Ailleurs…

Inscription
Connexion

 Aberdeen   RPG+  Est-ce que vous m'entendez ?  PV 

Durant les vacances de Pâques, Amy avait choisi de ne pas rester au château et de s’octroyer au moins une semaine de repos loin de Poudlard. Elle était restée trois jours à l’école puis était partie. Avec Scott, ils avaient convenu d’aller visiter la maison dont elle avait hérité seulement cet été, donc elle était restée sur le sol anglais. Pendant plusieurs jours, elle avait pris du temps pour elle et avait totalement délaissé ses cours. Elle avait même réussi à ouvrir un livre de cuisine offert par son père et avait fait un risotto sans brûler toute la maison. Le riz avait un goût de brûlé, mais c’était mangeable quand même.

Ce jour-là, la professeure de Défense contre les Forces du Mal avait décidé que c’était jour de grand ménage. En fait, elle n’avait pas vraiment le choix. Phoebe Swan lui avait fait une demande, quelques jours après le début des vacances et ce juste avant qu’Amy ne parte pour la semaine. La jeune fille lui avait demandé si elles pouvaient se voir dans un cadre extra-scolaire, mais elle n’en avait pas dit plus à Amy, seulement que cela concernait une branche divinatoire. Bien que surprise, la Directrice de Serdaigle avait accepté et elles avaient convenu ensemble de se retrouver à Aberdeen, dans la maison de la rousse.
Ce n’était pas dans les habitudes d’Amy Holloway de convier ainsi ses élèves dans sa « vie privée », car sa maison représentait sa vie privée. Il y avait tout. De son diplôme d’Ilvermorny aux livres utilisés durant toute sa scolarité, de la harpe de Dheneb aux affaires de Scott négligemment posées sur les buffets et la chaise. C’était la première fois que quelqu’un de Poudlard autre que son amie Sara pénétrerait dans la vie privée d’Amy. Mais est-ce qu’elle le voulait vraiment ? En tout cas, elle n’avait pas vraiment le choix. L’une de ses élèves avait besoin d’aide.

C’était ainsi qu’elle s’était retrouvée à lancer des Récurvite un peu partout dans la cuisine, le salon et la salle de bains afin que tous les endroits où Phoebe puisse se retrouver soient nettoyés parfaitement. Ensuite, elle avait rangé toutes les affaires de Scott dans sa chambre et avait remis toute la vaisselle qui égouttait à sa place.
Et maintenant elle attendait, assise sur son canapé en fixant la harpe qu’elle n’avait touché que pour la placer. Lorsque la sonnette de la porte retentit, la rousse se leva d’un bond et ouvrit la porte afin d’accueillir la Serpentard. Elle était accompagnée d’une femme, mais ce n’était pas sa mère. Néanmoins, Amy ne fit pas de remarque.

« Bonjour Miss Swan. Entrez, je vous en prie ».

Amy lui laissa la place de passer puis referma la porte derrière elle, voyant l’accompagnatrice de Phoebe repartir. Elle la dirigea vers le canapé et une fois que les deux se furent assises, la rousse fit venir à elles deux verres et une bouteille de jus de pommes. Elle le servit rapidement dans les deux verres et reprit la parole.

« Alors je vous écoute. Que me vaut cette visite, bien que programmée, dans un autre lieu que Poudlard ? »

Co-fondatrice du club "notre supérieure est tyrannique mais on reste parce qu'on est maso"

Code couleur RPG : brown

 Aberdeen   RPG+  Est-ce que vous m'entendez ?  PV 

Les vacances de Pâques étaient annoncées, et de nombreux élèves de Poudlard se trouvaient à la gare pour rentrer chez eux, ou en séjour. Une adolescente de petite taille était présente avec pour simple bagage un sac de voyage en cuir. Ce ne serait pas ses parents qui l’attendraient à Londres, mais sa cousine Æglé qui avait concédé à faire la route pour la Serpentard. Cette dernière en effet n’avait pas souhaité voir ses parents avant au moins l’été. Sitôt arrivé la jeune Swan fit la bise à son aînée, ravie de la revoir après de nombreux mois. L’étudiante savait qu’elle était passée quelques jours dans la capitale autour de Noël, mais les deux filles n’avaient pu se voir, Phœbe étant resté seule au collège.

Dès qu’elle fût posé dans la grande cabane magique de l’adulte, la jeune sorcière sortit sa plume noire et son encre argentée pour écrire un courrier, adressé au professeur Holloway. Le propos était très succinct et flou, elle demandait simplement à rencontrer l’enseignante pour évoquer un certain sujet qu’elle devait connaître, hors des murs oppressants du château. La réponse ne tarda pas à venir, l’adolescente était conviée dans une ville qui lui était inconnue. Aberdeen ? Ce n’était pas très accessible et heureusement que sa cousine était là pour la sauver, car cette dernière accepta sans protester de la conduire au lieu convenu.

Le jour était venu, et la petite Swan avançait, toute nerveuse, en direction de la demeure qui se tenait devant les magiciennes, mystérieuse. La sorcière verte et argent était un peu gênée de se retrouver chez une adulte qu’elle ne connaissait que par les cours qu’elle avait suivis à l’école. Pour ne rien arranger son aînée ne faisait rien pour briser le silence et laissait à Phœbe à ses pensées.  L’étudiante aurait peut-être des réponses aujourd’hui, si elle osait parler, voire se dévoiler.

Plantée devant la porte, la jeune fille était bloquée, hésitant à sonner. Affichant une mine inquiète, elle lança un regard interrogateur à Æglé qui l’encouragea d’un coup de tête. Prenant une grande inspiration, elle laissa sa main tomber pour s’annoncer et attendit quelques secondes. En voyant la tête rousse se manifester sur le pas de la porte, la petite Swan ne put s’empêcher de reconnaître que c’était amusant de la voir en face de sa cousine, à la chevelure tout aussi flamboyante.

Répondant à l’invitation de l’adulte, la Serpentard avança de deux pas afin de ménager de la place pour que le battant se referme derrière elle. Tout en s’asseyant, mal assurée, sur un canapé, l’adolescente prit enfin la parole.

« Bonjour, professeur. »

Comment poursuivre ? La gorge sèche, aucun mot ne semblait daigner traverser sa bouche, l’enfant était tétanisée devant l’adulte impressionnante.

« C’est… je… Poudlard n’est pas l’endroit idéal pour évoquer des branches de la magie jamais évoquées dans les cours. Il doit y avoir des raisons pour lesquelles on nous protège de certains savoirs. »

La dernière phrase avait été marmonnée tout bas, elle n’allait pas avouer qu’elle avait piqué un bouquin à un grand en fin d’études.

« J’ai entendu parler d’une branche de la magie, en rapport avec la mort… la nécromancie. Ce que j’ai trouvé à ce propos n’est pas net… Originellement un pratique divinatoire, certains sorciers s’en servaient pour jouer avec l’outre monde paraît-il. En m’adressant à vous, j’espère en apprendre plus, si possible. S’il vous plaît ? »

De sa petite voix aiguë presque suppliante elle avait prononcé ces mots. La sorcière verte et argent avait enfin lâché le morceau et observait avec un rictus anxieux la réaction de miss Holloway. S’il y avait un moyen de communiquer avec une certaine personne qu’elle avait perdu, elle tenait à le savoir. Désespérément.

Couleur : #777777 œ : Alt+0156 Æ : Alt+0198
~ Si l'éclat des étoiles doublait, l'univers serait à jamais ténébreux~

 Aberdeen   RPG+  Est-ce que vous m'entendez ?  PV 

Phœbe mit un peu de temps à répondre, ce qui n’étonnait pas vraiment la professeure de Défense contre les Forces du Mal. Se retrouver dans un cadre privé face à une professeure de son école ne devait pas être des plus agréables. Finalement, l’adolescente se dérida et commença en annonçant que Poudlard n’était pas le meilleur endroit pour aborder les branches de la magie jamais évoquées en cours. Le regard de la professeure sur l’élève se fit interrogatif. Qu’est-ce que cela signifiait vraiment ? Amy ne voulait en aucun cas parler de magie noire ou de pratiques douteuses de la magie, c’était hors de question.

La Serpentard fit une pause et reprit rapidement la parole, annonçant le but réel de sa visite, à savoir ce qu’était vraiment la nécromancie. Amy déglutit. Elle avait eu l’occasion d’étudier la nécromancie durant ses années de spécialisation. Néanmoins, et heureusement pour elle, elle ne l’avait pas pratiqué. C’était bien trop glauque et dangereux. La professeure de Défense contre les Forces du Mal était même étonnée d’entendre que Phœbe connaissait cette branche de la Divination. L’avait-elle vue avec Jessica Sapworthy à Poudlard ? Elle se promit de le lui demander après les vacances de Pâques. Reposant son regard sur l’élève de Serpentard, Amy reprit la parole.

« Je suis plutôt étonnée que vous connaissiez la nécromancie. Je ne savais pas que Miss Sapworthy avait décidé de l’évoquer durant ses cours. Mais puisque vous souhaitez en savoir plus… Comme vous l’avez dit, c’est une pratique divinatoire qui consiste à communiquer avec les morts. Cette divination existe depuis la nuit des temps. On en parle même dans la Bible. C’est très macabre, en réalité. Les sorciers nommés nécromanciens organisent même des rituels afin de préparer le corps d’un mort, qui reviendra à la vie après une semaine de tâches rigoureuses ».

La nécromancie était vraiment une pratique… Dégoûtante. Mais Amy supposait que ce n’était pas ce que Phœbe recherchait vraiment à savoir. Il existait une branche de la nécromancie, plus axée sur la divination en elle-même. Les adolescents adoraient faire ça pendant leurs soirées « Venez, on fait du spiritisme, ça va être cool ! ». Sauf que la plupart du temps, l’un d’entre eux faisait exprès de faire du bruit pour faire croire à une présence dans la maison ou l’appartement. Le spiritisme a cet avantage de faire peur à ceux qui y croient vraiment. La professeure de Défense contre les Forces du Mal reprit la parole afin d’étoffer ses explications.

« La nécromancie, c’est bien trop répugnant pour que je vous en parle plus. Néanmoins, il existe une branche à cet art divinatoire, que vous connaissez sûrement. Il s’agit du spiritisme. Si vous avez déjà vu des films horrifiques moldus, vous devez à peu près savoir de quoi il s’agit. Pour la faire courte, c’est comme la nécromancie, mais avec le corps à ranimer en moins. Vous vous mettez dans une pièce sombre avec quelqu’un qui va invoquer les esprits, et de là, on voit s’il y a une réponse. Il existe plusieurs techniques. La table de ouija ou encore le verre retourné sont les plus connus, mais il y a également les tables tournantes ou encore l’écriture automatique ».

Amy commençait à comprendre le but exact de la visite de Phœbe, mais elle attendait que cette dernière le lui avoue de vive voix.

Co-fondatrice du club "notre supérieure est tyrannique mais on reste parce qu'on est maso"

Code couleur RPG : brown

 Aberdeen   RPG+  Est-ce que vous m'entendez ?  PV 

Au moment où Phœbe avait prononcé le terme ‘nécromancie’, la réaction de l’enseignante ne se fit pas attendre, et l’adolescente constata comme un éclair de surprise ou d’étonnement dans l’attitude de son aînée. Sans oser bouger, l’élève observait, figée et en silence, l’adulte tandis qu’elle était sur le point de prendre la parole. Lorsque le nom de miss Sapworthy fut prononcé, la petite Swan se mordit la lèvre en essayant de dissimuler sa gêne. Elle n’aurait jamais osé aller voir cette sorcière en Divination pour la questionner à ce sujet, et ce ne faisait pas partie des cours évoqués cette année. La Serpentard avait déjà eu une discussion avec Effie en revanche, et en avait conclu pour elle-même que la connaissance de l’avenir pouvait receler en elle quelque chose de redoutable et ronger un être.

Le rituel entrant en vigueur pour cette branche de la magie était pour le moins complexe et avait certainement gardé ses racines ancestrales, d’où la qualification de macabre employée par la magicienne rousse. Dans l’esprit de la jeune fille un amas de chair inerte s’animait, et une silhouette sans visage et inexpressive s’élevait mue par une force invisible. L’étudiante frissonna à cette vision répugnante.

Le professeur Holloway poursuivait son exposé et apporta le spiritisme dans son propos. Une lueur dans le regard gris lune de Phœbe s’éveilla et celle-ci se pencha imperceptiblement en direction de l’adulte qui expliquait qu’il était possible d’invoquer des esprits au travers de multiples pratiques donc le nom était plus ou moins connu pour la petite Swan qui avait à la tête une ou deux images vestiges de lointain souvenirs. Le fait que le corps ne soit pas sollicité dans cette forme de divination en faisait déjà une pratique moins repoussante et la sorcière verte et argent hocha la tête, pensive en écoutant.

« Je me demandais… ce qui subsistait de la personnalité de ces esprits. Dans le cas de la nécromancie quelque chose doit les distinguer des Inferi, mais à quel point ces êtres ramenés sont-ils… eux-mêmes ? Et comment savoir si on appelle la bonne personne spécifiquement ? »

Déjà l’enfant posait de nombreuses questions pour en savoir plus et mieux comprendre de quoi il en retournait. Tout en touchant une pièce d’argent dans sa poche, la Serpentard réfléchissait. Pour être invités par des sorciers, les défunts étaient-ils piégés à un certain endroit ? N’y avait-il pas de la cruauté dans l’idée de les arracher à un état pour leur imposer un monde oublié, ou était-ce quelque chose d’attendu par eux ?

« Sait-on d’où viennent les esprits exactement ? Les appeler, n’est-ce pas les déranger de… de leur… »

Phœbe ne parvenait pas à trouver ses mots, l’exactitude pour définir ceci. Elle finit par tenter de faire une petite phrase pour se faire comprendre, mais ne savait pas vraiment en quels termes il fallait parler.

« Ils subissent une transition forcée en quelque sorte ? À moins qu’ils aient le choix de demeurer muets et dans l’ombre en dépit des invocations. »

La jeune fille essayait de s’imaginer un sorcier errant dans une sorte de vide et brusquement ramené sous une forme diaphane après une durée indéterminable. Au fond d’elle, paraissait certainement une part d’égoïsme qu’elle commençait à voir.

Couleur : #777777 œ : Alt+0156 Æ : Alt+0198
~ Si l'éclat des étoiles doublait, l'univers serait à jamais ténébreux~

 Aberdeen   RPG+  Est-ce que vous m'entendez ?  PV 

Amy avait beaucoup de mal à cerner la Serpentard qui se trouvait en face d’elle. Cette dernière posait de nouvelles questions, ce qui se passait au niveau de la personnalité des esprits ramenés à la vie, la différence avec les Inferi, si on appelait la bonne personne. La rousse garda toutes les questions posées par Phoebe dans un coin de sa tête et laissa l’adolescente continuer afin que cette dernière puisse poser toutes les questions qui lui trottaient dans la tête. Elle termina en demandant si on savait d’où venaient les esprits, si lorsqu’on les appelait, cela les dérangeait, si leur transition était forcée.

Toutes ces questions étaient plutôt intéressantes et très poussées de la part d’une adolescente de seize ans. Amy releva un sourcil intéressé au fur et à mesure des paroles de Phoebe. Elle ne pensait pas qu’elle avait tant d’interrogations si poussées. La professeure de Défense contre les Forces du Mal sourit légèrement avant de commencer à répondre.

« Il me semble que la personnalité reste la même. Ils sont différents des Inferi en effet, car les Inferi ne retrouvent pas leur personnalité, ce sont simplement des cadavres qui peuvent se mouvoir, ramenés à la vie par un mage noir. Lors du rituel, vous appelez une personne spécifique car vous utilisez son cadavre, donc vous ne pouvez pas faire d’erreur ».

La rousse fit une pause et poussa son verre de jus un peu plus loin sur la table basse.

« Les appeler, c’est en effet les déranger dans l’au-delà, je pense. Leur transition est forcée s’ils n’en ont pas fait la demande avant de mourir, à mon avis. Pour ce qui est de l’invocation de l’esprit sans pratiquer la nécromancie mais le spiritisme, ils peuvent demeurer muets, mais pas très longtemps. Ils finiront forcément par se manifester de diverse manière ».

Le spiritisme était une branche un peu plus agréable pour le défunt que la nécromancie. Qui voudrait ramener un cadavre pourrissant à la vie ? Ce serait tout simplement répugnant. Alors que le spiritisme permettait de seulement communiquer avec l’esprit de la personne, sans avoir à effectuer un long rituel et surtout sans avoir à déterrer un corps. La rousse se demandait si Phoebe allait annoncer bientôt l’objectif principal de sa visite. Elle se doutait bien qu’une visite de courtoisie en demandant des informations n’était qu’un prétexte, et elle sentait qu’autre chose allait se faire. Surtout que si elle voulait des informations, les deux auraient très bien pu se voir près de Poudlard, un week end par exemple.

« Venez en au but, Miss Swan. Qu’est ce que vous voudriez faire exactement ? Je suppose que ça a un rapport avec la nécromancie ou le spiritisme, mais il me faut vous l’entendre dire avant de voir ce que nous pourrions faire ici ».

La rousse y était allée franco, sans prendre de pincettes. Elle estimait que si elle ne le disait pas directement, Phoebe continuerait à tourner autour du pot, et la directrice de Serdaigle ne souhaitait pas s’éterniser dans des explications sur la nécromancie.

Co-fondatrice du club "notre supérieure est tyrannique mais on reste parce qu'on est maso"

Code couleur RPG : brown

 Aberdeen   RPG+  Est-ce que vous m'entendez ?  PV 

Les mains croisées en avant, l’adolescente avait le regard dirigé vers l’enseignante et attendait ses réponses et espérant ne pas être trop jugée par rapport à ses interrogations auxquelles l’adulte devait être assez peu confrontée usuellement. La jeune sorcière vit le coin des lèvres de la rousse légèrement s’élever avant qu’elle ne prenne la parole.

Au premier point, la petite Swan hocha la tête, c’était positif, il n’y avait pas d’erreur possible. Phœbe n’avais pas encore touché à son jus de pommes et pris une mini-gorgée, afin d’être polie et de ne pas heurter l’hospitalité de son hôte. Un peu trop sucré à son goût mais elle tenta de n’en laisser rien paraître.

Les yeux gris de la jeune fille qui avaient commencés à aller un peu partout dans la pièce se recentrèrent sur le professeur Holloway, et la jeune fille se montra attentive aux précisions apportées. C’était assez contraignant à l’égard des esprits, ce qui faisait de cette pratique une forme de magie assez fiable.

Déstabilisant Phœbe, qui ne s’attendait pas à une injonction aussi directe, l’adulte lui demanda d’éclaircir le but de sa venue, sans ambages. Elle répéta doucement la question, tel un élève ayant besoin d’un peu de temps pour composer une réponse.

« Ce qui pourrait être fait… »

La petite Swan réfléchit en fronçant les sourcils, elle s’attendait à faire venir en douceur son intention, en s’informant en premier, car c’était à ses yeux essentiel avant de se lancer dans un quelconque projet.

« Je souhaitais avant tout en savoir plus pour m’assurer des possibilités de cette technique de magie. Et vous avez été en mesure d’apporter de précieuses informations -je n’en attendais pas moins- qui me permettent de mieux voir quelle position je peux avoir vis-à-vis du spiritisme notamment. J’imagine que vous préférez qu’on aiguille plus sur cette forme en particulier plutôt que sur la nécromancie ? »

La Serpentard replaça une mèche folle derrière son oreille gauche, une énième manière de gagner quelques secondes avant de sortir les paroles les plus difficiles de la journée.

« Est-il commun, ou du moins cela vous paraîtrait-il pas si étonnant, que des personnes aient régulièrement recours à ce genre de magie pour faire appel à des connaissances ayant perdu la vie ? Je veux dire s’il était aussi simple de combler la perte, ce devrait-être rependu, non ? On en entend pourtant si peu parler. Il y a-t-il des raisons rendant les démarches plus difficiles ? Je pense au moment où je m’intéresserais à plus que la théorie. »

Tant de choses pouvaient expliquer pourquoi se mettre au spiritisme risquait d’être compromis, Phœbe déjà faisait des suppositions dans sa tête, en attendant la réponse de l’experte. Il pouvait y avoir des risques de fragilisation de la barrière entre le monde du vivant et celui des esprits, ou c’était certainement une forme très tangente, et même trop, et donc utilisée en devant accepter des risques. Souhaitant s’éviter de s’imaginer le pire, la petite Swan tenta de mettre fin à ses sombres suppositions et attendit.



Mes excuses pour le temps de réponse

Couleur : #777777 œ : Alt+0156 Æ : Alt+0198
~ Si l'éclat des étoiles doublait, l'univers serait à jamais ténébreux~

 Aberdeen   RPG+  Est-ce que vous m'entendez ?  PV 

La véritable réponse de Phoebe Swan mit un peu de temps à arriver. En premier lieu, elle répéta à l’identique la question qu’Amy venait de poser. La professeure de Défense contre les Forces du Mal ne la quittait pas des yeux, plutôt impatiente à l’idée de savoir quel était l’objectif de l’élève de Serpentard. L’adolescente reprit la parole, tout d’abord pour remercier indirectement Amy de lui avoir donné plus d’informations sur la nécromancie. La seule pensée qui venait dans la tête de la professeure à cet instant était « Pitié, faites qu’elle n’en parle plus… ». Lorsque Phoebe posa sa question qui lui semblait plutôt rhétorique, Amy se contenta de hocher la tête positivement. Ouf.

Maintenant, les choses sérieuses. La professeure de Défense contre les Forces du Mal n’était pas vraiment disposée à une séance de spiritisme, encore moins en pleine journée, mais s’il le fallait, pourquoi pas. Lorsque Phoebe annonça la question qui semblait lui brûler les lèvres depuis qu’elle avait posé le pied chez Amy Holloway, cette dernière fit le lien. C’était à but informatif, mais dans une démarche plus qu’intéressée. La rousse sourit légèrement avant d’essayer de trouver les mots justes pour pouvoir répondre à l’élève de Serpentard.

« je vois où vous voulez en venir. Le spiritisme n’est pas très répandu chez les sorciers. Je ne pense pas qu’ils s’intéressent à ce point à la vie des morts après la mort justement. Chez les moldus, il me semble que c’est un peu plus courant, au départ dans un but récréatif. Les adolescents adorent se faire peur en utilisant ce moyen. Chez les adultes, il se peut qu’ils l’utilisent, mais peut-être dans le cadre de sessions avec des voyantes. Mais vous et moi savons que ces voyants ne sont généralement pas dotés d’un quelconque don ».

La professeure de Défense contre les Forces du Mal fit une pause, le temps de reprendre son verre et d’en boire une gorgée. La bouche moins sèche, elle reprit.

« Ça ne m’étonnerait pas non, puisque je connais cette branche de la magie. Une personne extérieure à la Divination pourrait être étonnée que vous demandiez à y avoir recours. Les démarches ne sont pas vraiment compliquées. Suivant la méthode que vous employez, cela peut être un peu plus difficile, mais le seul moyen pour que cela fonctionne est que la personne avec qui vous souhaitez communiquer vous réponde, tout simplement. Sinon, vous aurez beau tout essayer, si elle ne veut pas se manifester, cela ne sert à rien de forcer ».

Elle espérait sincèrement que Phoebe se découragerait. Faire du spiritisme n’était jamais bon pour son propre mental, et elle avait peur que la Serpentard se mette dans l’idée qu’elle réussirait à communiquer avec l’esprit qu’elle recherchait. Lors du spiritisme, la plupart des esprits ne répondent pas. Ceux qui se perdaient répondaient peut-être ? La rousse n’en savait rien.

Reducio
Mes excuses les plus sincères pour ce retard déplacé

Co-fondatrice du club "notre supérieure est tyrannique mais on reste parce qu'on est maso"

Code couleur RPG : brown

 Aberdeen   RPG+  Est-ce que vous m'entendez ?  PV 

L’attention de Phœbe était presque à son maximum, même un cours passionnant ne pouvait capter avec une telle intensité son intérêt. Ces quelques informations qu’elle extrayait au professeur Holloway lui étaient essentielles, c’était la seule piste qu’elle connaisse et puisse lui apporter des réponses. Bien qu’elle ait récupéré ses souvenirs, la scène lui apparaissait avec clarté mais la personne qui avait tué son ami n'était pas identifiable. Et elle avait besoin de savoir, pour cela l’autre témoin sur lequel l’adolescente pouvait compter était la victime en personne. Sans compter qu’elle souhaiter lui parler, avec ces années de blancs c’était comme si elle l’avait quitté tout à la fois hier et il y a une éternité.

La rousse répondit à ses interrogations, avançant que les sorciers s’intéressaient rarement à cette pratique. La petite Swan n’était pas certaine de comprendre pourquoi, ils renfermaient en eux la même humanité que celle des moldus, ils pouvaient donc avoir des désirs proches, des aspirations communes. Cependant la suite lui permis de mieux voire pourquoi. Les moldus ne croyaient pas en la magie et l’appréhendaient comme une expérience, sans la prendre avec le sérieux qu’il faudrait. Alors que les magiciens savaient.

L’adulte but un peu de son jus de fruits avant de poursuivre. Avec sa chevelure flamboyante, elle rappelait beaucoup à Phœbe sa cousine, Æglé, qui portait aussi un roux intense, à la différence évidente que jamais la Serpentard n’entendrait sa cousine parler avec un accent américain. Le professeur Holloway  trahissait légèrement ses origines outre-Atlantique dans sa façon de manier l’anglais. De même la petite Swan laissait certainement transparaître de sa semi-origine française.

Plus la sorcière parlait, plus elle tentait l’étudiante, qui pensait se rapprocher de la possibilité d’avoir un contact avec un esprit. En annonçant qu’elle connaissait cette branche de la magie, une lueur étrange naquit dans le regard gris de la jeune fille. Surtout que selon ses dires ce n’était pas difficile de mettre en place le processus. Si elle tentait, répondrait-il ? Pour la magicienne verte et argent, la réponse était en lettres nettes dans son esprit, il  fallait essayer pour le savoir, pour être parfaitement fixée.

Son regard se fit vide, comme si elle replongeait une nouvelle fois dans son passé, la déchirure interne était toujours aussi forte quand elle y pensait. Elle devait parler, ou jamais elle ne le ferait. Et qui d’autre que le professeur Holloway aurait les capacités magiques et même l’ouverture pour l’accompagner sur ce chemin qui l’attirait… D’une voix cassée et à un volume très bas, elle se décide à exposer sa situation, pourquoi elle a fondamentalement besoin d’avoir recours à cette forme de magie qui n’est pas anodine.

« Celui que je voudrais contacter… Il s’appelait Emrys. Quelqu’un l’a tué. »

La Serpentard avait accentué le ‘quelqu’un’ pour bien appuyer qu’il ne s’agissait pas d’une mort naturelle, d’un aléa de la vie, mais bien d’un geste orchestré, avec une noire intention. Un assassin était derrière cela. Un inconnu aussi. Qui avait si bien préparé son coup qu’il avait trouvé le poison capable d’anéantir même un sorcier. Dans sa poche, la petite Swan sentait la pièce qu’elle conservait depuis cet été chauffer. Celle que son ami lui avait confiée, en argent, avec leurs initiales gravées dessus. À chaque fois qu’elle la touchait se ravivait son ardent désir de comprendre, de rétablir la vérité. Trouver le coupable. Son regard se figea et se glaça. Elle releva la tête et fixa l’enseignante, l’air déterminée.

« Comment s’y prend-on ? Je suis prête à tous les sacrifices pour lui parler. »

Après tout, y avait-il quoique ce soit que l’adolescente puisse perdre dans cette dangereuse entreprise ? Si elle n’agissait pas, elle continuerait indéfiniment à ressasser ce moment et à sa focaliser sur sa douleur. Elle avait besoin de prendre sa revanche pour enfin tourner la page. Ce n’était pas la disparition de son ami qu’elle n’arrivait pas à accepter, mais le fait de savoir qu’une personne malveillante vivait tranquillement après avoir ôté la vie à un enfant. Détruisant au passage toute l’enfance de Phœbe.

Couleur : #777777 œ : Alt+0156 Æ : Alt+0198
~ Si l'éclat des étoiles doublait, l'univers serait à jamais ténébreux~