Ailleurs…

Inscription
Connexion

 Allemagne   RPG+  La Fugue ...  PV - Chioné Ajax 

11 Juillet 2043 

C'était décidé, se soir je fugue. J'avais tout bien organisés, mon sac caché sous mon lit, avec ma baguette des vêtements et des barres chocolatés, ainsi qu'une bourse remplis d'argent et une autre de Gallions.

Mais Pourquoi fuguer ?

Je suis sûr que c'est la première question qui vous est venus à l'esprit, en tout cas, elle vient d'arriver.

Les vacances avait bien commencés pourtant...


                                                                            * * * * * *

Le 7 Juillet, dernier jour à Poudlard. J'avais embarqué pour le Poudlard Express en direction de King-Cross, détendus, sans aucun problème. Une Moyenne d'Acceptable, sa passer, de nombreux amis et un passage en deuxième année: non vraiment tout aller pour le mieux. Mais c'est à l'arrivé que tout c'est gâté. A la place de trouver ma mère du côté Moldue de la Gare, j'ai trouvés mon père du côté sorcier. Je devais passer une semaine avec lui. Avec ce traître, celui qui avait trompé ma mère depuis bien longtemps sans que personne ne s'en rende compte. Alors, on est partis vers l'Allemagne. Bonn plus précisément. Visiblement, on allais passer un séjour chez sa nouvelle femme. Amanda Nusshold. Et son fils Viktor. 

Bonjour l'acceuil. On ne m'a pas parlé de toute la soirée, sauf pour me faire des reproches. Le lendemain était encore pire. On m'a interdit de sortir en ville. Mon père ma quasi-ignoré. Viktor fanfaronne en ma présence, il fait le malin car il est plus âgé. Amanda fait des trucs dégueulasse à bouffer. Même les elfes de Poudlard vont des trucs plus succulents dans leurs mauvais jours ! C'est tout vous dire.

Amanda ma encore fait une reproche, alors j'ai répliqué, l'insultant de Mégère.

Je me suis prit une baffe, de mon père bien-sûr. Regarder, j'ai encore la marque.

Alors, c'est décidé, je fugue. Surtout que on ne m'a jamais demandé mon avis si je voulais partir là-bas. J'aimerais tellement pouvoir communiquer avec ma mère. Mais je n'ai pas de boîte noire Moldue et elle n'est pas sorcière. 

Alors, c'est décidé, je fugue. J'ai enfilé un sweat-shirt et un jean pour ne pas me promener en cape chez les Moldues. J'ai pris un sac, je range ma baguette dans son étui pour éviter quelle s’abîme, une petite serviette si il fait trois froid, quelque vêtements et des barres chocolatés.

                                                                      * * * * * *

Cela fait 2 jours que j'ai fugué. J'avais hésité à laisser un mot mais à se rythme là, autant dire où je me diriger. Le premier jour, une bande de SDF mon accueillis mais je n'ai pas manger grand chose, eux non plus d'ailleurs. Le lendemain, ils étaient partis, avec mes barres chocolatés en plus. Heureusement qu'ils n'ont pas trouvés ma baguette, sinon, je serais dans la mouise jusque au cou. Je n'ai pas l'intention de m'en servir non plus, sinon je risque gros avec le Ministère correctionnel pour jeune sorcier et sorcière. Je marche depuis une heure déjà et je ne parle quasi-pas l'Allemand, je ne sais d'ailleurs pas où je vais. Je suis passé devant une voiture de Police. Je me suis caché je suis peut-être déjà recherché par mon géniteur. Je suis rentré dans un magasin Moldue et j'ai volé. Oui, la première fois de ma vie. J'ai volé. Pas grand chose, je vous l'accorde. Mais bon ce paquet de chips fera l'affaire. La nuit tombe peu à peu sur Bonn et je suis toujours dehors. Il commence à pleuvoir et j'ai froid. C'était une mauvaise idée. Ils vont me retrouver. Je m'abrite dans un parc sur un banc, mon sac collé contre moi. Je m'endors.

* * * * * *

Le Soleil se lève sur Bonn. J'ouvre les yeux, toujours sur mon banc. Je suis à moitié endormie quand; soudain j'entends quelqu'un s'approchait.
Dernière modification par Léo Solem le 19 juillet 2018, 13 h 36, modifié 1 fois.

Responsable des Nouveaux Arrivants de Serdaigle. (& Roi des Taupes)
Lait-haut Sol-aime
2ème année RP, 3ème année FANFICTION EN COURS

 Allemagne   RPG+  La Fugue ...  PV - Chioné Ajax 

Les congés d’été étaient entamés pour les élèves de Poudlard, de ce fait une partie d’entre eux partaient en vacances durant cette période avec leurs parents. C’est pourquoi la Rédactrice à la Gazette s’était permise de prendre quelques jours dans sa patrie natale, en Allemagne. Cela lui faisait du bien de retrouver ces paysages familiers si différents de l’Angleterre. L’adulte se trouvait à Bonn, ville chargée d’une belle histoire, elle avait revu l’ancienne maison de Beethoven son premier jour. Ce musée était géré par des Moldus mais elle prenait toujours plaisir à le visiter. Une chose était sûre, si un jour une exposition ou un évènement de grande envergure s’annonçait dans cet endroit, elle le couvrirait dans le journal.

La jeune femme avait passé la soirée avec d’anciennes connaissances, son allemand était d’ailleurs un peu rouillé mais au moins elle n’avait pas attrapé l’accent anglais. Au petit matin, Chioné s’était réveillée de très bonne heure et était aussitôt sortie avant de même de petit-déjeuner, pour profiter des rues encore endormies et silencieuses de la ville. Les immeubles avaient pris une hauteur considérable avec le temps, c’en était absolument impressionnant, il y avait eu un peu de changement.

L’air était agréablement frais par rapport à la saison estivale, et la sorcière Ajax était consciente qu’il fallait en profiter, cela n’allait pas durer. Le climat dans la région en été lui impose de très fortes chaleurs, les extrémités de la journée étaient les seuls moments où il était possible d’échapper aux températures quasiment insupportables.

La magicienne marchait au hasard, sans itinéraire précis, en regardant l’astre brillant doucement s’élever dans le ciel, il était encore relativement bas. Ses cheveux clairs volaient légèrement et l’adulte les torsada sur le côté gauche de sa nuque. Les pavés sont un peu humides, il avait dû pleuvoir un peu la nuit, expliquant ce vent de fraîcheur inattendu. Il y avait un parc en bordure du Rhin que Chioné avait fréquenté plus tôt, et elle se demanda s’il était resté égal à lui-même.

Le trajet était encore imprimé dans son esprit et elle parvint sans peine à se retrouver devant les grilles à son entrée. Elle pénétra en son sein, une allée d’arbres bordait son entrée, et des bancs espacés chacun du même intervalle étaient posés régulièrement sur le sol. L’un des bacs était occupé, et la rédactrice était étonnée de voir quelqu’un de plus matinal encore qu’elle. En s’approchant, elle fronça les sourcils d’hébétude, c’était un petit garçon qui devait avoir autour de la douzaine. Il était dans un piètre état, semi-allongé.

L’adulte s’approcha encore un peu plus pour observer l’enfant visiblement endormi, proche du réveil. Elle ne comprenait pas comment il était parvenu là, dans quelles circonstances et pourquoi il était seul, avait-il des parents ?

Le garçon venait seulement d’ouvrir des yeux et la jeune femme fut la première à parler :

« Guten Tag, klein Kind…* Bonjour?

Elle avait parlé allemand, mais s’était ravisée devant sa face d’incompréhension et s’était rabattu peu après sur l’anglais, ne sachant pas s’il était d’ici ou non. Elle maîtrisait aussi le français grâce à ses années à Beauxbâtons. Elle patienta, ne sachant comment l’enfant allait réagir.



________________________________________________________________________________________________________________
*Bonjour, petit enfant...

Entdecke.

 Allemagne   RPG+  La Fugue ...  PV - Chioné Ajax 

Une femme s'est penchée au-dessus de mon corps.
- Guten Tag, klein Kind… * Bonjour ?
Une femme semi-Allemande sans doute puisque face à mon incompréhension, elle commença à parler Anglais. J'étais semi en panique: qu'allais-je dire ? Était-elle chargée de me ramener ?
Je n'avais pas plus envie que ça de rentrer chez l'autre pimbêche d'Amanda. J'étais en route pour l'Angleterre. Pour retrouver ma mère, ma sœur, et surtout, surtout, mon frère Rick, il avait besoin de moi comme j'avais besoin de lui.
Et puis cette femme, ce n'était qu'une Moldue, comment j'aurais pu lui expliquer tout cela ?
* Euh, bonjour ? Je suis un sorcier * pensais-je en rigolant intérieurement.
Ma baguette était à moitié plié dans ma poche de mon sweat et je décidai d'y glisser une main pour la remettre en place. Mais la jeune femme le remarqua et j'enlever de suite ma main.
Elle avait des cheveux blanc purs est une peau assez pâle. C'était bizarre, je l'avais sûrement déjà vu quelque part, mais où ?
Je cherchais à toute vitesse dans ma mémoire de poisson rouge avant de me rappeler : je l'avais vu dans la Gazette du Sorcier ; à la page des rédacteurs-journaliste ! Cela voulait donc dire quelle était une sorcière. Encore pire, elle comprendrait ma situation et me forcerait à rejoindre mon père en transplanant ! Non, je suis bête, elle ne pourra pas me faire transplaner, mais par contre, si elle revient d'Angleterre, elle pourrait m'y déposer...
J'aurais encore de plus gros ennuis, mais je n'avais pas l'intention de retourner chez mon patriarche.
- Bonjour ? Tentais-je, le plus innocemment possible, du genre le petit garçon modèle qui sort de bon matin pour prendre l'air du Parc.
Mais elle avait dû remarquer mon été pitoyable et je remis en place une mèche de cheveux avant de m'asseoir complètement sur le banc, toujours mon sac contre moi. Mais alors que je me penchais, ma baguette tomba de ma poche et vint rouler au pied de la jeune femme. J'étais découvert. Alors, dans un geste complètement incontrôlé, je repris la baguette et la fourrai dans ma poche puis je me mis à reculer vers la sortie, paniqué. Je trébuché sur une branche puis je me relevais et je mis à courir. Une fois sortis du Parc, je contournais la maison de Beethoven, un compositeur Moldue ou sorcier, je ne sais plus et je m'engageai dans une rue semi-déserte. Une voiture de police était garée non loin de là où je me trouvais. Je me figeais sur place et essayai de me retourner. La jeune femme se trouvait de l'autre côté et avait vu elle aussi les Policiers.
L'un des deux Policiers s'avança vers moi et dit:
- Hallo klein Kinder, was mahst du hier ?
Je ne comprenais rien, mis à part quelques mots. Je tournais un regard plein de détresse vers la jeune femme. Peut-être allait-elle me sauver en inventant quelconque histoire ?

Responsable des Nouveaux Arrivants de Serdaigle. (& Roi des Taupes)
Lait-haut Sol-aime
2ème année RP, 3ème année FANFICTION EN COURS

 Allemagne   RPG+  La Fugue ...  PV - Chioné Ajax 

L’enfant la regarda sans mot dire durant un moment, l’air effrayé, Chioné espérait que ce n’était pas à cause d’elle qu’il paraissait dans un tel état de panique. Elle n’avait aucunement adopté une posture qui soit menaçante, mais pour que ce garçon se trouve dans une telle position, il avait dû se produire des évènements anormaux, la journaliste s’interrogeait sur la position de sa famille. Voir quelqu’un d’aussi jeune, seul, dans un parc public était troublant et la sorcière espérait le comprendre peut-être par le dialogue.

Un morceau de bois, bien trop sophistiqué et travaillé pour être qualifié d’ordinaire, dépassait négligemment de son vêtement moldu. L’allemande ne pouvait pas voir la magie partout, et bien qu’elle émît l’hypothèse de la baguette, renforcé par l’air interdit du garçon ayant essayé de le dissimuler, elle essaya de ne pas tout de suite attaquer sur ce front et de garder dans un coin de sa tête ce détail.

En dépit de son air presque misérable, le jeune parvint à afficher une mine recomposée et la salua, voulant engager un échange aussi naturel que possible. Malheureusement il était difficile de faire abstraction du contexte et elle l’avait tout de même trouvé allongé sur un banc, ce qui n’était pas habituel. Alors qu’il se rassit pour reprendre une position plus classique, le contenu de sa poche se vida à terre et le bout de bois vînt rouler à ses pieds. L’enfant s’accrochait à son sac assez rempli, plus pour subsister un long moment que pour faire une petite sortie. L’adulte commençait émettre des doutes sur la raison pour laquelle le garçon se trouvait ici.

S’était-il enfui de chez lui ? Ou était-il en vacances dans un endroit inconnu et s’était-il égaré ? Il avait des chances d’être un sorcier en formation, un élève d’une école de sorcellerie vu son âge. S’il avait déjà sa baguette, il avait forcément fini au moins sa première année. La liste de fourniture pour les nouveaux élèves n’était pas encore arrivée, que ce soit pour Beauxbâtons ou Poudlard, qui l’envoyaient à la fin du mois. Elle ne savait pas d’ailleurs dans quel établissement il se trouvait.

La magicienne Ajax n’eut pas l’occasion de prononcer le moindre mot puisque déjà il s’était échappé après avoir ramassé l’objet et s’était mis à courir. Heureusement que les rues de Bonn étaient très familières pour Chioné, qui le voyant aller dans une direction décida de couper par une autre rue pour lui faire face quand il arriverait à son niveau.

Lorsqu’elle déboucha sur la ruelle à peine fréquentée, elle reconnu l’enfant tout tremblant qui ouvrait des yeux écarquillés devant des hommes de la Polizei qui vinrent le questionner, certainement à cause de son air inquiétant. Clairement, il ne comprenait pas l’allemand, et la journaliste se dit qu’il avait besoin de le sortir de là. S’approchant des personnes à quelques mètres d’elle, la jeune femme échangea quelques paroles avec les adultes avant de faire signe à l’enfant pour qu’il le suive. Chioné se rendait vers une rue annexe, où ils seraient hors du champ de vision des hommes en uniforme.

« Je ne sais qui tu es, mais je ne serais pas contre quelques explications. Que fais-tu seul ici, jeune sorcier en herbe ? »

Elle voudrait bien découvrir son identité et comprendre comment elle avait pu le trouver dans un tel état, au début de ce qui était pour lui les vacances d’été.

Entdecke.

 Allemagne   RPG+  La Fugue ...  PV - Chioné Ajax 

J'étais toujours pétrifié devant les deux grands policiers qui m'imposait de leur posture. Je craignais qu'ils ne m'arrêtent et me mette en garde à vue. Mais un nouveau regard vers la jeune femme et elle se précipita dans ma direction avant d'adresser quelque mots au policiers. Leurs avaient-elles lançaient un sort ? Que leurs avaient-elle dit pour qu'ils partent ?. 
Elle me fit alors signe de la suivre, dans une rue adjacente à celle-ci. Les Hommes en uniforme nous observaient est elle se décala encore pour ne pas être vus. Pourquoi m'avait-elle sauvés ? Elle avait vus ma baguette, voulez-t-elle des précisions sur cet étrange objet ou alors ... Non, sa ne pouvait pas être une sorcière, même si je l'avait vus dans le journal.
« Je ne sais qui tu es, mais je ne serais pas contre quelques explications. Que fais-tu seul ici, jeune sorcier en herbe ? »
Bon et bien j'étais fixé au moins. J'essayais de me souvenir de la petite page de la Gazette, quand je m'ennuyais, je lisais la mini-biographie des journalistes. Chioné, Chioné comment déjà ? Ajax ! Mais oui !.
Mais bien quelle soit sorcière et quelle veuille des explications, je décidais de mentir. Je n'avais aucunement envie de retourner au bercail.
- Je...je me suis perdus.
Pas très convaincant vus sa tête. Je tournais un regard vers la grande rue. Les Policiers étaient partis. Pour détourner la conversation, je rajoutais:
- Chioné Ajax ? Journaliste pour la Gazette ? Mais je suis un grand fan !
Toujours pas convaincant. Mais que devais-je dire ? 
* J'ai fugué de chez mon père * ? Non mais puis quoi encore ? Elle aurait tôt fait de me ramener en me promettant qu'on allait vers l'Angleterre. Bon, et bien j'ai plus d’excuse.
- Léo, dis-je. Léo c'est mon prénom. Je, j'ai fug...
Non je pouvais pas le dire. Je m’asseyais sur le macadams et mit la tête dans mes bras. Elle aurait toute l'opportunité de fouiller dans mon sac maintenant, de trouver des barres chocolatés, ma baguette, 23;9 cm en bois de cerisier et plume de Phénix. Et une carte de l'Europe avec un point sur Bonn, un point sur Londres. Elle découvrirait alors que j'ai fuguer, je devrais lui expliquer et elle me ramènerais chez mon infâme père et sa sorcière (c'est le cas de le dire !) de nouvelle femme. Maman me manquais trop, sa avais étés la pire idée que j'avais eu de fuguer, sans prévoir un plan pour ne pas rester trois jours à Bonn. Je la regardais à nouveau. Ses longs cheveux blanc était assez extravagant mais tout le monde sait que dans chaque grande ville, on se fiche pas mal du look de certains, les sorciers en ont fait usages à de multiples reprises. Sa peau pâle ressortait avec la faible clarté du soleil matinal et on entendit l'effervescence de la ville commençait petit à petit. Aujourd'hui n'étais pas le meilleur jour pour fuguer dans une foule de Moldue.

Responsable des Nouveaux Arrivants de Serdaigle. (& Roi des Taupes)
Lait-haut Sol-aime
2ème année RP, 3ème année FANFICTION EN COURS

 Allemagne   RPG+  La Fugue ...  PV - Chioné Ajax 

Dès que la menace de la police s’était évaporée, la journaliste avait senti le jeune garçon plus à l’aise et moins tendu, comme s’il avait soudainement été libéré d’un poids. Presque confiant, il proposa une explication peu convaincante fruit de l’invention, mais qui prouvait qu’il s’était suffisamment remis pour tenter de sortir une fausse excuse. Même si Chioné avait fait l’effort de le croire, ces quelques mots étaient assez faibles et un enfant se perdant n’aurait pas forcément eu les réflexes et l’attitude que l’adulte avait pu observer sur cet enfant. Elle se demandait s’il était dans l’embarras, ce qui expliquerait sa retenue et son refus de se confier avec franchise.

La sorcière n’eut pas le temps de l’interroger de quelque sorte que ce soit car aussitôt après il prononça son nom et annonça son admiration. La jeune femme ouvra grand ses yeux avant de froncer des sourcils, déstabilisée par cette remarque inattendue. Elle ne pensait pas être reconnu aussi vite, comptant sur sa présence en un pays étranger à celui où était édité le journal pour passer incognito et se déplacer sans se faire confondre. Au moins c’était déjà un indice, le garçon avait de très grandes chances de venir d’Angleterre vu qu’il lisait la presse anglaise. Déjà que les très jeunes ne lisaient pas vraiment les journaux en règle générale, il y avait encore moins de chances qu’ils s’intéressent à ceux des pays voisins.

Il s’agissait donc certainement d’un élève de Poudlard, école de sorcellerie qu’elle connaissait bien mal. L’adulte vit de la résignation s’afficher sur le visage du jeune étudiant qui parût abandonner une résolution prise au préalable car il finit par se présenter et commencer à avouer ce qu’il faisait dans cette ville, sans être accompagné, à cette période de l’année.

« Je ne me savais pas aussi reconnaissable… Léo. Je suis flattée d’apprendre que tu apprécies mon travail. »

Elle avait bien remarqué qu’il n’avait pas fini sa phrase, pour taire un aveu qu’il n’osait lâcher, mais Chioné pensait avoir tout de même saisi ce qu’il n’avait pu sortir de sa bouche.

« J’imagine que cette fuite a une raison pour qu’être en cavale dans un endroit parfaitement inconnu te sois préférable au reste. »

L’enfant s’était prostrée et se tenait quasiment immobile. Doucement, la jeune femme aux cheveux blancs posa sa main sur l’épaule du garçon pour tenter d’ouvrir sa carapace et montrer sa compréhension.

« Quelle présence t’est-elle insupportable au point d’en arriver là ? »

Elle avait l’intuition que les jeunes fuguaient pour échapper à quelque chose, un quotidien, une personne. La magicienne Ajax souhaitait savoir quelle pouvait-être la situation capable de pousser un garçon d’une douzaine d’années à tout quitter, même si son maigre bagage attestait qu’il aurait été capable de s’en sortir assez peu de temps. La rédactrice espérait qu’il existait un chez-soi pour lui autre que celui qu’il avait été contraint de quitter. Elle ignorait d’où il venait exactement, et quelles étaient ses relations avec sa famille. La plupart des étudiants de première année insouciants prennent plaisir à revoir leurs parents pour narrer leur année scolaire avec toutes les anecdotes allant avec.

Entdecke.

 Allemagne   RPG+  La Fugue ...  PV - Chioné Ajax 

Quelle présence m'est insupportable ? Celle de tous. Mais celle de la femme. Je ne veux la compagnie de personne. Elle posa une main douce sur mon épaule et cela me réconforta: loin était le temps où ma mètre me câlinait chaque matin pour me réveiller et où chaque soir elle me contait une histoire. Loin était le temps où je me disputais chaque jour avec ma sœur, loin était mon frère, mignon être sans soucis qui possédais une place en mon cœur. J'hésitais alors à répondre. Si elle savait que j'avais fugué de chez mon père qui ne devait pas se trouver si loin que cela, elle me ramènerait illico. Je pesais le pour et le contre pendant une bonne dizaine de minutes avant de me lever et de me diriger vers la sortie de la ruelle en enfilant mon sac, rangeant ma baguette. Je fit signe à Chioné de me suivre et débouchait dans la grande rue bombait de voiture et de piétons en tout genre. Alors, je me lançais dans un récit détaillé des dernières (pire heures de ma vie) vingt quatre heures :
- Je...y'a deux-trois jours je suis partis en vacances avec mon père. Mon père, il s'est divorcé de ma mère qu'est une Moldue et lui c'est un sorcier ... enfin, un sorcier espagnole. Il s'est remis avec une pouffiasse ... euh, une sorcière Allemande: Amanda. Pendant toutes une journée, ils m'on tapés sur le système et leurs présences, rien qu'sa. Alors j'ai insulté l'autre mégère et mon père m'a frappé. C'est la goutte d'eau qui à fait déborder le vase.
Une larme coula le longs de ma joue, humidifiant mon maillot.
- Alors, je..j'...j'ai fugué. Je me suis fait recueillir par des SDFs qui m'ont ensuite à moitié dépouillé, puis ... puis tu m'as trouvé. 
Je me mis à pleurer abondamment, me fessant remarquer par plusieurs passant qui me regardèrent étrangement. Une fois arrivé dans le parc, je m'asseyais sur un banc, peut-être celui que j'avais squatté, je ne sais plus. Je remis une mèche 
- Je dois repartir en Angleterre ! dis-je d'un air suppliant.
Je la regardais dans le fond des yeux, je souhaité vraiment repartir en Angleterre, retrouvé ma mère et toutes ma famille. On devait déménagé à Chipping Campden, un village de campagne, dans quatre jour, date à laquelle mon père devait me ramener, sauf que si je n'arrivais pas en Angleterre à tant, je ne retrouverais probablement jamais ma mère.. Je regardais à nouveau Chioné. La jeune journalistes avait l'air d'avoir de la pitié pour moi. Je me visualisais alors, mon jean souillé par la terre et la boue ne servait plus à rien, au même titre que mon sweet qui ne me protégea pas du vent qu'il commença à souffler.

Responsable des Nouveaux Arrivants de Serdaigle. (& Roi des Taupes)
Lait-haut Sol-aime
2ème année RP, 3ème année FANFICTION EN COURS

 Allemagne   RPG+  La Fugue ...  PV - Chioné Ajax 

Un long moment de silence s’instaura entre les deux personnes, personne ne pipait mot. Chioné était resté à une certaine proximité de l’enfant, qui ne l’avait pas franchement rejetée quand elle avait tenté un geste réconfortant, sous-entendant peut-être qu’il avait été bien pris. Les minutes s’égrenaient sans que l’adulte ne se soucie de les compter, elle se contentait de les laisser passer. Doucement, le garçon se remit en mouvement et se leva, récupérant ses affaires pour s’éloigner et marcher un peu dans l’étroite ruelle où ils s’étaient réfugiés. La journaliste le suivit, maintenant une distance de quelques pas de retrait, histoire de ne pas le bousculer et heurter s’il souhaitait avoir un peu d’espace pour respirer. Le jeune garçon finit par lâcher ce qui était retenu depuis bien trop longtemps et se lança dans le récit de ce qu’il s’était produit pour qu’il en arrive là, devant la magicienne Ajax.


Sa litanie était assez longue et débitée sans presque jamais reprendre souffle. C’est pourquoi elle était entrecoupée de très profondes respirations pour reprendre ensuite le propos dans de longues phrases narratives. Il revenait complètement sur sa situation de famille, avec un retour, Chioné le supposait, quelques années en arrière. Il s’agit de la situation de ses parents, séparés. La rédactrice avait toujours trouvé les divorces déchirants et avait toujours senti chez ses camarades à l’école qu’ils avaient tous intérieurement l’espoir de les voir rassemblés un jour futur. En même les tensions de couple pouvaient être si vives et dures à subir que parfois la rupture était préférable au reste. L’enfant était empli de hargne, si bien que l’allemande ne savait pas si on jugement sur cette nouvelle femme était juste ou légèrement biaisé par le fait qu’il en veuille encore à son père.


En entendant les derniers mots de son benjamin, Chioné ne pu cacher la lueur triste dans ses yeux verts. Elle ressentait nettement la peine de l’étudiant et comprenait sa colère. La réaction du père était sans conteste outre mesurée et les larmes coulant sur les joues de Léo montrèrent au grand jour toute sa tristesse. Regret d’avoir un lien définitivement brisé avec son père ? Une rage due au fait qu’il aurait préféré que sa mère ne soit jamais éclipsée par une inconnue dans le cœur de son géniteur ? Elle n’était pas lui et ne savait pas vraiment quels étaient ses ressentis et ne pouvait pour l’heure n’être qu’une oreille attentive et compréhensive.


Sans vraiment en prendre l’air, ils reprenaient le chemin vers le parc, et le jeune élève s’effondra dans un banc pour fondre en sanglots. Il s’exclama qu’il voulait retourner en Angleterre. Si la sorcière Ajax avait bien compris, c’est là que résidait encore sa mère actuellement. Chioné avait détourné le regard et portait ses yeux au loin en réfléchissant. Après une certaine attente, elle s’assit à côté de l’enfant et le scruta.


« Je pourrais agir pour toi, mais je compte te laisser le choix en te demandant, en toute honnêteté, ce qui compte le plus pour toi. »


La journaliste sentait qu’elle avait éveillé l’attention du bonhomme, après avoir laissé planer le silence quelques secondes, elle reprit, l’air très grave.


« Souhaites-tu retourner auprès de ta mère au risque de t’éloigner pour un bon moment de ton père ou bien souhaites-tu lui donner une chance et tenter une réconciliation pour être à même de voir tes deux parents autant et selon ton bon vouloir ? »


L’une des propositions était la plus facile dans l’état où se trouvait le gamin et l’autre demandait de réfléchir sur le long et tout en paraissant plus dure était la plus raisonnable. Au fond d’elle la rédactrice pressentait la réponse de Léo mais voulait l’entendre de vive voix. Pour éviter qu’il continue d’être dans une attitude montrant clairement qu’il était mal à l’aise dans sa position, la sorcière, après avoir vérifié que l’endroit était bien désert, lança  du coin de la baguette un sortilège de nettoyage pour qu’il soit de nouveau propre.

Entdecke.

 Allemagne   RPG+  La Fugue ...  PV - Chioné Ajax 

Je... je n'avais pas confiance en cette femme. On se connaissait à peine quelle me proposait de me ramener: trop louche ! Pas que je la prenne pour un des criminelles Moldues (et mêmes sorciers !) qui peuvent hanter nos rues, mais, elle pourrais très bien mentir, me ramener à mon père. Dans tout les cas, je serais ramener à le croisé un jour ou l'autre...

Je réfléchissais à toutes vitesses, mes méninges se frottant. J'aimerais tellement retourner chez ma mère que je ferais n'importe quoi pour la revoir, mais d'un autre côté, mon père, c'était l'homme qui m'avait appris la Magie. Sans lui, rien ne serait plus pareil. finis les tours de Magie à la maison, car entre une mère Moldue et une sœur Cracmol, moi qui n'avais pas le droit de pratiquer de la Magie et Rick qui n'a pas encore (enfin, aux dernières nouvelles) invoqués quelconque signe de magie en lui. Finis la vaisselle qui lévite dans la cuisine, finis le portrait de mon abuelo dans le couloir. Finis le liens que mon père et moi avions. Mais d'un côté, je n'avais pas forcément envie de le revoir aussi. C'était peut-être l'homme qui m'avait chéris pendant tant d'année, il resterait à mes yeux également l'homme qui trompait ma mère depuis que j'avais six ans. Cela m'avait semblait bizarre au tout début. Si, à six ans, mon père n'aimait déjà plus ma mère, Frédérick est-il vraiment le fruit d'un amour ?
J'avais fait des recherches en parlant à ma mère. Selon elle, mon père était un coureur de jupon. Il avait abusé de sa naïveté pour recoucher avec elle. Rick était un oubli de pilule. Un accident. Sur le fait, Je n'avais pas pus y croire mais à force de réflexion, c'était la plus logique des choses.

La rédactrice de la gazette vérifia à sa droite puis à sa gauche, comme pour vérifier que personne ne traînait dans le coin puis sortit sa baguette magique. Elle lança un Récurvite. Mes habits se séchèrent et se lavèrent automatiquement. Je me rappelais de la fois où, le premier soir de l'année, nous avions dus, nous autres premières années, traversaient le lac en barque sans parapluie. La sous directrice Miss Almeida avait étés très aimable en lançant un Récurvite assez puissant pour sécher tout le monde. Un agréable souffle d'air avait traversé mon corps, et je me détendis. La jeune femme n'était peut-être pas si néfaste après tout. Mais bon, comment rentrer ? 
Je me levais, fier d'être à nouveau propre, pris mon sac avant de lançer à Chioné:
- En avant pour l'Angleterre !
J'étais peut-être un peu trop enthousiasme ?

Responsable des Nouveaux Arrivants de Serdaigle. (& Roi des Taupes)
Lait-haut Sol-aime
2ème année RP, 3ème année FANFICTION EN COURS

 Allemagne   RPG+  La Fugue ...  PV - Chioné Ajax 

Chioné le sentait bien, elle confrontait le garçon à un choix déchirant et il était certainement très jeune, trop pour être décisionnaire sur ce point primordial et important, déterminant pour son futur proche. La journaliste attendait avec appréhension la réponse de l’enfant, qui savait certainement ce qu’il voulait à cet instant précis mais craignait qui ne regrettât quelques années plus tard. Pourrait-il alors lui en vouloir de lui avoir ouvert la voie en apparence de la facilité s’il lui venait plus tardivement l’envie de renouer avec son père ? La sorcière Ajax essayait d’établir un contact visuel avec Léo pour jauger sa sincérité et sa conviction quand il prononcerait les mots fatidiques. Après ce qui avait paru être une longue réflexion le jeune déclara être prêt à retourner en Angleterre.


La manière dont il avait formulé sa décision était enthousiaste mais l’adulte ne savait pas s’il y avait dernière une tentative d’auto-conviction ou s’il était pleinement partant pour prendre des distances avec l’un de ses parents. C’est à ce moment que Chioné compris qu’elle n’avait pas la fibre qu’ont les parents et qui leur permet de prendre les bonnes initiatives dans l’intérêt de leur enfant. La rédactrice était peut-être sur le point de commettre un irréparable en cédant à une demande d’un gamin de douze ans. Elle était plongée en pleine hésitation, l’étudiant était déjà sur le départ alors que la magicienne se questionnait sur la justesse de cette action, si elle la menait bien à terme.


Toujours incertaine sur sa proposition, la jeune femme se leva à se tour avec un tout petit sourire. Elle faisait tout de même plaisir au garçon, sans forcément s’y prendre de la façon la plus admirable. Lui faisant signe de la suivre, la sorcière Ajax marcha pour sortir du parc, puis s’engagea dans les rues selon un itinéraire bien précis, elle savait où elle allait. Afin de ne pas effrayer l’enfant en le traînant vers l’inconnu, elle lui expliqua où ils allaient.


« Nous allons à la gare, si je t’emmenais en transplanage d’escorte ce serait trop imprécis. Si tu veux retourner en Angleterre, une partie du voyage se fera en train, avant d’aller à Londres. Tu pourras dans l’une des cabines téléphoniques moldues contacter ta mère. Et j’aurais l’occasion de mieux comprendre tes motivations derrière ce choix. »


Chioné ne pouvait laisser l’élève seul dans les rues de la ville, et il lui semblait que c’était un devoir de le ramener à sa famille. Dommage, son séjour en Allemagne serait écourté, mais elle comptait y revenir plus tardivement, en tant que sorcière adulte elle était indépendante dans ses mouvements.


« Garantis-moi Léo que tu penseras à envoyer une missive à ton père pour lui dire que tu es auprès de ta mère. Vos relations sont en ce moment difficiles de ce que j’ai compris mais il s’inquiète certainement. »


La journaliste s’embarquait dans une aventure à l’improviste, et espérait que son issue ne serait pas catastrophique mais gérable. Léo avait besoin de recouvrer un foyer de ce nom, mais la jeune Ajax comptait sur ce voyage pour discuter avec lui et s’assurer qu’il laisse une porte ouverte du côté paternel. Après avoir soutenu ce petit bonhomme, la magicienne sentait qu’ils devraient certainement par la suite rester en contact. Elle devait s’assurer qu’il irait bien, qu’il s’en sortirait.

Entdecke.

 Allemagne   RPG+  La Fugue ...  PV - Chioné Ajax 

Pfiou ! Un voyage en train Moldue, la mauvaise idée. Mais bon, cette jeune adulte avait de la pression sur moi et je sentais que je devais lui faire confiance. En tout cas, si je voulais retourner en Angleterre, je devrais prendre le train d'une manière ou d'une autre. Arrivé à Londres, je prendrais un train pour Cokeworth, seul cette fois-ci. Je l'avais fait plusieurs fois, même si ça ne m’enchantais pas beaucoup.

* * * *

Les Gare Moldue étaient toujours bondés de touristes, de train en retard et de fraudeur et pickpocket. Il fallait toujours faire attention où l'on marchait des pieds, et dans quel train on embarquait. Le voyage en train était devenu pour moi une habitude avec le Poudlard Express qui nous amenait et nous amenait à chaque vacance.
En tout cas, quand Chioné et moi-même montâmes dans le Train, nous devront nous tenir debout tellement le train sera bondés, enfin, c'est ce que signifie le panneau de la voie 15. Nous embarquâmes et le voyage commença et je ne m'avançais pas tout de suite vers la cabine téléphonique du train, malgré ma promesse faites à la rédactrice. Il ne fallait pas que j’attire l'attention sur notre groupe déjà bizarre : j'attendrais qu'il y soit moins de monde ! Toutes les demi-heures, une voie robotique annoncée que le train déverserai à Bruxelles puis Londres. Ainsi que de petite villes sur le trajet. Plusieurs heures passèrent, le train bousculant de chaque côté et traversant des campagnes. Une multitude de langue se fessait entendre et je m'amusais à les reconnaître. Pour passer le temps. Éviter de rassembler mes pensées vers ce qu'y m'attendait. Le train déversa un petit peu et je fis signe à Chioné de me suivre. Je traversais le train avec hâte avant de trouver deux places qui s'étaient vidées. Nous nous asseyons, mais le silence entre nos deux personnes fut tout de même rompus quand je lui dis :
- Je.. Tu... Enfin, je suis obligé de donner des nouvelles à mon père ?
J'attendis sa réponse patiemment avant de me rendre compte que le temps était passés beaucoup plus vite que je ne me l'imaginais et que la gare de Bruxelles était à l'horizon. Nous devrions changer de train pour prendre l'Eurostar.

* * * *

La Gare était toujours aussi bondée. La voie Robotique avait annonçai un retard de 30 minutes pour notre train et nous avons donc trouver un banc. Je fais signe à Chioné que je vais vers les téléphones. Je sais, enfin, j'ai le pressentiment qu'elle va me suivre, mais quelle importance ? De toute façon, je suis près à parier qu'elle me recontacterait par l'avenir pour prendre des nouvelles. Je connais le numéro de ma mère par cœur, et j'essaye tant bien que mal de me servir de cet objet maléfique Moldue.
056 - 754 - 896
Le téléphone sonne, vibre. En attente d'une réponse. Le temps passe et je décide de raccrocher lorsque j'entends une voix au bout de la ligne. Je mets alors en haut-parleur, pour Chioné.
- Allô ? Allô ?
- Esmeralda ! M'écriais-je ?
Ma sœur Cracmol ! Je m'étais sûrement trompé de numéro, mais au moins je pourrais parler à quelqu'un !
- Léo ? T'es qu'un p'tit con, on s'est fait du sang noir, Papa s'est déplacé jusque en Angleterre pour toi !
- Passe moi maman Esmeralda !
J'entends des pas, les pleurs de mon petit frère, puis... puis la douce voie de ma mère.
- Lé.. Léo ? Je... Où est-tu Léo ? Oh mon petit, j'ai eu très peur, ne refais jamais cela !
Je me mets alors moi aussi à versé de grosse larme.
- Maman ! Je suis actuellement à la Gare de Brux - el, je vais bientôt rentrer à Londres Maman, et ensuite à Cokeworth. Et... et on se retrouvera ! Dis-je en feignant une fausse joie.
- Pourquoi as-tu fait ça ? Pourquoi as-tu fugué ???
- Maman, je.. Je suis désolé, je... C'est papa... J'en peux plus !... Je ne veux plus revenir chez lui... Chez lui est sa garce ! J'entends un homme qui pousse un juron, visiblement, le portable à ma sœur est en haut-parleur lui aussi. Il... Il m'a frappé et je déteste sa ' nouvelle ' famille. C'est hors de question que j'y retourne !
- Mon chéri, quand tu rentreras, tu devras tout de même t'expliquer. D'ailleurs, avec quoi as tu payé le train ?
J'observe longuement Chioné, j'hésite à la mentionner, je ne veux pas lui attirer des problèmes contre moi. J'entends que mon train arrive dans trois minutes. Alors, amèrement, je repose le combiné. Ils vont peut-être encore plus s'inquiéter, mais bon...

Avec un peu de retard, je me suis permis de faire des ellipses pour ne pas s'éterniser

Responsable des Nouveaux Arrivants de Serdaigle. (& Roi des Taupes)
Lait-haut Sol-aime
2ème année RP, 3ème année FANFICTION EN COURS

 Allemagne   RPG+  La Fugue ...  PV - Chioné Ajax 

Les conditions du voyage en train ne furent des plus propices pour un dialogue avec l’enfant. Il se fit donc en grande partie dans le silence, personne ne souhaitant avoir une conversation personnelle en présence d’inconnus. Vers la fin seulement, alors que le wagon s’était vidé, le garçon prit à part l’adulte pour lui demander s’il devrait réellement contacter son père à propos de ses… déplacements. Le regard grave, Chioné hocha la tête et tenta de charger son attitude d’une pointe d’autorité pour s’assurer qui le fasse bien. C’était un passage qu’elle jugeait obligé, malgré une famille déchirée, il fallait éviter qu’elle éclate et vole complètement en éclats.

Une fois arrivés à quai, Léo s’éclipsa dès qu’il aperçu des cabines téléphoniques moldues. La sorcière Ajax hoche la tête lorsqu’elle le voit s’approcher de ces engins de communication vocale. Diablement efficaces pour de la technologie moldue. Afin de ne pas perdre l’étudiant de vue, la journaliste l’avait suivi, à quelques pas de distance, si bien qu’elle le voyait s’agiter tandis qu’il parlait au combiné. La rédactrice en déduisit que la personne à l’autre bout du fil, quelle qu’elle soit, avait décroché, permettant à l’enfant de donner de ses nouvelles. Son débit de paroles paraissait assez rapide, comme s’il expliquait rapidement des éléments épars de ces derniers temps. La magicienne lui lança un regard triste, pour lui signifier qu’elle comprenait qu’il était dans une situation difficile. Dès qu’il sorti de la cabine, Chioné lui fit signe de la suivre et s’arrêta à quelques mètres.

« Assez de transports de moldus, on est arrivé à une distance raisonnable de l’Angleterre, je me sens les forces de nous y amener. »

La sorcière lui tendit alors le bras, afin de l’emmener à Londres, la capitale, la destination vers laquelle elle était certaine de bien atterrir, connaissant très bien certains quartiers. Il n’était pas question de se retrouver en un lien inconnu à cause d’une imprécision magique. Son transplanage d’escorte devait être parfait. Elle avait son permis depuis environ une demi-dizaine d’années et était plutôt confiante.

Quelques secondes désagréables et ils tombèrent sur une vieille rue pavée de la ville, où pas un chat ne rôdait. Cet endroit était loin de l’ambiance agitée de la cité grouillante.

« Je nous ai fait arriver à l’écart volontairement. J’aimerais discuter un peu. »

La sorcière Ajax ne comptait pas laisser partir Léo ainsi, sans explications et faire le point. Elle souhaitait connaître la teneur de la discussion que le jeune garçon avait eu à la gare, et s’assurer qu’il irait bien. Ou bien elle s’inquiéterait.

« Qu’as-tu dit à tes parents lors de votre échange ? J’espère qu’ils ont été tranquillisés. »

Les yeux verts de l’adulte englobèrent le visage de l’enfant, attendant qu’il s’exprime pour lui assurer que tout avait été correctement et bien fait vis-à-vis de ses responsables.

Entdecke.

 Allemagne   RPG+  La Fugue ...  PV - Chioné Ajax 

Quoi ? Pas de Transport ? Mais comment allons-nous rentrer ? pensais-je.
Chioné m'annonça un Transplanage d'escorte. J'étais à la fois excité et peureux. Un Transplanage ? Trop cool ! Mais je n'avais pas envie d'y perde une oreille ! Combien de fois mon père et autres sorcier m'avaient mis en garde contre le transplanage ? Quoi qu'il en soit, j'agrippais son bras et elle transplana loin de la foule de Moldue. Nous nous retrouvâmes dans une petite ruelle Londoniennes, loin des Moldues et perturbation de la ville.  Autour de nous, personne excepté un vieux matou de rue qui nous observe. 
Elle me retint pour me demander ce que j'avais dis avec mes parents. Elle ne m'avait donc pas écouté ? Cela n'avait surement pas était très discret donc de mettre en haut parleur !
- Je.... euh, et bien... je, je leur ... je leur est dis que j'arrivais... Ils ne sont plus inquiets ! Je n'aimait pas mentir à Chioné qui avait, selon son regard, grand besoin de s'assurer que tout allait bien. En fait.. je, je ne leur est pas... jeneleurestpasmentionnétapersonne dis-je précipitamment.
Je la regardais droit dans les yeux, intensément. Puis, par un geste incontrôlé, je la pris dans mes bras. Nous restâmes comme ceci pendant plusieurs minutes avant que je ne balbutie quelque remerciements. Je me dégageais de ses bras avant de vérifier mon sac. Ma baguette était toujours là ainsi que plusieurs Gallions, assez pour achetés de la poudre de cheminette. Nous étions à quelque patés de maison du chemin de traverse et je comptais empruntés la cheminée du chaudron baveur pour me rendre à Cokeworth, chez moi, ou le réseau de cheminée était relié. Un dernier coup d’œil à Chioné qui, j'en étais sûr, reprendrais contact avec moi. Je me retournais. J'avais les larmes aux yeux et je me mis a marcher de plus en plus vite. Les pensées noires revenaient peu à peu vers moi. Je tournais dans le coin de la rue et rentrait dans le monde Moldue après un nouveau Recurvite sur mes affaires et moi. Un autre sort pour cacher l'odeur et je rangeais ma baguette.

* * * * 


Le Chaudron Baveur se dressait devant moi, imposant batiment sombre à côté d'une boutique de musique. Je ne me fit pas prier pour rentrer et me diriger rapidement vers le comptoir bondés. La gérante, occupés à servir des ivrognes vint me voir à la suite ou je la payés pour de la poudre de cheminette et une utilisation légale de sa cheminée. Une fois la transaction faites, je me dirigeais vers l'imposant bloc de pierre ou je pénétrais avant de crier mon adresse en jetant la poudre. Des flammes vertes apparurent et je fut transportés, à la manière d'un transplanage, dans mon petit salon paisible. Mon père, devant moi, écarquilla les yeux avant de me gifler et que ma mère vienne à mon secours.
Ce fut un plaisir de faire ce Rpg avec vous, Chioné.  J'espère avoir l'occasion d'en refaire un. Pour ma part, je l'est donc finis, je vous laisse le choix d'y répondre ou non !

Responsable des Nouveaux Arrivants de Serdaigle. (& Roi des Taupes)
Lait-haut Sol-aime
2ème année RP, 3ème année FANFICTION EN COURS

 Allemagne   RPG+  La Fugue ...  PV - Chioné Ajax 

Le garçon paraissait très gêné et hésitant, et Chioné avait conscience que ses questions avaient presque un aspect intrusif. Cependant, elle l’avait aidé à parcourir une partie de l’Europe pour qu’il rejoigne son foyer, et pensait pouvoir être considérée comme une interlocutrice de confiance, elle tenait réellement à ce que les relations de cet enfant avec ses parents s’améliorent, le temps allant. Léo balbutia des paroles confuses, pour conclure qu’il avait bien rassuré les adultes, en restant dans le vague. La sorcière Ajax ne saurait certainement jamais la teneur exacte de cette conversation téléphonique, mais elle n’avait aussi pas besoin de le savoir.

Lorsque l’étudiant ajouta ne pas avoir parlé de la journaliste, elle hocha la tête. Il avait dû se montrer très évasif avec sa famille, et ce ne serait pas une bonne idée de continuer à l’accompagner jusqu’à son pas de porte. La situation serait trop malaisante, autant pour l’une que pour l’autre. Il pouvait être autonome et parcourir seul les derniers pas de son chemin, il avait certainement les moyens et il se retrouvait de nouveau en lieu connu.

Sans l’annoncer, après avoir regardé la rédactrice un instant, le garçon l’enlaça, comme un enfant se réfugiant dans les bras rassurants d’un adulte. Légèrement déstabilisée pour commencer, Chioné finit par se détendre et s’ouvrir au geste. Cela avait le goût de l’adieu, ou du moins annonçait qu’ils allaient se quitter en prenant chacun leur voie très prochainement. Discrètement, la jeune femme glissa dans une poche de Léo une carte de visite. L’adresse de la Gazette sur le Chemin de Traverse était connue, donc il pourrait à tout moment envoyer une lettre à la rédactrice pour donner des nouvelles si le cœur y était. La magicienne avait un point d’honneur à lire tous les courriers envoyés pour la Gazette du Sorcier, elle y trouvait des idées, des pistes pour proposer mieux.

« À bientôt petit bonhomme… »

La journaliste fit un petit geste de la main en le laissant partir, retourner chez lui ou auprès de sa mère. Il avait encore un été avec sa famille avant son nouveau départ vers Poudlard. D’ici là il aurait à peine le temps d’arranger la situation. Si une prochaine rencontre il devait y avoir, la sorcière Ajax comptait sur un climat moins tendu, elle  pourrait un jour découvrir le garçon sous un jour plus joyeux, épanoui.

Il était temps pour elle de partir, elle était supposée être en vacances, et Chioné pourrait encore profiter de quelques jours de repos en Allemagne avant de retourner travailler. Elle prit une inspiration avant de disparaître de la ruelle, de nouveau désert, pour s’éloigner de cette ville pour un petit moment.



Reducio
Plaisir partagé, Léo. Nos personnages pourraient se recroiser à une autre occasion à l'avenir. D'ici là prends soin de toi.

Entdecke.