Ailleurs…

Inscription
Connexion

 France  Voyage au pays du lys - PV

Les plages de sable fin s'étendaient à perte de vue, immense poudre d'or répandue sur la terre tandis que les vagues azurées effleuraient les cotes en ondulant dans un rythme doux, presque musical. Une brise salée emplit les narines d'Eawen, profitant de la vue, debout sur la plage. Elle resta immobile encore un instant, la main appuyée sur sa cane, puis chercha un endroit un peu isolé où s'installer pour lire. Bien qu'elle soit en repos, ses lectures constituaient rarement des moments de détente, dans le sens où elle lisait fort peu de fictions, mais plutôt des livres intellectuels qui la ravissaient tout autant. Assise sur un transat, sous un parasol de toile, elle se plongea dans "Le pouvoir des enchantements", fort éclairant. Elle y apprenait maintes informations sur l'histoire de leur apparition et l'on y brisait l'idée saugrenue selon laquelle ils seraient les plus faibles de tous les sortilèges.

Le temps semblait filer à toute allure, le soleil de feu montait peu à peu dans la voute céleste, suivant sa courbe habituelle. Bientôt, il arriva à son zénith, éblouissant Eawen qui, captivée par sa lecture, n'avait pas songé à tourner son parasol ne servant désormais plus à grand chose. Rangeant son livre dans son sac, elle songea à aller se chercher du déjeuner. D'après la montre moldue qu'elle s'était achetée, il n'était pas loin de midi, et il fallait bien dire que son estomac commençait à crier famine. De plus, la nourriture française était d'une qualité qu'elle appréciait assez. Elle avait un goût certain pour leur plat de crevettes. Soudain, il lui parut qu'une enfant courait en sa direction. Mettant sa main en visière, elle regarda en sa direction.

"Il est plus beau d'éclairer que de briller seulement."
Cupidon en chef

 France  Voyage au pays du lys - PV

Juliette était arrivée depuis quelques jours en France, pour découvrir le pays où ses grand-parents maternels avaient étudié, étant enfants. 

Ils avaient montré à la jeune fille leurs lieux préférés, leurs maisons... Juliette était heureuse d’être ici, et de voir ses grand-parents. Ils étaient gênés de devoir « affronter » leur petite-fille après la mort de sa mère, mais les liens se reformaient de jours en jours. 

Après une semaine passée exclusivement avec ses grand-parents, Juliette leur demanda si elle pouvait découvrir les lieux touristiques seule. Ne voulant pas la brusquer, ils acceptèrent. 

« Va, ma belle ! Découvrir, c’est tout ce qu’il y a de plus beau, non ? », dit avec - trop ? - d’enthousiasme la grand-mère de Juliette. 

Sautant de joie, la jeune Gryffondor prît un sac avec des sous français et et Moldus, des gallions et elle s’en alla. 

Une fois en ville Moldue, elle put vraiment découvrir le pays : le monde sorcier est tant monotone, et ressemblait fort à celui d’Angleterre, alors que le côté Moldu était si différent ! 

Elle commença par sortir son appareil photo, qu’elle maniait avec habilité, et prit tout - absolument tout - en photo. 

Pendant plusieurs heures, Juliette marcha sans s’arrêter, sauf pour acheter des souvenirs à distribuer à ses amis sorciers, ou pour observer un beau paysage. Fatiguée de sa longue marche, elle s’arrêta, acheta une glace et alla sur la plage. 

Elle s’installa sur le sable chaud et dégusta lentement ses deux boules - chocolat et vanille : ses parfums préférés ! - avec appétit. 

Une fois qu’elle eut fini, la jeune Gryffondor se leva et profita du paysage. Marchant sur la plage, elle crut voir une personne qui lui était familière...

Mais oui, c’était Miss Keith, son professeur de sortilèges ! Juliette courut à toute vitesse vers son professeur pour lui parler, et arriva près d’elle en dérapage, presque tombée. 

Membre du club de théatre
Si un chameau te dit qu’il sait parler, c’est qu’il te ment.
Est confiance. Est-ce que ça t’as déjà apporté le malheur ?

 France  Voyage au pays du lys - PV

Une fillette brune venait bien en sa direction. Un peu interdite, Eawen se demanda ce qu'elle voulait. Sans doute la prenait-elle pour quelqu'un d'autre. Une animatrice ? Une sœur peut-être ? Elle allait lui dire son erreur, lorsque la petite dérapa auprès d'elle. Son visage lui disait quelque chose... Elle chercha en sa mémoire. Bien évidemment ! C'était une de ses élèves. Une jeune Gryffondor. Impossible en revanche de se remémorer son nom. A vrai dire peu importait. Elle n'était même pas si étonnée que cela de se retrouver avec elle, cette plage était célèbre, et la France un pays très touristique. Elle avait eu la chance de s'y rendre à plusieurs reprises. Ce pays avait l'avantage de ne pas être trop éloigné de l'Ecosse, mais vraiment différent néanmoins, le tout en faisait un lieu de vacances idéal.

- Bonjour Miss !

La jeune femme sourit chaleureusement, avant de s'apercevoir que personne ne semblait surveiller l'enfant. Étonnée, elle leva un sourcil.

- Vous êtes accompagnée j'espère ?

Si c'était le cas, malgré sa faim tenace, il serait de son devoir de l'amener à un poste de police sorcier. La question était de savoir où ils se trouvaient. Elle avait beau avoir une certaine connaissance du pays, son service de sécurité lui restait inconnu. Elle espérait donc fortement que la réponse de la fillette serait positive et qu'un parent surgirait bientôt auprès d'elle, soulageant sa conscience, jambe endolorie et son estomac. Si la réponse était négative, il lui faudrait trouver dans cette foule de moldus un sorcier qui accepterait de l'aider. Heureusement, elle n'en n'était pas encore là.

"Il est plus beau d'éclairer que de briller seulement."
Cupidon en chef

 France  Voyage au pays du lys - PV

Son professeur venait de faire les politesses, et Juliette l’observa. Ensuite, son professeur chercha quelque chose des yeux, et avant que la Gryffondor eut le temps de demander quoi, son professeur dit :

« Vous êtes accompagné j’espère ? », demanda-t-elle, inquiète.

Juliette savait très bien qu’être seule à son âge n’était pas la meilleure option, mais elle n’avait pas eu le choix.

Pour changer de sujet, elle dit :

« C’est très beau ici, j’aime beaucoup la France. Vous connaissez ou c’est votre première fois ? ».

La « ruse » de la petite Gryffondor n’allait pas marcher, c’était trop simple. Pourtant, son professeur ne dit rien.

Elle se décida à dire la vérité : 

« Je suis en effet seule maintenant, mais pas seule en France. Je suis avec mon père et mes grand-parents. Et vous ? Sans vouloir être indiscrète, vous êtes venue accompagnée ? », dit Juliette avec curiosité vers la fin. 

Puis, elle eut très chaud : le soleil était de plus en plus fort, et les joues de la Gryffonne rougirent, autant de la chaleur qu’un coup de soleil. 

Elle sortit de son petit sac à dos une bouteille d’eau, et but deux petites gorgées. Puis, elle sortit son guide touristique et s’éventa avec. 

« Il fait drôlement chaud, vous ne trouvez pas ? », demanda Juliette, devenant rouge écrevisse. 

Membre du club de théatre
Si un chameau te dit qu’il sait parler, c’est qu’il te ment.
Est confiance. Est-ce que ça t’as déjà apporté le malheur ?