Cité de Londres

Inscription
Connexion

La vérité cachée...  PV Wendy Malfa  

Les vacances de Luttoria étaient longues, incroyablement longues. Ses petits frères étaient en colonie de vacance depuis deux semaines, ils ne tarderaient à rentrer. Mais, une fois qu'ils seraient là, le cauchemar commencerait. Disputes sur disputes, tirage de cheveux et compagnie. Bref, le cauchemar. Mais une nouvelle inatendue allait changer la vie de Luttoria à jamais...

Un matin, aux alentours de dix heures, Luttoria se fit réveiller par la cafetière de la cuisine. Dommage d'être réveillée si tôt, pensa Luttoria. Celle si s'était couchée vers trois heures du matin à cause d'une fête avec d'anciens amis moldus. Elle avait bu de la bière pour la première fois de sa vie et elle ne cachait pas qu'au matin, elle avait un immense mal de tête. Luttoria sortit de sa chambre avec sa robe de chambre, elle marchait tordu et sa mère, comme une détective, avait aperçut sa fille. Madame Olympicus regardait sa fille avec un regard de pierre.

- C'était bon l'alcool ?
- Pourquoi tu dis ça ?
- Ca se voit !
- Oh ! Tu dis toujours que t'as eu mon âge et après à la moindre chose que je fasse tu me parles méchamment.

Madame Olympicus avait un grand défaut, celui d'être têtue comme une mule. Mais, Luttoria connaissait sa mère comme sa poche et elle savait que dans ce genre de situation, il ne fallait pas la laisser parler.

- Je prends une de tes robes, je sors.

La mère était vraiment en colère de voir que sa fille Luttoria ne l'aie même pas laisser répliquer. Elle s'avança et gifla sa fille qui se mit à hurler. Cette gifle était tellement puissante, forte. Luttoria se dépêcha de courir dans la chambre de sa mère et de s'enfermer car, cette pièce était la seule qui fermait. Maintenant seule, la fillette pouvait choisir la bonne robe. Celle qu'elle préférait était la bleue pailleté et par chance, elle était là, dans la garde robe. Luttoria prit la robe et eu la surprise de découvrir une lettre dans le décolleté. Elle voulu la porter à sa mère mais elle apperçut que le destinataire n'était pas sa mère mais " Miss Luttoria Olympicus"...

- Pourquoi m'a t-elle caché cette lettre ?

Il y avait une date, la date indiquait trois mois auparavant. Elle n'avait jamais été ouverte. Luttoria l'ouvrit.

Miss Olympicus,

Il se pourrait que votre famille soit rattachée à la famille Malfa. Votre père a eu des enfants avant de rencontrer votre mère mais elle ne le sait pas. La plus jeune de la famille, Wendy Malfa a une année de moins que vous. Votre père a rencontré votre mère et vous êtes arrivées accidentellement. Votre père a quitté sa compagne pour rejoindre votre mère. Quand il est partit, la dernière Malfa avait trois ans. Cette Wendy Malfa est donc, votre demie sœur. Apprenez cette nouvelle convenablement. Je vous ai envoyé cette lettre car la famille ne sait pas la mort de votre père. Apprenez leur la triste nouvelle.

Miss Avagine, maitre des archives.


- Wendy Malfa ? Mais je la connais. C'est une fille de Poufsouffle. J'ai même son adresse... Je vais y aller.

Luttoria mit la robe de sa mère et sortit de la chambre en vitesse et poussa la grande porte de la maison. Elle descendit les escaliers en courant. Dix minutes plus tard, le Serpentarde était devant la maison des Malfa. Elle sonna en tremblant... Une femme vint ouvrir, la mère surement.

- Bonjour... Ma... Madame... Heu... Est... Ce... Que... Wen... Wendy... Est... Là ?

Même le plus petit des serpents a du venin !
Bonne année, bonne santé et meilleurs vœux !
Rédactrice en chef de Serpentard !
Merci à vous tous d'être ce que vous êtes !

La vérité cachée...  PV Wendy Malfa  

Pour Wendy les vacances ne rimait uniquement à mariage et ennui profond . C'était en effet bientôt le mariage de son grand frère Avec certe peste d'Amanda. Pour Amanda wendy était juste une rivale et une personne ne méritant pas d'être sur terre . Selon elle elle était née pour l'embêter, quand elle l'ignorait elle l'accusait de la détester ce qui n'était pas fautez quand elle lui parlait elle disait qu'elle parlait trop et qu'elle cherchait à monopoliser l'attention . N'ignorez bref dans tout les cas elle trouvait une excuse pour la dénigrer . En plus elle allait devenir sa belle sœur, wendy aurait adorer avoir une nouvelle sœur mais pas comme elle , Avec qui elle partagerait des secret , ses problème ou Encore des joie, tristesse ou colère . Avec qui elle pourrait tout mais vraiment tout partager , vivre et profiter. Elle avait déjà une soeur mais beaucoup trop grande avec qui elle ne partageais pas les même centre d'interet . C'est limite si dans la rue elles ne feignaient pas de ne pas se connaître et d'être des inconnue l'une pour l'autre. Chaque année sa soeur ne devenait sympa que pour le jour de l'anniversaire de Wendy et la semaine du sien afin de recevoir des cadeaux, enfin des choix purement et simplement égoïste. Avant qu'elle rentre a Poudlard, sa soeur et elle étaient les meilleure amie du monde, elle se racontait tout mais au début de sa première année elle l'avait abandonner pour un garçon qui le lui avaient demander pour voire si elle préférait Wendy à elle. Elle lui avait donc fait vivre l'enfer en l'abandonnant alors qu'elle ne connaissait pas Poudlard et qu'elle ne connaissait personne. Wendy n'avait passer sa journée uniquement a porter des carton de décoration et a essayer des robe de demoiselle d'honneur en se faisant jugé par Amanda. Devant sa mère et son beau-père , Amanda trouvait qu'elle était magnifique dans les robe ridicule au mille et une couleur qu'elle avait choisi mais dès que ses futur beau parent sortait de la pièce, sa langue de vipère faisait son grand retour. Elle lui disait toute sorte de méchanceté .
Alors que Wendy essayait une longue rose pale, qui jusqu'à présent était sa préférer, Amanda ,avec un sourire et un aire supérieure lui lanca :

- Tu ne ressemble a rien avec ça, jamais tu ne te trouvera un petit amis avec la tête que tu as, avoir un pire physique que toi est impossible. Vois le positif tu es dans le livre des record pour ta mochter et débilité.

Ce fut la méchanceté de trop . A bout de nerf elle abandonna toute les robe et courut se réfugier dans sa chambre pour pleurer. Elle haïssait le monde entier, son frère pour avoir choisi Amanda pour fiancée, ses parent de ne pas voir comment se comportait Amanda , Amanda d'être si méchante pour rien . Elle s'enfonce sous sa couette et essaya de se calmer, comme ça ne marchait pas elle s'installa a son piano et se mit a composer une musique. Une dizaine de minute plus tard elle entendit sonner a la porte mais ne descendit pas sachant qu'Amanda était toujours en bas et se moquerait d'elle si elle voyait qu'elle avait pleurer . Mais quelque instant plus tard elle entendit sa mère lui crier :

- Wendy ! Descend tout de suite il'y a quelqu'un pour toi !

Wendy hésita un instant mais se dit qu'il s'agissait peut être de Charlie son meilleur ami ou encore Alex qui l'aidait toujours lorsqu'elle avait besoin. Elle descendit donc en courant. Sa surprise dut se lire sur son visage lorsqu'elle vit Luttoria , une fille de Serpentard. Elle s'approcha de la porte. Elle n'avait pas l'aire dans son état normale:

- Salut , Ca va ? Qu'est ce qui se passe Luttoria ?

Se rappellent que sa mère était toujours la elle lui dit :

- C'est bon maman tu peut retourner travailler, puis elle se retourna vers Luttoria et lui dit, Entre seulement, fais comme cher toi ..

Elle s'écarta du passage et referma la porte derrière elle.

Athalée et Wendy, Serpys et Pouffys réunies !

La vérité cachée...  PV Wendy Malfa  

Luttoria souriait devant la mère de sa demie sœur. Elle pensait à beaucoup de choses. La mère de Wendy avait l'air si gentille comparé à sa propore mère. Et, la mère de Wendy n'avait aucun lien de parenté avec elle. Elle ne pourrait donc pas penser que cette si gentille femme pourrait être comme sa deuxième mère. La femme brisa le silence en annonçant avec une voix douce :

- Wendy ! Descend tout de suite il y a quelqu'un pour toi !

Luttoria regardait cette "Miss Malfa" avec admiration. Sa mère à elle était méchante avec elle depuis la naissance de sa petite sœur Mathilde. Son comportement avait brusquement changé à la mort de son père et de celui de Wendy. Si seulement il n'était pas partit, elle aurait pu caresser sa sœur sur la joue sans avoir un : " Non mais tu te crois ou ? T'avais qu'à la faire ma fille ! Elle est à moi et rien que moi ! " Miss Olympicus avait fait, quelques jours après la naissance de sa fille un grand rangement dans la maison et c'était très inquiétant... Tout meuble, tout objet, toute photographie avait été brulé par sa baguette magique. Luttoria avait réussis à épargner du feu une photographie ou il y avait elle et son père adoré et une boite à musique qu'il lui avait promise lorsque elle serait plus grande.

- Salut , Ca va ? Qu'est ce qui se passe Luttoria ?

Demanda la jeune fille de première année et sans attendre sa réponse, elle dit à sa parfaite mère quelques mots.

- C'est bon maman tu peut retourner travailler. Entre seulement, fais comme chez toi...

- Bonjour Wendy. Je préfèrerai te parler seule à seule dehors si ça ne te dérange pas. J'ai beaucoup de choses un peu troublantes à te dire.

La deuxième année à Serpentard prit la main de sa demie sœur et l'emmena un peu plus loin. Juste à l'endroit ou les deux filles s'arrêtèrent, un banc était présent. Luttoria fit signe à Wendy de s'assoir. Wendy souriait, elle ne se doutait surement pas de la "gravité" de la situation. Même si celle ci n'était pas si grave. Avec une grande inspiration pour se donner du courage, elle commença son récit.

- Wendy, prends ce que je vais te dire très sérieusement et s'il te plait ne me rie pas au nez lorsque je t'aurais dit ce que j'ai à te dire. On me rit beaucoup au nez, et je déteste ça... Je vais te raconter ça sous forme de roman, ne t'en étonne pas.

Avait t-elle bien fait ? Fallait t-il déjà effrayer sa demie sœur ? Non, il ne fallait pas et pourtant, Luttoria l'avait fait. Mais bon, il fallait continuer de dire la vérité.

- " Un jour de Janvier en 2024, Monsieur Olympicus sort de sa maison pour aller travailler dans son laboratoire. Il passe devant sa boite aux lettres et soupire en lisant ce qui est écrit : Miss Malfa et Monsieur Olympicus et leurs quatre enfants. Voilà plus d'une année que sa relation avec sa compagne n'est plus vivable. Il monte dans sa voiture et se dirige dans son bureau. Le soir vers vingt heure lorsque qu'il s'apprête à rentrer chez lui, il se met à neiger. Une femme pousse une voiture de toutes ses forces. Il s'approche d'elle en souriant.

- Vous avez besoin d'aide Miss ? demanda le bon Monsieur Olympicus.
- Oh, ma voiture est coincée par la neige... répondit la femme

Il se met à son tour à pousser la voiture. Là, elle se décoince enfin. La femme sourit, il sourit aussi. Il pense soudain que sa conjointe a invité pour le diner les voisins et qu'elle lui a dit de ne pas arriver en retard car ceux ci doivent arriver à vingt heure quinze. Il regarde sa montre, il est déjà vingt heure vingt et il lui faudrait surement plus d'une dizaine de minutes pour rentrer.

- Quelque chose ne va pas ? demanda la femme.
- Je suis en retard mais...

Pourquoi ne pas faire connaissance avec cette jeune fille ? Et, il lui demande toujours en souriant.

- Vous êtes libre ce soir ?
- Oui, je suis célibataire.
- Je vous invite au restaurant si vous me le permettez.
- Avec plaisir mais puis je connaître votre nom ?
- Oui, je me nomme Jean et vous ?
- Lucie.

Jean Olympicus appela Miss Malfa en disant qu'il serait retardé au travail et qu'il reviendrait dans la nuit. Tous deux allèrent au restaurant et un mois plus tard, en se rencontrant presque chaque soir, ils devinrent amants... Deux ans et quelques mois s'écoulèrent et ils se voyaient toujours. Un matin, Lucie alla voir Jean à son travail pour lui annoncer la " bonne nouvelle ". Elle était enceinte de quatre mois mais elle ne le savait pas. Il était heureux. Un mois avant l'accouchement, Miss Malfa parla à Jean pour lui annoncer à son tour la " bonne nouvelle ". Là, il n'était pas heureux du tout. Comment allait t-il faire pour s'occuper de deux bébés ?

De Lucie naquit une fille du nom de Luttoria et de Miss Malfa naquit une petite fille du nom de Wendy. Ces deux ci avaient un an d'écart. Par amour pour sa " Lucie d'amour " comme il l'appelait, il quitta sa première compagne quand sa petite Wendy était âgée de trois années. Il éleva donc sa Luttoria et se maria avec Lucie qui devint une Olympicus. Six ans après sa naissance, Luttoria devint grande sœur de deux jumeaux, Jake et Jim. Quand ceux ci atteignirent leur six ans et Luttoria presque douze, Jean Olympicus sombra dans un sommeil éternel laissant sa " Lucie d'amour " enceinte de cinq mois. Le bébé était une fille, une petite Mathilde... Luttoria et ses trois frères et sœurs, Wendy et ses quatre frères et sœurs, sans père très jeunes. "

Luttoria fit tomber une grosse larme sur sa joue droite. Ainsi était son histoire et aussi celle de Wendy. D'ailleurs, celle ci pleurait. C'était assez brutal comme révélation... La découverte d'une famille cachée et de la mort d'un père connu seulement trois années dont quasiment aucun souvenir.

- Voilà, c'est notre histoire. Tu sais, il m'a jamais dit qu'il avait une autre famille... Je ne l'ai su que ce matin en trouvant cette lettre qui m'était adressée. Tient...

Elle lui tendit la lettre en tremblant.

- La rencontre de mes parents, je l'ai pas inventé, mon père me l'avait raconté. J'ai un peu romancé le reste.

Comment allait t-elle le prendre ?

Même le plus petit des serpents a du venin !
Bonne année, bonne santé et meilleurs vœux !
Rédactrice en chef de Serpentard !
Merci à vous tous d'être ce que vous êtes !