Ailleurs…

Inscription
Connexion

 France  Retour aux sources  Solo 

[center]Vacances d’été après la quatrième année de Doris (15 ans)[/center][/i]

Cela faisait plusieurs mois que Doris n’avait pas revu ses parents. Elle avait encore passé une année scolaire fabuleuse. De nouveaux sortilèges appris, de nouveaux camarades rencontrés, et de très bons moments passés dans la salle commune avec sa nouvelle famille : Serdaigle. Dans le train la ramenant à Londres, Doris se remémora tous les bons moments qu’elle avait passé en compagnie de ses amis dans le monde magique qu’elle ne côtoyait pas en dehors de Poudlard. En effet, bien que son père soit un sorcier, Doris avait été élevée comme une moldue car il voulait la maintenir éloignée du monde magique. C’est un choix très discutable mais Doris le respectait. Il avait élevé sa fille du mieux qu’il pouvait et avait tout fait pour la rendre heureuse. D’ailleurs, elle se souvint avec nostalgie des bons moments passés dans son village natal avec ses parents et ses amis. Le seul petit regret qu’elle pouvait avoir était qu’elle était fille unique. Mais elle ne pouvait pas changer le passé... Et puis, sa vie actuelle lui plaisait encore plus que celle qu’elle avait durant son enfance. La découverte de la magie lui avait ouvert une multitude de possibilités quant à son avenir. De nature ambitieuse, elle l’était encore plus depuis qu’elle était entrée à Poudlard.

Arrivée à la gare, Doris salua avec émotion ses amis qu’elle ne reverrait pas avant deux mois. L’été allait être long sans eux mais elle en profiterait pour passer de bons moment avec sa famille et ses amis d’enfance. Ses parents l’attendait à la gare comme à leur habitude. La quatrième année fut accueillie avec chaleur et émotion. Ils étaient très heureux de la retrouver et c’était réciproque. Elle se dit finalement que les deux prochains mois passeraient bien trop vite…

Après l’heure habituelle passé dans la voiture à raconter ses péripéties magiques à ses parents, Doris put enfin retrouver le calme de sa maison. C’était une sensation habituelle mais étrange de se retrouver dans la maison de son enfance qui lui paraissait si petite en comparaison avec l’énorme château de Poudlard. Une fois dans sa chambre, Doris s’apprêtait à défaire ses valises. Mais avant même d’avoir pu ouvrir la première, ses parents l’appelèrent. Elle sortit de sa chambre et descendit dans le salon, dans lequel elle pu remarquer que d’autres valises étaient bouclées. Elle reconnut celles de ses parents. La jeune Serdaigle s’assit sur un fauteuil, intriguée par ce qu’elle venait de voir et attendit que ses parents prennent la parole. Son père lui fournit alors toutes les explications nécessaires.


« Ma chérie, nous avons une très bonne nouvelle ! Cet été, nous avons prévu de passer les deux mois de vacances en France, dans la famille de ta mère ! Ce n’est pas génial ?! »

Doris ne savait pas trop comment réagir. Elle voyait bien que son père essayait de rendre la nouvelle attrayante et excitante. Mais elle ne ressentait pas les choses comme il l’aurait voulu. Cette idée ne lui déplaisait pas mais Doris n’était pas non plus très emballée. Passer deux mois de vacances en France aurait certainement séduit n’importe quelle adolescente anglaise. Mais Doris était mitigée.

En réalité, Doris ne s’était jamais rendue en France pour faire la connaissance de sa famille maternelle. Elle avait demandé à sa mère de nombreuses fois pour y aller mais elle évitait toujours le sujet et au final, elle n’avait jamais emmené sa fille sur sa terre natale. Doris avait insisté plusieurs fois lui demandant de lui parler de sa famille mais en vain. Depuis son entrée à Poudlard, elle avait muri et ne voulait plus en parler à sa mère, se disant que c’était peut-être trop douloureux d’en parler à cause de la séparation physique. Finalement, elle n’avait jamais pu trouver d’excuse crédible à accorder à sa mère. Mais elle ne lui en avait jamais voulu, ni tenu rigueur. Alors, c’était dans un état d’esprit assez étrange, qu’elle resta bouche bée sans ne savoir quoi répondre. Sa mère prit la parole :


« Ca va être super, tu vas voir ! Toi qui m’en a tant parler… »

Doris regarda sa mère avec affection. Elle avait l’impression qu’elle n’était pas aussi enthousiaste de son père à l’idée de ce voyage. C’était peut-être même lui qui avait insisté pour faire ce voyage ? Qu’importe, Doris prit quelques secondes pour réfléchir. En pensant aux rencontres qu’elle pourrait faire là-bas, son cœur palpita. Pourrait-elle enfin rencontrer sa famille qui lui est inconnue ? L’idée de vivre une telle aventure lui faisait peur… Mais elle voulait tout de même prendre son courage à deux mains et lever le voile sur cette partie mystérieuse de la vie de sa mère :

« C’est une très bonne idée ! J’ai vraiment hâte d’y être ! »

Doris fit bonne figure devant ses parents. Il ne fallait pas les décevoir. Elle se dit que ces vacances d’été n’allaient pas être de tout repos. Surtout psychologiquement.

#0B3861