham le savais bien, il allez devoir avouer a Cassiopé les raisons de la dispute qui avait éclaté entre Léo et lui. Sa n'allait pas être facile a dire, eux qui avait était si soudé depuis le début de leur aventure a l'école des Sorciers. Surtout pour les causes de la dispute qui allait être gênante a avouer a la belle blonde. Oui, c'était vrai, l'amour que ressentait les deux jeune garçon pour Cassiopé était bel et bien ce qui avait causé leur séparation depuis le bal.

On voyait Abraham qui se mordait les lèvres tout en baissant la tête vers ses pied. Après quelques secondes de réflexion, Abraham en conclus qu'il ne pouvais pas dire la vérité sur les raisons de cette dispute. On voyait par ailleurs que Cassiopé avait très envie de connaitre la vérité, les raisons qui avait poussé les garçons a se divisé, de connaitre les paroles qui, ce soir la,sorti de la bouche de ces deux amis lors de leurs conversation au Bal de Noël. Mais c'était décider, Abraham allez inventé une histoire de toute pièce afin de ne pas avouer a Cassiopé, les sentiments qu'il ressentait pour elle.


"Et bien, et bien tu sais, tu sais, dit-il en bégayant légèrement,il, il m'avais fait raté mon évaluation de potions ce crétin, voila, rien de bien méchant. rajouta t'il en souriant lugubrement. Je devrais surement allez lui faire mes excuse d’ailleurs.."

Même si, on le sais, il n'avait pas très envie d’aller faire des justifications a Léo. Car ce soir la, ils ce sont avouer que ils ressentaient de l'affection pour la jeune fille, ce qu'il les a énervé car il la voulais tout les deux pour eux. Pour Abraham, Cassiopé lui appartenais, c’était elle qu'il aimé. Pour Léo, Cassiopé dépendait de lui, depuis le début il avais remarqué ce visage d'ange.
L'expression du visage de la sorcière étais assez froide, assez triste, malgré le sentiment d'excitation d'en apprendre plus il y avait aussi le sentiment de chagrin des événement entre les deux jeune homme. L'atmosphère devenais de plus en plus tendu malgré les rires des autres apprentis sorcier dans le parc, le soleil se cachait derrière des nuages par moment, la pesanteur qui régnait entre les deux étais surement dû a la faible chance qu'Abraham est été très crédible avec son histoire inventé.

A l'ombre des saules  Ouvert 

Cassiopée regarda son interlocuteur. Elle était déçue, mais aussi en colère ; il savait pertinemment que son explication était bancale. Son histoire sur le devoir de Potions ne tenait pas la route, d'autant plus qu'il n'avait jamais excellé dans cette matière. Elle savait qu'Abraham se fichait d'avoir de bonnes notes tant qu'il obtenait une moyenne lui permettant de passer en deuxième année, ce qui était largement le cas.

La jeune sorcière se détourna de son ami. Un léger ressentiment éclos en elle : même entre bons amis, on ne pouvait jamais être sûr que la personne en face soit tout à fait honnête. Elle se sentait un peu trahie, Ab l'avait emmené ici pour lui parler, mais au final ils s'embourbaient dans une discussion stérile et hypocrite. Elle songea qu'il aurait dû trouver autre chose à lui raconter plutôt que d'aborder le sujet de Léo s'il ne voulait pas réellement lui en parler.


"Je vois." lâcha-t-elle finalement.

Sa voix était dure et tranchante, ne laissant pas de doute sur le sentiment de frustration qu'elle éprouvait. Elle regretta un peu cette intonation blessante, mais était trop agacée pour s'excuser.

Elle pensa alors au secret qu'elle avait partagé avec Léo et Abraham. Elle craignait que Léo s'éloigne tellement d'eux qu'il ne protège plus leur confidence. Après tout ce n'était pas très grave, mais elle ne voulait pas que toute l'école soit au courant.

Elle se tourna vers son ami et lui demanda, d'une voix plus douce :


"Tu pars en vacances cet été ?"

Elle vit la stupeur dans le regard d'Abraham. Elle avait sûrement changé de sujet de conversation trop brusquement.

C'est dans les nuits les plus noires que brillent les plus belles étoiles.
-Churchill

A l'ombre des saules  Ouvert 

Abraham fut pâle et paralysé un court instant car cela se voyait bien, Cassiopé ne croyait pas a son histoire, ce qui étais évident. Abraham n'étais pas le meilleur en histoire inventé et cela se voyait.
Ab voyais bien qu'elle étais frustré mais décida de continuer la conversation comme si de rien n’étais, comme si il voulais esquivé les problèmes, fuir le sujet qui le faisait tant peur a avouer.
Entre la courte période entre la réponse de la jeune fille et sa question, Abraham pensait a l'amitié des trois sorciers, il se demanda un moment si il ne devrait pas allez parler a Léo, une discussion entre les deux pourrais peut être régler les conflit et les pesanteur qui perdurai.
Malgré le changement brusque de conversation il décida donc de continuer:


"Je pars peut être en Écosse avec mes parents et toi ?"

Et, pour montrer un peu plus ses sentiment sans lui avouer directement il rajouta en la regardant avec des étoile dans les yeux et avec une voix douce remplie de chagrin:

"Tu va beaucoup me manquer tu sais ?.."
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

A l'ombre des saules  Ouvert 

Sujet bloqué (délais de 6 mois dépassé) - Si vous souhaitez réouvrir ce sujet, envoyez un hibou à la préfecture ou à un membre du corps professoral.