Ailleurs…

Inscription
Connexion

 SOLO  Le coup de massue du Vendredi 4  Chap. 1 

Vendredi 4 Mai 2040, en soirée à Hasting au Sud de l'Angleterre.

Mathilde avait fêté son neuvième anniversaire presque un mois auparavant, elles avaient reçu ses cadeaux et tout l’amour dont elle avait souvent besoin venant de ses proches. Malgré le week-end qui approchait, sa vie de petite fille était tourmentée, Mathilde se posait quelques questions sans vraiment savoir sur quoi et surtout pourquoi. Elle avait remarqué que le comportement de ses parents avait changé, la bonne humeur, le sourire et les jolies joues roses de sa mère avaient disparu et transformé en visage pâle, elle semblait épuisée, triste, vidée. Elle ne rigolait plus comme avant avec sa fille. Il en était de même pour son père même si le changement était moins flagrant car la fillette ne le voyait pas souvent dû à un travail très prenant dans le monde des moldus.

Mathilde connaissait déjà bien le monde sorcier et elle savait donc que le problème ne venait pas de là. Surtout grâce à son intelligence et sa logique hors du commun. Mais après tout, elle n’est qu’une petite fille de neuf ans encore bien trop innocente et naïve pour comprendre les problèmes du monde qui l’entoure. D’ailleurs ce n’est pas si inquiétant puisque toutes les petites filles de cet âge-là le sont plus ou moins.

Ses parents, Katerine et Mark étaient alors parties se coucher même si ce n’est encore une fois bien loin de leurs habitudes.
Mathilde devait dormir à cette heure si tardive et sa mère avait pour reflexe de vérifier si sa petite princesse était bien tombée dans les bras de Morphée mais ce ne fût pas le cas cette soirée du vendredi 4 mai.
Étrange.
La fillette attendit alors plusieurs minutes pour s’assurer que le terrain était libre pour pouvoir se rendre sans encombre dans le salon.
Pourquoi ? Simplement car elle n’avait l’envie de dormir, que quelque chose l’embêtait encore et elle voulait mettre de l’ordre dans sa tête comme elle aime le faire pour se sentir bien.

Elle prit alors bien soin d’éteindre la lumière de sa chambre et faisait très attention à chaque bruit de pas qu’elle pouvait provoquer en marchant sur le parquet qui était présent dans presque toutes les pièces de la maison.
Mathilde était loin d’être une fille à bêtises, c’était donc une de ses premières aventures nocturnes bien loin d’être sa dernière mais ce n’est pas le sujet. Un soupçon de fierté parcourra la jeune fille. Mais c’est un bâillement qui l’a fit retrouver la réalité.

Elle ferma doucement la porte et se retourna sur le palier. Une faible lumière la laissa entrevoir le chemin qu’elle devait emprunter pour accéder aux escaliers. Cette lueur venait d’ailleurs du salon, étrange non ? L’esprit d’enfant de la fillette commença à lui jouer des tours et vit quelques monstres bien connus des dessins-animés pour enfants. Néanmoins elle se ressaisit vite et entama sa descente.

Sa démarche était toujours aussi prudente mais elle arriva relativement rapidement dans la pièce concernée et le doute que quelque chose ne tournait pas rond commençait à se confirmer. La lumière aperçue de l’étage était en fait celle d’une lampe posée sur un meuble de rangement, rien d’étrange jusque-là mais lorsqu’elle vit les tiroirs ouverts avec des piles de papiers entassés Mathilde comprit vite. Elle se rendit alors voir ces intriguant papiers en espérant avoir des réponses à ces comportements et étrange ambiance qui régnaient depuis des jours.

2ème année RP
"La douleur muette a les plus tristes pensées."

 SOLO  Le coup de massue du Vendredi 4  Chap. 1 

Quelques minutes plus tard...


Elle prit alors mécaniquement le premier papier d’une longue série, cette feuille d’ailleurs, elle semblait déjà ancienne de quelques années au vu de sa couleur légèrement jaunie par le temps. Il y était déjà inscrit tout en haut la date : 7 Juillet 2031. En effet, quelques années déjà, Mathilde continua alors sa lecture.

Enfin du moins essaya.
Car le titre eût l’effet d’un coup de massue dans le cœur de la fillette.
Elle pouvait clairement y lire :

« ADOPTION, MATHILDE ARCHDEACON »


Ce qui suivait juste après tout le charabia que la petite brune peinât à lire à travers les larmes qui commençaient à atteindre ses yeux promettait d’être aussi surprenant,

La cause de l’adoption.

« Cause : Emprisonnement puis suicide du père : Léandre Archdeacon, Assassinat de la mère, Hippolyte Archdeacon (née Griggs).



Mathilde s’écroula alors, en larme, elle comprit aussitôt tout ce que cela voulait dire, ses parents n’étaient en fait pas ses parents, sa famille n’était en fait pas sa famille.
Elle aurait sans doute préférée juste tomber, s’endormir à tout jamais à ce moment-là mais un élan de courage l’a parcouru. Elle essuya ses larmes d’un coup de manche et poursuivit sa lecture.

La seule chose qui retenu son attention c’est qui assassina sa mère biologique. Elle avait déjà une idée qui lui avait traversé l’esprit mais elle allait découvrir plus en bas de la page le pourquoi du comment. Son intuition était juste.

C’est bien son père biologique. Qui l’a tué suite à une folie intense.

La petite fille de neuf ans qu’elle était grandi d’un coup. Elle était tellement remplie de haine, de tristesse que personne ne pouvait la comprendre.
Elle ne savait finalement pas qui elle était et qui l’entourait depuis qu’elle était née.

Elle laissa alors tout en plan, comme ça et monta dans sa chambre. Totalement bouleversée et tremblotante elle manqua de tomber dans les escaliers. Elle passa alors sa tête par la porte de la chambre de ses « parents » en pensant à tout ce que ça allait impliquer maintenant. Elle alla se coucher, éteignit la lumière et se blottit sous la couette en boule pour étouffer ses sanglots. C’est au bout de quelques heures qu’elle s’endormit.

Bien décidée à demander des explication le lendemain. 
Dernière modification par Mathilde Evans le 20 avril 2018, 23 h 52, modifié 1 fois.

2ème année RP
"La douleur muette a les plus tristes pensées."

 SOLO  Le coup de massue du Vendredi 4  Chap. 1 

Samedi 5 Mai 2040, 14h02

Le lendemain de cet découverte déchirante Mathilde était étonnement calme. Elle s’était levée normalement, embrassa ses parents, adoptifs donc, et prit son petit déjeuné majoritairement composé de pâte à tartiner étaler sur du pain tout sourire comme elle en avait l’habitude. Elle n’avait néanmoins pas du tout oublié tout ce qu’elle avait appris la veille et gardait ce qu’elle avait à dire pour plus tard, histoire d’être bien réveillée le moment venu de demander des explications grandement méritées.

Après le déjeuner dont la tradition était d’aller dans le restaurant situé au bout de la rue de leur maison, Mathilde monta dans sa chambre, commença à faire les cent pas et réfléchir à comment aborder le sujet car c’est vrai, parler d’une adoption secrète, d’un suicide et d’un assassinat n’est pas quelque chose d’habituelle, diront nous.

Avant de lancer les hostilités la fillette s’était bien sûr assurée que ses parents n’avaient pas remarqué son escapade nocturne et le dérangement dans les papiers mit.
Le terrain était libre et préparé. Il fallait de toute façon avoir cette discutions un jour ou l’autre donc elle prit son courage à deux mains et descendît dans le salon ou son père était en train de feuilleter le journal et sa mère regardait la télévision.

Une fois arrivée en bas toute tremblotante, elle se racla la gorge et lança un petit

- « Papa, Maman… J’ai besoin de vous parler… »

Ceux-ci répondirent juste avec des yeux interloqués et son père qui lui fit signe de s’assoir à côté d’eux. Chose qu’elle fit d’ailleurs immédiatement.

- « Hier soir, je n’arrivais pas à dormir… Même en comptant les moutons je vous assure ! Alors j’ai décidé de me lever pour aller à la cuisine pour prendre de l’eau. En arrivant en bas j’ai vu la lumière sur le meuble à l’entrée et les tiroirs ouverts avec toutes les feuilles éparpillées… »

Elle marqua un temps de pause pour reprendre sa respiration car ce n’était clairement pas un exercice facile, elle en profita pour regarder ses parents et à son grand soulagement elle vit qu’ils avaient compris ou leur petite fille voulait en venir, cela lui facilitera la tâche.
Elle reprit.

- « Alors comme je suis curieuse, j’ai regardé ce qu’il y avait marqué et… »

Elle n’eût pas fini sa phrase lorsqu’elle éclata en sanglot, ses parents se regardèrent d’un air dévasté, ne sachant pas comment réagir marquèrent un temps de réflexion avant de la prendre dans leurs bras.
Son père, Mark, prit alors à son tour la parole :

- « Bien… Mathilde, nous ne nous attendions pas à ce que tu le découvre si tôt, nous avons fait l’erreur de laisser ces papiers traînés c’est vrai… Au départ nous voulions te l’annoncer à tes 18 ans, afin que tu puisses entamer par toi-même tes recherches sur tes parents biologiques ce qui est totalement compréhensible. Le problème c’est que la loi, les gens qui nous ont aidés à t’adopter, nous ont imposé de te protéger et avons donc interdiction de te parler de quoi que ce soit à propos de la vie de tes parents, qui ils étaient, que faisaient-ils…
Mais nous pouvons très bien t’expliquer TON histoire et donc un bout de qui était tes parents, chose que tu as du déjà commencer à faire quand tu as exploré les tiroirs…


Cette fois, c’était Katerine qui prit la parole comme si ce discours était déjà orchestré depuis des années.

- « Tu es donc née ici, à Hasting, le 6 avril 2031. Ça ne change pas. Hippolyte et Léandre s’était installés en Angleterre depuis environs 10 ans. Avant, ils habitaient en Grèce mais avaient tout de même de la famille déjà installé ici, dont les parents de ton père, Léandre. Tu tiens ce nom Français d’Hippolyte qui a aussi vécu en France durant son enfance. Jusqu’à ton premier mois tout allait parfaitement bien, tu baignais dans l’amour, tout le monde était heureux. Malheureusement juste après ton père commençait à délirer, à avoir des élans de folies… Puis tout s’est enchaîné très vite, à ton deuxième mois il fût diagnostiqué par des médecins compétents mais n’était pas encore jugé comme dangereux… Mais ils s’étaient trompés, dans le mois qui suivit il tua ta mère au cours d’une dispute. Il fût emprisonné mais se suicida sous la folie quelque semaines plus tard. Nous étions avant des amis proches de ta famille car nous sommes tout comme tes parents biologiques, des sorciers. Tu es donc bien une sang-mêlée et ça non plus ça ne change pas. »

Après cette explication aussi folle qu’un scénario de cinéma, Mathilde commença à sécher ses larmes. Demanda quelques explications de plus et comprit très rapidement qu’elle ne disposerait uniquement que de ces informations là et pas plus avant sa majorité.
Alors, à la fin de cette discutions intense Mathilde fit mine de ne plus vouloir parler de ça, qu’elle avait eût toutes les explications qu’elle voulait et qu’elle voulait vivre sans soucier de son adoption.

Mais au fond d’elle ce n’était absolument pas le cas. Elle voulait comprendre. Elle voulait apprendre sur son histoire et celle de ses parents.

Elle était détruite.

Comment une enfant de neuf pourrai supporter ça ? Mathilde le fit, en se renfermant complètement sur elle-même et changea radicalement de caractère pour cesser de souffrir, pour se protéger des autres qui lui semblaient bien trop dangereux maintenant.

Reducio
Lien vers le Chapitre 2 : *


2ème année RP
"La douleur muette a les plus tristes pensées."