Cité de Londres

Inscription
Connexion

Un passé révélé  Solo 

Feedback : Poudlard, jeudi matin

Le printemps refaisait surface dans le parc de Poudlard. Katy savourait d'autant plus cette période que la saison précédente car le climat y était beaucoup plus propice à des sorties. Elle ne savait pour quelle raison, mais son cours de Potions avait été annulé ce matin-là. C'est pourquoi elle s'était décidée à prendre l'air, chose qu'elle n'avait pas réellement pris le temps de faire depuis très longtemps. L'air était doux, les rayons du soleil peinaient à transpercer les épais nuages parsemés aux quatre coins du ciel. La verdure reprenait peu à peu sa place, tel était son cycle infini. La troisième année s'était rendue seule dans le parc. Elle n'avait de toute façon pas l'habitude d'être accompagnée, si ce n'est par un de ses livres. Ce jour-là elle était vraiment seule. Cette balade imprévue était une occasion pour lâcher ses livres et profiter de son temps libre. La Serdaigle avait marché quelques minutes pour finalement s'asseoir contre un tronc d'arbre. Elle ne pensait à rien, vraiment rien. Laisser son esprit divaguer, sans lui imposer la moindre réflexion était vraiment un moment appréciable, même si cet instant n'était que de courte durée car la réalité la ramenait très vite sur Terre.

L'Aiglonne regarda sa montre pour s'assurer qu'elle ne serait pas en retard lors du cours suivant. Ah, sa montre... Elle ne s'en séparait jamais. Elle ne saurait dire pourquoi, mais cet instrument était sans doute ce qu'elle trouvait de plus utile parmi tous les autres objets existants. Katy était comme obsédée par le temps, cette chose contre laquelle nous ne pouvons rien faire, hormis subir ces caprices. Sa montre indiquait dix heures et demie. Dans trente minutes elle devrait se rendre à son cours de Botanique, cours qu'elle n'appréciait guère. Elle se leva pour prendre la direction de son dortoir, dans lequel se trouvaient ses affaires pour la matière enseignée par Mr Ferskjold. Sur le chemin du retour elle fixait le ciel contrasté jusqu'à ce qu'un hibou arrive pour lui délivrer une missive. De qui pouvait-elle bien provenir ? D'ordinaire, elle ne recevait que des lettres de sa mère qui s'efforçait de maintenir un contact avec elle. Une nouvelle fois, il s'agissait bien d'une de ses lettres. Un détail troubla la jeune fille. D'habitude, les enveloppes de sa mère étaient toujours colorées et ne passaient pas inaperçues, mais là, non. C'était une simple enveloppe blanche comme on peut en trouver partout. Ce fut l'écriture de sa mère, que Katy reconnut instinctivement qui la mit sur la voie. Elle ouvrit soigneusement l'emballage pour ne pas abîmer son contenu. Ce contenu était lui aussi assez banal, il s'agissait d'une vulgaire feuille blanche pliée en trois. La Serdaigle hésita un instant puis se résigna enfin à lire ce que sa mère avait à lui dire.


Ma chérie,

J'espère que tout se passe bien à Poudlard (D'ailleurs tu n'as pas répondu à ma dernière lettre).
Te voilà maintenant grande, et je pense que nous devrions avoir une discussion que nous aurions déjà dû avoir bien avant. J'ai prévenu Miss Loewy que tu rentrerais demain soir à Londres pour passer le week-end à la maison.

Ta mère, qui t'aime.

Ps : Ne répond pas à cette lettre, ton père n'est pas au courant que je t'ai écrit.


La lettre n'était pas très conséquente si l'on se référait au nombre de mots qu'elle contenait et pourtant, il y avait tant de choses à en dire. Sans tenir compte de cette « discussion » qui promettait d'être des plus inédites, d'autres éléments étaient anormaux. « Ta mère, qui t'aime » avait remplacé l'habituel « Maman ». Et puis, ce post scriptum, que voulait-il dire ? Pourquoi sa mère ne voulait-elle pas que son père soit au courant de cela ? Qu'avait-elle à cacher ? Le dénouement devrait être pour le lendemain soir. Mais maintenant que Katy avait reçu cette lettre, chaque seconde lui paraissait interminable. Ainsi donc, elle allait devoir attendre cette révélation qui l'intriguait. Le reste de sa journée ne se déroula – comme on aurait pu s'y attendre – pas de façon très enjouée.

En effet, la Serdaigle n'avait cessé de se questionner à propos de cette lettre. Il y avait quelque chose qu'elle ne comprenait pas. Pourquoi sa mère avait-elle demandé à Miss Loewy que Katy puisse rentrer à Londres le temps d'un week-end, en plein semestre ? C'était totalement insensé. Il devait vraiment y avoir quelque chose de grave. Depuis son arrivée à Poudlard, la troisième année n'avait jamais vu un élève rentrer chez lui lors d'un week-end. Pour que Miss Loewy accepte cela c'était forcément quelque chose d'important...

Lorsqu'ils déploient leurs ailes, les Aigles vous ensorcellent.

'Je crois en toi' comprendra qui pourra...

Un passé révélé  Solo 

Londres, vendredi soir

Après un retour dans le Poudlard Express, Katy peinait encore à être tirée de ses réflexions. Toutes ses interrogations qui s'entremêlaient lors du trajet en train se résumaient finalement en un seul et même « Pourquoi ? ». Helen Smith l'attendait sur le quai de la voie 9 ¾, elle paraissait plus que nerveuse et soucieuse, ce qui ne changeait pas de d'habitude. Après un bref salut affectueux la troisième année ne put s'empêcher de poser une première question.

« Papa et Matt ne sont pas là ? »

Pas que cela la dérangeait, bien au contraire. Les rapports catastrophiques qu'elle entretenait avec eux ne cessaient d'empirer avec le temps. C'était sans doute pour cela qu'elle avait fini par faire le choix de ne plus rentrer aux vacances, elle se sentait désormais mieux à Poudlard avec ses amis. Sa mère ne répondit pas, du moins pas par la parole. Elle se contenta simplement de faire un signe négatif de la tête. Helen prit la main de sa fille – chose qu'elle n'avait pas faite depuis bien longtemps et qui rappelait à Katy son enfance – et la mena en direction de la sortie de la gare. Mère et fille se dirigèrent sans un mot vers un petit café moldu dans lequel la famille se rendait lorsque la Serdaigle était plus petite. Ce n'était pas grand chose certes, mais ces éléments intriguaient l'Aiglonne. Pourquoi sa mère s'obstinait-elle à la replonger dans son enfance ? Son enfance, cette période durant laquelle tout s'était à peu près bien déroulé jusqu'à ce que Katy se révèle être une sorcière. Y avait-il un lien entre cela et la révélation que sa mère allait lui faire ? Elle n'en savait rien mais la réponse ne devrait plus tarder. Elle s'assirent dans le café, c'était calme, il n'y avait pas grand monde. Un silence s'instaura. Helen regardait sa fille comme si elle ne l'avait pas vue depuis des années, encore une fois ce fut troublant.

« Maman ? Pourquoi m'as-tu fait venir ici ? Que se passe t-il ? Pourquoi Papa et Matt ne sont-ils pas là ? Pourquoi ? »

La jeune fille avait conscience que ça faisait beaucoup d'un coup mais l'attente était insoutenable. Et puis, après tout, c'était sa mère qui souhaitait la voir. D'ailleurs cette dernière semblait encore plus tendue qu'auparavant. Il y avait comme une lueur de regret dans ses yeux mais il était bien trop tard pour revenir en arrière, elle devait assumer sa démarche. Le serveur prit leur commande et s'en alla, il était grand temps de parler des choses sérieuses. Helen se redressa de façon à être bien droite et prit la main de sa fille sur la table.

« Je veux avant tout que tu saches que je t'aime très fort. C'est pour ça que je m'efforce d'être là ce soir. Il y eut un petit instant de silence durant lequel Helen cherchait le regard approbateur de Katy. J'aurais pu ne rien te dire bien sûr mais je ne trouvais pas ça correct envers toi. Alors voilà, étant donné ton âge et le conflit qui s'opère au sein de la famille, je pensais qu'il était temps de te le dire. »

Dire quoi ? Katy craignait que la révélation ne soit encore pire que tout ce qu'elle eut pu imaginer durant les dernières vingt-quatre heures. Elle demeurait immobile, le regard fixé sur sa mère, attendant qu'elle reprenne la parole. Helen serra encore plus fort la main de la jeune fille, c'était presque à lui en faire mal.

« Robert n'est pas ton père. Et... »

« Et Matt n'est pas mon frère ! Mais, comment ? » Reprit instantanément Katy.

« Oui c'est exact. Matt est seulement ton demi-frère... » Confirma Helen en un soupir à peine audible.

Comment se pouvait-il ? Katy était choquée par cette annonce. Elle lâcha tout de suite la main de sa mère, la fusillant du regard. Elle était révoltée, il n'y avait pas d'autre mot. Ni une, ni deux, elle se leva et sortit en courant du café. Sa réaction pouvait paraître puérile et exagérée mais ce fut tout ce qu'elle put faire sur le moment, prendre la fuite encore une fois. Elle se réfugia dans une petite ruelle. D'abord debout, elle fut contrainte de s'asseoir par la suite. La tête entre ses mains, elle ne put retenir ses larmes. Elle était en colère contre ce mensonge. Durant toutes ces années elle s'était efforcée d'appeler « Papa » un homme avec qui elle ne s'entendait pas, alors qu'en réalité il n'était rien ni personne pour elle. Sa mère ne tarda pas à arriver, souhaitant sans doute la réconforter.

« Va-t'en ! Je veux rester seule. »

Helen s'approcha tout de même pour serrer sa fille dans ses bras. Elle regrettait de lui avoir tout dit ce soir, mais il aurait bien fallut qu'elle le fasse un jour de toute façon.

« Tu sais, je peux comprendre que tu sois en colère. Mais ça ne réglera pas tout. »

« Non justement tu ne peux pas comprendre ! C'est ça le problème. Laisse-moi, je veux être seule. »

La troisième année sanglotait, sa colère se transformait peu à peu en déception, en tristesse. Helen s'assit à côté d'elle, dans la sombre ruelle, et passa son bras derrière ses épaules. L'Aiglonne la repoussa dans un premier temps puis finit par se laisser faire. En réalité elle n'avait pas la force pour la repousser de nouveau. Cette épreuve – car oui c'en était une pour elle – l'avait complètement déstabilisée et, de ce fait, rendue inapte à toute réflexion, à tout mouvement. Elles restèrent assises quelques minutes dans un silence complet. Katy reprit doucement ses esprits. Maintenant venait le temps des questions, et elle en avait beaucoup.

« Qui est mon père ? Où est-il ? Je voudrais le voir. »

De cette dernière phrase elle n'en était pas sûre mais elle était venue instinctivement, sans qu'elle n'ait pu la retenir.

« Écoute, il se fait tard et regarde où nous sommes. Je préférerais que nous rentrions à la maison. Nous aurons tout le temps d'en reparler plus tard. »

« Je crois que tu ne comprends pas. Je ne veux pas rentrer à la maison ce soir, je veux retourner à Poudlard. Elle jeta un furtif coup d'œil à sa montre, mais bien sûr, il faisait beaucoup trop noir pour qu'elle ne puisse lire l'heure. Tu ne peux pas me laisser sans réponse ce soir. J'ai besoin de savoir maintenant. »

Helen hésita. Elle ne pensait vraiment pas que cette soirée pourrait se finir ainsi. Elle savait que sa fille avait raison et que, quitte à l'avoir fait revenir, elle lui devait des explications.

« Concernant cette nuit, je n'ai pas d'autre solution que de t'obliger à dormir à la maison. Si tu le souhaites tu pourras retourner à Poudlard demain dans la journée. En ce qui concerne ton père... Je n'ai pas grand chose à te dire sur lui. Je l'avais rencontré à Poudlard, nous vivions ensemble et un beau jour il est parti sans jamais donner de nouvelles. Il est parti lorsque tu avais environ deux ans. Il s'appelait... Alexander. Maintenant rentrons si tu le veux bien. »

La Serdaigle écouta très attentivement sa mère. Celle-ci, une fois son récit terminé s'était levée et tendait sa main pour que Katy en fasse autant. Elle prit sa main et obtempéra sans rien dire. Tous les mots résonnaient dans sa tête. C'était une véritable torture. Elle suivit sa mère qui la raccompagnait à la maison. Une fois rentrée, elle prit soin d'aller directement se coucher en évitant Matt et Robert. Elle ne put fermer l'œil de la nuit.

Lorsqu'ils déploient leurs ailes, les Aigles vous ensorcellent.

'Je crois en toi' comprendra qui pourra...

Un passé révélé  Solo 

Londres, samedi matin

Vers huit heures, Katy entreprit de se lever. Elle souhaitait rester le moins longtemps possible à Londres et avait déjà préparé sa valise. De même qu'elle voulait sortir le plus tard possible de sa chambre pour éviter Matt et Robert. Néanmoins elle éprouvait le besoin de voir sa mère pour lui reparler. La nuit avait été très longue. Entre deux cauchemars, la Serdaigle avait pu accumuler d'innombrables questions ayant toutes un sujet commun : son père, son vrai père. À cela s'ajoutaient deux autres questions, non sans importance : Matt était-il, lui aussi, au courant ? Son beau-père – car c'est ainsi qu'elle le nommerait dès à présent – savait-il que Katy connaissait sa réelle situation familiale ? Si la réponse à ces deux questions se résumait par un seul et même "non", alors ce-dernier se transformerait rapidement par un oui, au vu de la manière dont la troisième année comptait interagir avec eux. Tout ce qu'ils lui avaient fait endurer auparavant sans qu'elle ne dise rien pour le bien de la famille, elle comptait leur rendre. Encore une fois cela pouvait témoigner de son immaturité et de l'impulsivité sans doute due à son âge, mais elle n'en avait que faire à cet instant.

Si elle avait choisi de se lever à huit heures, ce n'était pas par hasard. Helen Smith prenait son petit déjeuner à cette heure-ci le week-end avant de retourner travailler, c'était donc le moment idéal. Elle sortit discrètement de sa chambre et regarda timidement dans la cuisine si sa mère y était. Elle éprouvait une sensation bizarre, elle ne se sentait plus chez elle ici. La dernière fois qu'elle était venue dans cette maison, tout lui paraissait si différent... Helen était – pour son plus grand bonheur – seule dans la cuisine. Katy pénétra dans la pièce et s'assit à côté d'elle.


« J'imagine que tu n'as pas beaucoup dormi cette nuit. J'ai regardé les horaires pour que tu puisses rentrer à Poudlard. Aujourd'hui à dix heures ou bien demain à la même heure. »

« Est-ce qu'ils sont au courant ? » Coupa la troisième année.

Helen la fixa et posa sa tasse de café. Elle faisait mine de chercher ce que voulait dire la question alors qu'elle savait très bien de quoi il en retournait.

« Qui est au courant de quoi ? »

« Ne fais pas comme si tu ne le savais pas ! Et tu sais très bien de qui je parle. Répondit froidement Katy avant de reprendre sur un ton plus conciliant.Est-ce qu'ils savent ce que je sais ? »

« J'ai prévenu Robert hier avant que tu n'arrives que j'allais tout te dire. Il s'est mis en colère, tu le connais. Et puis il est partit avec Matt et lui a tout expliqué aussi. »

L'aiglonne prit en considération les mots de sa mère, tout le monde était au courant. Au moins ils comprendraient ses réactions mais quelles seraient les leurs ? Elle ne souhaitait pas vraiment le savoir et préférait continuer de les éviter. Cependant, elle avait besoin d'en savoir plus. Elle était en quête de vérité. Peut-être devait-elle plutôt choisir de rester jusqu'au lendemain pour mettre des mots sur ses interrogations, quitte à devoir supporter Matt et Robert un jour de plus.

« Je voudrais tout savoir sur lui. Que tu me dises tout en fait. »

« Je dois aller travailler... »

« Tu travailles tout le temps ! Tu m'as fait revenir alors s'il te plaît, ne me laisse pas. »

C'était une ambiance pesante. Katy savait très bien que sa mère devait aller travailler et que, de ce fait, elle lui mettait une pression supplémentaire en lui imposant tout cela. Robert n'avait déjà pas apprécié l'annonce qu'Helen avait faite à sa fille la veille, alors pour ce qui était du travail...

« Je dois vraiment aller travailler mais je te promets de revenir cet après-midi. Si tu ne prends pas le Poudlard Express dès ce matin, alors je te dirai tout. »

Cela sonnait un peu comme du chantage. Ne pas partir le matin pour avoir des explications l'après-midi... La Serdaigle pesa rapidement le pour et le contre de cette proposition. Si elle restait, elle aurait toute la matinée pour réfléchir aux questions qu'elle poserait à sa mère, elle passerait le reste de son temps enfermée dans sa chambre. Si elle rentrait à Poudlard, elle serait assaillie de questions auxquelles elle n'aurait aucune envie de répondre. Sa décision était prise. Elle allait l'annoncer à sa mère lorsque son beau-père entra dans la pièce pour l'interrompre.

« Bonjour Katy. Dit-il nonchalamment à l'intention de le jeune fille. Puis, se tournant vers sa femme, il continua sur un ton contrarié. Bon tu es prête, on va être en retard. »

L'Aiglonne n'appréciait pas du tout la façon hautaine dont il se comportait avec sa mère. Elle ne le supportait plus du tout en fait. Au fond, apprendre qu'il n'était pas son père avait peut-être du bon. Les deux adultes partirent, laissant Matt et Katy à la maison. Heureusement, son demi-frère resta dans sa chambre une bonne partie de la matinée et la troisième année eut le temps de garder ses questions dans un coin de sa tête jusqu'à ce que ses « parents » rentrent déjeuner.

Lorsqu'ils déploient leurs ailes, les Aigles vous ensorcellent.

'Je crois en toi' comprendra qui pourra...

Un passé révélé  Solo 

Londres, samedi après-midi

Lors du déjeuner, ils n'étaient que trois à table. Malgré plusieurs « À table ! », Katy avait fait la sourde oreille, ne souhaitant pas être confrontée aux deux hommes de la maison. Elle avait attendu que Robert retourne au cabinet de comptabilité, et que Matt se cloître dans le salon, devant ses stupides jeux vidéos et autres émissions de télé-réalité, pour franchir le seuil de sa chambre. Sa mère l'attendait, assise à la cuisine, sa tasse de café à la main.

« Que dirais-tu d'aller te promener dans Hyde Park, comme avant... Je t'achèterai quelque chose à manger là-bas. »

« Je n'ai pas vraiment faim mais oui, allons-y. » Répondit-elle faiblement.

Les Smith n'habitaient qu'à un kilomètre du parc londonien. Quoi de plus plaisant que de s'y rendre à pied ? Certes, l'air était beaucoup moins respirable à Londres qu'à Poudlard, mais il n'en demeurait pas moins agréable de marcher. Helen et Katy avançaient, aucun mot ne sortait de la bouche de l'une ou de l'autre. La Serdaigle espérait que sa mère briserait la glace sans qu'elle n'ait besoin de le faire. Hélas, le temps passait et toujours rien. Alors qu'elles passaient à côté d'un banc, la troisième année s'arrêta net et décida de s'asseoir. Sa mère, n'entendant plus le bruit de ses pas, se retourna et vint s'asseoir à côté d'elle.


« Je suis désolée. Lança-t-elle dans le vide. J'aurais dû t'en parler plus tôt. »

« Pourquoi avoir autant attendu avant de me le dire ? »

Helen soupira. Elle ne savait pas par où, par quoi commencer.

« Il m'a fallu beaucoup de temps pour m'en remettre tu sais. Et puis... Tu lui ressembles tellement... À chaque fois que je te regarde, je pense à lui. Ça me fend le cœur de te voir alors que tu es tout ce qui me relie à lui... Des larmes coulaient sur le visage pâle d'Helen. Tu es tout pour moi. »

Katy ne put retenir ses larmes non plus. Sa mère n'était peut-être pas parfaite, mais s'il y avait une chose qu'on ne pouvait pas lui retirer, c'était sa sincérité. Ses propos étaient si émouvants... Cela faisait bien longtemps qu'elle n'avait pas entendu de telles paroles venant de sa mère. Cette dernière porta sa main tremblante à son portefeuille et en sortit une petite photo. Elle était en noir et blanc. Il y avait un homme, jeune, plutôt charmant, les cheveux foncés.

Reducio
Image


« Tiens... Regarde-le. Il était beau. Et puis, il était gentil, toujours de bons conseils. Nous nous étions rencontrés en cours de Potions mais lui, ce qu'il préférerait, c'était l'Histoire de la Magie. C'était un Poufsouffle, il était bien plus doué que moi. Elle fit une pause. Ses yeux humides étaient plongés dans le vide, elle souriait, comme par nostalgie. Tu comprends pourquoi avec le temps j'étais de moins en moins proche de toi ? J'avais l'impression de le voir, de l'entendre et ça me rendait malheureuse. Je suis vraiment désolée, c'était égoïste de ma part. »

« Et après Poudlard ? »

Katy n'avait pas perdu une seconde pour interroger sa mère. Elle savait que son temps était compté, et que le lendemain elle serait en route pour Poudlard. Il lui fallait en savoir un maximum aujourd'hui. De toute façon, les mots de sa mère résonneraient dans sa tête pour très longtemps, ils ne la quitteraient plus. C'est vrai que l'homme qu'elle décrivait avait beaucoup de similitudes avec la Serdaigle. Il adorait l'histoire de la Magie tout comme elle. Il avait été à Poufsouffle, Maison dans laquelle le Choixpeau avait hésité à l'envoyer. Et puis ses traits du visage, c'était frappant !

« Ton père était un excellent batteur. Il jouait pour l'équipe de Poufsouffle, son rêve était de devenir professionnel. Nous avons travaillé dans plusieurs magasins sur le Chemin de Taverse. Nous avions un modeste appartement et puis tu es arrivée... Nous gagnions peu mais on arrivait à survivre, nous étions heureux tous les trois jusqu'à ce jour... Il n'est jamais rentré de son travail. Je l'ai longtemps attendu et puis j'ai fini par reprendre mes études moldues. La suite, tu la connais... »

« Oui, je la connais. » Confirma l'Aiglonne.

Elle savait à présent le prénom de son père, l'avait vu en photo, connaissait un maigre résumé de son histoire. Un silence s'instaura. Katy regardait la photographie avec attention, elle voulait qu'elle reste gravée en elle. Au bout de quelques minutes, elle fondit en larmes et serra sa mère dans ses bras. Elle n'était plus vraiment en colère, elle avait simplement besoin de réconfort. La Serdaigle n'avait jamais été proche de Robert, mais avant ce vendredi, il restait tout de même sa figure paternelle. S'imaginer qu'elle n'aurait plus jamais de « vrai » père l'attristait énormément. C'était un vide qu'elle ne pourrait jamais combler...


« On rentre maintenant ? »

« Rentres si tu veux, moi je vais rester encore un peu. »

Ce « encore un peu » ne dura pas moins de deux heures. Deux heures à laisser son esprit aller. Penser à son père. S'imaginer ce qu'aurait pu être sa vie s'il avait été là...

Lorsqu'ils déploient leurs ailes, les Aigles vous ensorcellent.

'Je crois en toi' comprendra qui pourra...

Un passé révélé  Solo 

King's Cross, dimanche matin

Il était dix heures moins le quart lorsque mère et fille franchirent le passage de la voie 9¾. Elles se tenaient la main, de la même façon que lors de la première rentrée de Katy à Poudlard. Ce n'était qu'un détail encore une fois, mais l'Aiglonne avait l'impression qu'avec toutes ces petites attentions, sa mère cherchait à rattraper le temps perdu. Pour la troisième année c'était un peu tard. L'état de colère dans lequel elle s'était trouvée le vendredi soir lui était peut-être passé, mais elle n'oubliait rien pour autant et n'avait en aucun cas pardonné à sa mère son comportement, qu'elle-même avait qualifié « d'égoïste ».

Le quai était presque vide, *Tant mieux !* pensa la troisième année. La seule chose dont elle avait envie était d'être seule. Le temps des « au revoir » approchait à grand pas. L'Aiglonne qui, la veille encore, avait hâte de retourner au château, aurait finalement préféré rester à Londres encore quelques jours. Cette annonce était un véritable choc et elle ne se sentait pas prête à affronter les interrogatoires de ses camarades. Tôt ou tard elle devrait tout leur expliquer. Mais pas aujourd'hui, ni même cette semaine. Il lui fallait du temps pour digérer ce qu'elle venait d'apprendre. Au moment de saluer sa mère, une dernière question vint à l'esprit de la Serdaigle. Elle souhaitait faire des recherches sur cet homme, mais comment comptait-elle s'y prendre sans son nom de famille ? Au risque que sa mère refuse, elle préféra tenter.


« Au fait maman. Tu m'as dit pas mal de choses sur mon père mais tu ne m'as même pas donné son nom de famille. »

« Ah oui c'est exact ! Je t'en ai tellement dit que j'ai oublié l'essentiel. Ton père s'appelait Alexander Finnigan. »

En réalité, elle savait très bien qu'elle ne lui avait pas donné son nom, et c'était intentionnel. Helen n'avait pas envie que sa fille parte à la recherche de son père, elle n'en voyait pas l'intérêt et était sûre que sa quête ne mènerait à rien. Elle espérait secrètement que sa fille ne le lui demande pas. Malheureusement Katy était une Serdaigle et, comme tout Serdaigle qui se respecte, sa curiosité s'était manifestée. Elle lui avait donc cédé ce point, et s'apprêtait à lui en céder un autre.

« Tiens ! Ajouta-t-elle en tendant la photo qu'elle lui avait montrée la veille. Prend-la. Elle te revient. »

Ce geste était très touchant, si bien que les larmes recommençaient à monter aux yeux de la troisième année. Cette fois-ci elle parvint à les contenir, pour combien de temps ? Cela restait à déterminer.

« Tu... Tu es sûre ? Tu ne veux vraiment pas la garder ? »

« Je l'ai gardée bien assez longtemps comme ça, tout comme la vérité te concernant. Répondit-elle calmement. Elle regarda sa montre et continua. Allez, file ! Le train va partir sans toi. »

« Oui... J'y vais. Au revoir maman. »

Katy saisit la photo. Elle partit sans se retourner, sans ajouter le moindre signe d'affection. Ce comportement pouvait paraître un peu dur vis-à-vis de sa mère mais c'était comme ça. Elle n'avait pas la force de la regarder dans les yeux sans pleurer. Elle monta dans le train désert et s'assit dans un compartiment vide, sa valise à côté d'elle.

Dix heures.

Le train marqua son départ. Il s'en allait doucement. La Serdaigle voyait les quais de la gare défiler et au loin, sa mère. Elle pleurait. Il avait seulement fallu un week-end pour détruire treize ans d'existence. Katy pleurait aussi, appuyée contre la vitre du Poudlard Express. Elle n'en revenait toujours pas. Son père, passionné d'Histoire de la Magie, batteur pour l'équipe de Poufsouffle... Il aurait pu lui en apprendre tant. Elle aurait pu avoir une éducation sorcière, deux parents aimants, tant de choses... Tout n'était pas perdu. Elle disposait d'un certain nombre d'éléments sur son père, et n'allait pas rester les bras croisés à attendre que ça se passe. Non. Elle allait agir, peu importe le temps que ça lui prendrait, elle le retrouverait. Les Serdaigle sont – parait-il – les meilleurs pour résoudre les énigmes, à elle d'honorer ce pourquoi elle y a été envoyée.



Lorsqu'ils déploient leurs ailes, les Aigles vous ensorcellent.

'Je crois en toi' comprendra qui pourra...