Ailleurs…

Inscription
Connexion

 Irlande  Vacance ennuyeuse  Solo 

Encore un jour de pluie à Carrignavar. Yuzu laissait ses yeux percer la fenêtre depuis son lit. La fin de la matinée approchait  et elle se remémorait son année scolaire. Année scolaire qui fut catastrophique pour la japonaise. Cela faisait quoi ? presque un mois qu'elle avait quittée Poudlard ? Quoi qu'il en soit, elle avait repris cet interminable voyage en train, puis un Taxi afin de se rendre à l’aéroport afin de prendre son avion pour l’Irlande, dans une ville un peu plus au nord que Cork où celle-ci avait atterrit. Ville où ses grands parents du coté maternelle habitaient depuis maintenant longtemps. Grand parents que les jumelles n'avaient jamais vue ou du moins peut être une fois durant la première année de leur vie, inutile de dire que les deux filles n'en avait aucun souvenir. Yuzu souffla. Elle avait l'impression que les jours étaient identique. Rien à faire dans cette ville, pas le signe de sa mère depuis la fin décembre 2041 et aucune lettre. la seule chose qu'elle faisait encore, était ses entrainement aux arts martiaux lors du crépuscule.

Coupée dans sa récupération mnésique d'une mémoire autobiographique tournant au ralentit depuis son départ de l’école, elle entendait la voix de Hanai qui était calme et bienveillante.

"Tu va encore rester couchée toute la journée ?"


Hanai était appuyée sur le montant de la porte, elle était prise d'empathie envers sa sœur qui vivait les mêmes journée depuis presque un mois, sans se plaindre explicitement.

"Qu'est ce que ça peut faire ?"

fut la réponse de Yuzu sur un ton monocorde. Toujours les yeux rivés sur l’extérieur. Refusant de lâcher la chute des millions de goutes. Absorbée par le spectacle elle était loin d'afficher son expression de d'habitude. Non son expression était normal, comme si elle pouvait relâcher toute la pression qui pesait sur ses épaules depuis septembre.

"Pourquoi tu fais ça ? tu te renferme sur toi depuis notre arrivée...tu n'as presque pas d'ami...tu te sens pas seule ?"

Ce que disait Hanai était vrai, Yuzu avait très peux d'ami, voir aucun, elle ne savait pas vraiment elle même. Bien sur que la japonaise se sentait seule. Mais elle s'était habituée à cette sensation qu'elle connaissait déjà bien avant de prendre la route pour l’Angleterre. Un peu plus ou un peu moins, il n'y avait aucune différence.

"j'ai pas besoin d'ami"

Hanai souffla à la confrontation de cette réponse. Elle connaissait très bien les différences qu'il y avait eu dans l'éducation des deux jumelles, que Yuzu avait vécu la même enfance mais en plus stricte. C'était d'ailleurs la plus grande intérogation de Hanai qui ne comprenait pas d'où sa venait ni du pourquoi. Ses parents n'aurait jamais fait de préférence et a quand bien même ne l'ont jamais montré si il y en avait. Alors pourquoi ?

"Et Charlie ?"


Les yeux de Yuzu avaient réalisés une saccade oculaire bien plus marquée qu'habituellement. Elle en décrocha son regard de la fenêtre pour fixer sa sœur. Hanai, elle, regarda les mains de sa sœur qui étaient maintenant agrippées à la couverture. Elle se tourna pour descendre l'escalier tout en ajoutant.


"Envoie lui au moins une lettre !"

Les pas de Hanai dévalant l'escalier a toute allure cachait tant bien que mal la vois de sa grand mère. Yuzu n'y fit pas plus attention que ça. Elle s'assit sur le bord du lit et fixa le bureau de la chambre. La japonaise se leva, ferma la porte doucement, regarda une nouvelle fois par la fenêtre puis finit par s’assoir devant le bureau. Elle prit une plume et du parchemin avant de se mettre à écrire.

Chère Charlie,
Je ne suis pas repartis au japon. La ville de Carrignavar m’accueil pour le séjour des vacance avant mon retour à Poudlard. Ici l'herbe est fraiche, d'une couleur verte éblouissante et il pleut souvent. Tu connais mon gout pour cette météo, néanmoins il manque quelque chose. Ma grand mère l’accueil. Pour être franche je ne fais pas grand chose...

Elle s’arrêta. *c'est nul* elle froissa le parchemin en boule et repris sur un vierge. Les essais s'enchainaient, tout semblaient à Yuzu nié comme le monde. Tout ce qu'elle pouvait écrire la placer dans un état qu'elle jugeait de vulnérabilité. Après une cinquantaine d’essais raturés et froissé en boule, Elle s’arrêta et se remis dans le lit, sur le ventre. *Fait chier* pourquoi elle était incapable de faire ce genre de chose que tout le monde trouvait normal ? *Fait chier, fait chier, fait chier*

La japonaise roula sur le coté pour se repositionner sur le dos. Un bruit de pas lent monter l'escalier. Quelqu'un frappait à la porte. Puis une voix fébrile parla doucement.

"On passe à table Yuzu, tu descend manger ?"


Le ventre de l'asiatique chantait depuis un bon moment. Mais elle n'en pouvait plus, cette nourriture... Ou était passé son riz, sa viande tendre et assaisonnée, ses sushis, soupe et thé vert de chez elle ? alors même si son estomac chantait elle répondit sèchement.

"J'ai pas faim merci"
Dernière modification par Yuzu Ame le 8 janvier 2018, 22 h 11, modifié 2 fois.

Code couleur : #469277
*Picasso 2017, Peeves 2017, Gryffondor et élève du mois de Janvier 2018*
Ma lumière divine vous aveuglera tous !

 Irlande  Vacance ennuyeuse  Solo 

Les jours passaient, parfois le soleil chassait les nuages, séchant l'herbe humide d'une météo capricieuse. Aucune brises ne venaient chatouiller la cime des arbres environnant. Un temps sec qui pourrait bien faire jaunir les champs. De plus la petite ville était bien calme, seul quelques passages de voitures moldu venaient rompre les sons environnant, les oiseaux, les abeilles, les mouches, et bien d'autre faisait raisonner une ambiance calme et paisible. Non loin de la route proche d'une petite riviere, Hanai trempait les pieds en ce doux 12 Aout 2042. Les rayons chauffant les pierres, contrasté par l'eau fraiche venait détendre la Japonaise, se mettant à distance d'un conflit presque constant de ses grands parents et de sa sœur. Il ne fallu pas longtemps avant de voir celle-ci rejoindre sa jumelle prêt de la rivière. Elle plongea ses pieds déjà nue dans l'eau, affichant une brève grimace au passage, tout en s'asseyant a coté de Hanai sans prononcer le moindre mots. Les deux filles assirent l'une à coté de l'autre profitaient d'un moment calme, avant de s'adresser un regard complice tout en s'allongeant sur la roche chaude. elles se laissaient bercer par les odeurs environnante, une odeur d'herbe fraiche mélangée à celle de la rivière et de l’écorce des arbres donnaient un doux parfum boisé.

"J'ai pas réussi à faire une seule lettre" Dit Yuzu pour Hanai.

"Je sais" répliqua sa sœur qui avait bien vue le tas de lettre dans la corbeille. Mais elle n'ajouta rien pour ne pas brusquer Yuzu qui avait déjà fait d'énorme effort sur elle même pour en écrire autant. Yuzu souffla tout en fermant les yeux. Les minutes passait et le sommeil eu raison de la japonaise qui se perdit dans les limbes d'un monde imaginaire dont elle ne se souviendrait pas à son réveil. Quand la petite daigna ouvrir ses paupières, le crépuscule s'était emparé des lieux en maitre. Roi du royaume, il donnait un aspect orange au monde qui laissait souvent un malaise dans le cœur de certain. Le spectacle d'un ciel aux teinte rosée, jaune avec par endroit du vermillon plaçait Yuzu dans un état de contemplation, ce ciel, lui réchauffait l'âme, et ravivait la flamme d'un passé dont le charme des torii gravés de pictogrammes, remontaient en Yuzu des souvenirs d'antan oublié de la demeure des Ame. Elle tourna la tête vers sa sœur. Elle n'était plus là. Seul un bout de papier lui indiquant que celle ci était rentrée. Sur celui-ci une baguette, celle du père de la fillette. Elle était noir Ebène, fine, la poignée se finissait par des lames tranchantes formant grossièrement des ailes. Une chainette en métal noir, plutôt courte, balançait a chaque mouvement que donnait la petite asiatique. Hanai l'avait reçu à Poudlard et avait décidé de s'en séparer, la donnant a sa sœur pour une raison que elle même ignore. Elle ne trouvait peut être plus le besoin de s'accrocher à cet objet. Yuzu sorti sa baguette et la plaça a coté de celle de son père. Celle de la japonaise était bien plus grande, peut être huit centimètres de plus, elle était aussi plus épaisse et surtout moins "dark". elle ne se rappelait pas que son père avait se genre de gout. Elle se releva, se fit un chignon et le fixa avec cette nouvelle baguette. Ce nouvel objet avait beaucoup de valeur pour Yuzu qui aurait du mal a s'en séparer, comme pour sa cravate verte.

Elle emboita le pas vers la maison de ses grands parents, le cœur léger avant que la nuit ne tombe. La japonaise poussa la porte, prévint les habitants de son retour avant de monter dans la chambre pour préparer son entrainement.



Code couleur : #469277
*Picasso 2017, Peeves 2017, Gryffondor et élève du mois de Janvier 2018*
Ma lumière divine vous aveuglera tous !

 Irlande  Vacance ennuyeuse  Solo 



Yuzu se levait a peine qu'elle était déjà sollicité par son grand père. Elle lui demanda ce qu'il voulait, pas de réponse ou une plutôt évasive. Elle savait très bien que son comportement tout au long des vacances mais de là a avoir une discutions avec lui sur ce sujet ? c'était réellement nécessaire ? Pour une raison inconnue Yuzu ne discuta pas, le suivi jusqu’à une porte. Elle entra dans la pièce, sombre, un escalier menait un peu plus loin en contre bas a une pièce plutôt grande et délabrée. Une cave ? surement mais c'était bien vide, trop vide. A peine le temps de prendre conscience de la situation que Yuzu était déjà au bout des marches. En bas dans un geste se retourna et vis son grand père fermer la porte a clef tout en se transformant en un monstre énorme...


"Putain !"

Le plafond ? un rêve ? désorientée la japonaise se leva, bien que le matin approchait il faisait encore sombre. Elle attrapa d'un geste furtif sa baguette et sortie de la chambre. Se mettant en route pour la salle de bain elle plongea sa tête aussitôt dans la vasque remplis. Sensation étouffement la força à sortir la tête. Un manque d'air impitoyable. Une pensée, des pensées lui traversa l'esprit. Demain était censé être la fin des vacances ? devrait elle retourner au japon ? le jugement pour la garde avait était rendu ? Elle se crispa, serrant les dents avec une force intolérable. Elle ne voulait plus rentrer elle voulait simplement retourner à Poudlard. Elle s'y sentait en sécurité, loin de de son pays, ce pays qui avait assassiné son père, son frère. Qui est la personne derrière tout ça ? Pas de réponse... du coup le pays serrait responsable ? Peut être. Yuzu vida la vasque, le son de l'eau englouti par les canalisations faisait un bruit monstre. La porte s'ouvrit.

Yuzu ? tu ne dors pas ?

sont grand père. La dernière image que celle ci voulait voir, son rêve encore trop présent dans son esprit lui donnait un sentiment de dégout. ça question l’énervait, elle avait envie de lui répondre avec sarcasme, "ben si je dors pourquoi ?" "ben ça se voit non ?" mais elle ne voulais pas entrer dans une confrontation stupide pour ça. Le vieux fit une tête dépitée, fatiguée. Devant le manque de réponse et l'image figée de sa petite fille il souffla puis ajouta.

Suis-moi


Elle le suivit, sans réellement à quoi s'attendre. Alors qu'il parlait en ajoutant des phrase redondante et bateau a souhait Yuzu elle observait une dernière fois les murs. La porte ! la porte de son cauchemar. Plus de mouvement. La gorge se serrait et son rythme cardiaque s’accélérait. Elle ne voulait pas entrer derrière dans cette pièce. Pourquoi avait t'elle besoin de rentrer. La porte était béante, mais ce trou dans le mur était noir sombre. Yuzu agrippa sa baguette et entra. Suivi de prêt par son grand père. De la lumière ? *clic* l’interrupteur. une bibliothèque gigantesque *pauvre conne* pensa la fillette. Un bureau était dressé au milieu. Cette pièce était beaucoup trop luxueuse pour qu'elle soit en accord avec le reste de la maison. Son grand père l'invita a s’asseoir dans un sofa en soie. Des coussins de eux aussi en soie étaient présent. Quatre coussin, un vert, un bleu, un jaune, un rouge. Yuzu s'assit, le discours commença.

Bien demain tu retournera à Poudlard. Les deux ministère ne s'entende pas sur la garde, ta tente ne répondant pas d'un coté comme de l'autre. Ton grand père voulait que tu revienne au japon. Je mis suis personnellement opposé. mais avant que tu ne pose de question... sors les fioles que ton père t'a donné avant de mourir.


Yuzu s’exécuta sans broncher, pourquoi diable voulait t'il ces fiole et pourquoi il s'était opposé a son retour ? elle ne comprenait pas. Elle se leva et déposa les fiole sur le bureau de Waylon. Une grande vasque fit son apparition après avoir appuyé sur un bouton. Une pensine. C'était magnifique. Waylon ouvrit la première fiole et la laissa s’écouler dans le liquide de la pensine sommant sa petite fille de plonger la tête à l’intérieur. Aussitôt elle fut happée par un souvenir, celui de son père ? Elle était ailleurs.

[Souvenir]


Yuzu se tenait a coté de son père et sa mère. Un souvenir qui lui remplis le cœur, les larmes commençait à s’écoulait, son envie d'enlacer ses parents était fort. Puis au loin, deux fillettes, qui marchait tant bien que mal. Elle devait avoir un peu plus d'un ans chacune. Le père les appela "Yuzuuuuuu ! Hanaiiiiiiii !" Les yeux de Yuzu explosèrent, son œil droit pleurait enfin normalement. Les deux petite qui courrait dans un jardin manquant de tomber à chaque pas chamboulait le cœur de la japonaise. Un détail frappa celle ci. Ce jardin ? celui de son Grand père maternelle. Les deux fillettes arrivèrent dans les bars de leur père qui les souleva en les faisant tournoyer. Les rire de ces deux fillettes réchauffait le coeur de Yuzu. ce temple impénétrable, la réponse était la devant ses yeux. Ces moments passé avec son père, est ce les seules ? Les filles avait fini de tourner dans les bras de leur père qui les posa sur le sol, les chatouilla avant de les prendre dans ses bras, lui accroupie a leur hauteur, et elles agrippant de leur petit bras.

Les filles vous êtes ma raison de vivre. Je vous protègerais quoi qu'il arrive. Vous êtes nés à deux, il faudra restez soudée. Ensemble vous pourrez accomplir de grande chose, mais viendra un jour ou vous devrez faire votre vie chacune de votre coté. Cela ne veux pas dire qu'il faudra s'oublier.... Je vous aime et vous aimerait toujours. Mes saphirs, mes soleils.

Les petites filles ne semblait pas comprendre, leur jeune age avait raison de leur innocence. Il rigola, ce qui les fit rire en retour, des rires de joie partagé par une famille soudée. "aller filez chenapante !" les rires s'éloignaient et le père se releva.

Waylon ?

Qui y a t'il Shunsui ?

"Un jour viendra ou elles auront l'âge de rentrer à Poudlard, quand ce jour viendra elle seront placées sous votre responsabilité, J'ai toujours l'impression que mon père traine dans des magouilles ministérielle, des magouilles en rapport avec certain fanatique de la magie noir. Il tentera surement de manipuler les filles. Elle n'ont pas une grande puissance magique individuellement mais leur lien est fort, ensemble, leur puissance devient intéressante pour des gens mal intentionné. Yuzu semble être la plus faible des deux, il est important de faire croire que c'est l'inverse. ça sera dur, mais elle finira par voir cette vérité et elle l'acceptera, j'ai confiance en elle. Plus important Akainu tentera surement de la corrompre. Petit je lui ai fait un serment, serment qui aujourd'hui m’empêche d'avoir une total liberté dans l'éducation de mes enfants. Quand le jour viendra votre fille devra se protéger et Poudlard protégera les jumelles. Ne les laisses pas sombrer dans la magie noir Waylon, ne les laisse pas se détruire, deviens le pilier que je ne peut être. J'aurais aimé avoir une vie normal, au moins pour elles. Regarde ce que je suis obligé de faire pour les protéger. je devrais me laisser mourir maintenant plutôt que de retourner au japon."

Tu leur apprendra la magie tôt, tu leur apprendra a se défendre, tu leur enseignera l'art féodale que toi même tu as appris et elles seront capable de détruire sournoisement le monstre qui est capable de forcer son enfant à faire un serment inviolable. Tu as un coup d'avance sur lui Shunsui, en attendant les filles et Elisabeth on besoin de toi. Sans compté ton premier fils Asari.

[Fin du souvenir]



Tout disparaissait dans un nuage de fumée, Yuzu tentait tant bien que mal de rester accrocher à ce souvenir. mais c'était en vain. Trop volatile. Yuzu de retour à la réalité posa une question avec froideur :

"C'est ce chien qui à tué mon père ?"
les Yeux emplis de désir de vengeance. Waylon lui restait très calme

Ce genre de mots ne devrait pas sortir de la bouche d'un enfant Yuzu. Mais oui c'est lui, la seconde fiole montre les événement de ce fameux soir dans les moindres détails

Yuzu tendis la seconde fiole à son grand père,

"Utilise la alors je veux voir !"

La réponse fut cinglante

Non. Les images que tu verrais dans cette fiole ne ferrait alimenter que ton désire de vengeance.

Yuzu l'ouvra avant d'essayer de la mettre de force dans la pensine mais elle fut aussitôt stoppée par un salcifis de son grand père. Elle tomba au sol, laissant la peur lui traverser l'esprit quand elle vit la fiole en l'air. Mais les lois de la physique étaient contournées. La fiole restait en l'air, pointée par la baguette de Waylon.

Bon dieu Yuzu ! Prépare plutôt ta valise tu prend l'avion pour l’Angleterre. Demain tu rentre en seconde année à Poudlard


il récupéra la fiole lévitant et la libéra. Yuzu partie en courant dans sa chambre préparer ses affaires. Emplis de haine, mais aussi de joie. La joie d'avoir vue un père aimant, un père qu'elle n'avait jamais vue ou plutôt dont elle n'avait plus le souvenir. Cette évidence caché d'un père protégeant ses filles quoi qu'il arrive. Yuzu était déterminée, quand elle reposerait le pied sur le sol japonais ça sera pour détruire celui qui avait osé s'en prendre à sa famille. En attendant elle étudierait les sortilèges, la défense contre les force du mal et les arts martiaux comme jamais dans l’enceinte du château. Elle boucla les sangle de sa valise, releva la tête et ne pue s’empêcher de penser *Charlie finalement nous nous reverrons !*. La futur deuxième année était heureuse au même titre qu'il y a une dizaine d'année maintenant. Cependant cela ne tiendrait surement pas, les conditionnements sociaux referaient surface dès son arrivé au château

Code couleur : #469277
*Picasso 2017, Peeves 2017, Gryffondor et élève du mois de Janvier 2018*
Ma lumière divine vous aveuglera tous !