Ailleurs…

Inscription
Connexion

 RPG+   Pays de Galles  La rencontre  solo 

Il doit être environ deux heures de l'après-midi, et la neige est déjà bien tombée. Le ciel est gris, comme toujours, et quelques rares oiseaux se risquent à braver le froid. Bien installée au salon, je lis, comme d'habitude. A neuf ans, je sais déjà lire de façon irréprochable, et j'adore ça. Djali est couchée sur mes jambes, et elle attend patiemment que j'ai finis, pour pouvoir jouer avec sa souris ensorcelée.

Papa est sorti acheter un gâteau, parce que des gens très important vienne manger aujourd'hui. Je n'ai pas du tout hâte de les rencontrer, mais je me garde bien de le dire à mon père : depuis la mort de Maman, il ne cesse de sortir tard le soir, à cause de dîners qu'il partage avec son patron et ses collègues du journal où il travaille. Je me retrouve donc toute seule avec Djali, et bien souvent c'est madame Piglonne, la voisine, qui vient nous garder.

J'aime bien madame Piglonne. Elle m'a dit qu'elle avait quatre-vingt-quatre ans. J'aurais bien aimé l'avoir comme grand-mère. Elle me fait tout le temps des cadeaux, mais aussi elle me lit des histoires, me racontent des trucs qui se sont passés il y a des années, quand Papa et Maman n'était pas encore nés. Et même, elle a connu la maman de Maman alors que celle-ci n'était même pas encore née ! Du coup elle me raconte beaucoup de choses sur elle.

Djali se lève et baille. Aujourd'hui, madame Piglonne est avec ses petits enfants, alors je suis restée seule à la maison. Papa m'avait mit une robe verte en velours avant de partir. Dès qu'il est sorti, je suis vite allée me changer. Beurk ! J'aime pas cette robe. Elle sens mauvais et elle gratte dedans, alors que dehors elle est toute douce. Alors j'ai mis une jolie jupe plissée noire, avec une petite chemise blanche. Si les invités ne sont pas contents, ils n'auront qu'à aller me choisir eux-mêmes des habits.

La porte s'ouvre, et j'entends parler Papa. Il est avec deux autres personnes, j'entends leurs pas sur le carrelage de l'entrée. Je soupire et me lève, lissant une dernière fois ma jupe.


"Esméralda ! Nous sommes là !" lance Papa d'une voix enjouée.

Je lèves les yeux au ciel. Je n'ai plus trois ans, j'ai bien compris qu'ils étaient là ! Il s'avance dans notre salon, accompagnée d'une femme qui lui tient la main.

Elle a la peau mâte, et des yeux verts perçants. Son rouge à lèvre framboise est hideux. Mais elle parait jeune, plus jeune que Papa. Un garçon apparaît derrière eux. Mâte aussi, des yeux verts plus doux que ceux de celle qui, je supposes, est sa mère.

"Je te présente Clara, et son fils Tobías" fait mon père avec un grand sourire.

Je les dévisage.


"Et c'est qui ?" je demande, sur la défensive.

Mon père ne cille pas, son sourire idiot toujours scotché sur le visage.


"Clara est ma nouvelle petit amie, si j'oses dire !" pouffe-t-il, faisant rire la dénommé Clara aussi. Tobías, lui, caresse Djali, qui a pris son courage à deux mains pour se lever et aller le voir.

Mes yeux s'écarquillent.

"C'est une blague, c'est ça ?"
Dernière modification par Esméralda Clearwater le 19 août 2018, 17 h 04, modifié 2 fois.

• espresso patronum • code couleur : #134F5C
"I am just bisexual, potterhead, werewolf, reader, drawer, dancer, and I like watermelon"

 RPG+   Pays de Galles  La rencontre  solo 

Mon père me dévisage, son sourire figé. Il ne semble pas ravi de ma réaction.

"Mais enfin, chérie, tu pourrais avoir... Une réaction plus polie, et dire bonjour"

Ah ça oui, ce n'est pas la réaction qu'il attendait. Mais je m'en fiche. Immédiatement, je me renferme sur moi-même, et m'assois sur mon fauteuil pour continuer ma lecture. Je n'ai que neuf ans, mais je suis quand même capable de comprendre les choses : mon père a remplacé Maman.

Certes Maman n'était pas un exemple... Entre les drogues et l'alcool, et les séjours à l'hôpital, elle n'avait pas trop de temps pour moi... Mais déjà Papa semblait plus absent... Il partait souvent le soir, quand Maman s'endormait, trop saoule pour me préparer à manger. Et il revenait soit tard dans la nuit, soit tôt le matin. Une fois même, il est parti tout un weekend alors que Maman était à l'hôpital, et j'ai dut aller habiter chez madame Piglonne.


"Tu pourrais dire bonjour, au moins"chouine mon père, avec un regard en direction de la femme.

Je lève un instant mes yeux de mon livre, pour me replonger aussitôt dedans en soupirant.

"B'jour."

Papa soupire et s'approche de moi. Il me prends mon livre des mains, et me regarde droit dans les yeux.

"Tobías et Clara vont rester ici cet arpès-midi, et le soir ils mangeront avec nous."

Inutile de préciser que je ne suis pas plus enchantée. Je prends mon livre et monte dans ma chambre.

Une fois là-haut, Djali me rejoint. Traîtresse !


"Esmé ! Descends !" crie mon père depuis le salon. Heureusement, ma chambre étant située dans le grenier (que nous avions aménagé) je peux faire mine de ne pas l'avoir entendu.

Je me replonge dans mon livre, toutefois en jetant parfois un coup d’œil à ma porte, de peur qu'elle s'ouvre. Et, en effet, une dizaine de minutes après que je sois montée, elle pivote. Le garçon est là.


"Salut" fait-il en souriant.

Je prends le temps de le détailler. Il porte un large jogging, un tee-shirt bleu, et ses cheveux noir tirant sur le gris sont en désordre.

"Moi c'est Tobías. Mais tu peux m'appeler Tag."

Je fronce les sourcils. Tag ? En s'approchant, il m'explique que c'est à cause de son nom de famille : Acosta Gavas. Donc, Tobías Acosta Gavas, ça donne Tag.

"Tu lis quoi ?"

Je lui montre mon livre, et il approuve en disant qu'il l'a déjà lut. Je m'en contrefiche, en fait. Alors je me mets à l'ignorer. Et il continue de parler... Et de parler... Et encore...

Il me dit que son Papa est décédé, lui aussi. Pour ça, je compatis. Puis qu'il aime lire, le sport, et particulièrement le football. Qu'il va à l'école pas loin de notre quartier, comme moi. Mais je ne l'y est jamais croisé, d'ailleurs. Puis il enchaîne en me disant qu'il aime bien mon Papa. Et que lui et sa maman veulent même avoir un bébé... QUOI ??


"Tu as dis quoi ?"

Il se stoppe net dans ses explications. Il se retourne, et se mords la lèvre.

"Oups !"

Et il part en courant au salon. Je restes là, sur mon lit, avec mon livre à la main et Djali qui me regarde. Un bébé ?
Dernière modification par Esméralda Clearwater le 19 août 2018, 17 h 04, modifié 1 fois.

• espresso patronum • code couleur : #134F5C
"I am just bisexual, potterhead, werewolf, reader, drawer, dancer, and I like watermelon"

 RPG+   Pays de Galles  La rencontre  solo 

Il est clair que je ne suis pas ravie. Et en plus, je suis alertée au dernier moment. Super ! Non mais, j'espère que la machine n'est pas en route, parce que là, ça va barder à la maison ! Un bébé ce n'est pas rien. Ce n'est pas comme si ils envisageaient de s'installer ensemble ou d'avoir un chien, même si Djali serait contre à cent pour cents. Mais alors que je viens juste de perdre ma mère, c'est sûr, ça fait mal.

Je descends précipitamment les marches et m'arrêtes devant mon père, qui discute avec cette Clara. Elle me dégoûte, cette dame jeune. Et en plus, avec son sourire enjôleur, c'est difficile de la détester, ce qui m'agace encore plus. Tag a disparu de mon champ de vision, il a dût se replier là où il a trouvé une issue. Tant mieux ! Oiseau de mauvais augure, ce type... Enfin bref. Je me plante face aux deux tourtereaux, et les défis du regard. Je me dresse de toute ma petite hauteur, et fronce les sourcils. Je sais que j'ai l'air d'un bébé pingouin en colère, mais j'ai besoin de cracher toute la bile que j'ai en moi.

"Un bébé ?" j'attaque avec véhémence. "Comme ça ? Direct ? Et mon avis ? Je suis quand même ta fille ! Super la famille ça fait plaisir ! Je sais que j'ai neuf ans mais c'est pas une raison !"

"Mais calme toi ma chérie ! On va t'expliquer..."

Je réfléchis un instant, et quelque chose me frappe.

"C'est quand que vous vous êtes rencontrés ? Non parce que ça fait pas longtemps que j'ai perdu ma maman, et on décide pas du jour au lendemain d'avoir un enfant comme on a envie de changer de chemise ! Faut arrêter d'être bête deux minutes !"

Et là, mon père avoue tout. Il trompait ma mère. Il est avec Clara depuis trois ans.

Ce que je redoutais est entrain de se produire : j'explose. Je lâche tout. Tout ce que j'ai sur le cœur depuis la mort de Maman. Comme Papa m'a délaissée. Qu'il n'a jamais été là pour moi. Et tout en m'expliquant, je saisi ma veste et lace mes chaussures. Les autres sont tellement interloqués qu'il n'osent plus bouger. Très bien ! Restez-là ! Bande de lâches.

Je pousse mon père et sa superficielle petite amie, et descend en courant les marches du perron. J'ouvre le portail et m'enfuit dans la nuit. C'est un choc. Après avoir perdu ma mère, c'est mon père qui m'abandonne. Je me sens seule. Je suis seule. Et ça fait mal.

• espresso patronum • code couleur : #134F5C
"I am just bisexual, potterhead, werewolf, reader, drawer, dancer, and I like watermelon"