Cité de Londres

Inscription
Connexion

Même quand la blessure guérit, la cicatrice demeure  Solo 

~ 26 décembre 2025 – Sara est âgée de 16 ans.

Il était tard, peut-être dans les environs de 23h. Sara s’était absentée de chez elle. À l’occasion des fêtes de Noël, ses parents avaient invité de nombreuses personnes. Chez elle, les fêtes duraient quelques jours. Sa famille fêtait le réveillon avec les parents, frères et sœurs du côté de son père, le lendemain, le 25, c’était la même chose mais avec les membres du côté de sa mère et enfin, le 26, ils fêtaient Noël avec les amis très proches. De quoi se remplir le bidon et regretter quelques jours plus tard les kilos en trop. Sara se sentait vraiment à l’aise avec tout ce monde, mais elle commençait sérieusement à étouffer dans la maison. Il était vraiment temps qu’elle prenne l’air, cela lui ferait le plus grand bien.

« Hatchiiii ? Viens mon chien, on va se promener ! Hurla-t-elle à travers la maison en remuant la petite clochette de la laisse. »

Sans plus tarder, le chien arriva devant la porte, la gueule ouverte, la langue pendante et la queue remuant de droite à gauche à une très grande vitesse. Sara entoura la laisse autour du cou de son chien et s’en alla. Elle ne savait pas encore où est-ce que ses pieds la guideraient, et cela lui importait peu, en réalité, elle n’avait pas trop la tête à réfléchir à ça pour le moment. Depuis quelques jours, la jeune fille n’était plus tout à fait la même, ses humeurs changeaient sans cesse et elle ne parvenait pas à comprendre pourquoi. Enfin, disons plutôt qu’elle n’était sûre de rien.

Cela faisait trois ans qu’elle avait rencontré un garçon. Un garçon avec qui elle aimait beaucoup parler et avec qui elle s’entendait plus que bien. Lorsqu’elle le voyait, la jeune fille devenait totalement incontrôlable, elle bégayait et devenait rouge comme une pivoine au moindre contact. Lorsqu’elle avait rencontré, il ne lui avait pas fallu longtemps pour tomber amoureuse de lui, d’ailleurs, lui aussi l’aimait beaucoup. Sara n’avait que treize ans à l’époque, et elle était très froussarde. Jamais elle n’avait eu de petit-ami et il fallait dire que pour elle, c’était très difficile de s’imaginer avec quelqu’un. Pour rire, ses parents lui disaient toujours qu’elle finirait vieille fille, et Sara, par sa timidité, commençait à penser que finalement, ils n’avaient peut-être pas tort.

Les deux adolescents étaient tous les deux à Poudlard, mais pas dans la même maison. Sara avait rejoint les Poufsouffle et John –c’est ainsi qu’il s’appelle-, était aux côtés des Gryffondor. Lorsqu’elle fut passée en quatrième année, à son plus grand regret, les deux amis commencèrent à s’éloigner. Sara consacrait beaucoup moins de temps à ses amis, bien trop concentrée sur ses études et sur la formation qu’elle avait entamée à l’issue de sa troisième année. Ce n’est que quelques années plus tard, lorsqu’elle s’était rendu compte de sa boulette, que Sara tenta de reprendre contact. John ne s’y opposa pas, et la jeune fille avait été vraiment soulagée.

Plus tard, alors que l’amitié des deux adolescents devenait de plus en plus forte, John demanda à Sara une chose. Une chose à laquelle elle ne s’attendait pas et qui, par la même occasion, avait ruiné toute leur complicité. À partir du moment où John avait osé demander à la jeune brune d’être sa petite amie, celle-ci avait paniqué et avait refusé. Non pas qu’elle ne l’aimait pas, bien au contraire, mais même quelques années après, elle était toujours aussi effrayée et se refusait tout contact amoureux avec un garçon. Elle ne savait pas ce qui clochait dans sa tête, mais c’était probablement la pire chose qu’elle n’ait jamais faite.


« Tu ne devrais pas rester seule à une heure aussi tardive. »

Sara, qui s’était perdue dans ses pensées, était à présent revenue à la réalité. La voix ne lui était pas inconnue et lorsque celle-ci parvint jusqu’à ses oreilles, la jeune fille s’immobilisa, n’osant même plus cligner ne serait-ce qu’un seul œil. Elle était tétanisée, et bien que depuis le jour où tout s’était arrêté la jeune fille s’était, une fois de plus arrangée pour lui reparler, elle ne s’était pas attendue à une telle chose. Elle savait que John était derrière elle, et même si au fond elle était heureuse de le revoir, elle aurait quand même voulu attendre un peu plus de temps, histoire de se préparer psychologiquement.

« Je ne suis pas seule, protesta-t-elle en pointant son chien du doigt. Et puis même s’il devait m’arriver quelque chose, je ne suis pas assez folle pour sortir de la maison sans être armée de ma baguette. »

John se mit à sourire ce qui déstabilisa un peu plus la jeune fille. Elle ne savait pas quoi faire, ni quoi dire. Du bout de la laisse, son chien commençait déjà à s’impatienter, c’est-à-dire qu’il avait envie de faire ses besoins, lui ! Il tira donc de toutes ses forces sur la laisse et ne laissa pas le choix à Sara de se laisser emporter. De toute façon, si elle ne le laissait pas se rendre au poteau le plus proche, il lui ferait pipi sur ses chaussures, parole de chien !

Comme elle s’y attendait, John commença à la suivre, la situation devenait vraiment gênante et Sara ne cessait de regarder ses pieds. Les sentiments qu’elle éprouvait envers le jeune homme qui se trouvait à côté d’elle n’avaient fait que s’amplifier, mais la peur n’avait cessé de la bloquer. Peut-être que John s’était rendu compte de cela, et peut-être avait-il décidé de prendre les choses en main, et de ne pas la laisser s’enfuir, comme toutes les fois précédentes. Sara espérait qu’il était là pour ça, mais d’un autre côté, elle espérait aussi qu’il soit venu la rejoindre en tant qu’ami. Elle l’aimait, oui, mais elle ne savait pas encore si elle était prête à laisser un garçon entrer dans sa vie.


« Je sais que tu es gênée par ma présence, tu es encore plus rouge qu’avant ! Dit-il en riant légèrement. »

Sara fit semblant de faire la moue et cacha son visage. C’était encore plus gênant pour elle qu’il lui fasse une telle remarque. Pourquoi diable avait-elle décidé de sortir prendre l’air ? C’était probablement un signe du destin. Lorsqu’elle leva la tête vers son ami, John fit quelque chose que Sara ne s’attendait pas. Ou si, mais pas si tôt. Leurs lèvres se rejoignirent durant quelques secondes, et lorsqu’il la lâcha, il s’exclama :

« Tu es mienne maintenant, je te ferai oublier ta peur. »

Code couleur : #b7612c

Même quand la blessure guérit, la cicatrice demeure  Solo 

Tout se bousculait dans sa tête, Sara ne parvenait plus à y voir clair. Les événements récents lui faisaient perdre pied, et la jeune femme n’arrivait plus à faire quoi que ce soit, tant elle était submergée par le chagrin. Elle se cessait de se répéter à elle-même que tout était de sa faute, que si elle avait été là, rien de tout ça ne se serait produit. Mais c’était arrivé, et dorénavant, elle ne pouvait plus rien faire pour changer le passé. Ses parents étaient morts, et elle devait l’accepter, faire son deuil.

Ce jour-là tout se passait comme d’habitude. Elise, la mère de Sara s’en allait faire ses courses au supermarché le plus proche, pendant que son père, lui, partait travailler. Les deux amants aimaient beaucoup se retrouver lors du déjeuner, cela leur permettait de passer de bons moments ensembles, ils en profitaient, certaines fois, pour se rendre dans divers restaurants. Chaque semaine, ils variaient afin de découvrir un peu plus de choses. Le petit couple avait décidé ce jour-là de se rendre dans l’un de leur restaurant habituel, situé non loin du lieu de travail du père de Sara. Tous deux souhaitaient s’y rendre à pieds, à quoi bon utiliser la voiture s’ils pouvaient utiliser leurs jambes ? Sur la route, ils parlaient, Elise tenant fermement le bras de son mari sous peur que celui-ci ne s’envole. Les minutes passaient et les deux personnes étaient presque arrivées à leur destination. Destination qui, par ailleurs, n’arriva jamais. Alors qu’ils s’apprêtaient à traverser la rue, un fou furieux débarqua de nulle part, offrant au jeune couple un accident terrible.

Les secours étaient là, en train de s’occuper des victimes. Plusieurs personnes stationnaient aux alentours pour voir ce qu’il se passait, malgré les nombreuses remarques des pompiers pour qu’ils s’écartent. Les gens n’avaient donc aucune gêne. Pendant ce temps, alors que ses parents gisaient sur le sol, Sara se trouvait dans une salle de cours, à étudier. Elle ne s’imaginait pas qu’un tel événement puisse se produire, et ce n’est que quelques heures plus tard qu’elle apprit la nouvelle.

Les jours, les semaines, les mois passaient mais rien n’y faisait, Sara ne parvenait pas à se remettre de la mort de ses parents. Cela se voyait dans tout ce que la jeune femme avait : ses études, sa vie de couple, ses habitudes alimentaires… Elle avait l’impression d’être tombée dans un gouffre. La lumière lui paraissait tellement lointaine qu’elle se persuadait elle-même qu’elle n’arriverait pas à s’en sortir. Sara commençait peu à peu à s’isoler, à ne plus avoir de contact avec les personnes extérieures, ni même avec John. Les tentatives de la joindre étaient nombreuses, mais Sara ne cessait de décliner les appels. Lorsque quelqu’un se pointait à son domicile, Sara transplanait quelque part. Quelques fois, elle se rendait dans une forêt où se trouvait le camping-car de ses parents, elle entrait à l’intérieur et restait couchée sur le lit, observant le plafond, et parfois même, elle pleurait. Elle en avait tellement besoin, la vie était devenue vraiment difficile sans eux.


~ 13 Mai 2029 - Sara est âgée de 20 ans.

C’en était trop pour Sara, plus rien n’allait dans sa vie. La jeune femme pétillante s’était transformée en une femme agressive et vidée d’émotions. Les rares fois où elle voyait John, c’était pour qu’ils se disputent, et cela avait le don de la casser de plus en plus. Sara était devenue un zombie, elle ne mangeait pratiquement plus rien, ses traits du visage s’étaient amincis et lorsqu’elle se déshabillait, on pouvait voir toute la forme de ses os. Elle n’était pas bien, mais elle ne voulait pas aller mieux. C’est comme si elle se laissait mourir à petit feu… John n’en pouvait plus lui aussi, il commençait à en avoir marre du comportement de Sara. Ses tentatives de l’aider avaient été nombreuses, mais elle ne voulait jamais de son aide, elle ne voulait jamais de lui. Décidé à prendre les choses en main, l’homme s’en alla chez elle, espérant que cette fois-ci, elle ne le rejetterait pas.

« Sara, ouvre, je sais que tu es là. C’est moi, John. »

La jeune femme hésitait, elle ne voulait pas le voir, comme d’habitude, elle ne voulait voir personne. Elle prit cependant sur elle, et ouvrit la porte. Depuis quelques jours, elle songeait à faire quelque chose, et maintenant que John se présentait à elle, la jeune femme se disait qu’il était peut-être temps qu’elle s’en charge.

« Je suis content de te voir, je me fais du souci pour toi… Je pense que tu as besoin d’aide. Et pas seulement de la mienne. Tu sais il y a de très bons médecins à Sainte Mangous… »

Sara le coupa net, un regard noir planté sur son visage. Elle savait très bien où l’homme voulait en venir, et il était hors de question qu’elle aille voir un psychologue. Elle s’en sortait très bien toute seule, elle n’avait besoin de personne.

« Si tu es venu pour me parler de ça, ce n’est pas la peine, c’est non. »


Ses mots étaient durs et agressifs et la jeune femme s’en rendait bien compte. Elle regrettait un peu de parler à John de cette façon, mais c’était plus fort qu’elle. Les yeux de Sara s’étaient assombris, elle faisait vraiment peur à voir. Décidée à faire les choses comme elle le souhaitait, elle enchaîna sans laisser la possibilité à l’homme de dire quoi que ce soit.

« D’ailleurs, j’ai quelque chose de très important à te dire. J’ai beaucoup réfléchi ces derniers temps, et je pense que nous devrions mettre fin à notre relation. »

Les larmes commençaient à monter, mais elle se retint de pleurer. C’était probablement la décision la plus difficile et la plus stupide que la jeune femme ait pu prendre durant toute sa vie. Mais elle l’avait choisi, et elle pensait sincèrement que c’était une bonne chose pour eux deux.

« Tu l’as sans doute constaté, ces derniers-temps nous n’allons pas bien tous les deux, et je ne pense pas que ça va aller en s’améliorant. Nous devons nous arrêter-là. Je suis désolée. »

Sara referma la porte de son appartement, le cœur déchiré. Les larmes roulaient de plus belle sur ses joues, maintenant elle avait encore plus de raison d’aller mal. Sa vie était un échec, elle se demandait même si parfois, elle survivrait à tout ça.

Code couleur : #b7612c

Même quand la blessure guérit, la cicatrice demeure  Solo 

~ 19 juin 2031 – Sara est âgée de 22 ans.


Cela faisait à présent 2 ans que Sara était seule. Depuis le jour où John était venu chez elle et que la jeune femme lui avait demandé partir, elle ne l'avait plus revu. Durant ces deux dernières années, la jeune femme n'avait pas fait grand chose si ce n'est s'enfoncer davantage dans son chagrin. Il était arrivé un moment où Sara n'était plus capable de faire quoi que ce soit tant elle s'était affaiblie. Sara était devenue une vraie loque et se sortir de cette situation avait été très difficile pour elle. Aujourd'hui elle allait mieux. Sara avait repris du poil de la bête et faisait de son mieux pour ne pas sombrer de nouveau dans le néant. Désormais, elle mangeait, buvait et dormait comme il fallait, elle revoyait ses amis et sortait autant qu'elle le pouvait afin de ne pas être enfermée chez elle. Une seule chose lui manquait, mais elle savait qu'elle ne pourrait pas l'obtenir. John n'était plus là, et elle savait pertinemment que c'était de sa faute. La jeune femme ne s'était jamais vraiment remise de sa rupture avec John, celui-ci lui manquait beaucoup mais Sara essayait tout de même de passer à autre chose en faisant de nouvelles rencontres. Jusqu'alors, personne ne s'était démarqué à ses yeux, se répétant sans arrêt qu'elle ne trouverait pas mieux que son ancien compagnon. Jugeant qu'elle était encore jeune et qu'elle avait le temps pour trouver l'amour, Sara préféra se concentrer sur ses études.

Les plans de Sara furent assez vite anéantis. Pour ne pas rester chez elle seule, la jeune femme sortait le plus possible. Souhaitant aller faire quelques courses, Sara coupa la route par le parc, trouvant la vue bien plus agréable. Observer la nature voire même les petits animaux qui passaient çà et là l'apaisait énormément. Alors qu'elle atteignait la sortie, Sara fit une rencontre assez inattendue. Tenant fermement une laisse de chien entre les mains, John se tenait devant son ex grand amour, légèrement déboussolé. C'était la première fois qu'ils se croisaient depuis ce jour, et malgré tous les scénarios qu'ils s'étaient tous les deux imaginés, ils ne savaient à présent pas comment réagir face à cette situation gênante. Ce n'est qu'au bout d'un certain temps que Sara lâcha un "Salut" tout simple. Ne souhaitant pas lui parler, John se contenta simplement de lui lancer un regard noir. Sans dire un mot, John s'en alla en direction d'un lac, préférant certainement la compagnie de son chien plutôt que celle de Sara. Le coeur de la jeune femme était tout chamboulé. La réaction de John lui avait fait très mal au coeur, si bien qu'elle restât plantée au même endroit pendant quelques minutes. Lorsqu'elle eut enfin repris ses esprits, Sara s'en alla du parc, les courses n'allaient pas se faire toutes seules.


~ Quelques heures plus tard, vers vingt-deux heures ~

Sara était tranquillement installée dans son canapé, réfléchissant à la rencontre de l'après-midi. Un livre se trouvait entre ses mains, fermé. En réalité, la jeune femme n'avait pas le coeur à lire, rester là à ne rien faire la satisfaisait amplement. John l'avait tellement perturbée, qu'elle ne cessait de penser au comportement qu'il a adopté face à elle quelques heures plus tôt. Sara aurait peut-être dû se douter de tout ça, après tout la façon dont elle avait tout arrêté avait été pitoyable. Peut-être que finalement, elle ne méritait pas mieux que ça. L'arrière du crâne posé sur l'accoudoir du canapé, la jeune femme commençait peu à peu à s'endormir. Jugeant qu'elle serait mieux installée dans son lit, elle se leva afin de se rendre dans sa chambre. Alors qu'elle s'apprêtait à éteindre les lumières, quelqu'un frappa à la porte. Qui diable venait la déranger à une heure pareille ?

S'armant de sa baguette (ne sait-on jamais ce qui se trouvait derrière la porte), Sara commença à ouvrir la porte, en prenant soin de laisser la petite chaînette qui servait de complément de verrou. Derrière, et contre toute attente, se trouvait John, affichant une mine assez étrange. Voyant que ce n'était pas quelqu'un de dangereux, la jeune femme le laissa entrer, légèrement hésitante.


« Que fais-tu ici, à une heure pareille ? Lui demanda-t-elle, assez intriguée »

« Je suis venu m'excuser pour le comportement que j'ai eu tout à l'heure, c'était complètement idiot... J'ai pris du temps à venir parce que je n'étais pas sûr que c'était la bonne solution. »

Sara patienta quelques secondes avant de laisser John entrer. Elle s'en alla préparer deux chocolats biens chauds avant de se réinstaller dans son canapé. La jeune femme redoutait un peu cette soirée, le fait que son ancien compagnon soit là la gênait énormément, si bien qu'elle en devenait presque aussi timide que lorsqu'ils s'étaient rencontrés. Au final, tout s'était très bien passé. Les deux jeunes adultes avaient parlé durant quelques heures de ce qui s'était passé entre eux et les raisons de leur rupture. Pour la première fois depuis longtemps, Sara s'était dévoilée et avait parlé de tout ce qui se passait dans sa tête. John savait à présent tout, et malgré le fait qu'il ne la pardonnait pas encore tout à fait, il comprenait un peu la raison des choix de Sara. Plus tard, vers une heure du matin, John s'en alla. Assez contente de la tournure qu'avait pris la soirée, Sara s'en alla se coucher. Elle ne pensait pas vivre un tel moment avec John, c'était bien, mais assez étrange en même temps.

~ 06 Novembre 2031 – Sara est toujours âgée de 22 ans ~


Cinq mois qu'ils s'étaient retrouvés, et Sara ne s'en remettait toujours pas. Leur relation n'était certes pas comme avant, mais la jeune femme faisait tout simplement avec, après tout, c'était déjà bien que John ait fait l'effort de bien vouloir la réintégrer dans sa vie. Et puis de toute façon, elle avait appris que John fréquentait une fille dont elle avait oublié le prénom. Enfin, c'était ainsi il y a quelques mois, Sara n'aimait pas savoir ce genre de choses, savoir que l'homme qu'elle aimait côtoyait une autre personne la rendait malade. Ils en avaient parlé une seule fois au début de leurs retrouvailles, et Sara avait préféré couper court à la conversation. C'est à ce moment-là que John réalisa que Sara l'aimait encore.

Les deux « amis » s'étaient aujourd'hui retrouvés pour boire un café au centre de Londres. John s'était étrangement habillé élégamment contrairement à son habitude où ses vêtements étaient assez basiques. Sara se demandait bien pourquoi il s'était vêtu ainsi, peut-être qu'après leur rendez-vous, il avait un entretien pour être embauché quelque part ? Enfin, elle ne savait pas et n'osait pas le lui demander, tant elle avait peur d'entendre quelque chose qui ne lui plairait pas.


« Aujourd'hui est un grand jour ! Ma vie va pendre un tout autre tournant. Tu sais, je l'aime tellement, j'aimerai vraiment partager le reste de mes jours avec elle. »

Le visage de Sara s'était assombri, elle savait à présent en quel honneur John s'était vêtu de cette façon. Eux qui s'étaient pourtant mis d'accord pour ne pas parler des relations amoureuses du jeune homme... Celui-ci semblait vraiment heureux, tandis que Sara, elle, devenait de plus en plus triste. Pourquoi diable était-elle venue ? Sans dire un mot, et affichant un sourire à peine forcé, la jeune femme allait s'en aller prétextant un imprévu, elle fut assez vite retenue par John.

«  Sara, depuis ce jour dans le parc, je ne cesse de penser à toi. Te voir illumine mes journées. Je ne supporte plus être séparé de toi, tu me manques à un point que tu ne peux t'imaginer. Dis-moi -il posa un genou sur le sol, les deux mains tendues vers la jeune brune-, veux-tu être ma femme ? »

Code couleur : #b7612c

Même quand la blessure guérit, la cicatrice demeure  Solo 

~ 4 juillet 2034 – Sara est âgée de 25 ans ~

Sara avait passé beaucoup de temps avec John Jenkins. Depuis leurs retrouvailles, elle avait l'impression que leur relation était encore meilleure qu'avant. Elle se sentait plus proche que jamais de cet homme, et elle ne savait comment expliquer cela. La jeune femme aimait plus que tout son fiancé, et elle était sûre que jamais rien ne pourrait les séparer. Ils étaient à présent comme les deux doigts de la main. Sara ne se voyait plus vivre sans lui. Il était à la fois son ami, son compagnon, son amant, tout. Elle n'avait besoin de personne d'autre, à partir du moment où elle savait que John était toujours là, prête à la rattraper si jamais elle tombait. Avec lui, Sara se sentait plus forte, elle sentait qu'elle parviendrait à surmonter tous les tracas qu'elle pourrait avoir. Elle était tout simplement une femme comblée.

Arriva le jour J. Le jour qu'elle avait tant attendu. Sara était vêtue d'une longue robe blanche, assez simple. Elle n'avait pas voulu acheter quelque chose de trop extravagant, tout ce qui était simpliste était ce qu'elle préférait. Ses cheveux étaient relevés en un chignon parfaitement coiffé. Elle était tout simplement divine, prête à s'unir à l'homme qu'elle avait aimé toute sa vie. Tout cela avait été fait dans l'intimité. Peu de gens étaient venus, Sara n'avait pas voulu recevoir énormément de personnes. C'était quelque chose d'assez intime et personnel, elle n'avait donc choisi que des personnes en qui elle avait confiance, et qui faisaient partie de sa famille proche. Ils n'étaient donc qu'une petite quinzaine, et cela lui suffisait largement.

Tout se passa bien. Lors de la cérémonie, John accepta de s'unir à elle, et Sara accepta de s'unir à John. Ils s'étaient échangé leurs anneaux, et avaient scellé leur amour par un doux baiser. Il était clair qu'il s'agissait du meilleur moment de la jeune femme, et elle aurait tant voulu revivre ça à jamais. Mais les choses sont comme elles sont. Cette journée restera à jamais gravée dans sa mémoire, et dans les souvenirs qu'elle avait reçu, que ce soit des photographies, ou des simples objets. Sara était très heureuse auprès de John, et elle espérait vivement que son bonheur ne s'estompe jamais.


~ 22 mai 2042 – Sara est âgée de 33 ans ~

Sara était complètement épuisée. Les yeux ouverts, allongée sur son lit, la jeune femme se demandait comment elle faisait pour garder les yeux ouverts. Son accouchement avait été une épreuve tellement difficile, que Sara se demandait comment elle pouvait encore respirer. Comme elle s'y attendait, John n'était pas venue la voir. Ni même son fils. C'était tout ce qu'elle redoutait, que le père abandonne une fois de plus son enfant, et finalement, c'était ce qui lui était arrivé. Elle avait prévu tout cela, depuis leur "dispute" en compagnie de Tally -qu'elle n'avait pas revu depuis-, les deux adultes ne s'étaient pas revus. Sara avait pourtant tenté de joindre John, à plusieurs reprises. Elle l'avait informé des détails concernant leur enfant, mais elle n'avait jamais eu de nouvelles en retour.

Les idées de Sara étaient très claires, elle savait très bien où elle en était. Tout était terminé avec John, et elle allait devoir assumer seule Oliver. Si elle avait tant aimé John autrefois, aujourd'hui, Sara ne ressentait que de la haine envers cet homme. Elle ne comprenait pas comment il avait pu changer de comportement en si peu de temps, comment il avait pu laisser leur mariage s'effondrer de la sorte, comment il avait pu s'en aller, sans même penser au fils qu'il laissait derrière lui. Sara ne comprenait pas, mais ça devait bien lui être tout à fait égal. Après tout, il l'avait déjà fait une fois, pourquoi allait-il changer, cette deuxième fois ? Parce que son enfant était issu de son amour avec Sara ? Encore faut-il qu'il y en ait eu, de l'amour...

Chaque jour la jeune femme se posait des questions, comment est-ce qu'ils en étaient arrivés-là, comment John avait-il pu la trahir de cette façon ? Comment avait-il fait pour la regarder en face tous les jours, se marier avec elle, lui faire un enfant, tout en sachant qu'il lui mentait à chaque seconde ? C'étaient des questions auxquelles elle ne pourrait pas répondre. Immédiatement, ses yeux se remplissent d'eau, les larmes fusent, sans qu'elle ne puisse y faire quoi que ce soit. Et comme toujours, elle était seule. Elle ne pouvait se confier à personne. Elle ne pouvait se reposer sur l'épaule de personne. Aujourd'hui, elle n'avait plus que son fils.

Sara était décidée à reprendre sa vie en main. Dès lors qu'elle était entrée chez elle, elle s'était organisée pour trouver un avocat. Elle ne voulait plus être associée à l'homme qui l'avait trahie et qui l'avait abandonnée. Elle voulait redevenir qui elle était : Sara Bowers.

Code couleur : #b7612c