Ailleurs…

Inscription
Connexion

 Glastonbury  Au détour d'un rue  Solo   Terminé 

Rp solo
Décembre 2042


Elizabeth parcourait les rues de son Glastonbury natal en ce soir du 24 décembre 2042. Elle revenait d'une énième balade au Glastonbury Tor. C'était l'endroit le plus magique qu'elle connaisse, enfin au sens moldu du terme bien sûr ! La vue panoramique depuis le haut de la colline était superbe et avec la neige qui était tombée ces derniers jours c'était un véritable paradis blanc qui s'étalait devant elle. Ses parents l'attendait à présent pour le dîner avant que la petite famille ne se dirige vers l'église pour la messe de minuit.

Elle rentrait en longeant la route qui longeait la colline et s'amusait à passer sa main sur la couche de neige, ses gants la protégeant du froid. Elle se alors à faire une boule de neige, de plus en plus grosse. Arrivée à quelques rues de chez elle, Elizabeth pouvait apprécier une boule de presque 20 cm de diamètre. Elle s'amusa à la faire rebondir dans ses bras de plus en plus haut en chantant des cantiques de Noël. Elle adorait cette période de l'année. La neige, les cadeaux, sa famille réunit autour d'un bon dîner, la soirée de jeux qui suivait, la messe de minuit et enfin un bon petit film pour finir la journée.

C'est l'esprit ailleurs qu'Eli percuta une autre personne. Elle se retrouva les fesses sur le trottoir et sa boule elle atterrit sur la personne qu'elle avait bousculé dans sa rêverie. Elle se leva en se massant le postérieur et leva les yeux pour voir qui elle avait pu rencontrer de la sorte. Et au lieu de voir une grande personne debout et furieuse comme elle s'y attendait, c'est un visage familier qu'elle croisa.

- Bonsoir Elizabeth, ça faisait longtemps petite tête !

Elizabeth resta un moment interdite. Elle connaissait bien cette personne, cette voix. Oh elle avait grandis évidement, mais elle aurait pu reconnaître cette voix parmi mille autres.

- Cécilia ?

S'était bien son ancienne baby-sitter qui lui faisait face, avec sa boule de neige entre les mains, intacte, elle qui devait être âgée de 13 ans la dernière fois qu'elle l'avait vu était maintenant une jeune femme de 17 ans, avec toujours ces cheveux blonds coiffés en une longue natte qui tombait sur la droite de son manteau d'aviateur. Seule erreur dans l'équation, lui. Deux roues, haut comme elle se qui permettait à leurs visages d'être en face de l'autre.

Cécilia était dans un fauteuil roulant.
Dernière modification par Elizabeth Morgane Star le 28 décembre 2018, 17 h 35, modifié 1 fois.

Elizabeth Morgane Star, 2ème année RP

 Glastonbury  Au détour d'un rue  Solo   Terminé 

- Pourquoi ?

Elle ne comprenait pas. Normalement les gens vont en fauteuil roulant parce qu'ils ont les jambes cassées, mais Cécilia n'avait aucun plâtre. Elle portait à la place un banal jean bleu marine. celui-ci se terminait sur de belles bottes qui paraissaient comme neuves. La jeune femme lui sourit et recentra son attention sur la boule de neige qu'elle tenait toujours entre les mains. Elle imita les rebonds qu'Elizabeth lui appliquait avant la chute tout en lui lançant des regards en coin. Elle arrêta finalement son manège et plaça la boule devant son visage, de façon à cacher partiellement celui-ci. Eli ne put donc qu'entendre ce que la blonde lui dit par la suite.

- Tu crois pas que t'es toujours trop gringalette pour porter ça toute seule, Lizzie ?

 Elle lui lança alors la boule qu'Elizabeth manqua et celle-ci vint s'écraser juste derrière elle.

- Toujours aussi douée de tes dix doigts hein ?!

Elizabeth restait bloquée sur ses premières pensées à la vue de son ancienne gardienne. Pourquoi ?

- Mes yeux se trouvent plus haut tu sais ?

Eli sursauta et rencontra réellement le regard de la jeune femme en face d'elle. Elle y retrouva les mêmes iris azurs d'antan.

"- Qu'est-ce que tu fais ?
- Regarde, ça vole Cici !
- Tu peux pas faire ça ?
- Pourquoi ?
- Parce que c'est pas juste, tu n'as pas le droit !"

Pourquoi cette conversation lui revenait en tête ? Et de quand datait-elle ? Cécilia sembla remarqua que l'esprit de sa cadette s'évadait et soupira en fermant les yeux.

- Semblerait que ce soit toujours à moi de te ramener à la maison en te tenant la main ! Allez vient, on y va !

Elle fit un demi-tour avec son fauteuil et traça son chemin sur le trottoir enneigé, suivit mécaniquement par Elizabeth. Celle-ci restait cependant les yeux vissés sur le fauteuil.

- Il ne mord pas, je l'ai bien dressé.

Cécilia n'avait même pas esquissé un geste pour se retourner et semblait avoir l'habitude de ce genre d'attitude. Elizabeth finit par poser sa main gauche sur la droite du dossier et les deux filles continuèrent leur chemin alors que la neige tombait de plus belle.

"-Pourquoi Cici ne revient pas ?
- Et bien, c'est que Cici est une grande fille maintenant, elle ne peut plus s'occuper tout le temps de toi, elle a plein de choses à faire.
- Mais on a pas fini l'histoire, elle a dit qu'on la finirait.
- Oh, alors tu n'as qu'à la finir avec la prochaine fille qui te gardera...
-Je veux Cici !!"

Les souvenirs s’emmêlait dans la tête d'Elizabeth même si il lui semblait maintenant pouvoir restituer correctement les informations. Le silence entre les deux filles se perpétua jusqu'au porche de la maison des Star. Elizabeth lâcha le dossier du fauteuil et Cécilia se retourna, prête à partir.

- Tu pars encore ?

La jeune blonde tourna son fauteuil d'un quart sur la gauche et pencha la tête pour regarder la fillette. Elle chercha ses mots, son visage s'assombrit et alors qu'elle repartait lâcha finalement.

- La vue est insupportable.

Elizabeth Morgane Star, 2ème année RP

 Glastonbury  Au détour d'un rue  Solo   Terminé 

Elizabeth était resté pensive tout le dîner. Les mots de Cécilia tournaient dans son esprit. "La vue est insupportable", ça voulait dire quoi ?! Elle piqua férocement son bout de dinde. Un peu trop férocement d'ailleurs car son père lui lança un regard inquiet en entendant le bruit de la fourchette tapant l'assiette.

- Elizabeth, tout va bien ? Tu as l'air ailleurs depuis que tu es rentré du Glastonbury Tor, il ne s'est rien passé que tu doives nous raconter ?

Elizabeth se mordit le coin de la lèvre. Est-ce que ses parents pourraient l'aider à comprendre ? Après tout, ils connaissaient les Taylor depuis des années. Elle regarda son père en posant ses couverts.

- Papa, pourquoi Cécilia a-t-elle arrêté de me garder ?
- Pourquoi cette question ? Cela date mon cœur.

C'est vrai que trois ans s'étaient écoulés depuis, et cela faisait longtemps qu'on ne parlait plus de Cécilia à la maison. Cela faisait même longtemps que les Taylor n'étaient venus et réciproquement. Elle devait leur dire.

- J'ai croisé Cécilia en revenant du Glastonbury Tor. C'est elle qui m'a raccompagné.
- Seigneur...

Ses parents se jetèrent un regard préoccupé. Ils semblaient partager les mêmes pensées, comme souvent entre eux. Pourquoi ses parents se montraient-ils si alarmés qu'elle ait vu son ancienne baby-sitter ? A moins que...

- Vous saviez ?! Vous étiez au courant pour son fauteuil ?
- Hum...oui, oui nous savions qu'elle a eu cet accident.
- Quel accident ?
- Eh bien, avec la moto. Elle traînait avec une bande plus âgée qu'elle et elle a voulu faire comme eux. Mais elle a percuté un arbre et sa colonne s'est cassé. Tu comprends ce que cela signifie ?
- Si la colonne est cassé, ça veut dire que...

Donc c'était ça. Elle n'avait pas les jambes cassées. Elle ne pouvait pas les bouger. Elle ne pourrait plus jamais les bouger. Mais était-ce pour ça qu'elle ne la voyait plus ?

- En revanche ce n'est pour cela qu'elle ne voulait plus venir.
- Quoi ?! Mais pourquoi alors ?
- Je vais envoyer un message aux Taylor pour qu'ils vienne ce soir, ça fait longtemps.
- Mais..
- C'est à Cécilia de te le dire, c'est une grande fille maintenant. Vous en parlerez ce soir.

Les réponses de son père ne la satisfaisaient pas, mais elle en saurait plus ce soir. En espérant que Cécilia lui parle.

Elizabeth Morgane Star, 2ème année RP

 Glastonbury  Au détour d'un rue  Solo   Terminé 

Elizabeth était monté rapidement dans sa chambre après la messe. Elle n'avait pas vu les Taylor à celle-ci, ce qui n'était pas étonnant, ceux-ci n'y ayant à son souvenir jamais assisté. Elle s'assit sur son lit observa la décoration de sa chambre. En face d'elle on trouvait son bureau où elle faisait ses devoirs. Deux livres de sortilège y étaient d'ailleurs déballés pour travailler l'un de ses deux matières préférées avec l'Histoire de la Magie. Les étagères en hauteur présentaient sa collection de figurines, beaucoup de personnages fantastiques comme des elfes, des gobelins, des chevaliers et des sorcières des histoires de son enfance. Penser que c'était maintenant sa réalité donna le sourire à Elizabeth.

Son écharpe Poufsouffle était accrochée au mur au dessus de son lit, pour lui rappeler sa deuxième maison. Pour rien au monde elle ne voudrait en changer, avec un tas de gens génial qu'elle y avait rencontré. Surtout Aliénor, celle qu'elle considérait comme son amie la plus proche. En parlant d'elle, c'est son dessin qu'Eli avait encadré et posé sur sa table de chevet. Elle avait très envie de retrouvé ce petit monde auquel elle s'était rapidement acclimaté.

Alors qu'elle était perdu dans ses pensées, elle n'entendit pas une personne rentrer dans sa chambre jusqu'à ce que celle-ci ne prenne la parole.

- Et bien, ça n'a pas beaucoup changé par ici à ce que je vois.

Sursautant de cette arrivée impromptue, elle se tourna vers la source de la voix pour y trouver Cécilia. Dans un réflexe, elle accouru à son bureau pour fermer les livres, il ne manquerait plus qu'elle se fasse punir pour avoir laisser une Moldue découvrir la Magie par étourderie.

- C'est un livre de cours ? De la Métamorphose ou des Potions ?

- Pardon ?!

- Oh, ce sont des sortilèges ! Tu as déjà du voir celui de lévitation non ?

Cécilia s'était avancée jusqu'à elle et était penchée sur les livres qu'elle avait piteusement tenté de cacher.

- Comment tu sais pour...

- Je connais ça depuis toute petite, pourquoi crois-tu que tu ne sois jamais venu chez moi ? Manquerai plus que tu voies les assiettes voler et les balais se mouvoir d'eux-mêmes !

- Tu es...

- Mes parents. Mes parents le sont Lizzie. Moi non.

Son visage s'assombrit de nouveau et elle s'éloigna du bureau. Elle remarqua l'écharpe suspendue.

- Alors tu es un blaireau, hein ? Ça ne m'étonne pas ! Ma mère aussi était une Poufsouffle.

Son attention se porta alors sur le dessin qui reposait sur le meuble de lit. Elizabeth n'avait toujours pas bougé de sa position.

- Ouah ! C'est super beau ! Mais c'est pas de toi, tu ne me feras pas croire ça, tu as toujours dessiné affreusement mal, si mal que c'en était un appel au meurtre !

Elle reposa délicatement le cadre et tourna son fauteuil pour se retrouver en face d'Elizabeth.

- Je sais que je te dois des réponses, alors vas-y, commence.

Elizabeth Morgane Star, 2ème année RP

 Glastonbury  Au détour d'un rue  Solo   Terminé 

Elizabeth avait tout un tas de question à lui poser, depuis tellement longtemps, que ses pensées s'embrouillaient. Elle se reprit et s'assit sur son siège. Elle réorganisa son esprit et regarda Cécilia dans les yeux.

- Qu'est-ce qui c'est passé ce jour là ?

- Tu ne le sais pas ?

- C'est flou, j'essaie de m'en souvenir mais j'ai toujours un blocage qui m'empêche de voir la scène en entier.

- Je vois. Ce jour-là, tu as fais ton premier acte de magie spontanée.

- C'est à dire ?

Cécilia se rapprocha de l'étagère et attrapa la figurine préférée d'Elizabeth, la sorcière de feu.

- Tu voulais absolument que ta sorcière vole. Alors tu l'as fixé du regard et lui as dit "allez vole sorcière !". Ça m'avait bien fait rire sur le coup, tu y croyais tellement. Mais j'ai arrêté de rire quand la figurine s'est réellement mise à s'élever. Tu étais extatique, tu applaudissait à tout va, mais il n'y a que moi que me soit rendu compte du plus important. Tu l'avais. Tu avais la magie en toi. Et ça m'a rendu furieuse.

- Mais pourquoi ? Pourquoi étais-tu si en colère contre moi ?

- Ce n'est pas contre toi que j'étais en colère. Ou peut-être bien que si, un petit peu. Mais pas entièrement. Je suis une Cracmole Lizzie. Je suis une filles de sorciers qui ne possède aucun pouvoir magique. Pas le moindre. Je suis infoutue de faire la moindre minable petite magie. Mes parents disaient toujours que ce n'était pas grave, qu'ils m'aimaient quand même. Mais leurs yeux ! Leurs yeux étaient si déçu quand la lettre pour Poudlard n'est pas venue. Ça n'a duré que quelques secondes, mais j'ai vu dans leurs yeux qu'ils attendaient toujpurs un miracle qui ne viendrait pas !

Cécilia se remit à tourner dans la chambre en reprenant son calme. Elizabeth tentait d'assimiler tout ce que son aînée lui disait. Cette dernière reprit alors son récit.

- Quand j'ai commencé le collège, je voulais à tout pris que mes parents soient fières, alors j'ai cherché à faire un petit boulot de baby-sitter pour montrer que j'était responsable et qu'ils n'avaient pas tout rater. C'est comme ça que j'ai finis par te garder. Nos parents se sont bien entendu et l'équilibre a bien marcher un temps. Mais quand je t'ai vu faire de la magie, c'était trop pour moi. Pourquoi c'était toi ! Tu n'avais rien fais pour la mériter, tu n'en avais pas besoin, c'était à moi qu'elle devait aller, toi c'était injuste ! Je ne pouvais plus venir chez toi, car ça me rappelait ma tare. Alors j'ai commencé à traîner avec des gens qu'il ne vaut mieux pas côtoyer. Je n'en avais plus rien à faire de mes parents, de toute façon j'étais une erreur, un bug, une anomalie ! Et puis j'ai eu l'accident. Quand j'ai vu mes parents à mes chevets, ma mère dans une colère noire et mon père effondré et pleurant toutes les larmes de son corps, j'ai compris que j'avais été une petite... imbécile. Voilà. C'est ce que je suis, une envieuse égoïste, tu n'avais pas vraiment besoin de moi comme modèle alors je me suis mis à l'écart.

Alors que sa voix se cassait, une larme coula sur sa joue et elle tourna le dos à Eli. Celle-ci, bousculée par le récit de son amie, réagit de la manière la plus naturelle qui soit pour elle. Elle se leva de son siège, s'approcha de Cécilia et l'embrassa par derrière en serrant très fort. Son aînée lui rendit son geste en agrippant fort les bras de la jeune fille.

- On va sûrement bientôt manger le dessert, on ferait mieux de descendre.

- Oui, enfin il faut d'abord que tu appelles nos parents pour me faire descendre, sinon ça va être compliqué !

- Je m'en charge, à tout de suite !

Alors qu'elle descendait les escaliers, soulagée d'enfin avoir résolu cette partie de sa vie, la jeune femme dans sa chambre sécha ses larmes et jeta un dernier coup d’œil à la chambre avant de suivre sa cadette.

- Tu voudras bien m'écrire de là-bas ?

- Evidement.

Elizabeth Morgane Star, 2ème année RP