Ailleurs…

Inscription
Connexion

 Solo  Comme un frère

RPG++
Solo

Godric's Hollow,
Deux jours après la fin de l'année scolaire 2042-2043



Le jour n'est pas encore levé. L'aube n'a même pas commencé. Pourtant, l'enfant est déjà réveillée. Elle sort de ses draps sans un bruit, passe par la fenêtre dans la nuit.
Elle agrippe le tronc de l'arbre qui passe à côté de la fenêtre. Grimpe dessus. S'élève au dessus de la maison. Au dessus du village. Au dessus du sol. Au dessus de tout.
Au dessus de ses soucis. Au dessus de ses problèmes. Au dessus de ses tourments.
Au dessus des émotions humaines. Au dessus du monde silencieux. Au dessus des limites. Par delà les frontières.

Elle grimpe. Encore. Encore. S'élève. Encore et encore. Elle atteint la cime de l'arbre. Elle est agenouillée sur la dernière branche. Se lève. Ouvre les bras et les lève au dessus de sa tête. Liberté.

Elle redescent, parce que le cocon formé par les multiples branches de l'arbre un peu plus bas est bien plus protecteur que le vide au dessous de la cime. Elle s'agenouille. Les bras autour des jambes, recroquevillée.

Les larmes de malheur. Les larmes de tristesse. Les larmes d'émotions, qui coulent sur ses joues pâles. Elle a toujours eu le teint pâle. Elle est encore plus livide aujourd'hui.

Ses yeux se ferment. Parce que même toute la volonté humaine ne peut pas battre les limites du corps. Dormir. Sombrer dans le sommeil. Et ne plus jamais se réveiller. Ne plus jamais voir que la vie est horrible. Que son père l'a trahie.

Mais l'esprit est plus fort que le corps. Et ses tourments la maintiennent éveillés. Un seul moyen pour se libérer.

Il faut parler. Mais elle en est bien incapable. A qui confier ses sentiments ?

Le vent souffle sur son visage. Elle soupire. Souffle sur ses mèches noires qui lui tombent devant les yeux.

La vie est belle. C'est ce que l'on dit souvent aux enfants. La vie est dure. Le contraire qu'on leur murmure quand ils se plaignent.

Elle ne se plaint pas. Mais sa vie est dure. Quand tu perds quelqu'un, tu te réfugies dans les bras d'un autre. Quand cette personne te trahi, toute ta vie s'effondre.

Comment a t-il pu faire ça ? Comment a t-il pu la trahir ? Elle n'en sait rien. Mais il l'a trahi. Et la mémoire de sa mère avec. Jamais elle n'aurait imaginé cela.

Elle se souvient du jour où elle l'a appris. A Poudlard. Ce château, qui était si beau, dans la nuit. Illuminé de mille feux. Et cette lettre dans ses mains. Cette lettre de malheur. De déchirement. D'annonce.

Comment a t-il pu faire ça ? Elle n'en sait rien. Mais il l'a fait. Il l'a fait.

Et elle. Elle ne peut rien faire. Juste le regarder, lui et ses sourires. Ses sourires qu'il ne lui accorde plus. Beaucoup trop occupé à les adresser à Elle. Elle. Cette femme a qui l'enfant n'a rien demandé.

Cette femme qui est arrivée dans sa vie. Comme ça, d'un coup. Symbole de malheur, de déchirement. Et de trahison.

Il les a trahie, elle et sa mère. Il les a trahie pour Elle. Qui est Elle pour faire cela ? L'enfant n'en sait rien. Mais Elle l'a fait.

Larme. Tristesse qui s'écoule à l'infini. Encore et encore. Recroquevillée au milieu des feuilles et des branches. Larmes. Larmes qui tracent des lignes blanches sur sa peau pâle. Larmes. Larmes qui sortent. Qui ont trop attendu pour partir. Tristesse qui explose.

Pleurer. Même cela, elle le fait en silence. Deux jours qu'elle ne parle presque pas. Deux jours qu'elle se tait. Deux jours qu'elle n'arrive pas à faire couler ses larmes.

Un bruit dans la nuit. Presque inaudible. Presque. Pas complètement pour que l'enfant ne l'entende pas. Mais elle l'entend trop tard. Elle l'entend alors qu'il est déjà là.

Elle sursaute alors qu'une forme apparait à côté d'elle dans la nuit. Deux yeux qui la regardent.

Qui l'observent et la sondent d'un regard émeraude. Lui.

"Que fais-tu devant une rivière que tu ne peux traverser ? Je la traverse."
"N'oublie jamais : celui qui croit savoir n'apprend plus."

-Le pacte des Marchombres, Ellana -

 Solo  Comme un frère

Sky Blackwood

Image


Sky Blackwood était un enfant comme les adultes les aiment. Intelligent, gentil, et surtout silencieux. Sky Blackwood ne posait jamais de questions. Il ne riait pas. Ne parlait pas. Ne se plaignait pas. Ou en tous cas, quasiment jamais. Même quand sa mère s'était remarié, il ne s'était pas plaint. Il avait juste attendu de voir ce qui se passerait.

Quand il était plus jeune, des médecins disaient qu'il était surement autiste. Mais Sky Blackwood n'était pas un autiste. Il savait juste écouter. Il n'aimait pas gaspiller ses mots, ses rires. Il les réservait aux moments qui en valaient vraiment la peine. Sky Blackwood savait écouter. C'était le confident idéal. Si vous arriviez à comprendre pourquoi il était comme ça.


Cette nuit là, Sky n'arrivait pas à dormir. Le fait d'être silencieux ne veut pas dire qu'on n'est pas tourmenté. Sky ne posait jamais de questions. Mais dans sa tête, les non-dits tourbillonnaient à l'infini.

Pourquoi ? Pourquoi tous ces événements soudain, cette année ?

Il n'avait rien demandé. A personne. Il se contentait d'essayer de chercher les réponses à ses questions.

Cette nuit là, Sky Blackwood ne dormait pas. Il écoutait. Même quand personne ne parlait, il trouvait quelque chose à écouter. En l'occurence, les bruits de la nuit.

Les animaux dehors, le souffle du vent. Le grincement des branches, les ronflements de son beau-père dans la chambre du dessous. Le plancher qui grince sous un pied.

Sky tendit l'oreille. Ce bruit là n'était pas habituel. Il n'avait pas sa place au milieu de la nuit. Ce bruit là venait de la maison. De la chambre à côté de la sienne. Sa chambre.

Sky habitait dans cette maison depuis deux semaines. Sa mère depuis plus. Deux semaines... Elle était venue le chercher avant la fin des cours. Il ne savait pas pourquoi. Il l'avait vite découvert...

Sky habitait dans cette maison depuis deux semaines, et pourtant il ne l'avait aperçue qu'une fois.Il avait cru comprendre qu'elle venait tout juste d'apprendre la nouvelle.

Et à la tristesse dans ses yeux qu'il avait vu la seule fois où il avait croisé son regard, un bref instant, Sky savait qu'elle se sentait trahie. Il savait aussi qu'elle faisait tout pour éviter la mère du garçon. Et le garçon lui même. Il le savait, parce qu'à toutes les émotions qu'il avait vu dans son regard vert, il avait compris qu'elle n'était pas capable de supporter cela.

Il savait ce qu'il se passait. Il l'entendait aux bruits de la nuit. La fille passait par sa fenêtre. Elle montait à l'arbre. Les lèvres de Sky s'étirèrent en un petit sourire.

Cette fille là avait besoin de parler. Mais elle n'avait personne à qui se confier.

Sky avait aussi un trait de caractère que les adultes n'appréciaient pas toujours. Il était curieux. Et c'est pour cela qu'il sortit lui aussi de son lit. Et qu'il s'assit sur le rebord de la fenêtre.

De là, il vit toute la scène. Et quand elle se recroquevilla entre les branches de l'arbre, il entendit ses sanglots.

Alors il grimpa. Doucement. Sky savait écouter. Il savait aussi être silencieux. La fille n'entendrait rien. Elle ne le verrait qu'au dernier moment.

Et il croisa son regard. Les yeux émeraudes du garçon brillait dans le noir. Ceux verts clair de la jeune fille, embués de larmes, se reflétaient dans les siens.

Sky n'aimait pas parler. Il gardait précieusement ses mots et ses rires. Pour les accorder à quelqu'un qui en vaudrait vraiment la peine.

Alors il s'assit à côté d'elle. Et il fit la chose qui lui paru la plus naturelle du monde.

Il passa son bras autour de son épaule. Et la fixa droit dans les yeux. Ceux de la fille s'éclaircirent soudain. Puis elle se remit à pleurer. En silence, cette fois.

Sky se rapprocha d'elle. Doucement. Elle avait besoin de parler. Il suffisait qu'elle s'en rende compte.

Et c'est là qu'elle commença à raconter. Mots après mots. Son histoire.

"Que fais-tu devant une rivière que tu ne peux traverser ? Je la traverse."
"N'oublie jamais : celui qui croit savoir n'apprend plus."

-Le pacte des Marchombres, Ellana -

 Solo  Comme un frère

~ Ma mère est morte quand j'avais neuf ans et demi.


Si la fillette a tressaillit quand le garçon a passé son bras autour de ses épaules, une fois qu'elle eut prononcé une première phrase, les mots s'échappèrent de sa bouche contre sa volonté.

~ Je... Je l'aimais tellement. Et cette nuit là... Ma vie a été bouleversée à tout jamais. Elle a été assassinée sous mes yeux. Je les déteste... Eux qui me l'ont arrachée. Et bien malgré moi, je la déteste aussi. Pour m'avoir laissé ici, et être partie. Pour m'avoir fait grandir. Pour m'avoir fait comprendre que la vie n'était pas toujours belle. Pour m'avoir sorti de mon rêve d'enfant.

~ Je n'oublierais jamais cette nuit là. Je m'en rappelle dans les moindres détails. Elle est garé dans ma mémoire pour l'éternité. Et puis j'ai reçu la lettre de mon père, il y a deux semaines. Je n'étais pas à la maison, j'étais dans mon... pensionnat. Au départ, j'ai cru à une blague. Et puis j'ai compris que non.

~ Je crois que ça m'a fait encore plus mal que quand maman est morte. Parce que j'étais trahie pour la seconde fois par mes proches. Ma mère m'avait trahie une première fois, en m'abandonnant dans ce monde si horrible. Et mon père, aujourd'hui, il me trahit également. En faisant comme s'il l'avait oublié. En trouvant le bonheur ailleurs.

~ Je sais que ce n'est pas juste. Je devrais être heureuse pour lui. Heureuse qu'il soit capable d'oublier. Mais moi, je ne suis pas capable d'oublier. Et je ne suis pas non plus capable de pardonner. Je n'y arrive pas...


Sa voix se brise soudainement. Elle a parlé. Elle ne peut plus continuer. Maintenant, c'est au garçon de lui prouver si elle a eu confiance de tout lui raconter. Pendant qu'elle parlait, elle l'avait presque oublié. Elle s'était perdue dans ses yeux verts si profonds.

Elle se rendit soudain compte qu'elle ne savait rien de lui. Ni son nom, ni son age. Ni sa famille, ni sa vie. Et pourtant, cela lui est égal. Elle sait qu'il sera toujours là pour elle, et qu'elle sera toujours là pour lui.

C'est étrange. Tous ces sentiments qui se bousculent dans sa tête. Elle ne sait vraiment qui il est pour elle. Ce n'est pas un ami. C'est bien plus que ça. Ce n'est pas l'amour qu'elle aurait trouvé. Elle a déjà Isaac. C'est... différent. Comme... comme un frère.


~ La vie est une tornade et on est prit en son coeur.


Les mots du garçon brisent le silence. La fillette le regarde encore plus intensément. Il continue.

~ On ne peut rien faire. Je sais ce que ça fait, Thalia.


Il connait son nom.

~ Tu es perdue. Dans un brouillard sans fin. Suis ma voix, Thalia. Lève la tête. Regarde les étoiles. Fixe en une. Marche vers elle, dans le ciel. Trouve ta lumière. Tu es perdue. Recroquevillée sur toi même. Trouve ta lumière, Thalia. Trouve ton étoile, et ne la lâche plus jamais du regard. Ne laisse pas l'obscurité t'engloutir. Réfugie toi dans la lumière.


Comment ? Comme sait il ce qu'elle ressent ? Un murmure risque inaudible s'échappe de ses lèvres.

~ On est si petits... Si insignifiants par rapport à l'infini. Tu te rends compte ? L'univers est infini et nous on ne sert à rien. Si petits dans l'immensité du monde... A quoi servent les humains ? Je ne comprend plus rien...


Dans la pénombre, la fillette voit un léger sourire se dessiner sur les lèvres du garçon.

~ Parfois, il ne sert à rien de comprendre. Il suffit d'accepter. C'est ce que je fais, depuis toujours. Accepter. Je ne contredis jamais. Ca n'attire que des ennuis. Mais il y a des choses qu'on ne peut pas accepter. Des questions qu'on n'arrive pas à poser. Alors on cherche les réponses, pour essayer de sortir du brouillard et de trouver son étoile.


Elle penche la tête. Murmure.

~ Tu sais... Je crois que j'ai trouvé mon étoile.


Puis continue. Une phrase enfantine, innocente.

~ Comment tu t'appelles ?


Il se penche. Lui prend la main. Un mot, un seul.

~ Sky.


Elle sourit. Etrange coincidence.

~ J'aime bien. Tu as de la chance... Certains passent leur vie à chercher leur étoile, et toi tu les abrites toutes dans ton corps. Un ciel remplit d'étoiles... C'est... C'est pour ça que tu arrives à savoir ? A comprendre pourquoi ? Je... Je crois que je les vois, tes étoiles. Elles brillent dans tes yeux. Dans ton regard.


Il pose sa main sur le coeur de Thalia.

~ Je n'abrite pas vraiment les étoiles. J'aimerais bien. Mais je crois que c'est plus compliqué que ça. Par contre, je sais que j'ai trouvé mon étoile il y a longtemps. Très longtemps. Je crois que je l'ai toujours eu avec moi.

~ Comment tu fais ?

~ Elle me dit quoi faire. Elle me dit à qui je dois faire confiance. Je ne parle presque pas. Je préfère garder mes mots pour ceux qui le mérite. Toi, elle m'a dit que tu en étais digne. Mais même sans elle, je l'aurais su. Tu es différente.

~ Merci...


Elle veut mieux le voir. Elle n'a pas de lumière. Alors elle sort le bout de bois qu'elle garde toujours avec elle, qui était caché dans les plis de sa robe de chambre. Sa baguette. Un murmure.

~ Lumos

~ Tu n'as pas besoin de ça.


Il sort également un bâton de sa poche. Elle ne comprend pas.

~ Nox

"Que fais-tu devant une rivière que tu ne peux traverser ? Je la traverse."
"N'oublie jamais : celui qui croit savoir n'apprend plus."

-Le pacte des Marchombres, Ellana -

 Solo  Comme un frère

~ Tu...


Elle murmure. Presque choquée. Etonné. Elle a raison. Pourquoi ne lui a t il rien dit ? Il ne sait pas. Ce n'est pas vraiment important. Elle non plus, elle ne l'a pas dit.

~ Oui.


Pas besoin d'autre chose pour comprendre. Il veut bien commencer à parler, mais les mots restent précieux. Il ne sert à rien de les gaspiller. Elle passe d'étonnée à curieuse.

~ Tu es à Poudlard ?


Il se demande s'il ne la préférais pas avant, quand elle était timide. Quand elle parlait pour dire ce qu'elle avait sur le coeur. Pour se confier. Mais il répond, parce qu'après tout, elle ne peut pas changer immédiatement. Elle est normale, il est différent. Elle va peut être changer, mais il va falloir que lui aussi.

~ Oui. Je... Je passe en troisième année. Et toi ?


Elle sourit. Visiblement, elle aime parler de ça.

~ Moi ? Je passe en seconde année à Poufsouffle. Tu es un...


La réponse est brève. Un mot. Tranchant.

~ Serpentard.


Il la regarde. Et il voit bien qu'elle est étonnée.

~ Oh... D'accord. Tu... tu sais pourquoi ?


Elle aime peut être en parler, mais pour lui c'est un sujet qu'il vaut mieux éviter. Il sait qu'il est différent. Même le Choixpeau l'a senti.

~ C'est plus par élimination qu'autre chose. Je ne suis pas vantard, ni fier, et je n'aime pas parler tellement aux autres. Gryffondor éliminé. Certains disent que je suis intelligent, j'ai bonne mémoire... Mais je n'aime pas passer des heures à travailler sur un sujet qui ne me passions pas. Au revoir, Serdaigle. Je ne suis ni gourmand, ni très généreux ou gentil. Mais je peux être patient... Je n'ai qu'une caractéristique de Poufsouffle, alors non. Mais Serpentard... Le Choixpeau disait que j'étais de Sang-Pur, mais que ce n'était pas important de toute façon. Que je n'étais pas vraiment arrogant, mais que la plupart des verts et argent étaient solitaires et silencieux. Ca m'allait. Je suis donc un Serpentard. Comme tu peux le voir, le choix a été difficile. Je suis différent.


Elle ne dit rien. Elle comprend enfin qu'il n'aime pas en parler. Que sa différence le rend fier et le blesse en même temps. Il se rend alors compte qu'il ne l'avait jamais dit à personne. Que même sa mère le trouve différent. Que son père le détestait encore plus pour cela. Mais elle parle. Et ses mots le touchent. Comme une flèche plantée droit dans son coeur.

~ Moi, je m'en fiche. C'est bien d'être différent. Tu comprends dos choses que les autres ne peuvent pas voir.


Un mot. Un unique mot. Mais cette fois, ce n'est pas parce qu'il n'aime pas parler. Plutôt parce qu'il ne sait pas quoi dire.

~ Merci.


Et puis soudain, une question. Parce qu'elle lui vient immédiatement à l'esprit.

~ Mais... Tu sais, à Poudlard. Personne ne me parle. Personne ne m'apprécie. Tout le monde me trouve différent.

~ Et alors ?

~ Tu vas devoir choisir, Thalia. Entre moi ou tes amis.


Un choix, un simple choix. Qui va pourtant déterminer la suite.

~ Pourquoi choisir, Sky ? Tu es... comme mon frère. Mon grand frère. Et eux, ce sont mes amis. Ils t'accepteront. Sinon, tant pis. Je ferais avec. Avec ou sans eux.


Il savoure ses paroles. Si belles. Personne ne lui avait jamais dit ça.

~ Comme ton frère... Je n'ai jamais été un frère. Je ne sais pas si je ferais l'affaire, petite étoile.

~ Je suis sure que tu seras le meilleur des frères, Sky, vu comment ça a déjà commencé.


Et puis soudain, il voit qu'elle se pose une question. Qu'elle se demande quelque chose. Il espère qu'elle ne va pas revenir sur sa décision. Il espère de tout son coeur. De tout son esprit.

~ Je... Je t'ai parlé, Sky. Maintenant... peux tu me raconter ton histoire ?


Ca le surprend. Et ça le dérange. Il ne parle jamais de sa vie à personne, il ne parle jamais de ce qu'il ressent.

Mais en même temps, il ne parle jamais non plus. Il ne fait jamais confiance. Et pourtant, à elle, il lui a fait confiance. Il lui a parlé.


~ Je n'en parle jamais à personne, petite étoile. Je suis né un soir d'hiver...

"Que fais-tu devant une rivière que tu ne peux traverser ? Je la traverse."
"N'oublie jamais : celui qui croit savoir n'apprend plus."

-Le pacte des Marchombres, Ellana -