Ailleurs…

Inscription
Connexion

 Tome III  7 years

{ En rénovation prochaine }


CHAPITRE 11  .  LE DEBRIEFING DE NOËL

      La nuit aurait pu être calme si, deux étages plus bas, une tentative d’homicide sur la personne de la sous-directrice n’avait pas failli avoir lieu. Fort heureusement, à l’aide d’un Petrificus Totalus, le professeur d’Histoire de la Magie avait empêché son Jaxson de meilleur ami d’assassiner leur supérieure. Wilhelm avait mal à la tête. Il en avait trop appris d’un coup, et pas que du bon. De plus, le professeur Blackstorm, de par son métier, avait une carrure assez conséquente qui rendait son transport difficile. Et plutôt que de tenter de le descendre jusqu'à sa salle commune au risque de le faire tomber dans les escaliers, le mieux restait encore de le monter jusqu'au bureau de Wilhelm.
      Arrivés devant la porte verrouillée de son bureau, le Serpentard posa son collègue toujours pétrifié contre un mur, s'assura que personne ne les guettait aux alentours, ouvrit son bureau et fit rentrer son ami, le posant cette fois-ci au sol, de manière à ce qu'il ne puisse pas réagir au quart de tour, et referma la porte. La pénombre était installée, bien que de la neige filtrait les rayons de la lune croissante dans la pièce. C'est dans l'obscurité qu'il se dirigea ensuite vers Jaxson qui gisait au sol et, sortant sa baguette, annula le sortilège mais garda tout de même une sécurité en visant son collègue.


      « Tu sais aussi bien que moi que ça me navre de devoir m'assurer ainsi que tu ne commettes pas de bêtise. Contrairement à moi, tu avais tout de suite reconnu la petite Summer dans les traits d'Erin Grayce. Au fait, d'où vient cette querelle déjà ? D'un poste au Quidditch, c'est bien joué. Merde, Jaxson, ne me dis pas que vous vous ne pouvez pas vous sentir juste pour ça ! Quinze ans se sont écoulés ! Je crois qu'on a des choses à se dire. »

      Il était vrai que Wilhelm avait encore accentué le côté dramatique de la situation et qu'il allait certainement piquer son meilleur ami, le pousser dans ses derniers retranchements. Il n'espérait pas avoir à le faire, mais s'il fallait le coller à nouveau au sol pour qu'il se calme, il n'hésiterait qu'un instant. La violence n'avait jamais été le trait de prédilection de Jaxson et le Directeur des Serpentard avait été très surpris de voir son collègue se lever, cherchant à tâtons sa baguette pour lancer un sort à la Sous-Directrice de l'école. Quelque chose n'allait décidément pas, un grand secret que l'anglais ne tarderait certainement pas à lâcher, s'il le voulait bien.
      Bien que montrant de l'assurance, on pouvait remarquer que sa baguette tremblait dans sa main et qu'il clignait des paupières un peu trop rapidement. En outre, son regard se promenait de long en large sur son collègue et de la sueur commençait à apparaître sur son front. Il eut été, certes, facile de dire que le fait de monter Jaxson était sportif, mais il n'était plus en était de réfléchir trop longuement. La peur le terrassait. Vile et sauvage, mais probablement nécessaire à ce que tout se déroule un peu mieux que ce qu'il aurait dû en être. C'est dans cet état de tension extrême que Wilhelm attendait une réponse  .
Dernière modification par Wilhelm Heltowni le 26 septembre 2017, 11 h 02, modifié 12 fois.

Ami des Centaures de la Vieille Forêt
Zarbi de l'année (Magic'Awards III)
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

 Tome III  7 years

Jaxson n'avait pas prévu, en commandant son nouveau costume de soirée, que le bal de Noël aurait tourné au drame comme c'était le cas ce soir là. Il se doutait que manger en compagnie de sa supérieure qu'il ne portait pas dans son cœur était un risque mais il avait espoir que pour une fois l'entente ou du moins le respect mutuel serait de mise. Par malchance ou tout simplement par fatalité, le sujet tabou avait été entamé et ce repas de Noël avait terminé avec des cris et des baguettes sorties. Jaxson n'avait pas été le seul à avoir sorti sa baguette pour aller régler ses comptes avec sa collègue, son ami d'enfance avait sorti la sienne mais pour une toute autre raison que celle de Jaxson. En effet,Wilhelm l'avait fait pour attaquer le professeur de Sortilèges dans le dos, ce-dernier n'avait donc rien pu faire pour éviter cela et s'était retrouvé immobilisé de la tête au pied et transporté tant bien que mal par son traitre d'ami hors de la salle de bal.

Bien qu'immobilisé, le directeur de Poufsouffle était toujours conscient et voyait ce qu'il se passait autour de lui. Le professeur d'Histoire de la Magie tirait de toute ses forces pour emmener son ami jusqu'à sa salle de classe. Jaxson n'attendait plus qu'une chose, que son meilleur ami le libère pour qu'il puisse à son tour, l'immobiliser pour continuer ce qu'il avait commencé. Malgré tout, au fur et à mesure que les deux hommes grimpaient les escaliers, Jaxson se rendit compte de l'énorme faute qu'il avait failli commettre. Il voulait attaquer sa supérieure devant tous les élèves de Poudlard, si le ministère de la magie n'avait pas encore de preuve contre lui, ce geste allait peser en leur faveur. Toujours pétrifié, le professeur de Sortilèges essayait de se raisonner mais une petite voix en lui, lui rappelait les mots d'Erin Grayce et sa maîtrise de lui-même s'enflammait aussitôt. Le sort que lui avait jeté Wilhelm n'arrangeait pas les choses, Jaxson pensait qu'il était toujours de son côté et ne pensait pas qu'il lui jetterait des sorts dans le dos. Ce n'est qu'une fois qu'il fut allongé dans la salle de cours de son ami et que celui-ci prit la parole que Jaxson prit conscience des raisons de cet acte.


« Tu sais aussi bien que moi que ça me navre de devoir m'assurer ainsi que tu ne commettes pas de bêtise. Contrairement à moi, tu avais tout de suite reconnu la petite Summer dans les traits d'Erin Grayce. Au fait, d'où vient cette querelle déjà ? D'un poste au Quidditch, c'est bien joué. Merde, Jaxson, ne me dis pas que vous vous ne pouvez pas vous sentir juste pour ça ! Quinze ans se sont écoulés ! Je crois qu'on a des choses à se dire. »

Le directeur de Serpentard avait fait cela pour éviter à son ami de commettre une grave erreur, il avait voulu l'aider. La seule chose que Jaxson retenait était qu'il n'avait pas pu régler ses problèmes avec Erin et sa colère était toujours aussi présente. Cependant, en sentant ses muscles réagir au coup de baguette de son collègue, Jaxson se releva en évitant soigneusement de toucher la baguette de son collègue et par réflexe, il tendit lui aussi son bras tout en tenant sa baguette. Il n'avait qu'une envie, redescendre dans la salle de bal mais il ne devait pas, il devait se contrôler ce qui était pour lui très difficile, la pleine lune était apparue trois jours plus tôt et son caractère en était encore altéré. Il réussit cependant à rester dans la pièce sans, pour autant réussir, à se calmer. Il devait répondre à son ami mais ne savait pas pour où commencer, cela faisait quinze ans et depuis ce jour, énormément de choses avaient changé, trop de choses.

Il y avait entre autre eu l'attaque du loup-garou, la mort du mari de Erin, les accusations contre lui, des rencontres familiales. Parmi ces événements la plupart était liée à Erin et jamais il n'y avait eu quelque chose qui avait pu les rapprocher. Le destin en avait sûrement décidé autrement, ces deux là n'étaient pas fait pour s'apprécier. Ne sachant pas comment expliquer la situation à son ami, Jaxson parla sans prendre le temps de réflechir.


« Je sais que tu n'aimes pas réagir comme ça et pour ta gouverne, je ne pense pas te l'avoir demandé, je me débrouillais très bien tout seul. M'attaquer dans le dos! j'espère que ça en vaudra la peine au moins » Jaxson savait qu'il n'était pas tendre avec son ami, il savait que celui-ci avait fait ça pour l'aider mais c'était plus fort que lui. Il reprit sa souffle et continua.« Et c'est bien plus qu'une querelle pour le poste de Quidditch, ça fait longtemps que j'ai oublié ça. Mais cette... petite Summer comme tu l'appelles a tendance à me mettre beaucoup de choses sur le dos. Tu as sûrement compris que Noah était mort. À ton avis, elle pense que c'est qui le coupable? »

Jaxson l'avait répété des milliers de fois, il détestait Noah mais jamais il aurait pu le tuer pour autant. Il avait assez de problèmes comme ça pour ne pas avoir le meurtre de l'un de ses collègue sur le dos. Jaxson vira ses yeux d'un bleu très clair sur ceux de son ami et baissa sa baguette. Il n'allait pas l'attaquer, ou du moins pas pour l'instant. Désignant son geste du menton, il ajouta:

« Tu ferais bien d'en faire autant, je vais pas m'échapper! »

 Tome III  7 years

      Wilhelm était tétanisé et le fait que son ami se relève, prenne sa baguette et la pointe dans sa direction n'aidait en rien à l'amélioration de ses sentiments. Le sagouin ! il n'allait tout de même pas lui lancer un sort ? Ses yeux gris s'agrandirent et ses tremblements devinrent plus persistants. Pourtant, les secondes s'étiraient, encore et encore, et aucun geste de Jaxson ne venait troubler la lourde atmosphère qui s'était subitement installée. Le Directeur de Serpentard tenait à présent plus fermement sa baguette pour empêcher ses doigts de trembler. Finalement, le silence fut rompu par l'anglais :

      « Je sais que tu n'aimes pas réagir comme ça et pour ta gouverne, je ne pense pas te l'avoir demandé, je me débrouillais très bien tout seul. M'attaquer dans le dos! j'espère que ça en vaudra la peine au moins ! Wilhelm avait déjà ouvert la bouche pour rétorqué que, vu qu'Erin était une ancienne auror, il aurait sans doute eu très peu de chances de s'en sortir facilement, même si cela faisait plusieurs années qu'elle avait arrêté son métier originel, mais Jaxson l'avait interrompu de justesse : Et c'est bien plus qu'une querelle pour le poste de Quidditch, ça fait longtemps que j'ai oublié ça. Mais cette... petite Summer comme tu l'appelles a tendance à me mettre beaucoup de choses sur le dos. Tu as sûrement compris que Noah était mort. À ton avis, elle pense que c'est qui le coupable ? »

      La vision d'une baguette magique pointée sur lui, et inversement, ne pouvait que le ramener à quelques mois en arrière, alors qu'il était professeur depuis le début de l'année seulement : une bataille à Poudlard avait fait rage et très peu des assaillants en étaient ressortis vivants. En outre, Wilhelm avait été accidentellement envoyé à l'autre bout du pays avec l'une de ses anciennes collègues, Anatéine Eden-Slown. Certes, ils avaient réussi à empêcher deux aurors de les tuer violemment et sans la moindre rancœur – décidément, les aurors revenaient bien souvent dans la conversation ce soir-là.

      « [...] 'rais bien d'en faire autant, je vais pas m'échapper ! »

      Jaxson l'avait soudainement interrompu dans ses tribulations intérieures, lui faisant manquer le début de la phrase. Il jaugea du regard les yeux bleus de son ami pendant quelques secondes, avant de baisser à son tour sa baguette pour la ranger dans sa poche. Il soupira tout en s'approchant de la fenêtre pour regarder le ciel nocturne baigné par la douceur éclatante de l'astre lunaire. Il ferma les yeux quelques instants, réfléchissant à tout cela. Il soupira une nouvelle fois avant d'ouvrir la fenêtre.

      « Les Elfes ne pensent jamais à aérer quand ils font le ménage... c'est bien dommage. »

      Si sa phrase n'avait aucun rapport avec la discussion en cours, c'est tout simplement parce que l'humain était maladroitement formé et cherchait à tout prix à éviter les problèmes. Wilhelm ne faisait guère exception. Il se retourna, enleva le masque qu'il portait toujours, le posant sur une table, mit ses mains dans son dos et jaugea à nouveau Jaxson avant de lui répondre :

      « J'aurais préféré enlever mon masque pour Erin, mais vu les circonstances... Je ne vais pas te dire de te calmer, ça t'énerverait encore plus te connaissant. Mais si tu penses que mon geste n'aura servi à rien, alors, retourne dans la salle de bal, va provoquer Erin en duel, deviens la honte de l'école et fais-toi rejeter par tout le monde. Et donne l'exemple aux plus jeunes, c'est très bien. Va, je ne te retiens point, comme l'aurait dit Corneille en cette situation. Et si Erin te soupçonne, il y a une raison. Elle a quitté le Ministère suite à cela et tu en as fait de même quelques temps après, d'après ce que j'ai pu comprendre dans une de tes lettres. Tout cela est-il lié ? Je ne le sais pas... pas encore, du moins. Tout ce que je sais, il s'approcha alors de Jaxson et le regarda en pleine dans la rétine, c'est qu'il n'est pas normal d'avoir des yeux jaunes comme tu les avais il y a trois jours. Et surtout une seule fois par mois. En période de pleine lune, qui plus est. Eh oui, mes yeux de lynx et ma fibre d'astronome ont encore frappé... Tu n'avais pas des yeux comme cela lorsque nous étions élèves ici...
      » Maintenant, tu as le choix : tu me déverses tout ce que tu as sur le cœur ou tu descends et tu deviens officiellement un être incontrôlable et violent aux yeux de toute l'école, et très certainement à la communauté magique. Parce que cette affaire devrait filtrer. Fais ton choix. »

Ami des Centaures de la Vieille Forêt
Zarbi de l'année (Magic'Awards III)
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

 Tome III  7 years

La colère de Jaxson se faisait ressentir alors même qu'il tentait en vain de se calmer. Le conseil qu'il avait donné à son ami apparaissait comme une menace alors qu'il ne voulait pas lui faire de mal. Il venait de le retrouver et bien qu'ils avaient un petit conflit, il ne pouvait lui faire du mal, il était peut-être son seul véritable ami. Ce-dernier eut d'ailleurs du mal à comprendre ce que Jaxson venait de lui dire, il semblait ailleurs et ne baissa sa baguette que quelques secondes après que l'anglais lui ait demandé puis il s'approcha de la fenêtre pour regarder à l'extérieur et s'exclama:

« Les Elfes ne pensent jamais à aérer quand ils font le ménage... c'est bien dommage. »

Jaxson le regarda sans trop comprendre de quoi il voulait parler. Quelques minutes plus tôt, il le trainait dans les marches du château et désormais, il lui parlait des elfes de maison comme si les deux hommes avaient daigné tenir une réunion sur la façon qu'avaient ces êtres de travailler. Le professeur de Sortilèges ne chercha pas à comprendre les significations cachées de cette phrase et décida d'imiter les gestes de son homologue d'histoire de la magie en enlevant son stupide masque qu'il avait acheté avec son costume. Il ne le remettrait sans doute plus jamais et c'est donc sans remord qu'il le lança sur le bureau de Wilhelm. À la façon dont celui-ci jaugea Jaxson, l'anglais comprit qu'il allait devoir écouter son ami jusqu'à la fin et que ce serait sûrement long.

Le premier constat de Jaxson fut que malgré les années qui les séparaient leur dernière conversation de vive voix, Wilhelm n'avait pas oublié comme était son ami, il savait ce qui l'énervait. Cependant, cela ne l'empêchait pas de s'exprimer de façon à ce que les nerfs de Jaxson se tendent à vif. Il savait pertinemment que le directeur de Serpentard avait fait ce qu'il fallait et il lui était dur de se l'avouer mais il n'avait pas à l'entendre des dizaines de fois. En revanche, le manque de confiance que fit preuve son ami par la suite ne lui plu que très peu. Selon lui, Erin avait des raisons de penser que Jaxson était coupable du crime de son défunt mari. Toujours selon lui, il n'y avait pas de feu sans flamme. Contraint d'écouter son ami jusqu'à la fin, Jaxson se força à ne pas répondre alors que des dizaines de phrases se bousculaient pour sortir de sa bouche. Mais elles furent très vite stoppées.

Le regard que Wilhelm lança au directeur de Poufsouffle et les phrases qui l'accompagnèrent coupa le souffle à ce-dernier. Il ne savait pas que son ami avait remarqué ce petit détail lors de la pleine lune, il avait fait en sorte que personne ne le sache même si il savait que Erin avait du mettre le directeur sous la confidence. Jaxson n'était plus sous l'emprise d'un
Petrificus Totalus mais il avait l'impression d'y être, il ne pouvait plus bouger, ni parler et ne put qu'écouter l'ultimatum de son ami. Rester pour tout lui expliquer ou finir ce qu'il avait commencé. Bien sur, Jaxson n'avait qu'une envie, mais ce n'était pas possible, Wilhelm avait tout fait pour éviter ça et Jaxson ne pouvait pas rendre ces efforts vains. Les secondes passèrent et Jaxson retrouva enfin la faculté de bouger et de penser correctement. Il alla vers le bureau de son ami contre lequel il se posa et après avoir lancé un « Un verre de Whisky serait le bienvenue pour ce qui va suivre. », il répondit à son ami en prenant soin de rien n'oublier:

« Je sais très bien que tu as fait ce qu'il fallait mais ce n'est pas pour ça que je vais te dire merci. Je n'ai plus grand chose à perdre si tu veux mon avis. Personne n'a confiance en moi ni au ministère, ni dans ma famille, excepté quelques membres, ni au château. Pour ce qui est d'être rejeté, je connais. » Ces quelques mots n'étaient qu'une introduction au récit qui allait suivre. « Tout a commencé lorsque lors d'une mission, Noah est décédé. Aussitôt de nombreuses enquêtes ont été menées afin de trouver le coupable qui est encore aujourd'hui introuvable. Ce coupable serait, selon les résultats de l'enquête, un membre du ministère et si j'ai bien compris un Auror. Erin a pensé à moi du fait que Noah et moi nous sommes toujours détestés mais je peux te promettre que je n'y suis pour rien, je n'ai pas tué cet homme, tu le saurais si je mentais à ce propos. Malheureusement, ça ne s'est pas arrêté là, tu penses bien que le ministère aurait arrêté de me chercher des poux si c'était le cas. Quelques mois plus tard, je suis moi même parti en mission avec deux autres Aurors mais nous avons du nous séparer et je me suis retrouver seul jusqu'à ce que je croise un loup-garou, c'était un soir de pleine lune et je n'ai rien pu faire..»

Jaxson repensa aussitôt à cette nuit, ses cris étouffés par le sang qui s'agglutinait dans sa trachée, ses forces le désertant au fur et à mesure que le sang s'écoulait de son corps. Il se rappela le bruits de la mâchoire de l'animal, ses griffes se plantant dans son caorps, le réduisant en charpie. Une nuit qu'il ne pourrait jamais effacé de sa mémoire. Revenant à la réalité, Jaxson ferma les yeux et les rouvrit en essayant de sortir ces images de sa tête. Il reprit ensuite sa tirade.

« Heureusement, les deux autres patrouilleurs m'ont retrouvé et ont fait fuir le loup. Ils m'ont de suite transporté à Sainte Mangouste. Je me suis réveillé quelques jours plus tard et on m'a expliqué ce qu'il s'était passé. Mais quelque chose n'allait pas, selon ce qu'on me rapportait, mes collègues ne se rappelaient plus de rien et avaient reçu un oubliette qui, je pense, a été lancé par les membres du ministère. Je fus par la suite accusé de traitrise envers mes collègues, d'avoir effacer les preuves et enfin d'avoir utiliser magie noire pour faire fuir le loup garou. Tout cela a fait de moi le parfait coupable pour la mort de Noah mais étant donné que les membres du Magenmagot n'ont aucune preuve contre moi, l'enquête est toujours en cours et je ne sais pas ce qu'il va se passer pour moi. Tu sais maintenant pourquoi je ne fais plus parti du ministère, pourquoi je les déteste eux et Erin qui continue de me croire coupable et pourquoi j'avais ces yeux pendant la pleine lune. »

 Tome III  7 years

      L'anglais alla se poser contre le bureau de chêne, sous le regard du professeur d’Histoire de la Magie, et commandant un verre de Whisky pur Feu, que Wilhelm, d'un coup de baguette magique, servit aux deux compères. Ce dernier entama le sien tandis que son collègue entamait son histoire.
      Wilhelm écouta très attentivement son ami d'enfance, sans l'interrompre, bien que l'envie ne lui avait pas manqué à certains moments. Il s'était au moins déroulé un quart d'heure durant lequel Jaxson avait déversé tout ce qu'il avait sur le cœur. Un instant de silence passa, tandis que le Directeur de Serpentard essayait d'assimiler les informations qu'il devait emmagasiné.
      De plus, il n'arrivait pas à croire tout ce qui lui tombait dessus d'un coup. Son ami souillé, abandonné, banni de ses collègues. Quel sentiment de détresse et de solitude avait-il du connaître, alors qu'il ne méritait pas ça. En fait, personne ne méritait ça, selon Wilhelm. Ce dernier remarqua d'ailleurs que Jaxson avait fermé les yeux alors qu'il contait le récit de son attaque. C'était parfaitement compréhensible : comment extirper une telle douleur, en parler sans avoir les images revenant à la charge dans les yeux, tel un mauvais film qu'on souhaite oublier ? C'était tout simplement impossible. Et Wilhelm était en peine de ce qui était arrivé... Il s'en mordit la lèvre inférieure.

      En homme de réflexion qu'il était, il se mit à repenser à tout ça, à mettre toutes ces données dans l'ordre. Puis, après quelques instants, il écarquilla les yeux. Tout cela ne pouvait être qu'un complot, rien de plus. C'était impossible autrement. Vidant ce qu'il lui restait de Whisky pur Feu –– et faisant une grimace au passage ––, Wilhelm fit part de sa théorie à son ami, bien qu'il était sûr qu'il y avait certainement pensé.


      « Un complot. Et rien d'autre. Et ça va beaucoup plus loin que ce qu'on aurait pu penser. Comme tu le sais, Poudlard a été attaqué il y a quelques mois par des aurors envoyés par le Ministère, suite à la mort d'un préfet, il y a un an et demi. Celui-ci a été attaqué par un Erkling, d'après ce que j'ai pu lire dans les journaux. Cette attaque était préméditée, j'en suis certain. Sinon, pourquoi le Ministère aurait-il envoyé des aurors corrompus ? Bien sûr, bien sûr... Cette affaire se trame depuis plusieurs années, bien avant la mort de Noah ! C'est ça ! Noah était au courant de leurs plans et il devait être éliminé ! Mais comme ils devaient trouver un bouc-émissaire, eh bien... tu t'es trouvé au mauvais endroit au mauvais moment, mon vieux –– mais rassure-toi, je sais que tu as un cœur assez gros pour ne pas tuer un homme ! Et l'attaque du loup-garou quelques mois, qu'elle soit oui ou non préméditée, aura au moins arrangé les belligérants, car, après ta démission, ils n'avaient dès lors plus personne pour entraver leur plan. Bref, tu n'étais qu'un obstacle qu'on aura cherché –– et réussi –– à écarter... »

      Le déroulement du plan semblait tellement logique aux yeux de Wilhelm qu'il commençait à en avoir des doutes. Tout cela était trop bien ficelé pour être vrai, il devait y avoir plus que le Bureau des Aurors à être corrompu pour pouvoir mener à bien à tel plan. Le Ministère de la Culture, celui de la Sécurité Intérieure, très certainement celui des Mystères et... pourquoi par le Ministre de la Magie lui-même après tout ? Ça n'aurait pas été la première fois, le professeur d'Histoire de la Magie le savait assez pour l'avoir profondément étudier.
      Au moins un point sur lequel tout le monde pouvait se mettre d'accord, c'est que le professeur Heltowni était terriblement excité par ses déductions. En effet, il n'avait pas arrêté de tourner en rond dans son bureau –– manquant de se cogner à une table ––, agitait frénétiquement ses bras dans de grands gestes et n'avait plus rien dans sa main, sans avoir pourtant le souvenir d'avoir posé son verre vide quelque part. Il faudrait réfléchir à cette affaire plus profondément, plus intensément. Il y avait trop de piste, trop de théories, trop de potentiels coupables. Et pas assez de preuves, ni de mobiles, si ce n'était aucun.
      Il se retourna en direction de Jaxson, plantant ses yeux gris dans son regard, remua rapidement les lèvres avant de soupirer soudainement et de rajouter quelque chose qu'il avait oublié.


      « Au fait, ne connaitrais-tu pas une seule personne qui te ferait indéfiniment confiance, qui ne voudrait surtout pas te perdre et te croirais toujours, quitte à être pris pour l'avocat du diable, car tu es un peu comme le frère jumeau qu'il a perdu à sa naissance, hmm ? »

      La question était plus rhétorique qu'autre chose, mais il n'accepterait pas qu'il soit dit que plus personne ne faisait confiance ou croyait en Jaxson.

Ami des Centaures de la Vieille Forêt
Zarbi de l'année (Magic'Awards III)
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

 Tome III  7 years

Suite à sa longue tirade, les souvenirs s'accumulèrent dans la tête du professeur de Sortilèges. Des souvenirs qu'il avait voulu garder loin de son esprit. Malheureusement pour lui, cela faisait partie de son histoire et il ne pouvait pas s'en détacher, jamais. Face à lui, son ami d'enfance semblait essayer de comprendre tout ce que venait de lui dire Jaxson. Ce-dernier en profita pour boire le contenu de son verre et regarda le professeur d'Histoire de la Magie tourner en rond dans son bureau. Cela ne voulait dire qu'une chose, il réfléchissait, il essayait de trouver une logique à tout ce que venait de dire Jaxson. Pendant quelques minutes, il ne cessa de tourner allant jusqu'à donner le tournis au directeur de Poufsouffle. C'est alors qu'il ouvrit la bouche pour dévoiler toute sa réflexion.

Sa première déduction était évidente et Jaxson le savait lui aussi. Il était évident que toute cette histoire n'était qu'un complot créé par les agents du ministère et peut-être le ministre de la magie lui même. Cependant, Jaxson n'avait jamais fait le rapprochement avec la mort de Noah, il n'avait jamais pris en compte cet assassinat dans le complot du ministère. Wilhelm avait aussi raison sur le fait que Jaxson avait découvert certaines choses sur les actes du ministère mais rien n'avait abouti et il était encore loin de faire une révolution. À cet instant, le trentenaire se sentait démuni, toute sa vie il avait été manipulé que ce soit par sa famille ou par les autorités. La haine envers Erin avait totalement disparu en cet instant, il avait complètement oublier sa petite altercation dans la salle de bal. Il ne pensait plus qu'au ministère et à leur pouvoir.

Wilhelm cessa enfin de tourner en rond et plongea ses yeux dans ceux de Jaxson. Ce-dernier en fit autant et il retrouva là son ami de toujours qui était constamment présent pour lui. Les dires du professeur d'Histoire de la Magie vinrent confirmer ce que pensait Jaxson:


« Au fait, ne connaitrais-tu pas une seule personne qui te ferait indéfiniment confiance, qui ne voudrait surtout pas te perdre et te croirais toujours, quitte à être pris pour l'avocat du diable, car tu es un peu comme le frère jumeau qu'il a perdu à sa naissance, hmm ?»

Cette petite déclaration fit briller les yeux de Jaxson. Il avait connu beaucoup de personnes et peu d'entre elles lui avaient fait confiance de cette manière. Et c'était réciproque, Jaxson était prêt à tout pour son ami, il l'avait prouvé alors qu'il n'était encore qu'un étudiant de Poudlard. Il avait tout fait pour retrouver son ami à Rome et l'avait hébergé chez sa tante pour qu'il puisse retourner à Poudlard. Outre cela, Jaxson avait toujours porté cet homme dans son cœur, ils se connaissaient depuis leur plus tendre enfance et savaient énormément de chose l'un sur l'autre. Il lui répondit alors

« Je pense aussi que c'est un complot mais je pense qu'il faut étudier en détails tes théories.» Il fit une petite pause et ajouta: « Je te remercie d'être présent pour moi, tu es l'un des seuls et je ne pourrai jamais te remercier assez pour ça. Tu es un frère pour moi et tu le sais.»

Jaxson tenta de sourire à son interlocuteur mais ce sourire ne devait être que très peu convaincant. C'est ce moment que Raevem, le hibou de Jaxson, choisit pour entrer par la fenêtre que Wilhelm avait ouvert quelques minutes plus tôt. Il vint se poser sur le bureau, à quelques centimètres de Jaxson qui s'empressa de détacher le lettre accrochée à la patte de Raevem. Après lui avoir caressé le haut de la tête Jaxson ouvrit la lettre afin de la lire. Il du s'y reprendre à deux fois pour être sur de bien comprendre, ce ne pouvait pas être possible. Après tant d'année, il recevait des nouvelles de ce fameux loup. En effet, après avoir été attaqué par ce loup, un collègue avec qui Jaxson s'entendait bien était venu le voir car il avait lui aussi failli se faire attaquer par cette personne quelques mois plus tôt. Il avait commencé à faire des recherches sur lui et voulait en faire part à la nouvelle victime. Dans le plus grand secret, les deux hommes avaient organisé la disparition de Aaron pour qu'il puisse continuer ses recherches sans être suivis par le ministère. Cela faisait presque un an que Jaxson n'avait pas reçu de lettre de son collègue et celle-ci allait tout changer.

Aaron informait le directeur de Poufsouffle qu'il avait aperçu le loup qui l'avait attaqué au Nord-Ouest des États-Unis dans l’État de Washington. Il lui demandait de le rejoindre pour pouvoir enfin mettre fin à ce monstre qui tuait sans vergogne. Avec les soupçons de Wilhelm, Jaxson se demanda même si ce loup-garou n'avait pas été engagé par le ministère. Cela pourrait tout remettre en cause. Cinq longues minutes s'étaient écoulées depuis que Jaxson avait parlé et il ne savait pas si son ami lui avait parlé. Sachant qu'il pouvait lui faire confiance, il lui tendit la lettre et après lui avoir expliqué le principal, il ajouta:


« Je crois que cette lettre remet tout en cause, je vais devoir repartir, je suis désolé. C'est peut-être ma seule chance de comprendre. Il va falloir que j'organise mon départ et que j'en parle avec M. Gardner. J'ai besoin de réfléchir, il faut que je retourne dans mon bureau.»

Jaxson se leva et attendit une réponse de la part de Wilhelm et sa lettre avant de partir dans son bureau.

 Tome III  7 years

      Quelque chose qui semblait éteint se ralluma dans les yeux de Jaxson Blackstorm. Une flamme que Wilhelm avait vue pour la dernière fois près de quinze ans plus tôt, alors qu'il grimpait sur un balai défectueux qui avait manqué de les lâcher au beau milieu de la périphérie parisienne.

      « Je pense aussi que c'est un complot mais je pense qu'il faut étudier en détails tes théories. »

      Çà, c'était certain. Il y avait sans doute plusieurs choses qui clochaient dans les déductions du polonais. Après tout, il n'avait pas la science infuse, mais il était pourtant convaincu qu'il avait dû toucher un élément véridique. Jaxson marqua une petite pause, le temps de peser les mots qu'il allait ajouter.

      « Je te remercie d'être présent pour moi, tu es l'un des seuls et je ne pourrai jamais te remercier assez pour ça. Tu es un frère pour moi et tu le sais.»

      Pour sûr, il le savait. Il l'avait toujours su, parce que c'était comme ça. On ne sépare pas deux frères de cœur comme ça, on ne rompt pas les sentiments d'un simple coup de baguette, parce que la magie ne saurait remplacer les fondements de l'être humain : les sentiments, et plus particulièrement, l'amitié et l'amour. Wilhelm était réellement ému et, si le sourire que Jaxson lui fait se rapprochait plus d'un sourire commercial, celui de Directeur de Serpentard était franc. De même, des étoiles brillaient au fond de ses yeux.
      Mais c'est à ce moment précis que tout fut remis en question. Un hibou entra en trombe dans la salle de classe pour s'arrêter sur le bureau, à deux ou trois pieds de Wilhelm, tenant dans son bec acéré une enveloppe scellée, qu'il tendit au Directeur des Poufsouffle. Ce dernier se dépêcha de la décacheter et prit connaissance du parchemin plié en trois qui l'attendait. Ses yeux défilèrent de droite à gauche tandis que, quelque part dans le château, une horloge sonnait les douze coups de minuit.
      Wilhelm ne brisa pas le lourd silence qui accablait la pièce. Il connaissait trop bien son ami pour savoir que quelque chose n'allait pas. Ses suspicions se confirmèrent lorsque le professeur d'Histoire de la Magie put jeter un coup d'oeil à la lettre. Il soupira à la fin de sa lecture. Ainsi, Jaxson allait-il à nouveau repartir ; ils allaient à nouveau devoir se quitter. Leur vie devait-elle être ainsi faite ? De brèves retrouvailles aussitôt suivies du départ de l'un ou l'autre ? Jaxson se leva avant d'annoncer à son ami qu'il devait repartir.


      « Ne t'excuse point... A ta place, j'eusse sans doute fait la même chose... Avant de partir, je voudrais juste te remettre ceci. »

      Alors, il déboutonna légèrement sa cotte et prit son fameux pendentif armé de l'aigle polonais et le mit au cou de Jaxson, qui sembla largement étonné de ce don.

      « Ce pendentif a appartenu à mon père. Puisse-t-il te donner le courage et la force nécessaires à l'affrontement de ce satané loup-garou. Une seule chose, cependant : promets-moi que, où que tu sois, je pourrais te contacter quand bon me semblera. »

      Il le lui promis. Alors, avant qu'il ne sorte de la salle de classe, Wilhelm serra avec force son frère de cœur dans ses bras. Une dernière étreinte, un dernier élan d'amour, pour un frère qui avait toujours été lointain. Au creux de l'oreille, son souffle devint saccadé et il lui souhaita bonne chance.
      Wilhelm était à cent lieues de s'imaginer qu'il n'aurait plus de nouvelles pour plusieurs années. Il ne pensait pas qu'il voyait Jaxson pour la toute dernière fois dans le château, celui-ci partant le lendemain.

Ami des Centaures de la Vieille Forêt
Zarbi de l'année (Magic'Awards III)