Ailleurs…

Inscription
Connexion

Découverte de l'Irlande

Bangor - Irlande  - Décembre 2041

Lorsque son père lâcha le bras d'Elyn, après avoir effectué un transplanage d'escorte. Celle-ci observait déjà le paysage qui l'entourait.
La ville de bord de mer dégageait une forte odeur d'iode qui fit sourire Elyn, le ciel d'un gris profond était menaçant et on pouvait voir au loin sur la mer, les éclairs d'un orage qui finirait par leur tomber dessus. Mais cela ne rendit pas pour autant le paysage triste pour la jeune fille, bien au contraire elle adorait les orages, et faisait en sorte de toujours se trouver aux premières loges lorsque l'un d'eux éclatait. 
Elyn s'émerveilla devant le paysage, jamais elle n'avait eu l'occasion de venir en Irlande voir son parrain, Dan Dodson avait toujours été celui qui descendait en France. En effet quand elle avait demandé à son père comment cela se faisait, celui-ci avait répondu que ses parents et son frère Oliver n'avaient pas apprécié qu'il épouse sa mère, mais surtout qu'il parte s'installer avec elle dans le sud de la France. Mais Elyn se rassurait, elle ne serait pas ses grands-parents qui étaient morts sans la connaitre, un et deux ans plus tôt, ni son oncle Oliver qui était parti vivre aux États-unis. 

"C'est magnifique papa!"

"Oui et tu verras le côté sorcier est encore mieux. Je suis tellement heureuse que tu ailles à Poudlard. "

Elyn observa son père celui-ci avait les larmes aux yeux et un grand sourire, il lui tendit la main qu'elle prit avant qu'il ne la dirige dans plusieurs petites rues de plus en plus étroites et bientôt ils arrivèrent devant un petit restaurant sans nom qui selon les dires de son père n'était visible que pour les sorciers. 
Lorsqu'elle entra dans celui-ci, les odeurs changèrent, en effet l'odeur iodée disparue au profit d'odeur de poulet et de bière au beurre. Mais son père n'eut pas l'air de s'en préoccuper et se dirigea vers un tableau qui représentait une rue marchande où des dizaines et des dizaines de personnes circulaient. 

"Voici l'entrée du coté sorcier de la ville."

Il tira le tableau vers lui et une grande alcôve apparue donnant sur la même rue mais cette fois beaucoup moins remplie. 
*Bienvenue dans ta nouvelle vie, Ely !*
Elyn traversa la porte et entra pour la première fois dans la vie d'une sorcière irlandaise, au loin elle pue alors voire son oncle qui lui faisait signe devant une boutique de livres.

Dodson et fils, le livre de vos envies. 

Reducio
Image Oeuf de Gryffondor.


Elyn Mary Dodson - Sang pur - Serdaigle
"Rien ne se perd, tout se transforme" Lavoisier

Découverte de l'Irlande

Bangor - Irlande - Février 2042


Voilà bientôt deux mois qu'Elyn avait aménagé en Irlande, au-dessus de l'échoppe de son oncle Dan. Chaque jour sa tante Ella qui était une sorcière naît moldu, lui racontait des histoires concernant Poudlard où elle avait étudié à Serdaigle et lui donner quelques cours concernant la vie dans un pays Anglophone.

La jeune fille apprenait vite,  c'est pourquoi elle avait beaucoup de temps libre et qu'elle passait la plupart de son temps à flâner dans les allées enneigées de l'Allée Déambule, de nombreux commerces s'y succédaient, Librairie, Ménagerie... et en son centre trôné la succursale de Gringotts en Irlande.
Mais aujourd'hui, Ely n'avait pas pu sortir car une tempête de neige empêchait à l'extérieur de voir à plus d'un mètre. Elle s'était réfugié devant la cheminée étant devenue très frileuse, dans un confortable canapé et s'était mis à dévorer une édition ancienne du Quidditch à travers les âges de Kennilworthy Whisp emmitouflée dans une couverture en laine.
L'atmosphère de la petite librairie était très apaisante pour la jeune fille, ces grandes bibliothèques qui recouvraient presque tous les murs de cette grande pièce rectangulaire, sur le côté juste derrière le comptoir se trouvaient la grande cheminée et les deux canapés et une table basse. L'avant du comptoir se trouver quelques tables permettant aux lecteurs de s'assoir et d'étudier sans emporter les livres.

On pouvait sentir une bonne odeur de parchemin usé, de feu de bois et on ressentait facilement la magie qui emplissait les lieux

Son oncle était sorti faire quelques courses urgentes et sa tante était au comptoir en train de trier la dernière livraison qu'ils avaient reçue quelques heures plus tôt par cheminette.
De là où elle se trouvait, Ely pouvait observer celle-ci, très concentrée, ses cheveux retombaient devant son visage ou ses sourcils étaient froncés lui donnant un air sévère. De temps en temps, une de ses mains se posait sur son ventre bien arrondi ou alors elle faisait tourner par magie la cuillère se trouvant dans son bol de thé fumant.

"Est-ce que tout va bien Ely?" demanda alors Ella en relevant la tête vers elle d'un regard curieux. 

"Oui, je... désolé, j'étais perdu dans mes pensées."

"En m'observant depuis bientôt dix minutes ?" 

"Oui, je ne sais pas pourquoi, mais je n'arrive pas à me concentrer sur ce bouquin."

"Peut-être parce que tu l'as déjà lue une quinzaine de fois si pas plus et que tu l'avais déjà entièrement mémorisé la toute première fois. Tu ne manques pourtant pas de livre ici?"

"Je sais, j'aimerai parfois ne pas avoir une telle mémoire" souffla Ely en fermant les yeux et en faisant tomber sa tête en arrière. 

"Je te l'ai déjà dis, tu dois prendre ça comme un don, pas une malédiction. Aller, viens m'aider je suis sur que tu arriveras à me trouver où mettre tous ces bouquins. "

Elyn ouvrit les yeux, se releva de sa position couchée, attacha sa longue tignasse en un chignon désordonné et remit ses lunettes correctement sur le bout de son nez.  Mais alors qu'elle se levait pour rejoindre sa tante, la petite cloche de l'entrée du magasin retenti, un homme d'un certain âge fit son entrée avant de s'épousseter de la neige qui le recouvrait.

Sa tante fit le tour du comptoir et s'approcha de l'homme, visiblement concentré sur son déneigement.

"Bonjour monsieur, je suis Ella la propriétaire de cette librairie et voici ma nièce Elyn. Je ne pensais pas que quelqu'un tenterait de sortir avec ce froid, est-ce que vous désirait une boisson chaude ?"

Elyn regarda l'homme avec curiosité, celui-ci avait l'air quelque peu contrarié.

Elyn Mary Dodson - Sang pur - Serdaigle
"Rien ne se perd, tout se transforme" Lavoisier

Découverte de l'Irlande

Quel sale temps ! Quelle idée de venir dans un endroit pareil ? Franchement, Robert avait d'autres chats à fouetter que de partir en villégiature au sein de pays particulièrement froids. Non, la raison pour laquelle le vieil homme était dans le coin était simple : il cherchait à retrouver un homme, presque aussi âgé que lui, G. Cette initiale avait eu le don le mettre hors de lui à plus d'une reprise, cependant, il avait eu quelques informations en Irlande. 

Finalement, après avoir fait chou-blanc, le vieil homme avait finalement réfléchi à l'idée de devenir journaliste. Une place s'était libérée à la gazette du sorcier et, bien qu'il était maintenant à la retraite et agissait principalement pour son compte, il pensa à l'idée d'entrer au sein du journal afin d'obtenir le maximum d'informations. Après tout, journaliste permettait d'être au centre même de toutes les informations qui circulaient. De cette façon, le vieil homme obtiendrait alors les moyens d'étendre son réseau.

Fier de lui et de sa décision, l'ancêtre décida alors de partir en quête d'une librairie. Il avait besoin d'informations fiables sur le journalisme et la façon de s'y prendre pour les entretiens d'embauche. Vu que ça faisait bien longtemps qu'il n'avait pas travaillé ou cherché du travail, le vieil homme n'avait simplement plus l'habitude, jugeant qu'"il était bien trop vieux pour ces conneries".

La neige était bien trop violente pour l'ancêtre qui finit tout de même à pied pour atteindre le magasin. Poussant la porte avec le signe sonore distinctif, il épousseta la neige sur ses vêtements avant de soupirer une nouvelle fois : il était vraiment trop vieux pour ces conneries. Soupirant un instant, il s'appuya sur sa canne pour observer le lieu sous toutes les coutures. En réalité déjà à la recherche d'un ouvrage pouvant lui offrir ce qu'il cherchait, il fut interrompu dans ses contemplations par la tenancière de la boutique.

- Une boisson chaude ? 

Robert écarquilla les yeux et réfléchit à peine quelques secondes avant d'accepter. Malgré l'heure matinale, il avait particulièrement envie d'alcool... une bonne vieille habitude qu'il gardait des moments difficiles. Qu'est ce qui pouvait donc être une boisson chaude avec de l'alcool ? 

- Un Irish Coffee serait parfait ! Enchanté, je suis Robert Jewler. 

Le vieil homme salua d'un signe de tête : il aurait été carrément imprudent de serrer une main avec un froid pareil au dehors. Les microbes et la grippe, pour un homme aussi âgé que Robert étaient des dangers presque aussi grand que les mages noirs. Profitant de sa demande, il chercha alors à demander des informations quant à ses besoins, suivant l'adulte.

- J'aurai besoin d'un livre sur la gazette, retraçant son histoire... A moins que vous ne connaissiez un certain Gérald ? 

L'espoir faisait vivre, peu de chance que l'homme qu'il cherchait était passé par ce petit boui boui mais il valait mieux toujours demander, ne serait-ce que pas acquis de conscience.

Découverte de l'Irlande

Alors que l'homme était appuyé sur sa canne et que son regard vagabondait sur les différentes étagères qui ornées les murs de la pièce. Elyn écouta sa tante proposer à l'homme, une boisson chaude et celui-ci lui demander un Irish Coffee, puis se présenta.

Robert Jewler.

* Pourquoi est-ce que ce nom me dit quelque chose ?*

D'un coup de baguette, la femme fit sortir d'un placard un verre, une bouteille de Whisky Irlandais, une carafe de lait et une coupelle de chantilly vinrent se poser juste devant la femme. La cafetière se mit à chauffer dans un coin de la pièce.
Bientôt, les ingrédients commencèrent à se mélanger dans le verre, au moment ou l'homme repris la parole attirant une nouvelle fois l'attention de la jeune fille.

"J'aurai besoin d'un livre sur la gazette, retraçant son histoire... A moins que vous ne connaissiez un certain Gérald ? "

" Gérald... Je ne vois pas, vous n'avez pas plus d'information ? En tous les cas, pour ce qui est de la Gazette, on a de quoi vous renseigner, Ely va vous montrer, elle connaît mieux les moindres recoins de cette librairie que moi qui y habite depuis des années."

"Venez, monsieur, mettez vous à l'aise près du feu, je vais vous chercher les documents que vous désirez..."

Elyn partit directement vers le coin de la pièce où elle savait avoir entreposés quelques jours plus tôt, notamment un magnifique livre retraçant l'histoire du journalisme sorcier à travers les âges ainsi qu'un ouvrage spécialiser sur la gazette du sorcier et la biographie Vie et mort de Barnabas Cuffe par Rita Skeeter. Elle avait lu le dernier livre et trouvait l’écriture de la femme vraiment bizarre. L'histoire de la Gazette des Sorcier. Elle trouva d'ailleurs de vieux exemplaire de celle-ci datant des années 1990 où cette fameuse Rita Skeeter avait écrit des articles peu élogieux sur différentes personnes et d'autre datant des année 40 et 70. Elle savait que son oncle avait fait beaucoup de recherches historique sur les différentes guerres aussi bien sorcière, que moldus et notamment l’impact des unes sur les autres.

Elle apporta à bout de bras les différents documents vers l’homme qui siroté déjà sa boisson.

“ Alors je sais que vous n'aviez demandé qu'un livre, mais tout cela pourrait vous être utile, alors voici quelques journaux d’époque, ils datent des années 40, 70 et 90, une biographie de son ancien directeur Barnabas Cuffe, vous verrez son auteur écrit vraiment bizarrement et je ne suis pas vraiment sure qu’on puisse y faire confiance vu les écrits que j’ai pue trouvais dans les journaux, l'histoire de la Gazette des sorciers et pour finir ce magnifique livre une histoire du journalisme sorcier à travers les âges, il est vraiment passionnant. Après, désolé d’avoir écouté votre conversation avec ma tante tout à l’heure, mais si vous voulez, je pourrais vous aider dans vos recherches d’information sur ce fameux Gérald, si vous aviez un peu plus d'information sur lui.”

Elyn n’était pas sure que sa proposition soit vraiment de circonstance, en effet elle n’était qu’une jeune fille qui entrait à peine dans l’adolescence et tout ca n’était que de la curiosité, une curiosité cherchant à combler son manque d’activité.

“ Après, c’est comme vous voulez, c’est surtout pour m’occuper parce que je ne rentre à Poudlard qu’en Septembre et je m’ennuie très facilement. "

La jeune fille s'apprêtait à faire demi-tour pour aller prêter main forte à sa tante, mais elle se ravisa, restant droite comme un piquet, semblant attendre quelque chose qui ne viendrait sûrement pas.

Elyn Mary Dodson - Sang pur - Serdaigle
"Rien ne se perd, tout se transforme" Lavoisier

Découverte de l'Irlande

Robert restait bluffé. Voir la volonté et l'entrain d'une si jeune demoiselle lui offrit une belle perspective quant à l'avenir de la jeune génération. Décidément, c'en était même impressionnant : bien vite, la jeunette apporta de nombreux ouvrages qu'elle détailla avec minutie. Assis au coin du feu, la boisson à portée de main, le vieillard sortit sa baguette qu'il déposa à côté de lui : trier des documents n'avait jamais été son fort et encore moins lorsqu'il s'agissait de lire. 

Le Jewler ne put s'empêcher d'arquer un sourire tandis qu'il portait le breuvage à ses lèvres. La jeune fille venait de revenir de sa pêche miraculeuse les bras chargés, non pas de victuailles, mais bien de nombreux parchemins. Avenant, l'ancêtre effectua un geste de sa baguette pour faire léviter quelques ouvrages avant qu'un affreux drame ne puisse se produire.

Après les ouvrages vinrent les longues explications, qui, contre toute attentes, captivèrent le vieillard. Habitué à ce que ce soit lui qui raconte ses histoires, il n'avait que trop peu souvent l'occasion de simplement écouter. Chaque parchemin, journal ou simple livre avait un intérêt particulier pour l'ancêtre qui voyait là de précieuses informations. Cependant, il n'avait ni le temps, ni le loisir de faire autant de recherches. 

Finalement, alors que Robert était devenu souriant, son visage s'assombrit lorsque la jeune demoiselle énonça de nouveau le nom de Gérald. Le vieil homme fronça les sourcils avant de répondre d'une voix grave à la jeune demoiselle.

- C'est pas bien d'écouter les conversations des grands tu sais... 

Robert se radoucit presqu'immédiatement. Il n'avait jamais vraiment eu de petits-enfants et c'était un peu le drame de toute sa vie. Non, il était tout simplement incapable de faire la tête à un enfant, c'était sans doute là un de ses plus grands points faibles. Les yeux plissés et le visage de nouveau avenant, l'ancêtre rit un coup avant de poursuivre ses explications.

- Vous n'aurez rien sur Gérald, dit-il laconiquement en reprenant une gorgée de son café.

C'était vrai : Gérald était le genre de personnage à laisser une impression où il passait et, de fait, il laissait toujours une trace indélébile à ceux qu'il croisait. Si quelqu'un n'avait pas d'information sur lui, c'est tout simplement qu'il ne le connaissait pas et qu'il ne le connaitrait pas tout de suite.

- Laisse tomber ma petite. 

Retrouvant son sourire et son entrain, la jeune demoiselle termina en se dressant comme un piquet. Pas très à l'aise avec les jeunes enfants bien qu'il les adore, Robert savait tout de même décrypter les comportements. Ainsi, il savait comment faire pour prendre le maximum d'informations possibles. Pour ce faire, il fallait simplement inciter la jeune demoiselle à s'amuser. Arguant avec ses bras, le vieillard l'invita alors à un petit jeu.

- Je n'ai pas spécialement le temps pour lire tout ça... mais vu que tu m'as l'air pas mal au courant, que dirais-tu de me faire un petit résumé ? J'ai une mémoire bien plus auditive, il m'est bien plus facile de me souvenir d'une conversation que d'un livre qui risque de m'endormir.

Se calant dans son fauteuil, le vieillard posa sa tasse avant de croiser les jambes pour s'installer confortablement.

- Bien sûr, je rémunèrerai la librairie pour ça, c'est un peu ma façon de "lire" en quelque sorte. Qu'en dis-tu ? Ah ! Et parle-moi un peu de ce Cuffe : pourquoi n'est-il pas de confiance selon toi ? 

Les livres avaient la fâcheuse tendance de ne pas répondre, ce qui pouvait lasser bien des lecteurs à la longue. L'avantage des discussions était simplement qu'un échange était bien souvent plus productif.