Ailleurs…

Inscription
Connexion

Japon - Trahison d’infortune -Solo-



Loin de tout bruit, loin de tout ce qui pourrait s'apparenter à une forme de vie évoluée, à la base de deux montagnes japonaise se trouve la demeure des Ame. Un vaste terrain entre la ville de Maebashi et Utsunomiya, au pied du mont Mikuni, se trouvant au nord de Tokyo sur lequel une demeure mêlant un style traditionnel et moderne était dressée. Une sorte de mini civilisation se trouvait à l’intérieur du "territoire", plusieurs bâtiments étaient à disposition, un servant à chaque division d'intervention de la société Ame dont une, celle le plus au nord, collé au flanc de la montagne qui servait de maison à celui qui semblait avoir bâtie un empire à l’intérieur même d'un pays. Le nom des Ame était connu dans tout le Japon, outre le fait de posséder la plus grosse fortune magique du pays et d’être dans les plus riches non-mages de celui-ci, le nom des Ame résonnait grâce aux différentes générations qui l'avaient marquée. Celui qui était d'actualité était un homme âgé d'une quarantaine d'années répondant au nom de Shunsui Ame. Outre sa fortune colossale que celui-ci avait gagnée en très peu de temps grâce à des placements intelligents, bien qu'il n'était pas parti de rien, Shunsui était connue surtout pour être un des meilleurs duellistes du Japon, si ce n'est le meilleur, dans les années 2020. Le fonctionnement de la résidence d'une grandeur à en couper le souffle était plutôt simple, d'une part il y avait à l'Ouest un bâtiment entier consacré à la prise des décisions du conseil et à la communication avec le ministère Japonais. À l'Est, une tour se dressait, la division de protection interne de l'entreprise. Au Sud, la division responsable de la protection externe et de l’exécution des contrats approuvés par la chambre décisionnaire. Enfin au centre des quatre grands bâtiments, on pouvait se retrouver avec différentes maisons formant presque un village pour la famille des employés. Si cet endroit semblait être celui rêvé pour grandir cela n’était pas le cas, malgré les jardins fleuris et tout ce qui rendaient ce lieu le plus accueillant, ça n'en demeurait pas moins qu'une entreprise, certes offrant des privilèges, mais très traditionnel dans le fonctionnement. Ce traditionalisme on le devait à l'homme le plus âgé présent dans cette micro-société, qui se trouve être le père de Shunsui. Un homme fier, le cliché du japonais parfait, refusant la différence au profit des siens, nul besoin de vous expliquer qu'il était contre l'union de son fils avec une Londonienne


Shunsui était dans son bureau ce soir-là. Seule une sorte de table basse en bois était posée à la fin d'un long couloir large qui pourrait s’apparenter à la grande salle, en un peu moins longue et un peu moins large, mais deux maisons de Poudlard pouvait y être présente. Une pièce assez grande pour accueillir un duel si l'occasion se présentait. Aussi l'homme assis sur le petit couffin couleur saphir écrivait avec un pinceau fin des rapports de missions et autre paperasse de tout homme à responsabilité. Seuls la légère brise accompagnant les flocons de neige dansant au rythme du vent, ainsi que les frottements du pinceau sur les feuilles de parchemin donnaient une ambiance sonore à cette soirée qui se présentait comme ennuyante à souhait. Shunsui posa son pinceau délicatement sur le bureau et se coucha sur le dos, mains croisées derrière la nuque sans dégager ses jambes qui étaient positionnées en tailleur. Ses filles et sa femme commençaient à lui manquer sincèrement, il les avaient envoyées en Grande-Bretagne pour faire leur scolarité. Ça, c'était la raison officielle, officieusement il voulait donner une autre perspective d'avenir aux jumelles qui avaient un peu trop subit les désirs de leur grand-père. Shunsui avait protégé les filles comme il le pouvait de l'emprise de Iyoka, mais celui-ci avait tout de même réussi à gâcher leur enfance en les préparant très tôt aux combats. Shunsui se rappela comment il avait été stupide de ne pas imposer son autorité sur son père. Quoique, ce même père qui l'avait fait chanter en lui disant qu'il l’enverrait en prison loin de ses enfants s’il ne faisait pas quelques concessions, parole en l'air si cet homme n'était pas réputé pour mettre à exécution ses délires même à l'encontre de sa propre famille. Il avait le bras long, même à l’intérieur du ministère. De quoi faire chanter plus d’un homme. *tsss franchement* pensa Shunsui qui lui en voulait terriblement et qui n'attendait qu'une chose c'était de se débarrasser de ce vieux qui ennuyait sa famille plus qu'autre chose. La douce mélodie se rompit quand la porte coulissante du couloir s'ouvrit, des pas pouvaient s'entendre au loin. Le sol fait de tatami laissait entendre un léger bruit de paille sous la pression des chaussures, qui en temps normal devaient être retirées à l'entrée de la maison. La réaction de Shunsui ne se fit pas attendre et se redressa pour prendre connaissance de l'homme qui venait de rentrer sans le moindre signe de respect.

Quelle fut sa surprise quand il vit une très ancienne connaissance, Ryo Nakagawa. Très calmement sans bouger de derrière son bureau, Shunsui prit la parole, tandis que l'homme en question se stoppa sur place à bonne distance.


"Que me vaut cette visite Nakagawa-san?" un air sérieux pouvait largement être lut sur son visage, le même air que celui ci prenait lors de ses duels. L’expression de celui qu’on appelait « Le Dragon Saphir ». il attendait la réponse de son interlocuteur, prenant bien soin de cacher sa surprise.

"Disons que c'est un simple passage préventif" Dit Ryo sans montrer d'expression particulière.

"Permet moi d’insister..." ajouta Shunsui tout en contournant la petite table basse faisant office de bureau et portant sa main jusqu’à son sabre, prêt à dégainer.

"Voyons, voyons pas de ça entre nous" Ryo marqua une pause tout en mettant sa main sur son visage, puis finit par reprendre "pose ton sabre à terre" Un homme arriva tout en maitrisant ce qui semblait être un enfant, pointant sa baguette sur celui ci comme un otage. Shunsui baissa légèrement la tête, laissant échapper un air de colère profonde.

"Yamamotto ? qu’est ce qu... Lache Kaoru" le tout s'accompagnant d'un geste lents dans le but de poser son sabre sur le sol." Pourquoi Ryo, pourq...?" Énervé Ryo coupa Shunsui, imageant ceci avec un geste vif de la main.

"C'était inévitable" Ryo lança un Accio sur la table basse et s'assit dessus. "vois tu, je n'ai pas le choix...d'ici quelques mois tu recevra un contrat du ministère pour récupérer une relique auquel je tien beaucoup" il marqua une pause donnant l'ordre à son bras droit de faire taire l'enfant prit en otage. Il bougea à nouveau, mais cette fois il montra du doigt l'enfant "si tu veux le récupérer, rend toi" Shunsui analysait tout ce qui pourrait constituer une ouverture, il resta silencieux tendis que Ryo voulant une réponse fit signe à son subalterne. Yamamotto, était un des aurors sous la responsabilité de Asari, le premier fils de Shunsui, jaloux il devait avoir trahis Shunsui pour la nomination de son fils plutôt que lui à la direction de la division. Il exécuta un endoloris sur le petit, le benjamin des Ame se tordit de douleurs avant de s’enrouler au sol. Shunsui attrapa son sabre le dégaina et transplana aussitôt dans le dos de Yamamotto dans le but de l’arrêter. Le timing était parfait et il arriva pile au moment ou la lame devait trancher. Provoquant un jet de sang inévitable coupant au passage la colonne vertébrale et sa moelle épinière, laissant Yamamotto tomber sur le sol de paralysie, il n'avait visiblement pas vu venir ce coup. La confusion était totale, Ryo surpris de cette tentative de sauvetage lança un Avada Kedavra sur le gamin avant de pointer sa baguette sur Shunsui. Le père de famille rengaina son sabre profitant du Protego, sortilège qui faisait la qualité des sabres Ame. La particularité des sabres forgés par les gobelins de la société Ame, était qu'ils possédaient tous une capacité unique, celui de Shunsui était un Protego qui se lançait automatiquement à chaque fois que celui-ci replaçait la lame dans le fourreau. Profitant de cette capacité pour contrer le sortilège de Ryo il finit par transplaner jusqu’à son fils, puis il réitérera l’opération en l'emmenant loin d’ici sur une falaise enneigée, ou celui-ci avait l’habitude de venir avec ses fils.

Alors que celui-ci avait transplanné avec la dépouille de son fils, il la posa délicatement sur le tapis de neige recouvrant le sol. Le corps inanimé de Koaru dernier fils de Shunsui et petit frère des jumelles fit couler des larmes sur le visage du père de famille meurtrie. Il lui ferma les yeux et passa délicatement sa main dans ses cheveux. Les larmes tombantes sur la neige se cristallisaient instantanément au contact du sol froid recouvert. Pris d'une terrible douleur, Shunsui dégaina son sabre une nouvelle fois puis sortit sa baguette de la main gauche. Il se releva, regardant une nouvelle fois son fils debout face à lui. Il sécha ses larmes et se tourna vers le vide de la falaise où il avait atterri, regardant les chaines de montagne environnante, prêt à transplaner, armé cette fois de sa baguette ainsi que de son sabre.


Code couleur : #469277
*Picasso 2017, Peeves 2017, Gryffondor et élève du mois de Janvier 2018*
Ma lumière divine vous aveuglera tous !