Ailleurs…

Inscription
Connexion
Pas d’avatar
Sofia Davis  

 RPG+  -  France  Perdue à Paris

RPG Privé avec Robert Jewler

Mercredi, 20 Juin 2042. 13h05

Paris. Ah, Paris. Cette si belle ville. Une ville tellement romantique. Mais tellement grande qu’on pourrait si perdre si facilement.

Pour les vacances d’été et l’anniversaire de l’aînée des filles Davis, Scott et Scarlett Davis avait choisit d’aller à Paris, la ville natal du père de la famille, Scott. Le couple sorcier avait décidé d’aller emmener leurs enfants à Paris comme chaque année, sauf que cette année, ils avaient prévus une surprise pour leurs petites filles. La famille allait passer les premiers jours dans la maison de la sœur de Scott, Selia Netson avec ses enfants, Saul qui avait un an de plus que Sofia, Selena qui avait le même âge que la fille Davis et Safia, la petite dernière, qui avait le même âge que Sophie. Sofia et Sophie s’entendaient super bien avec leur cousin et leurs deux cousines, mais c’était tout-à-fait normal puisque c’était leurs seuls cousins, comme leur mère était une fille unique et que leur père n’avait qu’une seule sœur. 

La petite famille Davis avait pris leur vol très tôt le matin mais n’atterit qu’en début d’après midi et furent accueilli par leur tante et Safia, sa petite dernière, qui étaient venues seules étant donné que ses enfants aînés finissaient aujourd’hui les cours et qu’ils allaient rentrées un peu vers le millieu de l’après-midi. 

"- Je suis contente que vous soyez venus. Vous avez eu un bon vol ? Pas trop de turbulences ?"Leur avait-elle demandé avec son habituel sourire au lèvres.

Les deux femmes entamèrent une conversation en parlant de tout ce qui s’était passé depuis qu’elles ne s’étaient pas vues. Plusieurs personnes n’apprécient pas leur belle fille ou leur belle sœur mais la mère des deux filles et leur tante était meilleure amie et c’est ça qui avait fait rencontrer les mariés. Sofia marchait avec son père, tenait dans son dos son sac-à-dos, à sa main droite le petit sac de sa petite sœur et de sa main gauche sa petite sœur et ils marchèrent jusqu’à la voiture. Une fois arrivé, Scott et Sofia posèrent les affaires dans la malle et se dirigeaient vers les portes de la voiture pour aller s’asseoir et prendre la route vers la maison des Netson.

Dés qu’ils furent arrivés à destination, tout le monde prit quelques bagages, des valises ou même des sac(-à-dos) et entrèrent et chaque un ses affaires et alla à la chambre qui lui était préparée, Sofia avec Saul et Selena, certes ils avaient des chambres séparées mais Saul avait dit qu’il voulait aussi dormir avec sa cousine donc un autre lit à été placé pour lui aussi. Sophie était avec Safia et Scott et Scarlett dans la chambre d’ami. Après avoir mis ses affaires dans le tiroir qui était vide et que sa tante lui avait dit que ses cousins le lui avaient laissé quand ils ont su qu’elle allait venir. La jeune Française regardait par la fenêtre et ve rendit compte que sa cousine avait une excellente vue vis-à-vis la tour Eiffel. Sa tante lui avait suggéré d’aller faire un tour pendant que ses cousins n’étaient pas là et c’est ce qu’elle fait après s’être changé avec un débardeur turquoise, un pantalon bleu et ses converses noires. Elle prit son sac où elle y mit un peu d’argent moldue et sortit après avoir averti ses parents et sa tante.

La jeune fille marchait dans cette grande ville sans savoir où elle allait. Elle réfléchissait à sa vie, que serait-elle devenue si elle était partie à BeauxBatôns en suivant ses cousins et les pas de son père mais non, elle a été envoyé à Poudlard. C’est pas qu’elle n’aime pas Poudlard, loin de là, elle avait rencontré des gens extraordinaires et en avait appris davantage à la magie. Mais elle se demandait juste que serait sa vie c’est elle n’était pas partie à Poudlard.

Un peu fatiguée de sa marche, Sofia voulait retourner à la maison mais elle ne savait même pas où elle était, il y avait pleins de magazins et de fast-food. Elle ne savait plus où elle était. Elle n’avait même pas fait un repère pour se rappeler d'où se trouvait la maison et ne savait même pas l’adresse ni l’arrondissement. C’était officiel, elle était perdue.

 RPG+  -  France  Perdue à Paris

Ah ! Paris ! L'amour, les couples qui se forment, les baisers sous les ponts, les hommes qui jouent de l'accordéon, les cadenas sur grillages en guise de quête éternelle du bonheur, les petites boutiques de charme, la Seine et ses péniches unique... cette ville avait toujours eu un certain charme pour l'ancêtre. Cependant, ça, c'était avant...

Ah ! Paris ! L'amour, les couples qui divorcent, les ruelles mal famées, les sans abris qui mendient en jouant de la musique, les rues remplies d'immondices, les trottoirs et parcs parsemés de crottes de chiens, les sondages sauvages dans la rue, l'air condescendant des habitants, Paris plage et ses lubies... cette ville, l'ancêtre l'avait déjà parcourue dans tous les sens. 

En réalité, le vieillard était assez triste de cette journée parisienne : se baladant plutôt bien affublé et élégant, il portait un atour des plus voyants, sans doute lié à la mode du pays pour les personnes de plus de soixante ans, sa canne ainsi qu'un bouquet de fleur dans la main gauche. Le vieil homme grinçait des dents en marchant de son pas vif, presque colérique. 

Baragouinant des paroles incompréhensibles dans sa barbe, le vieil homme paraissait d'autant plus frustré qu'il ne regardait pas spécialement devant lui. "De toute façon, les femmes... toutes les même !"

Robert venait simplement d'essuyer un nouvel échec amoureux. Depuis plusieurs années, si ce n'était depuis sa naissance, le vieil homme avait connu l'amour à de multiples reprises. Malheureusement pour lui, toutes ses relations s'étaient soldées par des échecs sentimentaux retentissants. A croire que la solitude désirait véritablement s'en prendre au grincheux et décidait de frapper encore ! En effet, l'ancêtre sortait d'un rends-vous galant... ou tout du moins d'un semblant de rendez-vous dans la mesure où la femme ne s'était pas présentée. Au début, il avait pensé à une farce ou à une simple erreur jusqu'à ce qu'un serveur ne vienne s'excuser auprès de lui une vingtaine de minute après l'heure : "Je suis désolé monsieur mais on m'a demandé de vous transmettre un message". Un bout de papier que l'ancêtre avait déchiré dans les quelques secondes avant de fulminer contre lui-même, les femmes, Paris et le monde entier.

Je suis venue. Je vous ai vu... je suis "repartu".

Ruminant dans ses pensées, le vieil homme se faisait ainsi la promesse solennelle de ne plus interférer dans des relations sentimentales. De toute façon, il était bien trop vieux pour ces conneries d'après lui. Ronchon, pas content pour un sou, Jewler était carrément hors de lui et ne faisait tout simplement pas attention où il marchait. La vue un peu défaillante sans ses lunettes, le vieil homme en vint à manquer de tomber en bousculant un enfant. Se rattrapent in extremis, c'en était trop : il ne put s'empêcher de lui hurler dessus.

- NON MAIS VOUS NE POUVEZ PAS REGARDER OÙ VOUS METTEZ LES PIEDS !

C'était la goutte d'eau qui fit déborder le vase. Le coeur de l'ancêtre était assez fragile ; les vieux schnok comme lui n'avaient plus la jeunesse de leur côté pour subir de telles aventures. Décidément bien trop vieux pour s'amuser à ça, il reporta tout de même son attention sur le petit bout de petite fille qui se trouvait devant elle. C'était officiel : c'était pas sa journée !
Pas d’avatar
Sofia Davis  

 RPG+  -  France  Perdue à Paris

Les yeux ahuris, le cœur battant très fortement. Sofia avait juste très peur, elle ne savait pas quoi faire dans ce genre de situation car cela ne lui était jamais arrivé. Elle était déjà sorti faire un tour à Paris mais avait toujours été prudente et ne s’éloignait jamais trop de la maison de sa tante. Si elle s’éloignait plus de deux cents mètres, elle revenait à ses pas et rentrait à la maison. Ou si elle s’éloigne un peu trop, elle serait donc avec ses cousins, sa tante ou même ses parents mais jamais seule. Son père lui disait toujours "Il faut toujours se perdre pour apprendre, si tu ne te perds pas, tu ne connaîtras jamais les autres endroits et tu pourras, tout en visitant, retrouver ton chemin" mais sa mère n’était pas comme ça, elle était toujours très protectrice envers ses enfants, elle n’aimait pas trop être loin d’eux. Scott se moquait souvent de son côté maman poule qui ne s’empêcherait pas de montrer parfois son nez, la jeune femme rigolait un peu avec lui mais restait toujours une maman poule. Sofia admirait ses parents, ils avaient une complicité et ça depuis leurs adolescence, ils s’étaient rencontrés car, au lieu d’aller à BeauxBatôns comme l’avait fait ses parents jadis et son frère, elle avait préféré l’école de sorcellerie Britannique, elle était Française et ne parlait que cette langue avec ses proches mais elle parlait tout le temps anglais quand elle était seule ou avec son frère depuis son jeune âge, malgré qu’elle avait juste l’âge de Sofia et Selena à cette époque, elle maîtrisait super bien la langue Anglaise et se débrouillait pas mal pour avoir l’accent. Ses parents se sont rencontrés quand la petite sœur de Scott avait invité la jeune femme a la maison pour les vacances d’été lorsqu’elles étaient en première année, et cela commença à se produire chaque année. Scott et Scarlett sont tombés amoureux pendant leur BUSES, ils sont sortis ensemble, avec l’accord de la petite sœur de celui-ci, pendant leur avant dernière année et se sont fiancés un ans après leurs études aux écoles de magies. Pendant tout ce temps, ils avaient gardés leur complicité et à chaque fois que Scott regardait sa femme, on aurait dit que c’était la première fois qu’il voit une femme, comme si il venait de tomber amoureux d’elle, c’était trop mignon quand Sofia les voyait, elle voulait bien quelqu’un qui le regardait comme si à chaque fois qu’il la regardait, il retomber amoureux d’elle mais elle savait que tout les couples n’étaient pas comme ça et que les couples parfaits étaient très rare et ils étaient beaucoup dans les films et les livres.

La jeune Française tellement dans ses pensées et tellement elle était paniquée à l’idée d’être aussi loin de ses parents qu’elle percuta sans faire exprès un homme qui semblait un peu vieux. Il lui cria dessus lui disant qu’elle devait faire plus attention. La jeune fille, choquée et surprise par sa réaction, fut stupéfaite et pétrifiée sur place, ses yeux pleins de peur se posèrent sur ceux du vieux et lui dit-elle la voix tremblante.

"-J...je sss...suis ex...trêmement dé...solée, Monsieu. J’ai... j’ai juste... pe...perdue mon ch...chemin. " Elle baissa son regard vers ses chaussures.

 RPG+  -  France  Perdue à Paris

Le coeur serré, le regard du vieillard croisa celui de la jeune enfant : Et voilà ! La stupeur, la colère de l'ancêtre s'évanouirent dans l'instant, offrant de fait un véritable ascenseur émotionnel au vieil homme qui ne semblait pas avoir mesuré ses propos. Les fleurs en mains, Robert les regarda un instant avant de pousser un très long soupir. Les passants qui s'étaient retournés reprirent leur chemin tandis que Jewler réfléchissait à la façon de sortir de cette situation.

Robert n'avait pas la moindre idée de qui pouvait être cette jeune demoiselle, pire encore, il n'avait aucune information quant au fait qu'il s'agissait d'une sorcière. Originaire d'une famille au sang pur, Robert n'avait jamais vraiment été à l'aise dans la relation aux Moldus. De la même façon, le vieillard ne connaissait de que peu de choses sur les relations aux enfants... il fallait être compétent et réagir convenablement. Avec un sourire maladroit, le vieillard se mit à la hauteur de Sofia et lui tendit le bouquet de fleurs. Ce geste symbolique, bien loin d'être considéré comme un geste de séduction mais plutôt de pardon (et encore heureux...) essayait d'apporter un peu de sympathie, comme une sorte d'excuse pour s'être emporté.

Le sourire maladroit s'effaça finalement pour retomber sur un pragmatisme bien plus singulier. En temps normal, Robert aurait préféré esquiver la situation et repartir sur son chemin : il avait bien besoin d'un breuvage extraordinaire pour apaiser sa situation. Néanmoins, incapable de faire autrement, il en profita pour poser quelques questions. Attention ! Il restait des possibilités pour que la jeune demoiselle soit une moldue. La prudence devait être de mise.


- Ou est ce que tu dois aller ? Il n'y a pas tes parents qui sont dans le coin ?

La question était relativement simple. De plus, Robert souhaitait simplement se débarrasser de la situation au plus vite et décharger la perdition de la jeune demoiselle sur ses parents ou une éventuelle connaissance. Au pire, le bus magique aurait pu être utile... cependant pour une moldue, il n'avait aucune idée sur la façon de s'y prendre.

Soupirant de nouveau, le vieillard se mit à jeter des regards dans toutes les directions afin de chercher les éventuels parents de la demoiselle. Plus vite il se débarrassait d'elle, plus vite il pourrait noyer son chagrin dans l'alcool.

- Comment tu t'appelles ?

Quite à rester un moment avec la petite, autant éviter de la faire pleurer et de la mettre à mal. Non, il valait mieux ne pas attirer l'attention. En même temps, un vioque en robe... accompagnée d'une jeune fille en larmes... non... décidément, il ne valait mieux pas attirer l'attention.
Pas d’avatar
Sofia Davis  

 RPG+  -  France  Perdue à Paris

Des fleurs. Voilà ce que le viel homme avait dans les mains. Des fleurs. Un peu tirer par sa curiosité, la fille Davis se demandait pourquoi cet homme -dont elle connaissait pas le nom, si sa mère savait qu’elle parlait à des inconnus- avait des fleurs, peut-être avait-il un rendez-vous avec une femme à ce moment et que la jeune sorcière le retardait et c’était ce qu’il l’avait énervé ou peut-être qu’il allait rendre visite à une personne et qu’il lui apportait des fleurs. Elle n’en savait rien pour l’instant.
Pendant que le regard de la Française s’altérait entre ses jolies fleurs qui laissaient un doux parfum et le viel homme qui est passé d’une grosse colère à un air doux. Elle ne savait pas pourquoi il avait si subitement changé de regard, peut-être était-ce le moment quand leurs regards s’étaient croisés. Ça aussi elle n’en savait rien. Décidément, elle pourrait trouver beaucoup de choses sans savoir leurs raisons. L’inconnu se baissa à la taille de la jeune sorcière et lui tendit son bouquet, celle-ci tendit sa main et le prit.

"-Merci."
Ce geste était comme si l’homme qui se tenait devant elle lui demandait pardon pour le ton qu’il avait employé et le fait que Sofia prenne le bouquet était comme si elle dit que ce n’était pas grave. La jeune fille avait beaucoup de questions qui se bousculaient dans sa petite tête mais aucune ne put sortir de sa bouche, peut-être était-ce parce qu’elle était timide ? C’était presque impossible, la jeune fille n’était pas vraiment une fille timide ou une fille peureuse qui n’osait ni parler ni agir, elle avait éduqué sur l’honnêteté et le courage, elle n’avait pas peur de poser ses questions ou d’agir, elle n’était pas timide quand elle rencontrait une nouvelle personne. Ou peut-être était-ce la peur qu’elle ne retrouve plus son chemin et qu’elle soit à tout jamais perdue à Paris.

L’inconnu avait demandé à Sofia elle devait partir quelque part ou si ses parents étaient là. La jeune fille savait qu’il voulait partir mais elle savait aussi que, d’après ces actes, il ne voulait tout de même pas laisser la jeune fille toute seule ici.

"-Je suis perdue, j’étais chez ma tante mais je suis allé faire une promenade toute seule et je me suis perdue dans mes pensées et dans mon chemin. Avait-elle dit assez tristement et avec une once de regret, gardant toujours ses yeux sur ses baskets.

Sofia regrettait. Elle regrettait amèrement d’être sortie. Elle regrettait de ne pas avoir eu plus de choses à faire au lieu de sortir. Mais comme on dit, ce qui est fait est fait.

Le viel homme lui avait posé une question sur son identité. Elle ne savait pas trop comment réagir, il était, jusqu’à maintenant, un peu sympa avec elle mais elle se montrait quand même prudente. C’était un inconnu. Pendant un long moment, la jeune fille se décida à lui répondre.


"-Je m’appelle Sofia. Est-ce que vous habitez ici ? Vous devait peut-être connaître ma tante ?

 RPG+  -  France  Perdue à Paris

Bon. Au moins, la jeune fillette semblait être plus ouverte à la discussion, voila qui était assurément moins dangereux. Le risque de se faire embarquer à Azkaban avait été quelque peu réduit de ce fait là. Décidément, les rencontres hasardeuses n'avaient jamais vraiment été le fort de l'ancêtre. De plus, le vieil homme était parvenu à se débarrasser de ses fleurs ! Joie ! Allégresse ! Elles auraient au moins servi à quelque chose.

Robert ouvrit a bouche comme pour parler lorsque Sofia précisa qu'elle s'était perdue, c'était bien sa veine ça. Pire encore, elle était également perdue dans ses pensées... qu'est ce qu'une petite fille de son âge pouvait bien avoir comme perdition dans les pensées ? Se grattant la barbe un instant, le vioque laissa la jeune fille se présenter de son prénom avant de soupirer, comme s'il était désespéré : sa journée risquait véritablement de manquer d'intérêt aujourd'hui.


- Sofia hein...

Comment allait-il bien pouvoir faire pour s'occuper d'une moldue dont le seul indice qu'il avait était un prénom. Des Sofia, il en connaissait par dessus le bras, il lui faudrait alors faire preuve d'ingéniosité pour retrouver la famille de cette pauvre petite. Finalement, c'est elle même qui lui offrit l'astuce, Robert ne passerait donc pas pour un pervers à tenter d'en savoir plus sur la vie de la jeune demoiselle.

- Ah ? Et qui est ta tante ?

Voilà qui paraitrait le plus discret possible. Après tout, c'était elle qui avait insisté en disant que le vieillard connaissait surement la tante de la demoiselle. Etait-ce donc une personne connue ? Soudainement, le regard du vieil homme s'illumina, et si la jeune demoiselle avait une famille suffisamment connue, alors il lui serait possible d'obtenir une sacrée récompense pour avoir retrouvé la petite fille perdue !

Jewler s'en frottait mentalement les mains. En plus d'être alcoolique, vieux, sénile et fourbe, voilà qu'il pouvait ajouter le côté vénal et avare à ses défauts. Il ne restait donc plus qu'à faire profil bas et chercher à aider au mieux la petite fille. Quoi de plus facile ? Après tout, ce n'était qu'une gamine, non ? Il suffisait à l'ancêtre de faire montre d'une certaine sympathie et d'une bonne foi afin de l'aider à retrouver sa petite famille. Robert prit donc les devants et se présenta à la jeune demoiselle. Déjà qu'il avait un accoutrement de sorcier, il ne fallait pas effrayer davantage la petite fille.


- Je suis Robert Jewler, je vais essayer de retrouver tes parents ou ta tante, qu'en dis-tu ?

Pour le coup, même si les intentions du vieillard n'étaient pas véritablement dans l'objectif d'aider son prochain mais plutôt d'assurer une duperie de moldus, il n'en restait pas moins sincère quant à la volonté d'aider la jeune fille.
Pas d’avatar
Sofia Davis  

 RPG+  -  France  Perdue à Paris

Dès que le vieil homme avait cité son nom que le regard de Sofia s’agrandissait, elle connaissait cet homme. Pas du genre qu’elle l’avait rencontré mais plutôt dans le genre qu’elle avait déjà vu son nim. Après avoir fouillé dans ça tête d’où elle avait lu son nom, elle se rappela que dans le journal des sorciers, La Gazette du sorcier, son nom a été cité. Donc, il était journaliste et un sorcier. Donc la jeune fille pouvait dire qu’elle était une sorcière sans avoir crainte qu’il soit un moldu. Elle s’approcha du vieux sorcier et chuchota de manière à ce que aucun passagers moldus ne puissent l’entendre. 

"-Vous êtes donc Robert Jewler, le journaliste sorcier qui travaille à La Gazette du sorcier. Je suis moi aussi sorcière et j’étudie à Poudlard, enfin je suis en vacances, mais je sais que ça ne vous intéresse pas.”

La jeune verte et argent regardait le sorcier avec une pointe d’espoir. Sa tante travaillait également dans la gazette du sorcier mais le journal français. Elle était photographe mais il devait la connaître, non ? Elle devait tenter, si jamais il la connaissait, il pourrait l’aider à rentrer. Si ça n’est pas le cas, bah, tant pis. Elle cherchera un autre moyen de rentrer à la maison. Elle aurait pu être maintenant avec ses cousins, sa tante, sa petite sœur et ses parents entrain de déguster de bonnes viennoiseries que la mère célibataire avait acheté dès qu’elle avait su l’arrivée de la famille. L’oncle de la jeune fille était inconnu, elle ne savait pas - ou ne se rappelait plus - de qui il était. Elle avait entendu beaucoup de versions sur lui. Sa mère croyait qu’il était parti et que en partant, ils ont du le tuer. Son père le croyait mort sans autre explication. Tandis que ses cousins étaient coincés entre les deux, en fait ils croyaient que son père était parti dans un autre pays mais qu’il était blessé et qu’il pouvait revenir que dès qu’il sera guerri. En fait, ils savaient que leur père ne reviendra pas mais ils avaient quand même espoir et cela toucha la jeune fille.

La jeune fille réorganisa ses pensées, regarda la fleur qui était sur sa main et la fait bouger entre ses doigts. Elle releva sa tête vers M. Jewler. Elle pria Merlin pour qui la connaisse. Même juste qu’il se rappelle de son prénom rendrait heureuse la jeune fille d’origine Française-Bulgarienne. Elle descendit ses yeux vers ses baskets, une nouvelle fois et lui dit :


“- Sarah Netson, née Davis. Elle travaille dans la gazette du sorcier de France en tant que photographe. S’il vous plaît, vous la connaissez ?”