Cité de Londres

Inscription
Connexion

 Solo  Streets of London

Londres - Fin août 2042


La chaleur estivale mélangée aux émissions polluantes des voitures moldues rendait l'air londonien difficilement respirable. La famille Gordon avait passé la dernière semaine d'août dans la capitale britannique afin de préparer la rentrée de leur trois premiers enfants. Les deux autres, un peu amers de voir cette année leur grand frère les quitter, s'étaient tout de même amusés de s'adonner à des activités de moldus : prendre un "black cab", faire du shopping sur Oxford Street (ils ont d'ailleurs été bien étonné de voir un duo de moldus se donner en spectacle en prétendant faire de la magie le long du trottoir), faire un tour de London Eye, aller dans un Starbucks Coffee, ... Ce qu'Alexander avait préféré lui, c'était se balader à Regent's Park le dernier jour, loin de toute la cacophonie métropolitaine, où il avait pu se concentrer sur la seule chose qui l'intéressait vraiment : sa rentrée à Poudlard.

Il avait effectué ses achats sur le Chemin de Traverse cinq jours auparavant, en compagnie de son père : ses frères et soeurs étaient restés avec sa mère puisqu'Alexander ne supportait plus les caprices de son frère cadet qui tenait absolument à ce qu'on lui achète un hibou, puis une affiche des Pies de Montrose en coupe de la Ligue, puis mille et un objets des Farces pour Sorciers Facétieux. Jonathan Gordon, le père d'Alex, était un homme simple, relativement frêle, mais qui avait toujours une expression convaincue qui le rendait parfois impressionnant. Son fils aîné essayait de lui ressembler, souvent avec succès, mais ce jour là, les questions lui taraudaient l'esprit : dans quelle maison ira-t-il ? Est-ce qu'il se fera punir ? Le garçon avait parfois tendance à se mettre dans de beaux draps. Et s'il se fâchait avec quelqu'un de plus âgé, qu'on lui jetait un maléfice ou qu'on le forçait à aller dans le Lac ? Et s'il s'avérait être nul pour la pratique de la magie ? Il serait alors probablement la risée de tout Poudlard, c'est-à-dire quasiment tous les jeunes sorciers de Grande-Bretagne. Et même si le jeune garçon essayait de laisser transparaître le moins possible ses inquiétudes, son père, qui le connaissait trop bien pour se laisser duper par son impassibilité, se trouva forcé de lui offrir une glace pour le réconforter.

"N'oublies pas Alexander, tu auras beau accumuler autant de connaissances que possible, ce ne sera jamais que la force de ton coeur qui te fera agir : un coeur plein de vertu est supérieur à une tête pleine de science !!"