Ailleurs…

Inscription
Connexion

Garden Party  A.S   B.C   C.H   P.K   I.M   A.N   O.C 

Manoir des Harrison



Devant le manoir

Image

Image

Jardin Derriere le manoir, lieu de la soiree

Image

4 Juillet 2044



-Que tout le monde se rassemble ! Cria Miss Harrison regardant tout le personnel de la maison et elfes de maisons former un cercle autour d’elle dans le jardin principal. Un dernier récapitulatif avant que la journée ne commence ! je répète une dernière fois pour tout le personnel. Les invitées vont tous transplaner vers le lieu qu’on leur a indiqué sur la carte d’invitation, juste ici ! Miss Harrison sortie une carte d'un coup de baguette pointa avec celle-ci le lieu dont elle voulait parler. La premiere equipe s’occuperra d’accueillir les invités et les dirigeront vers les calèches qui se trouveront juste devant leur lieu d’arriver. Une fois tous les invités arrivés, je veux que tout le personnel transplane dans la cour principale pour les accueillir de nouveaux avec la famille entiere. Par la suite, vous les ferez pénétrer dans le manoir et les débarrasserez de leur affaire pour ensuite les installer aux places qui leur sont désignés. J’ai personnellement fait le plan de la table, faites-en sorte qu’il soit respecté à la lettre !  Les adultes auront les servants et les enfants, qui seront juste à côté, auront les elfes de maisons ! Je ne veux en aucun cas qu’une petite créature ne vienn a la table des adultes ! S’il y’a un problème, parlez-en au majordome qui me transmettra le message. Les Elfes de maisons hochèrent la tête en cœur. Une fois tout le monde installé, vous faites exactement comme vous avez l’habitude de faire avec nous. Je ne tolèrerais aucune erreur de votre part. Si jamais j’attrape l’un de vous en train de ruiner cette journée, vous comprendrez que la mort est plus une récompense qu’une punition.  ALLEZ AU TRAVAIL !


Aussitôt dit, aussitôt fait. Les elfes de maisons, les servants et autres personnels de la maison se mirent à courir, se téléporter et a transplaner dans tous les sens pour accomplir les taches que leur maitresse venait de leur imposer. Aujourd’hui était un grand jour pour Dame Harrison et celle-ci voulait que tout soit parfait pour cette fameuse réunion tant attendue. Une amie travaillant au conseil des sorciers avait fait parvenir à miss Harrison une liste avec dessus les noms des familles qui s’étaient recensées Sang-pur ou qui faisait tout simplement partie de la caste des Ne-sorciers. Dayla n’avait pour la plupart jamais rencontré ces familles et pourtant une fois la liste en sa possession, elle prit différent nom au hasard sur la liste et leur envoya une invitation pour faire connaissance dans le manoir des Harrison. Si tout se passait comme elle le souhaitait à la fin de cette journée, la famille Harrison pourrait avoir de nouveaux amis mais aussi de nouveaux allies et tout se ferait chez eux en territoire connu.

En cette journée paradisiaque, le soleil était haut dans le ciel sans aucun nuage pour l’accompagner. Le vent soufflait doucement et l’air était parfaitement tiède, de quoi rendre cette journée encore plus parfaite qu’elle ne l’était déjà. Dans le jardin des Harrison, Ivelios Harrison, le père de Carry, traversait l’étendue verte en quête d’imperfection. Derrière lui, la petite Carry était là aussi en train de faire de même que son père en plissant des yeux comme pour améliorer la portée de sa vision. Que ce soient les fontaines qui ne marchaient pas, les hais trop ou pas assez couper, ou la pelouse mal tondue, rien ne pouvait-être laissé au hasard. Mais ce n’était pas chose aisée de repérer ce genre d’erreur sur un terrain aussi gigantesque et il était même difficile de définir ce qu’était une erreur ou non car le jardin qui avait été construit autour de la demeure des Harrison n’était pas britannique mais inspirée d’un jardin français.

-Père, serait-il possible que vous me disiez qui sera présent chez nous ? Que je sache à quoi m’attendre ? Questionna Carry en continuant d'inspecter d’un œil minutieux leur jardin.

Sans la regarder, Ivelios ne put s'empêcher de rire à la demande de sa fille qui semblait vouloir être parée à toute éventualité. Il s’agenouilla doucement devant elle pour se mettre à sa taille, lui remit une mèche derrière les oreilles avant de se relever et lui prendre la main pour se mettre à marcher. Il toussota un instant comme s’il s'apprêtait à sortir un discours puis commença.

-Pour commencer Il y’a la famille Konowa, j’ignore qui sont ces gens mais ta mère tenait vraiment à les inviter. C’est une famille de Ne-sorcier et apparemment ils ont une fille qui va à Poudlard aussi.  Il marqua une courte pause et passa son doigt sur sa bouche pour faire mine de réfléchir. Ensuite il y’a bien sur les Sangblanc, bon pas besoin de te dire qu’ils sont mais il faut que tu saches qu’ils traversent une période difficile, donc si tu ne peux pas, essaye au moins d'être gentille avec Alice. Moi j’ai des affaires à régler en ce qui concerne avec qui je vais laisser ma fille se marier. Dit-il en rigolant bruyamment. Alors qui d’autre, Ah oui la famille Nerrah va venir.

-Nerrah ? Demanda Carry avec un air interrogateur. *J’aurai juré avoir déjà entendue ce nom quelque part*

-Oui la Famille Nerrah, c’est Renesmée Sangblanc qui nous a fait la demande de les inviter et vu la pureté de leur sang, tu imagines bien que notre réponse ne pouvait être non. Dit-il en lui faisant une petite tape sur la tête de sa fille la poussant à continuer à marcher. Après vient une famille assez importante, la famille MacLynn. Carry sursauta de joie quand elle entendit le nom. Le père de famille est spécialisé dans l’import-export et la mère est femme au foyer, je ne te cache pas que je suis plus intéressée par le père que la mère. Mais bon toi tu pourras faire connaissance avec leurs enfants.

-Je connais leur fille ! Elle s’appelle Irisia Maclynn ! Nous sommes toutes les deux coéquipiers dans l'équipe de Quidditch des Crochets d’Argent ! Elle est très forte tu sais ?

Son père acquiesça d’un hochement de tête et un sourire.

-Je n’en doute pas une seule seconde, ma petite lune. En plus toi dans l'équipe vous devriez avoir gagné la coupe de la saison non ? Demanda-t-il avec un sourire des plus fières.

Mais Carry ne lui répondit pas. Au contraire, elle baissa la tête pour cacher son embarrassement, sa honte. La petite Harrison voulait tout le temps faire en sorte que son papa soit fier et avaient l’habitude que celui-ci se sent ainsi. Mais ce qu’elle ne lui avait jamais dit c'était qu’elle n'était pas assez forte pour paraître en tant que titulaire dans l'équipe et qu’elle n'était que remplaçante contrairement à Irisia...S’admettre faible était quelque chose dont son père avait horreur et elle savait comment son père aurait réagi s’il découvrait la vérité.

-J’aimerai ne pas en parler si possible, père…Carry s’attendant à recevoir de l'insistance de la part de son père. Cependant, Carry eut au lieu de ça une réaction tout autre de sa part.

-Je comprend, Carry. Sache cependant que quoique tu faces je serai derrière toi pour assurer tes arrières...Je ne veux plus perdre d’enfant comme j’ai perdu Caius…

Entendant ce nom, Carry s'éloigna et regarda son père d’un air suspect. Comment se faisait-il qu’il connaisse ce nom ? Il n'était pas censé s’en souvenir puisque l’existence de son fils avait été oublietté d'après les dires de sa mère. Mais Harrison n’eut pas le temps de poser la question que son père regarda sa fille avec un de ces sourires ravageur et pouffa de rire en la prenant dans ses bras.

-Bien sûr que oui je me souviens de lui et je sais qui il est, Sombre naive. Il s’agit de mon fils, de mon tout premier et seul fils. Crois-tu vraiment que ta mère m’ait fait subir le sortilège d’Amnésie ? Ne soit pas ridicule, jamais je n’abandonnerai quelqu’un qui a mon sang et ça peut importer ce qu’il a fait...Quel dommage qu’il ne soit pas revenue à la maison après la mort de sa chère et tendre…

La petite fille leva la tête pour rencontrer les yeux de son père, il avait bien l’air triste mais pas pour les mêmes raisons auxquelles Carry se souciait. *Morte ? La compagne de Caïus est morte ?!* Une flopée de questions brûla les lèvres de Carry mais elle savait qu’en posant trop de questions elle pourrait soulever une dispute a quelques heures du début de cette fameuse Garden Party. Au lieu de ça, Carry entoura son père de ses petits bras et serra celui-ci très fort comme pour le réconforter de la tristesse qu’il ressentait malgre les doutes qui la hantait.

-Il y’a d’autres familles qui viennent père ? Questionna Carry en essayant tant bien que mal de changer de sujet.

-Oui oui, acquiesça le père de famille en donnant des coups de baguette dans le vide pour activer les fontaines qui entouraient la maison une à une sur leur chemin. Il s’agit des Carter. C’est votre mère qui a eu l'idée de les inviter. La mère est une célébrité, Ana Carter, ancienne joueuse professionnelle de Quidditch qui maintenant travail avec son mari, Daniel Carter dans l’import/export d’accessoires de Quidditch et ils ont un fils qui s’appelle-

-Brett Carter !? dit Carry toute rouge en finissant la phrase de son père. Il...Il va venir ?! Ici ? A la maison ?! son père regarda sa fille d’un air interrogateur et amusé avant d’acquiescer. I-Il va vraiment venir ?! Je dois vous laissez père ! J’ai beaucoup à faire, je dois aller me faire belle ! Si vous voyez Morrigan, dites-lui que je suis dans ma chambre ! je vous rejoindrai en bas pour accueillir les invités !

Carry lâcha d’un train la main de son père et se dirigea à toute allure en direction du château sans même écouter ce que son père avait à dire. *Finalement, cette journée pourrait être la meilleure journée de toute va vie ! * pensa-t-elle en montant les marches deux par deux jusqu'à sa chambre. Une fois à l'intérieur de sa chambre, Carry poussa une gigantesque double porte qui se trouvait sur la gauche de son lit pour laisser apparaître sa gargantuesque garde-robe. Chaussures, robes, T-shirts, pyjama haut, bas etc., tout était là et dedans se trouvait la tenue parfaite pour plaire à Brett. Après des heures de recherches intenses pour marier les couleurs parfaitement, Carry avait réussi à trouver la tenue qui selon elle ne laisserait pas Brett indifférent. La petite avait opté pour une robe bustier patineuse sur le bas longue derrière bleue marine et un ruban lui couvrant la poitrine illustrée d’un nœud en fleur de rosace avec au pied des sandales à talons blanc. *Bon...Je suis prête...* Carry descendit les marches d’une à une et s’en alla rejoindre sa famille pour accueillir les invites...Ils ne tarderaient surement pas à arriver. 

Une fois en bas, Carry salua un à un les membres de sa famille et se plaça juste à coter de Morrigan qui lui sourit de toutes ses dents. Elle aussi était belle, vêtue de sa longue robe blanche de cérémonie qui lui couvrait les jambes et tout ça accompagné d’un maquillage léger et de talons à ses pieds la faisant gagner quelques centimetres. Derriere elle, Ivelios Harrison, lui, avait préféré rester dans le standard en revêtant sa queue-de-pie sombre ouverte faisant apparaitre sa belle chemise or et blanche en dessous. Le tout était complété d’un pantalon de cérémonie de même couleur que la fameuse veste. Enfin dans sa main droite sa fameuse canne a tête de cobra qui gardait précieusement sa baguette. Juste a sa gauche, Dayla Harrison. Sa femme n’avait pas fait dans la légère. la jeune mère portait des talons hauts et avait revêtue son magnifique kimono de velours noir legerement entre-ouvert montrant son haut en soie gris avec un tailleurs de même couleur a patte d’éléphants. La famille Harrison était prête à recevoir leurs invites. Ils étaient tout les quatre en haut des marches de leur manoir se tenant tous avec fière allure, droit et souriant, prêt a montrer qui ils étaient…La journée pouvait enfin commencer.

@Irisia MacLynn
@Brett Carter
@Pansy Konowa
@Aliosus Nerrah
@Alice Sangblanc
Dernière modification par Carry Harrison le 16 juillet 2019, 8 h 12, modifié 4 fois.

3ème Année RP (2044-2045)
STAND BY POUR LES RP jusqu'à ce quej'atteigne
la 4ème année Devoir

Je repondrai uniquement le week end pour les RP

Garden Party  A.S   B.C   C.H   P.K   I.M   A.N   O.C 

Ayant reçu l'invitation à la Garden Party au Manoir des Harrison que la dame Harrison est transmis à la mienne, je me préparai.
Tient, tient.. Carry Harrison ? Me dis-je dans ma tête. Hâte de voir son Manoir..
Abandonnant ma chambre, je descendis dans le salon, près du canapé, demandant à mère qui était en pleine lecture :

Mère, quand doit on partir et qui aura-t-il à cette "fête" ?
Elle coupa subitement sa lecture en posant le livre sur notre table basse en verre.

Pansy Konowa, il te reste à peu près deux heures et demie et que je sache, il y aura surement l'enfant des Sangblanc..Et.. Bon je ne suis quand même pas ton annuaire ! Va cherchez par toi même..

Oui mère, d'accord..
Ayant presque eu ma réponse je m'avançai vers l'escaliers satisfaite ! En me rapprochant je vis ma petite sœur Cannys qui descendait : Bah voyons.. Qu'est ce qu'elle veut elle ?!
Elle se rapprocha de moi et sauta sur moi.
Panchy ! Ga va ? Où cu va ?
Je compris à peine ce qu'elle me demandais mais je lui répondis pour pas trop m'énerver ni énerver ma mère !
Ce n'est pas tes affaires Cannys..!
Elle me fit la grimace de la colère mais aussi de la déçue ! Tout de façon, elle me ruine ma vie, pourquoi être gentille avec elle ? Bon bref. Je montai, enfin, l'escalier en voyant mon reflet dans le carrelage de jade. Je tourna en direction de la salle à eau pour allez me laver !

MÈRE ! Je vais me laver ! cris-ai-je le plus fort possible.
Voyant qu'aucune réponse me parvins à l'oreille, j'entrai quand même.
Une fois entrée, je pris la clé et verrouilla la salle. Ensuite je me déshabillai et entrai dans un bain remplit de mousse verte. L'eau était chauffée à 38°c donc un vrai relax. Après être sortit du bain et déverrouillant la porte, je filai à toute vitesse dans ma chambre me préparer.
J'entrai dans ma chambre et, m’orientai directement vers ma garde-robe en regardant mes vêtements. Lequel choisire ? A tient cette robe !
Reducio
Image

Mais je me demandai si elle était pas trop voyante.. Non non, elle est parfaite ! Tout de façon, qu'est ce qu'ils me diraient ? Oh nya nya ta robe est trop longue nya nya !
Je commençai à rigoler nerveusement avec mon imitation franchement pas fameuse..
Je me dirigea vers ma coiffeuse pour me mettre mes fausses tâches de rousseurs : je trouve ça magnifique mais, naturellement, je n'en ai pas. J'enfilai ma robe verte longue et commençai à danser pour aucune raison

PANSY KONOWA ! Nous y allons dépêche toi !

J'ARRIVE, MÈRE !
J'ouvrai la porte de ma chambre et me dirigeai vers les escaliers et les descendis calmement en regardant ma mère qui elle même me regarder.
Elle portait une longue robe grise majestueuse et splendide !
Arrivant devant ma mère je lui dis :
Où sont les balais pour y allez, mère ?

Pas de balais, Pansy ; du transplanage !

Du quoi ? Bon bah va pour le.. transplatruc !
D'accord.. tu m'explique ?
A 3 tu t'accroche à mon bras, 1,2..
Je m'accrocha vite à son bras appeurée.
3 !

Sous une vision de vague et de zig-zag, nous apparions.. où ?
C'était grand ! Un immense Manoir devant nous ! Français ? On dirai vraiment un Manoir français ! Il y avait de l'eau tout autours de nous et, dans les grand champs de..pelouse ? Il y avait des dessins..spéciaux ! Et il y avait aussi des grandes tables sûrement pour la Garden Party... Le Manoir était inspiré d'autres Manoir de la noblesse sorcière de France ! J'adore la France j'y suis déjà y allez ! Et ça me rapelle de merveilleux souvenirs !
Regarde mère, on dirai le Manoir des sang-pûr de France qu'on avaient visité ! C'est magnifique

Je regardais autours de moi où était les calèche qui devais nous cherchez comme précisez dans le hiboux..
Dernière modification par Pansy Konowa le 15 juillet 2019, 18 h 50, modifié 2 fois.

Carry, Alice, Orphea, Iris McC., Aliosus, Isaac, Angela et Sophie H. je vous adore ! <3 Serpentard en force !




Code couleur : vert color=#38761D 2vert en partant du bas de la colonne des vert.

Garden Party  A.S   B.C   C.H   P.K   I.M   A.N   O.C 

- Mère ?

Le ton n'était pas très assuré, comme toujours lorsqu'Aliosus était contraint de la déranger. Willow Nerrah était une femme avenante, mais lorsqu'elle se retirait dans son office, elle perdait la notion même de durée, plongée dans ses décoctions ou bien plus loin encore, navigant dans les arcanes labyrinthiques du Temps. La déranger lors de ses séances mystiques était une entreprise risquée, aussi bien pour elle que pour son fils, aussi c'était d'habitude Magnus qui avait les mots pour tirer sa compagne des méandres de son esprits.

Seulement Magnus n'était pas à Tipp, il était parti sur le continent avant qu'Aliosus ne fut retourné chez lui, et c'était maintenant au jeune garçon qu'il revenait d'assumer ce rôle. L'heure avançait et le blondinet craignait de se trouver en retard.

- Mère, nous risquons d'être en re....
- Ní fhuaim mo pháiste, ní focal.

S'il ne comprenait pas les paroles, il n'avait aucun mal à discerner le ton de la phrase. Il se tu et en profita pour observer la scène devant lui. Chose qu'il n'avait que très rarement pu faire. Willow était debout les bras écartés et les paumes des mains à plat sur l'antique table devant elle. Son visage était baissé vers une grande soucoupe de laquelle s'élevaient des volutes de vapeur qui semblaient prendre des formes qu'elles n'auraient pas du prendre. Elles tourbillonnaient autour du visage aux yeux fermés de sa mère et disparaissaient subitement.

Après ce qui sembla être quelques longues minutes, elle prit soudain une grande inspiration et la vapeur se rétracta curieusement dans la soucoupe au lieu d'être attirée par ses narines. Elle ouvrit ses grands yeux verts pâles, rendus presque gris par le contraste de la noirceur de son maquillage. Elle fixa un instant Aliosus et ouvrit un large sourire.

- Mon fils, je me réjouit de cette soirée à venir, annonça-t-elle en retirant un collier fait de petits ossements et en le suspendant à un crochet non loin. Allons vous trouver une tenue voulez-vous ?

Aliosus suivi sa mère à l'étage, jusque dans sa modeste chambre. Là, elle ouvrit une penderie un peu défraîchie et d'un mouvement de baguette, les chemises, gilets, vestes et autres cravates dansèrent devant les yeux du garçons.

- Désuet, trop chaud, trop sombre... Willow éliminait les vêtements les uns après les autres, d'un petit coup sec de sa baguette, ils retournaient immédiatement du petit meuble qui n'aurait pas du pouvoir en contenir autant.

- Là, oui, très bien. C'est une tenue que votre Père portait lors de frégates sur le bord de la Baltique quand il avait votre âge. La mère d'Aliosus s'était arrêté sur un ensemble composé d'une chemise blanche amidonnée et d'un blazer croisé en seersucker à cran parisien Avec ça vous aurez l'air convenable, et ne risquerez pas d'attraper froid. Une quinzaine de jours depuis Litha ne nous assure pas une température clémente. Et j'ai horreur de vous voir ridiculisé par la Pimentine. Bien, tâchez donc de faire un nœud correct avec cette cravate. Nous partons dès que vous êtes habillé.

Quelques instants plus tard, Aliosus, après s'être repris à huit fois pour maîtriser la cravate tricotée et retrouva sa mère. Elle avait revêtu une longue robe blanche, à l'antique, d'une sobriété qui contrastait avec sa chevelure d'un roux sombre et rebelle et ses fards d'un noir intense. Elle lui tendit la main, et ils disparurent dans un bruit sec qui fit sursauter Béhaschel, leur vieil elfe de maison qui s'était assoupi dans la pièce voisine.

A leur matérialisation, ils constatèrent qu'ils n'étaient pas les premiers. Tout le monde semblait attendre les calèches annoncées dans l'invitation. Au loin, Aliosus voyait des lumières par milliers. Il n'était pas encore arrivé à proprement parler au manoir que déjà il était émerveillé par l'endroit. Willow humait l'air d'une grande inspiration.

- C'est une bonne chose, mon enfant, que vous soyez entré à Poudlard. Cela ajoute de l'imprévu dans la trame de nos destins. Elle lui disait ceci en lui adressant un sourire presque carnassier. Le jeune homme avait l'habitude de ce genre de phrase dans la bouche de sa mère, mais il se demandait à présent quel effet elle aurait sur le reste des invités.

Award du Digne Héritier de Serpentard
Award du plus Grand des Serpentard
Award du Serpentard qui passe plus les portes

Garden Party  A.S   B.C   C.H   P.K   I.M   A.N   O.C 

Manoir des Carter, 4 juillet 2044 au matin


Qu'il était bon d'être chez soi, avec les siens, dans son cocon familial si protecteur, si apaisant. Loin des tumultes des derniers mois de cette première année ô combien marquante pour le jeune Brett, le manoir des Carter respirait la tranquillité et la quiétude en cette belle matinée de juillet.

Mais l'excitation du garçon tranchait totalement avec ce tableau idyllique. La réception d'un courrier quelques jours auparavant en était la principale cause. Loin de produire pareil effet à ses parents, il avait néanmoins eu l'intérêt de modifier la petite vie qu'ils menaient jusque là. Enfin petite ... c'était plutôt celle du garçon car ses parents, et notamment son père, s'absentaient très souvent ces derniers temps.

Le changement de gouvernement avait eu un petit impact sur les affaires et Daniel Carter se démenait autant qu'il le pouvait avec son épouse pour tacher de conserver leurs clients et fournisseurs habituels. De plus, avec l'arrivée imminente de la Coupe du Monde de Quidditch, ses parents faisaient en sorte de multiplier les partenariats pour que leur entreprise soit bien visible pendant l'événement.

Ainsi, le courrier en question était une invitation, son père l'avait ouvert un matin alors qu'il prenait leur brunch habituel. Elle contenait une invitation écrite de la main d'une certaine Dayla Harrison. Si la prononciation de ce nom n'avait pas nécessairement eu d'écho dans la tête de Daniel Carter, elle en avait eu davantage dans celle de sa mère, Ana. Très vite elle avait fait le lien entre le nom de cette femme et l'amie de son fils, Carry. Bien évidemment, Brett avait toujours fait en sorte de parler de ses amis proches à ses parents dans chacune de ses lettres, histoire qu'ils puissent suivre ses relations avec ses principaux camarades.

Madame Carter avait donc pris le soin de retourner un petit courrier à Miss. Harrison pour la prévenir qu'ils acceptaient leur invitation et qu'ils se rendraient donc au lieu dit indiqué sur la lettre, le 4 juillet 2044, comme prévu.

Miss. Harrison,

C'est avec une grande joie que mon mari, mon fils Brett et moi même acceptons votre invitation à cette Garden Party.

Nous avons été particulièrement touchés de cette attention, notre fils nous ayant assez souvent parlé de votre fille.

Ce sera une très bonne occasion de faire connaissance entre personnes de bonne famille.

Mes salutations distinguées,


Image
Ainsi, Brett ne savait pas où il allait ce jour mais ses parents lui avaient dit qu'il était nécessaire de bien s'apprêter car ils allaient à une fête organisée par des bien nés et qu'il y aurait surement des amis à lui lors de celle-ci. La perspective de retrouver certains de ses amis de Poudlard avait suffi au petit écossais pour le mettre en ébullition. Non pas que la compagnie des elfes de maison et des employés de maison l'importunait au manoir des Carter mais l'absence journalière de ses amis à ses côtés commençait à faire un manque. Les lettres corrigeaient cela mais les revoir en chair et en os était bien plus attrayant.

Boutonnant sa chemise parfaitement lisse et blanche, Brett prenait soin d'être présentable comme ses parents l'avaient habitué pour ce genre de réception. Enfilant ensuite un bel ensemble d'un bleu royal, il ajusta son gilet avant d'y ajouter une belle cravate d'un bleu moins prononcé tacheté de blanc. L'ensemble présentant des motifs à carreaux évoquait un rappel à sa patrie de naissance, l'Ecosse.

Ramenant ses cheveux sur un côté pour lisser l'ensemble, il fut très vite près pour la réception, attendant son père et sa mère dans le hall d'entrée proche du grand escalier qui menait à l'étage. Levant ensuite sa tête au bruit des pas qui résonnaient sur le bois vernis des marches, Brett aperçu alors ses parents dans de magnifiques ensembles qu'il n'avait jamais vu jusqu'à présent. De toute évidence ils avaient fait faire des vêtements sur mesure pour l'occasion, ils prenaient cette Garden Party très au sérieux.

Son père tout d'abord était d'une élégance rare. Sa barbe coupée d'une certaine taille et parfaitement peignée ne laissait pas entrevoir un seul poil rebelle. Son ensemble noir avec de fins motifs brodés ne laissait pas planer le doute quant à la richesse que pouvait posséder la famille Carter. Il était courant que dans le monde des affaires il faille se montrer et cela, Daniel Carter y était bien habitué. Pas de canne cela dit, cet accessoire n'était pas de son goût.

Enfin, sa mère était rayonnante de beauté. Brett la trouvait déjà très belle en toute occasion, après tout c'était sa mère, mais en ce jour sa robe bleue aux fines dentelles la mettait parfaitement en valeur. Ses cheveux blonds tirés en un chignon laissaient apparaître deux belles boucles d'oreilles en argent. Une magnifique rivière de diamants venait terminer le tableau faisant resplendir le couple Carter.


- Père, mère, vous êtes superbes. Nous y allons ? demanda le garçon plein d'entrain.

- Mon fils, je compte sur toi pour faire bonne impression chez ceux qui nous ont invités d'accord ? Pas de bêtise avec les autres enfants, je te garde à l'oeil..

Le ton plein d'autorité de Daniel Carter avait quelque chose de peu rassurant mais la fermeté dont il faisait preuve n'était due qu'au rang et au statut qu'il souhaitait garder. Et cela, Brett en avait hérité et devrait le garder en grandissant pour continuer de faire honneur à sa famille.

- Bien, ne lâchez pas mon bras, nous y allons directement en transplanant. Le courrier contenait une image du domaine ainsi que l'adresse, je peux donc facilement y aller ainsi.

Saisissant le bras de son paternel, sa mère toujours bras dessus dessous à celui de son mari, il sentit alors une étrange impression comme celle d'être aspiré dans une autre dimension. A peine eut-il le temps de réaliser qu'il partait du manoir que le sol réapparaissait sous ses pieds. Pris d'un léger soubresaut, Brett se reprit avant de se remettre d'aplomb. Les voyages par transplanage étaient toujours très perturbants, surtout pour un jeune garçon de son âge.

Manoir des Harrison, 4 juillet 2044 au matin


- Nous voilà arrivés chez les Harrison, dit Ana Carter d'une douce voix. Miss Harrison a bien précisé que nous devions attendre les calèches devant le portail.

Harrison ? Sa mère venait bien de dire Harrison ? Ainsi donc la fête qui se préparait se ferait chez Carry ? Le garçon avait envie d'exulter, de sauter de joie. Ses yeux pétillaient de bonheur et l'impatience le gagnait. Jetant un œil aux alentours, Brett découvrit au loin une magnifique demeure, encore plus importante que le manoir des Carter.

Des convives étaient déjà présents et parmi eux, Aliosus Nerrah, son ami. Le blondinet aurait volontiers interpellé le garçon mais il préférait garder ces effusions de joie pour plus tard. Il se contenta simplement d'un léger signe de main à son égard sans trop en faire toutefois.

De ce moment là, les Carter attendirent donc qu'on vint les chercher.

Serpentard en 2ème année RP (rentrée 2044-2045) - Parrain d'une petite horde de filleuls

Garden Party  A.S   B.C   C.H   P.K   I.M   A.N   O.C 

Cela faisait environ une semaine, que Jacob avait proposé à la Serpentard et ses parents de l’accompagner à une Graden Party organisée par la famille Harrison, « Une importante famille de Sang-Pur ». Caleb et Harper avaient décliné l’invitation suite à la naissance d’Oscar, mais son grand-père avait insisté pour qu’Orphéa soit présente. La jeune fille se trouvait donc au manoir Cooper, habillée d’une petite robe blanche, à attendre que ses oncles Edward et Joe arrivent avec leur petite fille Debbie.

Sa grand-mère s’agitait dans l’entrée, faisant les cent pas dans sa longue robe, en marmonnant des choses qu’Orphéa comprenait vaguement à propos de leur retard. Son grand-père lisait tranquillement la gazette, appuyé contre le mur afin de ne pas froisser son élégant costume à queue-de-pie.
Soudain trois coups secs retentirent et Rachel se précipita vers la porte d’entrée pour ouvrir à son fils, son compagnon et leur fille. Edward était vêtu d’un costume blanc et Joe un bleu clair. La petite Debbie portait une petite robe beige pleine de froufrous en tous genres. Après de rapides embrassades, sa grand-mère les pressa encore une fois, et il transplantèrent tous ensemble.

_____________________________________________________________


Après avoir repris ses repères dans son nouvel environnement, Orphéa détailla le palace qui s’étalait devant ses yeux. Elle n’avait jamais vu une demeure aussi grande. Elle qui trouvait déjà le manoir de ses grands-parents immense, elle se demandait à quoi pouvait bien servir une aussi grande maison. Des serviteurs leur indiquèrent le chemin jusqu’à un petit groupe de calèche où attendaient déjà certains invités. Elle aperçut sa tante Aria élégamment vêtue d’une robe de cocktail noire, son oncle Rhys dans son costume bleu, et son cousin Kyle assortie à son père dans un trois pièce bleu. Elle ne s’étonna pas de ne voir si Megan, ni David. Ses grands-parents ne voulaient probablement pas salir leur image en emmenant avec eux leurs enfants qui avaient choisis de faire leur vie avec des sangs-de-bourbe.

Elle monta dans une des calèches en continuant de regarder autour d’elle et put apercevoir au loin Brett.  Elle lui adressa un petit signe de la main, ne sachant pas vraiment s’il la reconnaissait d’aussi loin, ou même s’il la voyait. Orphéa fut contente de savoir qu’elle connaîtrait au moins une personne en dehors de sa famille à cette journée. Il y aurait probablement Carry, car il n’y avait sans doute pas énormément de famille Harrison dans toute la Grande-Bretagne. Avec un peu de chance elle y retrouverait même d’autres camarades de Poudlard.

Garden Party  A.S   B.C   C.H   P.K   I.M   A.N   O.C 

Image


•••


4 Juillet 2044 - Domaine Sangblanc, Irlande.

•••



Thomas était préoccupé. Pas par le nœud de sa cravate trop peu serrée, pas par ses bouclettes rebelles, ni par le bouton de manchette mal orienté. Non, ses préoccupations étaient tout autre : sa famille l'inquiétait. Et pour cause. Son père croupissait à Azkaban, sa mère avait décidé de reprendre son nom de jeune fille pour ne pas être associé à son époux, son frère était porté disparu et sa sœur vivait à présent loin du domaine familiale. A quel moment est-ce que le vent avait tourné pour la famille Sangblanc ? Quelle entité supérieure avait décidé de déverser toute son acrimonie sur eux ?
Pourtant, malgré les malheurs qui s'abattaient sur leur famille, aujourd'hui il fallait sourire. Il fallait s'amuser, faire comme si tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes. L'exercice n'était pas aisé, Thomas n'avait aucune envie de fêter quoi que ce soit. Il voulait seulement partir à la recherche de Jacob, et ramener Alice à la maison. Mais en ce jour de repos, c'était impossible. Rien n'allait. Thomas ne voyait plus la fin du tunnel.
Sa belle famille organisait une Garden Party. Pour quelle occasion, Thomas l'ignorait. Il n'y en avait certainement pas, sa belle mère était du genre à vouloir se montrer, elle et sa toute grandeur. Ainsi, Dayla Harrison avait invité de nombreuses têtes connues dans ce nouveau monde qu'était le leur. Le Manteau Noir ne s'était pas penché sur les noms en question, peu lui importait. Tout ce qui concernait cette journée ne l'intéressait pas

Assis sur le fauteuil baroque de la chambre de sa mère, Thomas demeurait silencieux. Renesmée Nerrah, elle, observait son tour de taille dans son grand miroir à pied. Vêtue d'une longue robe vert de forêt épousant chacune des courbes de son corps, elle était sublime, d'une élégance que Thomas ne retrouvait pas chez les autres femmes. Du haut de sa quarantaine entamée, Renesmée n'avait rien à envier aux jeunes filles pénétrant dans la vie adulte. Ses longues boucles blondes coulaient le long de ses épaules dénudées. Les cheveux détachés ? Voilà qui changeait de l'ordinaire.
D'un coup de baguette, les longues boucles blondes de la femme se relevèrent délicatement pour se croiser et se fixer à sa tête en un élégant chignon. Cela ressemblait plus à sa mère.

« - J'espère que tu es près ?
demanda enfin Renesmée, ses doigts glissant le long de ses hanches.
- Bien sûr.
- Nous n'allons pas tarder à nous en aller. Il est hors de question d'arriver les derniers.

Être en retard. Voilà bien le cadet des soucis de Thomas. Sa lèvre pincée entre ses dents, le jeune homme se garda de tout commentaire. Mais, dans le reflet du miroir, sa mère savait.

- Qu'est-ce qu'il y a, Thomas ? Ce n'est pas encore au sujet de Jacob et Alice, j'espère ?
- Pour être tout à fait sincère avec vous, je n'aime pas savoir que nous allons passer une journée entourés de nos amis en sachant que Jacob a disparu.
- Ton frère est certainement parti se ressourcer je ne sais où.
- C'est justement le "on ne sait où" qui me perturbe. Ce n'est pas son genre de disparaitre du jour au lendemain en abandonnant ses études. Je connais mon frère.

Un soupire chassa le sourire qui siégeait sur le visage de Renesmée. Thomas n'avait pas eu besoin de confier à sa mère que la disparition de son frère l'inquiétait : elle lisait en son fils comme dans un livre ouvert. La blonde fit alors volte face pour planter ses yeux clairs sur son fils. Elle s’avança jusqu’à rejoindre Thomas, ses talons claquant à chaque pas. De ses longs doigts, elle vint épouser la joue de son vils, ses yeux cherchant les siens.

- Ton frère n’a jamais été de ceux qui se mettent en danger, tu le sais aussi bien que moi. Je suis certaine que là où il se trouve, il est en sécurité.
- Je ne sais pas, Mère. Je commence à réellement en douter. Ne pouvons nous pas demander le soutien de la Citadelle ? Seulement pour le localiser
- La Citadelle a bien d'autres choses à faire, tu le sais comme moi.

Oui, il le savait. Il y avait trop de chose à faire, chacun était occupé. Pourtant, Thomas aurait aimé que sa mère lui avoue en avoir déjà touché un mot à miss Parkinson. C'était bien trop demander.
Thomas se releva du fauteuil, forçant sa mère à se reculer. Du bout des doigts, la sorcière vint arranger la cravate de son fils, ses yeux ne le quittant pas. Lorsque le nœud de sa cravate fut resserré, elle vint réajusté les boucles blanches de son fils. Lui, la regardait faire. Cette délicatesse assurée, ce doigté franc, tout lui rappelait sa petite sœur. Elle lui ressemblait tant.

- Avez-vous des nouvelles d'Alice ? demanda Thomas après hésitation.
- Aucune, répondit sèchement Renesmée. Et je n'en veux pas. Ta sœur devait faire un choix, et elle a fait le mauvais.
- Alice n'est qu'une enfant.
- Alice est idiote.

Le sujet d'Alice était épineux, sans cesse sujet à querelle. A chaque fois que Thomas mentionnait le nom de sa soeur, Renesmée se mettait en colère. Contre Alice, contre Kenneth, contre son père, contre toute la famille Sangblanc.
Thomas vint chercher la main de sa mère, à présent occupée à arranger les boutons dorés de ses manchettes.

- Laissez moi ramener Alice. Au moins pour cette journée. Cela lui ferait le plus grand bien d'être auprès de nous, auprès des siens.
- Il en est hors de question. Si ce crapaud te voit approcher de chez lui, que crois-tu qu'il va penser ? Il t'attaquera à vue pour protéger sa sale Moldue de femme.
- Vous décrivez un homme que je ne connais pas. Kenneth ne fera rien tant qu'Alice sera auprès de lui.
- Que t'ai-je déjà explique cent fois au sujet des Sang-Mêlés, Thomas ? Ne leur fais jamais confiance, ils ne sont pas comme nous.
- Je le sais, Mère.
- Nous avons assez perdu de temps. Enfiles ton chapeau, et partons.

Encore une fois, Thomas se heurtait à un mur. Cette haine que les deux femmes éprouvaient l'une envers l'autre devenaient surréalistes. Ce n'était pas la bonne période pour s'entredéchirer, il y avait bien assez de facteurs extérieurs pour détruire leur famille.
Sans un mot supplémentaire, Thomas agita sa main en direction du lit et, aussitôt, son chapeau fédora vint coiffer sa tête. Renesmée s'éloigna de quelques pas pour observer la tenue de son fils. Il savait qu'il devait être parfait, que jamais sa mère n'accepterait le moindre défaut. Aujourd'hui était une journée très intéressante pour celle qui passait ses journées auprès de Ursula Parkinson. Elle devait se montrer, et montrer son fils adoré, sa fierté. Il fallait que tout soit parfait. Pour cette occasion Thomas s'était paré des plus beaux apparats . Vêtu de noir et d'or, il s'éloignait que peu de ce manteau qu'il portait quotidiennement, celui qui lui faisait de lui une personne importante. Tout ce qui changeait de son uniforme quotidien, c'était cette veste noire qui laissait le bas de son visage libre. Il avait perdu l'habitude de pouvoir respirer sans que ses expirations ne réchauffe ses ses lèvres et son nez. Il aimait ce costume, il alliait élégance et sobriété, tout comme sa mère qui se tenait sous ses yeux. Ensemble, il formait un duo de goût.

- Très bien, tu es parfait, lança enfin Renesmée après une observation minutieuse. Allons y à présent.

D'un pas, sa mère le rejoint. Elle vint glisser sa main sur son bras et aussitôt, Thomas sentit son corps se dématérialiser.

•••


La lumière du soleil vint immédiatement picoter les doigts blancs du garçon. Voilà une chose qu'il préférait dans son uniforme de Manteau Noir : l'abondance de tissu. En ce début de matinée, la température était agréable, plaisante. Elle promettait une belle journée.
La main de Renesmée avait quitté le bras de son fils. Elle observait les invités déjà présents, saluaient la majorité, observaient les autres. Son regard se posa plus longuement sur une charmante femme de blanc vêtu et son jeune fils, certainement de l'âge de sa sœur. Elle ne fit aucun commentaire, bien sûr, mais Thomas connaissait suffisamment sa mère pour connaître chacune des pensées qui pouvaient bien traverser son esprit. Néanmoins, ce comportement était suspect. Qui était cette femme ?
L'homme aux cheveux blancs observaient chaque invité. Il y avait tant d'enfant de l'âge d'Alice. Il s'agissait certainement de camarade.

- La place d'Alice est ici, Mère, murmura t-il à sa mère en se penchant à son oreille. Regardez tous ces enfants. Combien vont-à Poudlard avec elle ?
- Thomas je t'en prie, cesses de penser à ta sœur.
- Je vais la chercher.
- Pour l'amour des Astres, écoutes-tu ce que je te dis ? Kenneth te tuera à vue.
- Je prends le risque. Dîtes à Morrigan de ne pas m'en vouloir pour le retard. Je vous aime.
- Non, Th.... »

La voix de sa mère s'éteignit en un battement de cil, alors que le corps de Thomas disparaissait à nouveau. Il était hors de question d'abandonner Alice. Il fallait la soustraire à ce quotidien dans laquelle elle s'était elle même jetée, même pour une journée seulement.

Désolée pour le looong pavé ! Et du coup, Renesmée suivra, s'installera... bref, fera comme tout le monde ^^

Reducio
La folie des grandeurs
✎ Ecrire un post RP de plus de 880 mots : check
✎ Placer tous les mots de cette liste dans un post RP (température, tunnel, épineux, suspect, querelle, crapaud, tête, lumière, intéressant, danger) : check

• Fondatrice du M.E.R.L.IN - Souris •
Tout savoir sur le MERLIN
• Deuxième année RP •

Garden Party  A.S   B.C   C.H   P.K   I.M   A.N   O.C 

Reducio
Image
Lyra Cowen MacLynn, mère de Irisia MacLynn

Image
Micha MacLynn, père de Irisia MacLynn

Image
-> la robe de Irisia MacLynn


Irisia soupira lourdement, fusillant la robe du dimanche du regard. Mettre ce truc ?! Et puis quoi encore ?!

« Mère... »

« Irisia Lladrana MacLynn. Continuez de vouloir discuter de cela ne servira à rien. Maintenant vous cessez de bouger et surtout vous l’enfilez une fois que que j’ai terminé. »

« Mais Mère ! Elle est trop serrée ! Et trop… Trop… Je peux pas juste y aller avec un pantalon et un pull ?! »

« Il n’est pas question que vous mettiez ces horreurs alors que nous sommes invités à cette garden party. Elles sont constamment trouées et pleines de boues ou de mousses ! C’est une occasion spéciale pour votre père et il y aura pleins de petits camarades à vous. »

« Justement ! Eux ils diront rien ! Ils seraient même content que je sois normal ! »

« Cessez de bouger Irisia ! »

« Mais ! Vous me faites mal ! »

« Tenez vous droitement ! »

Et après de multiples « Aïe ! » et des « Je veux pas ! », sans oublier « Cela suffit ! » ou encore « Arrêtez de faire l’enfant ! », Irisia se retrouva dotée d’un chignon tressé et presque collé et gominé son cuir chevelu à cause de toutes les épingles que sa mère avait utilisé. Si elle frappait quelqu’un avec, la rousse était convaincue qu’elle réussirait à casser la mâchoire de cette personne… Et puis ça lui tirait et c’était lourd ! Soufflant par le nez en fusillant encore plus la robe du regard, Irisia descendit de son lit avec la ferme intention de quitter sa chambre pour aller jouer.

« Où allez-vous jeune fille ? »

« On en a finit alors je vais chercher les garçons… »

« Cessez de marmonner et revenez ici. C’est au tour de la robe. »

Son bras se retrouvant prisonnier des griffes de sa mère, ce fut encore pire que l’épisode des cheveux. Toujours luttant l’une contre l’autre dans un véritable combat de chat sauvage, Lyra Cowen MacLynn réussit à enfiler la robe du dimanche. Soufflant sur une mèche elle avait un sourire victorieux qui ourlait ses lèvres à la vue de son enfant aussi bien apprêtée. Un enthousiasme qui n’était pas du tout partagé par la principale intéressée…

« C’est trop serré ! J’étouffe ! Et je peux même pas bouger ! »

« Ne dites pas de bêtises, vous êtes parfaite Irisia. »

« Mère ! J’ai l’air totalement ridicule ! J’arrive plus à respirer ! »

« Cessez donc de vous plaindre. Bras le long du corps. Buste droit. Tête haute. Épaule en arrière. Le port de tête élégant. »

Comblée, elle ajusta même une épingle dans sa crinière domptée avant d’applaudir.

« Bien. Maintenant je vous conseille de rester calme, de ne faire aucune bêtise et de ne pas faire le moindre pli ni sur votre robe, ni dans votre coiffure. Sinon je peux vous assurer que la punition que je vous réserve sera bien pire que de vous priver de votre lande bien-aimée… Est-ce clair ? »

« Limpide mère... »

« A la bonne heure. Et cessez donc de marmonner. »

Glorieuse, Lyra quitta la chambre de sa fille, la laissant bougonner avant de s’apprêter à faire de même pour elle. Ses jumeaux au « calme » avec son beau-père dans les jardins, elle embrassa rapidement son époux qui ajusta les plis de sa veste avant de s’enfermer dans sa chambre. C’était donc à son tour de s’apprêter… Appliquant crème, lotions et potions, Lyra privilégia un maquillage de type naturel dans les tons beiges pour illuminer son teint et approfondir son regard. Laissant ses cheveux libres, elle appliqua un rose à lèvre pour donner un peu de peps à son allure avant de se glisser dans sa robe-fourreau crème. Savant mélange de soie et de dentelle française, agrémentée de quelques perles sur les motifs floraux, la robe épousait ses formes fines tout en soulignait l’arrondi tendre de ses épaules. Rajoutant des pendant en diamant à ses oreilles, elle entoura son cou de cygne d’un collier simple de perles.

Élégante et raffinée, elle fit quelques retouches de dernières secondes avant de glisser ses pieds menus de danseuses dans des escarpins crème décorées de perles et de dentelles. La finesse de ses chevilles à peine frôlée par l’ourlet de sa robe et délicieusement mise en valeur par ses chaussures. Le moindre détail était indispensable dans ce genre de soirée.

« Micha ? Êtes-vous prêt ? »

« Oui ma chérie. Et j’ai vérifié : notre Irisia est bien dans le hall, tapant du pied et rouspétant tout ce qu’elle sait. »

L’homme rejoignit son épouse et baisa délicatement la nuque gracieuse, le regard malicieux au spectacle de sa fille boudeuse et de sa femme exaspérée.

« Ce n’est pas deux petits garçons qu’il y a dans cette demeure mais trois ! »

« Allons allons, n’exagérez pas. »

Amusé, il tendit son bras à Lyra et descendit tranquillement au rez de chaussée, posant une étole à fourrure crème sur les épaules nues de son épouse avant d’accrocher une cape sur ses épaules.

« Irisia, je compte sur vous. Vous représentez notre famille et, même s’il s’agit de camarade de Poudlard, vous vous devez d’être irréprochable, polie, charmante… Comme toute jeune fille de bonne famille. »

« Oui Mère... »

« Lyra, ce n’est qu’une enfant et ce sont des amis à elle. »

« Mais ce n’est pas une invitation normale, très cher. Donc un peu de tenue ne peut pas lui faire de mal. »

« Oui ma douce. »

Mais Micha riait fortement intérieurement. Si son épouse était à cheval sur les principes, le protocole, etc., son mari était plus simple et naturel malgré sa position prestigieuse et la richesse de la famille.

La carte d’invitation en main, Micha tendit son manteau à Irisia avant de transplaner avec les femmes de sa vie jusqu’au Manoir où on les attendait de pied ferme. Ils n’étaient donc pas les seuls à attendre devant les grilles… Saluant poliment et avec bienséance les autres invités, une petite tornade irlandaise au museau frétillant de curiosité essayait de repérer qui était là. Elle entraperçue Aliosus, deux autres filles qu’elle reconnaissait comme étant de serpentard mais c’était tout… Oh tiens ! Il y avait Brett aussi !

Mais vu le regard acérée de sa mère sur elle et la poigne solide mais douce de son père qui lui tenait la main, elle ne pourrait pas leur dire bonjour de suite… Hmpf...

En glissant je viens, en rusant je vaincs, le sommet j’atteins.
2043-2044 : Première année rp

Garden Party  A.S   B.C   C.H   P.K   I.M   A.N   O.C 

Tout se passa à merveille ! Les invitées arrivèrent les uns après les autres dans les calèches que Miss Harrison avait fait spécialement délivrer pour eux. Toutes les représentantes et tous les représentants étaient là. Konowa, Nerrah, Carter, Sangblanc, Maclynn et… Cooper. Orphea Cooper, la fille dont Carry avait coupé les cheveux, était là avec sa famille en train de monter les marches pour ensuite venir saluer les hôtes. Parmi les enfants, Carry poussa un soupir de soulagement quand elle vit qu’elle connaissait la plupart d’entre eux. Famille après famille, les Harrison souhaitaient la bienvenue a tout le monde sans montrer de préférences a qui que ce soit. Chacune de ses familles ne se connaissaient pas, il était important de faire commencer tout le monde au même point de départ, même si les Sangblanc avait un petit point d’avance.

-Bienvenue chères invitées ! Bienvenue au Manoir des Harrison. Commença la mère de Carry les mains jointes sur ses genoux. C’est un immense honneur et plaisir de vous accueillir ici chez nous. Avant que nous ne commencions à festoyer, je vous demanderai aimablement de bien vouloir remettre vos baguettes à nos très humbles serviteurs. J’aimerai éviter tout malheureux incident. Et pour preuve de ma bonne fois, ma fille Morrigan, mon mari et moi-même allons remettre les nôtres en premier.

Les mots prononcés sonnaient comme un ordre qui fut exécutée aussitôt. Un garçon de service vêtu d’un costume, sortie de la demeure et présenta à la Famille Harrison un magnifique boitier en cristal qu’il ouvrit laissant apparaitre à l’intérieur trois emplacement de baguettes. Une fois les trois baguettes à l’intérieur, quatre servants franchirent le pas de la grande porte à leur tour en transportant dans chacune de leurs mains, un coussin rouge et or ou reposait dessus cette même boite en cristal transparente qui aussi grande qu’un cahier et aussi large qu’un roman. Chaque Hôtesses et Stewards se présentèrent à deux familles et les invitèrent une à une à remettre leur baguette dans le boitier. Il ne fallait pas voir ça comme une crainte ou mesure de sécurité, mais il fallait voir cette demande comme la première étape à la construction d’une confiance mutuel : Personne ne devait se montrer hostile.

-Une fois que vous l’aurez fait, notre personnel vous débarrasseront de vos manteaux et toute chose dont vous ne voudrez pas vous encombrez lors de cette journée. Après quoi mes filles, Carry et Morrigan ici presente, vous feront passer à travers le manoir pour vous diriger vers le jardin où nous passerons la journée. J’espère que vous aimez les cours d’histoire car vous allez en avoir une petite dose. Plaisanta-telle.

Sur ses mots, Dayla adressa un dernier sourire avec de se retourner avec son mari bras dessus bras dessous dans la maison pour finir les préparatifs. Elle avait fait son travail, c’était maintenant au tour de ses filles de faire le leurs comme elle leur avait expliqué. La Garden party était sur le point de commencer mais il y’avait encore quelques préparatifs qu’il fallait encore résoudre et pour les résoudre il fallait gagner du temps et ce temps gagner, c’était a Morrigan et Carry de le gagner.

L’air soufflait doucement en cette fin de matinée et le soleil continuait d’éclairer le monde de toute sa splendeur sans être déranger par un seul nuage. Carry s’avança avec sa sœur et toutes les deux attendirent cote a cote devant l’entrer de leur manoir que tout le monde ait remit leur baguette pour pouvoir commencer la visite de la pièce principale. Une fois fait, Carry entra la première tandis que Morrigan resta en arrière pour tenir la grande porte massive pour laisser les familles entrer les unes après les autres. Une fois a l’intérieur, Morrigan referma la lourde porte derrière elle et s’en allait rejoindre les autres. Une fois entrée, les invites étaient dans une pièce centrale blanche du sol au plafond. La différence, ils ne marchaient plus sur du sol de pierre, mais sur du carrelage en marbre blanc qui faisait briller tout le sol de la maison avec sur chaque côté de la pièce, deux escaliers menants aux étages supérieurs et donc aux chambres de la famille. Mais ce n’était que le hall d’entrée, Carry emmena invita tout le monde dans le hall principal et attendit que tout le monde face un demi-cercle autour d’elle avant de parler.

Reducio
Image




-Tout le monde est là ? Demanda Carry, toujours le sourire aux lèvres. Je vous souhaite la bienvenue a tous dans notre manoir. En dehors de la famille, il faut que vous sachiez que vous êtes les premiers non-Harrison à pénétrer dans le manoir depuis bien longtemps et c’est un grand plaisir de vous accueillir ici. Même s’il n’en a pas l’air, le manoir est assez vieux. Il a été donné à notre famille en 1928 par un sorcier révolutionnaire qui a su propulser notre famille la ou elle est aujourd’hui. A l’origine, le manoir lui-même était tout noir, mais mon père ayant marre de toujours voir le même manoir lugubre a pris la décision de refaire complètement celui-ci en blanc. Le blanc étant la couleur de la pureté. Si vous regardez les plafonds, Carry pointa du doigt le sommet de la pièce, vous verrez qu’il est peint dessus l’histoire de notre famille dans chacune des pièces que vous irez. Cela va des échecs les plus humiliants de notre famille a nos moments les plus glorieux.

Morrigan s’avança à son tour et pris la parole a la place de sa sœur qui s’effaça en voyant celle-ci arriver au centre de la pièce.

-Pour vous donnez un exemple, la fresque que vous voyez actuellement au-dessus représente un évènement qui s’est passé en 1998. Juste après la disparition du Seigneur des Ténèbres. Notre Grand père, ayant été un complice et partisan a la cause du Seigneur des Ténèbres, c’est fait emprisonner à Azkaban. Tout a gauche c’est la marque des ténèbres en train de disparaitre à la lumière, si vous regardez plus au milieu, vous verrez un homme dans une cage enchainé, c’est notre grand-père et enfin sur la droite du plafond vous pouvez voir une magnifique représentation de la prison D’Azkaban qui montre qu’il a séjourné las bas. Bon c’était notre petit point histoire comme l'a dit notre mere, j’imagine que vous devez être affamée. S’esclaffa Morrigan qui ouvrit les accès aux jardins de chaque côté du Hall. Je vous en prie allez-y, Allez-y asseyez-vous ou bon vous semble, si jamais l’un d’entre vous ce sent d’humeur à jouer de la musique, sachez que le piano ainsi que le violon ne sont pas là que pour décorer. Les adultes à la grande table. Pour les enfants, vous serez juste à cote !

Le petit groupe de sorciers se déplaça comme une seule personne avant de tous se retrouver dans le jardin. Carry comprit très vite ce que voulait faire ses parents et surtout pourquoi ils voulaient qu’elles retiennent les invités quelques instants. Il y’avait au total trois tables dans le jardin situées les unes à côté des autres formant un ‘U ‘ à eux trois. Au-dessus, un petit pavillon qui couvrait la totalité des tables du soleil si jamais celui-ci commençait à taper trop forts. Deux tables étaient couvertes de magnifique nappes en soie blanches avec dessus des assiettes en porcelaines, des couverts en en argent et des verres en cristal tandis qu’une autre présentait tout un tas de petits plats avec des boissons dont petits et grands raffolaient. Alcool, Jus, Soda, bonbon, salade, apéritif, etc… Tout était là pour occuper tout le monde le temps que le plat de résistance arrive.

La table des enfants était courbée et liait les deux autres tables ensemble, faisant en sorte que tout le monde soit proche des uns des autres. Sans plus attendre, Carry et les autres s’installèrent sur leur petite chaise en osier et se mirent tous à l’aise.

-Si jamais vous avez trop chaud, il y’a une grande fontaine au fond du jardin ou on pourrait y tremper les pieds si vous voulez ! Carry se retenait de dire Brett, Brett, Brett encore et encore. Il fallait qu’elle traite tout le monde équitablement mais combien de fois elle ne pouvait pas s’empêcher de regarder dans sa direction en étant toute rouge, mais elle se promit a elle meme de se tenir comme il fallait. Bon sinon…Qu’est ce que vous avez fait pendant vos vacances ?

A la table des grands, Morrigan s'approcha timidement vers sa future belle-mere et s'approcha de son oreille pour lui demander avec retenue.

-Thomas n'est pas la ?

3ème Année RP (2044-2045)
STAND BY POUR LES RP jusqu'à ce quej'atteigne
la 4ème année Devoir

Je repondrai uniquement le week end pour les RP

Garden Party  A.S   B.C   C.H   P.K   I.M   A.N   O.C 

Moi et ma mère montions les calèches qui arrivaient pas beaucoup de temps après que tout le monde sois là. Les calèches étaient très belle et elle ressemblaient au Manoir je trouve. On voyait bien que c'était des sang pur et non de simple nés sorciers comme nous.. Nous arrivions tous devant des marches que nous montions et, arrivions devant les Harrison. Dayla Harrison comme elle l'avais dit, nous disez se remettre notre baguette ! Bah ok de tout de façon je ne sais pas ce qu'on ferai avec. Un homme qui devais être un servant s'avançait vers nous. Je posa ma baguette à l'intérieur ainsi que ma mère qui le fis juste après moi. En attendant la suite, je regardais tout autour de moi et, oui, je ne connaissais aucun visage familier...J'ai déjà vu Carry Harrison dans la salle commune mais je ne et jamais adresser la parole à n'importe quelle élève de.. Serpentard.. je ne crois pas qu'il y ai d'autre maison où tous ses gens on été. Bref. La Dame Harrison commença à parler en disant que nous pouvions donner les affaires qui nous gênerait. Je donna au premier servant venu ma légère cape blanche en dentelle. Ainsi que mon chapeau vert assortit à ma robe, il est arrondi sur le dessus mais asse droit sur les bord. Après nous allons nous faire diriger dans le manoir puis dehors par Carry et Morrigan Harrison. Morrigan ? Ça me dit quelque chose... Elle ne travaille pas avec Ursula Parkinson ? Bon bref. Passons. Comme tout le monde je me dirigeais vers la grande et la plus petite fille Harrison pour aller dans le manoir. En passant devant les parents des filles que nous avons vue je laissa sortir un léger :

Bonjour et enchantée..

Ça se reproduis qu'en je passe devant Morrigan je laisse échapper les même mots cas sa mère Bonjour et enchantée..et entra dans le manoir accompagner de tout le monde et c'était Carry qui nous guidait. C'était magnifique toute cette beauté ! Il y avais du marbre blanc par terre qui faisais miroir de lumière. Beaucoup plus lumineux que mon manoir lugubre. Carry commença avec l'histoire de leur famille du début de réussite jusqu'à aujourd'hui. Apparemment, leur grand père avais prêter allégeance au Seigneur des ténèbres ! Comme le miens ! Il est arriver du Japon pour faire venir les Konowa en Grande Bretagne et par la suite à aider le Dark Lord pour sa conquête. Nous continuons avec les histoires mais je nécouter pas trop car j'avais horriblement faim ! Bref. Nous avions finis par le point historique et nous arrivions.. dans un magnifique jardin ! Les tables formait un U et j'avais compris que la petite table étais pour les enfants et et que celle du milieu du U étais un "avant-repas". Avant de m'asseoir, j'allais me prendre une petite coupelle et y metta des gâteaux apéritif et quelques patacitrouille. Ainsi qu'un verre de xérès mais je ne savais pas si j'avais le droit.. bon dans le doute je pris un jus de citrouille et alla m'assoier à côté d'un garçon du nom de Nerrah. Par ma suite j'entendis Carry nous demandez qu'est e sue nous avions fais pendant les vacances

Père a fait construire un manoir au Japon, à Kyoto. Nous sommes donc partis en vacances au Japon avec ce Manoir de fête ou de vacance! Et ça nous donner l'occasion de voir mon frère, Owenus, qui est né au Japon et qui dois, par obligation travailler au Japon. Et vous ?

Carry, Alice, Orphea, Iris McC., Aliosus, Isaac, Angela et Sophie H. je vous adore ! <3 Serpentard en force !




Code couleur : vert color=#38761D 2vert en partant du bas de la colonne des vert.

Garden Party  A.S   B.C   C.H   P.K   I.M   A.N   O.C 

Après quelques minutes passées dans les calèches, Orphéa et sa famille commencèrent à grimper les marches menant à la grande porte d’entrée du manoir. De rapides salutations furent faites, avant que Madame Harisson ne prenne la parole pour souhaiter la bienvenue à chacun d’entre eux. Pendant qu’elle parlait, la petite brune ne put s’empêcher d’observer la foule, parmi laquelle elle repéra plusieurs élèves de Serpentard. Elle envoya également un petit sourire discret à Carry qui se trouvait à côté de sa mère.

Au moment venue, elle déposa comme les autres invités, sa baguette dans le boitier en cristal prévu à cet effet. Elle n’était pas très à l’aise avec le fait de devoir s’en séparer, mais elle ne dit rien gardant ses réflexions pour elle. Elle remit également son manteau aux serviteurs de la famille, puis après quelques instants, la visite commença. Carry poussa les grandes portes du manoir sur une pièce blanche, puis entama ses explications. Orphéa n’en revenait pas. Ce hall était presque aussi grand que son appartement à Glasgow. Bien que ses grands-parents fassent partie d’une certaine élite, son père et sa mère ne l’avaient pas du tout éduqué de la même manière. Bien évidemment elle connaissait les bons usages de sociétés, mais elle n’avait que rarement l’occasion de les mettre en pratique. Elle se redressa, légèrement gênée, en réalisant que tous les gens qui se trouvaient ici étaient en réalité des personnes soit extrêmement riches, soit extrêmement importantes. Elle se demanda un court instant ce qu’elle faisait ici.

La dénommé Morigan, la soeur de Carry, prit à son tour la parole pour continuer à expliquer l’histoire familiale des Harisson. La Serpentard n’écouta que d’une oreille, tout en faisant mine d’être intéressé. Elle observait ses camarades de classe, qui lui paraissaient bien différents. Bien habillés dans des costumes probablement hors de prix, le dos droit, un air prétentieux sur le visage... La jeune fille savait que c’était le comportement qu’elle devait également adopté mais elle ne se sentait pas elle-même. Quand Morrigan annonca qu’un piano était à disposition pour qui le souhaitait, elle esquissa un mouvement de corps vers celui-ci, mais sa grand-mère la retient par l’épaule avant de lui lancer un regard noir. Elle se contenta alors de suivre Carry qui les conduisit vers la table des enfants, et s’assit à la place qui lui était désignée. 

Quand Carry prit de nouveau la parole se fut pour leur demander ce qu’ils avaient fait de leurs vacances. Alors qu’une première année du nom de Pansy prenait la parole, Orphéa réfléchit rapidement. Son grand-père avait rejoint le conseil des sorciers, alors que son père avait secrètement rejoint un réseau de résistance, comme elle le faisait à Poudlard avec le M.E.R.L.I.N. La plupart de ses plans de vacances avait donc été bouleversés, d’autant plus que l’arrivée récente de son petit frère laissait envisager que le déménagement aurait bientôt lieu. Elle décida qu’il fallait mieux passer sous silence le fait que son père était opposé au conseil. Si tous ces gens présents étaient des sangs-purs et avaient les mêmes idéaux que ses grands-parents cela revenait à envoyer son père à Azkaban.

« Ça devait être vraiment génial Pansy, dit-elle à sa camarade alors qu’elle n’avait écouté que d’une oreille distraite ce que racontait la jeune fille à propos du japon. Moi je viens d’avoir un petit frère, et mes parents sont très occupés, alors je n’ai pas eux beaucoup d’occasions de sortir pour l’instant. Mais je suis reconnaissante pour ton invitation Carry, cela me permet de tous vous revoir »

Elle dit cela en se redressant bien sur son assise et en lançant un sourire courtois à ses camarades. Il fallait absolument qu’elle fasse bonne impression, les autres ne devait pas découvrir son secret.

Garden Party  A.S   B.C   C.H   P.K   I.M   A.N   O.C 

Aliosus était ébahi par le faste qu'étalait la famille Harrison. Dans le carrosse qui les menait au manoir, il se penchait vers la fenêtre pour observer l'immense battisse étincelante qui se rapprochait, devenant de plus en plus impressionnante.
"Allons, ne faite pas le béat, ça vous donne un air d'anglais, et ça ne vous sied pas du tout."
Le garçon se rassit bien droit sur la banquette pendant que sa mère continuait de marmonner pour elle, ne laissant entendre qu'un "ça ne va à personne d'ailleurs" et "pays de Poufsouffle mentaux". Cette dernière remarque était dite un peu plus fort et elle se rendit compte que son fils l'observait.

"Regardez ce carrosse par exemple ? A quoi cela rime-t-il ? Ils ne pouvaient pas nous laisser arriver directement chez eux ces Harisson ? Non, il a absolument fallut qu'ils nous fissent monter dans ces attelages pour que l'on ait le temps d'admirer leur domaine le temps du trajet. Prenez note, mon Fils, des gens qui en montrent autant on des choses à prouver, ils ne doivent pas être si sûr d'eux..."

Elle partit dans un petit rire, comme si elle se souvenait d'une anecdote amusante, puis retrouva un masque neutre.

"Allons, vous me précéderez quand nous sortirons de cette chariote, et nous verrons à quel point ces anglais veulent nous impressionner. Que savez-vous d'eux d'ailleurs ?"
"Ahem... et bien je connais un peu leur fille, Carry. Ils sont inscrit au registre des sang-purs je crois, et sa grande soeur est... garde noire, ou manteau noir je ne sais plus."
"Ah. Bien. bien bien bien..." Willow se perdait visiblement dans ses pensées.

Une fois descendu et ayant rejoins le groupe, Aliosus eu le loisir enfin de faire le tour des invités. Tout le monde était si beau, c'était un régal pour les yeux. Le garçon se réjouit lorsqu'il discerna ses camarades de Poudlard. Il essaya de se rapprocher de sa meilleure amie mais Willow émit un claquement de langue désapprobateur qui le dissuada de bouger d'un centimètre. La disposition sur les baguettes fit grimacer plusieurs invités, mais Willow, au contraire, affichait à nouveau son regard de prédateur. Ses yeux s'étaient posés sur une silhouette qu'Aliosus n'avait pas encore remarqué. Une femme magnifique, de qui émanait une noblesse rare. Sa vision frappa le jeune adolescent.

"Divine surprise n'est-ce pas ?" lui dit sa mère, alors que tout le monde se conformait à la séance de remise des baguettes.
"Qui est-ce mère ? j'ai l'impression de la connaître mais..."
"C'est votre tante, Willow avait de la peine à cacher son enthousiasme, la soeur aînée de votre père et la mère adorée de votre chère cousine Alice !"

Aliosus fixa son regard sur elle, évidemment que c'était elle. Elle était exactement comme Alice la lui avait décrite. Mais il avait beau chercher autour d'elle, il n'y avait qu'un jeune homme à ses côté, dont il reconnu les cheveux et en déduit leur lien de fraternité.

Le point historique parut assez saugrenu à Aliosus. Revendiquer sa défaite ? Le peindre sur son plafond ? Quelle curieuse idée. Les langues commençaient à se délier, les papotages commencèrent, et heureusement c'était la fin de la visite guidée et ils furent tous accompagnés à l'extérieur. C'était une vision sublime, le jardin impeccable, les tables, les nappes, la disposition, tout était sobre et de bon goût. Ils allaient passer une excellente journée, il en était certains.

Il avait envie d'aller voir chacun de ses amis pour leur parler, il se dirigea d'abord vers le roux fanal de sa meilleure amie. Il se réjouissait de la retrouver,en chair et en tâches de rousseur et non pas par des parchemins inertes, fussent-ils remplis de sa prose enthousiaste. Il lui tardait de contempler son sourire, ses yeux et de l'entendre lui raconter son été de sa voix

"Restez dans mon champs de vision Aliosus", lui ordonna Willow, alors qu'elle s'approchait d'un pas léger des bouteilles à disposition.

Award du Digne Héritier de Serpentard
Award du plus Grand des Serpentard
Award du Serpentard qui passe plus les portes

Garden Party  A.S   B.C   C.H   P.K   I.M   A.N   O.C 

RENESMÉE NERRAH

•••


Renesmée demeurait silencieuse, son regard porté sur le paysage qui défilait au gré ses mètres parcouru par la calèche. Les traits de son visage étaient lisses, comme si aucune émotion ne venait la secouer.
Pourtant, un dragon grondait au sein de son cœur. Son fils avait désobéit et s’était jeté à la rencontre de son idiote de sœur malgré les interdictions de Renesmée. Peut-être commençait il a lui échapper, à penser par lui même sans consulter sa pauvre mère. L’allemande détestait cela, cette impression que plus rien n’était sous son contrôle. Même cette journée lui glissait entre les doigts : Magnus n’était pas venu, et pourtant elle avait intimé à Dayla de l’inviter. Pire encore, son illuminée de femme avait répondu à l’appel et avait traîné son rejeton impropre. Avait-elle tout prévu ? Cette infâme batarde avait elle vu quelques révélations dans le sang d’un poulet égorgé par ses soins ? Sinon, pourquoi serait-elle ici, à se mêler avec des bons gens comme les Harrison ? C’était une insulte à l’ordre des choses.

La calèche arrêtée, Renesmée en descendit seule, le menton haut, imperturbable. Elle adressa un sourire à quelques connaissance, et rejoint le troupeau sans se mêler à lui. Elle écoutait seulement, n’accordait son attention à rien autre qu’à son amie Dayla. Un sourcil haussé, la femme s’étonna un instant d’entendre qu’il fallait se délesté de sa baguette. Quelle drôle de chose, demander à des sorciers de se séparer de leur plus fidèle instrument.
Pourtant, il fallait se conformer à cette demande, quand bien même cela arrachait le coeur à Renesmée. Lorsqu’on se présenta à elle pour recueillir sa baguette, elle roula des yeux en s’en séparant. Nue, elle était nue à présent. Les Harrison avaient toute sa confiance bien sûr, et jamais Renesmée ne remettrait en doute leur loyauté envers elle. Mais tous les invités ne méritaient pas sa confiance.

Sans un regard pour qui que ce soit, l’allemande avait suivit, avec écouté, avait sourit lorsqu’il le fallait. Tout ce qui se trouvait dans ce manoir, elle le connaissait. De l’histoire de la bâtisse à celle de la famille Harrison, Renesmée savait tout cela. Il était important d’avoir quantité d’information sur ses amis, ne serait-ce que pour prévenir un quelconque changement de camp.
Enfin, ils quittèrent le manoir pour rejoindre les jardins aménager pour recevoir le flot d’invité. Renesmée profita du déambulement de sorciers pour poser ses yeux sur le fils de Magnus. Un léger sourire étira les lèvres de la femme, constatant que la pomme n’était pas tombée loin du pommier. Cette allure, ce port de tête, le blond délicat de ses cheveux… Renesmée revoyait Magnus en ses traits, de nombreuses années en arrière.

Après quelques sourires, Renesmée suivit le flot de personne qui s’était installé, prenant soin de laisser une place libre à ses côtés. Thomas reviendrait, elle en était persuadé. Et ce serait elle qui l’aurait, pas Morrigan. Peut-être étaient-ils fiancés, mais Thomas restait son fils, et se devait de tenir compagnie à sa mère. Il devait être vue avec une personne aussi importante qu’elle, c’était important pour sa carrière. Ils ne seront jamais considéré comme Sang-Pur malgré leurs aïeux exclusivement sorciers. Si seulement les naissances étrangères étaient acceptés, Renesmée se serait empressé d’aller inscrire ses enfants dans le registre des Sang-Pur, et leur aurait alors offert une vie sans jamais d’ombre. Au moins, ses arrières-arrières petits enfants jouiraient de ce prestige qu’elle ne pouvait offrir à sa progéniture.
Du bout des doigts, Renesmée vint s’emparer d’un verre de vin qu’un serveur proposait. Elle le fit tourner un instant, et le porta à sa bouche, ses yeux portés sur sa belle-sœur, déjà rendue aux alcools.

« - Thomas n'est pas la ?

La femme n’eut pas à se retourner pour reconnaître Morrigan, glissée dans son dos. Elle reposa lentement sa coupe avant de répondre :

- Non, très chère. Mon fils s’est mit en tête d’aller chercher sa jeune sœur. Il aura donc certainement un peu de retard. »

Sans un mot supplémentaire, Renesmée récupéra sa coupe de vin pour y tremper ses lèvres, son regard à présent porté sur le jeune Nerrah.

• Fondatrice du M.E.R.L.IN - Souris •
Tout savoir sur le MERLIN
• Deuxième année RP •

Garden Party  A.S   B.C   C.H   P.K   I.M   A.N   O.C 

Montant tous les trois dans les calèches de sombrals qui les attendaient sagement devant le portail de la demeure Harrisson, Irisia avait les yeux émerveillés de voir cette calèche aux chevaux invisibles. Seuls ses parents pouvaient les voir vu qu’ils avaient assisté à la mort de leurs parents. Dans un sens c’était bien qu’elle ne les voyait pas mais de l’autre, elle aurait bien aimé pouvoir les admirer quand même… De grands chevaux ailés… Bref. Assise en face de ses parents, elle regardait distraitement les jardins et allées du domaine défiler devant les fenêtres du carrosse, elle émit un bref grognement alors que sa mère ne pouvait s’empêcher de se pencher pour lisser les plis de sa robe.

« Mère ! »

« Ne commencez pas à râler Irisia. »

« Père ?! »

« Ne me regardez pas ainsi jeune fille. Cette fête est importante pour votre mère alors faites l’effort d’être délicieuse, voulez-vous ? »

« Oui Père... »

« Micha ! »

« Oui très chère ? »

Un sourire innocent et un regard pétillant de malice… Merlin qu’elle pouvait aimer cet homme. Sa contrariété fondit comme neige au soleil et Lyra se permit d’échanger un doux baiser avec son époux, posant sa main sur la sienne.

Sa mère était franchement agaçante dès que cela concernait les fêtes et autres trucs mondains comme elle disait, mais voir ses parents ainsi étaient un pur bonheur et elle espérait vivre une histoire d’amour comme la leur. C’était ses modèles. L’arrêt de la calèche finit par la faire sortir de ses pensées et elle laissa son père descendre le premier avant d’attraper sa main pour descendre à son tour. La rousse laissa ses petits doigts dans l’énorme patte d’ours de son père, son regard se remettant à fureter un peu partout, le regard brillant. Ce domaine était si vaste et lumineux, tellement magique… Un air de ravissement rosit ses joues et elle suivit ses parents, montant les escaliers vers leurs hôtes qui semblaient les attendre de pieds fermes.

La mère de Carry était drôlement impressionnante… Mais sa mère le paraissait tout autant. Muette et sage comme une image, Irisia regardait les Harrisson avec attention et curiosité, cherchant le regard de Carry pour lui sourire et la saluer. Ce qu’elle n’arriva pas… Et leur demande sur les baguettes étaient vraiment bizarre… Son père fronça légèrement les sourcils, sa mère plissa légèrement les lèvres… C’était étrange non ? Mais les trois MacLynn finirent par poser leur baguette sans discuter dans l’étui en cristal, la petite rousse impressionnée par l’étalage de la richesse, puis leur manteau.

Le groupe prit ensuite le chemin de la demeure, pénétrant le hall et admirant les fresques et les richesses dans un silence poli et respectueux. Mais, si Irisia trouvait l’Histoire intéressante, elle devait avouer que celle des Harrisson ne l’intéressait pas vraiment… Elle trouvait même cela d’un mauvais goût et son père semblait avoir le même avis si l’on en croyait le petit sourire qu’il avait sous la moustache. Sa mère, bien sûr, était très concentrée par ce qu’elles racontaient…

Et puis, enfin, au plus grand soulagement de la petite irlandaise, ils prient la direction des jardins, tous trois impressionnés par la richesse et la beauté des lieux.

« Irisia, nous vous laissons aller avec les autres enfants. Je vous conseille d’être sage et de ne pas faire la moindre bêtise. »

« Mais oui Mère ! Vous n’arrêtez pas de vous répéter. Je serais sage et je ne ferais pas la moindre bêtise. »

« Cessez d’être impertinente jeune fille !... Et amusez-vous. »

« Oui Mère ! »

Un sourire radieux aux lèvres, Irisia se retint pourtant de ne pas courir ou sautiller jusqu’à ses camarades, regardant autour d’elle avec un grand sourire jusqu’aux oreilles. Où se trouvait-il… Ah ! Il était là ! Calmement malgré son enthousiasme, la rousse se dirigea vers Aliosus. Avant de se rendre compte que sa mère était là… Et qu’elle était assez impressionnante mine de rien.

« Bonjour Miss Nerrah. Je m’appelle Irisia MacLynn et… Et je suis une amie de votre fils. Et… Et je voulais savoir si je pouvais aller jouer avec Aliosus… Si vous êtes d’accord... »

Les pommettes roses, elle tâchait de parler poliment et calmement alors qu’elle n’en menait pas large. De leurs côtés, ses parents la surveillait un peu plus loin, un sourire approbateur aux lèvres alors qu’elle se tenait correctement. Enfin, c’était surtout sa mère qui était soulagée alors que son père avait toujours ce petit sourire amusé au visage.

En glissant je viens, en rusant je vaincs, le sommet j’atteins.
2043-2044 : Première année rp

Garden Party  A.S   B.C   C.H   P.K   I.M   A.N   O.C 

Brett continuait de regarder le reste des invités furtivement, tâchant de ne pas croiser leur regard pour ne pas se montrer impoli à les dévisager ainsi. Sa courte léthargie fut interrompue lorsque les calèches arrivèrent près des grilles du manoir des Harrison.

- Eh bien, ton amie ne fait pas les choses à moitié, murmura Daniel Carter à son fils.

Le jeune garçon ne pouvait que donner raison à son paternel, les Harrison faisaient les choses en grand et il était désormais certains - même si personne n'en doutait - qu'ils avaient les moyens et qu'ils n'étaient pas du genre à le cacher. Brett espérait juste que cela ne fasse pas trop d'un coup, bien que sa famille ne soit pas à plaindre côté richesse, elle n'avait pas pour habitude de se montrer autant. Il jetait donc un œil à sa mère et son père pour voir l'évolution de leur réaction au fur et à mesure de l'avancée du véhicule à quatre roues qui semblait avancer tout seul comme par magie.

- Tu connais les autres enfants ? demanda Ana Carter à son protégé.

- Oui mère, répondit le blondinet, ils sont pour la plupart de ma promotion : Aliosus Nerrah, Orphéa Cooper et Irisia MacLynn et l'autre fille blonde que je ne connais pas trop. Il n'y a que Carry Harrison, notre hôte, qui est en année supérieure. Il manque juste Alice Sangblanc, il me semblait qu'elle serait là mais bon c'est peut être car elles ne s'entendent pas trop avec Carry. Le garçon fit une petite moue à cette pensée.

- En tout cas tu sais très bien t'entourer mon fils à ce que je vois, complimenta Daniel Carter en adressant un clin d’œil complice à Brett. Ce qui ne manqua pas de lui faire légèrement rosir ses joues d'enfant.

Puis les calèches arrivèrent devant le manoir, la famille Harrison se tenait debout prête à accueillir leurs invités. C'est là qu'il la vit, Carry Harrison, joliment apprêtée dans une superbe robe bleue. Cela la changeait grandement de leurs habituelles tenues d'écoliers, il fallait avouer que cela lui allait très bien et qu'elle était même plutôt mignonne comme cela. Il baissa la tête, les joues toujours empourprées par il ne savait quelle émotion.

La mère de Carry pris ensuite la parole pour souhaiter la bienvenue aux différentes familles de sorciers présentes. Puis, aussi surprenant que cela puisse paraître, elle demanda à chaque personne de bien vouloir remettre leur baguette. C'était un geste assez étrange, Brett se séparait très rarement de sa baguette, même pour dormir, il l'avait toujours à proximité de lui. Lui retirer sa baguette c'était donc un peu comme lui atrophier une partie du corps.

L'assemblée écoutait la famille hôte, seuls les femmes de la famille prenaient la parole d'ailleurs. C'était la première fois que Brett rencontrait les parents de Carry ainsi que sa sœur qui, il fallait également l'avouer, avait hérité de quelques traits forts gracieux.

S'avançant comme leur indiquait la dame de ces lieux, ils suivirent ensuite les deux filles Harrison qui leur présentèrent leur manoir ainsi qu'un rapide historique de leur famille. Même un passage un peu obscur de leur famille, ce qui était assumé sans honte alors même qu'il s'agissait d'une époque que certains auraient préféré oublié ou ne pas être mêlé, surtout du mauvais côté de l'échiquier.

Tour à tour, on leur récupérait leurs vêtements en trop, les délestant d'un poids qui n'était pas négligeable. Brett répondait aussi poliment au personnel de maison qu'aux siens. Ses parents faisaient de même avec toute la bonne éducation qu'ils avaient insufflé à leur fils unique.

Le manoir était magnifique mais les extérieurs l'étaient encore plus. Admirant le spectacle qui s'offrait à lui, Brett fut émerveillé par la rigueur avec laquelle le jardin avait été entretenu. Encore plus élégant qu'un jardin à la française, c'était dire. Les tables étaient déjà disposées, bien dressées et déjà bien remplies. On le coupa bien vite de ses parents pour le diriger vers la table des enfants.

Le jeune serpentard crut parfois surprendre le regard de Carry sur sa personne, ce qui n'était pas pour lui déplaire mais cela le gênait aussi un peu. Les autres n'étaient pas spécialement au courant de leur rapprochement qui s'était accéléré par l'échange de quelques lettres au début de ces vacances.

La fille blonde du nom de Pansy et Orphéa lui précisèrent leur début de vacances quand Aliosus et Irisia semblaient à l'inverse davantage entrains à discuter entre eux, surement l'effet des retrouvailles après plusieurs semaines sans se voir. Il sourit légèrement avant de reporter son regard d'émeraude sur Carry. Ses joues rosirent à nouveau, il fallait vraiment qu'il se contrôle. En même temps elle était vraiment jolie aujourd'hui et cela le perturbait grandement.


- Euh ... ben moi ... Oh ben pour l'instant j'ai pas fait grand chose hormis rester à Glasgow, chez moi. Ma grand mère est venue de Londres passer ce début de vacances avec nous, elle avait un truc important à nous dire mais je sais pas si je peux en parler ici. Et sinon mes parents sont très occupés avec la Coupe du Monde de Quidditch qui va commencer, ils sont aux affaires car pas mal d'équipes leur demandent des derniers accessoires en vue des matchs.

Car oui, la coupe du monde de son sport favori allait bientôt commencer et il lui tardait d'ailleurs d'y retrouver Carry et peut être également son autre amie, Eileen.

- Et toi Carry, qu'as-tu fait de beau ?

Je me confonds mille fois en excuses pour cet énorme retard, je suis désolé d'avoir bloqué si longtemps.

Serpentard en 2ème année RP (rentrée 2044-2045) - Parrain d'une petite horde de filleuls