Londres

Inscription
Connexion

 Solo|RPG+  Nuances de bleu

21/06/2044

Cela faisait deux jours que Solenn était rentrée par le Poudlard Express. Deux jours que l'école lui semblait comme un lointain monde. Mais aussi deux jours que sa mère l'avait serré si fort à la gare King Cross.
Et aujourd'hui, elle était de retour dans la réalité. Plus d'île pour les emprisonner, plus d'oiseau noir, de méchants sorciers. Rien que le vieux Londres puant. Et c'en était déconcertant. Comme si le monde Moldu créait une barrière à tous les problèmes. Mais Solenn remarquait les sourcils froncés de sa mère chaque fois que Helen transplanait dans leur appartement pour aller à son nouveau travail. Du côté des méchants. Ça, Solenn l'avait bien compris. Même si Abigail ne cessait de lui répéter que tout n'était pas noir ni blanc, vouloir une suprématie de sang-pur rappelait sans trop de mal une histoire Moldue, non ?

La rousse soupira, allongée sur le canapé, les jambes repliés pour laisser de la place à Julia. Sa demie-sœur était plus souvent à la maison, depuis... tout ça. Cette dernière tourna la tête vers la Serpentard, et lui lança, avec sa délicatesse légendaire :

 -Faut qu't'ailles acheter du pain pour ce soir.
-Vas-y, toi.

La grande blonde lui lança un regard, essayant de lui faire comprendre qu'en absence des parents, c'était elle qui commandait. Solenn soupira de nouveau, de mécontentement cette fois. L'envie de rester cloîtrée à la maison était forte, et elle avait l'impression que son corps pesait plusieurs tonnes. Elle se leva tant bien que mal et mit ses chaussures tout en appelant :

-UFLI !

Le chien accourut, tout content de partir dans une promenade. La jeune française l'attacha en vitesse, puis mit ses clés dans sa poche, et sortit de l'appartement londonien. 

***


Et, surprise ! La porte de l'appartement d'en face s'ouvrit, laissant apparaître un garçon, sensiblement du même âge que Solenn. Le garçon lui lança un "B'jour..." auquel Solenn y répondit par le même entrain. Il passa vite devant elle, empruntant les escaliers à la vitesse de l'éclair.

Solenn marchait, tout en se questionnant sur ce voisin. Elle ne savait rien de lui, même pas son prénom. Elle pouvait juste essayer d'en trouver un, et bien sûr, s'intéresser à ses jolis yeux bleus. Car si Solenn n'avait plus le cœur à tomber amoureuse, elle devait bien s'avouer que le voisin était vraiment mignon. Elle ne l'avait remarqué qu'après une réflexion de Julia qui le lui avait soufflé : "Pas mal le p'tit voisin, nan ?" Julia essayait de s'intégrer tant bien que mal dans les conversations typiques de filles, mais Solenn lui avait vite demandé de ne pas parler de ça. Elle ne voulait plus aimer. Plus jamais.

Code couleur :
Julia : #AF9D00
Charlie : #666666

Tu viendras, tu viendras, je t'aime !
Ce sera beau.
Tu viendras, n'est-ce pas, et même...
Magic in the hair

 Solo|RPG+  Nuances de bleu

Plusieurs nuances de bleu. C'était agréable à regarder, et presque irréel. Elle aurait pu s'y plonger dedans et ne plus jamais vouloir en ressortir. C'était inimaginable d'avoir des yeux pareils. Et c'était pour cela qu'elle aurait voulu pouvoir les regarder pendant plus d'une seconde pour une fois.

22/06/2044, 10h13

-Comment ça ?
-Et bien nous allons dîner chez eux, je ne pense pas que ce soit compliqué à comprendre...

Helen Tracy finit sa phrase dans un petit rire, sans comprendre le visage effaré de Solenn Cooper. Cette dernière n'avait pas prévu ça. Elle n'avait pas prévu qu'elle aurait l'occasion de voir les Yeux ce soir.

-Que se passe-t-il ? Tu avais prévu autre chose ?

Elle revint enfin sur Terre et chercha une excuse à son comportement si étrange.

-Je voulais regarder un film qui passait à la télé...

La femme blonde hocha la tête négativement dans son sourire habituel, si doux et si apaisant. Solenn haussa les épaules, comme pour s'excuser d'être une adolescente, et fonça dans sa chambre. Elle s'assit sur son lit à deux places, et réfléchit.

*Il va falloir garder son calme, ne pas paniquer.
Ce n'est pas parce que tu te poses plein de questions sur lui et qu'il t'intrigue que tu vas perdre tes moyens, nan ?
Nan nan, tu ne dois pas le regarder trop longtemps, et surtout, s'il te parle tu ne dois pas le regarder trop bizarrement comme tu sais si bien faire, ok ?
*


19h03

Ils étaient en retard. Amy piquait une crise car sa mère ne l'avait pas laissé mettre son costume de super-héros, Adam était encore en train de chercher les jouets qu'il allait apporter, Julia finissait d'écrire une lettre pour son amoureux secret, Abigail sortait le gâteau aux pommes du four, Helen tenait de calmer Amy et Solenn attendait, assise sur une chaise de la salle à manger.
Depuis qu'elle était arrivée, elle avait l'impression d'être extérieure à cette vie de famille. Il s'était passé beaucoup de choses à Poudlard, et arriver ici, à Londres, devoir redevenir une fille normale, qui ne venait pas de perdre le seul amour de sa vie, qui n'avait pas vu le château devenir froid et distant était compliqué et presque impossible. Elle savait qu'elle avait changé, et cela l'effrayait peut-être un peu. Ici, elle avait l'impression d'être une Moldue, et cela était aussi rassurant que frustrant.

-Allez, c'est tout bon, on y va ! lança Abigail en jetant un sort au gâteau pour qu'il refroidisse plus vite.

Solenn aimait voir que sa mère ne se cachait plus. Elle vivait toujours comme une non-sorcière, mais permettait à sa vie d'être légèrement moins compliquée grâce à quelques petits sortilèges.

La rousse se leva, et aperçut Helen, la belle-mère de Solenn, accroupie face à Adam et Amy.

-On récapitule. On ne parle pas de quoi ?
-Qu'on est des sorciers ! cria Amy en levant la main le plus haut possible
-Paaarfait, c'est parti !

La famille recomposée s'élança vers la porte, pour aller appuyer sur la sonnette de celle d'en face. Par hasard, Solenn était la première de la file, et fut aux premières loges pour apercevoir le regard azur apparaître. Sans qu'elle puisse rien faire, son visage prit de discrètes teintes rosées et elle souffla :

-Bonsoir...

Tu viendras, tu viendras, je t'aime !
Ce sera beau.
Tu viendras, n'est-ce pas, et même...
Magic in the hair