Ailleurs…

Inscription
Connexion

CANARDS

27 Juillet 2043
18:20
Amersham


Sabel Tiberius


Image



La barbe à papa dans une main et un soda frais dans l'autre, Edna ne pouvait rêver mieux. Elle passait un été magnifique et ce week-end là, c'était la fête de sa petite ville. Elle avait le droit de manger des sucreries toute la journée sans jamais se faire enguirlander par ses parents. Ceux-ci étaient d'ailleurs si heureux d'enfin la retrouver qu'ils n'osaient pas lui refuser quoique ce soit. Mais il y avait mieux encore : elle pouvait rentrer à 21:00 à la maison si elle voulait ! Elle avait le droit de rester avec ses copains manger à côté des manèges de la fête.

Ce soir là donc, elle n'avait plus tellement faim à force de manger des churros et des bonbons mais elle n'allait pas rentrer de si tôt tout de même. Elle avait fait des tours d'auto-tamponneuse et avait maintenant rendez-vous avec une copine sur le monument central de la place de la ville pour aller jouer. Où allaient-elles bien pouvoir dépenser leur argent ce soir ? Dans quelle activité ? Le tir à la carabine ? Edna aurait préféré faire un tir à la baguette magique mais elle avait bien compris qu'il était défendu de s'en servir ailleurs qu'à l'école. Quel dommage, ses parents ne pouvaient même pas voir ses talents de sorcière...

En passant devant la pêche aux canards, elle remarque une baguette comme lot à gagner. Elle était certainement trop grande pour y jouer, mais elle avait tout de même très envie de savoir si c'en était une vraie. Elle regarde combien d'argent il lui reste dans la poche et jette un regard furtif sur sa gauche et sa droite pour être sûre qu'aucun de ses amis n'étaient présents. Elle sort un billet de 5 livres et s'approche du forain.
Dernière modification par Edna Gringot le 14 août 2018, 19 h 28, modifié 1 fois.

Serpy not sorry.
2ème année RP.

CANARDS

27 Juillet 2043
18h20
Amersham

Sabel s'ennuyait sur un banc lorsqu'il remarque cette baguette. Il n'avait, depuis le début de la soirée, rien trouvé d'intéressant à faire. Pourtant cela faisait des années qu'il rêvait de pouvoir profiter de la fête d'Amersham, des années qu'il voyait les gens s'amuser et s'émerveiller sans jamais avoir l'occasion de les rejoindre. Mais ce soir la, alors qu'il avait enfin réussi à convaincre ses parents de le laisser y aller, il ne parvenait pas à ressentir la même chose que ces gens qui souriaient devant une attraction ou un stand de barbe à papa. Il avait tout essayé en vain.

Il s'est assit sur ce banc sans savoir ce qui l'empêchait de vivre cette soirée pleinement. Il regardait les gens rire, et ça le rendait triste. Lui qui espérait pouvoir se changer les idées et ne plus penser à la rentrée de l'école de Poudlard qui approchait, il se retrouvait à attendre que quelque chose l'intéresse en plein milieu de cette fête qui ferait s'enthousiasmer le plus rabat-joie des bougres. Il regarde sa montre au poignet : 18h20. L'heure avançait mais il lui restait encore beaucoup de temps avant de devoir rentrer à la maison. Il fallait absolument qu'il trouve quelque chose pour s'occuper.

Il se met à chercher un jeu ou une activité à faire. Son regard tombe sur la baguette du stand de pêche aux canards. Il se demandait ce qu'elle faisait dans un endroit pareil. Il s'approche alors du stand, essayant de voir l'objet d'un peu plus près. Il était tellement intrigué qu'il ne regardait plus vraiment ou il mettait les pieds. S'avançant rapidement vers son objectif, il ne lui reste plus que quelques mètres à parcourir mais il trébuche et tombe au sol. Il se relève en vitesse et agit comme si il ne s'était rien passé, espérant que personne ne l'ait entendu glisser sur le sol tel un savon mouillé sur du carrelage. D'un air faussement tranquille, il passe à côté d'une fille avec une barbe à papa et un soda et demande au forain ce qu'il faut faire pour gagner la baguette magique.

CANARDS

La canne à pêche plongée dans l'eau limpide du stand, elle avait pour mission d'attraper 13 canards bleus pour espérer gagner la baguette dans le lot de cadeaux accrochés au fond du manège. Elle ne savait pas pourquoi elle avait tellement envie de la récupérer, mais c'était plus fort qu'elle. Elle était capable de mettre de côté son honneur et en jeu son amour propre.

Il fallait tout de même qu'elle fasse vite. Sait-on jamais. Mais il lui semble que les canards ne font pas le tour si vite que quand elle avait cinq ans. Un par un, lentement, ils défilent et s'entrechoquent mollement. Le temps semble s'être suspendu dans sa course circulaire autour des petits poissons du bocal, eux aussi à gagner. Elle essaie même de souffler sur les animaux en plastiques pour les faire avancer plus vite. Rien n'y fait. Elle devait prendre son mal en patience.

Elle ne se rappelle plus exactement les règles du jeu : si elle les pousse, c'est de la triche ? Et si elle se déplace à la place des canards et qu'elle tourne autour du bassin, ça c'est peut-être autorisé ? Quelle idiote. Je vais attendre, personne ne me verra, c'est bon.

Un garçon d'à peu près son âge apparaît et demande au forain comment gagner la baguette. SA baguette. Elle tient toujours tant bien que mal sa nourriture dans la main droite, mais elle comprend que la compétition sera rude si elle ne veut pas laisser le garçon repartir avec son lot.
Elle avale donc cul-sec le fond de sa canette de soda et fait fondre la fin de sa barbe à papa sur sa langue. Elle agrippe ensuite fermement sa canne à deux mains et ne rigole plus du tout.

Qui était-il ? Pourquoi voulait-il cette baguette ? A ce moment là, elle espère que le forain refuse de lui vendre sans qu'il ne joue.

Edna décide d'essayer d'attraper les canards deux par deux dans l'eau, bien que la technique ne soit que peu aboutie pour le moment. Si elle fait preuve d'un peu de patience et de discrétion, peut-être ne la remarquera-t-il même pas. Et puis il ne sait pas encore qu'elle aussi souhaite gagner la baguette. Ça lui laisse une chance. Mais pourvu que ce ne soit pas un pro de la pêche aux canards.

Serpy not sorry.
2ème année RP.

CANARDS

D'un regard, le forain avait fait comprendre à Sabel qu'il ne pourrait pas repartir avec la baguette sans avoir joué. Sabel s'est donc retrouvé avec une canne à pêche dans les mains, à essayer d'attraper des canards en plastique en seulement quelques instants. Il se tenait droit, les yeux rivés sur le mouvement lent et circulaire de ses proies : il se mettait en condition pour gagner, et ce peu importe les règles. Oups. Sabel se mit à paniquer intérieurement. C'est quoi les règles déjà ?

Il avait accepté de jouer sans même demander les détails du jeu, sachant pourtant très bien qu'il n'avait jamais fait de pêche aux canards de sa vie, et encore moins de pêche tout court. Après quelques tentatives ratées, Sabel imaginait le regard plein de jugement du forrain sur ses performances. Peut être devrait t-il demander de l'aide ?

Il commençait juste à se rassurer en se disant qu'il suffisait de demander les règles, lorsqu'il réalisa qu'il n'était pas seul devant ce stand. Cette fille qu'il avait aperçu en arrivant était à côté. Et il savait... Il sentait qu'elle n'était pas la pour s'amuser. Plus il glissait de coups d'oeils discrets vers elle, plus il comprenait que se rabaisser à demander les règles se résumerait à s'humilier devant une fille. Le jeune garçon rassemble alors ses idées, et applique la seule consigne que le forain lui ait donné : viser les canards verts. Il en faut combien déjà ? Il compta rapidement les canards verts dans le bassin. 20. Si je les attrape tous j'aurai gagné non ?

Sabel enlevait les canards verts un par un, à l'aide d'une canne à pêche dont la maîtrise était approximative, et accompagné d'un air qui se voulait le plus confiant possible. La baguette n'avait déjà plus d'importance. Il ne fallait surtout pas perdre la face.

CANARDS

Il n'y avait bientôt plus aucun canards bleus dans son bassin. Du côté de son rival, bien qu'elle n'ose pas trop observer, il semble quant à lui devoir pêcher ceux d'une autre couleur. Les verts ? Et elle ne savait pas le nombre. Peut-être était-ce le même ? Elle avait donc encore une infime chance de gagner. Heureusement qu'elle était arrivée avant lui et qu'elle avait une longueur d'avance.

La baguette semblait doucement se rapprocher d'elle. Mais maintenant qu'elle savait que le jeune garçon d'à côté la voulait aussi, qu'allait-elle faire si elle l'emportait ? Fuir en courant sans même lui adresser la parole ? Impossible ce n'était pas tellement son genre. Mais elle n'allait quand même pas lui offrir son lot si difficilement gagné ! Et si il devinait qu'elle avait un rapport avec la magie ? Si il devinait même qui elle était ? Restons cool, ce n'est pas possible. Ce n'est pas parce que je suis une fille de 11 ans qui joue à la pêche aux canards que je suis une sorcière. Mhm. Peut de chance que ce soit crédible. Mais dans ce cas là, lui aussi pourrait en être un. Oh! Et si il était un sorcier ? Dans la même ville qu'elle ? Bon, après tout, ce n'est pas écrit sur le visage des gens. Et puis, comme elle ne connaît aucun autre sorcier dans sa ville, elle ne peut pas le savoir. Et dans la mesure où ses parents sont moldus, ils ne savent pas si ils en fréquentent eux-même.

Soudainement, toujours la canne dans l'eau, elle se met à soupçonner tout le monde autour d'elle. Le forain par exemple, pourrait-il lui aussi être un sorcier ? Cela expliquerait pourquoi il vendrait une baguette. Mais pourquoi la vendre ? Elle appartient à quelqu'un, c'est sûr ! Et si il voulait s'en débarrasser ?

Alors que son cerveau commence à disjoncter elle se rend compte qu'il ne reste plus qu'un seul canard à attraper. Plus que quelques secondes et cette mystérieuse baguette serait à elle...

Serpy not sorry.
2ème année RP.

CANARDS

C'était catastrophique. Sabel n'avait tellement aucun talent que si on devait lui attribuer un niveau, ce dernier serait en dessous de celui d'un incompétent classique. C'est comme si les canards esquivaient la canne que le jeune garçon essayait tant bien que mal de maîtriser. Son plan était pourtant si parfait, et tout était si bien parti... il avait ramassé six canards avant que tout ne parte en vrille et qu'il ne réussisse plus à reprendre le contrôle. La pêche au canard lui paraissait de plus en plus semblable à une bête sauvage qu'il ne parvenait pas à dompter. Comme un monstre titanesque et agressif qu'il devait mettre sous son contrôle à l'aide d'une fourchette en plastique. Il jette un regard vers la fille d'à côté. Elle avait l'air d'avoir bientôt fini. Comme si ses difficultés ne suffisaient déjà pas, il fallait que sa rivale soit une pro de la pêche au canard. Comment pouvait il gagner ?

Sabel se torturait l'esprit à essayer de trouver une solution rapide et efficace à son problème. Faut que je me calme, peut être qu'elle ne m'a pas remarqué. Cette pensée le rassurait, mais il savait que ce n'était pas possible. Maudite baguette. Si il ne l'avait pas vue, il ne serait jamais venu jouer à ce jeu stupide. Sachant qu'il n'en avait même pas besoin à la base. La curiosité l'avait emmené dans cet enfer dont il fallait sortir le plus vite possible. Hors de question de se faire humilier. Encore un canard raté... Mais qu'est-ce qu'ils ont tous ?!

Il fallait faire perdre cette fille. Ou la déconcentrer le temps de reprendre le dessus. Encore un... J'en ai marre de ce jeu... En plus je me suis fait mal au poignet en tombant... Hein ? Sabel venait d'avoir une idée. Et si il faisait croire que c'était à cause de son poignet qu'il ne pouvait pas jouer ? Que si il n'était pas tombé un peu plus tôt il aurait pu être au maximum de ses capacités ? C'était bête et lâche, mais ça valait le coup d'être tenté.
Il grimace et se tient le poignet.

"Aïe aïe aïe... C'est tellement dommage de m'être fait mal aussi bêtement... J'aurai pu battre une nouvelle fois mon record mais tant pis ce ne sera pas pour aujourd'hui haha"

Regret immédiat. Dire ça à haute voix était la pire décision qu'il pouvait prendre. C'était évident qu'il mentait... et Sabel n'était pas un menteur.

CANARDS

La jeune fille Gringot sent son partenaire de jeu faiblir. Elle le sent tout d'abord parce qu'il ne cesse de jeter des regards furtifs vers ses canards bleus à elle, mais également parce qu'avant de se plaindre à haute voix d'une douleur physique, il n'avait pas arrêté de soupirer. C'était des soupirs internes, mais assez puissant pour la jeune fille puisse tout de même les percevoir.

Visiblement, le petit brun allait perdre et il le disait lui-même maintenant. Que lui prenait-il ? Il parlait de son "record". Il devait sans doute passer le plus clair de son temps ici, à jouer à la pêche aux canards. Ou alors était-ce le fils du forain, et le manège était à lui ? Dans quel cas, il aurait la possibilité de ne pas lui donner la baguette... Edna comprend qu'il faut qu'elle agisse en fonction de son adversaire. Ne pas se moquer de lui quand il perdra, et garder son sang froid. Même si au fond, elle est plus que ravie de battre l'individu en face d'elle. Surtout si c'est un habitué de la pêche aux plastiques. Wait a second... Hum, c'est peut-être seulement un mauvais perdant. Il sait qu'il va perdre, et il tente de trouver une excuse ! Mais oui, c'est sûr ! Pourquoi n'y ai-je pas pensé plus tôt ! Hahaha, le looser.

Alors, sans qu'elle n'ait à se battre outre mesure, on peut voir le dernier canard, celui de la victoire, se jeter tout seul sur l’hameçon d'Edna. La seconde d'après, à peine consciente que le jeu était enfin terminé, elle brandit sa canne hors de l'eau, triomphale. Alors que le canard est toujours empalé sur son bâton, elle commence à le balancer dans les airs de gauche à droite et à le faire virevolter au dessus du bassin d'eau où les autres canards continuaient à tourner en rond.

- BIIIIM ! Je t'ai eu ! La baguette est à moi ! HAHAHA !
lance-t-elle au jeune garçon tout en sautant sur elle-même.

Le forain décroche machinalement le lot de son emplacement et vient le donner à la jeune Serpentarde. Elle récupère le paquet bien emballé par un plastique dur. Il est abîmé sur les coins, comme si il était tombé plusieurs fois déjà ou qu'il avait vécu plus d'une vie avant d'arriver dans une petite fête de ville, au stand d'une pêche aux canards. Elle remercie le forain et recule de quelques pas sans quitter la baguette des yeux. Des enfants passent autour d'elle et elle les entend d'une oreille inattentive se disputer sa canne à pêche, probablement encore chaude.

Serpy not sorry.
2ème année RP.

CANARDS

Sabel avait fait son cinéma et l'instant d'après la jeune fille brandissait son dernier canard. Elle révélait alors ses véritables intentions, telle une espionne qui se dévoile au grand jour après avoir accompli sa mission. Elle voulait la baguette. Et elle l'a eue.
Sabel ne s'était jamais senti aussi ridicule. Alors que cette fille criait sa victoire et récupérait son trophée, le jeune vaincu entamait le deuil de sa fierté.

La première des sept étapes du deuil est toujours la plus violente : c'est le choc.
Sabel ne comprend pas, il est comme sonné et peine à réaliser que tous ses efforts ont été vains.

Vient alors la deuxième étape : le déni.
C'est pas possible... non non non pas comme ça pas maintenant !

Troisième étape : la colère/le marchandage.
La confrontation aux faits le rend agressif envers lui-même et envers les autres. Il cherche un coupable et négocie la réalité. Je suis trop bête ! Pourquoi je me suis pas concentré sur le jeu ! Si j'avais était plus sérieux au lieu de chercher des excuses j'aurais pu gagner ! Le garçon accusait intérieurement le forain, et la fille. Surtout la fille. Elle. Si elle n'avait pas caché son jeu comme ça, si elle avait dit qu'elle voulait la baguette dès le début il se serait beaucoup plus concentré !

"EH TOI LA ! JE SUIS SUR QUE T'AS FAIS EXPRÈS DE PRENDRE LA BAGUETTE POUR M'EMBÊTER ! C'EST PAS JUSTE ! T'AURAIS DU ME PRÉVENIR ! EN PLUS T'AS GAGNÉ PARCE QUE J'AVAIS MAL AU POIGNET !"

Il laisse sa canne à pêche de côté et se met à courir pour rattraper la tricheuse.

CANARDS

- "EH TOI LA ! JE SUIS SUR QUE T'AS FAIS EXPRÈS DE PRENDRE LA BAGUETTE POUR M'EMBÊTER ! C'EST PAS JUSTE ! T'AURAIS DU ME PRÉVENIR ! EN PLUS T'AS GAGNÉ PARCE QUE J'AVAIS MAL AU POIGNET !"

Le jeune perdant fonce vers elle a toute allure en lui criant dessus. Edna met quelques secondes à comprendre ce qu'il se passe. Alors qu'il n'est plus qu'à quelques mètres d'elle et qu'il ne freine absolument pas sa course, elle panique.
Son instinct de survie s'active et une poussée d'adrénaline lui pique tout le corps.
Elle se met à courir.
Elle prend ses jambes à son cou et fonce aussi vite que possible pour essayer d'échapper au garçon. Tant pis pour ses baskets blanches toutes neuves, la situation ne lui laissait plus le choix. Elle se faufile alors tant bien que mal entre les gens, les manèges et les stands de nourriture. Elle manque à plusieurs reprises de tomber mais se rattrape par miracle à chaque fois. Elle n'ose pas se retourner et vérifier s'il la suit ou pas. Elle est presque sûre que oui d'ailleurs : il semble être un sacré mauvais perdant celui-là. Edna poursuit sa course effrénée vers le parc d'Amersham. A cette heure là, il n'y a jamais personne et elle pourrait éventuellement se cacher dans la cabane en bois. Elle a du mal à respirer, et son rythme cardiaque accélérée la force à ralentir.
Elle voit l'entrée du parc.
Elle attrape la poignée verte de celui-ci et pousse de toute ses forces. Rien ne se passe. Elle tire. Rien. Bon, plus de temps à perdre, elle saute par dessus la barrière. Elle aperçoit la cabane, et court s'y réfugier.
Elle tremble.
Sa respiration est saccadée.
Chaud. Soif. Chaud. Peur.
Sans s'en rendre compte, elle a serré tellement fort la baguette dans sa main gauche que l'emballage est tout plié et cassé. Elle n'a pas le temps de vérifier l'état de la baguette. Tant pis

Elle retrouve ses esprits et passe un œil par un trou de la cabane pour voir si le garçon est toujours là.

Serpy not sorry.
2ème année RP.