Ailleurs…

Inscription
Connexion

 Kilmurry, Irlande  Une enfance mouvementée  SOLO 

Ou Quand une petite sorcière est considérée comme la fille du diable...


Emelyne avait 3 ans quand elle était aller à l'école pour la première fois. Sa mère Anya l'avait embrasser tendrement, lui avait fait un câlin, lui avait souris et l'avait regarder marcher joyeusement vers ses nouveaux camarades de jeux. A cette époque là, elle était très proche de ses deux parents, étant leur seul enfant. Sa mère était Auror, tout comme son père, et ils travaillaient beaucoup. Elle avait donc une nounou qui venait la chercher le soir, quand son père ne pouvait pas le faire lui-même. Mais le matin était un moment privilégier entre elle et sa mère.

Au début, tout allait bien. Les autres enfants, aussi innocent qu'elle, jouaient simplement avec elle, comme avec une enfant normale. Elle se fit très vite beaucoup d'amie. Une en particulier : une petite fille qui s’appelait Kelly. Emelyne l'aimait beaucoup et disait que c'était sa « plus gentille et belle copine». Elle était une enfant heureuse, entourée d'amis et de parents aimant.

Mais au bout de quelques semaines, les parents avait commencer à chuchoter entre eux, assez fort pour que ses parents entendent évidement : «Vous avez entendu ? Les enfants disent qu'elle fait des choses bizarres... », « Vous croyez que c'est vrai ?! », « Bien sûr, mon fils ne ment pas : il promet l'avoir vu faire léviter une fleur dans ses mains !! C'est de la sorcelerie... ». A 3 ans, Emelyne était donc déjà exposée à la méchanceté des autres. Heureusement, elle ne comprenait pas encore ce qui se passait.
Sa mère tenta de calmer les choses mais elle due vite se résignée a faire face au commérage. Après tout quelque mots ne pouvait pas faire grand mal. Mais ce fut pire que ce a quoi elle s'attendait.

Anya déposait sa fille à l'école, comme tous les jours. Un bisous, un câlin. Mais cette fois, elle comprit que quelque chose était différent. Elle mit un peu de temps avant de s'en rendre compte : certains enfants évitaient sa fille. Elle pensa qu'elle se trompait, que c'était peut-être un nouveau jeu. Mais chaque jour qui suivit, de plus en plus d'enfants refusaient de jouer avec sa fille. Au point que celle-ci ne veuille plus aller à l'école. Les caprices d'Emelyne pour rentrer à la maison était si insistant, que sa mère finit par demander à la maîtresse ce qu'il se passait réellement.

- « Votre fille fait peur aux autres enfants, qui ne veulent plus ni jouer, ni s'approcher d'elle. Je ne peux malheureusement rien faire. C'est à votre fille de changer : elle doit arrêter de faire toutes ses choses... étrange. Elle est "apparut" sur le toit de l'école pour récupérer un ballon coincé puis à "glissée" le long du mur comme si de rien était... c'est ce que raconte tous ses camarades... Je sais pas exactement ce qu'il en est, mais votre fille ne doit plus faire ce genre de chose. Elle fait passer les autres enfants pour des fous avec ses tours d'illusions ou que sais-je...  »

Sa mère comprit alors que les pouvoirs de sa fille était précoce. Elle prit donc rendez-vous à Saint-Mangouste pour faire passer des tests à Emelyne. Mais elle ne montrait aucun signe de magie pour l'instant, étant encore trop jeune. Du retour à l'école le lendemain, Kelly Smith fut le seule enfant à s'approcher et jouer avec Emelyne. Sachant que sa fille avait une amie, Anya ne s’inquiétait plus pour Emelyne, d'autant que les adultes semblaient avoir arrêter de chuchoter.

Les deux années suivantes, Emelyne et Kelly étaient inséparables. Anya travaillait de plus en plus et accompagnait de moins en moins Emelyne à l'école, laissant son père s'en charger, ou la nourrice. Les parents avaient recommencer à chuchoter sur le passage de la petite O'Brien. Ils se montraient de plus en plus virulent à son encontre. Ils interdisaient à leurs enfants de lui parler, de jouer avec elle ou de s'approcher d'elle. Puis des histoires commencèrent à se répandre. Évidement interprétée et répétée par les enfants à l'école.

- « Mon papa il dit que si on la regarde dans les yeux, le démon nous mangera dans la nuit !
- Moi ma maman elle dit que c'est la fille du vilain ! Et même c'est pour ça qu'elle fait des trucs bizarres ! Elle dit que c'est de la sor... Sor-ce-le-rie ! Voilà, de la sorcelerie ! »

Ceux à quoi Emelyne et Kelly répondaient :

- « C'est même pas vrai, d’abord ! Son papa il est gentil et c'est un humain comme nous !
- Vous dites n'importe quoi ! Mon papa il s'appelle Connor et c'est pas un vilain ! C'est juste un magicien-policier, comme ma maman ! »

Évidement, les autres enfants se moquaient d'elle ensuite :

- « Un magicien-policier ça existe pas ! T'es une menteuse !
- Oui, et en plus, ben ma maman elle à dit que le vilain c'était comme un magicien mais très méchant... Et ma maman elle dit que la vérité. Donc ton papa c'est le vilain ! En plus, tu dis qu'il est magicien alors c'est forcement le vilain. Sinon tu pourrais pas faire le truc là... avec les fleurs...
- Oui, mais moi, ma maman elle dit qu'il faut pas lui parler alors vous devez pas lui parler, sinon son papa il va venir nous manger. »
- « C'est même pas vrai ! » répliquait Emelyne en courant se réfugier loin de ses camarades.
Elle pleurait alors, ne comprenant pas pourquoi ils disaient autant de choses méchantes sur son père. Kelly la suivait et lui faisait un câlin , sans rien dire d'autre, jusqu'à ce qu'elle cesse de pleurer. Puis les deux fillettes retournaient jouer ensemble.

Emelyne ne répéta rien à ses parents. Elle avait peur qu'ils soient fâchés par les paroles des autres enfants, ou qu'ils soient tristes à causes de ça. Alors elle garda tout pour elle, disant qu'elle s'était beaucoup amusée avec Kelly, qu'elle avait dessiner et racontant le reste de sa journée d'école.

Puis Emelyne fit sa rentrée en primaire. Et ce fut pire encore. Car cette fois, Kelly n'était plus là : son père avait décidé de l'envoyer dans une autres écoles, en ville, plutôt que dans l'école du village où il avait appris l'inscription de la petite « démone ». Emelyne était donc seule face à des enfants qui copiaient le comportement de leurs parents. Ces derniers n'était d'ailleurs pas les plus gentils avec Emelyne. « Dis à tes parents de déménager ! », « Ne t'approche pas de mon fils, créature des enfers ! », « Fille maudite ! Disparaît ! » disaient-ils. Plus elle grandissait, plus ils étaient odieux, adultes et enfants confondus... Et plus elle comprenait ce qu'on lui disait, plus elle souffrait. Finalement, les pires de toutes ses années d'écoles furent les classes de CE2 et CM1...

En CE2, elle commença a être harcelée. N'obéissant plus à la règle d'éloignement instaurer par les parents, ses camarades commencèrent à lui voler son goûter, la malmener en sport, l'enfermée dans les toilettes, l'insulter, lui dire qu'elle devrait avoir honte, l'isolée un peu plus. Emelyne finit par se dire qu'elle avait dû faire quelque chose de mal et qu'elle méritait d'être traitée ainsi. Aussi n'opposa-t-elle aucune résistance à ses camarades. Se laissant insultée et malmenée. Cette année là, sa mère cessa de travailler afin de s'occuper de ses deux petits frères qui venait de naître... Cette année là, Emelyne et sa mère devinrent comme des étrangère vivant sous le même toit. Et son père travailla pour deux. Aussi ne rentrait-il plus beaucoup à la maison. Harcelée à L'école, injuriez dans la rue, seule à la maison... Emelyne ne savait plus quoi faire pour trouver sa place, ni même si elle avait réellement sa place en ce monde.
En CM1, les choses se gâtèrent encore plus. Cette fois, Emelyne était confronter à des termes plus violents. « Tu devrais mourir ! », « Disparaît ! », « Retourne en enfer ! »... Dans les mots mais aussi dans les gestes. Elle fut enfermée dans les douches et arrosée à l'eau froide. Elle fut frapper. On lui jeta des cailloux à la figure. On déchira ses cahiers d'école, écrivit en gros des insultes et le surnom : « fille du démon » sur son bureau de classe. On lui vola ses affaires, qu'elle retrouva dans les toilettes ou la poubelle. On la fit tomber à la cantine, ou lui renversait la nourriture ou les verres d'eau dessus... Et les adultes faisait comme s'ils ne voyaient rien. Sur le chemin après l'école, les mères éloignaient les plus petits d'elle lorsqu'ils la croisaient. On chuchotait dans son dos et sur son passage. Les plus jeunes courrait se cacher dans les jupons de leur mère, apeurés à l'idée de croiser son regard "de démon". A cette époque, Emelyne développa un blocage : elle était incapable de prononcer un seule mot. L'école lui était devenu insupportable. Et à la maison, sa relation mère-fille n'avait pas le moins du monde évoluer positivement : Ethan et Nathan demandaient toute l'attention d'Anya. Son père travaillait encore plus, partant désormais pour des missions sur plusieurs mois. Elle se sentait seule, et malgré ses efforts, elle finissait toujours pas fondre en larme le soir, une fois seule enfermée dans sa chambre. Plus d'une fois elle avait espérée ne pas se réveillée le lendemain, afin que son cauchemars cesse. Mais évidement, cela n'était pas arriver. Alors elle continuait de se levée et d'aller à l'école, sans un mot.

Cette année là, Emelyne faillit mourir. Ses "camarades" l'avaient attraper et l'avaient conduite au bord d'un étang. Elles y plongèrent la tête d'Emelyne. Celle-ci avait tentée de résister mais seule contre toutes, elle ne faisait pas la poids. Proche de l'asphyxie, elles la firent basculée à l'eau. Mais Emelyne, mise à l'écart de tous, n'avait jamais appris à nager contrairement à ses camarades. Encore aujourd'hui, elle ignore comment elle est sortie de l'étang. Elle se souvient de l'eau froide, de la peur qui l'avait étreinte, de l'obscurité qui se refermait sur elle... Puis elle avait ouvert les yeux sur la rive, recrachant toute l'eau qu'elle avait dans ses poumons. Evidemment, elle se garda de dire quoi que ce soit sur cette épisode, de peur d'avoir des représailles. Depuis, elle évite les étendu d'eau trop profonde et à peur de mettre la tête sous l'eau.

Puis ce fut la lumière dans l'obscurité : Kelly était revenue faire son CM2 auprès de sa meilleure amie. Fini le harcèlement, fini la solitude. Les critiques fusaient oui... Mais ça n'avait plus d'importance : Kelly était auprès d'Emelyne et la soutenait. Elles s'étaient trouvée une cabane abandonnée dans un arbre au milieu des champs. Elles l'avaient réparée du mieux qu'elles pouvaient. Elles s'y rendaient, jouant les agents en mission ou les exploratrices poursuivies. C'était devenue leur QG, leur cachette secrète, l'endroit de toutes leur confidence. Emelyne avait révéler la vérité sur le monde sorcier à Kelly qui s'était d'abord moquée d'elle en lui disant qu'elle le savait depuis longtemps qu'elle était une sorcière, puis qui s'était rendu compte de l'immense secret cacher juste là sous son nez. Et de la chance qu'elle avait de pouvoir en connaitre l'existence. Emelyne la prévient qu'elle ne devait rien dire à personnes d'autres, sous peine qu'on leur efface la mémoire et qu'elles ne puissent plus être amies. C'est ainsi qu'elles se créèrent leur monde à elles seules : Kelly la gentille moldue Irlandaise et Emelyne la petite sorcière Irlandaise, reines et amies d'un monde secret et imaginaire, où mage et non-mage sont tous amis...

Grâce à Kelly, Emelyne retrouva le sourire, la parole et surtout : l'espoir. L'espoir d'un monde meilleur, l'espoir de pouvoir trouver sa place, l'espoir de ne plus jamais être seule. Elle prit la résolution de ne plus abandonnée, de toujours sourire à la vie qui l'attendait, d'être clémente sans forcément se laisser marcher sur les pieds. Car avec Kelly a ses côtés, elle se sentait forte et fière d'elles, de leurs différences avec les autres, de leur amitié.


Fin

Emy, 2A RP &1A devoirs - Jo'familly Forever - Ma Noona c'est Taylor <3 - Marraine Louve - Vive Gryffondor !
ODN-SOH-MERLIN, Ayden